modia.org : un site pour étudier et
vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
-
Revenons à nos sources
Découverte de la synagogue, le Beit ha knesset 


par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour http://www.modia.org

 

Pourquoi ?

Objectivement,
c'est une minorité des Juifs dans le monde qui fréquente régulièrement la synagogue. Certes, presque tous y vont un jour pour un mariage, presque tous pratiquent la circoncision, beaucoup y passent le Jour du Kippour.
Et ceux qui animent les communautés et rabbins, surchargés de tâches, pourraient facilement oublier ceux qui sont au dehors. Ils sont la majorité. Certains ont perdu le contact avec la communauté depuis la génération des grands parents, et n'y ont jamais mis les pieds. Ils voudraient bien y venir mais craignent de ne pas savoir s'y comporter. Aussi, Modia vous offre simplement une visite des lieux pour ne plus être effrayés. Y mettre les pieds leur semble parfois comme entrer dans un palais en ruine depuis des siècles, ils ne font que projeter leur imaginaire intérieur, et voudraient l'apprivoiser.




C'est tout autre chose!
Nous allons entrer dans la synagogue Hessed ve émet, rehov (rue) Ha tséfira à Jérusalem,
près de chez moi, une synagogue sépharade ordinaire comme il y en a des milliers et milliers.

Nous traversons le petit jardin où poussent beaucoup d'espèces dont on aura besoin pour les fêtes,
pour le loulav, ici les branches de saules:



Dehors aussi, la plaque qui permettra de lire la bénédiction à la lune chaque mois:



Nous entrons. Etrange, les sièges sont un peu dans tous les sens!
Cela correspond à la disposition en carré autour du sanctuaire dans le désert, comme dans la Torah.
La disposition en lignes n'est que récente et vient de l'assimilation européenne à ce qui s'est fait dans les églises.
Mais la plupart des sépharades, n'ayant pas eu ces pressions, restent fidèles à la disposition traditionnelle.



Un regard vers le plafond. Ici les voutes sont belles mais, en fait, la synagogue n'est qu'un bâtiment autour d'un rassemblement d'au moins 10 adultes dont le nombre est nécessaire pour les prières. C'est ce groupe qui prime, pas le bâtiment. Ensuite, chacun aime y trouver ses repères et les ajoute, ce qui donne souvent une impression surchargée et, à l'occasion d'événements heureux ou tristes, on y offre tel ou tel objet. Difficile de refuser et les murs s'encombrent souvent d'objets disparates en souvenir d'un proche important.



On le voit ici, on a voulu offrir d'avantage de lustres, après les cristaux on a ajouté les néons.



Au centre, c'est la bama, l'estrade, d'où mène l'officiant qui peut être n'importe quel fidèle, et d'où on lira la Torah qui sera posée sur cette table à hauteur adéquate pour lire. Nous voyons aussi les pupitres pour y placer le livre de prière du 'hazane, l'animateur-délégué qui représente la communauté. Le tapis rouge a été également offert en souvenir d'un proche et cela est écrit en hébreu. Il y a deux sièges ici, un pour le rabbin et un pour l'officiant qui peut varier.



Prenons un peu de recul sous cet angle.


C'est l'angle sous lequel les femmes voient la prière depuis la ezrate nachim, la zone des femmes. Ici elles voient la bama, l'estrade, et donc bien la lecture de la Torah ou la prière, et la direction du Arone ha qodech, l'armoire de la Torah.



Quand elles ferment les rideaux, quand ce n'est pas la présentation de la Torah, les deux zones sont séparées
pour les regards afin de maintenir la concentration dans la prière. A ce moment, la ezrate nachim se présente
comme ceci, vue du côté des hommes.

Nous avons aperçu l'armoire où sont rangés les rouleaux de la Torah. Sachons bien que dans les siècles passés, cette armoire, le arone ha qoddeche pouvait même être dans une pièce à côté et ce n'est pas vers elle que l'on se tourne en intention quand on prie, mais c'est vers la terre d'Israël, vers Jérusalem et vers le Saint des Saints, ce qui est symbolisé par les 3 pas que nous faisons (reportez-vous à cette page qui développe) avant d'entrer dans la prière dite Âmida lors des trois prières de la journée (lien ici).

Devant le arone ha qoddeche est placé un rideau, parokhète, par respect et par référence aux tentures du sanctuaire.




Comme on le voit, cette armoire est souvent belle et luxueuse pour mettre en valeur la Torah et notre amour de la Torah.
Dessus, la phrase ici dit : "sache devant qui tu te tiens, devant le Roi des rois". Mais cette phrase n'est pas obligatoire et n'a de fonction que d'aider à nous ramener à la prière. Approchons-nous de ce rideau et nous allons en découvrir la beauté qui correspond à l'amour des donateurs. Tout est brodé dans un grand luxe.



Voici de près la liste des 10 commandements.



dont nous admirons encore plus le travail.



et le haut de la broderie. Et chaque synagogue a ainsi plusieurs parokhetes, ou rideau que l'on change suivant les occasions.

Ouvrons l'armoire de la Torah.Ce sont les trésors familiaux et on les place ici où ils seront en sécurité,
et utilisés pour la lecture publique de la Torah le lundi, le jeudi et le Chabbate et aux fêtes.



Chaque boitier révèle l'origine et les Achkénazes ainsi que les Marocains
ne mettent pas un boitier rigide mais une enveloppe de tissu brodé.



Il n'est pas rare qu'il y ait une dizaines de rouleaux de Torah dans une synagogue.
Voici quelqu'un qui l'ouvre à la bonne place pour qu'il soit prêt lors de la lecture tout à l'heure.



Voici le boitier ouvert tel qu'on le verra lors de la lecture



et voici le texte de près, magnifique. Lettres saintes qui comprennent les noms de D.ieu
Sur les lettres, des fioritures, les taguim, qui ont aussi des significations.



Au dessus de la bama, l'estrade, est écrit Chiviti Hachem lé negdi tamid
(je me représente Hachém devant moi toujours) afin de bien revenir à cette position. Et je vous dirai que, dans cette synagogue comme dans la plupart des synagogues séfarades que je fréquente à Jérusalem, personne ne parle avec ses voisins lors de la prière, et on attend en silence que tous aient terminé avant de reprendre ensemble.



Ces écritaux sont l'occasion de travaux artistiques très variés et très beaux et imaginatifs, sans règle.
Et on aime les apporter dans la synagogue et les placer. Il faut beaucoup de doigté aux dirigeants
pour maintenir quelques espaces libres sur les murs.Il y a beaucoup de noms saints sur ce tableau.

Ici, un tableau indiquant les horaires de la prière le matin, à min'ha, en semaine et le Chabbate:



Un autre tableau indique quelle est la paracha de la semaine et les variantes du jour:



Il y a aussi des tableaux qui permettent à tous de voir ensemble quand on est debout,
par exemple celui-ci indique la prière bérikh par laquelle on loue le Sefer Torah quand on le sort pour le lire.



Lors de la reprise de la Âmida, il y a une prière brève que le public dit en plus de ce que dit l'officiant, c'est Modim:



Et il y a le qaddiche qui ponctue les étapes de la prière et qui est souvent dit par les endeuillés, debout.
Un autre tableau le leur montre clairement le texte. Tout cela peut être dans des styles différents.
Vous savez tout, ou presque, et vous voyez que l'hébreu devient vite une langue comprise.
Elle est très simple et facile à acquérir pour ce niveau.


Ceci est le tableau qui donne les noms des fidèles décédés, pour évoquer leur souvenir dans la prière
et pour prier pour le repos et l'élévation de leur néchama.


Un autre texte revient souvent, c'est le psaume 67 Laménatséah et il est l'objet de l'imagination artistique des fidèles. Voyons-en quelques exemples dans cette seule petite synagogue.



Admirez le travail graphique:





Ici, sur bois:



Ici, festival de couleurs:



et la personnalité:



Ainsi, chacun peut suivre et dire, partout où l'on se trouve.

Maintenant que vous avez vos repères, n'hésitez plus à revenir. Chacun comprend que l'on est différents, on ne pose pas de questions, tous sont des Juifs frères, revenant de cent pays différents ou continuant leur exil et pérégrination. Vous êtes chez vous. Et 9 des plus grands Sages ne peuvent pas prier s'il manque le 10e et ce peut être un ignorant, il est aussi important que tous les autres. C'est cela la beauté de la "synagogue", mot qui veut dire "ensemble".

Bien entendu, on a toujours la tête couverte dans la synagogue. On n'y entre pas et on n'en sort pas en courant, mais on fait un temps d'arrêt, pour garder le contact avec La Présence. On y trouve des livres des livres pour y prier et si vous ne savez pas lire l'hébreu, personne ne vous fera de réflexion.

Explorez les différentes synagogues, elles ont chacune un charme particulier.

Quelques textes à étudier sur la synagogue

Michna et Guémara: Bérakhote 62b, Chabbate 11a, Méguila 25b-29a
Rambam: Hilkhote téfila 6 et 10-11
Choukhane Aroukh: Orah 'hayim 150-154.
Ce que Rabbi Chama Bar Chanina et Rabbi Hashia découvrirent en marchant le long de synagogues
Le psaume 16, du Chiviti, étude sur Modia
Les synagogues fleuries à Chavouote, étude
Les promenades d'une synagogue à l'autre à Soucotte

 

Quelques synagogues à découvrir

Mes photos des 4 vieilles synagogues sépharades de Jérusalem
La plus ancienne synagogue de Jérusalem
Les antiques synagogues de Gouch Katif
La synagogue de Jéricho, sur Modia
Les centaines de synagogues dans le Gaolan et la Galilée dans tous les siècles qui montrent le mensonge de la prétendue colonisation par les Juifs que les dits Palestiniens veulent faire croire.
Une synagogue tunisienne typique dans mon quartier
Cérémonie commémorative pour un défunt (hesped) dans une synagogue
Le problème de l'orgue dans les synagogues achkénazes
Les synagogues de Pologne
Photos de synagogues de pays arabes
"La" synagogue de Djerba
La synagogue de Sabbataï Tsvi en Turquie
La synagogue portugaise d'Amsterdam
La synagogue de La Victoire à Paris
Les synagogues du Maroc
Synagogue d'Egypte
Pratique: les synagogues dans le monde
Annuaire pratique des synagogues en tous pays pour les voyageurs


modia.org - modia.org en anglais