c
Modia
Ici, page d'accueil avec toutes ses rubriques

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles
 

Nous écrire

© Les textes de Modia 
      sont mis gratuitement à 
        votre disposition par 
      l'auteur, selon la mistva 
    obligatoire pour le Juif qui 
 est d'étudier et 
 d'enseigner 
 simultanément. 
 Vous pouvez donc 
     imprimer et dupliquer ces 
 textes pour l'étude 
      personnelle et de groupe, 
      ou pour l'enseignement. 
       Bien entendu, selon la 
      Torah, en ne supprimant 
      pas le nom de l'auteur et 
 l'adresse du site 
 Les sites ne peuvent 
       faire qu'un lien vers ces 
        textes sans les capter. 

   Ne pas oublier que, sur votre
 version imprimée ou
   polycopiée, vous perdez tous
     les liens qui renvoient aux
   autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'étude.
© Conditions du copyright
1976-2001
Dufour
 

de la Torah bien reçue et comprise :
COMMENT LIRE LES SIGNES DE LA TORAH ou téâmim

 Site Modia : http://www.modia.org

par Yehoshua Ra'hamim Dufour



Ce cours est indispensable pour 
1. tous ceux qui veulent bien lire la Torah,
2. les pères et les 'hazanim qui aident les jeunes à bien lire et chanter leur paracha lors de leur bar-mitsva,
3. ceux qui ont appris à lire la Torah et qui le font souvent de façon auditive seulement, sans connaître bien les règles.  
De plus, un lien ici pour apprendre les règles de la grammaire de la Torah

 

1e Leçon. La ponctuation principale par les téâmim:
fin de verset, milieu et quart de verset.
2e Leçon. La fausse ponctuation:
les signes visuels de grammaire
passéq et métég.
3e Leçon. De la théorie à la pratique. Questions. Les noms de téâmim chez les Askénazes et Séfarades. 
4e leçon Bien lire avec les signes de ponctuation. 5e leçon. Ici, Bien lire les téâmim des psaumes 6e Leçon. Les signes qui précèdent la fin et le milieu du verset.
7e leçon.Trois autres signes: Azla-guéréche, Zarqa, Chalchéléte
8e leçon. La hiérarchie des signes de ponctuation dans le chant de la Torah. 9e leçon. Révision dynamique, visuelle et auditive, avec exercices. Bien repérer les séquences et les pauses.
10e leçon. Fin de la révision dynamique, visuelle et auditive, avec exercices. Bien repérer les séquences et les pauses. 11e leçon. Les téâmim dans le commentaire de Rachi sur la Torah (en préparation). .

1e Leçon.
La ponctuation principale

Imaginez, en français, quelqu'un qui lirait ou parlerait sans faire les pauses marquées par les signes de ponctuation : ce serait ridicule, comme s'il récitait une leçon ; ainsi, souvent, entend-on lire le texte de la Torah ou les psaumes ou les prières. Simplement, parce que les gens n'ont pas appris à lire selon le sens donné par les téâmim.
Et ils risquent alors de prier sans comprendre le sens de la phrase ni des mots.
Or, nous avons l'obligation de prier avec intention, cela veut dire que notre coeur doit être lié au sens de ce que nous disons.
Cela sera facile après cet apprentissage, mais il faut accepter 
- d'étudier la technique, 
- d'apprendre à mémoriser les notions, 
- d'écouter les exemples, 
- de lire ensuite d'autres textes. 
Et la satisfaction sera immense !

La ponctuation est marquée par des téâmim ou signes qui sont nommés "disjonctifs" (mafsiqim), parce qu'ils séparent des fragments en sens différents ; c'est ce que l'on appelle la ponctuation. 
Les téâmim ou signes qui relient des fragments pour montrer que leur sens est commun s'appellent des signes "conjonctifs" (mécharétim) ; nous les verront plus tard. 
Chacun de ces signes a une mélodie particulière qui permet de les reconnaître à l'audition. Chaque communauté à une mélodie particulière pour ces signes, mais les différences ne sont pas très grandes.

Voici un verset de la Torah, c'est le début du Livre de Chémote, l'Exode.
Il se lit de droite à gauche, ligne par ligne :

Vé éllé chémote béné Yisrael ha baim 
Mitsrayéma éte Yaâqov iche ouvéito baou.

Traduction, ligne par ligne : 

"Et ce sont les noms des fils d'Israël qui viennent 
en Egypte avec Yaâqov lui et sa maison vinrent".
Ecoutez ici le chant qui tient compte des différents téâmim qui indiquent à la fois la ponctuation et le sens.


Le double point 
Ce verset comporte à la fin un double point, que l'on retrouve entre chaque verset de la Torah et de toute la Bible. Cela n'est qu'une facilité de composition d'imprimerie pour séparer visuellement les versets et cette marque ne fait pas partie de la Torah.


Le sof passouq 

Mais la fin d'un verset est toujours indiquée dans la Torah par un petit trait sous le dernier mot (baou), c'est le sof passouq, ou fin du verset. Lui, fait partie de la massorète ou tradition des signes de lecture.
Ce signe est un taâm mafsiq ou signe disjonctif, signe de ponctuation qui coupe le sens (comme le point en fin de phrase). Il a une mélodie particulière. Il correspond un peu au changement de paragraphe actuellement ou au point.


Le atna'h 

Un autre signe disjonctif marque généralement la moitié du verset, un peu comme le point-virgule ou comme le point simple entre deux phrase,
c'est le atna'h  pour les Séfarades, ou atna'hta pour les Askénazes. Il a la forme d'une petite fourche à deux dents vers le bas :

On le trouve dans le verset ci-dessus sous le mot Mitsrayéma.

Il est sous ce dernier mot et délimite la fin de la première partie du verset.
Vé éllé chémote béné Yisrael ha baim Mitsrayéma
"Et ce sont les noms des fils d'Israël qui viennent en Egypte" (pause) ;..."
Dans les versets très courts, l'atna'h est parfois absent car il n'a pas de lieu d'être.
Entraînez-vous à reconnaître ces trois premiers signes sur d'autres versets, en faisant la pause correspondante dans la lecture. De même en lisant le français.

Ensuite, 
chaque demi-partie du verset que nous venons ainsi de découper,
peut elle-même être divisée plusieurs fois en parties, un peu comme nous faisons en français par les virgules. Cela par d'autres signes de ponctuation (disjonctifs) que nous verrons ultérieurement. En voici un :


Le zaqef qatane ou zaqef  qatone

Ce sont deux points placés à la verticale au dessus d'un mot. Cela est très facile à reconnaître .

Donc, dans le verset ci-dessus, dans la première partie de la phrase se terminant par le atna'h, 

Vééllé chémote béné Yisrael ha baim Mitsrayéma

un petit arrêt doit se faire après le mot Yisraël, le 4e mot.
Vé éllé chémote béné Yisrael ha baim Mitsrayéma
"Et ce sont les noms des fils d'Israël (pause légère du zaqef qatane)

puis "qui viennent en Egypte" (pause plus longue du atna'h) ;"

De même, si nous continuons maintenant à lire la seconde partie de la phrase,
éte Yaâqov iche ouvéito baou.
avec Yaâqov lui et sa maison vinrent",
nous trouvons aussi un zaqef qatane sur le mot  Yaâqov, donc nous lisons :
éte Yaâqov (pause légère du zaqef qatane)
avec Yaâqov (pause légère du zaqef qatane)

Puis,
iche ouvéito baou.lui et sa maison vinrent". (Grande pause du sof passouq, fin du verset)


Le réviî

Un dernier signe disjonctif de ponctuation apparaît dans cette phrase, sur le premier mot

sur la seconde lettre, c'est un un losange noir nommé réviî pour les Askénazes, ou raviâ pour les Séfarades, 
par allusion à ses 4 côtés. En fait, c'est un mot araméen qui veut dire en hébreu, méyouchav ou ravouts, étendu, couché.
Il a cette forme : 

Donc, à cause de ce taâm disjonctif,  on doit faire aussi une légère pause après ce premier mot.
Ce signe nous indique qu'il y a une importance particulière à ce premier mot et qu'il ne faut pas lire rapidement : "voici les noms"... mais "et voici, ce sont eux" (pause) "les noms...".

Pour bien comprendre l'importance de ce signe, qui semble ainsi placé bizarrement sur le premier mot pour dire : "et eux", voici le sens de cet arrêt ; l'auteur du Or ha 'hayim, nous dit : ce premier mot est, de plus, composé avec la lettre vav qui indique "et", cela est pour nous dire que de même que Avraham, Yits'haq et Yaâqov qui ont été les acteurs du livre précédent, étaient des tsaddiqim, des justes, et eux aussi leurs descendants sont des tsaddiqim". Il fallait ce  signe de ponctuation pour attirer notre attention sur un sens à aller rechercher auprès de ceux qui transmettent la tradition.
J'ai traduit littéralement (donc lourdement) pour bien suivre le sens mot par mot afin d'aider ceux qui se reportent au texte original du Or ha 'Hayim.



La séquence du réviâ
Le réviî ou raviâ est précédé du mouna'h ou chofar holekh placé sous une lettre du même mot ou sous un mot précédent.
A son tour, ce  mouna'h ou chofar holekh peut être précédé du darga .
A son tour, ce darga peut être précédé du du mouna'h ou chofar holekh .
Si la séquence est complète, nous avons donc cette suite en commençant à la lire par la droite :

soit 1) mouna'h, 2) darga, 3) mouna'h, 4) réviî. Cela dans la mesure où la séquence est complète.
Voyez l'exemple de cette quadruple séquence dans II Samuel 21, 2 : lo mibbénéi Yisrael hémma (" ils ne faisaient pas partie des fils d'Israël, eux").
Le cas le plus fréquent est le réviîsimplement précédé de son  mouna'h ou chofar holekh



Nous voyons plusieurs fonctions de ces signes disjonctifs :
- ils délimitent le verset,
- ils hiérarchisent le sens dans la phrase,
- surtout, ils font éviter des contresens,
- ils mettent en valeur l'importance de certains mots.
Et il y a encotre d'autre sens plus élevés.

Nous apprendrons encore beaucoup d'autres choses sur ces signes que l'on nomme téâmim, au pluriel,
et taâm au singulier.
Important : 
- connaître par coeur les noms de ces signes,
- les repérer facilement à la lecture,
- faire les pauses en conséquence lors de la lecture,
- sentir ce que devient le sens de la phrase avec ces pauses  diverses,
- réfléchir au sens que cela donne à la phrase,
- lire et prier avec le coeur en suivant le rythme de la vague du sens,
- aller voir les commentaires qui ont tenu compte de ces ponctuations.
En appliquant ces conseils lentement, vous avez déjà réalisé un très grand progrès dans la compréhension de la Torah.



Précisons que ces règles que vous apprenez s'appliquent à tous les livres de la Bible, sauf aux trois livres de Eikha, Michlé (Proverbes) et Téhilim (Psaumes) sont les initiales forment le mot hébraïque EMéT, vérité.


2e leçon
Les fausses ponctuations

De nos jours, tout lecteur qui a dans le regard le système de ponctuation imprimé dans les livres francophones de nos jours, peut faire erreur en projetant ce système de l'imprimerie sur les signes de la Torah.
En effet, dans la Torah, par exemple, il y a des traits verticaux que nous pourrions comprendre, selon leur graphisme visuel, comme s'ils marquaient une interruption du sens (ponctuation). Et ce n'est pas le cas.
Ce sont 
- le passéq qui est un grand trait placé entre deux mots, ()
- et le métég qui est un petit trait placé entre deux lettres et souis les lettres elles-mêmes.()

Ces signes, le passéq et le méteg, ne scandent pas du tout le sens de la phrase mais éclairent sur la prononciation.
Le passéq avertit de bien séparer la prononciation des deux mots.
Le méteg avertit de règles particulières de prononciation entre les lettres présentes.
Développons avec des exemples.

Le passéq. 

Il aide en 4 cas :
1. Le passéq demande de bien prononcer séparément deux lettres semblables qui se suivent
comme en Dévatrim 7, 1 : goyim rabim (passéq) mipanékha, "des peuples nombreux devant toi" :

2. Le passéq demande de bien prononcer séparément deux mots semblables qui se suivent
omme en Béréchite 39, 10 : yom (passéq) yom, "jour jour".

3. Le passéq demande de bien prononcer séparément deux sons qui se suivent et pourraient s'affecter l'un l'autre, 
comme en Béréchite 1, 21 : ha 'haya (passéq entre a-a) haromésséte :

4. Le passéq demande de bien prononcer séparément deux mots qui se suivent et dont le sens de l'un pourrait nuire au sens de l'autre en dignité, 
comme en Béréchite 2, 21 : vayapél Hachém Eloqim (passéq) tardéma âl haadam "Hachém Eloqim fit tomber un sommeil sur l'homme" :

Un autre cas se présente que nous éliminons de la mémoire car il relève d'autre chose ; je l'explique simplement pour qu'il n'y at pas de confusion possible. Le passéq joue aussi un tout autre rôle que celui de la prononciation où il permet aussi de distinguer deux teamim qui se ressemblent. C'est le cas quand il suit toujours le signe situé ci-dessous sous le premier mot vékhol pour indiquer que c'est un signe de ponctuation chanté qui sépare le sens (un mafsiq) et qui est nommé "mouna'h légarmé" ou "chofar légarmé",

tandis que lorsque ce signe est seul, c'est au contraire un signe qui relie le sens (un mécharéte) et qui se nomme chofar. Oublions donc ce cas externe.

Le méteg 
Ce n'est pas un taâm chanté ni un taâm qui exprime la ponctuation du sens mais c'est un frein placé pour que le lecteur fasse attention à bien prononcer les sons par exemple, en bas, le petit trait vertical  après la première lettre du mot Yaâqov pour qu'on ne prononce pas Yaqov mais bien Yaâqov.

Si on a bien compris cela, chaque grammairien ou chaque imprimeur peut placer un méteg là où il estime que c'est nécessaire, ou s'il s'adresse à une population qui ignore la grammaire. C'est pour cela que des livres de prière populaires qui ont une bonne qualité pédagogique en placent abondamment.
Le méteg est necessaire pour bien respecter la grammaire de la prononciation, qui elle-même permet d'éviter des fautes sur le sens du texte. C'est pour cela que nous avons placé une longue étude sur le méteg sur le site Modia.

(à suivre en d'autres leçons, mais il faut d'abord mémoriser ces noms).


Ici, 3e leçon
De la théorie à la pratique