Sens et Calendrier quotidien du mois de Av
(commence le 7 juillet au soir, en 2013)

Vivre chaque jour au rythme de la Torah.

Je dédie cette étude pour la réalisation des aspirations de notre peuple traumatisé.
Et pour ceux dont la vie ressemble tant à celle de notre peuple.
Que disparaissent enfin les chaînes et les larmes.
Cela est en notre pouvoir.




Pour bien vivre la journée du 9 Av

(Ticheâ bé Av) ce 15 juillet
au soir et le 16.


1. Le sens. L'histoire. La pratique en cette journée.
2. Le texte de Eikha (Lamentations) et commentaire.
ET, NOUVEAU, UN regard actuel sur les Lamentations de Jérémie


3. Ressentir ce qu'est la destruction du Temple
- Les photos de la destruction du Temple
Photos rares et émouvantes des abords du Temple

Le point sur le Temple.Localisation du TempleSous le Mont du Temple
4. La destruction continue aujourd'hui:
La destruction des restes du 1e et 2e Temple
La révolte des archéologues officiels
5. Réparer et construire par la fraternité.

Déboucher le 15 Av sur la fête de l'amour (21 juillet au soir et le 22)
et tout sur l'amour dans le judaïsme, ici.


(Pierre brisée tombée du Temple sur le bord de la muraille lors de la destruction par les Romains. Photo de l'auteur. C'est notre brisure, notre souffrance).




Dans son commentaire de la Torah (Vé'ham ha chéméche) publié quelques semaines avant son décès, le Rav Chalom Messas zal écrit que les remontrances (hokhakhotes) dures de Moché dans la paracha Dévarim et du prophète Isaïe (1er chapitre) dans la haftara de Dévarim sont placées pour que nous réalisions bien que ce sont nos fautes et manquements qui ont causé la ruine du Temple et de son système de bénédiction car nous l'avions saboté. La ruine concrète n'était que la traduction de la ruine spirituelle qui consiste simplement à refuser la Torah sous les formes claires qui sont reprochées (refus de monter vers la terre d'Israël par la faute des explorateurs , les méraglim), refus des valeurs de la Torah et son son identitté par la faute du Veau d'or qui est le choix de vie dans les autres cultures, et manque de sincérité dans la vie sociale et dans la prière par le manque de fraternité.



Ainsi, personne ne pourra reprocher, dit-il, à D.ieu ces catastrophes comme si elles étaient injustes et c'est leur justification.
Il est donc clair que la commémoration et les privations sans la pénitence vraie sur ces trois points n'a aucune valeur.

Mais, si nous revenons, alors, immédiatement le coeur du Père est ouvert. Et la paracha Vaét'hanane nous reconstruit sur des bases saines et la haftara nous console. Ainsi, nous pourrons continuer le grand nettoyage jusqu'aux fêtes du renouveau de l'an.

Les persécutions chaque jour du mois d'août

Plan de l'étude
La dynamique du 9 av

Les prescriptions de pénitence
1. A partir du 1 Av jusqu'au 9 av
2. Prescriptions pour le 9 Av
Espoir
Lecture personnelle pour les étudiants avancés en hébreu
Préparation sur le site.
Liens sur le Temple
Halakha pratique

Le texte de Eikha (Les lamentations) et son commentaire.

U ne qina de lamentation en français de A. Neher pour le 9 av, après la Choa
Le 15 Av (Tou béAv)


Calendrier des événements de l'histoire chaque jour du mois.

Quelques événements du mois d'août

Ce qu'est le Roche 'Hoddéche

Tsédaqa et fraternité

En ce mois marqué par les désastres dûs au manque de fraternité, deux mesures:
- étudier la page de la fraternité
- aider en fraternité par la tsédaqa. Des causes graves et urgentes (familles dans la réelle détresse sans capacité de payer pour se nourrir, orphelins) ont besoin d'importantes aides financières, je les transmettrai en votre nom. Envoyez vos dons à mon adresse (Dipour, 5 alef Alroi, 92108 Jerusalem) en rédigeant le chèque bancaire au nom de Modia. Je vous adresserai un reçu en retour.

 

Situation
Le mois de Av comporte
- parfois la dernière paracha du livre Bémidbar (parachiyotes Mattote et Massêi) et les 4 premières du dernier livre de la Torah nommé Devarim ou le Deutéronome (parachiyotes : Dévarim, Véet'hanane, Êqév, Réé).
- la journée du 9 Av (Ticheâ bé Av). Quand elle tombe un chabbate et la célébration et le jeûne sont reportés au lendemain, le 10 av.
la fête du 15 Av (Tou bé Av)

Le centre du mois : le 9 Av.
Quand le jeûne commence tout de suite à la sortie de Chabbate, on ne fait pas la havdala mais on dit seulement la bénédiction ha mavdil bein qodéche lé 'hol (qui fait la distinction entre le saint et le profane) et quand on voit une flamme ou quand on l'allume on dit boré méoré ha éch (qui crée les lumières du feu). Seulement à la fin de la journée de Tichea bé Av, on dira la havdala qui comprenra seulement la bénédiction sur le vin (boré péri ha guéfén) et la bénédiction ha mavdil bein qodéche lé 'hol (qui fait la distinction entre le saint et le profane) pour ceux qui ne l'auraient pas dite déjà.
Bien entendu, quelqu'un comme un malade qui ne pourra pas jeûner mais mangera fera la bénédiction sur le vin avant de manger. Les enfants qui ne jeûnent pas ne font pas la havdala.


La dynamique

On a décrit déjà les catastrophes qui ont marqué le 17 Tamouz.
Trois semaines après, nommées bein hamétsarim (entre les angoisses des catastrophes), ces catastrophes atteingnent le sommet des plus grands jugements divins devant les méfaits des hommes et les verdicts divins de rigueur (guézar dine) permettent alors les plus grands châtiments qui ont eu lieu le jour du 9 av. Cette dynamique est celle de la ligne de midate pourânoute, l'attitude et les mesures de persécutions. Voyons ce vocabulaire.

Le vocabulaire de la catastrophe
Ces moments sont nommés par toute une série de noms terribles:
- tsara (pluriel: tsarotes), épreuves angoissances, persécutions.
- pourânoute (pluriel: pourânouyotes), persécutions.
- assone (pluriel: assonotes), malheurs, catastrophes.
- yissourim, souffrances, tourments.
- onéche, punition, châtiment.
- sével, souffrances.
-'horbane, catastrophe, destruction.
- înouï, souffrance, tourment.
- décrêté contre: nigzal âl.
Vous le voyez, l'histoire nous a donné un riche vocabulaire en la matière, à cause de nos comportements désastreux, c'est le mot.

Les catastrophes historiques en ce jour du 9 Av:
Sources. Michna Taânite 4,6 et Traité Taânite 29a et suite
- jour de la promulgation de l'interdiction d'entrée en terre d'Israël pour la génération du désert qui avait fauté de façon répétée par l'action des explorateurs qui ont tenté de détourner le peuple pour qu'il n'aille pas en Erets Israël. Il faut réfléchir profondément à ce que cela veut nous dire clairement.
- incendie du premier Temple après 410 ans, en 3336 ou 8 (en 586 avant l'ère vulgaire) et le Prophète Zacharie, Zécharia, Cohen, y fut massacré.
- la charrue est passée sur l'emplacement du second Temple, après sa destruction, par le romain Turnus Rufus en 3828 (année 68 ou 69 ou 70, dans le compte vulgaire). Suppression de son nom Yérouchalayim qui devient Aélia Capitolina avec Temple d'idoles en 136 et interdiction aux Juifs d'entrer dans la ville.
- destruction de Bétar par les Romains en 135 (an 3895) et interdiction d'enterrer les milliers de morts.

Voyez la page de cette destruction du Temple

De nombreuses autres catastrophes sont allées dans le même sens:
- exterminations par les Croisés au Moyen-âge en 1096,
- expulsion d'Angleterre en 1290, en 1190 il y avait eu des persécutions et 500 Juifs menacés de meurtre à York et enfermés se suicident le 9 Av. Un 'hérém a été mis sur cette ville par les Juifs jusqu'en 1970.
- en 1306, expulsion de France par Philippe 4,
- décision le 30 mars, décrêt le 7 av (31 juillet 1492) de l'expulsion par les rois d'Espagne Ferdinand et Isabelle la Catholique, mais les Juifs demandent un délai de 2 jours pour pouvoir se préparer à partir et quittent le 9 av.
- décisions d'extermination par les Nazis dans notre génération. Le 9 Av 1942, les Nazis ont commencé à déporter les Juifs du ghetto de Varsovie.
Aujourd'hui, la destruction des restes du Temple continue et nous ne l'empêchons pas. Nous sommes une génération terrible, qui a tant reçu et qui méprise tant ces dons. Voyez ce lien.Et ici, les personnalités de tous bords de la société israélienne qui s'insurgent.
Les trois semaines qui précèdent le 9 av furent donc et sont donc des semaines douloureuses et terribles.
A l'avenir, ces 5 dates se changeront en jours de fêtes (voir le traité Roche hachana, page 18 b).
Pour nous, elles seront donc marquées par des commémorations de tristesse et de repentir dont les halakhotes pratiques peuvent varier d'une communauté à l'autre.
Il faudra toujours consulter le rabbin de vive voix, sans hésiter, si l'on n'est sûr des usages à prendre,
ou si notre filiation n'est pas exactement celle de la majorité de la communauté dans laquelle on prie.

Jeûne
Le 9 av est l'un des 5 grands jeûnes (3 Tichri, jeûne de Guédalia, 10 Tévét, 17 Tamouz et 9 Av : voir Zacharie 8,19).
Cependant, le jeûne du 9 av est exceptionnel car il est une obligation pour tout Israël.
Mais en sont dispensés ceux qui ne peuvent le supporter en raison de leur santé.
C'est le cas des malades qui doivent écouter celui qui est le plus prudent, soi-même ou le médecin.
C'est le cas aussi de la maman avant ou après l'accouchement.
Ils limiteront alors au maximum leur nourriture, ne mangeront pas de viande, ni des bons plats, ni des friandises, etc, ni par des repas copieux mais réduits et répétés s'il le faut. Afin de marquer quand même la tonalité triste et d'y participer par des pratiques.
Les jeunes enfants en sont dispensés aussi, mais à l'approche de l'année où ils seront bar mitsva ou bat mitsva, on les y entraîne. A partir de quel âge, cela varie suivant les communautés, demander au rabbin.

Le chabbate avant le 9 av
Il est nommé Chabbate 'Hazone, du nom de la haftara (début du livre d'Isaïe) qu'on lit après la lecture de la paracha Dévarim.
Cette haftara, comme les deux précédentes (Divréi Yirmiyahou et Chimêou) nous rappelle les catastrophes terribles qui tomberont sur le peuple s'il s'écarte de la Torah de vie pour choisir une voie de mort. Ces trois haftarotes sont nommés en araméen : les trois du désastre (Tlata dé pour ânouta)
Après le 9 av, on lira pendant 7 semaines des haftarotes de consolation (lien ici), d'où le nom de Chivêa de né'hamata.

Les prescriptions de pénitence
1. A partir du 1 Av (7 juillet 2009 au soir et 8 jusqu'au 9 av
qui est le 15 juillet au soir et le 16 en 2013 hormis le Chabbate qui reste un jour de joie (les jours les plus terribles de l'histoire avant le 9).
On ne fait plus de réjouissances, ni de mariages (les fiançailles nécessaires peuvent se dérouler avec repas). On n'achète pas d'habits ni objets, hormis les chaussures qui ne sont pas en cuir et que l'on porterait au 9 Av. On s'abstient de manger de la viande (hormis pour un repas de brite mila, circoncision). On ne fait pas de lessive, hormis pour les jeunes enfants et les malades. On ne se coupe pas les cheveux ni la barbe. On ne prend pas des bains pour le plaisir, mais uniquement ce qui est nécessaire pour l'hygiène.

2. Prescriptions pour le 9 Av
Quand le jeûne commence tout de suite à la sortie de Chabbate, on ne fait pas la havdala mais on dit seulement la bénédiction ha mavdil bein qodéche lé 'hol (qui fait la distinction entre le saint et le profane) et quand on voit une flamme ou quand on l'allume on dit boré méoré ha éch (qui crée les lumières du feu). Seulement à la fin de la journée de Tichea bé Av, on dira la havdala qui comprenra seulement la bénédiction sur le vin (boré péri ha guéfén) et la bénédiction ha mavdil bein qodéche lé 'hol (qui fait la distinction entre le saint et le profane) pour ceux qui ne l'auraient pas dite déjà.
Bien entendu, quelqu'un comme un malade qui ne pourra pas jeûner mais mangera fera la bénédiction sur le vin avant de manger. Les enfants qui ne jeûnent pas ne font pas la havdala.

- le jeûne total commence au coucher du soleil jusqu'au coucher du soleil du lendemain à l'apparition des étoiles; ceux qui en sont dispensés et mangent feront bien entendu les bénédictions du repas et d'après le repas,
- pas de relations conjugales,
- pas de chaussures en cuir, ni parfums, ni toilette (hormis quand on s'est sali, ainsi que pour les jeunes enfants et les malades, ou pour la jeune mariée dans ses 30 jours qui peut aussi nettoyer son visage),
- le soir et le matin jusqu'à midi, à la synagogue comme à la maison, on s'assoit sur le sol ou sur des sièges très bas mais pas sur les chaises habituelles et hautes,
- beaucoup dorment sur le sol sans oreiller moelleux, ou, s'ils dorment dans leur lit, ils veillent à ne pas avoir le confort habituel,
- le matin, nétilate sur les doigts seulement,
- on ne salue pas ceux que l'on rencontre, mais on peut répondre si quelqu'un qui ignore ces usages vous salue,
- pas de conversation légère ni de plaisanteries, beaucoup évitent en tous cas de parler jusqu'à midi parce que lorsqu'on commence à parler on oublie automatiquement le sens de la journée et les sentiments de tristesse et de retour,
- on ne travaille pas jusqu'à midi pour les mêmes motifs (usage) ; le traité Taânite30 b dit que celui qui travaille ce jour-là ne tirera rien de bien de ce travail.
- la synagogue est presque dans l'obscurité, le rideau (parokhète) de l'armoire aux rouleaux de Torah (arone haqqodéche) est changé ou supprimé jusqu'à midi, les participants assis par terre ou sur des sièges différents, le ton grave et monotone, on lit les Lamentations Eikha et des récits plaintifs, les kinotes (chants de lamentations écrits souvent après l'un de ces désastres), variables suivant les traditions. Beaucoup lisent aussi le Livre de Jov (Yov) et celui de Jérémie mais en passant les passages de réconfort.
- la plupart des communautés (sauf les Juifs d'Alger qui ne suivaient pas le Choulkhane Aroukh) ne mettent ni téfillines ni tallite le matin, mais seulement à min'hah. Les grands caballistes les mettent le matin mais chez eux, discrètement, et vont ensuite à la synagogue sans, comme tout le monde. Mais ceux qui sont conscients de ne pas avoir ce niveau ne peuvent pas prendre cette pratique.
- les habitants de Jérusalem ont coutume de se rendre au mur occidental (le kotél) ce jour-là et d'y réciter les textes nommés ci-dessus sur un ton de tristesse déchirante. Beaucoup vont aussi au Kotel lire le Tiqoune 'hatsote et le texte des 3 veilles de la nuit.
- les femmes de certaines communautés, comme les Yéménites, utilisent des parfums en liaison avec les textes qui parlent de l'avenir de fête et de la naissance du Machia'h ben David qui se produira ce jour-là.
Sociologiquement, en Israël de nos jours, le non respect ostensible de ces coutumes sur un point si sensible à toute la communauté par quelques personnalités publiques est souvent considéré comme un acte de profanation provocatrice délibérée. Les Sages et les bons Juifs qui sont la majorité qui respectent leur peuple et autrui sont occupés à autre chose qu'à y réagir.
Les courants réformés américains avaient abandonné ces coutumes centrales traditionnelles, et ils semblent revenir au consensus séculaire par des cérémonies particulières.
Ici, pratiques en Alsace.

Espoir
Selon ce que nous avons déjà dit pour le mois de Tamouz et selon une conception générale dans le judaïsme au sujet de la conversion du mal en bien, le 9 av deviendra un jour de fête par la naissance du Machia'h (Traité Bérakhote de Jérusalem 2,4 et Dévarim Rabba 13).
A partir de midi, particulièrement, on ressent aussi une reconnaissance que le 'horbane beit ha miqdache (la destruction du Temple), n'ait touché que les pierres du Temple mais n'ait pas détruit la Torah ni le peuple comme il a détruit tout le Temple. Les Juifs ont un optimisme indestructible.

Lecture personnelle de préparation pour tous pour tous :
Torah le matin: Dévarim 4,24-40. Haftara: Jérémie 8,13-9,23.
Torah à Min'ha: Chémote 32,11-14 et 34,1-10/ Haftara: Achkénazes: Isaïe 55,6-56,8. sépharades Hochéa 14,2-9.

Vayiqra (Lévitique ) 26, 39-40
Jérémie 26, 18
Zacharie 8, 19

Lecture personnelle pour les étudiants avancés en hébreu:
Sur les cinq catastrophes : michna Taânite 4,6
Michna Avote 5,5: les miracles qui se produisaient au Temple.
Traité Taânite 13 a et 29 a

Traité Yoma 9b: pourquoi les deux Temples ont été détruits.
Et en Guittine 56 une histoire de haine fraternelle qui a fait détruire le Temple.
Traité Soucca 51b: "Celui qui n'a pas vu Jérusalem dans sa splendeur n'a jamais vu une belle ville...".
Rambam : Michné Torah, Zémanim, Hilkhote Taâniyote, 4, 5(volume 3)
Choulkhane Aroukh, Ora'h 'Hayim, 549 et suivants.

ICI, étudier la lecture de Eikha, les Lamentations (structure du texte et commentaires).


La lecture de la Torah à Min’ha : pour bien réussir la fin de cette journée.

(comment se fait le virage. depuis la catastrophe vers la vie).

Rappel : le matin a été consacré à la prière en communauté, au jeûne, si possible à ne pas travailler à gagner de l’argent ; après l’office du matin, la communauté a continué en lisant des complaintes (qinotes) rédigées depuis des siècles par les communautés qui y inséraient aussi leur expérience des malheurs en l’unissant à celle de la destruction du Temple. Chaque communauté a ainsi des qinotes, souvent rédigées aussi dans l’hébreu mélangé de langue locale.
Puis, à partir de midi, se fait progressivement le retour à la sortir du désastre, à l’espoir avec un allégement des pratiques de pénitence (on s’assied normalement, on prépare le repas, mais on garde le recueillement et on ne parle pas de futilités, on ne distrait pas les autres ni soi-même de toute la commémoration ni du travail intérieur d’amélioration de soim on ne retombe pas dans les conversations habituelles ni dans la politique et les nouvelles aui nous distraient de la profondeur des choses qui est en jeu aujourd'hui).
Nous arrivons ainsi à l’heure de min’ha que l’on s’efforce de vivre en communauté à la synagogue.
Lisons, pour nous préparer, le passage de la lecture de la Torah que l’on y fera ; nous devons comprendre le type d’action et de prière de Moché, ils seront pour nous un modèle à comprendre et à reproduire.
Pour cela, étudions-les.

L’heure de min’ha est habituellement l’heure de l’angoisse, de la fatigue de la journée. Par contre, le Chabbate, au contraire, par la supériorité de ce jour, elle est le sommet de l’union avec Hachém ; c’est le moment où nous disons « Ata é’had » dans la Âmida. C’est l’heure de ratsone, de Sa volonté. C’est l’heure aussi de Moché qui, d’ailleurs, est décédé ce jour à cette heure de perfection.

A Ticheâ bé Av, c’est également Moché qui va nous faire faire ce passage
de la catastrophe à la reprise de la vie pour tout le peuple d’Israël. C’est pour cela que nous lisons Chémote 32,11-14 et 34,1-10 qui nous montrent le rôle actif et  volontaire de Moché dans ce virage, exemple pour chacun de nous. Voyons le texte :

 « Mais Moché implora Hachém son D.ieu, en disant : Pourquoi, Hachém, Ta colère menace-t’elle Ton peuple que Tu as tiré d’Egypte avec une si grande force et d’une main si puissante ?


Faut-il que le Egyptiens disent : c’est pour leur malheur qu’Il les a emmenés, pour les faire périr dans les montagnes et les anéantir de dessus la face de la terre ! Reviens de l’irritation de ta colère, et révoque la calamité qui menace Ton peuple.»


Souviens-Toi d’Avraham, de Yits’haq, et d’Israël, Tes serviteurs, à qui Tu as juré par Toi-même en disant : Je ferai votre postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel ; et tout ce pays que J’ai désigné, Je le donnerai à votre descendance, qui le possédera pour jamais ! »



Hachém révoqua le malheur

qu’il avait voulu infliger à Son peuple ».

Puis, nous lisons le texte du chapitre 34 qui montre le duo d'amour et d'intimité entre Hachém et Moché (qui représente le peuple, nous). Que se dit-il dans un duo d'intimité. Des mots vrais, essentiels. Hachém a demandé à Moché de monter sur la montagne avec des tables de l'alliance qu'il aura gravées (montrant bien l'engagement humain) et D.ieu lui révèle (à nous) ses 13 middotes ou qualités de bonté centrées sur le pardon et l'amour. C'est le centre de la révélation juive:
"Hachém, Hachém, D.ieu de bonté, clément et miséricordieux, lent à la colère, plein de bienveillance, et vérité, il conserve Sa faveur à l'infini des générations, Il supporte le crime, la rébellion, la faute, mais Il ne les absout pas, il poursuit le méfait des pères sur les enfants, sur les petits-enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération".
(C'est le contrat éternel entre le peuple juif et Son D.ieu d'amour. Autant de fois qu'il y a eu de Juifs massacrés par le mensonge du christianisme se prétendant la révélation d'amour succédant à une révélation de crainte -haine véritable de la parole divine-, nous répéterons cette dénonciation).

Continuons la lecture.

"Aussitôt Moché s'inclina jusqu'à terre et se prosterna." C'est l'attitude qui nous est demandée: acceptation, engagement total, obédience.

"Et il dit: Ah si j'ai trouvé grâce à Tes yeux, mon Maître, daigne encore marcher au milieu de nous". Mais, accepté dans cette intimité, Moché comprend que Hachém lui donne (nous donne) le droit de Lui parler justement selon ces qualités et cette règle de bienséance que nous venons de recevoir; alors il agit; c'est notre rôle, la part sans laquelle la bonté divine ne peut pas se concrétiser si nous ne le faisons pas puisque le Créateur s'est limité en nous donnant la liberté.

"Oui, ce peuple est indocile (nous n'avons pas changé d'un millimètre, tout ce qui est écrit dans la Torah nous le faisons encore et nous l'entendons exactement dans les nouvelles et le lisons dans les journaux, exactement; le vrai journal est la Torah). mais Tu pardonneras notre iniquité et nos fautes" (exemple pour nous: Moché ne dit pas; ils sont mauvais, il dit "nous". Stop définitivement à ce "ils" entre nous).
"Et nous resterons Ton héritage.
Il répondit: Voilà, je renouvelle le pacte: à la face de tout ton peuple, Je ferai des prodiges qui n'ont pas encore été fait dans aucun pays, chez aucune nation. Et tout le peuple qui l'entoure verra combien est imposante l'oeuvre de Hachém que J'accomplirai par Toi".
Nous avons reçu ce texte et nous le lisons aujourd'hui, à l'heure où les pires rebellions et trahisons sont faites dans le peuple, telles qu'il n'en n'a jamais eu lieu dans notre histoire sur notre terre. C'est bien pour cela que nous avons reçu ce texte et devons le méditer à la loupe pour en tirer non seulement l'espoir et l'espérance mais aussi les règles de conduite pour changer cette histoire en allant à la source des solutions.
La source de ces solutions n'est pas dans tel parti politique ni dans les paroles de tel leader, ni dans les enrôlement d'un camp contre un autre, dans les haines de groupuscules qui méprisent les autres avec supériorité, autant chez les laïcs, humanistes, politiques, religieux, etc.
Nous sommes vus comme un seul peuple, avec une seule source, sans aucune autre, une source qui nous dépasse, qui a fait Ses preuves de bontés et envers laquelle nous avons fait nos preuves par nos abandons et nos attitudes vaines de prétention et de soumission aux autres peuples. Le leadership qui nous est indiqué comme garant de notre unité et solidarité, c'est la Torah de Moché (aucune autre Torah), la modestie de Moché, l'amour de tout le peuple de Moché, la force de la prière de Moché, le service du peuple de Moché, la reconnaissance des déficiences comme Moché, l'utilisation de la bonté divine comme force de renouvellement comme Moché, la certitude de l'union et de la suite du contrat comme Moché.

Enfin, l'essentiel: tout cela est une histoire de couple et d'amour, d'intimité, de poésie commune, c'est pour cela que nous allons déboucher bientôt sur le 15 Av fête des rencontres amoureuses et des mariages et sur le mois d'amour et de retrouvailles qu'est le mois d'Eloul dont les initiales disent ani lé dodi vé dodi li, je suis à mon Bien-aimé et mon Bien-aimé est à moi, dit Israël.
Bonne réussite de cette fin de journée et que les bénédictions promises viennent sur chacun dans toutes les dimensions de sa vie, dans l'unité du peuple, dans la fraternité prouvée concrètement, dans la fin de la servilité internationale, dans la connaissance de notre identité et de notre histoire, et dans l'éducation des enfants et des jeunes à tout cela. Amen.



Préparation sur le site.
Des personnes que j'avais emmenées visiter le pourtour du Mont du Temple sur les zones détruites, me disaient encore ces temps-ci que jusque là, pour elles, la destruction était une idée abstraite et pas ressentie physiquement et que cela a changé depuis cette expérience concrète sur le terrain.
Pour ceux qui ne peuvent pas vivre cela sur le terrain, vous pouvez rencontrer ces images non pas pour faire une occupation de vacances en août, mais pour comprendre et surtout "re-sen-tir". Voici quelques pages pour ces exercices de préparation.
Les photos de la destruction du Temple

Photos rares et émouvantes des abords du Temple (entrez et continuez sur 6 pages de photos)


En ces paysages il y avait le peuple qui montait au Temple, et les ennemis romains autour

L'histoire juive au Kotel depuis ces destructions

L'affection du peuple aujourd'hui vers ce qui reste de La présence

Halakha pratique
Pour toute question ou incertitude : une seule règle est d'étudier soi-même et de s'assurer en questionnant le rabbin, et non les simples voisins, pour les précisions. Les informations ici données tombent sous cette règle et ne sont pas des prescriptions.


Une qina de lamentation en français, après la Choa. Par le Pr Rav André Neher (voir ici la page qui lui est consacrée).

Avant que les journées officielles sur la Choa ne soient fixées et qu'Israël existe même, le Grand Rabbin de France Isaïe Swartz instaura un jour de commémoration en 1945, immédiatement. Il choisit le premier jour des Séli'hotes achkénazes, le dimanche avant Roch ha Chana.
En 1947, le Président du Consistoire de du CRIF, Léon Meiss demanda aux rabbins de rédiger une qina (lamentation) pour lire le 9 Av en liaison avec la Choa. Le Rav André Neher et son frère Richard écrivent la qina suivante. Elle vient d'être traduite en hébreu dans un recueil avec 17 autres rédigées aussi pour Tichea bé Av, et présentées et publiées par Mordekhaï Méïr, Editions Orhot, 2 Rehov Elazar, 54032 Givat Shaul Jerusalem. Voici le texte, aimablement transmis par Rina Neher.

La qina:
"Quand nos pères s'asseyaient pour pleurer en souvenir de Sion,
aux saules de I'Euphrate ils suspendaient leurs harpes.

Nous, leurs enfants, que nous reste-t-il encore?
ni harpes, ni sanglots, ni souffle, ni vie;
nul ne sait exhaler ce qui déchire nos chairs;
les images fulgurantes de notre esprit
personne ne saurait les exprimer;
pour nous la mémoire n'est qu'une hantise informe,
la douleur rien qu'un écrasant silence.

 
Mais, devant Dieu, le silence est louange.

Dieu, Tu es Eternel.
Fais-nous revenir que nous revenions à conscience,
Et s'il n'est plus de luths sacrés,
plus de prophètes,
inspirant de Ta parole le reste de Ton peuple,
rends-lui la force du souvenir
et la délivrance du pleur.

 

Racontez-le à vos enfants et que vos enfants
le racontent à leurs enfants et leurs enfants
à la génération qui suivra.
Ce qu'a laissé l'adversaire, l'ennemi l'a dévoré;
ce qu'a laissé l'ennemi, le meurtrier l'a dévoré;
ce qu'a laissé le meurtrier, l'assassin l'a dévoré;
Cela fut annoncé, cela fut réalisé.
Toutes les horreurs, Israël les a subies,
Toutes les souffrances, Israël les a connues.
De jour et de nuit les affres se confondaient avec les affres,
et seul isolait nos déportés dans l'extermination universelle
l'affront suprême d'être jetés à l'abîme dans l'exécration,
d'être voués à la mort en race maudite.

Cieux et terre ont écouté, mondes et infinis ont entendu
le hurlement de roues des interminables convois
qui emportaient maris et femmes, vieillards et jeunes,
mères et nourrissons,
les gémissements dans les immondes parcs de concentration,
dans les ignobles hangars de la boucherie.
les ultimes crépitements des fournaises que Moloch
embrasait à sa gloire.

Oui, la parole Divine est un souvenir fidèle,
un présent du lointain,
tu n'oublieras pas parce que ton histoire flambe en toi.
Cela fut annoncé, cela fut réalisé.
On a trahi, livré les foules innocentes de nos captifs,
Brûlé, calciné sur les hauts-lieux jusqu'aux ossements
de nos martyrs.

O, fierté d'Israël étendue sur ces hauteurs,
Comme ils sont tombés, ces héros!
O, martyrs de mon peuple,
vous dont la vie était toute d'amour,
comme la haine nous a imposé séparation!
Pourquoi vous a-t-on enlevés,
astres sans nombre,
Pour nous abandonner, nous,
disséminés dans les ténèbres?

Hélas, que chacun de nous se frappe la poitrine,
que chacun s'écrie : je suis l'homme qui a vu le malheur!
vu traîner à mort parents et enfants sans leur pouvoir
porter secours!
je suis l'homme qui a vu le massacre,
frères et famille, amis et proches,
ma main n'a point tenu la leur!
je suis l'homme qui a vu le fléau s'abattre et rien
ne m'a permis de l'arrêter.

C'est pour cela que je pleure, que mes yeux, mes yeuxfondent en larmes.
Car il s'est éloigné Celui qui me console, maintient mon être,
mes enfants sont dans la désolation
et l'assassin a triomphé.

0, frère, qui as dit avec moi la Qina,
secoue-toi, sanglote à l'entrée des veilles de la nuit,
répands ton coeur comme de l’eau devant l’Etemel,
lève vers Lui tes mains,
qu'll prenne pitié de tes enfants à cause de ceux
qui sont morts là-bas,
qu'll prête aux créatures une âme nouvelle à cause
de ceux qui furent sacrifiés,
qu'II fonde à jamais une humanité meilleure à cause
de ceux qui ont sanctifié Son Nom!

Amen. Veamen!"


Voici la foule présente au Mur, au Kotel, après minuit (lien Aish). Cela vous dit l'amour du Temple dans le peuple d'Israël:

Lire une nouvelle page: le prophète Jérémie aujourd'hui en ce 9 av: http://www.modia.org/priere/eikhami.htm

Un tableau (collection personnelle) de notre chère amie Anna Weisman, zal: la destruction du Temple.
Regardez en le sentant, vous le comprendrez:

Nous plaçons en contrepoint cette autre sculpture d'Anna Waisman (biographie ici et oeuvres) commentée dans la page de la paracha Tazria (lien ici).
Comme toute son oeuvre, centrée sur les lettres hébraïques, cette photo que Anna a réalisée pour nous
montre bien ce que la femme apporte dans la lecture de la Torah : elle y voit la lumière, la dynamique entre les lettres, ce qui propulse la vie. Et la beauté ne peut venir que du Créateur, non de l'objet. Il n'y a pas de hasard ni de force susceptible de révéler la beauté. La femme porte ces dimensions. La femme juive les porte officiellement, en reconnaissance. En enseignement. Que le Ciel nous envoie une Myriam qui sauve un Moché pour sortir notre peuple de la gangue de l'Egypte. Et le Temple refleurira pour donner la bénédiction au monde entier comme le chantent les lettres de la Torah.


Aujourd'hui, chacun se fera un point d'honneur d'étudier le livre de Eikha, Les lamentations. Ici la page avec son commentaire.


Etude
Le 15 Av (Tou béAv), 21 juillett 2013 au soir et le 22

Aujourd'hui, Tou bé Av, 15 Av, fête de l'amour (lien)
L'âge moyen du mariage en Israël: 27, 4 ans pour les hommes, 25, 1 pour les femmes.

Une suite de pages à connaître:
La famille juive.

Tout sur l'amour
Photos d'amour devant le ciel.
Un festival de beauté pour fêter les nombreux
jeunes mariés, ici.

Tout sur le mariage juif.
Réussir le bonheur.


et

Modia vous aide dans l'éducation des enfants!

Ici, mon 1e recueil de poèmes:  L'amour au-delà de l'amour
Ici, 2e recueil de poèmes:   L'ami des aurores
Ici, 3e recueil de poèmes:   Trésor du sanctuaire
Ici, le 4e recueil, les plus récents poèmes:   Présence

 

Que cela guérisse les coeurs de tous. Je vous emmène à cette occasion visiter les fleurs du jardin botanique à Jérusalem (lien ici) et les animaux du Zoo biblique (lien ici).

 


Après les catastrophes au 9 Av, le mois vire ensuite et le 15 du mois de Av est une date qui comporte de nombreuses manifestations festives comme il estdécrit dans la michna et à la fin du traité Taânite, pages 30b et 31a (fin de tous les jeûnes !) :
Michna : Rabbane Chimeône ben Gamliél dit : il n'y a pas eu de fêtes plus joyeuses en Israël que celle du 15 Av et de Yom Kippour (car c'est le jour où le peuple fut pardonné et où les secondes tables de l'alliance furent données).
La lune féminine, qui reçoit la lumière dont nous ne voyons pas la source dans la nuit, semble nous appeler à la joie en nous révélant son intimité. Là voici, en cette nuit du 10 av quand la joie renaît, à 1 heure du matin:

Elle est de couleur douce et chaleureuse et nous présente d'abord les zones bien nommées de noms
qui représentent toutes les dynamiques des couples:
sérénité-tranquillité-fécondité-crises-vapeurs-pluies-connaissance-nuées-humeurs.

Comme dans les couples en apparence tranquilles, elle file à 380000 km à l'heure
et ce point minuscule dans le ciel a 3476 km de diamètre. Ne nous fions pas aux apparences.
Il y a des volcans qui semblent éteints mais là encore.... Platon de 71 km de diamètre,
Copernic de 23 km, Kepler de 32 km et de 2700 mètres de hauteur. Il est bon de connaître ceux que l'on aime.
C'est plus prudent.
Dans le judaïsme, D.ieu nous a demandé d'observer la lune car nous ne pensons même pas à bénéficier de ce spectacle extraordinaire et mobile, de même que les hommes ne pensent pas à voir la beauté divine de la femme mais la voient seulement comme objet de saisie sexuelle et visuelle brutale et rapide. Pour le Juif, la lune scande l'évolution vers le renouveau de tout chaque mois, d'où le sens du mot "mois" ('hodéche, renouvellement). Et cette fois, le 15 av, son épanouissement sera pour tous le rappel de l'amour et de la réussite des couples.
Suivons donc l'avancée si rapide vers la lune pleine, toute éclairée de la lumière du soleil, comme nous souhaitons que le monde soit éclairé par cette lumière du 15 av. Déjà, dans le ciel de la fin d'après-midi, à 19h, elle a pris de la surface dans son illumination.

voici le 10 av à 1h du matin à 19h

voici le 11 av à 19h (le fond noir est dû à un effet mais est, en fait, comme le bleu ci-dessus)
cette fois les cratères Copernic et Kepler et la mer des Tempêtes sont déjà très visibles.
Pour celui qui ne connaît pas ces précisions, depuis la terre il voit vaguement un visage comme ceci

Et nous sommes arrivés enfin à la nuit du 15 Av, voici le panorama de Jérusalem,

et notre approche de la lune avec précaution progressivement, elle est devenue complète comme ceci:

Les zones noires sont celles où il n'y a presque pas de cratères mais simplement la poussière cosmique déposée. On les appelle des "mers". En bas à gauche le cratère rayonnant de Tycho 85 km de diamètre. A droite, nous avions les crises et en haut à gauche
nous avons l'Océan des tempêtes. Toutes les qualités féminines vues par les hommes. Nous sommes dans le sujet.
Pour ceux qui veulent approfondir ces connaissances lunaires, se reporter à cette page.
Qu'en cette nuit qui fut, depuis des millénaires dans le judaïsme, celle de l'aspiration à la rencontre, que chacun soit lune et soleil réunis dans la même lumière de Hachém. C'est toute la question du chidoukh juif (voir ce lien ici), une aventure pleine d'aspiration, mais difficile à vivre; chacun s'observe et cela ne facilite pas la relation ouverte dans la confiance, on a raison de ne pas vouloir se laisser tromper par nos rêves quand le coeur semble reconnaître l'âme soeur, il faut voir clair dans la nuit et rester lucide:

On a peur d'être trop exigeants alors qu'il s'agit de marier ensemble un palmier et un cyprès si différents, homme et femme. Pourquoi tant de différence qui n'est pas seulement problème mais nécessité pour se compléter. Que faire? Réfléchissons sur les 3 pages du chidoukh.

Et il y a tant de coeurs qui se présentent autour aussi aimables,
pourquoi lui, pourquoi elle simplement parce qu'il/elle veut plaire et se trouve là?


En cette nuit du 15 av, voici la maison que je souhaite à Jérusalem pour ceux que j'aime, toute simple mais bien quand même:

et sous cet angle aussi, modeste mais on peut s'y faire

et que chaque jour y soit ce soleil sans s'arrêter aux ombres et aux incompréhensions secondaires:


C'est vraiment tout simple chez nous, on ne fait pas de chichi.

Si vous n'avez pas compris qu'ici c'est le paradis, et qu'on n'y perd pas sa vie, alors rien de rien vous n'avez compris dans la vie.
Vous me direz: mais je sais que vous ne vivez pas ainsi.Vous travaillez comme un abruti sur ce site, ce n'est pas avec cela que ces rêves vous pourrez les acquérir- Et alors! Je vois cela à chacun de mes pas, cela me suffit! J'en suis empli. Et je n'en ai pas les soucis!Et je le donne même à mes amis!

Revenons à notre lune aimée, qui est image de la recherche et de l'union sans cesse. Comme la femme éclaire de sa lumière diffuse et modeste l'ensemble de l'humanité. Il n'est donc pas surprenant que les humains aient voulu toujours atteindre la lune et se réunir avec elle. Rappelons donc ces baisers des hommes qui ont chaque fois ému tous les humains. J'en rappelle les plus connus pour que vous puissiez les voir en regardant la lune le soir ou la nuit:

Regardez la lune et voyez les sites des alunissages
"Chamayim omérim (les cieux disent): hachamayim méssapérim kévod El (les cieux racontent la Gloire de D.ieu), oumaâssé yadav maguid ha raquiâ (et les oeuvres des Ses mains raconte le firmament)". (Psaume 19;2).

1- 09.1959 Luna 2 touche la lune (URSS)
2- 07.1964 Ranger 7, plus de 4000 photos sur place.
3- 02.1965 Ranger 8, plus de 7000 photos sur place.
4- 03.1965 Ranger 8, plus de 5000 photos sur place.
5- 02.1966 Luna 9, réussite d'un alunissage.
6- 06.1966 Surveyor 1, idem, plus de 11000 photos.
7- 12.1966 Luna 13, mesures du sol.
8- 04.1967 Surveyor 3, préparation du site pour Apollo12
9- 09.1967 Surveyor 5, analyse chimique du sol.
10- 11.1967 Surveyor 6, près de 30000 photos.
11- 01.1968 Surveyor 9, travaux dans le sol.
12- 07.1969 Apollo 11, l'homme, Armstrong débarque sur la lune.
13- 11.1969 Apollo 12, deux sur la lune Conrad et Bean.
14- 09.1970 Luna 16, prélèvements automatisés.
15- 11.1970 Luna17, 10 km parcourus sur la lune.
16- 02.1971 Apollo 14, Shapard et Mitchell sur la lune
17- 07.1971 Apollo 15, Scott et Irving sur la lune.
18- 02.1972 Luna 20, prélévements automatisés.
19- 04.1972 Apollo 16, Young et Duke sur la lune.
20- 12.1972 Apollo 17, Cernan et Schmitt sur la lune.
21- 01.1973 Luna 21, un laboratoire parcourt 37 km.
22- 08.1976 Luna 24, prélèvements jusqu'à 2 , profondeur.

Une avancée magnifique en notre génération.
et n'oublions pas Ramone et ses collègues (lien ici),
sa femme et ses enfants, et leurs familles.

J'ai essayé de rendre cette volonté qu'a eu Hachém de nous demander de voir le spectacle de la lune comme le signe de Son amour que nous recevons dans tous les changements que nous subissons. Aussi, en plus de la vision directe sur cette lune, j'ai tenté de saisir l'autre aspect: cette présence de la lune à nous, comment elle est présente à la nature qu'elle pénètre de sa lumière à travers les branchages, comme l'amour-Chékhina nous atteint sans cesse. Cette nuit, j'ai saisi cette présence de sa lumière aux plantes et objets:

Israël connaît bien les joies et les tristesses loudes et solitaires:

Israël, aussi belle que les estampes japonaises:

Ici, tout Israël, les rameaux de paix des oliviers et les fruits pleins de mitsvotes des grenades d'amour:

Israël, parfaite de l'amour éternel comme les espaces infinis de Hachém:


De nuit, mon Bien-aimé a visité Sa vigne:

Parfois, je souffre de Ta présence trop discrète; jusques à quand nous ne Te verrons qu'en poèmes?

Alors, j'allumerai moi-aussi une lune pour Te plaire et Te dire que je T'aime.


Tu verras, Toi aussi, comme nous sommes Tes bons élèves:

Tu ne sais plus qui de nous deux aime plus de même. Je placerai pour Toi une nouvelle lune à chaque Roch 'hodéche:

Les gens sont fous, ils ne comprennent pas pourquoi je prends des photos dans le noir de Ta nuit.
Ils ne voient rien, moi le Juif je sais que Tu nous aimes même la nuit, surtout les nuits, si nombreuses dans la vie.

Si vous voyez mon Bien-aimé, dites-lui que je L'aime et de ne plus se cacher:

Sera-t'il insensible à mes photos messages, au phare que j'allume pour Lui dans la nuit d'Israël?
Entend-Il ma prière plus grande à mes yeux que la lune elle-même?


Israël a empli Ta terre de myriades de fleurs très belles et quand nous dormons elles continuent
à Te dire combien, ensemble, nous T'aimons; regarde nos fleurs et non pas la télévision pour être sûr
que Ton peuple si pauvre est bon et T'aime.

L'amour "juif"? Mais oui, il est de taille cosmique; de dimension historique, et nous sommes faits à Son image,
et les lettres de Son nom (youd, hé, vav, hé) sont dans le nom même de chaque Juif ou Juive (Yéhoudi, Yéhoudite).
L'amour a cette nature en chacun des Juifs.
Son Nom n'est pas encore complet dans Sa création, aussi nous comprenons combien est grande
la complexité des chidoukhim et des couples qui se cherchent (lien).

Concernant le 15 Av :

1. Ce jour-là les mariages entre les tribus d'Israël furent autorisés pendant une génération (cf Bamidbar 36, 6...).

2. Ce jour-là, il fut autorisé à la tribu de Bineyamine de se marier parmi tout le peuple et de réintégrer la communauté( Juges 21, 18...).

3. C'est le jour où Hachém recommença à parler à Moché quand tous ceux qui devaient périr dans le désert avaient disparu.

4. C'est le jour où les barages établis par Yéroboâm pour empêcher de monter à Jérusalem, furent supprimés (I Rois 12,29, ; II Rois 18, 4).

5. C'est le jour où l'autorisation fut accordée d'ensevelir les corps des victimes lors de la prise de Bétar. Et on institua alors la bénédiction hattov véhamétiv" (hattov le bon, parce que les corps ne s'étaient pas décomposés, hamétiv parce qu'ils furent enterrés).

6. Ce jour-là on arrêtait d'accomplir la besogne lourde etdifficile de couper du bois pour l'autel, car le soleil commençait à briller moins et le bois n'était plus assez sec.

7. A partir de ce jour-là, celui qui augmente son étude, augmente la durée de sa vie (et inversement).

8. Plus que tout, ce jour-là, la joie étaient grande en tout Israël et c'était un jour très attendu car la société organisait les rencontres pour tous ceux qui n'étaient pas mariés, selon un rituel précis, saint et égalitaire :
toutes les filles de Jérusalem et d'Israël qui n'étaient pas mariées s'habillaient de blanc avec des vêtements de tissus qui avaient été passés dans le miqvé. Les robes étaient échangées pour ne pas créer de différence selon la richesse et n'humilier aucune. Les jeunes filles allaient chanter et danser ensemble dans les vignes. Et ceux qui n'avaient pas d'épouse s'y rendaient. Elles chantaient : "regarde bien" ; les plus belles chantaient : "que vos yeux soient sensibles à la beauté, car elle est plus importante que tout" ; celles de bonne famille chantaient : "une femme est destinée à avoir des enfants" : celles qu étaient riches chantaient : "faites attention à la richesse" ; celles qui n'étaient pas belles chantaient :"choisissez seulement pour la gloire du ciel et pour nous couvrir d'or".

9. Les commentaires de la michna relient cela à deux étapes: le don de la Torah décrit comme fiançailles, et le jour de la joie de Son coeur (Cantique des Cantiques 3, 11) qui sera celui de l'achèvement complet du Temple.

10. Tout cela est augure des choeurs qui chanteront dans le jardin d'Edén en présence de Haqqaddoche Baroukh Hou, selon le verset 25, 9 du prophète Isaïe. (le lire).

Le talmud dit que celui qui ne sent pas la douleur et ne porte pas le deuil de Jérusalem ne portera pas non plus la joie du rétablissement de Jérusalem dans sa splendeur. C'est bien ce qu'expriment ces deux dates du 9 et du 15 Av.

Jeu : aller retrouver ces 10 enseignements dans la michna et dans le talmud à la page indiquée, et rendre à chaque Sage ce qu'il a dit :

Rabbah bar bar 'Hanna, Oula, Rav Matena, Rava, Ribbi Eliêzér, Rav Yéhouda, Rav Yossef, Rav Na'hmane, Rav Ménachia, Rabbane Chimeône ben Gamliél,...



Ephémérides



Le 1 Av, Roche 'Hoddéche
De nombreux Sages mangent de la viande le Roche 'Hoddéche deAv.
On rend visite à son Rav chaque Roche 'Hoddéche (traité Roche hachanna 16 b et Middrache Vayiqra Rabba 18).
En ce jour, depuis l'arche de Noa'h, on vit le sommet des montagnes(Béréchite 8, 1 et son Rachi).
Décès de  Aharon, frère de Moché,(Bamidbar 33, 38) et de Elâzar son fils.
En ce jour, en l'an 3654, les exilés de Babylone arrivèrent à Jérusalem avec Ezrâ hassofér (livre d'Ezrâ7, 9).
En 1510, le 8 juillet, première édition de Halikhote Ôlam, dont nous ferons l'une des bases du Lév Gompers.

Le 4 Av
En ce jour, les exilés de Babylone avec Ezrâ hassofér (livre d'Ezrâ 8, 33) tiennent le compte de l'or, de l'argent et des ustensiles qu'ils ont apportés pour le futur Temple.
En ce jour, en l'an 3668, ils commencèrent à reconstruire les murailles de Jérusalem (Néhémie 6, 15).
En 1620, Hiloula de Ribbi Mena'hem Azaria da Fano (Italie), célèbre caballiste, auteur de Alfasi Zouta.

Le 5 Av
En 1572, le 15 juillet, hiloula du Ari zal, Ribbi Yits'haq ben Chlomo Louria, le maître de la qabbala.
Rabbénou Yits'haq ben Chlomo Louria Askénazi (1534-1572 lors d'une épidémie) a marqué d'une empreinte profonde le judaïsme, malgré la briéveté de sa vie. Il a laissé peu d'écrits dont quelques poèmes encore chantés le Chabbate, que j'ai traduits. Par contre, son enseignement oral jaillissait et rassemblait toute la tradition des niveaux du réméz et du sod, la cabala. Ses différents élèves, parmi les plus brillants de l'histoire juive, ont  transcrit en de nombreux volumes cet enseignement, surtout 'Hayim Vital mais d'autres également. En particulier, son commentaire de la prière a influencé toutes les communautés. Pour être compris, il exige une solide formation préalable en Torah écrite et orale, et la transmission directe de maître à élève. Rabbénou est nommé le Ari haqqadoche,  ou Ari, zal. Ari vient des initiales de  Adonénou Rabbénou Yits'haq (Notre maître Rabbi Yits'haq, et zal veut dire, "le souvenir du juste est bénédiction, zikhono tsaddiq livrakha".
Il avait perdu son père dans la tendre enfance, venu de Pologne et Allemagne et qui monta en terre d'Israël. Sa mère repartit dans sa famille sépharade Francès, en Egypte. Il fit des études talmudiques classiques et brillantes avant d'avancer dans la caballe. Puis il partit vivre à Tsaft (Safed) où il étudia quelque temps avec R. Moché Cordovero. Il exerça aussi toujours son métier de commerçant. Le livre Réchite 'Hokhma de R. Eliahou De Vida, contribua fortement à intégrer l'enseignement du Ari dans la connaissance populaire de la Torah centrée sur la émouna (foi confiante) et sur la morale (moussar).

En 1899, le 12 juillet, hiloula du Rav Israel Hildesheimer, initiateur du courant orthodoxe moderne en Allemagne, avec le Rav Chimchone Raphael Hirsh. Une rue porte son nom à Jérusalem dans la Mochava haguérmanite.

Le 6 Av
En 1656, excommunication de Baroukh Spinoza à Amsterdam, le27 juillet.
En 1810, hiloula de Rabbi Ischakhar Dov Baer, de Zloczow, l'un des fondateurs de la 'hassidoute, auteur de Mévatséréte Tsédéq.

Le 7 Av
En l'an - 586, entrée de Nabuchodonosor dans le Temple de Chlomo hammélekh.

Le 8 Av
En ce jour, ou le 9, les explorateurs reviennent de leur mission et font leur mauvais rapport au peuple (Taânite 29a).
En l'an +66, la guerre civile éclate à Jérusalem entre les factions juives différentes alors que les Romains menacent, ce qui contribuera à la destruction du Temple.
En 1942, début de la déportation massive des juifs du ghetto de Varsovie.

Le 9 Av
- promulgation de l'interdiction d'entrée en terre d'Israël pour la génération du désert qui avait fauté de façon répétée  (Dévarim 1, 35et Taânite 26b). 
  - incendie du premier Temple (en 586 avant l'ère commune) par les troupes de Nabukodonozor. Il sera détruit le lendemain (Taânite29a) 
  - destruction de Bétar (fortification de résistance des juifs avec Bar Kokhba), par les Romains (en 135 avant l'ère commune) et interdiction d'enterrer les milliers de morts. Bétar est actuellement au village de population arabe de Bathir à 11 kms au Sur Ouest de Jérusalem. (Le mouvement de jeunesse juif Bétar ne se réfère pas directement à cet événementmais est l'abréviation de Bérit Trumpeldor, un leader sioniste qui fonda un mouvement sioniste en 1923 à Liga en Lithuanie (actuellement Lettonie), basé sur trois principes, le sionisme, l'acquisition de l'hébreu et  l'auto-défense). 
 - la charrue est passée sur l'emplacement du second Temple, après sa destruction, par le romain Turnus Rufus (année 68ou 69 ou 70, avant l'ère commune), selon Taânite 26b. 
 Le 1 août, en 1298, extermination de la communauté de Meiningen, Allemagne.
- de nombreuses autres catastrophes : exterminations par les croisés, expulsion d'Angleterre en 1290, en 1306  expulsion de France par Philippe 4, décrêt de l'expulsion par les rois catholiques d'Espagne en 1492 et début de l'expulsion, décisions d'extermination des nazis dans notre génération, création du ghetto de Florence en 1571, expulsion des juifs de Vienne le 26 juillet 1670. 
 - naissance du futur faux messie, Shabetaï Tsvi, à Smyrne, en 1626, le 23 juillet.
En ce jour, naissance du prophète Jérémie. Ce sera le jour de la naissance du Machia'h.
En 1815, hiloula de Rabbi Yaâqov Yits'haq Horowitz, le 'Hozé (voyant) de Loubline, l'un des fondateurs du 'hassidisme.
En 1882, le 25 juillet, abolition par le gouvernement turc de l'autorisation donnée aux Juifs de s'établir en Eréts d'Israël.
En 1891, interdiction par le gouvernement de Russie de la collecte et du transfert de fonds vers Juifs d'Eréts Israël.
En 1941, extermination de la communauté de Czernovitz, en Ukraine.
En 1943, 600 juifs du ghetto de Sosnoviec en Pologne sont fusillés.

Le 10 Av
Destruction du 1e et du 2e Temple par le feu mis la veille (Taânite 29a).
En ce jour, naissance de Issakhar, fils de Yaâqov et Léa.
Les anciens d'Israël viennent consulter Hachém devant le prophète Ezékiel (20, 1).
Le 2 août, en l'an 1306, expulsions des juifs de France sous Philippe Auguste (ils purent revenir en 1315).
En 1358 ( 7 juillet), massacre des Juifs de Catalogne.
En 1391, 300 juifs sont massacrés à Palma de Majorque, les autres fuient en Afrique du Nord.
En 1555, un 26 juillet, le pape Paul IV rassemble les juifs dans un ghetto à Rome.
En 1698, expulsion des juifs du Portugal.
En 1818, pogrom raciste et chrétien contre les juifs à Würzburg (Allemagne).
En 1941, 600 juifs sont exterminés à Targovica (Ukraine).

Le 11 Av
A partir de ce jour, en 1492, tout juif non baptisé est passible de mort en Espagne.
Le 3 août, en 1648, 200 juifs assassinés à Alik (Ikraine).
En 1733, Pourim de Bagdad où les juifs sont sauvés. 
En 1942, 12500 juifs du ghetto de Przemysl (Pologne) sont déportés et exterminés.

Le 12 Av
En 1263, la célèbre Disputatio entre Na'hmanide et le juif apostat Pablo Christiani, le20 juillet. 
 
Le 13 Av
En 1836, hiloula de Rabbi Avraham Abélé Poswoler, célèbre rabbin lithuanien.

Le 15 Av (Tou bé Av) Aller au lien pour sa page
Grande fête des mariages
Le mariage entre tribus différentes d'Israël est autorisé (Taânite 30b).
Le pélerinage à Jérusalem est restauré par le roi Hochéa.
Décès des derniers survivants mâles de la sortie d'Egypte, hormis Yehoshua et Caleb (Baba Batra 121a).
Les Romains autorisent l'enterrement des victimes juives de la révolte de Bétar en l'an 138 (Baba Batra 121b).

Le 17 Av
Fin du jeûne de Av commencé le 1e du mois par les Juifs d'Ethiopie. 

Le 18 Av
Arrêt de la combustion de la lumière perpétuelle dans le 1e Temple, sous le règne du roi Ahaz (II Rois 16, 10-15).
En 1732, hiloula de Ribbi Yaâqov Couli, auteur du célèbre commentaire sépharade populaire intitulé Méâm Loêz.

Le 20 Av
En ce jour, en 1944, décès de Rabbi Lévi Yits'haq Schneerson, père du Rabbi de Loubavitch.

Le 24 Av
Les 'Hachmonayim (dynastie des Hasmonéens) restaurent la halakha au lieu des lois grecques sur la terre d'Israël. Cela était jadis fêté (Taânite 5).

Le 26 Av
En 1806, arrivée sur la terre d'Israël d'une alyah des élèves du Gaone de Vilna, le 8 août.
En 1920, le 10 août, le gouvernement turc cède aux Britanniques ses pouvoirs sur la Palestine par le Traité de Sèvres.

28 Av
Moché revient au campement après sa seconde montée au Sinaï (Rachbam, sur Baba Batra 121a).
En 1893, hiloula de Rabbi Naftali Tsvi Yéhouda Berline, de Volozhine, le 10 Août.
En 1972, hiloula du NAzir, le Rav David ha Cohen.

Le 29 Av
En 1909, hiloula de Rabbi Chmouel Salant, Grand Rabbin askénaze de Jérusalem, le 16 août.
En ce jour, Yom Kippour qatane (petit Yom Kippour) : jeûne observé par une partie des juifs qui se rendent également sur les tombes des tsaddiqim ou à Jérusalem et Hébron en signe de téchouva (repentance). Pour célébrer la hiloula des avotes. Montée de masse des juifs à 'Hévrone et, exceptionnellement la salle de la tombe de Yit'haq sera ouverte et non réservée aux seuls musulmans! Triste réalité que cette interdiction aux Juifs sur la terre d'Israël.

Le 30 Av 
Moché monte au Sinaï pour recevoir les secondes Tables (Chémote 33, 11 et son Rachi). 

Premier jour du Roche 'Hoddéche du mois de Eloul.