modia.org : un site pour étudier et
vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
-
ÉTUDE sur NÉDAVA, TSÉDAQA

Aidez Modia pour la diffusion de la Torah à d'autres comme vous en bénéficiez,
avec une partie de votre maâssér.

Un reçu vous sera adressé pour toute somme.
La somme sera utilisée uniquement à cet effet, sans prélever aucune rémunération d'aucune forme.
Chèque bancaire au nom : Modia. 
en envoyant le chèque BANCAIRE à l'adresse : 
Dipour, 5 alef Alroi, 92108 Jerusalem, Israel. 
(tel. 972 2 563 41 37. Fax 563 41 37)

ou virement: Bank hapoalim (banque 12. agence 57400, compte 19065)
ou par toute autre forme à votre convenance.


Le Maâssér
Lisez d'abord
http://www.modia.org/tora/devarim/kitavo.html

Puis la halakha pratique ci-dessous. La source en est le Chouk'hane Aroukh et les règles résumées par le Rav Ôvadia Yossef, et par le Séfer Yalqoute Yossef de son fils le Rav Yits'haq Yossef.

Tout Juif a le devoir et l'obligation de donner de ses biens et de ses revenus en bienfaisance, en tsedaqa. Cette part obligatoire était auparavant donnée au Lévi qui en redonnait une part au Cohen. C'est-à-dire à ceux qui orientent nos vies vers D.ieu et donnent leur temps pour cela. Cette pratique se nomme le maâssér.
Aujourd'hui, cette part qui était donnée dans le Temple va surtout aux oeuvres d'enseignement de la Torah, aux pauvres. Le fait de la donner aux oeuvres de Torah contribue plus que tout à faire que les pauvres en bénéficieront par l'augmentation du sens moral.
Le Talmud abonde en enseignements qui disent que celui qui donne ainsi, D.ieu le lui rend en abondance, et celui qui hésite et ne le fait guère se ferme la porte de la richesse (Voyez le chapitre 3 du prophète Malachie et le Traité Chabbate 119a). 
Ces textes considèrent comme généreux celui qui donne ainsi le 1/4 de ses biens, comme normal celui qui en donne le 1/5 et comme avare celui qui en donne le 1/6. Depuis la destruction du Temple, cette mitsva n'est plus absolue mais l'usage de tout bon Juif est de la continuer.

Nos textes disent que :
- Un Juif ne détourne pas ses yeux de la demande de tsédaqa.
- Celui qui le ferait est considéré comme un idolâtre et un béliyaâl, un être lamentable.
- Quiconque est miséricordieux envers les pauvres, Hachém est miséricordieux envers lui.
- La tsédaqa sauve de la mort. Elle éloigne les guézérote qachotes, les décrets rigoureux.
- Les pauvres doivent toujours être comme les membres de notre maison.
- Tout homme doit donner la tsédaqa, homme comme femme, même le pauvre qui en vit.



Procédure

Quand on commence à appliquer cette mitsva, l'usage est celui-ci :

- on fait tout le bilan de ses biens,
- on peut ne pas compter tout ce qui concerne l'éducation des enfants dans la Torah, et leur assurer une maison, l'installation lors du mariage. De la même manière, concernant si on le veut ceux que l'on porte en ce sens et qui se consacrent à l'étude de la Torah ou à sa diffusion. (Ou, disons autrement, on peut inclure ensuite comme somme donnée dans le maâssér, les sommes qui concernent l'éducation de nos enfants dans la Torah, et pour leur assurer une profession, une maison, le mariage et l'installation lors du mariage. De la même manière, toute somme que l'on donne pour soutenir ceux qui se consacrent à l'étude de la Torah ou à sa diffusion, à plein temps ou à temps partiel).
- ensuite,après le bilan des biens, la moyenne est d'en prélever le 1/10 pour le maâssér, ou le pourcentage que l'on estime juste en fonction de sa fortune, sans avarice et sans être irréfléchi. Puis de maintenait ce taux sur les revenus à l'avenir. Prenez conseil auprès d'un rabbin pour parvenir à être droit et raisonnable en ces matières.

Le prélévement du maâssér doit se réaliser de façon continue et avec une grande régularité.

On doit tenir les comptes par écrit, et de Roche ha chana à Roche ha chana, sans transfert de période.

A qui doit-on attribuer les fonds à donner en tsédaqa ?

La priorité est donnée aux proches et aux oeuvres d'éducation dans la Torah sur les autres causes (car elles en bénéficieront).Un exemple, quand une fille épouse un talmid 'hakham qui consacre sa vie à la Torah pour le bien du peuple, c'est un devoir pour la nouvelle famille de l'aider également par le maâssér. Et d'abord, c'est le plus proche qui en bénéficie, vé haqarov qarov qodém.

Celui que le Ciel a rendu riche et qui a les moyens d'aider ses proches sans toucher à sa fortune, a le devoir de donner tout son maâssér aux pauvres extérieurs, aux étudiants de la Torah et aux oeuvres de Torah. Si ses conditions changent, il revient au sustème précédent de faire passer ses proches en priorité. Même s'il avait pris des engagements de versements automatique, par exemple.

On ne peut pas attribuer tout le maâssér ou toute la tsédaqa à ses enfants ou proches mais on doit toujours garder une part pour les pauvres. On appelle pauvres aussi ceux qui se consacrent totalement à la Torah pour le bien du peuple et ne bénéficient donc pas des ressources que tout un chacun peut obtenir.

On donne la tsédaqa soit le matin (cha'harite), soit à min'ha, mais pas le soir, heure des dinim qachim, des rigueurs sérieuses. Min'ha est l'heure des rigueurs légères mais aussi l'heure des plénitudes (par exemple, par excellence le jour du Chabbate où c'est le summum)..

Pour étudier cette question, lire  dans le Choukhane Aroukh, Yoré Déa, Hilekhote tsédaqa, chapitres 247-250....

Cela, c'est le peuple de la Torah, à l'image de son généreux Créateur. Que la bénédiction vous en revienne, à vous et à vos proches, et qu'ils montent ainsi dans un vie éclairée par la lumière de la Torah. 
Amen, kén yéhi ratsone, que Sa volonté se réalise.

 



Appel à chacun de ceux qui étudient
régulièrement sur Modia

Chers lecteurs et amis, 

1. Vous étudiez régulièrement la Torah sur le Beit Middrache Modia. 
VOUS SOUHAITEZ QUE BEAUCOUP D'AUTRES BÉNÉFICIENT DE CET ENSEIGNEMENT DE TORAH.

Cela se joue très concrètement. Vous en connaissez la structure et les buts (voyez cette page de description)
Vous connaissez aussi l'efficacité pédagogique, avec l'aide de D.ieu, de l'action de Modia:
Les statistiques de Modia par Xiti, le principal site de contrôle, qui a lui-même le contrôle d'audience du site Hit-Parade, autre organisme de contrôle:
En 3 ans, du 15 mars 2002 au 25 mars 2005, il y a eu 949.445 visiteurs différents sur Modia, et ils ont ouvert 3.584.223 articles d'étude de la Torah. Lisez le détail de ces statistiques par année, par pays, etc, elles vous surprendront! Cela ferait une moyenne de 71 étudiants différents qui se renouvelleraient chaque heure tout le jour au long de l'année, pour arriver à ces chiffres.

Quel beit middrache (maison d'études) baroukh Hachem!
Pendant les vacances, les gens bronzent idiot? Qui a dit cela. Certes, on se repose, mais pas idiots les lecteurs de Modia: en ce mois d'août 2005, Xiti nous révèle que plus de 42000 lecteurs différents sont venus étudier la Torah sur Modia, et ils ont ouvert plus de 154000 fois des pages de Modia:


L'audience de Modia, mesurée par TopJ, l'organisme de contrôle des sites juifs francophones. Sur 990 sites, Modia est régulièrement le numéro 1. La semaine du 3 au 9 octobre 2005, Modia a eu plus de 18000 visiteurs, et le site en seconde place faisait... 6737 visiteurs, sur 996 sites. Pour un site d'étude de la Torah, sans pub ni revenus ni subventions ni professionnels de l'enseignement rémunérés, cela donne espoir dans l'amour gratuit du peuple juif pour sa Torah.

Avant Roche ha Chana, 3600 visiteurs différents par jour, et plus de 11000 documents d'étude de Modia étudiés en un seul jour. Un Beit middrache intensif.

Modia répond donc à des besoins urgents et immenses.
Vous n'ignorez pas que
la création, la gestion, le développement et l'entretien d'un tel beit middrache sous la forme d'un site Internet important
coûte très cher... pour le service que vous en recevez.

Qui peut porter cela seul  ? C'est le cas actuellement, pour quelqu'un qui (grâce à D.) a une situation modeste et son seul travail comme ressources.

Actuellement, il y a des frais constants de techniciens et il faut renouveler régulièrement le matériel informatique de Modia, dépenser pour le développement des logiciels, location des serveurs, etc. Des sommes importantes. Je ne parle évidemment pas du temps réservé à l'étude pour cela, ni du temps consacré à l'insertion, qui prennent la place de temps consacré aux revenus. Notre souhait est de parvenir à traduire le site en anglais et espagnol, cela nous est intensément demandé par ces Juifs. Nous sommes en cours pour l'anglais, la traduction de base est réalisé mais doit être maintenant vérifiée scrupuleusement. Tout cela est un budget effectif considérable.


 

Aidez Modia avec une partie de votre maâssér.

Un reçu vous sera adressé pour toute somme.
La somme sera utilisée uniquement à cet effet, sans prélever aucune rémunération d'aucune forme.
Chèque bancaire au nom : Modia. 
en envoyant le chèque BANCAIRE à l'adresse : 
Dipour, 5 alef Alroi, 92108 Jerusalem, Israel. 
(tel. 972 2 563 41 37. Fax 563 41 37)

ou virement: Bank hapoalim (banque 12. agence 57400, compte 19065)
ou par toute autre forme à votre convenance.  


modia.org - modia.org en anglais