'Hévrone que j'aime

(page 5)

Scénario et photos: Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
Retour à la page d'accueil http://www.modia.org
© Copyright Dufour


 PATIENTEZ UN INSTANT PENDANT LE CHARGEMENT DE CES PHOTOS où j'ai cherché à faire vivre votre regard qui cherche et aime sur place, avec ses émotions.


Près de la tombe de Yaâqov, au mur cette tenture ou cette composition de marbre, je ne le vois pas avec précision. Peut-être exprime-t'elle bien comment quatre fois trois frères vivent ensemble dans une unité complexe et stabilité maintenant. Nous avons beaucoup à apprendre encore de toutes leurs péripéties, ils étaient pourtant les plus grands. Nul ne pourra nous reprocher nos petites erreurs puisque nous essayons et sommes sincères. Alors, ne perdons pas de temps, même s'il y a quelques petits glissements parfois hors de la lumière. Cela n'annule pas ce que nous avons à faire. Nous restons dignes de la Torah et du plan du Créateur.


Nous sommes faits de noir et de blanc, également, inséparablement.


Voici la porte de Léa que nous aimons tant.


Elle était trop céleste, rien ne lui était simple sur terre. Il est des gens comme cela qui traversent nos ères et doivent lutter pour tout bonheur. Elle mérite que nous fassions ici la prière. Et, finalement, c'est elle qui repose près de Yaâcov. Ne jamais désespérer sur terre.
Que c'est émouvant d'être ici présent où il est écrit: "signe de la tombe de Léa notre mère".
Et le texte saint qui est posé là nous parle de l'unité parfaite.


Ouvrons la porte sans ouvrir la grille. Quelle surprise! Même quand on est dans le monde à venir, on n'en n'a pas fini de réparer et d'embellir là où on réside ici-bas. Jaamais de retraite pour les bons Juifs.


Et toujours la beauté dans les plis, même aux heures concrètes.

Nos middrachim le disent: jamais de repos pour les tsaddiqim, toujours réparer, toujours embellir.


La beauté est un devoir pour les Juifs, car ils témoignent que le Ciel est ici aussi.
Voici le plafond de la salle de prières qui les réunit. Délicatesse et bonheur de vivre.




Les 4 femmes de Yaâqov semblent avoir chacune leur territoire ici aussi.

Cliquer ici pour la suite du reportage visuel (page 6).
Retour au départ du reportage visuel (page 1)