Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
Etude du Péréq chira
(Chapitres 2 et 3 et la louange des fourmis
vient d'être placée)

Par notre union au chant de la nature
se réaliseront tous les plans de la Création



Scénario et photos par le Pr Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

© Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'étudier et d'enseigner simultanement. Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'étude personnelle, familiale, amicale, et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et l'adresse du site. Les sites, livres et bulletins ne peuvent faire qu'un lien vers ces textes sans les capter au delà de ce qui est autorisé par les règles habituelles du Copyright.

Complétez cette étude par celle du psaume 148 (lien)

Ici, une photo par jour filmée par nous à Jérusalem, en hommage et louange au Créateur

Après avoir lu ce texte, vous comprendrez mieux le rôle des photos de la création sur le site Modia, et en particulier le rôle des belles photos de nombreux animaux ou plantes pris comme langage et comme présence chantante d'une Présence qu'elles manifestent bien. Je "n'ai" pas d'animaux, il y en a assez dans la nature qui m'enseignent et fournissent ce dialogue constant. Dans la liberté et le chant.
Une anecdote authentique: j'étais dans la boutique du photographe dans mon quartier et une cliente attendait ses photos (elle est un grand reporter sur les animaux en Afrique). Elle aperçoit les photos qu'on me remet et elle dit au vendeur discrètement: "D'où a-t'il pris de si belles photos?". Il lui a répondu: "Mais ici, dans les 100 mètres autour d'ici, il est capable d'y prendre des photos extraordinaires de ce que personne ne voit et qui est là". Il avait tout compris de ce que vous allez lire ci-dessous de notre tradition dans le Pérék Chira.

Et, ici, un exercice sur le terrain: je vous emmène visiter avec moi le Zoo biblique à Jérusalem

1. Présentation
2. Abrégé du Péreq Chira
3. Texte du Péreq Chira
4. Pédagogie ersonnelle permanente


1. Présentation

Un exemple: quand nous terminons la fête de 'Hanouka, le dernier soir des 8 lumières, ce sont les hommes qui ont bâti ces lumières et la fiole d'huile du miracle, et c'est le Ciel qui y place toute la puissance divine créatrice, plus forte que toutes les oppositions. Nous touchons alors du doigt et du regard la force et la plénitude de ce qui peut nous emplir et nous imprégner dans la demi-heure minimale où nous avons à regarder ces lumières, et nous le réussirons si nous y prêtons attention.
Cela veut dire que:
- il y a une puissance à la disposition de nos actes qui est à la taille de l'acte de Création de l'univers;
- nous pouvons mettre en mouvement cette puissance en nous branchant sur cette rencontre qui est à notre disposition dans la nature.
- elle est une Torah écrite, non pas en lettres mais en nature. Et même si les humains, et quelques religions stupidement rivales de la révélation faite au peuple juif, et des idéologies sanguinaires, dans leur haine du bien, cherchaient à faire disparaître la Torah écrite ou les Juifs eux-mêmes comme ils l'ont fait souvent en la brûlant sur les bûchers, ils ne parviendraient pas à détruire la Torah sans fin de la nature qui s'étend dans fin. Le peuple Juif est dans la fonction de la Création et de l'union que la nature représente avec le Créateur pour la réussite du bonheur. Et les forces de la nature ne sont pas des dieux mais elles sont des coopérations avec nous dans cette fonction de bénédiction.

Dans cette perspective, il est un texte que beaucoup de Juifs ne connaissent pas et qui est très important, c'est le Péréq chira, le "Chapitre du Cantique".

Pourtant, il fait partie de la tradition des Juifs achkénazes, sépharades ou d'autres communautés. Et on en trouve des exemplaires et des références qui le citent depuis le 10e siècle.
Il est composé de versets de louanges (surtout tirés des psaumes) se rapportant uniquement aux éléments naturels ou surnaturels ou aux animaux, et non pas aux humains. Voici un exemple:


"La nuit dit: Dire le matin Ta bonté, et dire Ta bienveillance pendant les nuits" (psaume 92,2).
Certes, le Traité 'Haguiga qui traite des sphères célestes de la création les décrit en précisant en quoi elles sont des lieux de sainteté. Mais, dans le Péréq chira, l'axe est différent: les différentes créatures de la nature, elle-mêmes, louangent le Créateur et on le démontre alors par une citation qui indique quelle est leur louange. Cela pourrait être un texte informatif mais ce n'est pas cela puisqu'il nous est demandé de le dire, et d'agir par ce dire. Par exemple dans les Psaumes, spécialement dans le psaume 148.

Questions à ce sujet.
Nous avons appris de nombreuses fois sur le site que l'étude juive progresse par questions.
- Quel est donc le rapport entre tous ces versets de louanges d'autres créatures et l'homme qui aurait à rapporter ces faits?
La réponse à cette question nous apprendra beaucoup sur le lien de l'homme à la nature.
Tout-à-coup, cela nous fait prendre conscience que nous quittons la synagogue et la maison pour aller dans la soucca, la cabane. Nous prenons aussi des branchages pour prier à Souccote.
- Pourquoi les psaumes de Cha'harite de Chabbate commencent-ils par le psaume qui dit: "les cieux racontent la gloire de D.ieu". Pourquoi? Et comment peuvent-ils raconter cette gloire.
- Pourquoi dans le psaume 146 est-il dit : "louez depuis les cieux, ou depuis la terre"?

Nous avons une première réponse dans le fait que ce texte est accompagné de phrases des grands Sages de la Michna précisant l'importance de ce Péréq chira, et le pourquoi.


Découvrons le Péréq Chira
Il est composé de 6 chapitres comportant des versets introduits par l'expression: "les oiseaux (par exemple) disent:...".

Le 1e chapitre est composé de versets se rapportant aux éléments de cadres essentiels: aux cieux, à la terre, au Jardin d'Eden, aux profondeurs, au désert, aux champs, à l'eau, aux fleuves, aux sources. Voir ci-dessous.

Le 2e chapitre est composé de versets se rapportant aux éléments insérés dans ces cadres: au jour, à la nuit, au soleil, à la lune, aux étoiles, aux nuages, aux nuages de gloire, aux vents aux éclairs, à la rosée, à la pluie.


Le 3e chapitre est composé de versets se rapportant aux végétaux: aux arbres, à la vigne, aux figues, aux grenades, aux dattes, à la pomme, aux épis de blés, d'orge, d'avoine, aux légumes, aux prés.


Le 4e chapitre est composé de versets se rapportant aux petits animaux: au coq et à ses 7 chants, à la poule, à la colombe, à l'aigle, à la cigogne, à différentes sortes d'oiseaux, au hibou,



au corbeau, au canard, aux sauterelles,



aux lézards, aux mouches, aux baleines,
aux poissons, aux grenouilles.


Le 5e chapitre est composé de versets se rapportant aux gros animaux: aux moutons, aux vaches, aux petis bestiaux, aux animaux immenses, aux chameaux, au cheval,
au mulet, à l'âne, au taureau, à la girafe, aux gazelles,
à l'éléphant, au lion, à l'ours, au loup, au renard, au lévrier, au chat.

Le 6e chapitre est composé de versets se rapportant aux reptiles divers, aux crabes, aux limaçons, aux fourmis,
aux souris, aux chiens.

Le Chla ha Qadoch (lien ici) (dans son Siddour, son livre de prières intitulé Chaâr haChamayim ainsi nommé car il l'a écrit à Jérusalem après son alyah) reprend les enseignements du Ari, zal, sur le Péréq chira pour nous faire part de la conception de l'univers et des créatures et de leur rôle dans la distribution de la bénédiction.
Il les traduits en termes moins techniques et plus compréhensibles par le peuple.

Une première structure y apparaît en un scénario:
1- Toutes les créatures qui existent dans le monde ont un prince, un Sar, dans les Cieux et c'est le secret de ce que disent nos Sages: il n'y a pas un brin d'herbe dans l'univers qui n'ait pas son mazal, son sort qui le gouverne d'en haut.
2- Ce Sar le pilote, et lui dit: "grandis". Nous voyons ici que la parole de diction est importante, comme dans la Création initiale.
3- Et c'est par cette correspondance entre le Sar et la créature d'en bas que vient en bas le flux (chéfâ) et la vie ('hayim).
4- Mais nous découvrons maintenant la clef: ce Sar ne peut pas agir ainsi que seulement après qu'ait été dit en bas une chira, un chant saint.
5- En effet, c'est cette chira qui donne au Sar le pouvoir d'agir, également au mazal.

Essayez de mémoriser cette structure juive.

Il est justifié de se demander sur quoi ce système repose dans nos textes. Voici:
- Il est dit clairement que c'est à la ressemblance et à l'image de D.ieu que l'homme a été fait. Cela veut dire qu'il y a en Haut un niveau (tsélem) qui représente le niveau que nous sommes en bas.
- Il en est ainsi pour toutes les créatures qui dépendent de cette image élevée de l'homme.

Les conclusions arrivent maintenant:
1- c'est parce que toutes les créatures sont ainsi reliées à l'homme et à son niveau élevé que toutes les créatures reçoivent par l'homme la bénédiction.

2- et cela se fait quand l'homme dit ces versets des psaumes et autres textes qui sont rassemblés dans le Péréq chira et qui nomment ainsi les créatures se reliant au monde d'en haut. Cela, à condition que le coeur de l'homme soit présent avec son coeur dans sa prière et dans ses intentions.

3- alors l'homme devient le producteur du flux (gorem chéfâ) de la bénédiction dans la création. Et cela vers toutes les créatures qui dépendent de lui.

4 - par le Péréq chira, l'homme rassemble toute cette dynamique en un faisceau; ce rassemblement, comme on forme un bouquet se fait par les termes: "les cieux que disent-ils? Ils disent:..". Et l'homme a le pouvoir de tout faire monter comme un chef d'orchestre le fait pour tous les instruments, c'est le rôle du Ménatséa'h comme dit le mot d'introduction des psaumes, mot qui signifie à la fois le chef d'orchestre et le victorieux.

Cet enseignement a été reçu pour le Chla auprès de ce qu'a écrit son père dans son livre 'Héssed lé Avraham.
- En plus de l'enseignement précédent, il ajoute ceci: que chaque Sar d'En-haut loue (méchabéa'h) et fait de la poésie chantante (méchorér) envers le Créateur.
- Cela, par le chant nommé chira qui va vers le Créateur.
- Celui qui a compris cela, a compris pourquoi il y a ces louanges sous forme poétique qui assument ce rôle, comme le Cantique de la Mer rouge qui est un élément de la nature. (Pour rendre sensible cette fibre que nous avons chacun de nous, je mets aussi les poèmes sur le site, lien ici)
- On le voit clairement dans le psaume 148. Et c'est pour cela que nos Sages ont rassemblé ces versets, en ont fait le Péréq chira et ont ajouté à chaque fois les mots : "le ...X... dit".
- Ainsi le Péréq chira rassemble tout ce que nous venons de présenter et le fait monter.
- Et alors la lumière est dispensée en bas, fait vivre tout.
- Cela est la loi du monde.

Pratiquement, il s'ensuit que
- si nous prions ainsi avec cette conscience du monde, avec intention et avec le coeur, le Péréq chira, nous contribuons à la descente de vie dans la Création.

- En effet, le chant de l'homme est encore plus important que celui de toutes les créatures.

- Et si l'homme prie bien, alors les créatures d'En-haut font monter ce chant de l'homme car elles sont soumises aux chants de l'homme.

- Celui qui prie ainsi est nommé 'hakham lev (sage du soeur) et navone daâte (intelligent dans la science des unions).


Les textes qu'on lit avant et après le Péréq chira sont maintenant compréhensibles.
Puisque nous avons compris ce fonctionnement global de la Création dans sa gestion de la bénédiction de vie, nous pouvons comprendre pourquoi nos Sages de la Michna font une telle liste de bienfaits qu'apporte le Péréq chira.
Ils concernent l'individu, son lien à la Torah, à l'espace, au temps, et à la venue du Machia'h car c'est le projet de la Création qui fonctionne bien.
"Rabbi dit Celui qui s'occupe dans le Péréq chira"....
Mon commentaire: remarquons bien qu'il n'est pas dit: celui qui récite, et le fait automatiquement comme souvent on file sur les versets, mais il est bien précisé "celui qui s'occupe haôsséq" car c'est un "labeur intense dans l'attention de l'esprit et du coeur et de la présence".
Il dit "kol haôsséq, chacun qui s'occupe". Mon commentaire: toute personne qui le fait ainsi produit de tels fruits car ce n'est pas seulement entre lui et D.ieu mais il fait fonctionner la Création. Et cela est effectif par chacun.
Il dit "baôlam hazzé, en ce monde-ci". Commentaire: cela nous montre qu'il s'agit d'une action qui prend en charge les structures de notre monde.

Celui-là mérite toute cette liste impressionnante des bénéfices d'une telle prière (mon commentaire est placé entre les parenthèses):
- apprendre la Torah et l'enseigner (car il fait alors fonctionner la Torah créatrice dans son projet et dans son effet).
- garder et faire et réaliser (c'est une action effective).
- son étude reste acquise en lui et dans son action.
- il est préservé de la puissance du yetser ha râ (car il fait fonctionner le monde selon le bien qui le crée), il est préservé des atteintes du mal qui le blesseraient, de la destruction de la tombe (il mobilise les forces vitales), des verdicts des rigueurs qui précipitent dans les abîmes.
- des souffrances qui précèdent la venue du Machia'h (car cet acte de prière assure la réussite en bien. Cela nous indique aussi que cette réussite est liée à une telle qualité qui l'assurerait et non pas sur simple essai, action ou volonté).
- sa vie s'allongera et il bénéficiera de voir la venue du Machia'h et de vivre la vie du monde à venir.

C'est pour tous ces motifs les plus précis indiqués par la tradition que je propose la lecture de ce psaume 148 en notre période de détresse totale.
Voir ici l'oeuvre de Rabbi Yehouda ha Nassi. Sa place, ici, dans la chaîne de la transmission de la Torah.

Ensuite, Ribbi Eliêzér ajoute le motif pour lequel cela apporte également le monde à venir. Car il n'est pas dit que Moché "a chanté" mais qu'il "chantera", ce qui fait référence aussi au monde à venir.

Donc, le Péréq chira développe toute la dynamique du psaume 148 en nous montrant qu'elle est présente dans l'ensemble des psaumes, qui sont eux-même le rythme intérieur du Juif vivant de la Torah.

Donc, le Péréq chira n'est pas une simple collection de symboles reliés aux différents éléments et animaux mais le Péréq chira nous enseigne qu'il y a un système dans la Torah qui concerne l'ensemble de la Création et le rôle de l'homme. Bien plus, c'est ce rôle qui fait fonctionner le monde. Davantage encore, la prière a un rôle important là dedans. Enfin, la communauté de destin entre tous les êtres est claire et on n'a pas attendu les idéologies écologiques récentes pour le découvrir. Nombreux sont les Juifs qui admirent ailleurs ce qu'ils ignorent de leur propre culture et héritage.

Le Péréq chira n'est donc pas non plus un plaidoyer pour l'élevage d'aminaux domestiques ni une philosophie particulière à ce sujet selon la mode qui se répand de plus en plus, et qui dans certains cas tend à substituer la relation animale à la relation aux enfants pour le couple moderne car la relation aux enfants demande un soin bien plus long et plus compliqué sur le plan matériel, psychologique et affectif. Et la société de consommation immédiate n'est guère prête à ces attentions.
Il s'agit bien ici des animaux dans la fonction globale de la Création. Ils ont été préservés pour cela comme élément essentiel dans l'arche de Noa'h.

Car il y a une conception essentielle, disent nos Sages sur le Péréq chira, c'est que la Chékhina réside dans le monde d'En-bas, bata'htonim. Il appelle aussi ce soin que nous avons envers la beauté de ce bas monde pour le faire monter: les "embellissements et bijoux de la fiancée, qichoutim dé Kala".
Tout cela se joue non pas dans des théories de la tête ni dans des automatismes des lèvres qui prient mais dans "tout l'être qui agit par le coeur" comme il est dit en Qohélète 2 "ani libbi: moi mon coeur".
Sans cette intervention précise de l'homme par la Chira (et seulement par la Chira), toutes les forces magnifiques de la nature et des animaux et de leurs chants...


Regardez ici la louange de la beauté du monde, preuve de la bonté du Ciel,
revenons-y car elle gagnera. (Documents visuels National geographic, lien)


...ne parviendraient pas à recevoir le flux de vie et de bénédiction ni à monter véritablement. Nous exerçons donc une fonction vers l'ensemble de ces êtres voulus par D.ieu et vers eux par la Chira. L'homme exerce ce rôle global envers l'ensemble, bien plus que par le compagnonage avec "un" animal familier. Ce qui pose d'ailleurs des problèmes halakhiques de pudeur, de respect du besoin de liberté de l'animal qui devrait vivre dans ses conditions normales et selon ses besoins.

Voici quelques références de la tradition pour les étudiants avancés qui voudraient étudier davantage sur ces thèmes:
- 'Héssed lé Avraham 1,5 et1,17 et 4,1. (C'est un grand plaisir que de vous faire participer ainsi à la relation d'enseignement qu'il y avait entre le père du Chla et son fils. Et, comme vous le voyez sur le site, nous puisons autant aux beautés de la tradition achkénaze que de la tradition sépharade).
- Sefer ha iqarim, 3,1.
- Ari: Chaâr maamaré R. Chiméone, Séfer taâmé hamitsvote, paracha Vaét'hanane
- 'Hida (Siddour 1804 et Chel haguédolim, Pérek Chira), liste de nombreux pérouchim spécialement du Sia'h Yits'haq, Kouzari, Mabit (Beit Eloqim,1576), Chimeone Wolf (Chaâr Chimeone, 1664), 'Hayim Lipchits (Dérekh Hayim, 1703), et du Yabets dans son siddour avec résumé de la thèse du Ari. Et beaucoup d'autres
- Ici, la signification du mot Chir dans le commentaire des psaumes.
- Ici, la signification du mot Chira dans nos commentaires de la paracha Haazinou et surtout dans Béchala'h de Chémote 15, 1; Bémidbar 21, 17; Dévarim 31, 19 et 31, 21-22 et 31, 30 et 32, 44; II Samuel 22, 1; Psaumes 18, 1; Isaïe 5, 1 et 23, 15; Amos 8, 3. Et leurs commentaires.

Voici quelques références du Zohar sur la Chira pour bien renforcer l'assurance que cette voie est juste et sûre:
"La" perle: Moché a dit la chira au féminin envers "la" Chékhina (III 201a). (Que notre civilisation qui avilit sans cesse la femme par toutes les publicités et l'habillement, médite cela, alors que le judaisme met la terre d'Israël et la Torah et Jérusalem au féminin, par respect et connaissance de la valeur).
- R. Elazar et Abba entendaient les chants des arbres et les versets des psaumes qu'ils disaient (I 7a).
- Toute créature a son chant (I 123a).
- Les chants des cieux (Zohar Hadach Béréchite 10b).
- Les chants des étoiles (I 188b-189a et II 10a).
- Le chant de l'âne (III 201a).
- Les chants des fruits (I 17a).
- Les chants du début de la nuit (I 92a).
- Les chants des anges, la nuit (I 207b). Le jour ils disent un chir, le matin chéva'h, la nuit un zémer (III 32b).
- Comment HQBH reçoit bien nos chants de la nuit (I 27b).
- Les chants du matin (I 40b et I 231b et II 196a et III 64b). Et par l'homme le matin (I 189a).
- Les chants au lever du soleil (II 176a).
- Les chants de la terre et du ciel ajoutent la force (II 18b).
- La chira de la terre (Zohar Hadach Berechite 10b).
- La chira de Dévora et Hanna (III 19b).
- Dans la chira de Moché, les mots vinrent se présenter devant lui les uns après les autres (III 284b).
- Les chants d'Israël sont qedoucha, de la sainteté (II 18b) depuis en haut jusque vers le bas (III 287b).
- C'est une bonne voie que de demander par les chants et louanges (II 178a).
- Le chofar est un chant (I 198a).
- On sort de la galoute (dispersion) par des chants comme d'Egypte (Tiqouné Zohar 21, 51b).
- Il y a des palais d'En-haut qui ne s'ouvrent que par le chant (Tiqouné Zohar 11, 26b).
- Ceux qui savent louer par le chant, leur prière est toujours entendue (I 73a et 178b).
- Les dire avec crainte, yirea (II 202b).
- Chanter, le chabbate (III 272b).
- A l'avenir, les chants iront de haut en bas et de bas en haut (III 286a).
- Quand HQBH se vengera des nations, il y aura des chants (I 124 a).


Cela est parfaitement résumé dans ce texte:

Zohar II 196a, sur la paracha Vayaqhel de Chémote: "ilmalé divené âlma atimine libba ou sétimine âyénine la yakhline léméqem miqal néîmta dégalguéla déchimcha kad natel, Si les humains ne se fermaient pas leur coeur et ne se fermaient pas leurs yeux, ils ne pourraient pas soutenir la voix des chants lors de la réapparition du soleil". Ce texte se dit dans le Tiqoune des Chélocha michmarotes de la nuit.
Ouvrons donc nos coeurs et nos yeux et nos oreilles, Ecoute Israël, Chémâ Yisrael!

Pour s'entrainer ensuite sur le terrain partout,
voir sur ce lien mes photos de nature de Jérusalem et d'Israël


Pour

1) les rencontrer,
2) capter leur chant et l'unir au nôtre ainsi éveillé,
3) par une louange, faire descendre la vie et la bénédiction constamment

La place des photos de nature sur le site Modia est maintenant bien compris:
d'une part ils nous montrent ce que nous enseigne la Torah;
d'autre part, ces photos sont un entrainement pour notre regard afin qu'il voie tout ce que nous venons de transmettre,et afin qu'il transforme en cette prière demandée par la Torah chacun de nos regards sur la nature,à l'heure où le monde à besoin d'être sauvé par le flux de la bénédiction.
Et cela dépend de nous.


En particulier, je le propose à l'heure historique où la folie de nos politiciens détruit la terre d'Israël et brise le peuple.
Seule la bénédiction et notre pouvoir sur elle peuvent nous sauver des forces qui animent ces tigres de papier.















La création est belle, ne l'abimons pas, chacun est une lettre de la Torah
et sans lui, et sans elle, le rouleau ne serait pas cachér.



3. Le texte du Péréq Chira Chapitre 1
(Photos de l'auteur)

Les cieux disent: Les cieux racontent la gloire de D.ieu et le firmament proclame l'oeuvre de Ses mains (Psaume 19,2).

La terre dit: A Hachém appartient la terre et ce qu'elle renferme,
le globe et ceux qui l'habitent (Psaume 24,2). Et il est dit:
Du bout de la terre nous entendons des chants, gloire au juste (Isaïe 24,16)

Le Jardin d'Eden dit: Réveille-toi, rafale du Nord! Accord, brise du Midi!
Balayez de votre souffle mon jardin, pour que ses parfums s'épandent.
Que mon bien-aimé entre dans son jardin et en goûte les fruits exquis
(Cantique des Cantiques 4,16).


Le Guéhinom dit: Car Il a rassasié l'être épuisé
et rempli de délices l'être affamé (Psaume 107,9)



(dessin de l'auteur)

Le désert dit: Que le désert et le sol brûlé se réjouissent! Que la plaine aride exulte et fleurisse comme la rose (Isaïe 35,1).

Les champs disent: Hachém par la sagesse a fondé la terre;
par l'intelligence Il a affermi les cieux (Michlé, Proverbes 3,19).

Les eaux disent: Lorsqu'Il fait entendre le bruit (du tonnerre), des torrents d'eau s'amassent au ciel, Il élève les nuées du bout de la terre, Il accompagne d'éclairs
la pluie et fait s'échapper le vent de ses réservoirs (Jérémie 51,16).


Les mers disent: Plus que le tumulte des eaux profondes, des puissantes
vagues de l'océan, Hachém est imposant dans les hauteurs (Psaume 93,4)


Les rivières disent: Que les fleuves battent des mains, qu'à l'unisson les montagnes retentissent de chants (Psaume 98,8).
Les sources disent: Chanteurs et joueurs d'instruments (disent): toutes mes sources sont en Toi (Psaume 87,7).

(Source brûlante et bouillonnante dans le volcan de la Soufrière,
à la Guadeloupe. Photo de l'auteur)


(Source à Jérusalem)

Chapitre 2

Le jour dit: Le jour en fait le récit au jour,
la nuit en donne connaissance à la nuit (Psaume 19,3)


La nuit dit: Il est beau d'annoncer dès le matin Ta bonté et
Ta bienveillance pendant les nuits (Psaume 92, 3).

Le soleil dit: Le soleil, la lune s'arrêtent dans leur orbite, à la lumière de tes traits qui volent, à la clarté fulgurante de ta lance (Habacuc 3,11).


La lune dit: Il a fait la lune pour marquer les temps, le soleil connaît
la fin de sa course (Psaume 104, 19).


(Photo de l'éclipse lune-soleil à Jérusalem. Voir tout le reportage et l'étude ici)

Les étoiles disent: C'est Toi seul qui es l'Eternel; c'est Toi qui as fait les cieux et les cieux des cieux avec toutes leurs milices, la terre et tout ce qui la couvre, les mers et tout ce qu'elles renferment: Tu donnes la vie à tous les êtres, et l'armée du ciel s'incline devant Toi (Néhémie 9,6).

Les nuages disent: Des ténèbres, Il se fait une mystérieuse retraite, Il s'enveloppe comme d'un pavillon, des eaux obscures, d'opaques nuages (Psaume 18, 12).

Les nuages de gloire disent: Il charge aussi la nue de vapeurs humides,
dissémine ses nuages que traversent les éclairs (Job 37, 11).


Le vent dit: Je dirai au Nord: "Donne!" au Midi: "Ne les retiens pas!
Ramène des pays lointains Mes fils, et des confins de la terre Mes filles (Isaïe 43, 6).


Les éclairs disent: Il amène les nuages des extrémités de la terre; Il accompagne d’éclairs la pluie, fait s’échapper le vent de ses réservoirs (Psaume 135, 7)

La rosée dit: Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme la rose
et enfoncera ses racines comme [le cèdre] du Liban.

Les pluies disent: Tu fis ruisseler, ô Dieu, une pluie bienfaisante;
ainsi Toi-même Tu restauras Ton héritage, si épuisé.



Chapitre 3 - Lien

Les arbres des champs disent: Alors, les arbres de la forêt se réjouiront d'allégresse devant Hachém car Il vient pour juger la terre (I Chroniques 16,33).

La vigne dit: Ainsi parle Hachém: "Quand on trouve une grappe pleine de jus, on dit: Ne la détruis point, car la bénédiction y est dedans, ainsi je ferai pour mes serviteurs en prenant garde de ne pas tout détruire (Isaïe 65,8).

La figue dit: Qui veille sur le figuier jouira de ses fruits (Proverbes 27,18).

La grenade dit: Ta tempe est comme une tranche de grenade à travers ton voile (Cantique des Cantiques 4,3).

Le palmier dit: Le juste fleurit comme le palmier; comme le cèdre du Liban, il est élancé (Psaume 92,13).


Le pommier dit: Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, ainsi est mon bien-aimé parmi les jeunes gens; à son ombre, j'ai brûlé du désir de m'asseoir, et son fruit est doux à mon palais (Cantique des Cantiques 2,3).

Les épis de blé disent: Chant des montées (vers Jérusalem).
Des profondeurs, je T'ai appelé, Hachém (Psaume 130,1).


Les épis d'orge disent: Prière d'un pauvre qui se sent défaillir et répand sa plainte devant Hachém (Psaume 102,1).

Les autres épis disent: Les prairies sont revêtues de troupeaux, les vallées se couvrent de blé comme d'un manteau. Partout des jubilations et des chants (Psaume 65,14).


Les légumes qui sont dans les champs disent: Tu en inondes les sillons, en écrases les glèbes, par les ondées Tu la détrempes, Tu en bénis les plantes (Psaume 65,11).

Chapitre 4

Le coq dit : A l'heure où le Saint Béni soit-Il vient vers les Justes dans le Jardin d'Eden,... (insertion prochaine, si D. veut)



Retour à la page de toutes les photos comme voie de rencontre avec la beauté de l'essentiel.
Comment éduquer les enfants à ces regards et à ces rencontres intérieures pour agir en ce sens (lien)



4. Résumé pour une auto-pédagogie permanente

1. Le monde est un cadeau de Hachém, un support le manifestant, une rencontre avec Lui.

Cela se réalise par l'écoute d'une voix-rencontre qui n'est pas le bruit (vain, vide, superficiel, pervers ou avili) de beaucoup de paroles.
Mais c'est l'écoute d'une voix-rencontre qui est spiritualité dans la matérialité de la beauté (mer, nuage, montagne...), de couleurs (ciel, fleurs...), de sons (oiseaux, vent...).
A travers tout cela, c'est l'écoute d'une voix n'ayant que le Créateur pour motif, par la pureté de Son union à ce qu'Il fait exister. A nous de saisir ces voix qui révèlent cette union, et cette orientation incessante de tout existant.

2. Donc, cherchons à entendre cette musique et ne pas en rester aux bruits des radios, ni au bruit de nos pensées.
Donc, cherchons à être présent dans l'acte de voir, entendre, sentir, ressentir, humer, pour être relié à l'essentiel présent.

3. Nos textes nous disent que le monde est plus près que nous du Créateur. C'est peut-être pour cela qu'il s'éveille bien avant nous; écoutons les oiseaux chanter dès l'aurore en un concert puissant.

Qui apporte un cadeau de bouquet de fleurs, nous révèle et exprime son bonheur d'aimer. Combien plus, Celui qui nous remet ce bouquet aux milliards de fleurs, couleurs, senteurs qu'est tout l'univers.
Avant d'entendre mes sentiments, mes pensées, j'ai à entendre, à recevoir, à voir, le cadeau de ce concert universel.

Alors, nous sommes en contact direct avec Son baiser; et Il sait que nous l'avons compris, reçu, écouté. Le Chémâ Israël est réalisé. Et Sa bénédiction peut s'expanser.

Il faut donc sans cesse lâcher notre besoin d'autres informations, d'autres synthèses et discussions, afin d'entrer dans cette relation à l'ESSENTIEL.

4. Chaque fois qu'un sentiment, une information, un événement nous inquiètent, nous angoisse, nous irrite, nous peine, nous attaque, nous surprend, ce doit être le signal que nous avons dérapé hors du bon, de l'union, de l'essentiel, hors de la louange universelle.

5. Alors, prendre le temps de rebrancher l'union à Celui qui est présent en chaque sensation, information ou réaction, face aux éléments ou aux êtres. Je ne suis pas alors "dérangé-par... mais Celui qui crée en ce moment le monde et sa louange est bien plus présent que l'agitation qui m'agresse.

6. Chaque matin, prendre le temps de reformer la conscience de cette rencontre sûre: comme deux qui s'aiment et se retrouvent passent ensemble de la rencontre externe à l'intimité de la chambre, ensemble.

7. Cela, à chaque instant, au milieu même des bruits environnants.

Chapitre 6 (extraits)


La fourmi dit: "Va trouver la fourmi, paresseux, observe ses façons d'agir et deviens sage" (Michlé", Proverbes 6,6). Voici la suite du texte: "Elle n'a ni maître, ni surveillant, ni supérieur; et elle prépare sa nourriture durant l'été, elle amasse ses provisions au temps de la moisson! Jusqu'à quand, paresseux, resteras-tu couché? Quand sortiras-tu de ton sommeil? "Ah! dormir encore un peu, rester un peu assoupi, entrelacer un peu les mains pour reposer!" Cependant, la pauvreté s'introduit chez toi comme un rôdeur, et la misère comme un guerrier armé".

Observons donc ses façons d'agir puisque nos Sages dans le Tanakh (la Bible) nous disent que le Créateur nous donne là un enseignement.


(Photos de l'auteur, Dufour. Dipour, en hébreu)

Voici deux fourmis qui ont découvert quelques minuscules granulés de sucre. Chacune s'affaire selon toutes ses capacités; la première a repéré cette manne tombée du ciel. Mais comment a-t'elle fait pour avertir la seconde qui vient d'arriver? Elle a deux glandes dans sa tête, la glande Ayenin venimeuse et la glande Dufour (ce n'est pas une plaisanterie) qui envoie ou répand des signaux chimiques parfumés que seules les autres fourmis peuvent capter et qui conduisent aux sources découvertes de nourriture particulièrement par un fin cordon déposé sur le sol, comme des messages d'Internet qui seraient réservés à quelques correspondants et qui leur indiquent toutes les coordonnées personnelles de cette fourmi, son rôle, sa tâche, sa mission, sa localisation, l'objet communiqué, qu'il est nourriture, etc.
Il y a une communication entre elles maintenant par une légère danse qui informe encore quand elles sont à proximité

puis la communication se fait maintenant par les antennes et elle est permise parce que la seconde fourmi a trouvé le code de communication par la trace chimique déposée par la première fourmi autour de soi. Elle sait ainsi que celle qui approche est capable de coopérer puisqu'elle sait lire ses messages, de les avaler pour bien les analyser (c'est vraiment une réception, qabala parfaite et écoute parfaite et profonde comme cela est demandé par le Chémâ). Elle interprète alors l'usage qu'elle pourra en faire dans le nid.
Ici, en plus, la première fourmi lui transmet un message de détresse par un rapide battement des pattes sur le sol que je ne sais pas interpréter mais je vois qu'elle reste bloquée dans une position: a t'elle ingurgité trop de sucre ou a t'elle attrapé une hernie discale?!
La seconde fourmi s'approche, examine, reçoit des précisions par le contact des antennes. Chaque forme de contact avec telle ou telle patte ou antenne est un langage précis.

La fourmi s'éloigne, communique ces données, une autre arrive et constate que la malade est immobile, s'est repliée, apparemment morte.

Elle s'éloigne.

Elle en rencontre une autre et un échange actif sur la situation se réalise. Nous voyons bien ici les articulations des antiennes et les yeux, et les contacts. Nous découvrons l'importance des relations dans cette société, et celle des interactions, des codes, des langues multiformes. Et les informations sont extrêmement précises sur les tâches à réaliser. L'obéissance à ces codes est indiscutée. Nous sommes dans une société parfaitement organisée, et je ne peux m'empêcher de penser à la parache de cette semaine qui nous raconte comme un état à fuir la vie des Hébreux dans la société égyptienne, parfaite dans le contrôle de tous les codes sociaux et ne laissant pas de place au désir personnel ni à la liberté ni à la créativité. Tout y est organisé, analysé, évalué, répertorié jusqu'au timing (le îtouï, en hébreu) des conduites à tenir, jusqu'aux conduites de suicide individuel ou collectif en cas d'attaque insurmontable ou de sacrifice organisé face à l'ennemi pour ne pas lui céder; c'est le niveau des conduites de combattants suicidaires qui sont encore exploitées par les armées et religions. .

Ici, nous voyons clairement la structure de la tête, avec les yeux composés de centaines de petites billes, les deux pinces devant le visage et, dans cette tête plus d'un demi-million de neurones

Voici, au microscope, la tête de cet animal si sage qui est extérieurement d'une souplesse extraordinaire lui permettant de tomber de très haut sans dégâts mais qui intérieurement vit tout en programmation. Adoptons son sens du travail mais nous sommes d'une autre forme de créature par notre liberté qui se résume dans ce verset : "J'ai placé devant toi la mort et la vie, le mal et le bien, choisis la vie". Partout il faut refaire la sortie d'Egypte, sortir de l'esclavage. Nous devons toujours apprendre des autres et des fourmis le bien (l'attention, la communication, le sens du travail) mais apprendre aussi à ne pas suivre les travers.
Et être tolérants envers chacun car ce qui semble pour nous une infirmité est probablement le revers de qualités certaines. Avons-nous ces qualités?
Tout cela dans une seule phrase du Pérék Chira et dans un seul paragraphe des Proverbes (Michlé).


Image free. US Department of Interior.

Pour y revenir
1. Présentation.
2. Abrégé du Péreq Chira.
3. Texte du Péreq Chira.
4. Pédagogie personnelle permanente


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour