Modia
Inscrivez-vous !

Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les cours et les nouveautésdu site
Nous écrire
 

An 2000 ? La réalité:
2 enfants juives martyres
aujourd'hui en Italie,
LE CAS DES SOEURS DULBERG



 
 
 
 
Le cas
cas
Voici un problème posé à une famille juive etqui concerne l'identité, la relation parents-enfants, le rapportdes non-Juifs aux Juifs, etc.
En 1991, en Italie, Moché et Tali Dulberg divorcèrent et ont reçu la garde commune de leurs deux enfants  Nitzane(Dévorah) née en 1985 et Danielle née en 1989. Paraccord juridique ils ont reconnu leur capacité respective et réciproquede bien élever les enfants et vécurent sur ce registre pendant4 ans.
Le problème a pris forme quand la maman s'est mise àvivre son judaïsme selon les mitsvotes. Elle vit actuellement àBné Brak en Israël où elle est mariée depuis1995 au Rabbin Sriel Rosenberg.
Le père réagit début 1996 en  revendiquant seul la garde la garde des enfants  pour l'argument que la mère serait devenue incapable d'assurer leur éducation . Cette proposition fut acceptée fin 1996 par le tribunal de Venise après l'avisd'une psychologue, le Dr. Paula Penin, qui n'a pas soumis les enfants a un véritable examen et concluant qu'une mère juive observante est incapable d'être une mère de qualité, que les enfants souffrent des choix religieux de la mère, et que le pèredevait seul déterminer les contacts entre la mère et ses enfants qui devraient, de toutes manières, être réduitsau minimum.
Simultanément, le père qui habite à Gênes était de son côté devenu un catholique pratiquant et désirait faire entrer ses enfants  dans cette nouvelle voie.
A nouveau, le tribunal alla dans le sens du père arguant mêmeque les demandes exprimées maintes fois par les enfants de vivre avec leur mère dans le judaïsme orthodoxe ne devaient être considérés que comme des opinions versatiles sans valeurs et qui ne tiendraient pas avec le temps.
En mars 1997, la mère est examinée par un psychologue israélien, le Dr Daniel Gottlieb qui après examen conclut que la mère n'est en rien psychologiquement incapable de bien éleverses enfants, que les enfants sont équilibrés, bien situésdans leur identité religieuse et dans la relation avec leur mèreet se déclarent très heureuses.
Après un an et demi, la police israélienne (!) saisit les enfants et les envoie en Italie pour l'argument d'appliquer la Conventionde La Hague sur les cas  d'enfants de parents divorcés. Ils vivent depuis lors avec leur père en Italie.
Le 29.4.99, la Cour Suprême de Justice israelienne déclareque c'est à la justice italienne de statuer sur le cas.
Pendant ce temps, les enfants sont coupés de leurs relations juives et israéliennes, interdites de manger cacher, de parler en hébreu et faire leurs prières, d'avoir des contacts avecle Rabbin de Gênes, le Rav Joseph Momiliano. Elles maintiennent leur volonté de vivre leur religion juive, de retourner en Israëlet de vivre avec leur mère.
VOILA DE VERITABLES MARTYRES AUJOURD'HUI EN EUROPE.

CELA EST Le jugement de la Cour de 1996 vient d'être cassé en appel par la Cour italienne et le cas devra être rejugé.
Par les liens inscrits ci-dessus dans le tableau, informez-vous pleinementsur le cas,
réfléchissez à
la mitsva de libérer les prisonniers

et passez à l'action.
 
 
Action proposée :
- prier pour ces deux filles.
- organiser le maximum d'information dans vos communautés, dansles mouvements de droits de l'homme, dans vos courriers par Internet, auprèsde vos élus nationaux et européens.
- réfléchir en famille sur les problèmes (familiaux,juifs, religieux, civiques) posés par cette situation.
- réagir auprès des ambassades et consulats italiensen leur exprimant votre indignation.
- informer les enfants et les jeunes sur le combat exemplaire mené par ces deux jeunes juives pour la fidélité à leur identité juive.

La précédente page "Je vous écris"


 
©Copyright
Dufour