Hilloulotes et événements du mois de Kislev

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
http://www.modia.org/

Vivre dans le
"aujourd'hui juif"
au rythme de la Torah,
de la vie des Sages,
et des épreuves du peuple
©
Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright.  
Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.



Trouver la date d'une bar-mitsvah.
Les dates de la paracha de la semaine sont indiquées en page d'accueil, en haut à gauche.


Le Juif vit dans un calendrier où il peut situer ses événements depuis des millénaires.
Ainsi, le 4 du mois de Kislev, la parole de Hachém s'adressa au prophète Zékharia (Zacharie 7,1).
Au début du livre de Néhémie, ce prophète qui était alors à Suse reçoit un envoyé de la terre d'Israël qui lui raconte l'état lamentable de la petite communauté qui subsiste là-bas, au milieu des murailles détruites de Jérusalem et le prophète s'effondre en larmes et supplie le ciel. Aujourd'hui encore, ces périls continuent et nous n'avons pas encore mérité de voir Jérusalem assurée dans la vie de la Torah, dans la fraternité ni dans la paix.
Le Middrache Rabba sur Esther (7,11) place ce mois sous le mérite et la ligne de 'Hanouka. Manifestations puissantes qui donnent espoir. Le Ram'hal, dans ses lettres, y voit un mois décisif, de victoire, celui de la géoula, la délivrance.
C'est la porte d'entrée dans l'hiver comme le remarque Baba Metsia 106b. On comprend que le Traité Taânite qui parle longuement de la pluie-bénédiction de vie, rapporte que les Sages prescrivaient des jours de jeûnes quand elle n'était pas encore arrivée en Kislev.
Et le début des Tiqouné ha Zohar (9b) place spécialement l'entrée de chaque mois sous l'égide d'un verset de la Torah dont les lettres réfèrent à des noms divins, mais cela dépasse notre compétence. Je ne le cite que pour indiquer combien le cadre qui semble le plus humain ou naturel est relié à la volonté divine, à Sa louange et qu'il y a un ordre de bonté envers nous dans toute la Création.

Le 1 Kislev   (13 novembre 2015)
Hiloula du Rav Ephraïm Alenqawa, de Tlemcen.

4 Kislév  
Lire les chapitres 7 et 8 du prophète Zacharie : "le 4e jour du mois de Kislév... Je suis revenu à Tsione et j'ai rétabli ma demeure au milieu de Jérusalem. Jérusalem s'appellera la ville de fidélité et la montagne de Hachém Tsévaote s'appellera la montagne du Saint".

5 Kislév
Maharcha. Rabbi Chmouel Eliêzer ben Yéhouda haLévi (1555-1631), de Cracow et Posen (Poznan). Sa belle-mère a pris en charge sa formation et celle de ses disciples. Un des plus grands commentateurs du Talmud, auteur des 'Hiddouché halakhote. Avec la clarté de Rachi qu'il prend comme guide, il enseigne le véritable raisonnement talmudique éloigné de la gymnatique vaine de démolition des arguments de l'adversaire (pilpoul abusif, ou 'hilloukim). Il était ouvert à toutes les formes des sciences juives menées avec sérieux. Il était exigeant envers la moralité et l'altruisme des dirigeants communautaires.

7 Kislév
Décès du Rav 'Harlap. Rabbi Yaâqov Moché ben Zévoulone 'Harlap (1883-1951) fut Grand rabbin d'Israël depuis la mort du Rav Kook auquel il succéda, et dont il était l'ami de pensée et de coeur. Il avait aupraravant dirigé la Yeshiva du Mercaz haRav. Il est l'un des représentants du courant de pensée qui met en valeur simultanément la sainteté de la terre d'Israël, l'amour de la totalité du peuple d'Israël, la pureté du coeur et des pensées, et la conception de l'Etat d'Israël comme une étape positive dans l'avènement des temps messianiques.

Le 14 Kislev
Naissance et hiloula de Réouven fils de Yaâcov le patriarche. En 2194.
En 1920, décès du Rav David Abou'hatséira, (Âtéréte Rochénou), fils de Ribbi Masoud. Il fut assassiné le 14 Kislév 1920 par les arabes. Ces meurtres n'étaient pas rares, ainsi R. David Ha Lévi Drai, R. Hillel ha Cohen et R. Yits'haq ha Lévi furent ainsi tués par des brigands qui voulaient prendre leur argent. Et R. Yisraël Cohen et R. Chélomo Ben Tamechu furent assassinés pour avoir refusé des relations sexuelles avec des femmes musulmanes. Mais R. David et R. Yits'haq furent tués en voulant protéger la pupulation juive menacée. Il avait eu le privilège d'étudier la Torah avec R. Yaâqov. Il a vécu dans la plus grande pureté du regard. On le distinguait du titre de Chalia'h par la place qu'il avait auprès de son père. Il est l'auteur de commentaires sur la Torah : Péta'h haohél et Séfer Récha véSéfa. Il est enterré au Tafilalet à Rissani. Le jour de sa mort, la région fut plongée physiquement dans l'obscurité. Voir la page http://www.modia.org/tora/abouhatsera.html

Le 15 Kislev  
Hiloula de Rabbi Yehouda Ha Nassi, rédacteur de la Michna, en 3954.
Ribbi Yéhouda Hannassi, qui était né le jour même de la mort de Ribbi Âqiva, selon la règle des destinées majeures (Qiddouchine 72 b), entreprit à son tour de recueillir après lui l'ensemble des traditions devant le risque de leur disparition à cause des persécutions.
Un autre risque de perte venait de la méthode pédagogique traditionnelle qui était utilisée : l'enseignement était oral et on n'écrivait pas son contenu ; devant l'immensité de la matière, on veillait à parvenir à l'expression la plus concise possible, ce que Rabbi fera lui-même, mais les auditeurs avaient entendu le détail dont cette concision était un résumé ; ils notaient seulement des points de repère (simanim) qui étaient des moyens mnémotechniques. 
Il est clair que, si ce système pédagogique oral développe la mémoire et assure la transmission dans une situation historique stable, la transmission est en péril dès qu'il y a un arrêt temporaire de la transmission directe et de sa vérification : il n'y a plus alors de traces tangibles et elles ne sont plus guère compréhensibles pour un lecteur extérieur.

1. Constatant la rapidité de la perte d'information, de compréhension et de mémorisation et la diversification des enseignements, il se résolut à organiser et rédiger la tradition orale pour que tous les Maîtres aient un fond commun qu'ils enseigneraient d'un plein accord (pé é'had, d'une seule bouche) et dans une même langue, de façon à ce que sur l'essentiel on revienne à ce qui était jadis :
bité'hila lo hayéta ma'hloqéte béyisrael
"auparavant où il n'y avait pas de dissensions en Israel".
Il y avait, certes, des discussions vives et nombreuses et des enseignements réputés pour leur brièveté ou leur longueur mais, en général, chacun connaissait les autres traditions et savait distinguer l'essentiel du particulier, et les divergences ne brisaient pas l'unité de compréhension.

2. Ribbi Yéhouda Hannassi entreprit donc, avec ses élèves, de rassembler toutes les traditions orales.
Le Chla dit que Rabbi se trouva face à 600 corpus déjà constitués :
qodém rabbi hayou chéche méote sidréï michna.
Le traité 'Haguiga 14 parle même de 700 traditions. 
Il faut bien réaliser l'immensité de ce savoir juif très précis qui était alors totalement mémorisé.

3. Ribbi Yéhouda Hannassi a mis en ordre ce fond commun.
Rabbi "mit un ordre dans ces michnayotes" (sidér michnayote) en se conformant à plusieurs principes. 
Il établit 13 classes de méthodes différentes dans les traditions et les enseigna à Ribbi 'Hiya. 

4. Il va de soi qu'il faut étudier ce texte si particulier de la michna avec des personnes qui, elles-mêmes, ont étudié et reçu les règles  de sa composition, les débats entre les différentes traditions de la Torah remontant toutes à Moché notre Maître, sinon on n'y comprendra rien. Et on n'aura pas appris la Torah. On divaguera en fantaisies, fallacieusement nommées spiritualité juive ou philosophie juive. Véritables, elles doivent reposer sur la connaissance de la michna.  Voir la page: http://www.modia.org/lev-gompers/cours1.html

Le 17 Kislev  
Les princes du peuple d'Israël se présentent devant le prophète Ezrâ et lui racontent les abominations commises. (Livre de Ezra, ch. 9 et 10).

Le 19 Kislev  
Hiloula du magguid de Mézérich.1773.

Le 24 Kislev  Le soir, première lumière de 'Hanouka.
Prophétie de Haggaï (2, 10-23).

Le 25 Kislev   
En 2450, la préparation du matériel du sanctuaire dans le désert est terminée, et attendra jusqu'à l'inauguration. Ha Qaddoche Baroukh Hou dit: "Comment les remercier? Je leur donnerai la victoire sur les Hachmonaïm" (middrache).
En 3621, inauguration de l'autel par les Hachmonaïm. http://www.modia.org/infos/etudes/hanouka.html

Le 27 Kislev    
Fin des 40 jours du déluge, selon Rabbi Eliézer. Et demain, selon Rachi. Il s'ensuivra 40 jours de rosée bénéfique (Tan'houma 58,11 commentaire sur "sors de l'arche").

A suivre
-----------------------------
Evénements de l'histoire juive à cette période

4 novembre 
1940. Suspension de tous les fonctionnaires juifs à La Haye (Hollande) par les nazis.
1942. Convoi n°40 du Bourget-Drancy livrés par la France aux Nazis vers Auschwitz, 700 juifs environ gazés.

5 novembre 1943
Révolte des déportés du camp de Krychov en Pologne.

6 novembre 
- 1942. Convoi n°42 du Bourget-Drancy livrés par la France aux Nazis vers Auschwitz, 1000 juifs environ.

9 novembre
1938. Nuit de cristal : destruction des synagogues en Allemagne et Autriche sur le prétexte de l'assassinat de E. von Rath, secrétaire de l'ambassade allemande à Paris par Herschel Grynszpan.
1942. Convoi n°44 du Bourget-Drancy livrés par la France aux Nazis vers Auschwitz, 1200 juifs environ, dont 896 séfarades de Salonique.

10 novembre 1938
Après la Nuit de cristal, déportation de 35000 juifs à Dachau et Buchenwald.

15-16 novembre 1491
Bûcher et écartèlement de juifs accusés de tuer des chrétiens par magie, à La Guardia (Espagne).

17 novembre 1278
A Londres, pendaison de plusieurs centaines de juifs que l'on accuse faussement de trafic sur la monnaie.

20 novembre 1943
Convoi 63 de 1200 juifs, depuis Drancy vers Auschwitz. 

22 novembre 1348
Extermination des communautés juives en Bavière.

23 novembre 1939
Port de l'étoile jaune obligatoire en Pologne. 

25 novembre 
1696 Autodafé à Coimbra (Portugal) où 14 juifs sont brûlés vifs.
1940 Les Britanniques refusent le débarquement des 1770 juifs du Patria qui fuient le nazisme. Explosion du navire, 257 tués.

27 novembre 1095
Grande nouveauté, le pape (Urbain II) lance la première croisade, début d'une longue suite de persécutions terribles contre les juifs.

28 novembre 1940
Les Eglises réformées protestent en Hollande contre l'expulsion de tous les juifs de la fonction publique.

Quelques persécutions des pays de la civilisation chrétienne contre les Juifs à cette période:
10-12-1600  Autodafé de Juifs convertis au christianisme par pression, au Pérou
11-12-1939  Déportation des Juifs de Poznane en Pologne
12-12-1505  Bûcher de Juifs à Budweis, en Bohème
20-12-1348. Bûcher de Juifs à Wurtemberg.
21-12-1625. Bûcher de Juifs à Lima.
21-12-1680. Bûcher de Juifs à Tolède.
23-12-1736. Bûcher de Juifs à Lima.
24-12-1496. Décret d'expulsion des Juifs du Portugal par le roi Manuel I.
26-12-1684. Bûcher de Juifs à Lisbonne.
27-12-1348. Bûcher de Juifs à Neckar (Allemagne).


--