Questions des lecteurs et réponses

Retour à la liste de toutes les pages de questions et réponses

Question.
J'ai entendu dire que fêter le 1 janvier, et se baser sur la date laïque, c'est faire avoda zara. J'aimerais avoir votre avis. Merci de me répondre. 
Réponse. La base de cette règle se trouve dans Chémote 23, 24 : "ne te prosterne pas devant leurs dieux, ne les sers pas et n'agis pas selon leurs rites" (lo tichtahavé lélohéihém vé lo taavdém vélo taassé kémaasséhém). La signification parle strictement des idoles mais ce à quoi vous faites allusion est la lecture traditionnelle de ce verset telle qu'elle est résumée par Ribbi 'Hayim ben Attar (voir le Lexique) qui dit : "hou afilou davar ché éïno nikar ché yéche bo avoda zara", "cela meme si c'est un rite qui n'est pas reconnu strictement comme ayant dedans de l'idolatrie". C'est donc effectivement lié à la question de l'avoda zara, mais la tradition ne dit pas que c'est de la avoda zara tout en expliquant pourquoi il y a mise en garde. C'est le pourquoi qui est important et, surtout, l'analyse et la réflexion ; en meme temps que l'acte, et pas seulement l'acte. De plus, utiliser la date hébraïque est important car cela nous situe dans notre histoire ; pour cela, sur le site, il y a "aujourd'hui", les éphémérides. Voyez-y l'explication. Mais le bon sens fait qu'il faut communiquer avec les autres et se comprendre, également en utilisant des dates. Conclusion : la pensée juive est nuancée et exige que l'on étudie avec précision. Et que l'on se forme pour connaitre les règles de déduction depuis les principes jusqu'à la réalité.


Vous trouvez ici des questions et réponses qui ne sont pas personnelles
mais concernent des sujets qui interessent beaucoup de lecteurs. 
Evidemment, jamais aucun renseignement personnel susceptible d'être identifié ne sera présent. 


Question.
J'ai entendu sur France Inter que des masques à gaz étaient distribués aux Israéliens. Depuis, plus rien. Alors, info ou intox ? Je m'interroge. Pourriez-vous me renseigner ? Merci d'avance et shabbat shalom.
Réponse.
Depuis de nombreuses années où les attaques par gaz sont potentielles, spécialement depuis la guerre du Golfe, chaque israélien ou résident permanent en Israël, reçoit un masque à gaz et il est invité régulièrement à le renouveler suivant ... les progrès des techniques. C'est donc une routine de la vie israélienne et des appels sont faits sur les ondes épisodiquement pour réactualiser le matériel de défense passive. Il n'y a rien de neuf. Certes, Saddam Hussein vient de renouveler ses menaces d'attaques bactériologiques et autres contre Israël et Tshal prend toujours cela au sérieux. Mais cela aussi est routine, hélas. Ce qui est plus désagréable, c'est la collusion entre Arafat et Hussein, et le nouveau front que Hussein bâtit avec la Jordanie, la Syrie et l'IRan, et son rapprochement progressif avec l'Egypte. Mais, ici encore, cela est le contexte régional. Heureusement, en même temps, chacun des leaders de ces pays veut dominer les autres et ils se neutralisent souvent dès qu'un prend le dessus.

Question.
Voici ce que j'obtient lorsque je clique sur votre lien (Yom haâtsmaoute La Déclaration de l'Indépendance, Photo du
jour, texte, fac-similé La Tiqva, hymne national israélien chanté et la partition musicale ) pour récupérer la partition
de la tikva : Request is not allowed.
Réponse.
Je viens d'essayer, tout est normal. Cela se produit souvent sur les serveurs. Il suffit de patienter et le lendemain une de leurs pannes est réparée, cela ne dépend pas de nous.


Question.
Puis je me permettre de vous soumettre certaines de mes convictions que vous  n'etes pas obligé de partager.
Je suis conditionné par une certaine culture et par des lectures diverses mais 
on peut essayer d'etre lucide et réaliste .
voici le sens de l'histoire : laicisation des valeurs éthiques, la religion 
ne concerne plus qu'une infime partie des gens.
la sphère religieuse doit etre a mon sens secrete, intime, personnelle.
la societe doit etre laique et respecter les valeurs éthiques
Je pense comme l'écrivait Friedmann que les israeliens sont des goyim qui 
parlent hebreu ; le judaisme se forge et grandit dans l'exil et la souffrance, c'est comme le 
disait Rabi une tragédie assumée.
Meme si les dirigeants palestiniens sont très critiquables et cruels envers 
leur propre peuple il n'en reste pas moins qu'il existe un vrai drame palestinien dont les pays arabes et nous memes sont responsables.
Je ne concois pas d'identite juive sans respect pour le palestinien de ses droits fondamentaux.
Je crois que la solution reside dans 2 Etats bien séparés à tous les niveaux. La judée samarie nous appartient spirituellement mais il faut respecter la resolution 242 et ceder ce desert aux palestiniens.
Créer des ghettos a cote des villes palestiniennes c'est chercher le conflit. On ferait mieux de peupler le neguev.
tout serait evidemment different si il y avait 80% de juifs en judée samarie 
mais ce n'est pas le cas alors nous devons nous plier aux realités de la  demographie et des resolutions  onusiennes qu'Israël a reconnu.
Aucune loi, aucune pratique , aucun dogme ne peut changer une ame mauvaise en une ame genereuse.
la culture et le savoir ne donne pas le Hessed ni la hanava (modestie)
Il faut connaitre sa culture et l'ouvrir aux autres.
Les lois de Noé sont vitales pour toute l'humanité.
L'Etat d Israel doit perdurer bien que comme tout etat il accepte la misere, l'injustice, les viols , et autres crimes.
Un Etat est un monstre froid sans âme et l'etat d Israel est en ce sens un  Etat comme un autre.
c'est à chacun d'entre nous de cultiver une conscience morale active qui  commence par nos proches.
a bientot  Que D. vous benisse
PS: puisse mes pensées ne pas vous avoir choquées.  

Réponse
Je ne suis pas choqué de ce que vous dites.
Vous aimez analyser.
Vous avez la gentillesse de m'écrire sur un ton aimable. Donc continuons.
Imaginez que vous receviez cette lettre. 
Vous analyserez, c'est sûr et penserez : il y a là une configuration ideologique qui 
- est la répétion de modèles d'une certaine intelligentia française alimentée du Monde-Libération, etc et qui répète leurs clichés. Etes-vous d'accord ? Ils jugent de tout selon leur point de vue, ils mettent tout sur le même plan, avec des pseudo-logiques (des principes moraux sur lesquels on est tous d'accord et puis une application unilatérale, toujours uniquement à l'adversaire des Juifs israéliens). Ainsi vous n'appliquez aucun de ces principes aux Israéliens car ils ont également besoin de respect de leurs droits historiques, de leur conscience de leur culture et de leur histoire, de justice.
- pourquoi cette idéologie de certains cercles parisiens serait-il mieux que la position traditionnelle du judaïsme ?
Sincèrement dites-le moi.
- j'ai appris une règle de l'analyse anthropologique : il ne faut pas analyser une population ni une culture selon notre idéologie. Quand j'ai cherché à comprendre le communisme, j'ai lu leurs textes et leur propre analyse de ce qu'ils disent d'eux-mêmes. Quand j'ai cherché à comprendre la culture islamique avant mon projet éventuel dealyah, j'ai appris l'arabe classique et j'ai lu leurs textes classiques et leurs propres interprétations diverses sur leur morale et leur conception du monde. Alors, je vous pose la question : au lieu de la grille journalistique française sur le judaïsme, ou avez-vous fait ce travail sur le judaïsme par la connaissance de ce que dit la tradition juive "dans ses textes directement" sur ce qu'ils disent de la réalité de la terre d'Israël ? C'est une question et non pas une contestation. C'est cela le réalisme et la lucidité dont vous parlez. Vos références (Friedman et Rabi sont bien loin de cela). J'imagine que l'universitaire Friedman n'aurait pas accepté que ses étudiants puisent leurs réponses à l'extérieur des spécialistes internes à la question.
Après seulement, on peut parler de la recherche de ce que doit être la réponse morale à l'intérieur de ce système. Mais non pas de l'extérieur. Et arriver enfin aux aspects politiques. L'anthropologie des cultures doit passer avant l'analyse politique. Sinon, on ne fait que de l'impérialisme occidental.

Vous dites : " voici le sens de l'histoire : laïcisation des valeurs éthiques, la religion ne concerne plus qu'une infime partie des gens. La sphère religieuse doit être à mon sens secrète, intime, personnelle. La société doit être laïque et respecter les valeurs éthiques".
Réponse
Votre conception personnelle du sens de l'histoire est respectable et je la respecte. Par contre, elle n'a aucun droit de se substituer à la conception de l'histoire qu'a le judaïsme. Donc, que votre conception gère votre vie personnelle, tout va bien, mais si au nom des valeurs morales et du respect laïque, vous prétendez annuler le judaïsme et sa conception de l'histoire, vous êtes dans une contradiction interne.  Ce n'est pas une contradiction certes, si vous êtes un adepte du laïcisme totalitaire occidental qui prétend  annuler les autres cultures dans leur spécificité. Je vous confie ceci : je participe depuis de longues années à l'élaboration des droits de l'homme sur le plan international et depuis longtemps les Etats non occidentaux n'acceptent plus aucune convention internationale sur ce thème simplement pour le motif en question car ils y voient une annulation de leur culture, de leur identité et un colonialisme culturel qui n'est, de plus, qu'une courroie de transmission du colonialisme économique.
Quand vous dites que le problème palestinien est un drame, qu'une âme doit être généreuse et modeste, etc. tout le monde sera d'accord. Mais vous auriez pu (généreusement) dire aussi que le problème israélien est un drame, qu'Israël est un modèle de fidélité morale, de respect des droits de l'homme en même temps que tout le mal qui se passe en tout Etat. Sinon, on fausse les problèmes avant de raisonner dessus. Et celui qui fait cela ne permet pas de réfléchir avec lui. Donc, amenez la vérité sur tous les plans avant que l'on discute.  La première vérité est que les Juifs ont toujours depuis des millénaires vécu sur cette terre (en plus de l'exil), qu'il n'y ont jamais renoncé, que les arabes ont été des envahisseurs occupants, qu'ils n'ont jamais eu un Etat en tant que palestiniens sur cette terre du patrimoine d'Israël, que les Arabes ont reçu 75 % de la répartition faite par les Britaniques et les Nations. Et que le problème palestinien étatique est simplement une arme supplémentaire pour détruire Israël. Car, si on respecte les droits des peuples à leur autonomie et indépendance, on doit l'appliquer au retour des Juifs, le faciliter et régler les autres problèmes dans le cadre également des expulsions des Juifs et de la perte de leurs biens dans les pays arabes. Qui ne voit pas cela d'abord est vraiment de mauvaise foi.
Ensuite, on peut discuter sur beaucoup de points et les Juifs et les Juifs israéliens sont généreux, motif pour lequel ils n'ont pas annexé immédiatement, comme ils en avaient le droit selon le droit international, les territoires pris après avoir été attaqués par les armées arabes. Qu'à cela, les Nations Unies aient substitué les résolutions et recommandations ne change rien. Connaissez-vous également avec précision la valeur coercitive des résolutions de l'ONU ? La plupart ne sont que des recommandations. Il faut parler sur la vérité et non sur des approximations.
Je vous dirai aussi que je n'accepte pas ces genres d'attaques : "Aucune loi, aucune pratique , aucun dogme ne peut changer une ame mauvaise en une ame genereuse. La culture et le savoir ne donne pas le Hessed ni la hanava (modestie)
Il faut connaitre sa culture et l'ouvrir aux autres. Les lois de Noé sont vitales pour toute l'humanité." On prétend dire des grands principes généreux et généraux mais dans un contexte de connotation qui est dirigé contre Israël, c'est cela qui est inacceptable et pas correct. Vous auriez pu dire qu'Israël est un modèle de cohabitation, de 'hessed, de hanava, de culture ouverte, d'ouverture aux autres et à toute l'humanité ; pourquoi ne le dites-vous pas quand vous réfléchissez sur ces problèmes avant de poser les questions politiques brûlantes ?
Merci de votre lettre et volonté d'échange, et d'écoute. 


Question.
A ma connaissance le Rav Kook a été Rav de Jaffa mais pas de Haïfa.
Réponse. Exact et bravo !

Question.
Je serai heureux de connaître votre opinion sur l'idéologie 'hassidique de la dynastie de Satmar, très antisioniste, marginale et fermement repliée sur elle-même, ceci même vis à vis des autres mouvements 'hassidiques, notamment 
'habad.
De plus pensez-vous que le Satmarer rebbe Yoël Teitelbaum (1887-1979)
puisse être considéré comme une référence en matière d'érudition et de droiture religieuse?
Je me permets une denière question:  l'attitude  des 'hassidim de Loubavitch quant à leur dernier rebbe M. Schneersohn, à tendance à me choquer. Ne jugez-vous pas que  leur volonté d'afficher sa photo dans tous les lieux, ne peut que résulter d'un comportement idôlatre ?
D'avance je vous remercie.

Réponse
Je pense qu'il faut faire très attention avant de porter un jugement quelconque envers des grands maîtres de la Torah. Les avez-vous étudié ? Connaissez-vous le bien qu'ils font ?
Ribbi Israel Abou'hatseira, sépharade du Maroc, a quitté une grande ville d'Israël avec toute sa famille pour aller s'établir dans une zone pauvre, à Nétivote, simplement parce qu'il y avait entendu un Rosh Yehiva critiquer le Baâl Chem tov, fondateur du 'hassidisme asckénaze polonais. N'oublions pas cet enseignement en "maâssé", en acte. Et toujours voir le côté positif de ce que chaque courant apporte dans le judaïsme.
Chacun de nous est très limité, il y a dans le judaïsme de multiples facettes qui n'en ont pas fini de manifester l'image de l'homme créé à l'image de D.ieu. Dans le Sanhédrine, il fallait plus de 70 grands leaders différents qui avaient reçu une part différente de la véritable tradition venant de Moché Rabbéinou. Et ils parvenaient ensemble à  concilier cette diversité dans l'unité de la Torah. Maintenant que nous n'avons plus le Sanhédrine, il n'y a pas à s'étonner que les courants se heurtent parfois sans exprimer l'unité. Votre lettre en est aussi une manifestation.
Prions donc pour que nos grands leaders se rapprochent et puissent vite reconstituer ce Sanhédrine. D'ici là, essayons de nous connaître et estimer et comprendre : c'est pour cela que vous trouverez sur Modia des pages sur les différents courants du judaïsme et un égal amour et une égale connaissance des différents courants.
Enfin, dans le courant Loubavitch actuel, il y a plusieurs courants : 
- un qui regrette toute l'évolution actuelle qu'il estime faire perdre à ce 'hassidisme la confiance des masses et le dénature.
- un qui est indécis, et pense que le Rabbi est mort et qu'on doit le dire vivant comme tout tsaddiq décédé, ce qui est une conception classique dans le judaïsme, tout en pensant qu'il était le gadol ha dor, le grand de la génération.
- un courant radical qui pense que réellement il n'est pas mort, qu'il est vivant et qu'il est le Machia'h et qu'il va se manifester incessamment.
Qui a étudié notre histoire millénaire n'est pas surpris de ces manifestations qui ne surgissent pas pour la première fois dans notre histoire. Il faut toujours distinguer les grands sages et ceux qui se revendiquent d'eux.
Il est clair qu'il y a un grand risque chaque fois que des militants, quels qu'ils soient et souvent pas les plus instruits, affirment que "seul" leur rav connait les secrets de la Torah ou de la fin des temps, que son enseignement répond à tous les problèmes non résolus, que le monde atteindra le bonheur lorsque son enseignement particulier atteindra tous les hommes, et que cela a été promis par D. lui-même. On connait ce travers dans toutes les religions et dans toutes les sectes. Et cela ne met pas en cause la valeur de leur courant ; il s'agit simplement d'une pathologie de certains de leurs membres, et cela est susceptible de se manifester dans tous les courants.



Mes parents doivent partir dans la région de Nice, Cannes, Antibes pour les fêtes de Pessa'h, pourriez-vous me dire où nous pouvons trouver les adresses de magasins d'alimentation et de restaurants casher dans cette région.
A l'avance, merci
Réponse
Vous avez cela sur l'annuaire des sites juifs de Modia, en page d'accueil, rubrique casher international

Question. Quelles sont les paroles de l'hymne national israélien?

Voyez

www.modia.org\musique.html


Question. Quel autre solution y-a-t' il sinon laisser les Palestiniens avoir leur Etat indépendant ? Après tant de dizaines d' années de souffrances, de milliers de jeunes gens morts combattant ou pas, comment ne pas céder et laisser ces arabes avoir leur coin qui, de toutes façon envahissent notre terre, . Il vaut mieux qu' ils soient groupés et laissent le peuple d' Israel tranquille.
Réponse
Ah si vos rêves etaient realité ! et si la realité était comme vos rêves qui sont les nôtres. Mais, hélas, ils disent qu'ils veulent notre destruction et qu'ils utiliseront tout accord pour avancer. Peu importe ce qu'ils disent mais ils le font (nos morts ne sont pas des accidents dûs a notre erreur politique mais seulement à leur plan qui n'est pas une reaction a une injustice mais un plan), ils recoivent les financements (Arabie saoudite, Europe) qu'ils utilisent pour cela au lieu de les utiliser pour le développement de leur peuple et pour la paix. Voyez la page
http://www.modia.org/infos/israel/conflit21.html
et recommencez la copie.
Si vous trouvez alors la solution, vite dites-le moi et àtous.
De tout coeur j'attends.
Cordial chalom
Yehoshua Rahamim


Question
A-t on le droit de donner des chiffres, je croyais que dans la thora recenser etait interdit?

Réponse.
La question est comme tout dans le judaisme : le mal et le bien sont melangés et c'est ànous de faire le tri.
Dans pitoum ha qqetorete, l'encens, sur les 11 composants il y en a un indispensable qui pue et on lui donne sa place, comme dans notre peuple.
Le chiffre est aussi l'une des trois formes de la revelation :
recit, lettre et chiffre.
Le mal du chiffre est qu'il peut reduire l'autre à rien qu'un chiffre sans humanite et alors le recensement est mauvais
mais si c'est pour compter en en faisant bénédiction, alors c'est bon. En francais, on dit aussi que quelqu'un "compte" pour moi.
et il y a des benedictions où il est dit que la posterité sera plus nombreuse que les étoiles. Avraham n'etait pas tunisien, sinon il aurait pensé qu'on voulait lui donner le mauvais oeil par une telle benediction. Il faut aussi apprendre à ne pas craindre la part de mal qui est eventuellement melée au bien, mais la connaitre et savoir la gerer comme dans l'homeopathie. C'est tout le travail de l'etude et de la benediction de la fin du chabbate : leavdil.
Chabbate chalom
Yehoshua Rahamim


Courrier
Je suis Tunisien (arabe) et musicien, j'ai été frappé par une erreur qui, à mon avis, témoigne de la méconnaissance de la Tunisie par les teneurs du site. Il s'agit de la chanson de "taht el yasmina fillil" (que vous nommez "yasmina fi elil" ???), vous l'attribuez à Abdelwahab !!!!! sur la page http://www.modia.org/infos/israel/tunelang.html
Abdelwahab est d'abord égyptien, puis cette chanson, tout bon tunisien qui se respecte sait qu'elle est historiquement collée au grand chanteur Hédi Jouini, c'est une évidence.... je veux dire par là que, quand vous citez "taht el yasmina fillil", n'importe quel tunisien vous répond Jouini. Ca se voit qu'il n'y a plus rien qui lie les Tunes à la Tunisie à part la bouffe et croyez moi cela me fait mal au coeur;((((
Vive la Tunisie et chantons tous: taht il yasmina fillil;-)))

Réponse
Deux constats:
- Modia est lu dans de nombreux pays par des centaines de lecteurs qui me disent qu'ils veulent entendre ce que le judaïsme dit de lui-même, et non pas ce que l'on en dit de l'extérieur. Nombreux sont aussi, en ces pays, qui descendent de familles juives qui se sont assimilées ou ont été contraintes de le faire et qui redécouvrent leur source originale.
- Les lecteurs épluchent Modia à la loupe. Je me souviens d'un de mes livres sur la psychothérapie qui a obtenu un bon succès de librairie. J'y avais placé une coquille énorme et stupide sur un auteur pour voir si cette page serait lue (sondage); hélas, je n'ai jamais eu aucune remarque d'aucun confrère ni autre lecteur. J'ai compris peu à peu ainsi que les lecteurs du Net "cherchent" bien plus que ceux des livres. Merci aussi car cela permet de corriger et améliorer.
Ce sympathique lecteur a de l'humour; échangeons donc aussi légèrement. Je vous explique en vérité pourquoi mon lapsus: j'aime beaucoup Al-Kamh (Cairophon, Digital Press Hellas, CXGCD 644) de Mohamed Abdel Wahab et il m'arrive de l'écouter quand je nettoie la maison avant le chabbate en chantonnant et, de la fête de la moisson à la fête dans la tête que donne le jasmin, j'ai commis ce lapsus. Vraiment. Vous ne m'en voulez pas? Et vous serez peut-être d'accord qu'il y a de nombreux points communs entre les deux chansons. Pour que nos lecteurs puissent comparer voyez http://www.tunisie.com/culture/musique.html pour la chanson taht il yasmina fillil de Hédi Jouini, et son chant Samra ya samra. Abdel Wahab, comme Oum Kalsoum, s'est engagé dans la chanson pour "Palestine", comme il avait été très royaliste avant le changement de régime; sa musique reste plus importante que ses évolutions en politique. Les Egyptiens l'avaient appelé la 4e pyramide.
Et reconnaissez que Al-Kamh de Mohamed Abdel Wahab était chanté en Tunisie car les radios le donnaient régulièrement. Je ne suis pas natif de chez vous, mais je le sais. Je redoublerai de prudence maintenant et ne vous attribuerai pas le Mawwal et Taqtouqa d'Egypte, ni au Maroc votre Danse de la Ghayta, ni à Marrakech le Shughl Basit de Fès, ni à Alger la Tawshiya de Tlemcen. On tient à son folklore quand on est musicien et on ne badine pas. Et quelques kilomètres, pour quelques différences dans les quarts de ton, deviennent d'autres planètes;-))) Mais je dois le respect à Hédi Jouini, plus âgé de 10 ans que Abdel Wahab né seulement en 1919!
Pourtant, je ne suis pas sûr que les Tunes juifs partageront votre sévérité provocatrice sur la seule bouffe: voyez la page http://www.harissa.com/musique.htm et, dans la liste des musiciens, chanteurs et compositeurs tunisiens les plus célèbres (Khémaïs Tarnane, Cheikh El Efrit, Raoul Journou, Saliha, Habiba M'sika, Fethia Khaïri, Chéfia Rochdi, Oulaya, Naâma, Salah Mehdi, Ali Riahi, Hédi Jouini, Hammadi Ben Othman, Lotfi Bouchnak, Sonia Mbarek) il y a quelques noms juifs bien connus de tout Juif originaire de Tunisie. Aussi, je vous pose une question: continuez-vous en Tunisie à écouter à la radio les chants des Tunisiens juifs?

Je suis sûr qu'ils souriront simplement de votre réflexion, car ils aiment toujours sourire et blaguer. Ils ont gardé la douceur du jasmin dans la tête même s'ils ne se promènent plus avec cette petite branche sur l'oreille. Ils comprendront que c'est votre coeur qui a parlé, comme vous le dites.
Vous voyez par ma réponse que nous ne sommes pas si loin que vous auriez pu le penser pour une interprétation bien rapide d'un lapsus ;-))