Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
AHAVA - " Amour"



Les lettres du mot ahava, amour, dans une immense sculpture du jardin du Musée d'Israël.
 

L'étude des textes

Comprendre le Cantique des Cantiques
Comprendre d'abord
- la base de tout: le duo (Béréchite)
- devoir et besoin de fructifier (Noa'h)
- la splendeur juive de la femme (Tazriâ)
- tu aimeras l'autre
- les règles de l'amour (Bé'houqotaï)
- relation= amour (Toledote)
- l'art de l'écoute (Eqev)
- l'art de recevoir (Kitissa)
- l'art de l'accompagnement (Béhaalotékha)
- les garanties de l'amour ('Houqate)
- comment réussir ou échouer en amour (Réé)
- amour et bonheur (Nitsavim)
- la base: la fraternité
- ce qu'est la famille juive
- l'union de deux néchamotes
- le "toi" juif (Lekh lékha)
- ce qu'est la cérémonie du mariage juif
- la dynamique du temps juif dans le couple
- se rapprocher pour monter (Tsav)
- comment être sanctuaire (Chémini)
- regard et tendresse (Vayiqra)
- l'épanouissement du corps (Masséi)
- respecter la source de l'amour (Kitavo)
- des paroles sincères en amour (Vaéthanane)
- respecter la parole (Mattote)
- l'amour qui éprouve (Dévarim)
- parfois, savoir se taire (Aharemote)
- être capables de consoler
- les moments stériles (Haye Sarah)
- toujours se purifier (Emor)
- savoir négocier (Vayigache)
- l'amour réparateur en silence (Tiqoun 'hatsote)
- l'amour-un et le Chémâ Israël

La pratique

Ce qu'est l'amour, selon la Torah, en pratique
Comment aimer, par Ribbi Eliahou Vidas
La fête juive de l'amour

Les chidoukhim qui vont fonder la famille juive:
- la théorie des chidoukhim
- scénario visuel sur la pratique des chidoukhim
(nombreuses photos).

Le contrat des conditions avant l'engagement
Le détail des pratiques du mariage et la bague
Le poème de la bague de mariage
La pratique du miqvé

Apprendre ensemble à découvrir les sentiments et à les dire
Comment développer les qualités dans la vie de couple
Réussir à aimer dès le matin

Fêter l'épouse au premier jour du mois
Chanter le poème du couple à Chabbate
Des poèmes sans fin de l'amour
Bien dire le chant de Echète 'haïl

Humour: famille et mariage au quotidien
Particularités communautaires: samsara, henné, roch 'haddeche la banote

Ici, la prière des parents, selon le Chla ha Qadoch
pour que tout le programme de l'étude, de la Torah et du couple
se réalise avec succès pour les enfants et pour leurs couples et toute la descendance

 

Dessin de l'auteur, l'approche des aspirations et des complétudes
dans la plénitude intérieure qui appelle et hésite à se reconnaître.



Questions: Quel est le rapport entre 1 (é'had)-amour (ahava)-souci (déaga) en hébreu? La même guématria: 13, comme les 13 middotes ou qualités et actions de Hachém. Fondé sur nos textes et non pas une allusion de pirouette. A méditer.
Quel est le rapport entre le tout et toi (ate)? Solution sur ce lien.

Pour bien comprendre tout cela, nous allons l'étudier dans une vie qui a été l'exemple parfait de l'amour pour les autres: ce qu'a vécu Myriam et ce qu'elle nous enseigne, à travers la Torah et à travers le Middrache.

Vie de Myriam, soeur de Moché Rabbénou

Sa hiloula de gloire est le 10 du mois de Nissane,
juste avant Pessa'h, fête de la parole et du sauvetage.


Avec Moché et Aharone, elle est un des 3 instruments de vie donnés par Hachém à Son peuple.
Mais, sans elle, rien n'aurait eu lieu. Elle a réussi à aimer dans les situations les plus difficiles et a pu ainsi sauver sa famille, parents, frère et son peuple tout entier, et dans la joie, en plus.
Elle doit donc être connue et comprise pour connaître et comprendre le judaïsme.

Par le Rav Yehoshua Rahamim Dufour
http://www.modia.org

Myriam nous enseigne sur de nombreuses dimensions dans la Torah.
Voici les pages de Modia qui vous éclaireront sur elle et sur les applications personnelles vitales.
Car elle y a une place. Il était indispensable de préciser cet enseignement pour avoir une vision exacte du judaïsme:
la place de la femme y est essentielle dans ce que le Créateur a voulu nous apprendre sur tout,
et aussi pour se vivre en tant que femme, ou pour comprendre, aimer et respecter la femme.

Cela est encore plus important à l'heure où le peuple juif est dans une phase de sortie de l'esclavage
de la galoute et où les femmes fortes d'Israël jouent un rôle considérable en ce sens, particulièrement.
Et, dans toute soirée du Séder de Pessa'h, on ne peut pas oublier cette dimension.


Dans la Torah, une femme qui a su aimer, Myriam:

1. situer Myriam dans l'histoire:
- elle est la 26e génération

- place de sa génération dans toute l'histoire

2. - elle est l'une des 7 prophétesses
- qu'est-ce qu'un prophète et une prophétesse?

11. son exemple de foi dans le peuple

3. la chronologie de ce qu'elle a vécu en Egypte et ensuite

12. face aux difficultés,
- elle réagit positivement comme David
- elle est sauvée par autrui, un exemple

4. - elle sauve l'enfant, l'histoire et le peuple juif
- la force des femmes juives
- la femme juive

13. - son exemple de joie extériorisée
- son instrument et la place de la musique dans le judaïsme

5. le début du combat de ses frères en Egypte

14. elle nous enseigne sur la maladie et l'attitude envers les malades

6. son chant et son rôle après le miracle de la traversée de la Mer Rouge


15. La mort de la femme

7. - son action pour sauver le peuple dans le désert, et son erreur réparée.
- le problème du lachone harâ, la médisance
- l'importance de la parole


11. Poème: qui, aujourd'hui, nous sauvera comme elle?

8. - sa vie dans le camp dans le désert
9. - ses étapes de déplacements dans le désert

Prénom Myriam:
- sa place parmi les prénoms féminins
- le verset de celles qui portent son nom
Célèbres:
- Myriam, la fille de Rachi
- Myriam Bella, soeur du Rama
- vous?

 


Hommage aux nombreuses Myriam en parole qui se préparent à leur rôle.

Ici, une Haggadah rare dite de Darmstadt, achkénaze du 15e siècle allemand.
Malgré mes recherches je n'ai pas réussi à localiser l'endroit où elle se trouve actuellement.
Si un lecteur le sait, il me rendrait service. Sa particularité sur cette page est l'importance que le dessinateur a donné aux femmes qui étudient auprès des Sages, discutent, et forment la majorité des personnages.



Regardez leurs expressions, elles parlent, Torah.

Que dit le Middrache?

Faisons-en une étude stricte, vous en tirerez les enseignements facilement
Situons d'abord ce que nous savons par l'apparence simple du texte de la Torah, le pchate:
Myriam est la fille ainée de Amram et Yokhébéd (Bémidbar 26,59 et I Chroniques ou Divré ha yamim 5,29). Son premier frère est Aharone, le second est Moché. Elle a proposé à la fille de Pharaon de prendre une femme hébreue pour allaiter Moché qu'elle avait placé dans un couffin d'osier sur le fleuve dans l'attente du bain de la princesse Chémote 2).
Ensuite, elle réapparait après la sortie d'Egypte avec son tambourin et menant les chants (Chémote 15,20-21). Elle est alors nommée prophétesse.
En Bémidbar 12 (paracha Béhaâlotékha) est l'épisode de 'Hatsérote où elle conteste le mariage de Moché, suivi de la colère de Hachém et de la lèpre de Myriam. Elle doit être mise à l'écart pendant 7 jours et le peuple l'attend (car elle est le puits de vie pour le peuple). Dans le résumé de la Torah qu'est Dévarim, cet épisode est rappelée comme exemple pour l'enseignement (24,9).
Après la traversée du désert de Tsine, elle meurt à Kadéche où elle est enterrée (Bémidbar 20,1).

En Mikha (Michée 6,4), elle est explicitement nommée comme envoyée de Hachém devant le peuple au même titre que Aharone et Moché. Et comme une preuve de l'attention de Hachém pour son peuple. Ce passage est donc très important pour nous situer la dignité et la fonction de Myriam.On ne peut plus, depuis ce verset, dissocier le trio comme les acteurs inséparables de toute cette sortie d'Egypte et de la direction spirituelle effective du peuple.

Maintenant, étudions la littérature du Middrache.
Elle rassemble des traditions qui vont au-delà du pchate et "examinent" (darach) avec insistance le texte pour lui faire rendre toutes ses potentialités de sens. Cela ne supprime jamais le sens concret du pchate. On dit que c'est comme un marteau qui frappe un rocher et en fait sortir des étincelles:
"Le psaume 62,12 dit: une fois D.ieu a parlé, deux fois j'ai entendu. Cela veut dire qu'un même passage ouvre plusieurs sens, et que deux passages ne se répètent pas et ne disent pas la même chose. Et, à la yechiva de Ribbi Yichmaël, on disait le verset 23,29 de Yermiahou (Jérémie): comme un marteau qui fait voler en éclat le rocher, ainsi un seul texte de la Torah fournit de multiples interpréations".
Et le middrache les trouve par les rapprochements linguistique, les contiguïtés des passages, la dimension symbolique de l'histoire ou des expressions, etc.

Béréchite Rabba 80,6: Il est dit en Chémote 15,20 que Myriam la prophétesse, soeur de Aharone, prit un tambourin. Pourquoi nommer son frère et seulement Aharone? Parce qu'il avait une affection particullière pour elle (parce qu'elle avait été victime de la lèpre; réfléchissez pourquoi cette affection).

Béréchite Rabba 88,5
: Dans le rêve du maitre-échanson, il dit : "une vigne était devant moi en trois parties" (Béréchite 40,10). Cela fait allusion au Psaume 80,9 : " tu as fait émigrer une vigne de l'Egypte, et expusler des nations pour la replanter". Et les trois branches étaient Moché, Aharone et Myriam. (Ici, on voit combien le trio est inséparable dans le plan divin pour sortir Son peuple d'Egypte et l'amener sur la terre d'Israël. Et ensuite le middrache parle des 4 coupes de Pessa'h).

Chémote Rabba 1,13.
- Et le roi d'Egypte parla aux accoucheuses des femmes hébreues (Chémote 1,15). Il s'agit de Yokhébed et sa fille Myriam qui avait 5 ans, quand Aharone en avait deux et Moché ne naîtra qu'un an plus tard. Myriam accompagnait toujours sa mère et faisait tout ce qu'elle voulait, de là on voit qu'on connaît déjà le caractère d'un enfant quand il est très petit. (réfléchissez à quel trait de Myriam on fait allusion).
- On appelait Myriam "Pouâ" parce qu'elle faisait revivre les bébés en soufflant dans leur bouche, et elle faisait des bulles avec du vin pour amuser les enfants (on trouve ici sa caractéristique qui est de faire revivre, ce qu'elle fera envers ses parents, envers le peuple, en chantant, etc).
- On appelait Myriam "Pouâ" parce qu'elle faisait paraître (hofiâ) le peuple devant D.ieu en l'élevant.
- On l'appelait Pouâ parce qu'elle osait affronter le Pharaon et l'interpeler avec vigueur.

Chémote Rabba 1,15.
- Il est dit en Chémote 1,20 que D.ieu bénit les sages-femmes car elles avaient la crainte de D.ieu. Et quelle est la récompense de cette crainte?.. De Myriam naquit Betsalel qui était plein de sagesse comme il est écrit en Chémote 31,3: "Je l'ai rempli d'une inspiration divine, d'habileté, de jugement, de science et d'aptitude pour tous les arts..." Et il fit une arche pour la Torah qui est appelée tov, bon. Idem en Chémote Rabba 40,1.

Chémote Rabba 1,17.
- David descendait de Myriam car il est écrit: "David était le fils de l'Ephratite de Bethléhem en Yéhouda" -(I Samuel 17,12).

Chémote Rabba 1,19.
- Il est écrit en Chémote 2,1: un homme de la maison de Lévi. Le père de Myriam (qui avait divorcé de sa femme de désespoir quand Pharaon avait interdit la vie des enfants mâles) suivit le conseil de sa fille Myriam et réépousa sa femme. Et Myriam et Aharone dansèrent devant eux sous la 'houpa en disant: "Il fait trôner dans la maison la femme stérile devenue mère de nombreux fils" (Psaume 113,9).

Chémote Rabba 1,25.
- Pourquoi Myriam a t'elle proposé à la fille du Pharaon que Moché soit allaité par une femme hébreue? Parce qu'elle a vu que Moché rejetait le lait de toute femme non hébreue.

Chémote Rabba 26,1.
- Il leur envoya un sauveur, Myriam, dont le nom signifie "amertume, mar", parce que le Pharaon fit dire: "si c'est un garçon faites-le périr, si c'est une fille qu'elle vive".

Chémote Rabba 48,4.
- D'où vient que Betsalél reçut toutes ces distinctions? De Myriam? Il est dit d'elle en Chémote 1,21: "les sages-femmes craignaient D.ieu et il leur fit des maisons". De quelles maisons s'agit-il? Des maisons des Cohanim et des Rois d'Israël (mesurez le mérite de Myriam dont tout cela vient d'elle!)... Puis, l'explication déjà vue concernant Betsalel et: David descendait de Myriam car il est écrit: "David était le fils de l'Ephratite de Bethléhem en Yéhouda" -(I Samuel 17,12). Et Myriam était appelée Ephrate. (Et, plus fort encore, le texte poursuit en expliquant que de cette sagesse le monde fut créé, le Tabernacle et le Temple furent faits).

Vayiqra Rabba 15,8.
- Quand Myriam fut guérie de sa lèpre, qui l'a examinée comme il se doit? Pas Moché car il n'était pas le Cohen, pas Aharone car un membre de la famille ne peut pas. C'est D.ieu lui-même: Je suis Cohen, Je me lèverai et Je déclarerai qu'elle est pure et guérie. Et le peuple a attendu Myriam parce que la Chékhina l'attendait!

Vayiqra Rabba 16,5.
- Ce verset de Qohéléte, l'Ecclésiaste 5,5, concerne Myriam :" Ne donne pas à ta bouche la permission de faire pécher toute ta chair". Cela veut dit que si nous péchons par une partie de notre corps, tout le corps en sera malade, Myriam nous l'a appris.

Vayiqra Rabba 20,12.
- Pourquoi l'épisode de la mort de Myriam est-il placé à côté de celui des cendres de la vache rousse? Car, de même que les cendres de la vache rousse purifiaient, ainsi la mort d'un juste (Myriam était une tsadéqéte) purifie.

Vayiqra Rabba 27,6.
- Le Saint béni soit-Il dit: Je vous ai envoyé trois messagers: Moché, Aharone et Myriam. La manne vous a été donnée par le mérite de Moché, le puits (d'eau vitale) par le mérite de Myriam, et le nuage de gloire par le mérite de Aharone. Idem en Bémidbar Rabba 1,2.

Bémidbar Rabba 13,20.
- C'est par l'intervention de Myriam que Amram a à nouveau désiré son épouse dont il avait divorcé. Et on la nomme prophétesse soeur de Aharone car elle n'a prophétisé que lorsqu'elle était soeur de Aharone; de même qu'elle n'était soeur que de Aharone quand son mère s'est remarié grâce à elle.

Dévarim Rabba 6,9.
- Si vous ne croyez pas tout ce qui est écrit concernant les dangers de la médisance, l'épisode de ce qui est dit au sujet de Myriam doit vous convaincre.

Qohéléte Rabba 5,1.
Le verset de Qohéléte, l'Ecclésiaste 5,5, concerne Myriam :" Ne donne pas à ta bouche la permission de faire pécher toute ta chair". Cela veut dit que si nous péchons par une partie de notre corps, tout le corps en sera malade, Myriam a péché avec sa bouche et tous ses membres furent punis. Le silence a le double de valeur que la parole et que vos mots soient comme une pierre précieuse. Rabbi Yehouda haNassi a dit dans les Prqé avote, les Principes des Pères 1,17: "rien n'est mieux que le silence". Et son fils Chiméone a dit: "j'ai passé toute ma vie parmi les Sages, et je n'ai rien trouvé de mieux que le silence".

Qohéléte Rabba 7,1,4.
Quand un tsaddiq, un juste, nait, personne ne ressent de différence, mais quand ils meurent chacun le ressent. Quand Myriam est née, personne ne la ressenti, mais quand elle est morte, le puits (qui donnait l'eau de la vie sur tous les plans) a cessé d'exister et on l'a ressenti.

Chir ha chirim (Cantique des Cantiques) Rabba 1,2,5.
Deux Sages discutaient d'interprétations et le Saint béni soit-Il les approuva et il est dit d'eux qu'ils sont morts d'un baiser du Ciel (mitate néchiqa)? Cela est dit aussi de Aharone (.../...), de Moché (.../...) et de Myriam, car il est dit qu'elle mourut là (cham) et ce même mot est joint au mot bouche dans un autre texte concernant la mort de Moché (Dévarim 34,5): "et Moïse mourut là (cham) , le serviteur de Hachém, dans la terre de Moav selon (ou sur la bouche de, âl-pi) Hachém".

Chir ha chirim (Cantique des Cantiques) Rabba 2,11,1.
Les Hébreux furent condamnés à 400 ans de séjour en Egypte, mais cela leur fut réduit à 210 ans et ce n'est que 86 ans après la naissance de Myriam que l'esclavage devint douloureux et elle fut alors appelée Myriam parce que la vie leur fut amertume (mar).(Note: 86 est souvent mis en relation dans les guématriotes a une dimension de jugement sévère de la part de D.ieu).

Chir ha chirim (Cantique des Cantiques) Rabba 4,5,2.
Trois grands guides
ont été donné à Israël: Moché, Aharone et Myriam... et Yokhébed et Myriam nourrissaient le peuple d'Israël dont les coeurs étaient fragiles comme des fleurs de lilas.

Dans le Talmud, il y a aussi de nombreux passages de ce type (middrache ou aggada), spialement en Sota 11b, concernant Myriam. Ils reprennent les thèmes précédents. Je n'indique que quelques particularités.

- Myriam dit à son père, pour le convaincre de reprendre sa femme pour épouse et d'engendrer: "ce que tu as décidé est plus cruel que le décret de Pharaon car il a condamné à mort les garçons et toi tu condamne aussi les filles, il n'a agi que pour le monde actuel mais toi tu agis également contre le monde à venir, son ordre ne durera pas car c'est un méchant mais le tien durera car les actes des justes durent comme Job dit (22,28): "vétigzar-omér véqayam, tu décrèteras ce que tu dis et cela se réalisera". Alors Amram revint sur sa décision et tous les autres hommes également. (La force de conviction de Myriam pour le bien, et son influence considérable sur tous). Et Amram organisa une véritable cérémonie de mariage.

- Myriam est nommé âlma (jeune fille) par le verset (Chémote 2,6) qui dit qu'elle prit l'enfant sur l'ordre de la fille du Pharaon pour l'emporter à sa mère afin de l'allaiter.Cela veut dire su'elle s'empressa comme le pas d'une jeune fille (âlma), ou qu'elle cacha son projet (heâlma).Et la princesse dit à la mère de Moché: je te donnerai ton salaire (éténe éte sékharékhe), ce qui prouve que lorsque des justes ont une épreuve et perdent, ils retrouvent ensuite ce qu'ils ont perdu mais en plus ils reçoivent le salaire de leur perte. Amen, kén yéhi ratsone.

- Myriam prophétisait et disait: "ma mère mettra au monde un fils qui sauvera Israël". A la naissance de Moché, toute la maison s'emplit de lumière et son père embrassa Myriam sur le front en lui disant: "ma fille, ta prophétie se réalise" mais quand il fallut placer Moché sur le fleuve, son père dit à Myraim: "ma fille", où est ta prophétie?". C'est pour cela que le verset dit que Myriam surveillait ce qui allait se produire (Chémote 2,4): vatétatsév a'hoto méra'hoq, lédéâ ma-yaâssé lo.

Dans le Zohar, il y a aussi quelques middrachim concernant Myriam.
- c'est par son mérite que le puits de vie était là avec eux dans le désert (II 190b).Ce n'est que par son mérite... (I 124b).
- Dans le Jardin d'Eden, les femmes viennent vers Myriam les jours de Chabbate et de fêtes (III 123a).
- Sa mort a purifié et réparé comme le fait la mort des tsaddiqim (III 181a).

Les middrachim ont donc développé longuement tout l'enseignement de la Torah en notre paracha et ils insistent pour nous faire comprendre que cela s'applique dans nos vies si cela a été la loi pour une tsadéqéte comme Myriam.
Puisse cette étude laborieuse inciter à étudier le middrache avec la tête, avec le coeur et à le vivre dans nos actes. Il y a toute une psychologie et une pédagogie de vie dans nos textes.


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour