REUSSIR tout au long de l'année en beauté

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
et tableaux de Roï Suffrin
http://www.modia.org 



 


Nous allons réviser en quelques images le bon parcours de préparation et d'amélioration
que nous avons réalisé depuis les fêtes de début d'année, depuis la téchouva, jusqu'au repentir et pardon demandé et accordé, et les résolutions, surtout celles de la fraternité.

Nous sommes un seul peuple où chacun est indispensable et autant valable que les autres:
il n'y a pas de super-Juif, ni de super-religieux et les intouchables (toujours l'autre). Comme pour chacune des lettres dans le rouleau de la Torah: chacune est aussi sainte que les autres, aucune n'est privilégiée et si une est oubliée toute la Torah de ce rouleau est non-valable (passoul).
Donc intégrons la plénitude de tout le peuple; il y a énormément à améliorer en ce sens.


Et n'oublions jamais non plus ceci: même si "quelques" autres peuples et "quelques" religions furent et sont parfois et souvent d'une cruauté sans limite et d'une perversion spirituelle sans limite envers Israël,
n'oublions jamais deux dimensions:
- le peuple d'Israël a un rôle de lumière de la Torah pour toutes les nations et d'être pour elles un canal permanent de la bénédiction de toute la briah, la création.
- de même que la Torah doit être vécue entre nous dans le peuple, nous devons nous comporter selon le meilleur de la Torah envers tous les autres peuples. Eux-mêmes nous le rappellent sans cesse de multiples façons: en aimant venir en Israël à la fête de Souccote (même si leur but est ambigü), en exigeant de nous une moralité qu'ils n'ont pas envers les autres peuples ni envers nous. Ils reconnaissent un rôle exemplaire au judaïsme.

Et arrêtons, dans une relation perverse aux autres nations, de nous allier à nos ennemis contre nous-mêmes.

Il y a Un seul Créateur permanent pour tous.

J'ai illustré ces quelques pensées positives, essentielles pour orienter l'année qui commence, par les tableaux puissants de Roee Yossef Suffrin (prononcer Roï Yossef Soufrine), de Jérusalem .

Voir les oeuvres de Roee Yossef Suffrin à Jérusalem:
Vous pouvez rencontrer directement l'auteur dans son studio et y échanger avec lui sur ses oeuvres et au milieu de son oeuvre et de sa création actuelle. Sur rendez-vous: tel. portable 972-2-0524483461 ou fax 972-2-6738785, ou je peux vous recevoir avec lui dans ma galerie personnelle (non commerciale!): dufour@modia.org. Tel 02-5634137 ou 972 2 5634137.
Toutes ses oeuvres n'y sont pas car elles sont dans des collections particulières et en différents pays du monde.




Gardons en permanence la sincérité et la profondeur des jours de téchouva (retour)
où nous avons vraiment retrouvé la lumière essentielle, seule existence.

(Roee Yossef Suffrin. Jerusalem. 80x60. Présence)

Maintenant, gardons ensemble l'équilibre parfait
depuis les pieds sur le sol
et tout le corps, le coeur, la tête et nos antennes célestes
baignant en direct dans la spiritualité de l'amour divin.
Et un chant s'élève en nous qui capte et maintient
toute la force de la Création.

(Roee Yossef Suffrin. Jerusalem. 80x60. Chofar)

Avançons maintenant dans l'action
et soyons mus par une puissance créatrice retrouvée,
celle de la Torah, et son chant:
(Roee Yossef Suffrin. Jerusalem. 95x64. Sefer Torah)

Désormais, toute la Création
et toute l'action personnelle, professionnelle, collective ou politique
sera perçue dans sa véritable dimension de la Présence créatrice.
Si harmonieuse, pacifique,
où notre regard sera aussi assuré
de beauté et de bonté que celui des peintres.



Bonheur parfait.

 

MAIS
il restera chaque jour à renouveler un combat individuel total
pour tout homme et pour tout Juif:
face à la diversité des Sages, des intelligents, des riches, des puissants,
face à notre propre sagesse, intelligence, richesse, puissance,
il faudra chaque jour que l'enfant en nous puisse resurgir
et ne rien craindre de l'immensité, ne pas craindre de nous même,
afin de "réaliser notre lumière".
Bien plus, elle est indispensable au monde,
vitalement indispensable pour le monde.
Je le redis encore: nous savons tous que, si une seule lettre de tout le rouleau de la Torah est quelque peu abimée,
alors tout le rouleau lui-même est nul, passoul.
Ainsi, chaque jour en chacun, la renaissance de l'enfant est essentielle.
Les Juifs disent sans cesse cette phrase: "naar hayiti GAM zaqanti...
j'étais enfant également j'ai pris de la sagesse".
Ce ne sont pas deux âges différents mais cela veut dire que je suis à la fois, en cet instant même, et l'enfant naissant et le sage mûr.
Un défi à maintenir vivant, constant, celui de la créativité continue.
A mes yeux, ce tableau de Roee Suffrin, comme toute son oeuvre sur des sujets divers traduit bien ce défi continu de la lumière et de son environnement, et sa victoire "constante".
Bonne réussite à nous tous.

(Peinture de Roee Yossef Suffrin. Jerusalem. 70x50. L'enfant et les Sages)



Dans les langues latines, l'enfant a la signification de "in-fans", celui qui ne parle pas et n'a pas le droit à la parole. En hébreu, l'enfant se dit yéléd, le walad, celui qui est constamment le "naissant".
Que l'enfant en nous soit sans cesse présent cette année et renaissant sans cesse.
Et le monde renaîtra pour le bien de tous et de tous les peuples,
où tous les humains sont tous à l'image du Créateur.

 


Quelques autres oeuvres de Roee Yossef Suffrin

(Transmission)

L'expérience de la transmission est bien rendue avec son émotion et nous rappelle notre vécu alors: la lumière claire et pure du jeune, modeste, ému, ne sachant pas et toute écoute, respectueux et incliné. Et l'ancêtre, ressenti ainsi portant toutes les générations jusqu'à Moché Rabbénou, Moïse notre Maître. Il est droit, conscient de la direction céleste et simplement porte-parole. Et entre eux, la lumière, ce qui est l'essentiel; c'est elle qui est la source et non pas l'un ou l'autre; et elle éclaire chacun selon sa nature. Et l'importance de l'écrit, du livre, saisi avec respect. Les regards si centrés sur la présence...

 

(Etude de la Torah)

La force de cette peinture me semble être qu'elle a bien saisi chacun dans ses défis profonds. Tous cherchent, sont inclinés, chacun dans sa ligne: chacun est respecté et devra s'approprier l'énigme et la relier à soi. La seule transmission externe ne suffit pas. A ce stade, pas d'enthousiasme facile, pas de gourou sachant tout à la place des autres: celui qui a des dizaines d'années d'études et le jeune se trouvent dans la même situation chaque fois devant le texte, devant l'interrogation rencontrée. Et le plus lumineux n'est pas forcément le plus habillé de vêtements catalogués en degré de sagesse. La réalité matérielle les réunit tous dans le même lieu et il est solide comme la Création. On était ensemble au Sinaï, essayons de nous en souvenir. Et chacun, comme chacune des lettres de la Torah est nécessaire dans sa particularité pour porter l'ensemble du texte. Si une lettre manque, tout le rouleau est passoul, disqualifié. Alors, étudions ensemble. Regardons encore longtemps cette peinture, nous apprendrons.

 

(Lecture de la Torah)

A nouveau les défis à nous posés sans possibilité de fuir ou de nous raconter des histoires toutes faites. Chacun arrive plein de sa sagesse, de sa force, de ses connaissances indéniables et, soudain,
placés à nouveau devant le rouleau ouvert de la Torah,
chacun ressent sa position: toute la lumière que nous savons y être n'est plus perceptible, de par l'écart entre son immensité et notre faible limite. Moment de silence, et bien nécessaire pour que nos bouches ne disent pas des ritournelles. Et tous sont ainsi remis à leur place de même.
Seul le jeune enfant ose se confronter en direct et exiger de savoir. Il n'est pas dans la hiérarchie du plus lumineux mais son défi est le plus vrai. Et il est l'avenir, donc le présent.

 



 

Autres appréciations sur les tableaux de Roee Suffrin qui m'ont été communiquées.
La qualité de ses oeuvres a rapidement dépassé les frontières d'Israël.
Leur valeur artistique et la puissance continue des messages interpellent le possesseur et le spectateur de ces oeuvres qui ont trouvé une audience dans de nombreux pays.
C'est un artiste dont l'appréciation monte très rapidement et les amateurs en sont conscients
.

1.
Puis- je vous avouer que les ayant "rencontrés" à l'époque de Roch Hachana,...la lumière du premier tableau -- Présence -- étant trop forte pour mes yeux... et puis la présence réitérée de l'enfant dans quatre de ces peintures --l'enfant et les Sages/Transmission/Etude de la Torah/Lecture de la Torah-- rouvrait en moi la profonde douleur de n'avoir pas d'enfant!

Je les re-visite avec un autre regard et je les trouve magnifiques tant par la symbolique que ces peintures véhiculent (ombre/lumière; bleu du ciel/ gris-blanc des nuages; Enfant/adulte etc.) que par la "matière" picturale --je ne peux m'empêcher de penser à la manière dont Cézanne travaillait ses toiles, ses sujets, comme s'il voulait en donner la structure profonde. Ici en l'occurence Roee Suffrin tente, il me semble, de révéler par ses thèmes et la manière dont il travaille les figures et le cadre ambiant, la structure de l'être juif et cela, avec force expressive -- tant par la couleur que par la force des lignes qui organisent une structure très solide du tableau --
Ainsi dans L'enfant et les Sages, l'enfant, au premier plan et au centre du tableau semble porter l'assemblée des Sages qui, eux mêmes, portent littéralement l'enfant en eux comme dans une matrice où l'enfant tranquillement étudie, chante, comme baigné dans la lumière maternelle ou la lumière divine que les Sages méditent et intériorisent, une lumière qui éclaire l'enfant et le visage de tous ces Sages ancrés dans une méditation infinie, le visage et le regard plongés dans l'intériorité qui les anime...comme si une danse divine allait les surprendre!
Et le tableau Transmission, quelle force dans la concentration! Je ressens bien ce que vous en écriviez...le maître et l'élève dans une étude concentrée et une écoute passionnée et la flamme qui les éclaire au centre du tableau! Vous exprimez si bien ce qui en jaillit que je ne trouve plus grand chose à dire de plus, merci Rav de vos commentaires!
Le Sage, "celui qui parle à la mesure de la capacité d'écoute de l'autre"
-- comme l'écrivait si bien mon premier maître en judaisme, Jean Zacklad que sa mémoire soit une bénédiction, et nourri aux sources du Gaon de Vilna --, ici , de l'élève en qui Hachem a créé un Temple dans l'Oreille...tout à l'écoute du sacré qui sourd de la bouche et de la stature du maître qui lui même puise la lumière dans le Livre qu'il fait "entendre" à l'élève...Et puis il y a cette chaleur de l'atmosphère qui irradie le lieu, les visages et les coeurs de ceux qui contemplent ausssi ce magnifique tableau...
J'aime aussi la pureté qui se dégage du tableau Chofar qui n'est plus maintenant symbole de "cri" mais symbole de chant... D'ailleurs, les chofars en présence dessinent comme une danse orientée vers le ciel, vers ces trouées de ciel si bleu, si pur...d'un Ciel qui écoute l'appel et le chant de l'homme et qui dissipe les nuages parfois lourds mais rendus légers par le son, le chant du choffar et sa danse dans le ciel! La symbolique est belle...merci Hachem pour tant de beauté!
En somme, plus le regard se pose sur ces tableaux , plus ils se mettent à nous "parler", à parler de notre être profond, de l'être juif et que parfois nous occultons dans la rapidité du regard inconscient ou d'un regard défiguré par la douleur.
Je conclus en pensant à la nécessité de prendre le temps pour bien apprécier les beautés offertes au regard de l'homme...les beautés que Hachém nous montre à travers le regard de l'autre ici de Roee Suffrin...

------------------------------
2.
Bravo à l'artiste qui a su employer son talent pour nous ramener à l'intérieur de nous-même: là où nous rejoignons facilement notre Créateur. Ces tableaux que je garde ont été peints petit à petit, chaque coup de pinceau a donné un nouvel éclat à tout l' ensemble. Et nous voici devant une oeuvre magnifique!
S.R

------------------------------
3.
Ce qui me frappe tout d'abord, c'est la force dans la luminosité et l'intensité des couleurs. La lumière irradie les visages et, par conséquent, les coeurs des personnes en présence.,Je leur envierais presque cette lumière! Chaque tableau que l'on peut considérer comme étant une parcelle de son être traduit son émotivité, son amour profond et son humilité devant D.ieu. C' est assurément un peintre de valeur et de grande foi ! Et je lui dirai ceci : il est écrit dans Néhémie 2 verset 20 : "Et D.ieu leur fit cette réponse : Le D.ieu des cieux nous donnera le succès.Nous, ses serviteurs, nous nous lèverons et nous bâtirons".
J.G Dakar Senegal
------------------------------
4.
Ces belles peintures sont riches et authentiques comme la
religion juive.
J.H Grenoble
------------------------------
5.
Ces Images montrent bien L’AUTORITÉ DE LA PAROLE (la Lumière essentielle, seule vraie existence) venant du seul Créateur permanent pour tous. Parole (qui ne doit pas être un livre fermé et rangé dans une bibliothèque, mais le Livre de D.ieu ouvert) à décortiquer, déguster, pratiquer et à transmettre en toute pureté.
Cette (La) Parole était au Commencement. Toute chose a été faite par Elle. En Elle se trouve la Vie des Hommes. Du juif premièrement et du « Grec » ensuite. Josué 1.8. Deutéronome 6.4. Merci.
P.D Belgique

------------------------------
6.
Ces peintures ont, d'abord, beaucoup d'émotion. Elles sont colorées ces peintures, parlantes, elles sont de très beaux et très forts moments de la vie du Judaïsme. Elles parlent de sagesse. Et, bien sûr, dans chacune il y a l'évocation du D.ivin. Quel beau témoignage nous offre ce peintre! Je suis très sensible à toutes ces évocations de la vie spirituelle et de l'étude.
Personnellement, j'ai une vive préférence pour celui nommé : "transmission". Il évoque tout ce que l'Homme doit faire pour l'Homme. afin de sauvegarder la Tradition, la relation avec le passé pour mieux aller vers l'avenir.
N.V Pologne.

------------------------------
7.
Ces peintures sont d'une grande expression qui remue l'âme, si j'osais. Ce n'est pas sans émotion que l'on regarde ces peintures qui font nous souvenir de cette grande vie que vivaient nos Sages dans ce continent du Yiddish land européen, disparu à cause de la haine de ceux qui enviaient leur sagesse.
C'est une grande mitzvah que de conforter les âmes en ne leur reprochant pas d'être comme tous.
G. P. Montréal Quebec Canada

------------------------------
8.
Ces peintures renforcent l'émotion...
A.D Jerusalem

------------------------------
9.
Ces tableaux, dans chacun d'eux on peut percevoir le ressenti de l'humain face au divin et ce que l'on y voit est très beau. La force et la lumière de la toile rejaillissent sur celui qui la regarde.
Les toiles mettent en valeur les mots du texte et jouent ici un rôle d’accompagnement, un peu comme dans un orchestre où jouent par exemple le violon et le piano. Chacun joue sa partition propre et pourtant ils interprètent la même musique, sur le même thème. On peut entendre le violon seul, le piano seul, c'est joli. Mais lorsqu'ils jouent ensemble, les instruments se complètent et c'est déjà un début d'orchestre. Le morceau joué s'en trouve embelli. C'est en quelque sorte ce que l'humain qui, avec ses propres moyens (que ce soit la musique ou tout autre mode d'expression) réussit à reproduire ce qu'il ressent. Dans ce contexte, la peinture et les mots s'expriment de concert (jeu de mot non prémédité !) face à La Présence. Ici, la peinture vient illustrer les propos de la Torah...
Les tableaux présentés ici reflètent très bien l'atmosphère si particulière de la prière à la synagogue, les visages expriment une paix et une force que rien ne saurait troubler. Une présence intérieure semble habiter les fidèles et on ressent leur très profond recueillement. L'homme qui porte un Sefer Torah sur l'épaule est entièrement tourné vers Hachém et cela se voit sur son visage. Son tallit reflète la pureté de ses sentiments.
Sur la toile qui représente le groupe en prière assis devant une baie vitrée inondée de lumière, l’artiste a sans doute voulu représenter la clarté céleste qui émane du Divin à travers son arbre de vie qu’est la Torah et que perçoit chacun des personnages en prière. C’est ce qui se passe, me semble-t-il, lorsqu’on prie avec « cavana ». Chacun reçoit alors la « réponse » d’Hachém et ressent un peu de cette lumière douce et bienfaisante qui l’habite alors aussi tout entier à son niveau.
Sur un autre tableau, même l'enfant assis sur le sol, à l'instar des adultes debout derrière lui, est entièrement tourné vers l’ intérieur, vers Haqadoch Baroukh Hou. Toutes ces âmes en prière sont tournées vers Hachém et on croirait presque entendre le son vibrant du chofar (produit par l’homme, mais venu d’ailleurs) et les mots de la Torah (prononcés par l’homme, mais également venus d’ailleurs, puisque ce sont ceux de la Torah) devant le paysage vallonné et verdoyant rappelant l’Israël d’hier, mais aussi celle d’aujourd’hui. L'artiste exprime bien la force de la prière et de la Torah, qui éclairent si bien ceux qui en vivent.
De plus, chacun d'entre nous peut se projeter dans ces tableaux, car ils sont "actuels", comme l'est la Torah, comme ce pays à la fois si ancien et si actuel qu'est Erets Yisrael, comme l'est aussi ce peuple, tourné à la fois vers son passé (pour se ressourcer et essayer de suivre l'exemple de ses Patriarches et Matriarches), mais aussi vers l'avenir (plein d'espoir comme le disent les Textes, malgré les apparences). Ces toiles sont la synthèse d'un riche passé et d'un présent intensément, souvent douloureusement vécu, mais dans l'espoir toujours renouvelé des mots de la Torah....
Les peintures de Roee Suffrin ont eu un effet d'inspiration sur mes poèmes...

M.F Saint Germain des Prés France

-----------------------------
10.
Ces tableaux montrent bien L’AUTORITÉ DE LA PAROLE, (la Lumière essentielle, seule vraie existence) venant du seul Créateur permanent pour tous. Parole (qui ne doit pas être un livre fermé et rangé dans une bibliothèque, mais être le Livre de D.ieu ouvert) à décortiquer, déguster, pratiquer et à transmettre en toute pureté.
Cette (La) Parole était au Commencement. Toute chose a été faite par Elle. En Elle se trouve la Vie des Hommes. Du juif premièrement et du « Grec » ensuite.
P.D. Belgique

------------------------------
11.
Ces tableaux sont très beaux. Ils représentent le peuple juif dans toute son essence.
Et, l´essence du peuple juif est la foi et la tradition millénaires.....l´amour de cette tradition qui ne mourra jamais. Ces tableaux sont émouvants.
C.H. Sao Paolo. Brazil.

------------------------------
12.
Cet artiste a trouvé un vrai équilibre entre modernité et héritage, tant dans les traits et dans les couleurs que dans l'émotion. C'est un vrai bonheur, et quand le bonheur est là, nous montons de quelques étages vers Dieu.
D.D. Guadeloupe.

------------------------------
13.
D'abord, bravo à l'artiste qui a su employer son talent pour nous ramener à l'intérieur de nous-même: là où nous rejoignons facilement notre Créateur. Ces tableaux... ont été peints petit à petit, chaque coup de pinceau a donné un nouvel éclat à tout l' ensemble. Et nous voici devant une oeuvre magnifique! Merci
S.R France

------------------------------
14.
Dans les tableaux de Roee Suffrin, j' ai été touchée par l immense contraste entre lumiére et ombre, ce qui nous donne l'espoir d'aspirer à un monde plus clair oú la joie de la Tora, exprimée par les chants et les louanges a Hachém, régnerait pour toujours. Mais ce monde lá ne pourrait s'obtenir que par une constante lutte intérieure pour se perfectionner dans l'étude de la Tora et la transmission permanente de Celle-ci aux jeunes comme nous le remarquons dans ces tableaux. J'ai senti combien, à travers ces personnages si bien délimités, avec cette expression de concentration dans leurs prières si marquée dans leurs visages, nous serions entrainés à les imiter. F.B.C. Venezuela

------------------------------
15.
... I
l y a quelque semaines, j'ai mis sur le bureau de mon PC , une des peintures de Roee Suffrin car cette peinture, avec les joueurs de chophar, me rappelle les événements qui sont à notre porte: " Hear the word of Yahweh, you nations, and declare it in the islands afar off; and say, Hachem who scattered Israel will gather him, and keep him, as shepherd does his flock... Then shall the virgin rejoice in the dance, and the young men and the old together; for I will turn their mourning into joy, and will comfort them, and make them rejoice from their sorrow. Le Seigneur avait dispersé Israël, mais maintenant il le rassemble et veille sur lui, comme un berger sur son troupeau .. Alors les jeunes filles danseront de joie, de même que les jeunes gens et les vieillards. En effet, déclare le Seigneur, je changerai leur tristesse en gaieté, je les consolerai de leurs chagrins et je les remplirai de joie." (Jérémiah 31. 10-14). Oui, ces peintures me donnent chaud au coeur et beaucoup d'Amour pour le Peuple d'Israël
F.M Gages Belgique

------------------------------
16.
J'aime beaucoup les couleurs et le graphisme de ce peintre et je trouve qu'il exprime avec force une réalité représentative. Il y a un travail dans les formes et les couleurs et un rendu des visages qui élèvent sa peinture au-dessus du temps et de l'anecdote.
P.C Strasbourg France

------------------------------
17.
Je suis insensible à la peinture en général malgré des cours d'histoire de l'art. ...Pourtant j'admire l'oeil photographique de l'artiste qui semble capturer en peinture des clichés pris à vif. Chazak VeEmatz pour l'artiste. A.S. Paris

------------------------------
18.

J 'ai été touchée par l'immense contraste entre lumière et ombre, ce qui nous donne l'espoir d'aspirer à un monde plus clair où la joie de la Tora exprimée par les chants et les louanges à Hachém régnerait pour toujours. Mais ce monde-là ne pourrait s'obtenir que par une constante lutte intérieure pour se perfectionner dans l'étude de la Tora et la transmission permanente de Celle-ci aux jeunes comme nous le remarquons dans ces tableaux. J ai senti combien, à travers ces personnages si bien délimités, avec cette expression de concentration dans leurs prieres si marquée dans leurs visages, nous serions entrainés à les imiter.
F.B.C Brazil

------------------------------
19.
J'apprécie ses peintures, j'aime ce mélange de réalisme puisé dans la Tradition mais aussi les couleurs toujours mises en valeur par le jeu des lumières ; lumière intimiste de la bougie ou lumière du ciel qui se reflète sur les talith et les rouleaux de la Thorah, lumière intérieure aussi émanée par les personnages recueillis. Superbe aussi ce qui est suggéré, notamment le symbole de la transmission avec cet enfant sous la table qui semble se nourrir des paroles des adultes au-dessus de lui. J'aime ce que fais ce peintre parce que c'est la vie juive dans l'expression de ce qu'il y a de plus profond.
J.C Orléans.

------------------------------
20.
Je trouve ces peintures très belles, douces et vivantes à la fois, parfois criantes d'une certaine vérité.
Y. France

------------------------------
21.
Ces peintures sont très belles et profondes de signification...
N.A

------------------------------
22.
J
'ai eu un immense plaisir à apprecier ces tableaux... Vous le remercierez pour la Transmission qui est l'élément clé de ce que D.ieu attend de chacun de nous! Tous les tableaux placent celui qui comprend dans un état de ravissement inexplicable!
J.G. Senegal

-----------------------------
23.
Les peintures nous remplissent de l'atmosphère qui règne auprès de ces gens en recueillement. C'est comme si nous étions présents avec eux, nous ressentons la sérénité, la profondeur, l'amour et leur élan spirituel envers la Torah. Pour les autres toiles, nous ressentons la force, la détermination des gens. Ces toiles sont des chefs-d'oeuvre. La toile ou nous voyons le petit enfant en dessous de la table est très touchante, très réaliste et remplie d'émotions variées...
Je suis touchée... par le même intérêt et même bonheur à les regarder.
L. B Montréal

-----------------------------
24.
Les peintures sont très belles et profondes de signification... Merci.
N.A. France

-----------------------------
25.
Les tableaux de Roee Suffrin sont merveilleux, ils touchent vraiment et on se sent comme dans une synagogue et tous les présents prient... J’aime les tableaux qui transmettent une joie. Ces oeuvres transmettent l’émotion de voir et entendre nos priéres, comme d’écouter le chofar.... Malgré que je ne suis pas religieuse.
R.L Rio de Janeiro Argentina

------------------------------
26.
Cet
artiste a trouvé un vrai équilibre entre modernité et héritage, tant dans les traits et dans les couleurs que dans l'émotion... C'est un vrai bonheur, et quand le bonheur est là, eh bien nous montons de quelques étages vers
D...
F.W Morne à l'eau. Guadeloupe

------------------------------

Même sans savoir exactement quelle est la tecnique utilisé et mon manque de culture, je ne peu que vous transmettre mes sentiments. Ils sont très beaux. Ils representent le peuple juif dans toute son essence.
Et, l´essence du peuple juif est la foi, la tradition millénaires.....l´amour de cette tradition qui ne mourra jamais. Ces tableaux sont émouvants.
Pourtant, j´aimerais savoir si le peintre a un seul tableau qui representerai les femmes juives. Sans elles que serait du judaisme ?
C´est mon coté féministe !!
Quand a vos photos, elles sont magnifiques. Tous les vendredis j´envoie des e-mails avec mes voeux de Shabat Shalom á mes amis avec une de vos photos. Je ne vous ai pas demandé si j´ai le droit.... excusez-moi.
------------------------------

Merci pour ces belles peintures; elles sont riches et authentiques comme
> la religion juive
> mon nom : hernandez jeanie-laure
> ma ville : grenoble - 38100 - France

------------------------------

Présence

Des hommes essayant de retenir le feu de l'assaillant derriere le mur, par la priere

Chofar

des hommes s'excerçant à sonner du choffar ou posant pour le photographe... il existent des milliers de tableaux de ce style, tous plus impersonnels les uns que les autres...
Sefer Torah

j'aime les hommes qui sont derriere celui qui porte le sefer thora. L'expression de ce dernier par contre peut se voir dans des milliers de tableaux tout a fait semblable a celui ci, encore une fois, sans en apporter aucune personnalité :(

L'enfant et les Sages

deux generations separent des hommes occupés à la meme activité. Les actions des peres sont un exemple pour les enfants: joli

Etude de la Torah
beau mouvement dans ce tableau d'hommes occupés par une même activité, un look de bande déssinée: j'aime bien ce tableau

Lecture de la Torah
aucune âme dans ce tableau ci, je ne peux rien en dire. ces scenes ont été vue et revues...

Transmission

porte bien mal son nom:
par de lien entre eux, pas de "présence" du rabbin. Ils regardent dans une direction différente alors que quelque chose de fondamental est sensé se passer avec cet enfant qui ne semble pas appartenir au monde de la thora. le rabbin fait son job, mais le garçon n'est pas inclus dans son espace... sans doute restera-t-il avec sa kipa amindonée toute sa vie... c'est vraiment le genre de transmission loupée! Ha, encore un truc qui me vient, pourquoi est ce le jeune qui porte un talit coloré (non 'harédi?) serait ce que c'est à ces derniers qu'incombe l'enseignement de la thora selon l'auteur du tableau? ;)

M/B Jerusalem

------------------------------

Quant aux tableaux, je ne sais pas analyser une peinture, mais
> une chose est sûre, c´est qu´ils sont très agréables à regarder, ils sont
> pleins de lumière et de couleurs et certains donnent l´impression d´une
> photo.
> Bien à vous
> Clarisse Edery de Dayan
> Rio de de Janeiro-Brésil
------------------------------

- Ses peintures parlent et je n'ai pas cessé de les admirer. j'ai l'impression à un moment donné que j'y ai ressenti la presence de Hachem. Quel amour profond et sincere sort de ses peintures, je ne trouve plus la parole. S.B. Montreal.

------------------------------

Ses tableaux sont très beaux et sont toujours appréciés; il ouvre une porte au beau, au bon, au vrai.
G.P. Rome. Italie

------------------------------
- Ses tableaux, une chose est sûre, sont très agréables à regarder, ils sont
pleins de lumière et de couleurs. C.E. Rio de Janeiro. Bresil.
------------------------------

Si vous voulez une réponse franche et honnête, je ne suis pas amoureux de la peinture “religieuse”, quelle qu’elle soit. Si encore il s’agissait de représentations un peu plus sensationnelles, comme ont su le faire quelques rares grands peintres chrétiens (Michel-Ange, Léonard de Vinci, Velasquez, Goya, etc.) ou même juifs, comme Chagall, ça pourrait m’atteindre. Mais là, personnellement (et ça n’engage que mes goûts), ça me laisse de marbre parce que c’est trop “retenu” et pas assez “explosé” au niveau émotionnel.

J’espère que mon avis vous aura été utile.

Bien à vous
------------------------------

tres belle s peintures continuez. Gur Derai France

------------------------------

Un côté intemporel, une remontée du temps , une résurgence d'un passé sans
cesse renouvelable et renouvelé. (l'éternité!)
L'expression des sujets est parfois sérieuse, grave , parfois libre et
é panouie,
Parfois triste et vide.

Je suis plus sensible à l'absence d'expression de visage qui laisse
le spectateur libre de son émotion, par l'absence de proposition , et
laisse le mystère de la ChéH'ina se développer par le jeu des lumières
et d'ombres , et la proximité des êtres par la pensée dans la prière :
les sujets apparaissent séparés, affairés à leurs occupations
indépendamment l'un de l'autre, tandis qu'ils sont réunis dans une
convergence des âmes dans la prière. Oui , c'est cela , c'est la
ChéH'ina qui apparaît.

Le graphisme "simplifié " donne un caractère flou, et transposable de
ce fait à d'autres scènes de notre imaginaire.

Certaines zones des toiles sont très sombres et obligent à faire
attention à ce que l'on voit du fait de l'effort nécessaire à essayer
de discerner ce qui se passe. .. Comme des clins d'oeil possibles à
saisir et à rechercher. E.E. Paris

------------------------------

Un tableau de Suffrin représente pour moi la vie de la qédoucha (sainteté). Je suis absorbé et débordé par la vie quotidienne et son tableau diffuse vers moi le calme, la confiance en D.ieu. Il est une manifestation de la qédoucha, comme un matin de Roch ha chana ou de Chabbat. Le tableau touche en moi la vie qui aspire à la sainteté et, dans ce lien, il est face à moi une sensation de tranquillité. M.C Israel

------------------------------

Vos peintures m'ont procuré emotion et plaisir. J'ai vu dans ma jeunesse, des cartes postales chez mes grand-meres, qui representaient certaines de ces scenes a la synagogue, ou a la maison, lors des fetes, dans les pays de l'est- pologne, roumanie, russie...dont ma famille est originaire. Continuez encore a nous regaler de ces oeuvres si agreables pour les yeux, le coeur et l'ame. F.E.S. France

------------------------------

Vous avez déjà la réponse ! Regardez une de vos photos de fleurs ou d'oiseaux...Il y a là une beauté pure , une parcelle de Lumière divine .L'idée qui est véhiculée ne peut être qu'élevée . Regardez le plus beau des tableaux ...il faut bien admettre que sa beauté y est bien ''humaine'' et relative ; l'idée qu'il peut véhiculer est au mieux bien prosaïque et limitée ... enfin , à mon humble avis !.
B.Céloro - 78 Le Chesnay - France -

------------------------------

Vous demandez ce que l'on ressent face à ces peintures ?
Tout d'abord, beaucoup d'émotion. Elles sont colorées ces peintures, parlantes, elles sont de très beaux et très forts moments de la vie du Judaïsme. Elles parlent de sagesse. Et bien sur dans chacune il y a l'évocation du D.ivin. Quel beau témoignage que nous offre ce peintre. Je suis très sensible à toutes ces évocations de la vie spirituelle et de l'étude.
Personnellement, j'ai une vive préférence pour celui nommé : "transmission". Il évoque tout ce que l'Homme doit faire pour l'Homme. afin de sauvegarder la Tradition, la relation avec le passé pour mieux aller vers l'avenir.
vous demandez le nom ? Nathalie verdié, Beaucaire, une petite ville de France.
Que ferez vous de nos témoignages ?
Je vous remercie pour votre oeuvre sur le site Modia, qui permet d'avoir accès au Judaïsme. C'est là une source de culture infinie.
Au terme de cette année, je souhaite que celle qui arrive procure moins de peines, et plus de sagesse.
Nathalie Verdié








MAKE ALL THE YEAR A SUCCESS THROUGH BEAUTY

by Pr. Rav Yehoshua Rahamim Dipur
Painting by Roee Suffrin
http://www.modia.org


 



 


We shall revise through pictures the process of preparation and self-improvement which we underwent during the holidays, from the time we began teshuva to the time of repentance and pardon which we asked for and received, to the resolutions we made, particularly that of loving our brothers.

We are one nation, a nation in which each individual is indispensable and as worthy as another: there are no super-Jews, nor super-religious Jews, nor untouchables (who are always the other). We are like the letters of a Torah scroll: each letter is as holy as the other, none is privileged and if a single letter is omitted, the entire Torah scroll is rendered invalid (pasul).
So, let us fulfill the plenitude of the entire nation: we have a lot of work to do in this respect.

We should never forget the following: even if some nations and religions have demonstrated, sometimes or often demonstrate incredible cruelty and limitless spiritual perversion,
we must never forget two important principles:
- The role of the Jewish people is to be a light, through the Torah, unto all the nations and to serve as a permanent channel for the blessing of Creation for all the nations of the world.
- Just as the Torah should be adhered to by and among all the Jewish people, we must also adhere to the teachings of the Torah in our relationships with all other nations. They themselves remind us of this in many ways: by enjoying coming to Israel for the Festival of Succot (even if their goal is ambiguous), and by demanding of us a standard of morality which they themselves do not show towards others or towards us.

There is solely One eternal Creator for all of us.

I have illustrated these positive reflections, which are essential in order to steer the nascent year, with the powerful paintings of Roee Suffrin, of Jerusalem. If these new, still available works, speak to you and if you are touched by the way they capture the powerful inner light of Jerusalem, and you wish to contact this impressive artist, contact here: oeyuffrin@gmail.com or tel 972-2-0524483461 fax 972-2-6738785



Let us always remember the sincerity and profundity of the days of teshuva (repentance/return)
when we truly discovered the essential light, the one true existence.

(Painting by Roee Yossef Suffrin. Jerusalem. 80x60)

Now, let us maintain together this perfect equilibrium
from our feet on the ground
to our entire bodies, hearts, heads and celestial antenna,
steeping ourselves directly in the spirituality of the divine love.
A song rises within us, capturing and preserving
all the strength of Creation.

(Painting by Roee Yossef Suffrin. 80x60)

Let us now advance through action
and let us be propelled by a regained creative force,
which is that of the Torah:

(Painting by Roee Yossef Suffrin. 95x64)


Henceforth, all of Creation
and every individual, professional, collective and political action
will be perceived in the true dimension of the creative Presence,
and will be so harmonious and peaceful that our gaze will be
full of beauty and goodness like that of painters.

Sublime, complete, perfect happiness.

BUT


Each person and every Jew still has to renew every day his or her total, personal combat:
in the face of the diverse propositions of the Sages, in the face of the wise, rich, and powerful,
in the face of our own wisdom, intelligence, wealth and power,
the child in us must be able to emerge,
without fear of the immensity, and without fear of our own selves,
in order to "fulfill our light".
Even more so, this is vital for the world.
I repeat what I said above: we all know that, if just one letter of a Torah scroll is in anyway damaged,
then the entire scroll is rendered invalid (pasul).
In the same way, the rebirth, every day, of the child within us is essential for all of us.
Jews regularly recite this phrase: “naar hayiti GAM zakanti …I was a child and I also acquired wisdom,”
which means that I am, simultaneously, at this very moment, a nascent child and a wise, mature person.
The challenge we must constantly meet is that of continued creativity.
To my mind, this image by Roee Suffrin, like all his other works, expresses well the continued challenge of light and its environment and its eternal victory.


(Painting by Roee Yossef Suffrin.70x50)

In Latin languages, a child ("enfant" in French) stems from the Latin “in-fans” which means he who is incapable of speech and has no right to talk. In contrast, in Hebrew a child is called yeled (walad in Arabic), which means he who is constantly “nascent.”

May the child in us be ever present this year and be nascent for ever.
Then the world will be reborn for the good of us all and all the nations of the world.
A world in which all humans are in the image of God.


God bless us! God bless every one!

Be strong and courageous !



Isaiah, ch 62, 1-7:
1. For Zion's sake will I not hold my peace, and for Jerusalem's sake I will not rest, until the righteousness thereof go forth as brightness, and the salvation thereof as a lamp that burneth.
2. And the Gentiles shall see thy righteousness, and all kings thy glory: and thou shalt be called by a new name, which the mouth of Hachem shall name.
3. Thou shalt also be a crown of glory in the hand of Hachem, and a royal diadem in the hand of thy God.
4. Thou shalt no more be termed Forsaken; neither shall thy land any more be termed Desolate: but thou shalt be called Hephzibah, and thy land Beulah: for Hachem delighteth in thee, and thy land shall be married.
5. For as a young man marrieth a virgin, so shall thy sons marry thee: and as the bridegroom rejoiceth over the bride, so shall thy God rejoice over thee.
6. I have set watchmen upon thy walls, O Jerusalem, which shall never hold their peace day nor night: ye that make mention of Hachem, keep not silence,
7. And give him no rest, till he establish, and till he make Jerusalem a praise in the earth.


 

Note: People ask me why I chose Roee Suffrin’s paintings to illustrate this article.

The reason is that I feel they exert on those who look at them an inner, lasting impression and they arouse and reveal in people the challenges of light and routine.
But even more so, the paintings evoke in each of us, here and now, the presence of a powerful source of light which surges out more strongly than the entire frame that surrounds them and this source mobilizes the strength of the model and that of the onlooker, connecting him to things which he thought were no more than just the stuff of daily life and enabling him to see what he did not see before – that he is the proprietor of a terrain of surging sources of life.
The presence of this radiography of being serves as a mirror for the onlooker, spurring him to say: I feel a little bit more convinced each time of the unfailing presence in me of this light.
While there are no more prophets, our tradition assures us that we are the sons of prophets, that is, of those who see and teach us to see what exists: life is infinitely more powerful than doubt. This light pinpoints the target: objective reality in more sense than one.
The role of a painter may be a humble one. But when he gives us this – particularly when it comes from a man still young of age and who does it with humility – our strengths are awakened.
I have expressed this in words.
It is his role to express it in images, and yours to feel the inner image and feeling.
He awakens in us the “Hear truly Israel: he who is the God of us all, it is He, a living, powerful unity of being. And he is ONE. So is our being in this presence.”
Let us listen then for a moment to these images of Roee Suffrin and find in them: subjects presented as simple reality, the reflective concentration of the figures, darkness, and the zone where strength and powerful joy surge forth and radiate.


More Paintings by Roee Suffrin


“Transmitting the tradition”
(
Painting by Roee Yossef Suffrin)

The process of transmitting the Jewish tradition and the emotion it involves is very well rendered here and reminds me of my own experience: the bright, pure light of the young, modest man, who does not know but wishes to learn, is respectful and attentive. The ancestor whom one feels carries within him every generation going back to Moshe Rabbenu, Moses our Master. He holds himself erect, conscious of the celestial presence for whom he is only a spokesman. And between them, flickers the essential light: the light is the source of everything and it illuminates each person according to his or her nature. Finally there is the gravity of the written word, of the Book, which is handled with respect. All eyes are centered on the presence

 

“Studying the Torah”
(Painting by Roee Yossef Suffrin)

In my eyes, the power of this painting lies in the way it grasps the inner challenges faced by each of the figures. All are inclined, all are searching, each in his own direction. Each figure is respected and each will have to guess the enigma posed by the Torah and relate it to himself. Transmitting the Jewish tradition in itself is not enough. At this stage, there is no room for facile enthusiasm, there is no guru who knows everything better than anyone else. The man who possesses years of learning and the young man are in the same situation, when they open the holy text and confront the questions it raises. And the wisest is not necessarily the one who is dressed in clothes that are graded according to his level of knowledge. Reality unites all the figures in the same place and it is solid like Creation. Let us remember that we were together at Sinai and that each individual plays a vital role in the process of Creation, just like each letter of the Torah is essential in order to ensure the completeness of the holy text. If one letter is missing, the entire scroll is rendered invalid. So let us study together. And let us look more at this painting and we shall learn a lot.

 

”Reading the Torah”
(Painting by Roee Yossef Suffrin)

Again we confront the questions posed by Torah, and we do not have the option of fleeing or of fooling ourselves. Each of the figures possesses wisdom, strength, and knowledge, but suddenly, as they stand before the open Torah scroll, each one is humbled: the light which we know resides in the Torah is no longer perceptible, because of the gap between the immensity of the Torah and our limited abilities. The moment of silence that ensues is necessary in order to avoid saying inanities…….in this way everyone is put in their place.
Only the young boy dares to confront the Torah directly and demands to know. He is not part of the eminent hierarchy but his challenge is the truest. He represents the future, and therefore the present.

 

 

--

 
© Copyright