Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 

Ci-dessous, comment dire le compte du Ômér
chaque soir et comment nous améliorer ainsi de façon particulière chaque jour pendant 49 jours. 

- la bénédiction de chaque soir
- le mot et la lettre à dire dans le psaume 67
- les commentaires, rares, de la prière Ana békhoa'h (Oh, par Ta force...), etc.

(par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour)
Site Modia : www.modia.org


De Pessa'h à Chavouôte, lire ces 6  PAGES : 
le sens, le travail, comment faire.
Sens global de la période du Ômer
Sens précis de cette semaine du Ômér
Comment dire le Ômér chaque soir (cette page-ci)
puis
La fête de Lag baOmer,
Préparer la fête de Chavouôte qui a lieu  en fin des 7 semaines
Préparer la nuit de Chavouôte, le tiqqoune laïla

Plan
La formule de la bénédiction, chaque jour
Traduction du psaume 67
Comment compter l'Ômér ?
Traduction de la prière : Ana békhoa'h, Oh ! par ta force
La science et l'exemple de Ribbi Né'houniya ben Haqana
Nous comprenons maintenant.
 
 

La bénédiction du compte du Ômér, chaque jour

Les règles de base
(Le jour juif va du soir au lendemain soir à la tombée de la nuit).

Il y a une modification dans l'ordre des mots pour les achkénazes et pour les sépharades, mais le compte est, bien entendu, le même). Si on ne connait pas l'hébreu, on le dit dans sa langue habituelle. On ne nomme pas le compte du jour avant d'avoir dit la bénédiction; donc, si quelqu'un vous demande quel compte du Ômér on est aujourd'hui, vous répondrez: hier, on était le...". Bien vérifier le nombre avant de compter. On dispose de divers calendriers très pratiques et souvent très esthétiques pour cela.

1. On attend la tombée de la nuit pour le dire et on le dit alors même si on n'a pas dit Arvite, mais généralement on le dit à la fin de la prière de Arvite. L'officiant le dit d'abord mais ensuite chacun le dit également car c'est une obligation personnelle pour chacun.
2 . On le dit debout mais si on l'a dit assis, on a rempli la mitsva aussi. Les femmes ne le disent pas car elles sont dispensées des mitsvotes liées à une précision du temps. Mais, si elles le désirent, elles peuvent le dire en omettant la bénédiction. Il est souhaitable de le dire avant de prendre le repas du soir.
3. On peut le dire pendant toute la nuit avec la bénédiction. Si on l'a oublié, on pourra encore le dire toute la journée, mais sans la bénédiction. Et les jours suivants on reprendra avec la bénédiction.
4. Cas de quelqu'un qui a oublié de compter un jour. Alors, son compte des 49 jours sera définitivement incomplet, donc il ne pourra plus continuer à compter avec la bénédiction. De même s'il s'aperçoit qu' hier a fait une erreur dans le nombre. Mais, il se devra de compter quand même chaque jour (sans la bénédiction), de façon à continuer à faire tout le travail d'amélioration nécessaire.
 

Le calendrier

Pour ne pas se tromper chaque soir vous pouvez imprimer ce calendrier qui donne toutes les précisions de date et de nombre .  http://www.fr.chabad.org/holidays/sefirah/omer-calendar.htm

 

Le texte et les étapes de la bénédiction
(certains disent auparavant une formule non obligatoire: "pour unifier, léchém yi'houd...)
Baroukh atta Hachém Eloqénou mélékh haôlam, achér qiddéchanou vémitsvotav vétsivanou âl séfirate ha ômér.
Béni est-Tu, Hachém notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Tes mitsvotes et nous a ordonné au sujet du compte du Ômér.

(exemple pour un certain jour:)

- Hayom, yom é'had laÔmér, Aujourd'hui jour un dans le Ômér.

Ensuite, on dit:
Ha Ra'hamane, Hou yivné véite ha miqdache véya'hazir ha âvoda liméqomah vimhéra véyaménou. Amén.
Le Miséricordieux, Lui, reconstruira le Temple et il fera revenir ses tâches en leur lieu bientôt de nos jours. Amén.

Enfin: on dit le psaume 67.
En effet, après le premier verset, il y a 49 mots et chacun d'eux est la caractéristique d'un de ces jours du Ômér.
De même, le verset 5 a 49 lettres dont chacune manifeste également la qualité de ce jour.
Puisque les 7 versets de ce psaume sont l'expression du chandelier du Temple, la ménora,

on l'imprime selon cette forme et le verset 5 est alors la branche centrale.

La ménora est l'homme qui reçoit tout le flux de la bénédiction dans toutes les structures de son être. Chaque jour, une correction (un tiqqoune) se fait au niveau de ce qui pouvait arrêter ce flux de la bénédiction en une dimension précise de nous-même, et son investissement complet dans notre être. Cela est exprimé, dans le langage technique par un travail précis sur chaque partie de séfira incluse dans chaque séfira ; ceux qui ont étudié cette partie de la Torah comprennent. Voici un dessin de cette ménora écrite avec le psaume. Chaque artiste juif ou scribe (sofér) aime composer son propre dessin de "sa" ménora.

Pour que vous puissiez situer chaque jour le mot et la lettre qui y correspondent, d'après les indications données plus haut, j'ai placé un numéro près de chaque mot:



Traduction du psaume 67 (en gras, le mot et la lettre à dire à la tombée de la nuit, début du jour juif)
1. La ménatséa'h binéguinote mizmor chir.
    Au chef du choeur des chantres (au victorieux), sur les instruments à cordes, cantique, chant.

2. Eloqim yé'hannénou vivarkhénou yaér panav itanou séla.
    D.ieu nous prendra en grâce et nous bénira ! Qu'il illumine Son visage sur nous, éternellement.

3. Ladaâte baaréts darkékha békhol goyim yéchouâtékha.
    Pour connaître sur la terre Tes voies, dans tous les peuples Ton salut.

4. Yodoukha âmim Eloqim, yodoukha âmim koulam.
    Ils Te loueront les peuples, D.ieu, ils Te loueront les peuples, tous.

5. Yismé'hou virannénou léoumim ki-tichpote âmim michor ouléoumim baaréts téna'hem séla.
    Ils se réjouiront et jubileront les peuples car Tu jugeras droitement, et les nations sur la terre Tu verras avec bonté éternellement.

6. Yodoukha âmim Eloqim, yodoukha âmim koulam.
    Ils Te loueront les peuples, D.ieu, ils Te loueront les peuples, tous.

7. Eréts naténa yévoula yévarkhénou Eloqim Eloqénou.
    La terre a donné sa moisson et Il nous bénira Eloqim notre D.ieu.

8. Yévarkhénou Eloqim véyireou oto kol-afsé-aréts.
    Il nous bénira Eloqim et elles Le vénèreront toutes les extrémités de la terre.


Ensuite,
La prière Anna békhoa'h

Oh ! par ta force

(traduction par l'auteur du site Modia,
Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour. © Copyright)

Cette prière poème est lue chaque matin dans la prière des séfarades
et, par tous, pendant la période du Ômér

Cette prière est attribuée à Ribbi Né'houniya ben Haqana (fin du 1e siècle).
Il est sûr que la place de Ribbi Né'houniya ben Haqana est éminente car son élève, Ribbi Yichmaël nous a transmis en son nom les 13 règles d'interprétations que nous lisons également dans la prière du matin et dont il est dit que c'est le seul passage de la Michna sur lequel il n'y a jamais eu de discordance dans les interprétations.

Cette prière est composée de 7 versets de 6 mots. Les initiales de chaque mot dans un verset forment un mot supplémentaire qui a des sens élevés par rapport aux appellations de D.ieu.
On arrive ainsi à la somme de 7 x 7 =  49 mots, ce qui correspond aux 49 jours qui séparent la fête de Péssa'h de celle de Chavouôte (comme le psaume 67). Aussi, ces deux textes sont utilisés pour scander la marche d'amélioration de soi qui doit se faire chaque jour entre ces deux fêtes : un mot sera utilisé chaque jour et il sera mis en relation avec le travail à effectuer, que nous décrivons par l'intermédiaire du livre de moussar, morale, Tomér Dévora.

Voici une traduction de cette prière que nous avons réalisée. Elle s'ajoute à nos autres traductions. La traduction de chacun des 6 mots hébraïques dans l'une des 7 lignes  est séparée par un /.
 

  • Oh ! je T'en prie / par la force / de la bonté / de Ta droite / délivre / ce qui est empaqueté et ficelé.
  • Reçois / la supplication / de Ton peuple / protège-nous / purifie-nous / Redoutable !
  • Veuille / Puissant / ceux qui désirent / Ton unité / comme la prunelle des yeux / les conserver.
  • Bénis-les / purifie-les / mets-les dans Ta miséricorde / Ta juste bonté / toujours / comble-les en.
  • Inébranlable / Saint / dans l'immensité / de Ta bonté / conduis / ce peuple qui est Ta part.
  • Unique / glorifié / vers Ton peuple / tourne-Toi / eux qui font mémoire / de Ta sainteté.
  • Nos supplications / reçois-les / et écoute / nos cris / Toi qui connais / les mystères des êtres.

  • (Béni soit le Nom glorieux de Sa royauté à jamais et pour toujours).

    Il n'est pas de notre niveau ni de ce lieu de commenter les allusions que chacun de ces mots évoque, dans l'hébreu. Ceux qui savent, comme on nomme les Sages qui ont reçu la tradition la plus profonde, disent que cette prière de 42 noms contient de multiples secrets et une grande puissance qui permet à l'homme de s'élever. C'est pour cela que le qaddiche est bâti sur cette même structure de 6x7 car il a la force d'assurer également la montée de celui qui le dit, de la communauté et de l'âme du défunt.

    Précaution
    Cependant, ferait erreur celui qui verrait le judaïsme avancé comme un ésotérisme. En effet, dans le judaïsme, les niveaux des secrets sont exactement en correspondance avec la structure du concret et avec la dynamique de la prière et des actes moraux les plus quotidiens. C'est une structure globale, holistique, qui est inséparable. On ne peut pas être soit un spécialiste de la halakha ou de l'interprétation, ou du moussar (morale), ou... ou. Mais les maîtres sont toujours et... et... et ils ont écrit simultanément en ces différentes branches du savoir.

    La synthèse des secrets
    Ainsi, il nous est rapporté 2 enseignements très quotidiens de Ribbi Né'houniya ben Haqana :
    1. Dans le Traité Méguila 28 a, les élèves de Ribbi Né'houniya ben Haqana lui ont demandé le secret de ce qui lui a permis d'atteindre une telle vieillesse (bamé héérakhta yamim). Il leur a répondu (et à nous) par ses trois secrets :
    1a. de toute ma vie mimaï, je n'ai jamais accepté un honneur ou une promotion sur le dos d'un autre lo nitkavadti véqalone 'havéraï, à l'exemple de Rav Houna qui portait un lourd instrument sur l'épaule et Rav 'Hana a voulu le lui porter pour le soulager ; alors Rav Houna lui a dit : "si tu as l'habitude de porter ainsi en public, je veux bien" mais sinon je ne veux pas (car cela t'humilierait). C'est donc une extrême délicatesse qui porte attention à l'honneur de l'autre.
    1b. jamais je n'ai proféré dans le secret de malédictions contre des collégues, lo âleta âl mitati qélalate 'havéraï ; cela, à l'exemple de Mar Zoutra qui disait avant de s'endormir : chéri lé lékhol mane détsaârén "je pardonne à tout homme qui m'a causé des tracas".
    1c. j'ai su renoncer à mon argent, vatrane bémamouni hayiti, comme un Sage nous a enseigné que Job savait l'être ; ainsi, quand il achetait et qu'on lui rendait la monnaie, il en laissait toujours une part sur place.

    2. On comprend maintenant que les Pirqé Avote (Principes des Pères) nous disent :
    Ribbi Né'houniya ben Haqana disait que celui qui s'engage à porter vraiment le joug de ce que demande la Torah (kol hamméqabbél palav ôl Tora)
    n'a pas besoin de juger des choses selon les exigences du gouvernement en place (maâvirine mimménou ôl malkhoute) ni des contraintes sociales (véôl dérékh éréts) ;
    mais, au contraire, celui qui ne se mène pas selon le joug réel de la Torah, alors il ne lui reste plus qu'à mener sa vie selon le niveau des lois et des contraintes sociales.
    Il est évident qu'il ne s'agit pas d'un anarchisme mais, au contraire, de se fonder absolument sur la véritable morale avec laquelle on ne peut pas tricher.

    Nous comprenons maintenant 
    - pourquoi cette prière de Ribbi Né'houniya ben Haqana nous est proposée quotidiennement pendant le temps du Ômér pour son exigence concrète en même temps que pour son lien à la véritable morale de tout.
    - ce que nous rencontrons souvent sur le site, notre Beit Middrache, qu'un aspect du judaïsme (par exemple, ici, cette prière) ne nous révèle son sens que si nous recherchons par l'étude ce qui est autour et nous l'explique. Alors, la Torah abstraite devient vraiment une Torah "de vie".

    Que cela se réalise pour vous et pour ceux que vous aimez. Amen!


     
    Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
    © Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour