accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>

Rechercher ici les thèmes d'études sur le site par un catalogue de photos
Rechercher ici sur le site tout sujet ou tout mot avec Google :

Sens du 7 du mois de Adar
Hiloula de Moché Rabénou

http://www.modia.org
par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

Cette page est dédiée à l'heureuse mémoire de Ribbi Moché Yossef Zénou
Que son souvenir soit bénédiction (lien ici)

© Les textes et photos de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mitsva obligatoire pour tout Juif qui est d'étudier et d'enseigner simultanément.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'étude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur ni  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright
Ne pas oublier que, sur votre version imprimée ou polycopiée, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'étude.
Cette page contient des lettres saintes, ne la déposer que dans un lieu respectueux ou dans une guéniza.



Présentation  du sens du 7 Adar
Etude du psaume 90 de Moché
Traduction du psaume 90


La perfection de Moché Rabbénou dans sa modestie. Son équilibre parfait. (photo prise chez moi en cette hiloula).

 
7 Adar  
 • Jour de naissance et de décès (hiloula) de Moché Rabbénou (an 2489), un chabbate, après l'heure de la prière de min'ha ; il est enterré au Mont Nébo, en Jordanie mais on ne sait pas où, pour qu'il n'y ait pas eu la possibilité de culte excessif et idolâtre. Voir Sota 12b.
La tradition dit que c'est D.ieu lui-même qui s'est chargé de l'enterrement de son serviteur pour le remercier de sa vie et parce qu'il a eu la bonté de s'occuper des ossements de Yosséf (fin du Middrache de Dévarim). Ce 7 Adar de la mort de Moché était dans une année embolismique (voir Qidouchine 38a, Radaq sur Yehoshua 3, 2 et Rabbénou Yossef Caro trancha le débat en fixant en Adar II en cas d'année embolismique).

 Alors que minh'a (lien ici) est caractérisé par l'angoisse à l'approche de la fin du jour, lors de min'ha de chabbate c'est la complétude et la joie qui emplissent cette heure ; c'est pour cela que c'est l'heure de Moché, celle de Yosséf et celle de la mort de David ; en souvenir, on lit les trois versets de tsidqatéikha, ce jour-là à Min'ha. 

Souvent, le 7 adar, on prie pour le salut de la communauté comme Moché en fut le sauveur déterminant et, comme il y a une parcelle de l'âme de Moché en chaque juste, il y a un jeûne intitulé "jeûne des justes" (taânite tsaddiqim). Dans des communautés sépharades, on lit un "tiqqoune" particulier et les femmes vont à la synagogue. 

 Lire le texte de la naissance de Moché (début du livre de Chémote) et sa mort dans la fin du livre de Dévarim, ainsi que le psaume 90 qu'il a écrit. 



Ici, on trouvera 
- un tableau situant Moché Rabbéinou dans l'histoire et dans les générations
- un tableau montrant la liste des écrits de Moché Rabbénou .
 

Dessin de l'auteur: Moché regardant la terre d'Israël où il ne pourra pas entrer.

Présentation
Que la vie de Moché Rabbeinou soit un exemple de fidélité à la Torah et à la terre d'Israël 
http://www.modia.org/infos/israel/terre.html
pour chacun de nous et pour chacun de nos dirigeants. Que nous reste-t-il ? Ce qui restait à Yehoshua: toute la Torah et "d'être fort et courageux" (lisez le premier chapitre du Livre de Yehoshua qui nous explique cette consigne face à nos adversaires).

Dans l'introduction à la paracha Vayiqra, on trouvera 
http://www.modia.org/tora/vayiqra/vayiqra.html
- un tableau situant Moché Rabbeinou dans l'histoire et dans les générations 
- un tableau montrant la liste des écrits de Moché. 

Renforçons nous sur l'exemple de Moché et de son serviteur Yehoshua, et n'oublions pas que tout cela n'a pu avoir lieu que par la force de Myriam et des femmes juives.
Que notre étude et notre prière forcent le Ciel à sauver rapidement Israël. Moché Rabbenou nous a donne l'exemple de tout cela.




Etude du psaume 90, le psaume écrit par Moché Rabbénou



Le psaume 90 fut écrit par Moché Rabbénou
Voir ici sur ce lien qui a écrit les différents livres du Tanakh ou les différents psaumes.
Moché a écrit la Torah (sauf les 8 derniers versets écrits par Yehoshua), le chapitre sur Bilâm et le livre de Job. David a écrit son livre en s'inspirant de dix anciens dont Moché. Ces précisions sont dans le Traité Baba Batra 15a.
Nos Sages disent que Moché a écrit 11 psaumes qui correspondent à la guématria (11) des deux dernières lettres du Nom de quatre lettres. Cela indique que Moché nous donne les conditions pour faire aboutir heureusement le plan de la Création.

Quand fut écrit ce psaume ? 
Ce psaume 90 a été écrit quand Moché termina ses bénédictions envers les tribus à la fin de sa vie. En effet, au verset 33, 27 de Dévarim il emploie ces mots : "tu as pour maone, refuge, le D.ieu d'antan, pour support ses bras éternels, Il écarte de devant toi l'ennemi" et nous allons voir que ce thème est développé dans le psaume 90 (refuge, éternel...).
Cela est confirmé par le fait que ce psaume 90 nomme Moché "iche haEloqim" (homme de D.ieu). Or, il est nommé ainsi uniquement au début de ces bénédictions en Dévarim 33, 1. 

Comment prier avec ce psaume 90
Beaucoup de lecteurs de psaumes les lisent ou les prient en ne parvenant à fixer leur attention et leur coeur que sur quelques mots qui correspondent à leurs soucis du moment. Cela vient de ce qu'ils n'ont pas perçu la composition du psaume et sa structure interne où les intentions sont organisées dans une succession bien précise et logique qui n'apparaît qu'après l'avoir étudiée. C'est ce que nous faisons ici.

Le psaume est divisé en 5 parties qui ont une seule logique:
quelle est la véritable vie, prenons-en conscience pour ne plus jamais la quitter
.
En effet, nous voyons dans la paracha Chéla'h lékha, combien la majorité des gens et des Juifs risquent d'être tentés continuellement de comprendre et de recevoir la Torah, mais la lacheté fait qu'on n'accorde pas confiance à la vérité ni à l'amour qu'il y a dans cette relation de la part du Tout-puissant. La religion devient alors une façade sociale faisant partie d'un style de vie, mais c'est un mensonge fondamental.
Et le test, selon la paracha et non pas selon "ma" philosophie est la relation du Juif à la terre d'Israël, à tel point que Hachém a toujours pardonné au peuple juif ses fautes, dans la Torah mais pas celle de la médisance envers la terre d'Israël et tous ceux qui l'ont fait, il les a condamnés en cette vie à mourir dans le désert.
Cela nous interpelle aujourd'hui où tant de Juifs trouvent de nombreux prétextes, exactement comme dans la paracha pour se prouver logiquement qu'on ne peut pas vivre sur la terre d'Israël. La Torah a toujours prévu nos pensées et comportements et nous ne pouvons pas dire que nous ne la falsifions pas quand nous lisons ce texte sans mettre dans la réalité ce qu'il dit.
Soyons logique et allons plus loin: la trahison envers la parole d'amour (concernant celle de Hachém à propos de la terre d'Israël) nous apprend qu'il en sera donc de même dans toute relation interpersonnelle et de toute relation d'amour. Et la majorité des livres et des films sont basés sur le spectacle des trahisons de l'amour. Et cela est apprécié, c'est une culture.
Il est donc indispensable de faire vraiment confiance à l'amour.
Dans la paracha Chéla'h lékha (lien ici) Hachém et Moché nous mettent au pied du mur et le psaume synthétise cet enseignement pour nous aider à nous situer comme il le faut. Cela est indispensable si nous voulons que le monde cesse de tourner à l'honneur des meurtres, des haines, des guerres. C'est pour cela que nos Sages disent que Moché est le rebondissement de Abel (le frère de Caïn qui, hélas, fut tué par lui) qui connaît bien la science des choses: les lettres de Hével (Abel) sont dans les lettres initiales des mots "hayéta lanou bédor". La réparation de cette relation désastreuse fut faite entre Moché rabénou et Yitro qui l'appela a'hi, mon frère, dans les lettres initiales des mots "ani 'hoténékha Yitro, je suis ton beau-père Yitro".

Les Sages disent aussi que les lettres du nom Moché sont écrites dans les lettre finales des mots de ce premier verset (léMoché ich haEloqim), ce qui indique bien qu'il nous apprend à vivre uni à Hachém comme forme personnelle de l'être.
Et cela pour toujours, aussi bien en cette vie-ci que dans la vie idéale à venir qui est symbolisée, dit le Ari, zal, par le personnage de Léa dont les lettres sont inscrites dans les lettres initiales de certains mots.

A- La vie avec D.ieu.
B- L'usage bon ou mauvais du temps.
C- La téchouva ou retour a D.ieu.
D- La prière de Moché.
E- La conclusion.
Développons cela.

A- La vie avec D.ieu (verset 1) est le programme optimal et prévu.
- Moché est homme de D.ieu, iche ha Eloqim.
- Adonoute est notre abri (maône).
- cela en toutes les générations.

B- L'usage bon ou mauvais du temps.
- verset 2 : le bon usage par D.ieu tout-puissant.
- verset 3 : l'usage déficient par les hommes qui fautent et amènent ainsi les souffrances. Il faut qu'elles soient un prise de conscience pour revenir à D.ieu (téchouva).
- versets 4 à 10 : le résultat des fautes et des souffrances est cette vie si brève des hommes et elle est décrite pour bien en faire prendre conscience.

C- La téchouva ou retour a D.ieu.
- verset 11 : l'homme qui fait retour ou téchouva vers D.ieu a conscience de la force de Sa colère devant notre sabotage de la Création d'amour.
- verset 12 : savoir tenir compte de la brièveté des jours et de son motif nous donnerait un coeur plein de sagesse.

D- La prière de Moché.
- verset 13 : demande que Hachém, Lui aussi, fasse retour ou téchouva, revienne vers nous avec pitié, sachant la faiblesse des Ses serviteurs.
- verset 14 : qu'Il nous comble de Sa bonté dès le matin et, alors, notre vie sera longue dans la joie.
- verset 15 : une demande de vivre de nombreuses années.
- verset 16 : la clef et la solution est que nous ayons des yeux voyant l'oeuvre de D.ieu dans le monde et la bonté de Son action.

E- La conclusion.
- verset 17 : qu'il y ait ainsi l'accord entre l'oeuvre de D.ieu dans le monde qui est bonté éternellement, et notre action qui est éphémère et fragile et qui, alors, prospérera et durera.

Ce psaume nous apprend que notre téchouva est écoutée de D.ieu et est efficace pour réussir le monde et allonger la vie dans le bonheur, comme cela a été pour Adam. Voilà pourquoi les humains sont appelés en hébreu "béné Adam" (fils d'Adam) car Adam avait fait téchouva en ses années en furent allongées (commentaire du 'Hida). Ne faisons pas l'erreur d'ergoter sur la mort prématurée d'innocents car nous ne savons pas tous les paramètres qui règlent nos vies et il est des secrets qui ne sont pas de notre ressort. Celui qui a confiance, même dans la souffrance, s'en remet à D.ieu.

Ce psaume nous apprend à scander les années et les heures du jour dans une présence à D.ieu et dans une interrogation sur la qualité de cette Présence dans notre vie. Cela est résumé dans le verset du psaume 31, 20 ("Ah ! Quelle est grande Ta bonté, que Tu tiens en réserve pour ceux qui Te craignent, que Tu témoignes à ceux qui en foi en Toi, en face des fils de l'homme". Tout ce psaume 31 développe ce psaume 90 de Moché.
On comprend ainsi que ce psaume 90 soit suivi aussi par le psaume "Celui qui demeure sous la sauvegarde du Tout-Puissant, qu'il dise à Hachém : "Tu es mon refuge, ma citadelle, mon D.ieu, en qui je place ma confiance, etc." (psaume 91), versets qui sont dits chaque soir avant de dormir, après le Chémâ Yisrael.

Voir et comprendre l'oeuvre de D.ieu dans le monde n'est donc pas étranger à la vie juive ni à la Torah. Le développement des connaissances par les sciences (ou par celle de la psychologie humaine en ce qui nous concerne) est donc un des moyens pour voir la Gloire de D.ieu, la reconnaître et en tirer les conséquences pour essayer de mener une vie conforme à la Torah. C'est pour cela que le Traité Chabbate 75a enseigne "Ribbi Chimeone ben Pazi citant Ribbi Yehoshua ben Lévi qui parlait au nom de Bar Kappara a dit : celui qui a appris l'astronomie (science de l'époque) mais ne pratique pas cette science est désigné par le verset  d'Isaïe 5, 12 : ils ne prennent pas attention à l'oeuvre de Hachém, et ils ne voient pas le travail de mes mains" etc. 

Etude pour étudiants avancés (talmidim mitqadmim)
Béréchite Rabba
- 1, 4 et 8, 2 : le psaume montre que la téchouva a été créée avant la création du monde (également en Chir ha chirim Rabba 5, 2).
- 68, 9 : D.ieu est le lieu du monde et D.ieu n'est pas dans le monde.


Traduction du psaume 90 
(observez le jeu des versets sur les différents sens du verbe revenir, verbe de la  téchouva. La traduction essaie d'être littérale et de transmettre le sens, plus que l'exercice littéraire en français). Lisons maintenant ce psaume en le ressentant dans tout notre être et dans toute notre vie. Mot après mot.
On le dit spécialement dans la prière du matin du Chabbate, après le psaume 34 et avant le psaume 91.

1. Prière de Moché, l'homme de D.ieu. Adonoute, notre abri tu l'as été pour nous de génération en génération.


2. Avant même que les montagnes ne fussent nées, et que ne fussent créés terre et monde, depuis l'éternité et jusqu'à l'éternité Toi Tu es D.ieu.
3. Tu feras revenir (tachév) le faible humain jusqu'à la poussière. Et Tu as dit : revenez-y (chouvou), fils d'Adam.
4. Car mille ans sont à Tes yeux comme le jour d'hier quand il est passé, et comme une petite phase dans la nuit.
5. Tu les fais s'écouler comme un courant ; seront-ils dormants, le matin ils sont comme de l'herbe poussant,
6. le matin il bourgeonne et pousse, et le soir il est fauché et sec.
7. C'est que nous sommes exterminés par Ta colère, et par Ton courroux nous avons été épouvantés.
8. Tu as cité nos fautes face à Toi, ce que nous avions caché à la lumière de Ta face.
9. Ainsi tous nos jours ont été balancés par ton irritation,  nous avons exterminé nos années comme en un souffle.
10. Nos jours et nos années font environ soixante dix ans, éventuellement quatre-vingts ans, et tout leur éclat n'est qu'un labeur pénible et misère, car vite cela se casse et nous disparaissons.


11. Qui connaît la puissance de Ta colère, et cette crainte que Tu fais passer sur nous ?
12. Bien évaluer nos jours, donne-nous de savoir le faire, et nous atteindrons un coeur large pour la sagesse.


13. Reviens, fais téchouva (chouva) Hachém, jusques à quand tout cela ? Et sois pris de pitié pour Ton serviteur.
14. Rassasie-nous dès le matin de Ta bonté, et nous entonnerons des chants et nous serons joie en chacun de nos jours.
15. Donne-nous de nous réjouir, de même que nous avons eu des jours où Tu nous as affligés,  ces années où nous avons vu le malheur.
16. Que Tes actions soient visibles et vues aux yeux de Tes serviteurs, et Ta beauté envers Tes enfants.


17. Que la bonté de Adonoute notre D.ieu soit sur nous,

et que les actes de nos mains Tu les organises pour notre bien ;
oui, l'oeuvre de nos mains, fais-la propérer.