Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
 

de la Torah bien reçue et comprise
COMMENT LIRE LES SIGNES DE LA TORAH ou téâmim


4e leçon

Bien lire avec les signes de ponctuation

1. Il faut d'abord, dans le regard, situer les signes de ponctuation (téâmim) dans la phrase que l'on commence à lire.
- Pour cela, nous allons les situer en imaginant que la ligne correspond à toute la phrase.

6. Comparons maintenant les noms que nous avons déjà appris, suivant les deux communautés
 

Le Sof passouq (petit trait vertical sous le dernier mot) est à la fin, donc à l'extrême gauche. Il y a donc la pause principale.
 
 
Le Etna'hta ou Atna'h marque la moitié du sens du verset. Il y a donc une légère pause à marquer en comprenant cette pause dans le sens de la phrase. Cela ne correspond pas forcément à la moitié du nombre des mots dans la phrase. Cumulons les deux pauses.

 
 
 
Le Zaqéf (deux points sur le mot) vient faire une pause moins forte dans le sens de chacune des deux parties (encore une fois, pas selon le nombre de mots, mais selon le sens, comme les virgules). Donc, lire intelligemment en marquant le temps léger de ces téâmim. Entrainez-vous à haute voix sur une phrase en français pour bien comprendre la différence des durées de paus pour faire ressortir le sens ; sinon, vous liriez d'une voix monocorde et le texte deviendrait stupide. Ne faisons pas cela sur l'hébreu, encore moins sur la Torah, ni sur les psaumes.

 
 
Le Réviî (losange sur le mot) peut encore subdiviser chacune des parties précédentes, comme s'il y avait en français une mini-virgule. Voici toute la séquence possible dans la phrase :

Regardons maintenant la première partie du verset en faisant les pauses comme il le faut pour le sens. Ne prenons pas en compte les autres signes pour l'instant :



Vé éllé chémote béné Yisrael...  ha baim Mitsrayéma 
"Et ce sont les noms des fils d'Israël... qui viennent en Egypte" (pause) ;" 

et maintenant tout le verset :

Ecoutez maintenant ici le verset en y observant dans la lecture toutes les pauses que nous venons d'apprendre.
Continuez l'exercice sur le texte de la haftarah de la parache Ki tetsé


 

Ronni, âqara lo yalada (atna'h)
Réjouis-toi et chante, stérile qui n'as pas enfanté (fin du demi-verset)
pits'hi rinna vétsahali lo 'hala  (zakéf)
éclate en jubilations et chants, et réjouis-toi qui n'as pas porté d'enfant.
ki-rabim béné-choméma
car plus nombreux les enfants de l'abandonnée délaissée
mibéné véoula, amar Hachém (sof passouq)
que les enfants de l'épouse, dit Hachém.
(et lisez la suite).

Ici 5e leçon, les téâmim des psaumes
Ici, 6e leçon. Les signes qui précèdent la fin du verset et le milieu du verset


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour