modia.org : un site pour étudier et
vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
-

Profiter des temps de vacances ou des moments de présence ensemble
pour apprendre à nos enfants ou à nous-mêmes...
à voir, à sentir, à parler dans les mots de la Torah, dans la vie quotidienne


Ouvrir ces pages sera passer
de moments magnifiques avec eux

 

Voici plusieurs pages avec scénario, photos et textes de la Torah pour assimiler ce lien entre(voir-ressentir-dire en louange):

1.Leur apprendre à percevoir l'émerveillement divin d'aujourd'hui. (par une simple promenade ensemble dans Jérusalem).

2.Leur apprendre à entraîner leur regard à voir ce que dessine Hachém en beauté.(dans la nature et louanger).

3.Leur apprendre à percevoir les beaux sentiments et les exprimer.(la correspondance de l'amour à différents niveaux).

4.Leur apprendre à ressentir les sentiments divins.(être sensibles aux échecs quotidien du plan divin: destruction du Temple).

5.Leur apprendre à vivre l'habitation des Juifs comme présence divine.(par une promenade dans les maisons de Jérusalem).

6.Leur apprendre à regarder et respecter le divin présent chez autrui.(les autres présents comme moi avec la Chékhina au Kotel).

7.Leur apprendre à ressentir et aimer le plus important.(l'amour et l'exemple des Patriarches et Matriarches).

8. Prendre d'autres exemples dans les autres scénarios de photos.

9. Apprendre la paix de Jérusalem: au Jardin zoologique biblique, dans le Pérék Chira.
 

 

C'est:

Un développement du coeur, de la sensibilité,

Un développement du regard,

Un développement de la facilité d'expression,

Tout cela relié au texte de la Torah.

 

(Attention, cette page contient des lettres saintes, elle doit donc être placée uniquement dans un endroit respectable)


Nous devons accomplir ce que nous disons dans le début du Chémâ Yisrael:
"vé dibarta bam, et quand tu parleras à tes enfants, parle-leur dans les paroles de la Torah".


Avec mon maître vénéré, Ribbi Moché Yossef Zenou, zal, c'était ainsi et ce fut ainsi avec lui seul,
spontanément entre nous, pour parler de tout, les paroles venaient continuellement
dans les versets du Tanakh et nous n'y faisions pas attention tant cela était simple, exact et naturel.
Il m'y a autorisé dans notre relation en me racontant ceci:
Son grand-père, encore enfant, était avec son papa quand celui-ci voyant pour la première fois un train dans la campagne et la locomotive secouant le sol et crachant fumée et étincelles avec beaucoup de bruit, il dit spontanément les versets du Psaume 18. 8-9:

"Va tigâche vatirâche haaréts, oumosdé harim yirgazou,
vayitgaâchou, ki 'hara lo.

Et voici que oscille et tremble la terre, et les fondations des montagnes sont ébranlées,
elles vascillent quand surgit la colère du Ciel.
âla âchane béapo vééche-mipiv tokhél
ga'halim baârou mimménou.

Monte de la fumée par Sa colère, et un feu de Sa bouche dévore tout,
des étincelles viennent de Lui et brûlent tout".
On ne peut pas oublier un tel enseignement concret de la mitsva.
Il marque des générations, jusqu'à nous.
Donc, nous apprendrons à parler ainsi, selon la mitsva.


Voici quelle est la base de la mitsva de parler à ses enfants dans les mots de la Torah
"en situation de vie".

 

Cette mitsva se trouve dans le 5e livre de la Torah, Dévarim, au chapitre 6.
Elle est si grande qu'elle est dans les mêmes versets qui nous donnent le Chémâ Yisrael
et nous la disons chaque fois que nous disons ce Chémâ Yisrael.
C'est la 419e mitsva de Maïmonique, le Rambam, et elle est exposée dans le Tour et dans le Choul'hane Âroukh de Marane Rabbénou Yossef Qaro dans le Chapitre 245-246 de Yoré Déâ.
Voici le texte (attention, il comprend des lettres saintes et, donc, ne le placer que dans un lieu respectable).


Traduisons tout le texte.

Chémâ Yisrael, Hachém Eloqénou, Hachém E'had.
Ecoute Israël, Hachém, notre D.ieu, Hachém est Un.

Véahavta éte Hachém Eloqékha békhol lévavékha ouvékhol nafchékha ouvékhol méodékha.
Tu aimeras Hachém ton D.ieu de tout ton coeur, de tout ton être, et de toutes tes ressources.

Véhayou haddévarim haéllé achér Anokhi métsavékha hayyom âl-lévavékha.
Ces choses que Moi Je t'ordonne aujourd'hui, qu'elles soient sur ton coeur.

La phrase est celle du verset 7

Véchinanetam lévanékha vé dibarta bam
Tu les inculqueras à tes enfants et tu parleras dans (ces paroles de la Torah)

bé chivtékha bévéitékha ouvélékhtékha
que ce soit en étant assis dans ta maison ou dans tes déplacements



va dérekh ouvéchorbékha ouvéqoumékha
sur la route ou en te couchant ou en te levant.


La prescription pédagogique est donc très claire.
Il ne s'agit pas seulement d'apprendre aux enfants les prescriptions rituelles (comment mettre les téfillines, etc.)
mais de les entrainer à mettre des mots de Torah sur les actes quotidiens que nous vivons.

Que cette parole dans les mots de la Torah y soit spontanée progressivement.
Cela suppose d'étudier la Torah, de travailler à en mémoriser les phrases et le vocabulaire.
Un travail important. C'est pour cela qu'il est dit: Véchinanetam, Tu les inculqueras.
Cela signifie: tu leur rabacheras, tu aiguiseras leurs dents là-dessus (chén, c'est la dent).
Ce traévail que nous leur demandons, nous devons d'abord le faire sur nous même,
sans cela nous ne parviendrons pas à le faire.
Le programme est simple.

(Etudier ici la paracha où est commenté le contexte de ce passage, Vaét'hanane).


modia.org - modia.org en anglais