Modia
Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles
Infos utiles
Liens et lieux d'étude
Nous écrire

© Copyright 1976-2000
Dufour
 

Les Palestiniens ont détruit la tombe de Ribbi Yéhouda ben Baba.

26 octobre 2000.
Sentiments
Les Ce fait me touche et je suis touché de la douleur des personnes que j'entends dans mon écoute professionnelle et qui souffrent de leur impuissance et de leur honte devant ces événements et nos réactions absentes. Je partage avec vous cela dans la sensibilité et l'étude.

Quelle douleur ! Après la tombe du Patriarche Joseph !
Quelle douleur ! Notre armée une fois de plus n'a pas protégé ces lieux saints de notre identité.
2000 ans après son martyre, le repos n'est pas encore donné à ce Sage.
Honte ! Est-ce que des voix rabbiniques s'élèveront pour protester contre ce sacrilège, lesquels a-t'on entendu ensemble en groupe unanime s'élever avec force après le sacrilège de la tombe de Joseph ? 
Aucun ministre ne s'est même déplacé pour aller lors de l'enterrement des deux soldats lynchés à Ramallah. 

(Sharanski avec le frère de Vadim Marzits, le militaire lynché en photo principale)

Et aujourd'hui, après tous ces morts, voici  que Beilin rencontre en secret ces autorités palestiniennes et que des généraux vont faire le déplacement de... Ramallah et de Naplouse pour aller y rencontrer les chefs palestiniens.
En même temps, leurs saccageurs sous leurs ordres détruisent ce qui nous est le plus saint, la mémoire de ceux qui nous ont enseigné sur cette terre depuis des millénaires avant même leur arrivée.
A quel niveau descendrons-nous ? Faut-il s'étonner encore que cette terre ait du mal à rester attachée à nous qui la méritons si peu. On sait que c'est une terre qui vomit ceux qui la profanent. C'est nous qui avons voulu la jeter, la donner, c'est nous qui y avons fait entrer nos ennemis et persévérons. C'est nous qui n'y montons pas y habiter quand les autres veulent leur droit au retour. Y-a-t'il un mouvement officiel de retour des Juifs français ou américain ? Non ! Des Arabes palestiniens, oui ! C'est un fait ! Et ils veulent nous expulser, nous tuer, ils le disent et le font, c'est logique dans ce contexte.

Etude
Et c'est la continuité historique, hélas :
- les Romains ont nommé notre terre Palestine pour nous humilier parce qu'ils savaient que nos ennemis les plus acharnés ont été les Philistins (même mot), et les Arabes palestiniens qui n'ont jamais formé ni une nation ni un Etat ont repris ce nom de Palestiniens dans le même mépris absolu de notre existence.
Maintenant, ils veulent "déjudaïser" la terre d'Israël et en détruisent les lieux saints :
- destructions des traces archéologiques juives partout où cela est possible et sur le Mont du Temple en particulier,
- volonté de supprimer toute présence juive à Hévrone, tombeau de nos Patricarches et Matriarches, tâche commencée dès le massacre de 1926.
- destruction de la tombe de Yossef.
- contestation de l'identité de la tombe de Rav Assi, le rédacteur du Talmud.
- destruction de la tombe de Ribbi Yéhouda ben Baba.

Qui est Ribbi Yéhouda ben Baba ? Eux le savent qui le détruisent.

Voici ce que dit le Traité Sanhédrine du Talmud de Babylone, page 14a dans le passage qui traite de la sémikha, l'ordination d'un rabbin parce qu'il est reconnu capable de transmettre la Torah :
"Vraiment, que soit béni le souvenir de cet homme, Ribbi Yéhouda fils de Baba... A cette époque, les autorités (qui dominaient sur Israel) avaient décrété que celui qui ordonnerait un rabbin serait puni de la peine de mort ainsi que celui qui recevrait cette ordination (sémikha) ; et la ville où cela se sera passé sera rasée et on supprimera les bornes qui la délimitaient.
Alors, qu'a fait Yéhouda ben Baba ? Il a choisi un endroit éloigné de deux grandes villes, au delà de la limite du Chabbate, c'était entre Oucha et Chafram et il y donna la sémikha aux cinq grands, les anciens, Ribbi Méïr, Ribbi  Yéhouda, Ribbi Chiméône, Ribbi Yossé et Ribbi  Elâzar ben Chamouâ... et aussi Ribbi  Né'hémya.
Quand leurs ennemis l'ont su, Ribbi  Yéhouda ben Baba leur a dit : mes fils, sauvez-vous. Ils lui ont répondu : Ribbi, et toi que vas-tu devenir ? Il leur répondit : je suis devant eux comme une pierre lourde que personne ne peut retourner. 
On raconte que ses élèves étaient à peine partis que les ennemis lui ont enfoncé trois cent flèches de fer dans le corps et en ont fait une vraie passoire.
Quand Ribbi Yéhouda ben Baba a fait cela, d'autres étaient avec lui et leurs noms ne sont pas transmis afin de mettre en valeur toute la gloire de Ribbi  Yéhouda ben Baba.
Pourtant on dit que
Ribbi Âkiva a ordonné Ribbi Méïr, c'est exact mais on ne l'a pas admise (car Ribbi Méïr était alors célibataire). Ensuite, Ribbi Yéhouda ben Baba l'a ordonné et cela a été admis".

Cela nous dit la grandeur de Ribbi Yéhouda ben Baba !
Un autre motif de gloire le caractérise et nous devons le connaître. Il fait partie des 10 martyrs de différentes époques nommés les "âssara harougué malkhoute".

Les 10 martyrs
- Ce sont d'abord les plus grands Sages de l'époque d'Hadrien vers l'an 135 de l'ère actuelle.
- Ensuite, ils n'ont pas hésité à s'opposer au Chef de la puissance dominante de l'époque pour diffuser la Torah. On retrouvera cette force chez le Rambam et le Rambane. On est loin, à ces époques, du souci actuel de plaire aux adversaires et de mettre comme valeur première la non-opposition idéologique à ceux qui veulent notre destruction.
- Enfin, ces Sages les plus grands de l'histoire ont eu une fin si cruelle, dit notre tradition, comme suite en retour de la faute commise par les 10 frères de Joseph qui l'on vendu.
Dire cela d'eux, il va de soi que ce n'est pas une profanation de leur mémoire, au contraire c'est simplement un enseignement sur la necessité de l'amour fraternel et sur les conséquences atroces qui tombent ensuite sur des innocents, même sur les Sages les plus grands et les plus purs. C'est dans ce contexte très précis que le Rav Ôvadia Yossef, parlant à des Juifs connaissant leur histoire et ces traditions, les exhortaient à faire téchouva, et s'est demandé si-dans la même ligne- les victimes si nobles et totalement saintes et innocentes de la Choa n'étaient pas encore la suite de ce désastre qui a frappé les grands  arougué malkhoute. On voit quelle mauvaise foi anti-sémite est tombé alors sur ce Rav. Et, hélas, ceus qui ignorent la tradition ont emboité le pas de l'attaque antisémite. Qu'on ne pense pas que je dise cela par manque de conscience de ce qu'est la Choa. Ce  qui est écrit en bas de la page d'accueil de Modia suffit pour enlever cette question et j'ai connu pendant des dizaines d'années ce que produit quotidiennement la Choa dans la vie et dans les nuits de quelqu'un.

Je dirai plus : j'ai connu une Juive qui était assimilée totalement dans la culture de pensée française universaliste, laïque, socialiste, droits de l'homme, France, etc, ne connaissant rien de son judaïsme et qui, une nuit, a fait le rêve suivant : elle lisait un livre et c'était un livre en hébreu et les lettres montaient vers le Ciel. Ce rêve fut tellement puissant qu'elle en est revenue à sa tradition, est montée en Israël, sentant confusément que ces lettres étaient reliées à toutes les personnes mortes dans la Choa qui lui étaient proches, et son retour au judaïsme, à l'hébreu et à Israël devait être leur victoire par elle. Un fois arrivée en Israël, elle est morte, mission achevée apparemment.

Je cite cet épisode parce qu'il est proche de la mort du 4e des 10 martyrs, Ribbi 'Hananya ben Téradyone. Comme il avait enseigné la Torah malgré l'interdiction, les Romains l'enroulèrent dans un rouleau de la Torah et on le plaça sur un bûcher en lui mettant des tissus qui avaient pour rôle de prolonger sa mort afin qu'il souffre davantage. Autour de lui, ses élèves lui dirent : Rabbi, que vois-tu ? Il répondit : "Je vois un parchemin de la Torah qui brûle, et les lettres s'envoler". Et il refusa que ses élèves abrègent sa mort.

Un autre de ces 10 martyrs, le scribe Yéhechav dit en mourant : "il n'y a pas une rue à Rome (symbole de la civilation romaine occidentale, selon notre tradition juive) où quelqu'un n'a pas été assassiné par l'épée. Cette nation perverse continuera ainsi à verser le sang juif d'âge en âge. Si j'ai un conseil : prenez soin les uns des autres, aimez la paix et la justice et peut-être y-aura-t'il quelque  espoir".
C'est donc en tout cela, pour nous, que se trouve  le sens de cette violation actuelle de la sépulture de Ribbi Yéhouda ben Baba. Elle est certainement un enseignement, une interpellation.

Sources
1. Les dix martyrs, les âssara ârougué malkhoute étaient, selon le Middrache Lamentations 2, 2 : Ribbi Yischmael, Ribbi Gamaliel, Ribbi Yeshebab, Ribbi Yéhouda ben Baba, Ribbi 'Hutspite l'interprète, Ribbi Yéhouda le boulanger, Ribbi 'Hananya ben Téradyone, Ribbi Âqiva, Ban Azzaï et Ribbi Tarfone. Certains mettent Ribbi Eléâzar ben 'Harsoum à la place de Ribbi Tafone.
2.Le Traité Baba Batra du Talmud, page 10b parle aussi des 10 martyrs. Ribbi Yehoshua ben Lévi demanda à son fils qui revenait d'un évanouissement : as-tu vu quelque chose du monde à venir. Son fils lui répondit : "ce monde-là est renversé, les modestes sont en haut et les gens considérés sont en bas". Et nous, les gens de Torah, où sommes-nous? Il répondit : "exactement comme ici. Et une voix disait : heureux celui qui arrive ici avec ce qu'il a étudié de la Torah. Et les victimes des Romains ne pouvaient pas être approchés par n'importe qui... Il s'agit de ces martyrs". On voit le niveau éminent de ces martyrs et le rôle continu qu'ils ont eu dans la tradition juive.
3. Dans les grandes périodes de persécutions comme les Croisades, tous les martyrs étaient appelés par ce nom de "arougué  malkhoute".
4. Des poèmes en leur honneur, et liés à la conscience que nos fautes influent sur les malheurs, ont été insérés dans l'office de moussaf de Yom Kippour.
5. Le Zohar et sa littérature (ci-dessous).

Si l'on peut, modestement, émettre une hypothèse : 
- le double saccage de la tombe de Joseph et de celle de Ribbi Yéhouda ben Baba nous montrent que nous sommes en train de traverser une des périodes les plus douloureuses de notre histoire, reliée aux drames les plus terribles. Ces époques ont eu à la fois les plus grands Sages et les plus grandes persécutions. Nous devrions donc, non seulement suivre de près la politique mais aussi étudier davantage pour mieux comprendre, selon notre tradition.
- un second enseignement : si tout cela repose sur la faute des grands de la Torah autour de Joseph et du manque de fraternité entre ces frères, il faudrait lancer un appel d'urgence pour que tous nos grands Sages actuels manifestent publiquement leur fraternité, en oubliant toutes les querelles réelles mais secondaires.
- enfin, nous leur demanderions en plus de se placer ainsi en véritables leaders publics de leur peuple, de l'éclairer ensemble sur le bon usage de la terre d'Israël et sur les bonnes règles de la cohabitation entre nous dans la justice et la fraternité sur cette terre. Nos leaders politiques actuels ne sont pas des experts dans la tradition historique de la Torah, ils ne peuvent pas piloter moralement ce peuple particulier, quelle que soit leur bonne volonté ou leurs autres compétences réelles.

Que le mérite de Ribbi Yéhouda ben Baba qui a élevé au rôle d'enseignant les plus grands de notre histoire, nous donne aussi maintenant tous ces maîtres leaders dont nous avons tant besoin. Amen, kén yéhi ratsone.

Références pour l'étude des étudiants avancés
Les âssara arougué malkhoute dans le Zohar
I 39a : ils sont dans le 4e palais du Jardin d'Eden, ils illuminent comme personne, et c'est d'eux qu'il est dit : l'oeil humain n'a pas vu.
II 10 : une longue étude sur ce thème
II 254b : David demanda pourquoi ils eurent cette mort.
II 255a : leurs corps étaient dans les souffrances et leurs âmes dans la joie.

Les âssara arougué malkhoute dans le Zohar 'Hadache
Zohar 'Haddache 55b : la pensée humaine ne peut pas atteindre le degré qui sait ce qui s'est passé envers ces 10 Sages.
Zohar 'Haddache Eikha 113a : il n'y a jamais eu de tortures comme celles qu'ils ont subies. La punition a attendue 800 ans avant de tomber, et cela tomba sur ces Sages.

Les âssara arougué malkhoute dans les Tiqqouné ha Zohar
Page 110a : ils étaient semblables en tout aux 10 fils de Jacob.
Page 110b : ils donneront naissance à 10 tribus.

Ici, prière pour nos Sages, pour nos dirigeants, et pour la terre d'Israël
 


 
© Copyright 1976-2000
Dufour