Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
LE CHABBATE !
Comment maintenir ce sommet


par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basé sur les livres de nos Sages
© Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'étudier et d'enseigner simultanément.  Vous pouvez donc imprimer
et dupliquer ces textes pour l'étude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement.
Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site.
Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter. Voyez les règles du Copyright

Ne pas oublier que, sur votre version imprimée ou polycopiée, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'étude


Ils ne sont pas rares ceux qui pensent que le sommet du Chabbate est le repas du soir.
Effectivement, ce qui donne cette impression c'est le changement radical entre l'agitation de la semaine et le repos soudain, avec tout ce qui l'accompagne de spirituel, le qiddouche, les chants, la paix ensemble. C'est une expérience forte.
Ensuite, le lendemain matin, la prière est longue avec la lecture de la Torah puis l'adjonction de la prière de Moussaf. Le second repas est festif lui aussi, mais la fatigue commence à poindre après ces deux repas et c'est alors un devoir de jouir du repos du Chabbat.

Alors, quand approche Min'ha, il est fréquent que beaucoup se sentent déjà arriver à la fin de Chabbate, et pensent que l'on redescend dans l'intensité de la fête.
Effectivement, en semaine, l'heure de Min'ha est une heure de légère angoisse car la fin du jour approche; on dit que les dinim, les rigueurs, augmentent. C'est exact.

Mais, le Chabbate, c'est le contraire; l'heure de Min'ha est l'heure du sommet de l'union sur tous les plans. C'est pour cela que l'on dit dans la prière Âmida: "Atta é'had, Toi tu es Un". Alors que le soir on a dit "Atta qiddachta, Toi tu as sanctifié" et la matin on a dit "Yisma'h Moché, Il se réjouira Moché". On voit la progression. C'est donc l'heure du baiser suprême entre Moché rabbénou et HaQaddoche baroukh hou et c'est l'heure où Moché est mort et est entré dans le bonheur de la Gloire.
Quand on chante, pendant Min'ha, avant l'entrée du rouleau de la Torah: "ouva létsion goël...(et vient vers Sion le sauveur)", c'est un moment où descend toute la bénédiction qui va se prolonger dans la lecture de la Torah qui se poursuit dans le passage de la paracha suivante.
Et, ensuite, on dira que nous sommes dans "êt ratsone, le moment de la Volonté d'En-haut" qui est toute miséricorde, tout ra'hamim. On comprend qu'on se lève pour dire ces mots quand on commence 'Va ani télilati...êt ratsone'.
C'est le niveau le plus élevé, celui dont les femmes disent chaque matin dans la prière qu'elles remercient D.ieu qui les a faites selon ce niveau de Lui qui est le plus élevé, le niveau appelé ratsone, volonté. C'est pour cela, disent nos Sages que l'on dit alors au féminin: ki qaddéch hi, et non pas hou au masculin. Et c'est un niveau créatif de bonté et de bonheur car les lettres de ratsone forment également le mot notsar, formé.
Tout cela est l'enseignement classique de nos Sages qui ont ainsi bâti cette prière de Min'ha pour ces motifs. Et ils nous enseignent que nous sommes là en un êt, en un "moment" très particulier, unique, précieux, d'union, de réunion.
Nous sommes donc montés jusque là depuis le début du Chabbate.

Et l'apparition du rouleau de la Torah confirme ce dévoilement. C'est une sorte de re-création toute heureuse.
Cet état montera encore pendant la prière de la Âmida en silence; et encore plus pendant la répétition à haute voix.
L'importance de vivre ces moments, avec le maximum de conscience et de présence de l'attention et du coeur, devient évidente.
Il était donc nécessaire que cette illumination, si l'on peut dire, se fasse à l'heure habituelle de l'angoisse, pour bien réaliser que cette fois tout est monté dans le meilleur depuis le bloqué.
Alors on peut dire vraiment: Atta é'had, Tu es Un, véchimkha é'had, et Ton Nom est Un. Car c'est la réussite. Ceux qui étudient reconnaîtront toutes les sources de ces enseignements.

Et on dit alors: "Mi kâmokha Israël goï é'had ba aréts, Qui est comme toi, Israël, peuple unifié sur la terre". Chacun de ces mots est important.
Nous comprenons maintenant que nos textes disent que D.ieu, le Chabbate et Israël témoignent chacun l'un de l'autre (Talmud 'Haguiga 3b), souligne le 'Hida.

Voilà ce niveau et ces dynamiques dont on n'a pas assez conscience.
J'écris ce texte en des jours
où il est évident qu'Israël est en péril, attaqué de l'extérieur et du dedans, sans que les leaders ne sachent se réfèrer à ce qui est la source de notre être, la source de Sa présence sur Sa terre, ni à Celui qui est la seule source de la paix Chalom car il est Chalom, complet et Tout, et quand le peuple d'Israël est ouvert à Sa Torah de bénédiction, alors le chalom est automatique et les ennemis n'ont aucune place sur la terre d'Israël. On s'égare au lieu de se remettre dans l'axe, alors qu'il faudrait le faire pour que la vie de nos jeunes soldats subsiste et qu'ils fassent éclore leur vie.
Vous le savez, je n'accuse pas ces leaders qui n'ont pas reçus de ceux qui savent la formation qui est leur héritage.
Par Modia, nous essayons de combler ce déficit pour le maximum. Il faudrait le faire en hébreu, en espagnol, en anglais comme on me le demande, mais vos dons sont nécessaires pour cela. Cela m'est im-po-ssi-ble sans vous.
Sur Modia, nous prions aussi toujours pour le chef de l'Etat, lien ici.

Il nous faut donc maintenir ce niveau atteint au sommet du Chabbat, et nous savons que nous recevons un supplément de Chabbate (tosséféte Chabbate) pour en vivre dans les jours suivants au même niveau, c'est ce que nous allons étudier maintenant.

Comment pouvons-nous faire pour maintenir les forces négatives à l'extérieur de cette zone paradisiaque? C'est le rôle de ces rites de la fin du Chabbate.

Le 3e repas, séouda chélichite.
On y est à un niveau tellement élevé et de bonheur qu'on ne fait pas le qiddouche de vin, car le vin comporte toujours un petit élément de violence, de rigueur, de dine. On veille donc à ne pas redescendre vers ces niveaux, même quelque peu.
On dit qu'on est au niveau du yayine ha méchoumar, du vin d'En-haut conservé pour cela. C'est un niveau complet de bonheur nommé miséricorde ou ra'hamim. Donc on peut en boire mais il n'y a pas la nécessité de faire le qiddouche officiel dessus.
Ce petit repas est donc très important car il manifeste que nous sommes conscients de tout ce que nous avons décrit, et l'amplifions en nos vies.
C'est ipso facto, un moment où D.ieu est uni le plus à Israël et accomplit ses besoins.

Lisez la page 118a et b du Traité Chabbate du Talmud, vous verrez la louange qui y est faite de ce 3e repas:
"on recevra toute la bénédiction de Yaâqov le 3e Patriarche dont il est dit: tu t'étendras à l'Ouest, et à l'Est et au Nord et au Sud (Béréchite 28,14) et on sera préservé des douleurs qui précèdent la venue du Machia'h, du Messie, du jugement du Guéhinom, la Géhène, et de la terrible guerre de Gog et Magog contre Israël à la fin des temps". Et Elie le prophète viendra avant tous ces ennuis (Malakhie 3,23).
Et Ribbi Yossé dit: "que ma récompense soit avec ceux qui mangent les trois repas de Chabbate". On le comprend maintenant. Et Rav Na'hmane dit: "que je sois récompensé pour avoir pratiqué les 3 repas de Chabbate".
Et le Zohar III 273a dit que ces trois repas complètent les 7 bénédictions de la prière du Chabbate pour atteindre la plénitude du 10.
On n'a pas véritablement faim en ce troisième repas, mais c'est justement une réunion du plaisir matériel et spirituel plus qu'une satisfaction d'un corps ayant faim.


On comprend maintenant le sens du poème du Ari, zal, que beaucoup chantent ou disent pendant ce repas.


En voici ma traduction:


"Béné hékhala (vous qui est les membres du Sanctuaire saint), vous aspirez à voir l'éclat de la Sainte Présence.
Que vous puissiez être à cette table où se tient dans la joie (guiloufine) le Roi (malka).
Associez-vous en vous unissant à cette réunion où même les anges sont présents.
Soyez joyeux en cette heure qui est celle de la volonté (raâva, comme ratsone) et où il n'y a pas de colère (zaafine).
Approchez-vous de Moi, ressentez Ma force ('héli) car il n'y a pas de rigueurs (dinim) qui frappent (téqifine).
Laissez-les dehors (lévar), ne les éveillez pas ces chiens (kalbine) agités.
Et alors, j'invite l'Ancien saint (D.ieu) à l'heure de Min'ha, où ils disparaissent ('halefine).
Sa Volonté est dévoilée et annule toutes ces écorces.
Qu'on les relègue dans leurs trous (nouqbéhone) et qu'ils soient cachés dans des rochers.
Cela, maintenant, à l'heure de Min'ha, dans la joie de la sainte Présence."


On dit aussi le psaume 23 qui est sous une forme du verbe qui est un présent-futur:


"Hachém est mon berger, je ne manquerai de rien.
Dans des prairies d'herbe il me fait camper, sur des eaux de repos Il me conduit.
Mon âme il la restaure, il me conduit dans les sentiers de la justice, pour Son Nom.
Même si j'allais dans la vallée de la mort, je ne craindrais pas le mal car Toi Tu es avec moi,
Ton soutien et Ton appui ce sont eux qui me consolent.
Tu dresses devant moi une table contre mes persécuteurs:
Tu parfumes d'huile ma tête; ma coupe est pleine à déborder.
Souverainement, le bien et la bonté me poursuivront tous les jours de ma vie;
et j'habiterai dans la Maison de Hachém au long des jours".

Je souligne que ce dernier mot (yamim) a la valeur numérique des 100 bénédictions.
Car tout est complet.

Et nous sommes blindés dans cette union et cette présence pour la garder dans la semaine.
Israël en a grand besoin. Tout Israël.
Nous prolongerons cette étude par celle de la Havdala (lien ici).

Le Ari, zal, a consacré un long commentaire plein de lumières accessibles sur ce psaume 23 dans son Séfer haLiqoutim,
qui fait comprendre aisément combien la bénédiction descend par ce psaume.
Voir aussi le commentaire du 'Hida dans Yossef Téhilote et, bien entendu, celui de Rachi.
Voir aussi ici l'étude du psaume 29 du Chabbate, une étude très précise et complète de ce qu'est un psaume.


Etude du psaume 23
Verset 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6




"Hachém est mon berger, je ne manquerai de rien.
Dans des prairies d'herbe il me fait camper, sur des eaux de repos Il me conduit.
Mon âme il la restaure, il me conduit dans les sentiers de la justice, pour Son Nom.
Même quand j'irai dans la vallée de la mort, je ne craindrai pas le mal car Toi Tu es avec moi,
Ton soutien et Ton appui ce sont eux qui me consolent.
Tu dresses devant moi une table contre mes persécuteurs:
Tu parfumes d'huile ma tête; ma coupe est pleine à déborder.
Souverainement, le bien et la bonté me poursuivront tous les jours de ma vie;
et j'habiterai dans la Maison de Hachém au long des jours".


Etude du premier verset pour bien le comprendre et bien le prier



Mizmor lé David, Hachém roî, lo é'hsar.
Psaume de David. Hachém est mon berger, je ne manquerai de rien.

Etudions-le d'abord avec le 'Hida. C'est une véritable étude classique, approfondie qui relie les textes entre eux, la grande classe de la tradition:
Le Yalkoute Chimôni, ch. 4, sur Ezéchiel 34, 31,cité par le Rav Matrani dit que Israël est nommé Adam quand il vit selon la volonté (ratsone) de Celui qui crée tout l'espace et qu'on appelle ainsi maqom, lieu. Par contre, quand il ne le fait pas, on le nomme par l'appellation tsone, troupeau. Il vit en troupeau suiveur et, comme un troupeau, il suit le premier qui l'emmène dans le précipice. Mais, même alors, Hachém est le Berger de Son peuple qui dévie et court à sa perdition.

C'est donc encore un grand privilège et une sauvegarde heureuse que d'être ainsi sauvegardé quand on pâtit des conséquences négatives de nos actes. Maintes fois, les prophètes l'ont rappelé dans chaque époque. Aujourd'hui, où il est tellement clair que les dirigeants du peuple d'Israël.

Mais, nous devons aussi nous extirper de notre condition de troupeau allant vers le mal si nous demandons aussi à Hachém de nous aider. Concrètement, en cette heure vitale pour Israël, notre examen de conscience doit porter sur ces points suivants:
Même si nous agissons dans la guerre, nécessaire, avec le minimum vital de logique, d'intelligence et de cohésion, la réalité de l'existence d'Israël dépend encore en profondeur, d'autres facteurs qui ne sont encore nullement pris en compte dans la logistique de défense, de résistance et de construction:
la moralité de la direction politico-financière, la justice sociale, la justice éducative égalitaire, la volonté d'appréciation réciproque entre les différentes composantes de la société, spécialement de la part des religieux envers ceux qui n'ont pas reçu ce bagage de l'identité nationale par le fait qu'ils ne le leur communiquent pas; enfin et surtout, le silence très coupable des grands leaders rabbiniques en cette heure extrêmement grave, qui n'apportent pas au peuple les réponses de la Torah, existantes, claires, celle de la téchouva morale et sociale et de la fraternité absolue. Spécialement quand ils savent, eux, qu'une telle crise où Israël est attaquée de l'extérieur contre sa survie ne vient que de deux raisons indiquées par la Torah: l'immoralité de la vie sociale, politique, fraternelle et religieuse, et le refus d'une grande partie du peuple de recevoir le cadeau que D.ieu fait à Son peuple de Sa terre pour venir y vivre selon Sa Torah.
Comment peut se faire aussi cette téchouva indispensable, vitale?
C'est nous tous qui sommes les soldats de ces combats essentiels, où que nous vivions.
Ce n'est pas du tout par quelques collectes que nous apportons les vraies réponses de fonds, seulement. Avant de continuer à prier, nous devons nettoyer notre coeur et nos actes.

Cela est d'autant possible que les nations sont gouvernées en haut, selon le Zohar, par les puissances célestes que l'on nomme les sarim, les Princes dont ils tirent leur force ('hozeq, en hébreu, et toqpa, en araméen dans II Zohar 17a) qui sont sous l'obédience de D.ieu. Tandis qu'Israël, dans la mesure où il vit selon son être, est sous la mobilisation directe de la volonté de D.ieu. Cela peut sembler un privilège, ce n'est pas le sujet car c'est d'abord une exigence de pureté.
C'est pour cela qu'il est dit d'Israël dans le Traité Baba Batra (page 115b): "guémiri, nous étudions la Torah et l'écoutons vraiment, ela kala chivta, et qu'il y ait une destruction, une part d'Israël subsistera puisqu'elle est branchée dans la Torah qui est le branchement sur le Créateur de vie". (Vous voyez combien les mots du Talmud sont abrégés et qu'on ne peut les étudier qu'avec quelqu'un qui a reçu la tradition orale sinon on ne peut pas déchiffrer ni comprendre et on parlera alors bêtement d'arguties talmudiques). C'est pour cela qu'il est dit que "Hachém est envers nous roï, mon berger". C'est Lui notre Prince et, donc, "je ne manque de rien", dit le verset du psaume: ela kala chivta, et qu'il y ait une destruction, une part d'Israël subsistera.
Et maintenant, nous comprenons parfaitement le lien qu'il y a entre notre psaume et ce que dit le prophète Ezéchiel 34, 31:
"Véatem tsoni, tsone marîti, Et quant à vous, vous êtes mon troupeau, le troupeau que je fais paître,
Adam atem, Adam vous êtes, (et D.ieu place alors les formules grandioses comme à chaque fois que c'est une déclaration capitale qui engage tous, Lui et les humains),
Ani Eloqékhem, néoum Adonaï Hachém, Je suis votre D.ieu, déclaration du Seigneur Hachém".

Attention, "Véatem tsoni, tsone marîti, Et quant à vous, vous êtes mon troupeau", ce n'est pas un privilège du type "peuple élu", cela veut simplement dire: "vous n'accomplissez pas Ma volonté mais Moi Je suis cependant votre berger qui vous guide".
Nous devons donc reconnaître nos écarts de conduite et nous replacer sous la bonne guidance, c'est ce que l'on appelle la téchouva, le retour.


Nos écarts de conduite sont flagrants et conduisent à la destruction d'Israël. C'est clair: Après 2000 ans, le Ciel nous ramène et nous savons que nous ne pourrons subsister que si nous sommes fraternels, que si nous éduquons dans la Torah, que si nous aidons les pauvres, que si nous sommes droits avec les autres peuples.
Au lieu de remercier et d'agir en ce sens, comme des pilotes fous, nous avons saccagé. Les ennemis attaquent alors, des milliers de roquettes tombent, et le Ciel protège et il n'y a que quelques tués: au lieu de remercier et de comprendre et de revenir, non, nous sommes sourds, méprisant envers le Ciel et entre nous, et nous expulsons les Juifs et donnons la terre aux pires ennemis et nous disons dans un mensonge éhonté aux nations: "n'est ce pas que nous sommes des pacifistes ainsi" et les nations qui veulent notre destruction encouragent ces traîtres.
Là-dessus, les ennemis amenés par nous attaquent, et à nouveau des milliers et milliers de roquettes et très peu de victimes. Et nous ne comprenons en rien: ni les religieux ne font téchouva pour aimer tous leurs frères et partager avec eux la Torah et prendre leur part dans la défense commune, ni lutter les premiers pour la justice envers les pauvres. Et le mépris des autres envers eux continue également.
Troisième avertissement: nous avons perdu la guerre et au lieu de faire téchouva, de revenir, nous mentons effrontément sans vouloir prendre en compte l'avertissement ni nos morts, et disons que nous avons gagné.


Alors la machine à détruire continue à fonctionner de plus belle, par notre unique faute: ce n'est pas une punition externe, c'est un suicide accompli par nous.

REAGISSEZ!

JE LANCE DONC ICI UN APPEL. IL N'Y A PAS DE SOLUTION DANS LE POLITIQUE EN ADHERANT A UN TEL CONTRE D'AUTRES. NI A REGARDER PASSIVEMENT LA TV. IL N'Y A PAS DE SOLUTION DANS LE MILITAIRE: NOUS VENONS DE LE CONSTATER, LE MILITAIRE SANS LA MORALE EST NUL EN EFFICACITE.
DONC, REVENONS A L'AVEU DE LA FAUTE COLLECTIVE ET INDIVIDUELLE ET REVENONS A CE QUI EST UNE VERITABLE RELATION D'AMOUR PROUVEE ENTRE LE MAITRE D'ISRAEL ET NOUS SON PEUPLE COMPLEXE, ET QU'IL FAUT AIMER DANS SES COMPOSANTES LES PLUS DIVERSES. EN EN TIRANT LES CONCLUSIONS.
C'EST L'APPEL A CETTE RELATION D'AMOUR ENTRE LE CIEL ET NOUS PAR DES ACTES CONCRETS, SEULE ACTION EFFICACE, QUE NOUS LANCE CE PSAUME 23.
C'EST POUR CELA QUE NOUS EN FAISONS ENSEMBLE UNE ETUDE TRES APPROFONDIE.
S.O.S!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
LISEZ-LA COMME UNE LETTRE PERSONNELLE
adressée à vous par le Ciel, je ne suis que le facteur qui vous apporte ce courrier écrit par tous les Sages de notre tradition merveilleuse.


Toute la solution de la survie et du bonheur d'Israël tient en cela et non pas dans des trucs magiques comme j'en entends souvent évoquer du type (dans les difficultés terribles actuelles du peuple ou de votre vie personnelle, vous obtiendrez tout si vous allez sur la tombe de X, si vous ouvrez au hasard le livre de Untel, si vous dites cette formule chaque jour, si vous lisez uniquement le livre de tel Rav, si vous devenez adepte de X qui seul sait tout et qui fera le salut du monde, si vous faites telle mitsva, si vous donnez à notre oeuvre de la tsédaqa, etc, etc.). Tous cela n'est que se substituer à la Torah et à Son maître pour n'en prendre qu'une partie (parfaite mais délaissant l'ensemble) ou un substitut humain au rôle de berger du seul Roé, berger. On redescend alors au niveau des sarim, des Princes comme les autres nations, et on s'étonne en plus, de par la division du peuple ainsi créée, que le salut n'arrive pas car on a détruit au lieu de construire tous ensemble.

Au contraire, soyez Adam, c'est à dire ces humains selon le modèle direct d'union au Créateur, car Adam a la guématria 45 qui est celle de l'écriture du Nom de D.ieu, pour bien en montrer la relation de lien et d'unité exclusive. Ne prenez pas d'autres styles de modèles comme le font les autres nations et religions, l'expression Adam atem, vous vous êtes Adam, a un sens qui indique la différence (lémaête) par rapport à d'autres et à leurs modèles, et le Ritba et le Rachba l'indiquent dans leur livre de Réponses, 1, 830.

Ne pensez pas qu'on puisse en déduire quelque chose de péjoratif envers les nations, cela n'existe jamais dans la Torah car tout homme est à l'image de D.ieu; c'est pourquoi Rabbénou Tam précise bien sur ce sujet: les nations du monde (oumotes ha ôlam) sont nommées (niqréim) "haAdam" et le peuple juif est nommé Adam. Donc simple nuance mais non pas divergence. Mais l'exigence envers nous subsiste. Cette différence est indiquée dans les commentaires oraux de ce qui s'est produit lors de la dispersion après la Tour de Babel (Béréchite ou Genèse 11,5).

Vous le voyez, l'enseignement de la Torah démontre en tous ses axes combien il est vital que le peuple juif soit relié à son berger pour qu'il puisse bénéficier de la protection ontologique, automatique. Ce ne sont pas les armes seules, ni les alliances politiques avec un empereur puissant, ni une économie brillante, qui peuvent assurer la prospérité et la survie de ce peuple particulier, car elles ne sont que du vent sans ce lien, donc moral, au Créateur. C'est ce que ce verset de Béréchite (la Genèse) nomme "la tour qu'avaient bâti les fils de haAdam", ce n'est que de l'humain friable. Ne faisons pas de la Torah cela, ne faisons pas de Son peuple cela. Ensuite, refusant notre jonction vitale, on s'étonne que notre santé est en danger et que les ennemis deviennent puissants comme les cellules d'un corps vivant de façon malsaine sont attaquées. C'est ce que l'on appelle tomber dans 50 portails de l'impureté ('hamichim chéâré toumea).

Pour ceux qui ont une formation leur permettant de comprendre avec justesse et complexité les niveaux du rémez, le 'Hida indique que tout cela est résumé en code dans la composition du mot tsoni (mon troupeau) dont les deux premières lettres tsadé aleph forment la guématria des mots Adonoute Hachém (91), le noun annonce les 50 portails de la connaissance et sagesse (bina), et le youd est la sagesse ou 'hokhma. Pour ceux qui n'ont pas encore cette formation, ne prétez pas attention à ce paragraphe, il n'est qu'un aide mémoire dans les connaissances de ce niveau avancé.

Vous comprenez, par cette étude longue d'un seul verset chez un seul auteur nous rapportant notre tradition, quelle puissance a l'étude pour éclairer nos enjeux vitaux au niveaux du peuple aussi bien qu'au niveau personnel. Car notre position dans l'existence et dans les conflits est différentes si on comprend cela ou non. Mais il faut étudier pour avoir ces éclairages; on le fit pour toute connaissance nécessaire dans la profession, et on le néglige en un secteur vital bien plus important encore.

Munis de ces connaissances, vous comprenez les usages multiples de D.ieu nommé roé, berger dans la Torah, par exemple par Yaacov-Israel bénissant Ephraïm et Ménaché et disant: "HaElohim ha roé oti méôdi âd ha yom ha zé, le D.ieu qui a été berger pour moi depuis toujours jusqu'à ce jour-ci" (Béréchite 48,15).
Voyez également dans le Cantique des Cantiques le terme de berger ou faire paître ou conduire (roê): 1,7; 1,8; 2,16; 4,5; 6,2. ou dans les psaumes: 49,15; 78,71; 80,14. Vous comprendrez parfaitement le psaume 28 et surtout son verset 9.
Et de même en de nombreux passages de tout le Tanakh (la Bible), 75 fois.

Ce qui est donc important, après avoir compris cela, c'est de faire de la lecture-prière de ces versets et mots, non pas une connaissance mais une "réalisation" présente ensemble (intérieure, relationnelle avec Hachém, et extérieure).



(Photo de l'auteur, près de chez moi, à Jérusalem, près: les herbes multiples comme tous les humains et toutes nos tâches; au loin: le moulin de Montefiore, la force de notre tradition qui nous enseigne en phare; et le ciel de Jérusalem; le tout, en une seule présence). Là, nous essayons d'être ce troupeau et conformes au berger.

Si D. veut, l'étude continuera sur cette page les jours suivants.


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour