accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
Livre d'or

Rechercher ici les thèmes d'études sur le site par un catalogue de photos
Rechercher ici sur le site tout sujet ou tout mot avec Google :



Nouvelles d'Israël, analyse, et prières

Par le Pr et Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
Page d'accueil http://www.modia.org
Ici, archives des bulletins précédents
Ici, le dossier solide de réflexion sur la alyah.

Abonnez-vous au bulletin, en page d'accueil pour recevoir en direct les informations.
La Torah est pour la vie. Aussi notre réflexion sur l'actualité concerne ce lien. Nous ne faisons pas de politique, nous n'attaquons pas, nous voyons dans le concret comment la Torah nous aide à vivre. Pour cela, nous essayons de poser les problèmes. Attention donc de ne pas réagir envers cette rubrique négativement en confondant cela avec les journalismes politiques. Merci à l'avance de votre gentillesse à me lire.

Entraide et prière pour les malades

Il ne dépend que de nous que se réalise le verset du psaume 102,17:
"Ki-vana Hachém Tsiyone, nira bikhvodo.
Car Hachém a rebâti Sion, Il y est vu dans Sa gloire".

Proposition
(Texte à diffuser largement, spécialement à tout acteur ou responsable dans la société.
Le texte en anglais, ci-dessous, vous permet de le diffuser plus largement).



Israël s'enfonce dans une crise interne terrible, tous sont d'accord.
Mais leur diagnostic diffère, non pas sur le but (la paix) que tous souhaitent, mais sur l'auteur de la responsabilité de cette crise. Chacun dit: c'est lui qui a commencé, comme des enfants. On en est à ce niveau.
En fait, tout a commencé par un malentendu sur lequel, à l'époque dans les bulletins j'avais tiré le signal d'alarme:
Sharon a été élu comme candidat du Likoud au poste éventuel de Premier ministre sous les huées de son parti qui l'a régulièrement élu bien qu'il leur disait: je ferai des concessions douloureuses. Tout a commencé là.
Sharon connaissait son parti, incapable de trouver un autre qui puisse emporter les élections, et Sharon ne les a pas trompés ou plutôt il leur disait clairement qu'il allait les tromper sur le programme, car il avait peut-être un rêve de roi finissant qui souhaite la gloire internationale pour annuler des problèmes de carrière aux yeux de l'opinion internationale et pour finir en beauté. Cela peut se comprendre, chacun à ses motivations.
Seule l'utilisation du Likoud pouvait lui donner accès au poste et seul le programme contraire à celui du Likoud pouvait lui faire atteindre son objectif par Bush. Il a dévoilé clairement son jeu, je l'ai analysé alors, ils l'ont hué et l'ont élu. Ensuite, bonjour les dégâts, la machine faussée était lancée.
On sait toutes les manipulations tactiques que Sharon a utilisé ensuite comme il en a remarquablement l'art.
Mais s'il est simple de jouer avec les électeurs d'un Comité central, comme Shamir l'avait fait en mettant Sharon au tapis en quelques secondes, ce n'est pas si simple de continuer avec l'ensemble des électeurs du peuple qui vous a élu en pensant mener au pouvoir le programme du Likoud car cela était clair. C'est ici que la machine se coince dans le pays.
Alors, Sharon en arrive à devoir réaliser son programme avec les députés du camp opposé à celui de ses électeurs, et il ouvre ainsi le problème de sa légitimité ou non légitimité: il y a les politiciens qui disent que formellement il l'a, il y a ses électeurs qui s'estiment trompés dans leurs options et dans leur confiance.
Et, nouvelle étape, quand le plan porte alors sur des points aussi essentiels que la dimension du pays, sa nature, reliée à la loi fondamentale sur le caractère juif et démocratique de l'Etat, sur les maisons, les entreprises, la sécurité, les cimetières, etc. on entre dans un terrain miné. Mais le roi vieillissant n'entend plus le peuple, il est sourd, il ne fait plus attention, il n'a qu'un but: prendre rapidement sa place dans l'histoire internationale.
Alors, il jongle avec ses ministres, mais cela ne marchera pas; alors il va faire appel à la police pour réaliser son plan, mais cela ne marchera pas; alors, il va faire appel à l'armée pour réaliser son plan, mais cela ne marchera pas; alors, il va faire appel à la justice pour réaliser son plan, mais cela ne marchera pas; alors, il va faire appel aux services sociaux qui remplaceront les parents et substitueront des camps d'internement aux maisons familiales pour réaliser son plan, mais cela ne marchera pas; alors, il va faire appel aux services des prisons pour réaliser son plan et y placer les récalcitrants, mais cela ne marchera pas. Et chacun appellera démocratie ce qu'il fera car on met sous ce mot tout ce que l'on veut. Et l'instance suprême elle-même (la Cour suprême) a perdu son crédit populaire par le non respect de ses limitations et par ses options politiques. Alors, il n'y a plus de freins.
Bref, on est parti dans une spirale folle qui ne tient plus compte de la dimension familiale et fraternelle de notre peuple. L'injustice sociale en est le révélateur le plus évident.
Une seule urgence: la désescalade, la fraternité, l'écoute, le dialogue.
Or, actuellement, il n'y a pas cette analyse globale et calme sur l'ensemble.
Il n'est pas trop tard pour arrêter la spirale de la destruction commune qui est en route; cette destruction ne commencera pas avec des futurs objecteurs de conscience ou avec quelques fous qui causeraient des meurtres et en rêvent. Il suffit de comprendre que l'on a trop faussé, trop créé de malentendus, de tromperies, de haines, de menaces et qu'il faut mettre l'intelligence que tous ces tacticiens ont, en la soumettant à la fraternité, à l'écoute et à la coexistence. Ce n'est quand même pas compliqué.
Des gens sages, et il y en a beaucoup, susciteraient des conférences de dialogue entre tous les responsables et on rechercherait ensemble des solutions au lieu de simplement camper sur ses positions irréductibles.
Ce conflit est inévitable après nos divergences dues aux dispersions historiques dans les cultures différentes, après la non insertion de masses considérables dans le jeu de représentation politique, après l'organisation du pays en lutte d'intérêts de clans.
Le Ciel ou l'histoire (à chacun son dieu) nous contraignent à devenir censés et à remettre au point les lois de notre coexistence.
C'est cela la priorité et bien avant le conflit avec les Palestiniens. Alors, celui-là sera facile à résoudre.
Même un référendum ne résoudrait pas ce problème d'ensemble. Il faut arrêter le dérapage, s'asseoir ensemble entre nombreux sages et responsables, et non seulement entre députés l'emportant en légitimité par tous les trucages financiers. Ce devrait être le rôle du Président moral de l'Etat que de proposer cela.
Si on veut vivre ensemble et sauver le pays, c'est la voie, la seule.Car nous n'avons qu'une seule clef pour vivre ensemble et survivre: la fraternité.
Pr. Rav Yehoshua Rahamim Dipour
http://www.modia.org

Proposition
by Pr. Rav Yehoshua Rahamim Dipur
(article to be distributed widely
and directed in particular at every individual who has a role of responsibility in society
).

Everyone agrees – Israel is sinking into a deep, internal crisis.
But everyone’s diagnosis differs, not as to the overall aim (peace), which we all wish for, but as to who is responsible for the crisis. Each side is saying – it’s he who’s to blame, just like kids. We have fallen to this level.
The fact is that it all began with a misunderstanding and, at the time, I sounded the alarm signal about this in my bulletins.

Sharon was elected as the Likud candidate for Prime Minister with boos from his own party which solidly supported him even though he told them: I am going to make painful concessions. This is how it all began.
Sharon knew his party well. He knew it was the only one capable of winning the elections and he didn’t betray the party. Instead, he told the party straight that he would betray its platform because he had perhaps an aged king’s dream of winning international glory as a way of rectifying his problematic image in the eyes of the world and in order to end his political career on a high note. This is understandable. To each his own.
Only the Likud party could give Sharon access to the post of Prime Minister and only a policy contrary to that of the Likud could enable him to attain his objective with Bush. Sharon disclosed his game openly and I commented on it at the time. His party booed him and elected him. Then the troubles started as the tricked-up political machinery went into motion.
We know all the manipulative tactics employed by Sharon and which he is so good at.

But if it is easy to manipulate the members of the Likud Central Committee, as Shamir did when he floored Sharon in a few seconds, it’s not so easy to continue the same game with the entire electorate that elected you on the basis of the Likud’s platform. It’s at this point that the machinery got stuck.
So Sharon has been forced to carry out his program with members of the opposite camp to his own electorate, thereby giving rise to questions regarding his legitimacy or illegitimacy: some politicians say that what he is doing is legitimate, but many of his electorate consider that they have been betrayed and have lost faith.

Now we are at a new stage: when his plan affects issues as vital as Israel’s territory, its character, which is tied to the basic law defining the Jewish and democratic nature of the State, its homes, firms, security, cemeteries, etc., then we are entering a territory full of mines. But the aged king is not listening to his people, he is deaf, he no longer takes notice, he has only one goal: to be given his place quickly in the annals of international history.

So he juggles with his ministers but this won’t work. So he calls on the police to carry out his plan, but this won’t work. So he calls on the army to carry out the plan, but this won’t work. So he will turn to the judiciary to carry out his plan, but this too won’t work. So he will call on the social services to take the place of parents and set up internment camps in order to carry out his plan, but this also won’t work. So he will call on the prison services to carry out his plan and imprison resisters, but this won’t work either. And whatever he does will be called ‘democratic’ because one applies this word to whatever one wants. The Supreme Court itself has lost its standing because of its disrespect for its own limitations and because of its political decisions. So there are no more brakes.

In short, we have plunged into a spiral of madness that completely disregards the familial and fraternal dimension of our people. Social injustice is the most blatant indicator of this phenomenon.
We urgently need to de-escalate the situation, to listen, to talk, to remember that we are all brothers.
Today this global, calm approach to the issue is lacking.
But it is not too late to stop the spiral of communal destruction that has been set in motion. It will not begin, as has been said, when we will have conscientious objectors or a few madmen who will cause deaths, it has already begun.
All that is needed is to understand that there have been too many trickeries, misinterpretations, falsifications, threats and hatred, and that the intelligence of all these tacticians should be used in the name of fraternity, dialogue and co-existence. It’s not so complicated.
Men of wisdom, and we have many, should organize conferences bringing together the relevant parties in order to find solutions together, instead of sticking to intransigent positions.
The present conflict is practically inevitable, following the divisions caused as a result of the historical dispersion of the Jews among different cultures, following the long absence of Jews in the political arena, and following the organization of the country on the basis of group interests.
Heaven or history (to each his god) force us to come to our senses and re-establish our laws of co-existence.
This must be a priority for us, taking precedence over the conflict with the Palestinians. The latter will then be easier to resolve. Even a referendum will not resolve this overall issue. We must end the downward spiral; wise men and politicians must sit together, not just ministers and politicians who have won power by every possible financial trickery. It should be the role of the moral President of the State to propose this. This is the only solution if we wish to live together and save the country. We have only one tool to help us live together and survive: fraternity, togetherness.
http://www.modia.org

 




21 janvier 2005, 11 Chévate.

Récit de la vie de Ribbi Chalom Charabi, l'un des plus grands caballistes, Yéménite qui alla vivre à Jérusalem et anima la Yehiva Bet-El au 18e siècle, mais son héritage est vivant et son siddour, livre de prière, reste la référence pour les quelques personnes au monde juif qui sont capables de prier selon les cavanotes du Ari, zal. Voyez sa page ici.

Quelques centaines de policiers palestiniens sont déployés entre Gaza et Sdérote pour empêcher les tirs de mortiers des terroristes. La jeune Ayala 'Haya pour laquelle tous priaient, est décédée et enterrée ce matin. Tous s'unissent à sa famille et nous n'oublions pas qu'elle a sauvé son petit frère de son corps devant le tir des Palestiniens.

Ne croyez pas que je trouve plaisir à vous rapporter ces nouvelles suivantes, je ressens de la tristesse et du dégoût, on se sent salis intérieurement par le simple fait que cela existe ou devrait exister. Mais nous sommes obligés de réaliser la situation et ce n'est pas du tout ce que nous voulons vivre sur notre belle terre d'Israël où tout nous tient à coeur et que nous souhaitons de qualité. Mais il faut connaître pour essayer de faire quelque chose. Le ton semblerait humoristique, non, il est terriblement triste. Heureusement qu'il y a le Chabbate où on sortira de tout cela un jour. Il ne dépend que de nous que se réalise le bonheur du verset du psaume 102,17:
"Ki-vana Hachém Tsiyone, nira bikhvodo.
Car Hachém a rebâti Sion, Il y est vu dans Sa Gloire".


1. Le gouvernement Sharon vu par le journal 'haridi Yated Néémane!

2. Yonatane Bassi, le sioniste religieux du kibbouts religieux Sdé Eliahou qui a bien voulu franchir la ligne rouge pour devenir lui-même l'exécuteur des oeuvres de Sharon en dirigeant tout le plan de itnateqoute vient de créer un second scandale en déclarant que leur plan prévoit de demander à la Banque mondiale d'acheter les maisons des Juifs déportés ailleurs pour les remettre gentiment aux Palestiniens (lien ici). Il n'y a pas de limite au plaisir de l'auto-destruction. On en a le frisson, on ne sait plus jusqu'où on va aller, ni qui sera la prochaine cible pour servir sur un plateau ces gentils terroristes. Peut-être moi, peut-être vous. Qui pourra expliquer cela, comme la haine du parti Chinouï envers d'autres Juifs? Que peut-il se passer dans la tête de certains hommes politiques, et qui ont le manque de... de.... (je ne trouve pas de mot) d'oser dire des choses pareilles publiquement comme plan national juif. Alors qu'on proteste tant dans le monde avec ce qui a été fait avec les biens spoliés des Juifs. Une seule explication: le tsunami a eu des effets lointains chez certains. Et il faut s'attendre à vraiment tout en ce moment. Jouons: puisqu'il ouvre la bouche, mettez une bulle avec une phrase qui serait son message.

Moi j'ai un plan très simple mais qui me semble logique: que tous ceux qui ont un tel plan donnent leur propre maison (ou sa valeur) à ces Palestiniens qui les excitent tant, Sharon son ranch qui vaut des millions, Bassi, et tous les pacifistes et ceux d'extrêmes gauche, et il n'y aura plus de problème, ces Juifs d'Oslo auront accompli leur idéal mais pas avec la maison des autres, ni avec la vie des autres, ce qui est simplement immoral. Et il n'y aura plus de conflit en Israël, ils auront atteint leur but pour lequel ils font tant de bruit. Et les nations leur donneront collectivement le Prix Nobel. Mais pourquoi n'y avait-on pas pensé jusqu'à maintenant? On ne donne quand même pas la maison de son voisin en appelant cela être pacifiste. On est alors... cherchez la définition exacte. On repense inévitablement au psaume 85: "c'est le salut qu'Il va annoncer à Son peuple, mais qu'ils ne retombent plus dans leurs folies!".
3. Faites-le savoir dans toutes vos associations et communautés. Une nouvelle importante: ENFIN, grâce à la Commission de la Knesset présidée par la députée travailliste Colette Avital, les Banques israéliennes viennent d'être contraintes de publier les comptes ouverts chez elles avant la Shoa et qui n'avaient pas été réclamés ensuite. Les héritiers en ignoraient l'existence et ces banques refusaient d'en publier la liste. Les banques suisses, autrichiennes et autres ont été poursuivies par les grandes associations juives du monde puis par les Etats et ont finalement publié leurs listes, mais les banques israéliennes continuaient à refuser, à cacher et à garder l'argent. Terrible. Maintenant, vous pouvez enfin consulter la liste de ces noms avec prénoms et pays d'origine sur le site de la Knesset: http://knesset.gov.il/committees/eng/docs/shoa_finalreport_eng.htm
Contrairement à la décision des banques de donner un intérêt de 2 pour cent par an et sans remonter aux années d'avant la guerre, la Knesset a décider d'être exacte et d'imposer un intérêt de 4% et, si les banques refusent, cela leur sera imposé par une loi prochaine. Comment des Juifs peuvent-ils faire de telles choses?
Et lisez aussi ce scandale lié à la Choa et qui concerne L'Oréal. Titre: "L'Oréal a pris ma maison
les secrets d'une spoliation"
. Tirez-en les conclusions.http://www.upjf.org/documents/showthread.php?threadid=8846

4. Le mouvement 'Habad mondial lance une campagne avec la mobilisation dont on les sait capables, contre le plan de hitnateqoute: http://www.sos-israel.com/ Ils annoncent une manifestation géante, la mère des manifestations contre ce plan, le 30 janvier.

5. Israël ne veut pas reconnaître comme équivalences de diplômes universitaires les études qui ont été réalisées aux USA dans les yeshivotes de haut niveau qui sont considérées là-bas comme degrés universitaires. Lien ici. Que le Chabbate supprime des têtes ce besoin de discrimination anti juive et antireligieuse que les autres n'ont même pas. C'est le défi que nous avons à surmonter. Israël est le laboratoire du meilleur et du pire dans lequel il y a à travailler pour faire gagner dans l'humanité les vraies valeurs, donc tous ces conflits sont normaux et montrent même que nous avançons vers le bon traitement.

Qui sont les Brigades terroristes Al-Qassam qui font tant parler d'elles avec ces tirs? Lien ici.


20 janvier 2005, 10 Chévate.
Grande confusion (bilboul) dans les décisions gouvernementales: on coupe les contacts, on les reprend, on menace, on ne tient pas, on va de l'avant, on recule, on dit qu'on ne fera pas et on fait. Comment comprendre cela? Plusieurs hypothèses émises par les différents courants:
- la situation sur le terrain est complexe, fluctuante, comme l'autorité ou le manque d'autorité de Abbou Mazen.
- c'est la politique d'Oslo et elle est maintenant au pouvoir: Sharon a roulé le Likoud qui n'a pas encore trouvé de réplique et ses différents ministres Likoud n'ont pas de politiques sinon d'attendre pour que la situation se décante et de pouvoir jouer leur jeu qui est une rivalité à qui reviendra dans le Likoud le poste de prochain candidat aux élections, d'ici là ils ont choisi de tout accepter, même au prix terrible des victimes.
- on cherche en tous sens avec sagesse plutôt que d'avancer vers des confrontations.
- on ne comprend pas encore -après plus de 1000 victimes venant de la politique d'Oslo- que cette attitude d'indécision et de capitulation continues, et de confiance continue envers un adversaire qui distingue clairement son but stratégique inchangé et sa tactique verbale prête à s'adapter à tout, que cela est compris par l'adversaire comme faiblesse, comme motif de continuer à tuer, et comme avancée vers la victoire.
- cela ne traduit aucune politique de défense externe mais uniquement une politique interne de coalition pour se maintenir au pouvoir en jouant continuellement sur les tendances diverses dans le gouvernement, cette attitude étant partagée non seulement par Sharon mais aussi par la gauche et par le Likoud dans le gouvernement: ce qui compte avant tout et uniquement quand on regarde bien, c'est être dans les fauteuils ministériels et y durer.
- cela ne définirait que Sharon et sa politique continue: un joueur à double ou triple ou quadruple politique qui a un seul but, être le meneur.
- tout cela ne prend aucunement en compte les vies humaines, le peuple est sage, patient et dépassé par ces tactiques des politiciens. Il compte ses morts, c'est tout, il veille avec sagesse à ne pas briser le pays par des protestations trop violentes et les politiciens en profitent pour continuer leurs jeux.
- etc.
Comme vous le voyez, aucune de ces analyses ne prend en compte l'essentiel: tant que le peuple d'Israël ne se décidera pas à utiliser LA force qu'il a et qui est sa seule capacité de vie et son seul moteur interne, il pourra retourner 1000 analyses politiques et échoue successivement, on le voit.
Sa seule capacité de vie est celle-ci et tient en 1 point double: vivre selon la Torah sur la terre d'Israël. C'est là que nous péchons TOUS et moi, que nous trahissons (il faut dire le mot) réellement. Nous camouflons cela en nous déguisant dans un type de vêtement, dans un type d'engagement politique, dans un type de vie identifié à d'autres pays, dans une réalisation matérielle égoïste sans prendre vraiment en compte les souffrances autour. Et le pays brûle, et les naïfs qui essaient un peu dans ce sens payent le prix de leur vie. Nous participons donc de façon vraiment infantile à la responsabilité historique qui nous est donnée. Nous avons reçu chacun une vie pour réaliser le meilleur du programme... de la Torah, alors pourquoi ne fonçons-nous pas dans le meilleur sens? C'est difficile? Mais c'est encore plus difficile pour tous avec certitude si nous n'allons pas dans le sens qui est notre défi. Choisir la tactique et la stratégie la meilleures, sera sûrement victoire, morale, fraternité entre nous et avec tous les autres.
Or, beaucoup essayent! Oui, mais il manque beaucoup de pièces essentielles à la voiture (ceux qui restent dehors) et la voiture ne fonctionne donc pas.
Nos gouvernants, dans leurs erreurs, dans leurs aveuglement, surdités et manipulations politiques ou immorales
ne sont que notre reflet. Au lieu de les accuser, n'accusons pas le reflet qu'ils sont, mais la personne qui est devant ce miroir: nous, moi.
Pardon si j'ai mal formulé certains points, j'essaie. Que celui qui peut faire plus et mieux que moi le fasse vite, je le lirai et suivrai ses bons conseils, soyez sûrs.
Nous sommes capables. De quoi? Simultanément d'étudier la Torah, de mener notre tâche humaine profane, de réfléchir continuellement au lien de la morale de la Torah avec l'actualité, d'avancer sans attendre de voir clair en tout préalablement: la lumière vient seulement en marchant, Avraham l'avait compris en allant vers la Aqeda. Un pays, l'Inde, qui a une complexité de langues, de populations, de races, d'histoires bien plus grande que nous avait fait de cette mantra "La justice vient seulement en marchant, insaf ki dagar pé" son chant populaire. Pourquoi pas nous? Ne restons pas statiques, avançons vers notre meilleur, maintenant: "
vivre aujourd'hui selon la Torah sur la terre d'Israël" sans nous trouver des occupations nobles qui nous permettent de différer. Le peuple glisse maintenant vers la division interne si nous ne comprenons pas que notre salut viendra seulement de l'essentiel, par nous.



Le gouvernement négocie, a décidé en fait qu'il y a toutes les options possibles et que l'on attend dans ce no man's land. Le Cabinet de sécurité du gouvernement a autorisé à l'unanimité Tsahal à prendre les mesures pour occuper les zones de Gaza à partir desquelles les Palestiniens tirent sur les villes israéliennes, si les tirs continuent. Ils ont déclaré qu'il n'est pas question que les tirs continuent jusqu'à ce que Abbou Mazen parvienne à obtenir la coopération des associations extrémistes. Ce ton ferme était pour apaiser les habitants de Sdérote, car ensuite on reprend les contacts avec les Palestiniens dans l'espoir que cela conduira à un arrêt des tirs, ligne non ferme.
Abbou Mazen négocie avec le Hamas pour arriver à un accord sur cette base: arrêt des actions armées et le Hamas exige son insertion dans les décisions. On sait que le Hamas a toujours été d'accord pour une trêve, exactement un cessez-le-feu temporaire (houdna) mais à condition que cela soit réciproque de la part d'Israël et que cela n'altère en rien la stratégie ultime qui est la libération de toute la "Palestine" donc la disparition d'Israël. Quelle formule mensongère trouveront-ils donc qui sera acceptable pour que les politiciens israéliens fassent comme si c'est un plan de paix camouflé en plan de guerre: un Oslo 2. Le camp d'Oslo dont Sharon a besoin et avec qui il est d'accord acceptera ce camouflage, que feront les ministres Likoud, tout se jouera là. En tous cas, le Mafdal éclate en deux camps et se scinde: le camp de gauche reste et le camp de droite sort avec Eifi Eitam l'ancien chef du Mafdal mis en minorité et le Rav Lévy qui va rejoint l'opposition radicale de droite.
Puisque rien ne laisse supposer que le Hamas deviendra des anges blancs, et Abbou Mazen a bien déclaré lui aussi que son plan est la libération de la Palestine avec la tactique première du discours sur l'objection de retour aux lignes de 1967. Ne simplifions pas. Sans nos prières, nos gouvernants ne seront pas capables . psaume 21 et 102.

On peut se dire: mais, pourtant depuis un jour, on se parle et il n'y a pas de tirs! Possible, mais sachez que c'est la grande fête musulmane du 9 Dhu-al Hijjah dans l'an 1425. Est-ce que la pureté qu'elle devrait amener dans les coeurs sera efficace, souhaitons-le.
Confrontations armées à la frontière du Liban entre le Hesbollah et Tsahal.
Lors de la réunion du Cabinet, Sharon a déclaré: "des ministres et des députés organisent des manifestations contre moi" (lien ici).
On va enterrer une Israélienne tuée par les terroristes. Et le soldat tué au point de passage. Prières au Kotel pour sauver Ayala 'Haya, associez vous!
Une recherche israélienne et palestienne montre que les chiffres antérieurs sur les Palestiniens avaient été gonflés de plus d'un million et ils ne sont que 2 millions et demi.
Des personnes qui ont hébergé en France pendant la guerre la jeune enfant WEISS Simone, à TEMPLEUX LE FOSSE, seraient heureux de la retrouver. Connaissez-vous? M'informer.

Encore un attentat terroriste à un passage de Palestiniens de la Bande de Gaza, des blessés. Encore, encore, encore.
Cette fois, c'est une tactique particulière, un contact palestinien des services secrets israéliens, membre du Hamas (jouant des jeux doubles et triples) vient au point de passage, on le laisse donc approcher et il se fait sauter. L'agent israélien des services secrets, le Chabakh, Oded Charone, 36 ans, père de 3 enfants, est tué. Notre sécurité et celle de tous les Juifs du monde passe par ces sacrifices.
Quelques troupes israéliennes sont déployées aux abords de Gaza, Abbou Mazen fait de même et déploie des policiers en uniforme dans Gaza pour manifester qu'il veut reprendre la situation en mains.
Le 9 Chévat 1970, le mouvement 'Habad a terminé à New York un Sefer Torah pour aller avec lui à la rencontre du Machia'h, le Messie. C'est à Jérusalem qu'il arrivera! Que ce sera magnifique quand tous les Juifs de New York se décideront à venir ainsi que le leur demande la Torah vers la terre dont ils ont pris la direction... lors de la sortie d'Egypte, il y a bien longtemps. Quelle patience et quelle distraction ont ces Juifs!
Le 9
Chévat 1278, à Toulouse en France, l'Inquisition passe les Juifs de la ville en jugement et tue sur le bûcher l'un deux, le Rav Yits'haq Malés, pour le motif suivant: ils ont enterré dans le carré juif un converti auparavant chrétien.
Le Monde titre: "Actes racistes et antisémites en France  : 2004 aura été une année noire" (lien ici). Ca fait trop longtemps que cela dure. Il y a des limites au masochisme.
Le conseil de discipline du lycée Jean-Jaurès à Montreuil (Seine-Saint-Denis) a exclu définitivement un élève pour "approbation du génocide". Cinq autres ont été exclus temporairement. Depuis, la polémique enfle. (lien ici). Il faut lire ces liens.

Voici, en France, le billet de ce matin de André Nahum, sur Radio Judaïques FM. Excellent, pour vous donner envie de l'écouter régulièrement. Radio Judaïca Strasbourg 102,9 FM. Radio Judaïques FM Paris 94,8 FM. Radio
Kol Aviv Toulouse 101 FM. Radio Kol Hachalom Grenoble 100 FM.

" Jour de deuil et de colère hier à Sdérote.
Les habitants de cette ville du Neguev, cible privilégiée des fusées Qassam et des obus de mortier ont peur et ils en ont assez.
Et ils le disent. Le gouvernement ne peut rester plus longtemps sourd à leurs justes doléances. Il doit faire quelque chose. Mais quoi ? Ils ont fondé il y a une cinquantaine d’années cette agglomération en plein milieu du désert. Ils ont trimé pendant des années en vivant sous la tente, en se nourissant de peu, en travaillant dur. Et aujourd’hui, ils n’osent plus envoyer leurs enfants à l’école ou s’aventurer dans les rues de crainte qu’un obus de mortier ou une roquette ne s’abattent sur eux. Leur situation est intolérable. Quel pays en Europe ou ailleurs accepterait cela ? Toutes les opérations militaires lancées jusqu’à ce jour par Tsahal n’ont pas reussi à mettre y un terme. Le reste du monde s’en moque éperdumment. Les lance-roquettes et les mortiers sont des armes légères, faciles à transporter et à dissimuler et les terroristes qui les manipulent sont noyés dans la population civile. Ce qui limite considérablement les possibilités d’action de l’armée d’Israel, toujours soucieuse d’éviter les dégats collatéraux. Aujourd’hui, Ariel Sharon, tenté de donner le feu vert à ses forces pour une opération d’envergure, accorde tout de même un délai au nouveau président palestinien pour savoir s’il est disposé à combattre efficacement le terrorisme. Apparemment il n’en a pas la possibilité. Le Hamas et compagnie refusent toute trêve et en manière de défi, après l’attentat de Karni envoient un islamikaze se faire sauter à la limite du Goush Katif persistant ainsi dans sa politique du pire. Le tout ou rien. Ou la disparition d’Israel ou une guerre sans fin. Mahmoud Abbas semble dès lors bien mal parti. Comment Sharon peut-il négocier avec un président qui n’arrive pas à se faire obeir par les siens ? Pendant ce temps, le lavage de cerveaux auquel se livrent les media arabes pour conditionner leur jeunesse dans la haine d’Israel et des Juifs, continue.
 Hier un hebdomadaire égyptien émettait l’hypothèse que les USA et Israel étaient responsables des tsumani d’Asie du Sud. Aujourd’hui c’est un professeur yémenite qui affirme le plus sérieusement du monde que des organisations “sionistes” enlèvent les enfants orphelins qui ont survécu à la catastrophe pour les vendre comme esclaves. Il y avait les accusations de meurtres rituels, maintenant ce  sont aux dires des affabulateurs arabes, des groupes financiers “sioniste” qui investiraient  leurs capitaux dans des sociétés vouées au trafic des jeunes esclaves.
   Voilà comment on bourre la crâne des populations . Mais le plus triste de l’histoire, ce sont ces rabbins du “Naturei Karta” qui confortent les Palestiniens dans leur haine de l’etat juif. Le plus triste c’est encore ces ”nouveaux historiens” israéliens qui en réécrivant à leur façon l’histoire de leur pays ont fourni à ses ennemis leurs arguments les plus précieux. Le plus triste c’est ce cineaste israélien qui s’acquiert une réputation mondiale en mettant en exergue dans ses films les abus du fanatisme ultra-religieux et l’inhumanité de la maffia israélienne.
Comme si les Juifs et Israel, ce n’était que cela : des abrutis déguisés en rabbins et des proxenètes internationaux. Alors, les Qassam sur Sderot, les attentats-suicides, les Juifs anti-juifs,la calomnie, le lynchage médiatique venant de tous les azimuts, ça fait beaucoup quand-même.
 
 Il faut à nos frères d’Israel des nerfs bien solides".



Enfin, Sharon a pris des mesures face aux tirs palestiniens. Lesquelles? Ces mots rapportés par cet article de Maâriv: "Hayavim léhafsiq éte ha yéri âl Sdérote, Nous devons faire cesser le tir sur Sdérote". Sans rire. Voilà de quoi accouche le budget de l'armée qui fait le tiers des dépenses: ces 6 mots.
Et comme les mots ne servent à RIEN contre les tirs, voici la suite de l'article: "Ceci est autorisé (par la censure militaire,ndlr) à la publication: le Chef de gouvernement, Ariel Sharon, a visité aujourd'hui la Bande de Gaza et y a réalisé des conversations avec les hauts gradés militaires et les soldats. Dans le temps de la visite, un Qassam est tombé à 100 mètres de le suite de Sharon. Un des présents dans la rencontre a déclaré: ce fut impressionnant". Pauvres petits dirigeants qui ont eu peur, les Palestiniens n'auraient vraiment pas dû tirer lors du passage de cette délégation. Voilà des mois que les habitants ont reçu les 5000 tirs de mortiers autour d'eux et on trouve la riposte de cette phrase et on souffre d'une émotion. On mesure l'écart entre ces gouvernements et le peuple qui souffre.

Au même moment, trois réactions du peuple:
1. La manifestation de marche de protestation des habitants de Sdérote a eu lieu. Ils se sont dirigés vers la zone palestinienne de Bet 'Hanoune pour leur indiquer leur détermination à ne pas quitter Sdérote malgré les tirs qu'ils reçoivent et ils ont demandé la démission de Sharon. C'est la première fois qu'en Israël une municipalité décrète une journée de deuil pour l'ensemble de la ville, en raison des morts par les tirs palestiniens. Le blablabla des responsables continue comme réponse, du type: "vous allez voir ce que nous allons faire, nous sommes conscients, nous sommes des responsables, notre patience ne durera pas toujours", blablabla disent les habitants. Sur les ondes, le maire de la ville répète: un gouvernement qui n'est pas capable de protéger ses citoyens doit démissionner. Les habitants s'organisent pour marcher aussi sur Jérusalem.
2. La blessée grave Ella Aboukassis est entourée des prières des habitants de Sdérote et des lecteurs de Modia. Son état ne s'est pas encore amélioré. Ses parents ont décidé de changer son nom en Ayala 'Haya en signe de confiance dans sa guérison. Son frère Tamir, 10 ans, a pu quitter l'hôpital. Continuons les prières pour eux.
A l'instant, les médecins viennent de déclarer la mort cérébrale de Ayala 'Haya. Elle s'était précipité sur le corps de son frère pour lui sauver la vie et a donné la sienne. Une perle victime de la politique.


3. Des centaines de jeunes de Gouch Katif ont marché pendant deux jours et sont arrivés cet après midi à la Knesset pour protester contre les mesures de leur transfert. On se souvient qu'un juge, dans la liste des mesures politiques de tous types prises contre la population qui refuse ce transfert, a condamné une mère qui avait amené un de ses enfants dans une de ces manifestations pour bien montrer que lui aussi le futur transféré sera concerné. En réponse, à cette justice politique, les jeunes de Gouch Katif sont descendus dans la rue et ont fait cette démonstration de jeunes ouvertement dans le pays pendant deux jours complets. Ce gouvernement perd la tête et perd le contact avec son peuple et sa jeunesse. La semaine prochaine, cette population organisera une marche géante qui, disent-ils, dépassera tout ce qui s'est produit.
Autre dimension surréaliste du plan Sharon: ses services préparent des mesures envers les familles qui refuseront le transfert. Les parents étant considérés comme délinquants, les enfants seront pris en charge par les services sociaux du Ministère Misrad ha réva'ha. Des familles normales, israéliennes se verront soumises à des mesures de déclassement social (on est vraiment en Union soviétique), placées dans des centres de rééducation sous le prétexte de traiter leurs traumatismes. Une folie. Et les services sociaux déclarent qu'ils seront dépassés par le nombre de cas. On aboutit à une utilisation politique des services psychologiques et sociaux. En fait, tout cela donne la mesure du décalage entre les gouvernants et leur population, et la rupture de la société qu'ils sont en train de produire. Ils disent aujourd'hui lors de la visite de Sharon sur le terrain que s'il y a de l'objection de conscience dans l'armée, ce sera la destruction de l'Etat et un nouveau 'horbane Beit ha miqdache, une catastrophe nationale égale à la destruction du Temple (rien que cela!). Mais ils n'ont pas conscience, apparemment, de la catastrophe nationale et de la déchirure dans le peuple qu'ils organisent. Comment peut-on espérer que les coeurs et les esprits deviendront sensibles à autrui? Il faut y réfléchir sérieusement: http://www.modia.org/infos/israel/cielvu01-2005.html

4. Selon la psychologie de Sharon qui réagit "fortement" au coup par coup, il va probablement déclancher une action sur le terrain, qui impressionnera mais ne durera que quelques jours avec l'habituel cortège de quelques maisons vides détruites puis le retrait pendant que les terroristes auront eu tout le temps pour se mettre à l'abri, en attendant de reprendre leur tir après le retrait israélien, et les communiqués de victoire palestiniens comme les autres fois. Sharon aura tenté de faire taire... les habitants et non pas les lance-roquettes. Cela dure depuis 5000 tirs. LA mesure de réplique qu'il va vraiment prendre: un retrait des Juifs, exactement ce que souhaitent les Palestiniens, la tactique du salami. Navrant. Et cela dope les terroristes.
Quant à Abbou Mazen: on a tout dit sur lui en répétant ce qu'il a dit de son programme (celui d'Arafat, rien contre les organisations armées), et pour la galerie des médias occidentaux (je négocierai avec Sharon, il faut remettre de l'ordre, me donner du temps, dialoguer). Seuls ceux qui veulent être dupés le sont car Abbou Mazen a dit et il fait ce qu'il dit.

5. Voyez cette étude nouvelle sur Modia pour continuer à construire:
c'est vraiment l'actualité du lien aux autres nations mais vécue à un autre niveau, dans la Torah:
Jérusalem belle,

pour le monde entier, dans le monde entier.


Et découvrez le site des Juifs du Yémen à Jérusalem, en français: http://yamani.co.il/fr/


17 janvier 2005, 7 Chévat.Attention, je vous retransmet les nouvelles, je ne dramatise pas, ne tirez pas sur le facteur!


Titre dans le plus grand journal d'Israël, Yédiyote a'haronote aujourd'hui, http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-3033334,00.html avec la photo du maire de Sdérote, Eli Moyal:
Traduction sans aucun commentaire:
Moyal: "Je ne veux pas être dans cet Etat; une révolution est nécessaire". Le maire de la ville de Sdérote déclare dans le forum de Sdérot organisé par Ynet: "Un Etat qui méprise la vie de ses citoyens et sacrifie des victimes, n'a pas à bénéficier du nom d'Etat. D'ici sortira la révolution". Selon ses paroles, "Sharon doit apporter le calme à la ville et si cela entraîne une occupation de Gaza et de mettre à feu la Bande de Gaza, je n'y vois pas de problème, le principal est que Sdérote ne tombe pas". Hier soir: des centaines d'habitants ont manifesté contre les tirs de Qassam et ont appelé Sharon à démissionner. Le Chef du gouvernement a pris contact hier soir avec Moyal et lui a dit: "J'ai donné les ordres à l'armée d'agir sans limitation contre les Qassam".

Les radios rapportent que les habitants de Gouch Katif prennent également des moyens dramatiques pour faire prendre conscience de la situation et vont dresser une maquette du Titanic devant la Knesset pour montrer que l'Etat est en train de couler, et vont déverser des cercueils de sable devant la Knesset pour que les députés prennent conscience de l'horreur de ce qu'ils vont leur faire, de déterrer les corps de leurs proches pour les transférer ailleurs... Et d'autres manifestations aussi dramatiques sont en préparation.
Pour respirer quand même, faites un tour au Kotel en visuel, ici.
Beaucoup de réunions de prières sont organisées aussi à Sdérote.

La population de la ville de Sdérote se met en grève à partir d'aujourd'hui en appelant les habitants à manifester sous le slogan "Kichalone chel Charone" (Echec de Sharon). Les habitants marcheront en direction de Ben 'Hanoune pour dire: "si nous habitions dans la Bande de Gaza comme Palestiniens, nous serions plus en sécurité": très très dur quand une population très patriote comme l'est la population d'Israël en vient à dire cela publiquement; et quand le maire dit: "j'avais voté Sharon". La municipalité dit: "les jeunes commencent à partir de la ville". Et l'indifférence des gouvernants continue. Le jeu politique vise leur toute petite population et ils ne font que jongler avec les budgets et les portefeuilles ministériels pour ne pas revenir devant les électeurs: ils appellent cela la démocratie.
Sharon compte sur quelques belles formules verbales pour répondre: " nous coupons les ponts avec Abou Mazen" et quelques heures plus tard "nous donnons une nouvelle chance à Abbou Mazen". La première formule est destinée aux habitants révoltés, la seconde formule est destinée à Moubarak qui l'a demandée et à Bush. C'est la politique verbale de De Gaulle qui pensait qu'avec des mots on pouvait tromper à son aise le peuple et le mener à sa guise en restant au pouvoir: "Je vous ai compris" avait-il hurlé les bras tendus vers le ciel aux Français d'Algérie crédules, avant de les mettre dans le bateau pour en faire des rapatriés. Mais un jour le peuple comprend et renvoie le héros historique dans ses foyers qui n'a pas supporté longtemps cette impuissance subite. Tout peuple est patient, et les Juifs plus que tous. Mais ce serait puérilité ou naïveté sénile que de penser qu'un peuple peut être roulé sans fin dans la farine. L'histoire a toujours montré que de tels rois tombent, et les peuples durent... après avoir souffert.
Sharon a parlé vers les habitants de Sdérote: "nous avons toujours lutté contre le terrorisme, nous lutterons toujours contre le terrorisme, lé lo migbalote, lé lo migbalote (sans aucune limitation)". Le maire répond sur les ondes: "J'ai entendu Sharon, milim milim milim (paroles paroles paroles). Nous savons où sont les terroristes et nous ne faisons rien. Nous devrons partir de Sdérote. Après nous ce sera Achkélon, Ashdod, Tel Aviv et nous ne faisons rien, rien, rien, kloum, kloum, kloum. On a un Chef de gouvernement impotentite, impuissant".
Voici une carte qui vous permet de comprendre en situant ces villes d'Israël et Bet 'Hanoune. Et la passage Karni où il y a eu le dernier attentat. On y voit combien la grande ville d'Achkélone sera à son tour victime des tirs palestiniens d'ici peu après le retrait de Gaza. Et personne ne croira jamais que la puissante armée d'Israël ne peut pas intervenir ni faire cesser vraiment ces tirs s'il y avait la volonté politique. Et Netivote, la ville où on vient de fêter en foule la hiloula de Baba Salé tombera également dans le même cauchemar.

On voit aussi nettement que prendre comme solution à ce problème de Gaza l'évacuation des Juifs de Gouch Katif n'a aucun sens car ils ne sont pas là. Ils sont beaucoup plus bas, dans une zone moins peuplée de Palestiniens et où il y a de nombreuses agglomérations juives qui assurent aussi une sécurité entre l'Egypte et Gaza. Voici la zone de Gouch Katif pour comprendre, avec en bleu les points et tous les noms des agglomérations que Sharon veut éliminer:

Et voici l'ensemble pour bien situer ces deux zones éloignées, alors que Achkélone, Sdérote et Nétivote sont très proches de Gaza. Les jonglages de mots politiques doivent quand même un peu être confrontés aux cartes pour ne pas mentir indéfini"ment":

La question est tout-à-coup évidente en voyant la carte: "mais si les habitants juifs de Gouch Katif sont un péril et qu'il faut les évacuer pour la paix, car ils irritent les terroristes palestiniens, il faudrait bien plus évacuer les habitants qui sont plus proches à Sdérote et à Achkélone?" C'est exactement ce que pensent les Palestiniens, c'est pour cela qu'ils tirent sur Sdérote et annoncent qu'ils perfectionnent leurs roquettes qui iront bientôt plus loin et toucheront aussi les vols aériens.
Beaucoup disent alors que l'on s'attaque à la population de Gouch Katif car elle représente une population homogène des jeunes sionistes religieux. On comprend maintenant l'exaspération de ces jeunes qui éclate même dans l'armée; là où ils sont de plus en plus nombreux parmi les officiers et dans les unités de combat où ils s'engagent pour défendre le pays en situation de danger. Il est fréquent d'entendre les journalistes interviewer à la radio des soldats et leur demander : "as-tu une kippa?". Et le gouvernement s'inquiète du déferlement prévu de ces jeunes sionistes religieux venant de tout le pays vers Gouch Katif pour défendre leurs semblables quand l'évacuation sera proche. Car ils sont très motivés et manifestent une capacité d'organisation et de dévouement à leur cause qui déroute ceux qui organisent l'évacuation, ainsi que les autres courants idéologiques de gauche et les "pacifistes".

Tout ceci est une information exacte, une analyse nécessaire et non pas un discours de propagande orienté.
C'est bien pour tous ces paramètres bien précisés que la situation est préoccupante et que l'on parle de scission organisée dans le pays et de "guerre fraternelle". Si vous n'aviez pas ces éléments en mains, vous ne pouviez pas comprendre ce qui commence à inquiéter tout le monde, y compris l'armée qui risque d'éclater de l'intérieur par ces manipulations idéologiques organisées, et la police. Il faut connaître la vérité des faits avant de trancher par l'idéologie. Si la situation n'était pas celle que je vous analyse, il n'y aurait pas ces tensions qui avaient pu vous sembler bizarres et incompréhensibles.
Certes, il y a un problème réel, l'agglomération de Netsarim qui est isolée et proche de Gaza, mais elle l'est moins encore que Sdérote.

Dans la paracha de la semaine, Béchala'h, c'était le peuple qui se comportait mal et le gouvernement de Moché était remarquable. Les temps ont bien changé. Etudions la paracha pour améliorer des deux côtés. Et si vous pensez qu'il est urgent de prier pour le Chef de notre gouvernement (et son équipe) qui aurait besoin de bonnes bénédictions efficaces, un psaume est fait pour cela: le psaume 21 et aussi le 102
.

16 janvier 2005, 6 Chévat

Après trois morts, la ville de Sdérote en Israël (et non pas dans la Bande de Gaza ni dans le Gouch Katif), vient encore de recevoir des tirs de roquettes (til Qassam) et deux fillettes sont en extrême danger et soignées dans les hôpitaux d'Achdod et de Beer Chéva. La population de Sdérote n'en peut plus de (comment dire) l'inefficacité du gouvernement qui ne règle pas ce problème, le laisse continuer. Lundi toute la ville se mettra en grève et prévoit d'autres manifestations pour les jours suivants. Sharon n'a probablement pas de temps à accorder à ce problème puisqu'il est occupé à faire dégager le terrain pour le remettre justement à ces adversaires et élargir l'autonomie de la zone où règnent ces terroristes qui tirent. Le gouvernement semble avoir d'autres chats à fouetter que régler le problème de la population de Sdérote soumise à ces terroristes dans le coeur même d'Israël. Probablement qu'on prévoira bientôt une nouvelle itnateqoute, de Sdérote cette fois, disant encore que l'on ne peut pas mettre en danger des soldats pour défendre cette nouvelle tranche de population. Surréaliste comme politique mais terrible pour toutes les victimes.
Au Liban, on a choisi la fuite pour défendre les localités du Nord. Au Gouch Katif, on choisit de donner le terrain. A Sdérote, quel nouveau plan "pacifiste" de ce type trouvera-t'on? Les terroristes chantent victoire et prennent de plus en plus d'affirmation sur le terrain devant ces impuissances et démissions. Lire: http://www.haaretzdaily.com/hasen/spages/527379.html
Manifestations spontanées des habitants et photos sanglantes: http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-3032922,00.html
La municipalité: "nous avons du mal à freiner la fureur des habitants": http://www.nrg.co.il/online/1/ART/854/183.html
Sharon fait savoir qu'il est très préoccupé. Par quoi? Par la solidarité qui se manifeste envers la population de Gouch Katif, et contre les préparatifs des populations de Judée-Samarie, spécialement des jeunes, d'aller porter assistance à leurs frères de Gouch Katif contre leur "déplacement", c'est un péril pour la démocratie dit-il. Les journalistes peuvent se préparer à de tristes images à sensation si la sagesse ne revient pas.
Espoir! Ce matin, on vient d'envoyer aux habitants de Sdérote "le" remède: les psychologues pour qu'ils puissent parler de leurs angoisses. OK, je suis psychologue et après les attentats je suis sur le terrain pour aider. Mais les psychologues n'arrêtent pas les tirs de roquettes que je sache, et ne neutralisent pas les terroristes. De qui se moque-t'on?

Quelle honte notre comportement sur la terre quand nous avons reçu un univers si beau, une terre d'IsraEL si belle (lien ici)

quand tout homme y a reçu tant de qualités pour bien le gérer,
quand les Juifs ont reçu les secrets de la morale de bonté pour les manifester. Et c'est ce qu'on en fait. Comment provoquer un réveil, et non pas la domination d'une idéologie sur les autres? De dizaines d'années de travail et d'aide sur les conflits, je ne vois qu'une solution, celle qui est redite sans cesse par le Ciel à Israël: "Ecoute", sois enfin sensible. Lien ici.

Commentaire de la paracha de cette semaine:Bechala'h
Où vivre, Vers quoi vivre?
Un peuple qui apprend à vivre en parfait état de marche,

ayant écouté Hachém et Myriam avec confiance.

14 janvier 2005, 3 Chévat
Nouvelles (faites de l'hébreu et apprenez ce vocabulaire qui est celui de la vie quotidienne): chaque jour son attentat (pigoua).
1. Le fait. La nuit dernière, des terroristes de trois organisations puissantes dans la Bande de Gaza (à qui on va remettre la zone de Gouch Katif, de facto) ont attaqué ensemble non pas une implantation juive isolée mais directement le point le plus fort d'Israël et le mieux défendu à la jonction de leur territoire avec une méthode sophistiquée: ils ont foncé avec un camion (masseite) chargé d'explosif contre le mur de protection du terminal (massof) du point de passage Karni (maâvar Karni) entre Israël et la Bande de Gaza là où travaillaient des ouvriers. 6 tués (arouguim), des blessés (pétsouim) dont plusieurs en état grave.
- la charge (miteane) était puissante, amenée à l'intérieur des protections en béton, et la préparation de l'attentat a du être faite avec la population locale comme dans tous les cas où ils tirent depuis les maisons. Quand elle a abattu le mur de béton protecteur, les terroristes sont entrés ("hadérou) attaquer dans la salle où se trouvent les soldats, tirer , lancer des grenades et c'est là qu'il y a eu ces tués. Ils ont donc voulu démontrer qu'ils combattent face à face la force puissante d'Israël et continuent sans donner à penser que les élections changeront les données. Abou Mazen a d'ailleurs dit clairement qu'il n'agirait pas contre ces organisations et ne ferait pas de guerre fraternelle, cela est donc clair. Darlan lui-même qui est écouté à Gaza contrairement à Abou Mazen et est intégré dans l'équipe d'Abou Mazen a parlé encore plus clairement. Donc toutes les espérances dites envers la ligne douce et de discussions et de démocratie et de coexistence sont un immense mensonge médiatique puisque ces autorités palestiniennes ont parlé et la base agit. Et on va faire la course pour inviter ces personnages, Bush a déjà invité Abbou Mazen. Mais voilà la réalité: le premier événement palestinien depuis l'entrée en fonction de ce qui a été réalisé avec tant d'observateurs étrangers: leurs élections démocratiques.
Ces organisations sur le terrain le redisent: "non à l'existence d'Israël et la terre aux Palestiniens", clairement et non pas des négociations pour des accords de coexistence. Pendant ce temps là, la folie surréaliste: les Israéliens discutent entre eux comme on se dispute sur une page de Talmud pour savoir quelle grandeur de la terre d'Israël il faut leur donner et s'en retirer pour que ces adversaires deviennent magiquement des gens civilisés, gentils, désarmés, pas agressifs, démocratiques, avec qui on pourrait parler de choses agréables comme de la couleur et du tissu de nos cravates! Ici une photo de Darlan le dur avec notre ministre de la Défense, une comédie hors de toute réalité.

- et, pour continuer la falsification médiatique qu'utiliseront les occidentaux avec leur courroie de transmission que sont les pacifistes israéliens qu'ils financent directement contre Israël, Abou Mazen lance devant les micros internationaux: je dis au Hamas, arrêtez les attentats.
- c'est par ce point de passage et barrage (ma'hsom) de Karni qu'Israël permet le passage de tout ce qui peut aider la population palestinienne: nourriture, matériaux, médicaments, transports de malades vers des hopitaux israéliens, travailleurs. Eh bien, justement (dafqa) ils ont attaqué là les lâches, là où on manifeste notre humanité, là où on nous attaque sans cesse dans les médias occidentaux si on ne permet pas cette aide humanitaire envers ceux qui ne veulent pas de nous.
- notre naïveté et coopération indirectes: les Palestiniens ont utilisé le fait que le gouvernement israélien a pris des mesures d'allégement (haqalotes) de la sécurité à l'occasion des élection et de l'entrée en vigueur du nouveau gouvernement palestinien, comme geste d'encouragement, pour pénétrer dans la faille ainsi ouverte.
- ils ont voulu démontrer qu'ils ne changent en rien. Mais, bien plus, qu'ils sont capables de neutraliser les murs de béton, les systèmes d'alarme, caméras sur les zones d'approche, et forces militaires.
Pendant ce temps là, l'armée se prépare très sérieusement à une autre tâche qui, évidemment sera un jeu d'enfants: expulser les Juifs de Gouch Katif et les déporter vers l'intérieur d'Israël. Là, on pourra admirer la puissance de la logistique et de l'efficacité de Tsahal: contre des Juifs. Sinistre réalité. Nos gouvernants sont dans les nuages. Et les faits de réalité parlent. Les Palestiniens sont les seuls à voir la réalité. Et à en jouer de toutes les manières.

Toute la gauche le dit: nous n'avons qu'un but, que les Juifs soient enlevés de Gouch Katif, et pour cela on est prêt à accepter n'importe quelle politique économique du budget de Bibi. Seul le parti Shas refuse: il exige pour son entrée au gouvernement 1 milliard (!!) de chéqels pour supprimer la misère organisée budgétairement et en cela il a raison. Mais, de plus, il exige sa liberté de vote concernant la itnateqoute (plan Sharon). Sharon espère qu'il parviendra à les avoir avec lui quand ils seront à l'intérieur. Sans Shas, son budget risque de ne pas passer et donc il n'y aura plus de gouvernement.
Et les habitants de Gouch Katif sont bruyants en permanence devant la Knesset. Les députés se plaignent de ce bruit...
Voilà la situation. N'oublions pas qu'Israël est belle (lien ici) et la présence qui s'y ressent et la qualité des gens qui y vivent fait que des millions d'Israëliens y sont heureux.

La lune et la terre d'Israël que j'ai vus aujourd'hui
(analyse de l'intolérable et appel)


1. Face au désordre et aux haines, une force puissante: l'étude de la Torah nous éclairera:
Commentaire de la paracha de cette semaine:
BO
Le couple. Les prophètes.
3 pages solides.


2. Israël aura le salut et la paix et l'entente fraternelle et la justice sociale, tout ce dont on a besoin si...:
voyez le psaume 81


3. Demande de prière, SVP, pour Ruth bat Lea; très important (lire le psaume 31, ici). Voir aussi la page des malades.


12 janvier 2005, 2 Chévat

Nouvelles.
- Une haute autorité de Tsahal, l'armée d'Israël, déclare devant la Commission de l'Intérieur de la Knesset que le retrait du plan Sharon mettra 46 agglomérations de la région du Négev sous le feu direct des mortiers palestiniens! (lien ici) Cette information n'est pas de Modia, mais du journal de gauche Haarets (lien ici). Tout le monde le sait en Israël, et les habitants de Sdérote plus que d'autres qui, déjà, reçoivent quotidiennement ces tirs de mortiers. Il y a aussi des mystères dans le judaïsme: comment une parti du peuple et de ses députés peuvent être pour un tel plan? Aucune logique ni justification ne peut parvenir à expliquer ce souhait, et cette désinvolture envers les habitants de 46 agglomérations, souhait qui remplira de joie les tireurs terroristes. Les 5000 tirs de mortiers reçus dans le Gouch Katif le sront maintenant plus en avant en Israël, c'est tout. Mais ce sera une nouvelle étape destructive d'Israël.
- Autre mystère. Je vous avoue que je n'ai pas non plus le niveau de subtilité suffisant en analyse talmudique ;-) pour parvenir à comprendre pourquoi le parti 'haridique Yahadoute ha Torah est entré dans le gouvernement et que l'un de ses membres à qui a été promis un poste de ministre adjoint n'a pas voté pour le nouveau gouvernement. La logique juive est bien au-delà du niveau des prix Nobels de philosophie. Bien plus, les membres de cette équipe entrés au gouvernement viennent déjà de faire scission... entre eux! Une partie sort de l'union de Yahadoute ha Torah (lien ici) et se nomme indépendamment Dégel ha Torah. En fait, je vous avais dit que le grand posseq lithuanien le Rav Eliachiv qui était opposé au plan Sharon a été floué par le 'hassid l'Admor de Gour qui a déclaré avant lui qu'il votera pour Sharon. Le Rav Eliachiv a dû suivre, mais apparemment organise dès maintenant son opposition.
N'oublions pas le niveau inégalable du Rav Eliachiv dans la logique, il est un peu prétentieux de le battre au jeu d'échec. En effet, il passa à 12 ans son examen d'études en talmud devant un grand maître qui lui demanda sur quelle partie de l'immensité Talmud il souhaitait être interroger. Il répondit: sur la moitié du Talmud. L'examinateur lui répondit: "sur quelle moitié?". Il répondit: "sur celle que vous souhaiterez". Quand on en est là à 12 ans, cela fait frissonner... La formation par les mathématiques dans les programmes scolaires sont un jeu d'enfants face à de tels niveaux. On comprend qu'ils ne veulent pas renoncer à leur indépendance dans la formation scolaire.
- Troisième mystère: les opposants à Sharon dans le Likoud déclarent que le gouvernement Sharon est illégitime! Malgré son succès à la Knesset! car... il a reçu mandat du Likoud et qu'il a obtenu une légitimité non pas du Likoud mais des partis de gauche, extrême gauche et partis arabes à la Knesset. Et ils ont l'intention de voter contre le budget demain pour faire tomber Sharon. S'il n'est pas soutenu par eux, il avertit qu'il demandera des élections nationales et il espère ainsi les faire revenir sous son giron. On verra.

Aujourd'hui, Hiloula de R. Yosséf Messas, du Maroc, à Meknés puis Grand Rabbin de 'Haïfa.Voyez ici l'une de ses études de halakha.Il y met en garde contre le mauvais usage des fêtes de hiloula. Utile. De quoi réfléchir.

Lire, car nous sommes courageux, cet article du Monde http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3476,36-393840,0.html. Un film traitant d'une réalité scandaleuse qui salit le pays d'Israël et que la police ne supprime pas assez rapidement. Les faits sont indéniables. Mais le ton et le vocabulaire de l'article qui joue des métaphores antisémites totales n'étonne pas dans ce journal systématiquement trop injuste. Pourquoi ne dit-il pas la même chose de cette même réalité en France non loin des quartiers bourgeois de Neuilly dans le Bois de Boulogne. Et en chaque pays. Toujours la France qui veut donner des leçons là où elle pèche la première. Mais nous partageons la conscience scandalisée et notre seule réponse est la Torah. Et Israël ne faillit pas sur ce plan, quand donc la presse française montrera-t'elle cette belle image d'Israël et de la Torah. Nous ne les attendons pas pour cela, c'est le nom même de Modia (je fais savoir) où nous montrons les beautés de tout Israël. Et personne ne pourra salir cela. Nous n'avons pas peur, les prophètes parlent aujourd'hui dans les actes de tous ceux qui construisent et donnent leur vie véritablement en Israël pour la pureté lumineuse de la Torah. Et elle vaincra autant contre les démolisseurs de dedans que du dehors. Nous sommes fiers, à juste titre, et ne faisons pas ce que nos voisins font envers nous, eux qui sont tant loués par cette presse. Allez lire le poème "Une colombe entra dans le poulailler..." (lien ici).
Les journalistes politiques qui ont la pathologie d'aller se délecter au fond de nos poubelles devraient aller traiter leur scatophilie personnelle (aimer se nourrir d'excréments), au lieu d'accuser les autres de ce qu'ils aiment remuer. Ils ont raison aussi de nous inciter à ce que l'Etat vide nos poubelles en Israël. Merci pour cela. Mais, qu'ils ne voient pas que cela! Les pôvres! Et qu'ils le voient aussi ailleurs sans jouer aux innocents, pervers et malfaisants.
Voyez la beauté d'Israël:
http://www.modia.org/galerie/mefoto.html
http://www.modia.org/poeme/index.html


11 janvier 2005, 1 Chévat
La grande nouvelle:
un renouveau dans la société juive, car aujourd'hui c'est un nouveau mois (mois se dit 'hodéch qui veut dire renouveau). Réussissons ce jour en ce sens, en retrouvons notre direction, notre phare, notre lumière, notre dynamisme sans nous laisser impressionner par les nuages qui passent, même s'ils semblent nombreux et noirs. Revoir encore une fois la page du nouveau mois (lien ici). Ce mois est celui de Chévate, découvrez-le ici avec tous ses enseignements.

En Israël, plusieurs chocs en tous genres :
1. L'élection du nouveau chef de l'Olp, l'Autorité palestinienne. Le choc, c'est que le gouvernement israélien a autorisé l'élection à Jérusalem même dans le quartier revendiqué par ces Palestiniens. Ce qui est, de facto, leur donner avant toute discussion le droit de propriété sur une partie de Jérusalem. Abbou Mazen s'est défini pendant cette campagne comme le successeur d'Arafat, disant qu'il ne ferait rien contre les groupes armés et les défendrait contre Israël, cela est la réalité. Certes, il y a une différence avec son prédécesseur: il déclare que l'intifada a échoué. Mais, que cela soit clair, pour lui elle a échoué comme moyen tactique (de même que Arafat déclarait parfois que les attentats étaient une erreur tactique) mais Abbou Mazen garde exactement la même stratégie. Pourquoi, toujours cette précipitation des Juifs et des Israéliens à se dépeindre leurs ennemis en moutons, alors qu'eux-mêmes déclarent explicitement ce qu'ils veulent?
Mon hypothèse que je vous soumets: il se passe en Israël le même mouvement qui s'est produit en Allemagne au 19e siècle: la volonté d'assimilation. Les leaders de gauche parlaient ouvertement il y a peu du concept de "post-sionisme" en le posant comme un concept de super-intelligence pour ceux qui se définissaient dans ce camp. Aujourd'hui, pour ce même camp, c'est la course à l'identification avec la volonté de "l'autre" comme loi absolue.

2. Le gouvernement Sharon a passé le cap de l'acceptation par la Knesset, 58 voix contre 56. Où est donc le choc? C'est que ce gouvernement, en principe Likoud autour duquel il y a des adjonctions, n'est passé que par la gauche, l'extrême gauche et les partis arabes. Par contre, le tiers du Likoud a voté carrément contre, disant qu'il n'y aura pas de compromission avec l'idéologie de transfert des Juifs. On est en plein surréalisme. Sharon n'est plus que l'utilisateur des structures de droite en les trompant et faisant explicitement la politique de l'extrême gauche. Que se passera-t'il dans un pays ainsi trompé, où les lois sont manipulées? Cela ne peut que susciter l'extrémisme et les conflits. On parle de scission (piloug) effective dans le Likoud.
La prochaine étape difficile pour Sharon sera la présentation du budget dans quelques jours car s'il ne passe pas, il y aura élections et la non réalisation du plan de hitnatéqoute.

3. Troisième choc: la grande manifestation face à la Knesset aujourd'hui de 20000 personnes venant de l'ensemble du pays. Où est le choc? Elles n'ont voulu utiliser aucun mot politique mais en faire uniquement une prière pour Israël. Cela veut dire quoi? La condamnation totale, la rupture avec le système politique vu par eux comme cassant tous les principes minimaux qui ont bâti Israël. Le point le plus sensible derrière cela n'est même plus le projet de transfert mais l'éjection de l'armée de jeunes officiers qui ont exprimé qu'ils seraient objecteurs de conscience s'ils reçoivent l'ordre de transferer des Juifs. Pourtant, il y a le droit des autorités militaires d'enlever les insignes militaires à certains comme on l'a fait pour le capitaine Dreyfus. Apparemment oui, mais ces jeunes officiers disent qu'ils ont envoyé une lettre d'explicitation expliquant que ce n'est pas le rôle de l'armée d'agir contre des Juifs en Israël, etc; ils disent que leurs motifs étaient recevables, mais que les dirigeants actuels ont voulu se débarasser des officiers "à kipa". C'est là le choc: on s'oriente vers une armée politisée, utilisée pour des buts politiques dans la politique intérieure du pays. On crée une scission (piloug) effective dans le pays.

4. Quatrième choc. La cour suprême vient d'autoriser l'adoption par des couples de lesbiennes, les définissant de facto comme couple et mariage et famille. Où est le problème? C'est que Israël est définit par la loi fondamentale comme "Etat juif et démocratique" et que c'est la fonction de la Cour suprême de faire respecter cela. Or, c'est elle qui prend coup après coup les mesures contraires à ce qui est la constitution juive de la société. La liste en est longue. Elle réalise avec son pouvoir suprême la politique du parti Chinouï. Quand on pervertit ainsi les institutions, tout semblera permis aussi par tous les autres groupes d'intérêts. Et la démocratie (seconde composante de la loi fondamentale) elle-même est ébranlée dans ses fondations. On comprend maintenant davantage le sens symbolique de la manifestation devant la Knesset: la société se scinde, par la volonté active et agressive des laïcs, alors que tout l'effort des fondateurs socialistes avait été de préserver la coexistence, et de vivre avec l'accord d'une société sioniste qui construit un pays juif. La tâche actuelle des fils de gauche de ces pères fondateurs est de détruire l'oeuvre de leurs parents. Etrange. Du coup, ils renforcent les courants qui ont leurs sources au delà des 60 ans de l'Etat actuel.
Le dernier signe de l'outrecuidance actuel des politiciens est la création d'un poste spécial pour Péres alors que la loi, strictement interprétée ne le permet pas. On joue sur les mots, comme on joue sur les mots pour ne pas inculper les hauts dirigeants impliqués dans des scandales financiers géants. Mais tout cela détruit le pays, détruit le peuple et on voit que sans vergogne on installe une société financièrement agressive dans la défense des monopoles et privilèges et l'écrasement des couches faibles, ce qui est contraire totalement à la tradition juive.

5 Cinquième choc symbolique. La nomination du conseiller de la Banque d'Israël, le poste financier le plus important pour l'Etat: c'est un américain qui a été choisi, Fisher. Un symbole du choix que l'on voit dans la politique du Trésor: installer un capitalisme sauvage. Qu'il ne parle même pas hébreu et ne pourra rien comprendre aux discussions en hébreu des commissions n'importe même pas. Nul doute qu'il y avait en Israël les compétence, mais le rêve américain fascine. Et certifier que l'on se veut en Etat banane ne peut que plaire à Washington et assurer des avantages personnels. Un symbole de la crise de société. Vous imaginez combien toutes les émissions de radio et de TV, et les forums sont pleins de ces évolutions de la société. A vous d'y participer. Modia ne fait que vous communiquer ce qui est significatif.

On le voit, il y a dans la façon de gouverner une 'houtspa, un culot violent, agressif, qui suscite à son tour des réactions identiques.C'est le style Sharonien dont le dernier exemple est la présentation aujourd'hui du nouveau plan sur l'enseignement et qui n'est pas apprécié par les enseignants car il prévoit les milliers de licenciements, et n'est pas éducatif mais uniquement enseignement alros que la crise de la jeunesse est aussi éducative. Mais tous et les enseignants sont d'accord pour dire qu'il est urgent de réformer l'enseignement et l'éducation nationale. En présentant son plan aux enseignants vigilants, Sharon les agresse brutalement: "j'ai entendu envers le plan des remarques peu éducatives"... Le besoin de se gifler réciproquement, pourquoi? C'est le style Sharon-Lapid. Cela va trop loin actuellement. Ce n'est pas ce que nous voulons construire en Israël. Cela va se terminer par une crise très grave avec que l'on comprenne qu'il faut revenir à la fraternité et à la justice sociale.

L'autre courant, du sionisme religieux, en contre-coup se montre puissamment efficace dans son organisation autonome (cela est dit dans les médias aussi). Pour les francophones, l'antenne qui le transmet est le nouveau site: http://www.alyah.org et c'est le Rav Aviner, francophone dont l'audience est nationale en Israël, qui en est le leader spirituel http://www.alyah.org/cours_aviner.html.
Sur le plan non-religieux mais sioniste, ce courant autonome tente de se développer dans le Likoud et de le noyauter, voyez son site: http://www.manhigut.org/english/ Vous le constatez, Modia cherche à vous faire participer à ce qui évolue en Israël et non pas à vous transmettre toutes les nouvelles journalistiques. Pour que vous compreniez Israël comme votre pays à construire. Et à mettre cela en confrontation avec la Torah. Selon ce que vous pensez.
Ne nous choquons pas de tout ce style des événements en Israël. En effet, si nous avons lu une seule fois les cinq livres de la Torah, en français, nous avons compris que la fonction du peuple juif est de tenter de réparer le mal qu'il y a dans le monde. C'est donc un laboratoire dans lequel "nous" sommes porteurs de tout le bien et de tout le mal et nous avons à faire en nous et entre nous tout ce travail. Et il y en a. Donc, le travail est en cours de traitement, on le voit nettement. Mais il faut y participer, Torah en mains, et dans le coeur et dans la tête. En réfléchissant, et en se confrontant, car personne n'a la vérité à soi seul.
Un seul exemple de cela: il se fait progressivement dans une formulation en deux points du conflit en cours en Israël concernant le transfert des Juifs:
- L'accord des opposants politiques s'étend sur le fait que l'objection de conscience est immorale dans l'armée car elle la détruirait, et détruirait le pays pâr conséquence.
- Par contre, et même en priorité, le gouvernement n'aurait pas davantage le droit de prendre des mesures immorales et de demander aux militaires de les appliquer.
On a vu également une rapide évolution de la réflexion sur la nécessité de ne pas utiliser les symboles de la Choa, même dans un conflit politique très grave d'aujourd'hui. Par contre, on doit comprendre aussi que des expressions de ce conflit dans la réalité peuvent réaviver les vécus douloureux de ceux qui ont vécu la Choa, et cela doit aussi être pris en considération. Sans dire que cela est illégitime.

En dehors de tout cela. De nombreux lecteurs me posent des questions sur la généalogie de leur famille: or, je ne suis nullement compétent en ces matières de façon aussi spécialisée. Or il y a sur Modia le lien avec les grands sites des associations puissantes de généalogie juive qui vous donneront toutes les réponses satisfaisantes: http://www.modia.org/infos/infos/annuaire-juif.html#Genealogiejuive Pour les Sépharades soucieux de leurs sources, voyez ce site: http://sefarad.org/publication/lm/

Découvrez ce cours de Modia qui vous ouvrira une nouvelle dimension sur la transmission du sens de la Torah: http://www.modia.org/etapes-vie/jeunes/teamim.html

Une demande pour finir: je vous demande discrètement de dire le psaume 71 pour un ami très cher qui est dans des difficultés sérieuses de santé. La bénédiction vous en viendra, Tavo alékha bérakha. Et de prier également pour une malade: Ruth bat Léa. Le malade est le pauvre absolu, et il ne peut se sauver seul, c'est la bonté d'autrui qui le sauve.


9 janvier 2005, 28 Tévéte
- Elections palestiniennes. 12 députés de gauche ne trouvent rien de mieux à faire que d'aller vérifier... si les soldats israéliens se comportent bien envers la Palestiniens aux points de passage. Rien que cela est une accusation et une diffamation que les médias étrangers reprennent avec plaisir.
Pendant que les combattants du Fatah, les troupes de l'Autorité palestinienne dont les médias chouchoutent le candidat , viennent de tirer sur une voiture israélienne et ont tué le jeune Yossi Attia dans une embuscade sur la route. Il y a de quoi rager quand on entend, là aussi, les journalistes en service national minimiser la gravité des faits et dire : "il pourrait s'agir d'un incident à caractère nationaliste" (c'est presque beau et généreux) au lieu de dire en vérité: "des terroristes palestiniens viennent d'assassiner des automobilistes israéliens". Et ce n'est pas le gros titre de première page, mais la photo de Abbou Mazen. Vérifiez ici et ici.
Triste que cette inversion continue et typique chez certains juifs. Et ils tiennent le service public des médias. Ainsi, sepuis ce qui se passait autour de Moché rabbénou dans le désert.

L'armée lance un ultimatum à effet immédiat à tous les soldats et réservistes qui ont signé qu'ils sont objecteurs de conscience pour l'évacuation des Juifs de Gouch Katif: ou se soumettre ou sortir de l'armée.
Un ensemble de hauts rabbins dont vous verrez la liste sur le lien suivant se réunit pour montrer qu'ils ne craignent pas ces mesures du gouvernement et vont réaffirmer leur ordre donné aux soldats d'être objecteurs de conscience (lien ici).
A chacun sa liberté de pensée sur tout cela.C'est la dignité que le Créateur nous a remise: "J'ai mis devant toi la mort et la vie, choisis la vie".



7 janvier 2005, 26 Tévéte Lettre personnelle brève.
Le vocabulaire du jour en Israël (voir ici la page complète)
Grande réussite de la haine fraternelle: Maâriv titre en première page:

"Méqorevé Sharon néguéd ha qitsonim: lichbor lahem éte ha patsamote.
Les proches de Sharon contre les extrêmistes: leur briser les os"
Et en plus grand: ultimatum, si les objecteurs de conscience ne se rétractent pas aujourd'hui, on leur enlève leur grade et on les expulse de l'armée. Dans quel pays, utilise-ton de telles mesures et non pas les procédures d'enquête, citation en justice avec droit à la défense? Si on continue, disent les commentateurs on va se diriger vers un gouvernement qui expulse de l'armée les cadres religieux idéologiquement condamnables dans leurs référents moraux et casser le peuple, avec une armée de 'hilonim agressifs que l'on envoie déloger la population sioniste-religieuse. Autre titre de première page, exactement dans la même présentation que ci-dessus: des centaines de soldats laïcs ont signé eux aussi pour l'objection de conscience concernant le transfert des implantations. Il indique aussi que chez les militaires de carrière le phénomène serait limité mais il pourrait atteindre 20% de l'armée qui fonctionne en période militaires.
Mais remarquons bien, depuis des mois et des mois, des listes de soldats de gauche sont publiées sur des sites internet où ils signent en s'engagent à l'objection de conscience contre les implantations. Et il n'y a eu aucune mesure massive et radicale ni verbalement agressive contre eux comme le gouvernement le déclanche contre l'autre courant idéologique. Tout le problème est là: la chute morale dans l'utilisation de l'armée contre la population, avec la conséquence immédiate: la division du peuple.
Dire que tout gouvernement élu démocratiquement a le droit de décider de ce qu'il veut et de le faire ratifier, est exact, même si le but est simplement la gestion en force militaire d'une partie de la nation contre une autre, avec l'utilisation du pouvoir pour cela. Et Israël peut donc agir ainsi s'il est bâti comme ce type de démocratie (mais il y a de nombreuses sortes de démocratie et celle là en est une, qui est très très soviétique).
Par contre, dans la loi fondamentale qui contraint aussi le gouvernement, il est écrit exactement "Israël est un Etat juif et démocratique". Et cette façon de gérer n'est certainement pas juive, elle n'est que démocratique et encore en mettant dans le mot la violence envers une partie de la population, avec la prison pour les opposants aux mesures utilisées contre eux quand on envoiera l'armée pour les contraindre. Ce n'est certainement pas de la morale juive de concevoir ainsi le peuple et sa gestion. C'est donc contraire à la loi fondamentale.

De plus, a contrario, les habitants de Gouch Katif ont réclamé le dialogue, le droit de manifester, des élections ou un référendum qui serait contraignant et auquel ils se soumettraient même si les résultats sont contraires à ce qu'ils estiment immoral, la non utilisation de l'armée d'Israël contre eux pour les déplacer car elle ne doit agir que contre des ennemis. Cela a été refusé en bloc, allant ainsi vers l'extrêmisation. Maintenant, on chute bien au delà de la délégitimisation, mais vers les menaces brutales.
Je pose donc une question: pourquoi être pacifistes naïfs et bêlants envers les terroristes et être non-pacifistes et violents envers ses propres frères? Quelque chose ne va pas dans les têtes. Il est évident que se comporter en extrêmiste qui utilise le pouvoir armé ne fait que renforcer les extrêmistes armés potentiels et aller ainsi vers les affrontements fous. Comment revenir au bon sens et à la fraternité comme règle de coexistence? C'est là que le travail est urgent, non seulement concernant la sécurité mais autant sur le plan de la justice sociale et de l'éducation où c'est actuellement la catastrophe dans la gestion de l'Etat. Les faits divers violents qui s'amplifient chaque jour dans la société ne font que refléter à la base le comportement moral violent dans la gestion aux niveaux plus élevés.
Aux débuts de l'Intifada, Rabin avait donné la même consigne: "à ceux qui lancent des pierres, brisez leurs les bras". Quelques soldats ont obéi, et ce sont eux qui se sont retrouvés en prison: pour le motif qu'ils n'ont pas eu le courage d'être objecteurs de conscience. On connaît la fin tragique de cette histoire de mots violents qui mènent d'escalades en escalades jusqu'au drame.
Lisez une réalité que l'on cache également: une implantation de laïcs (sans idéologie du sionisme religieux) sont contraints de quitter parce que leurs familles sont sans cesse sous les tirs palestiniens et non protégés de facto par nos forces: finalement, ils arrivent à la conclusion ou partir ou la mort. Pourquoi n'envoie-t'on pas sérieusement l'armée contre les tireurs qui veulent leur départ au lieu de se préparer à envoyer notre même armée contre les habitants juifs pour également leur faire abandonner cette part de la terre d'Israël? C'est cela la vérité. Folle. Car les opérations ponctuelles de Tsahalcontre l'adversaire n'ont pas ce but d'effectivité dans l'arrêt des attaques, ce sont des petites opérations de représailles dont se rient les Palestiniens. Elles sont 5000 échecs successifs puisqu'il y a la continuité de ces 5000 tirs de mortiers contre nos populations.
Et le dirigeant du Fata'h, pendant ce temps, le chef du Fata'h, parti dont Abbou Mazen le louangé est le candidat, déclare (et on le comprend aisément dans ce contexte): "Le Fatah prône la lutte armée comme moyen pour libérer les terres arabes et palestiniennes occupées. Notre Intifada et notre résistance continueront jusqu'à la libération de notre terre et l'établissement d'un État palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale». Tout cela est la vérité exacte.

Ha sarbanim, les objecteurs de conscience
Ha sarbanoute, l'objection de conscience
Mikhtav ha sarbanim, lettre des objecteurs de conscience
Léssarev péqoudot, refuser des ordres
Assata, incitation
Léhitmoded, faire face, surmonter

Déliguitimatsia= délégitimisation (Pas surprenant que ce nouveau mot hébraïque ait une origine soviétique!)
Kétsiné ha milouim, les officiers de réserve
Léfanot, transférer. Pinouï, transfert.
Transfert- transfert (cela fait très journaliste ou professeur)
Bilti 'houqi, illégal
Ha tsamérét, l'échelon des cadres supérieur
Léhaâmid la dine, faire passer en jugement
Praklite ha médina, procureur de l'Etat


Essayons de réaliser un effort immense face à la guerre psychologique qui vient de commencer en Israël les uns contre les autres. Celui
L'effort de garder le calme, de voir de loin le nolad (la lumière qui pointe), de ne pas perdre un instant le sens de la fraternité globale envers toutes les composantes, et de trouver normal que l'avancée se fasse à travers des traitements très compliqués, de relire dans notre actualité ces conflits qui ont tant de fois secoués l'histoire juive (la Torah nous les a décrits et analysés et nous a montré la voie à prendre).
C'est pour cela que je trace ci-dessous un trait entre toutes les nouvelles des jours précédents et cette lettre d'aujourd'hui.
Pas question non plus de partir dans notre tour d'ivoire et de déserter, nous faisons partir de ce peuple qui a une mission à accomplir. Nous ne déserterons pas quand cela se complique.
Maintenant, le contexte:
La guerre psychologique est déclarée et ouverte, de tous côtés les uns contre les autres dans le peuple.
Les habitants des implantations menacés de transfert, accusent Sharon de les démoniser dans l'opinion (lien ici) et d'utiliser pour cela toute l'artillerie lourde qu'il a à sa disposition sur le plan militaire comme envers des ennemis, sur le plan de la justice et de la police et des services de renseignements comme dans les régimes politiques dictatoriaux, sur le plan des manipulations politiques comme dans les systèmes de dictature personnelle.
Sharon et ses hauts cadres de l'armée et de la justice déclarent, de leur côté, qu'ils fourbissent leurs armes contre cette population et contre ceux qui les encouragent dans cette "rebellion", et qu'ils ont les armes juridiques et de force pour les faire céder (lien ici). On parle d'expulser de l'armée les opposants (lien ici).
Les milieux du sionisme religieux qui sont maintenant comme cadres dans l'armée soit régulière soit de réserve ou comme hauts responsables de collectivités locales civiles ou religieuses déclarent en masse que leur mouvement d'objection de conscience ne se laissera pas soumettre par ces pressions et ne fera que s'amplifier. Et leurs attaques utilisent aussi beaucoup d'autres arguments (liens ici).
Voilà le tourbillon où il sera difficile de se repérer si on regarde le détail, mais c'est la dynamique qu'il faut saisir. Car tous les coups et accusations semblent permis, je ne vous rends pas compte de toutes ces formes de violence que, professionnellement, j'analyse, les propos sur les médias sont multiples et saisissent beaucoup d'arguments divers. Et on ne s'occupe plus des dégâts, chacun pense que l'autre a franchi la ligne rouge et qu'il a commencé, et que l'on a les moyens de forces divers pour le faire céder.
Modia ne déviera pas, avec l'aide du Ciel, de sa seule mission: étudier la Torah, analyser aussi la réalité de l'existence pour tenter de défricher les pistes en fonction de ces enseignements de la tradition, et pour cela en vous rapportant la réalitée vue par les différentes composantes. Et trouver la force et la beauté et la sensibilité intérieure de cette Torah de vie, qui va de pair avec les voies de réussite psychologique et humaine. C'est tout. Et le bonheur et la joie et la lumière vaincront, et la haine ne passera pas. Et nous savons que le combat sera dur. C'est aussi le signe que nous avonçons sérieusement.
On continue en ce sens, rien de nouveau. Et nous n'avons pas peur! Personne ne nous enlèvera notre bonheur. Et toute personne qui s'imagine avoir la force pour menacer et haïr, oublie qu'elle n'a qu'une vie tellement fragile et tellement courte, et que ses titres, fonctions, forces personnelles, et comptes en banques bien garnis, ne sont rien, et qu'ils partiront bientôt sans r-i-e-n de tout cela: le rien total sauf la vie qu'ils auront développée et le bonheur qu'ils auront construits, et ensemble.

Bonne journée à tout Israël.
Mais allons à la Torah, nous avons une mission à réaliser, une tâche à accomplir: elle est écrite, le judaisme n'est pas le Club méditteranée. Je reçois souvent des lettres qui me font rire (il vaut mieux en rire): avez vous des bonnes adresses d'hôtel cacher pour aller passer Pessa'h (j'ajoute: sortie d'Egypte vers la terre promise et Jérusalem) aux Canaries ou en Floride... Quand le judaïsme se résume à cette vision du monde ;-))
Mais on n'est pas responsable de là où on est né, on est seulement responsable du parcours que l'on fait.



Découvrez à l'occasion de sa hiloula: Rabbi Chnéor Zalmane de Laddi, l'Admor Hazzaqén de 'Habad, auteur du Tanya (an 5573). 

A lire pour rester humains et ne pas oublier la réalité: http://secouristes_asie.blog.lemonde.fr/
Bien entendu, on commence à se demander sérieusement si tout l'argent récolté en collectes va bien aux nécessiteux, et pas pour éponger les déficits des associations ni pour maintenir le financement des autres activités habituelles. Des sites sérieux ont pris cette fonction de contrôle en charge depuis des années et la vigilance envers l'ONU en ce domaine a été connue de tous ces derniers temps. En particulier, des sites sont sélectionnés sur le fait qu'ils assurent que l'argent sera réservé pour ce don envers les victimes du sinistre, par le fait que les donateurs peuvent choisir cette option lors de leur don, et ne répondent pas seulement à un appel mettant en avant ce besoin sans assurance. Voyez ce lien avec le site spécialisé dans ce contrôle et la recommandation de sites sérieux, il y en a plusieurs juifs. Lien ici. Et un bon exemple de site juif recommandé après tous les contrôles: http://www.ajws.org/index.cfm?section_id=15 ou celui-ci qui rend ses comptes publiquement: http://www.jdc.org/news_press_010405.html#Donate

Le Rav Eliachiv vient de donner sa décision: "nous entrons au gouvernement, mais sans postes ministériels en ce qui concerne les députés de la composante Déguél ha Torah, par contre ceux de Agoudate Israël jugeront s'ils acceptent ou non les postes ministériels mais on le leur déconseille. La décision vaudrait au moins trois mois".
Il vient de décider en conséquence ce que je formulerais ainsi:
- je pense qu'il faut d'abord empecher que Sharon ne fasse entrer a nouveau le parti Chinoui qui a pour but unique la destruction du judaisme religieux, et cela a priorite meme sur la question de la itnateqoute. Je rejoins en cela l'avis de l'Admor de Gour; certes, par conséquence regrettable,
- je sauve Sharon,
- nous permettons à la itnatéqoute de se réaliser.
- nous ne cédons pas aux arguments pressions des rabbins du courant religieux-sionistes (contrairement au parti Shas) ni à celles des rabbins de Yécha et Gouch Katif, et entrons dans le gouvernement. Mais tout cela sont des considérations secondaires par rapport à l'urgence (pas de Chinouï).
En fait, le Rav Eliachiv a préféré aussi ne pas s'affronter à l'Admor de Gour et à ses 'hassidim qui avaient déjà décidé de leur entrée dans le gouvernement sans attendre la décision du Rav Eliachiv: on serait reparti loin en arrière dans les querelles entre 'hassidim et lithuaniens, s'il s'était opposé à leur décision qu'il ont eu la tactique de rendre publique avant la sienne...
Il est maintenant facile d'imaginer tous les commentaires de chaque composante d'Israël: vous les connaissez par les nouvelles habituelles. Je n'ai pas à les détailler. Nous ne relatons que ce qui est significatif et nouveau.
Il est sûr que cela va être très dur à supporter par la population sur le terrain de Gouch Katif qui va se sentir abandonnée par une grande partie du public religieux.
Par contre, Sharon va renforcer ce qu'il commençait depuis hier: la reprise d'autorité absolue sur l'armée, et l'opinion,
et la confrontation va devenir virulente beaucoup plus tôt que prévu. Sharon sera soutenu avec force la gauche. Quand au Likoud, il sera secoué de conflits internes, mais probablement inefficaces. La droite au delà du Likoud se renforcera mais elle a toujours tendance à s'émietter.

Cependant, n'oublions pas que Yahadoute ha Torah refuse encoreles postes ministériels, cela veut dire qu'elle se réserve le droit de sortir: encore beaucoup de chantages, menaces, séductions en perspectives. Et Sharon estimera qu'il l'a emporté par le chantage en disant haut et fort qu'il va faire appel à nouveau à Chinouï (des ficelles un peu grosses) et, donc, qu'il n'est pas si difficile de faire chuter Yahadoute ha Torah et le Rav Eliachiv.
Le clan de la droite et religieux-sioniste va devoir se réorganiser très rapidement. Car la pression sera immense par les organes de l'Etat, spécialement, les renseignement, la police, la justice et les médias, pour les isoler et les affaiblir. Ils vont passer de très mauvais jours les habitants de Gouch Katif. Ils ont certes une émouna très solide.
C'est tout ce que l'on peut dire dès maintenant.
Sharon utilise l'artillerie lourde des médias contre ses opposants (ce qui dénote un grand manque de sang-froid et la panique, et risque de renforcer les extrémismes l'accusant déjà de procédés dictatoriaux).

Le Directeur des Services secrets et renseignements généraux fait deux déclarations devant la commission de la Knesset dont chacune est exploitée, par la gauche: il a dit que les habitants extrêmistes des implantations risquent de provoquer les militaires qui feraient ensuite l'erreur de tirer contre eux (les maladroits, poussés à bout et à qui on n'aurait pas appris à ne pas tirer sur les provocateurs) et, par la droite: il a dit que la remise de la route Philadelphie aux Egyptiens, route qui sépare la Bande de Gaza de l'Egypte, serait une catastrophe car elle transformerait cette région en Sud-Liban. Là, ce grand Chef a découvert la lune car voilà longtemps que cela était écrit sur Modia comme sur toute autre feuille de chou comme il y en a beaucoup sur l'internet. En effet, déjà maintenant, tout l'attirail par lequel les terroristes tirent contre les implantations de Gouch Katif (plus de 5000 à ce jour!) et les mortiers qui tombent chaque jour sur la ville de Sdérote sont gracieusement livrés à domicile via l'Egypte, la grande partenaire de paix entre Bush et Sharon (ce qui nous vaudra peut-être un jour la photo rêvée à l'image de celle de Clinton, Arafat et Rabin - comme il y a aussi l'autre perle: Arafat, Peres et Rabin).
Bref, si nos services secrets découvrent de telles évidences, on se pose des questions. Bientôt, ils vont nous annoncer qu'il est probable que des tirs de mortiers se produisent vers les villes israéliennes et que l'armée risque de devoir prendre des mesures graves pour arrêter ce jeu. Comme il ne l'a pas dit, on comprend aussi que le gouvernement n'ait pas pris les mesures effectives contre ces tirs. Des manifestations ont lieu à Sdérote ou devant la Knesset contre ces tirs mais probablement que les salles de travail du gouvernement sont bien insonorisées contre les cris des manifestants.
Voilà tant de jour que tout cela continue, voilà pourquoi je ne vous remet pas ce disque chaque jour. Le gouvernement n'a peur que d'une chose, ni des victimes, ni des protestations mais une seule chose: les élections. Et là, c'est la panique. Car l'exaspération monte, monte, monte dans la marmite du pays, c'est cela que je viens d'essayer de vous faire passer à travers ce style, qui n'est pas du cynisme. Il vous transmet ce que tout le monde dit : le char de l'Etat glisse sur la pente de l'absurde, mais il n'y a pas de détermination à retrouver le bon sens ni la lumière, ni les valeurs éducatives, ni la fraternité ni la justice sociale, il faut le dire quand cela est trop. La permanence du siège et l'image de soi dans les capitales étrangères semblent être les seules préoccupations politiques. Que faudra t'il pour qu'il y ait un réveil de "bon sens"? Espérons que ce ne sera pas autour d'une catastrophe qui permettrait encore aux politiciens de trouver encore un répit.

Un nouveau poème, serein, sur l'étude, car tout cela ne nous fera pas tomber, en rien.Voilà longtemps que cela fait mal et que nous continuons, tous.
Lien: http://www.modia.org/poeme/presence/etude.html

Les recherches sont abandonnées pour les derniers Israéliens disparus en Thaïlande: Ouzi Sagui 27 ans et Aya Chapira 28 ans, et Miri Politi 42 ans. La dernière des 4 victimes, Charone Haliel, 22 ans, a été enterrée aujourd'hui en Israël. Les 3 autres le furent hier, Esther Lévy 58 ans, Hemda Cohen, 53ans, et Zohar Aloni, 24 ans. Nous sommes proches de leurs familles qui remercient tous ceux qui les ont entourées et aidées.

En Thaïlande, j'ai appris par des témoignages que le Centre Habad a été le seul lieu de rencontres, soutien, contacts, téléphones de nombreux Juifs bloqués temporairement par le séisme. Voyez leur site: http://www1.jewishthailand.com/default_beta.asp


La constitution du gouvernement à majorité Sharon/Likoud/travailliste aussi bien que la réalisation du plan de retrait de Sharon sont soumis à la décision d'entrer ou de ne pas entrer qui sera donnée cette nuit par le Rav Yossef Chalom Eliachiv. Son prestige et sa décision prochaine dominent les débats du Conseil des Sages de la Torah des 'haridim achkénazim. Quels sont ces partenaires qui ont un tel pouvoir?
Bien avant la constitution de l'Etat d'Israël, en Europe, aux Etats Unis et en Palestine, les courants 'haridim achkénazim se sont organisés pour bâtir leurs institutions et une société juive fondée exclusivement sur les valeurs et les mitsvotes de la Torah, sans référence autre. Différents courants internes y ont été influents, venant plus de tel ou tel pays. La dynastique 'hassidique de Gour y a un rôle de leader ainsi que, en soi l'a eu le Rav Elazar Chakh, né en 1898 et décédé en 2001, dont la célèbre Yeshiva de Poniovitch a formé les cadres achkénazes et sépharades actuel en Israël, y compris ceux du parti sépharade Shas. Il fut un leader spirituel mais aussi un tonique orateur, célèbre pour ses conflits même avec des grands de la Torah, sans compter ses condamnations de nombreux leaders politiques laïques.
Son successeur comme leader spirituel incontesté est le Rav Yossef Eliachiv, 95 ans. Ce n'est pas un tribun politique mais tout ce courant de la société juive est gouverné par un Conseil des Sages dont les seules références sont les enseignements et les mitsvotes de la Torah, et leurs avis sont loi.
Ils participent cependant à la société israélienne, non seulement comme population et comme nombreuses institutions mais également par une représentation continue à la Knesset où leur nombre de députés (de 3 à 6, en général) leur donne une force considérable face aux deux groupes presque égalitaires pour constituer un gouvernement ou le faire tomber ou susciter des élections. On se trouve devant cette situation.
La priorité dans leurs préoccupations est la permanence des institutions éducatives de Torah, et les autres questions vitales sont secondaires tout en étant considérées également très importantes. Ainsi, actuellement, la majorité des membres des Conseils des Sages de la Torah de leurs différents mouvements sont opposés, selon la Torah, à la coupure d'avec la partie de terre d'Israël de Gouch Katif aussi bien qu'à la destruction des nombreuses maisons d'études, synagogues, cimetières juifs, etc. Mais leur discussion est d'évaluer si la necessité de préserver les institutions éducatives de Torah doit ou non passer avant les autres critères.
Les adversaires acharnés de ces milieux 'haridim n'ont qu'un argument bien différent à leur égard: vous ne cherchez que l'argent. Argument antisémite classique, comme si tous les milieux d'Israël ne cherchaient pas à préserver leur part dans le budget, pour leurs causes toutes nobles, et sans qu'on les accuse de ne viser que l'argent. Le problème n'est donc pas là du tout. L'autre argument agressif est qu'ils ne font pas l'armée, mais la gauche n'attaque pas les Arabes israéliens qui ne font pas l'armée, et la proportion est très grande des Juifs israéliens qui se font dispenser de l'armée et personne ne les agresse.
Le dernier argument stupide qui leur est opposé est souvent l'âge de leurs leaders. Mais Péres et Sharon ne reçoivent pas ces critiques, et si le Rav Eliachiv a 95 ans, la Torah maintient en puissance physique et intellectuelle ses maïtres; le Rav, comme le Rav Chalom Messas, zal, à plus de 90 ans, commence sa journée à 2 heures du matin et la termine à 22 heures dans l'étude, les multiples décisions sur des dossiers difficiles, et les rencontres nombreuses. Souhaitons à tous ces critiques cette vitalité.
Et Sharon et son plan?
Sharon, comme tous les autres, a sa limite face à ces hommes. Il peut séduire, abattre, acheter les coopérations par tous les artifices dont il est un brillant stratège, mais il n'a aucune influence sur ces géants qui n'ont qu'un repère, la Torah. Et aucun argument à leur opposer. Il attend. Il pense avoir réussi à juguler les politiciens pour faire avancer son plan. Il a tenté de neutraliser les opposants dans le Likoud et ils renaissent pourtant après chaque action de commando contre eux. Il espère créer la division dans la population de Gouch Katif comme il a réussi à le faire contre la population lors de l'évacuation de Yamite; pour l'instant, il ne réussit à détourner de leur voie que quelques personnes qui se comptent sur les doigts des deux mains.
Bien plus, la mobilisation de cette population s'étend aux femmes, aux jeunes et aux enfants. Il mobilise maintenant la justice et la police contre les parents qui autorisent la présence des enfants dans les manifestations sous prétexte qu'ils les mettraient en danger quand Sharon envoie contre eux la police. On tombe clairement dans la gestion politique soviétique, reste des origines politiques de ces leaders.
Surtout, Sharon bute actuellement sur l'opposition des leaders rabbiniques du monde religieux sioniste qui encouragent leurs étudiants et engagés dans l'armée à refuser l'obéissance aux ordres du gouvernement considérant son plan comme antijuif, immoral et antidémocratique. Les responsables de l'armée et de la police déclarent maintenant publiquement qu'ils sont inquiets devant l'épidémie de refus annoncés, et informent que le retrait ne pourra pas avoir lieu si cela se maintient. Bien plus, les populations hostiles à ce plan se disent déterminées à descendre sur tout le terrain pour bloquer l'action de la police et de l'armée.
Sharon et son équipe crient à la rebellion, au risque de division du peuple, de destruction de la démocratie. Les autres répondent que ce sont eux qui sont les rebelles, les antidémocrates. (C'est lui qui a commencé, Msieu; non c'est lui). Le ton monte et l'opposition à Sharon et à son plan reçoivent continuellement des soutiens rabbiniques nombreux et influents, dont les déclarations sont nettement illégales (appel public à la rebellion) et sans fard.
C'est la situation.
Sharon attend son salut de plusieurs pistes:
- faire peur à chacun en disant qu'ils perdront leurs sièges de députés car il devra décider des élections.
- faire peur en disant que le pays va vers sa destruction.
- faire peur en disant que les terroristes palestiniens vont aller à la fête dans ce contexte.
Ces cris parviendront-ils à susciter la panique et la démission des leaders de l'opposition, ou au contraire cela leur montre-t'il leur force montante?
Si le Rav Eliachiv décide d'entrer au gouvernement, alors qu'il voit l'opposition rabbinique environnante, il donnera un répît important à Sharon qui veut réaliser son plan de itnatéqoute puis ensuite revenir devant les électeurs.
Tout est là.
Non. Car le présenter ainsi, c'est poser le problème comme si le retrait de Gouch Katif apporterait la paix (en raison du principe de la gauche: nous ne voulons pas mourir pour Gouch Katif et le retrait apportera la paix). Or ce raisonnement est démontré comme faux car les tirs de mortier sont maintenant quotidiens sur les villes israéliennes à proximité de la Bande de Gaza et non plus seulement sur le Gouch Katif. Donc, la tactique de Sharon, si elle est justifiée, doit faire évacuer ensuite les villes israéliennes les unes après les autres. De ce problème, ni Sharon ni son équipe ne parlent jamais, ni Bush son maître, ni les politiciens de gauche, ni les journalistes des grandes émissions, émissaires constants de la politique de Sharon. Seuls en parlent les habitants de ces villes qui vivent sous les tirs.
Il me semble que, cette fois, vous avez la description complète de la situation en ajoutant que le nouveau chef des Palestiniens dont on brossait les chaussures bien qu'il soit l'un des membres de l'équipe de tueurs qui ont organisé l'attentat de Munich contre les sportifs israéliens, déclare publiquement qu'il continuera la politique d'Arafat, juqu'à ce que son drapeau flotte sur Jérusalem et qu'il défendra les groupes terroristes armées et qui agissent et tirent, et il dit qu'il les protégera contre l'agressivité israélienne.
Cette fois, tout est dit. A chacun de prendre ses responsabilité et que le Ciel nous garde de nous-mêmes.
Voici le Rav Eliachiv, et ici avec le Rav Messas, zal:

Que le Ciel l'inspire! Vous pouvez imaginer toutes les pressions qui s'exercent sur lui... Il a probablement besoin aussi de nos prières, et tous les autres dirigeants aussi, de gauche comme de droite, d'en haut et d'en bas, et du centre...
J'ai essayé de vous faire part de tous les critères invoqués de tous les côtés.

Maintenant, concrètement, qui sont ces membres de Yahadoute ha Torah qui feraient tomber le gouvernement à 59 voix sur 120.
L'Admor des 'hassidim de Gour veut faire entrer au gouvernement même au prix de la itnatéqoute car, sinon, c'est Lapid et Chinouï qui y entreraient, pense t'il; et il a autorité sur le député Yaaqov Litzman

Mais plusieurs autres ne vont pas en ce sens car ils ne dépendent pas du Rav de Gour comme Meïr Poruch et Israël Eichler, ci dessous, qui dépendent d'autres cours 'hassidiques, des Admorim de Belz, de Sadogora.

et le Rav Avraham Ravits, du courant de Déguél ha Torah est encore un autre cas.

Enfin, le Rav Eliachiv, avant de prendre sa décision et on sait qu'il penche contre la participation car ses députés seraient eux seuls les responsables du vote d'autorisation, vient de renvoyer à l'examen de la Commission des Sages de la Torah, la Moétsate guédolé ha Torah. Cela peut donc encore traîner un jour ou deux.
L'arrière fond de cette hésitation tient à ceci: quelques furent les gouvernements, ces mouvements ont voulu y participer mais aujourd'hui il y a des nouveautés qui interfèrent et changent les données à leurs yeux:
- Sharon a brisé la tradition de coexistence en faisant entrer au gouvernement Chinouï, parti qualifié par certains d'antisémite et de raciste dont la politique déclarée était de briser le monde 'haridi et de l'éliminer de l'Etat. Comment ensuite faire confiance à Sharon qui a commis cet acte et en est responsable.
- Comment lui faire confiance quand ce qu'il a fait était en contradiction avec tous ses dires de respect de la tradition.Ils ont eu l'expérience de nombreux chefs de gouvernements dont les actes étaient contraires aux paroles, ou dont les paroles se succédaient en toute contradiction et Bibi fut empereur en la matière et il donna même Hevrone, et ils acceptèrent. Mais aucun, aucun, n'a constitué un gouvernement attaquant ainsi le monde de la Torah qui est la seule dimension à leurs yeux.
- Aussi ces rabbins essayent d'entrer au gouvernement, de trouver même une solution concernant la itnatéqoute, mais en mettant à Sharon tellement de conditions qu'il lui serait quasiment impossible de fonctionner. En fait, pour eux, la question est comment se débarrasser de Sharon, quelle est la seule voie assurée, et ils cherchent en tous sens dans la réflexion.
- Les partisans de Sharon font valoir que le processus est irréversible et, donc, le Rav Eliashiv a seulement a tenter d'obtenir le maximum de garanties qu'il souhaite; les adversaires de Sharon font valoir au Rav que le combat est en cours et c'est uniquement ce que l'on fera qui l'arrêtera ou le fera se réaliser.

Vous le voyez, ce n'est pas simple, car l'enjeu est grave. Et tout cela reste imprévisible jusqu'à la fin, avec des rebondissements inattendus continuels dans les analyses, les alliances, les contrepropositions, c'est cela la politique israélienne, très mauvais pour ceux qui ont des idées simples du type "la droite ou la gauche ont raison, donc"..
Sharon augmente alors encore la pression et vient d'exiger une décision unanime qu'il a obtenue de Comités du Likoud contre l'objection de conscience. Et les pressions dans les médias favorables à Sharon s'indignent contre les mères qui vont avec leurs enfants aux manifestations, et lui d'elle vient d'être condamnée par la justice pour cela, mais ils ne s'indignent pas que des soldats et policiers viendront extirper ces mêmes enfants de leur maison pour les expulser. On entre dans un grand manège de manipulation médiatique. Dans ce contexte, j'ai été sollicité par des groupes pour donner mon avis public sur ces cas comme professeur de psychologie, psychothérapeute et spécialiste de la psychologie des violences. J'ai refusé, car mon apport n'est pas de fournir des armes à des groupes idéologiques contre d'autres groupes idéologiques, ni réciproquement. Je facilite la réflexion et l'analyse quand il y a des conditions d'écoute.
Dernièrement, j'ai été invité à parler et j'ai accepté sur des problèmes de psychologie collective devant une commission comprenant des députés de la Knesset de différentes tendances, comme je l'ai fait souvent pour les questions de toxicomanie. Le sérieux et la diversité et l'écoute rendent alors l'apport fructueux.

Pendant ce temps-là, le chéri des pacifistes et de Sharon, de Bush et des Européens, le modéré successeur d'Arafat affiche clairement son programme anti-israël et nomme Israël et ses habitants "l'ennemi sioniste", dit qu'il défendra les groupes armés contre Israël, etc. Et les tirs de mortier se font chaque jour plus nombreux sur la ville de sdérote, sans volonté effective de la part d'Israël de les arrêter.
La seule vraie question est seulement: pourquoi veut-on ainsi renforcer ces terroristes, leur donner l'audience, l'immunité effective, l'immunité territoriale élargie quand leur programme, est dit et réalisé par eux (et non pas par des extrémistes de droite israélienne)? De l'intérieur du Likoud l'opposition à Sharon s'élargit sur ce point et les opposants (que Sharon dit aller jusqu'à Bibi) font savoir au Rav Eliachiv qu'ils voteront contre Sharon à la Knesset si cela continue et s'il ne soumet pas sa politique à l'ensemble de la nation par élections ou par référendum, car il n'aurait nullement été mandaté pour la réaliser dans le sens où il le décide. Les opposants les plus durs de ce camp disent qu'il a brisé les règles de la démocratie en manipulant les décisions du gouvernement par renvoi, avant les votes, des ministres qui s'opposaient à son orientation. Ce qui est nouveau, c'est que ces opposants internes sont déterminés à ne pas céder (on verra).
Actuellement, la situation n'a plus rien à voir avec ce qui a précédé la chute de Rabin où il s'agissait de groupuscules fanatiques et prêts à tuer. Aujourd'hui, la rebellion est le fait de masses, de cadres moraux et qualifiés (politiciens, officiers, rabbins) et l'action est sur le plan parlementaire et électoral, non pas sur le plan d'actes fous.
Tout le monde conspire en ce moment autour du pouvoir. Les ennemis fêtent et tirent sur les villes israéliennes, tandis que l'armée a les mains liées, de fait, puisque ces tirs augmentent. La tâche à laquelle on prépare cette armée de "défense" du pays, c'est l'expulsion de Juifs d'une partie de la terre d'Israël. "Bizarre, bizarre", dirait le Dr Knock. Ce détournement de fonctions explique les milliers de signatures de soldats disant qu'ils refuseront les ordres, et ce que l'Etat-major lui-même qualifie d'épidémie de sarvanout, de refus d'obéir aux ordres.
Ce camp anti-Sharon organise une campagne nationale pour démonter l'argument que l'objection de conscience serait antidémocratique et interdite. A cet effet, ils diffusent en tracts ces déclarations de Sharon lui-même auparavant: "Interviewé sur les ondes d’Aroutz Shéva en hébreu, il avait alors affirmé : «En tant qu’ancien militaire ayant passé des années à servir au sein de Tsahal, je peux affirmer qu’un soldat est obligé d’obéir aux ordres. Mais s’il estime que l’ordre qui lui est donné est contraire à sa conscience, il doit personnellement, et il n’est pas question ici de rébellion, se présenter devant son supérieur et lui expliquer ses motivations. Il devra ensuite être prêt à subir les conséquences de son acte». Lien ici.
Envisageant le pire, Sharon reprend contact avec Chinouï!!! Il ferait ainsi un cadeau à la droite car le Rav Eliashiv perdrait définitivement toute confiance en Sharon et ne supporterait pas la reprise de ce scénario anti-Torah délibéré.

URGENCE: CAMPAGNE du PSAUME 81
Voyez aussi les études sur les psaumes 21 et 102.

QUELQUES BELLES IMAGES DU NORD D'ISRAEL POUR RESPIRER: http://www.modia.org/visiter/nord0504.html


Quatre Israéliens ont été victimes du séisme, 3 sont encore disparus. Nombre très faible par rapport aux milliers d'Israéliens qui étaient sur place, Baroukh ha Chém. Les équipes des Affaires étrangères ont été prodigieuses de travail pour localiser tous ces Israéliens.

Les donations pour les sinistrés peuvent être faites en ligne directement à l'adresse du fonds spécial d'urgence du BBI:
https://www70.ssldomain.com/bbitest/giving/fund/disaster_relief/form.cfm   (formule ne permettant pas d'établir un reçu CERFA)
ou par chèque adressé à l’ordre du B’nai B’ rith/Soutien au profit des sinistrés d’Asie du Sud (seule formule nous permettant de vous adresser un reçu
CERFA pour déduction de vos impôts)

envoyé au B’nai B’rith France, 10 rue Saint-Ferdinand, 75017 Paris.


A voir
: Le site qui vous donnera de la façon la plus flagrante la vision simultanée de l'observation continue qu'il y avait "avant-après" le sinistre est celui-ci :
http://www.globalsecurity.org/military/world/indonesia/aceh-andaman-tsunami-imagery.htm

De plus, 15 minutes après le tremblement de terre sous-marin, le Pacific Tsunami Warning Centre de Hawaii (lien ici) avait lancé une alerte à 26 pays. Alors, pourquoi les populations n'ont-elles pas été informées et évacuées d'urgence alors que la distance entre le tremblement et les zones potentielles donnait le temps (plus de 1000 kilomètres souvent).
Il envoie des bulletins de ce type:
TSUNAMI BULLETIN NUMBER 001 PACIFIC TSUNAMI WARNING CENTER/NOAA/NWS ISSUED AT 0640Z 01 JAN 2005 THIS BULLETIN IS FOR ALL AREAS OF THE PACIFIC BASIN... AN EARTHQUAKE HAS OCCURRED WITH THESE PRELIMINARY PARAMETERS ORIGIN TIME - 0259 PM HST 25 DEC 2004 COORDINATES - 3.4 NORTH 95.7 EAST LOCATION - OFF W COAST OF NORTHERN SUMATERA MAGNITUDE - 8.0 MOMENT EVALUATION

et cette carte scientifique (lien ici) vous montre que cette région était la plus surveillée pour l'intensité de ses précédents sinistres de très forte amplitude.
Dans le 1er chapitre de Méssilate Yécharim, le livre de base de la morale juive (moussar), son auteur le Ram'hal explique qu'il écrit son livre car tous connaissent les notions essentielles mais elles ne les ont pas touchées dedans et il veut aider à cette connaissance intérieure (but également de Modia) et il ajoute: "et si tu vas plus profondément dans ce sujet, tu verras que le monde a été créé pour l'usage par l'homme. Et cela doit donner à réfléchir. Car si l'homme va simplement derrière l'apparence et s'éloigne de son Créateur, il se détériore lui-même et il détruit le monde avec soi (ki im haadam nimchakh a'har haôlam oumitra'héq miboreo, hinné hou mitqalqel ouméqalqél ha ôlam îmo) ..." Suite à lire également!
Quand nous disons le Chémâ Yisrael, nous répétons que nous devons enseigner nos enfants dans les paroles de la Torah (védibarta bam), cela veut dire que les parents doivent étudier jusqu'à ce qu'ils soient capables de trouver en eux spontanément ce que dit la Torah de tout problème qui se pose devant soi (ainsi d'une catastrophe faussement dite naturelle), et d'éclairer alors les enfants sur cet éclairage de la Torah en citant les mots de la Torah; et, par cette attitude parentale, l'enfant se formera à son tour par lui-même en ce sens et sera capable de s'auto-piloter.

Rabbénou Moché 'Hayim Luzzatto, dit le Ram'hal (lien ici)
Il est né à Padoue (1707-1746), et fut un prodige d’intelligence, de savoir et de créativité dès sa jeunesse, tant dans les connaissances juives que dans les connaissances profanes. Il dut affronter de terribles persécutions suscitées par la jalousie et la médisance, et s’exiler à Amsterdam. Plusieurs de ses œuvres sont des classiques pour la formation de la pensée juive, de la 'hassidoute et du moussar (la morale) (Méssilate Yécharim, Dérékh Hachém, Daâte Tévounote). Sa méthode d’introduction à l’étude du talmud (Dérékh Tévounote, La voie de la compréhension, 1742) est moins connue ; il sait y allier, comme dans ses autres œuvres, une expression claire et la flamme de l’amour de la Torah, utilisant toutes les ressources de la raison chez l’étudiant dans cette ligne ouverte proposée par le Rav Qanepanetone qui est la base de l'enseignement du Talmud sur Modia. Le Gaone de Vilna dit de ses œuvres qu’il n’y manque pas un mot et qu’aucun n’est superflu.

Dernière minute: la question que nous avions soulevée commence aussi à venir à la surface
1. en (BBC News Thaïlande):

avec la description précise et visuelle du phénomène (lien)

2. Un spécialiste répond: (lien)


Nécessité. Modia pose une question humaine et morale et d'éthique scientifique:
pourquoi n'a-t'on pas informé les populations au sujet de l'immense phénomène sousmarin et de surface qui se produisait, alors qu'on a maintenant l'observation continue par satellite avec diffusion instantanée de ces images les plus précises même sur les profondeurs, et leur analyse à tous les services de sécurité dans le monde et à tous les services scientifiques? Et qu'on avait le temps d'avertir ces populations? On n'est plus au temps du Titanic.

Soyons réalistes, souvenez-vous du grand scandale des organisations humanitaires et du problème des produits alimentaires distribués pour détacher les gens des puits en Afrique, ce qui les a fait immigrer vers les banlieues des villes où ils sont maintenant les plus grands consommateurs d'antidépresseurs sur leurs ressources minimales. Terrible et vrai. Ce problème est plus grave que celui du SIDA en Afrique, et délibérément organisé Je ne dis pas du tout que ce fut aussi cynique cette fois, mais qu'il faut avoir cette connaissance de la réalité pour réfléchir dans ce monde de coquins, quand on découvre un tel scandale... inexplicable qui tourne déjà au bizness.

Ma question réaliste et terrible est à entendre avec cet arrière plan donné aussi par le journal Le Monde du 31 décembre (lien ici) :



La preuve de l'impossibilité de parler d'imprévision:
voyez ces sites très nombreux: http://www.pcigeomatics.com/
http://www.globalsecurity.org/eye/andaman-sri-lanka.htm
Vous y constaterez que cela était analysé, suivi, commenté, mais les populations pas averties, pas déplacées; ce qui compte, c'est la science pour le contrôle sécuritaire permettant lui-même le contrôle économique, mais pas l'aspect humain, pas la vie humaine qui est jaugée en termes de consommateurs.

Notre "hypothèse": elles n'en valaient-elles pas la peine économiquement, aux yeux de ces puissances, ces populations pauvres.

Soulevez ces questions, faites-en débattre, cela est important. On ne peut pas laisser passer cela de cette manière en ne voyant que l'aspect médiatique et caritatif de l'événement. Il y a la dimension mondiale du manque de responsabilité éthique à l'échelle du village planète maintenant.

Preuve: dès maintenant, ces organismes commencent à diffuser avec intérêt scientifique les images comparatives "avant-après" qu'elles avaient en suivi : un seul exemple:
http://www.globalsecurity.org/eye/andaman-maldives_comp01.htm



Voici un autre exemple probant; d'abord la qualité de précision des images prisees de satellite:

Maintenant, vous aurez la preuve que les zones étaient filmées en permanence et que, seulement, on n'a pas informé car voici une vue après le désastre et vous constatez que les fonds soumarins sont très analysables:

et voici la preuve, par exactement la même vue avant, que les satellites filmaient toutes ces régions:

Voyez ici le lien avec le site qui les diffuse.Et ils sont nombreux à le faire en permanence.
Mais, direz-vous, c'est la source de la rupture sous-marine qu'il aurait fallu voir. D'abord, la propagation en surface aurait pu être diffusée bien longtemps avant l'impact. Ensuite, il n'y a plus aucune difficulté aujourd'hui pour ce que l'on nomme: Submarine Groundwater Exploration by Satellite Images, voyez ces sites: celui-ci, et celui-ci qui vous montre que la localisation des fonds sous-marins est très courante et suivie par satellites, et on parle aujourd'hui de suivi immédiat dans le temps pour les phénomènes sous-marins, observation que l'on fait pour les volcans dans la mer (A near-real-time system which links instruments located in the caldera of an active submarine volcano), et voici un exemple de suivi sur des fonds de -2000 à -4000 mètres. Donc qui voulait savoir le pouvait dans les cercles responsables.

Et n'excusons pas en disant qu'on ne savait pas car ce serait nouveau. Faux: voyez les sites d'archives scientifiques de ces phénomènes: http://www.pacificworlds.com/haena/memories/memory4.cfm
Et sur ce site de journalisme cybernétique, on a les images en direct de l'avancée du phénomène.
http://www.cyberjournalist.net/
Il était même déjà dessiné en reportage de bandes dessinées dès le 18e et le 19e siècle au Japon: lien ici. Donc, ne parlons pas d'imprévu.
D'innombrables sites d'observation digitale montrent en continu les images de ces phénomènes et leur arrivée vers les côtes avec la plus grande netteté et précision (exemple: http://www.digitalglobe.com/sample_imagery.shtml).
Donc on revient à LA question, pourquoi n'a-t'on pas informé de l'imminence du danger? Entre ceux qui savaient, et les zones économiques pauvres sur place? Le monde devient une immense Egypte pharaonique gérée par les jeux boursiers.

Le respect de la vie humaine ne compte pas encore dans ces paramètres, un peu cependant dans son aspect médiatique.

Et quand je présente de tels faits ou exemples d'indifférence (comme ceux que rapporte tous ces jours-ci et à son honneur le journal Yehiyote a'haronote), certains lecteurs sont furieux et annulent leur abonnement en disant: "on vient étudier la torah et pas se poser des questions de comportement, et surtout pas quand cela peut toucher à la politique".
C'est comme m'a dit un jour un éditeur qui me devait une coquette somme de la vente de mes livres car il n'avait rien réglé depuis le début, et à qui je disais: "je ne comprends pas, vous affichez que vous êtes religieux et vous me faites cela", et il m'a répondu cette perle: "ah! si vous mélangez les affaires et la religion...".

Bref, à l'échelle individuelle, les journaux israéliens continuent à publier, à leur louange, non seulement les images émotionnelles, mais ils veulent nous interpeler comme peuple juif, et ils publient les différents types de comportement: ils louent l'attitude de "mitsva" d'une jeune fille israélienne seule dans une région du désastre et qui a mis son téléphone portable à la disposition de tous pour informer et a eu une note astronomique à régler... que la société israélienne du téléphone lui a remboursé intégralement ainsi que son billet de retour.
Et ils publient aussi une photo d'un groupe d'une 30 de jeunes israéliens en goguette au coeur même de ces évènements qui se réjouissent de fêter là-bas "Sylvester" (la nuit de la St Sylvestre), en refusant de quitter ce "paradis", malgré les informations maintenant données de la possibilité d'épidémie et surtout de nouvelle vague retardataire probable d'après les scientifiques. Je ne veux pas vous retransmettre cette photo indécente. Ils publient cela pour nous interroger. Ce journal interroge, pas moi seulement. Et il m'interroge aussi, à mon échelle sur ce que je fais ou non pour ces nouveaux pauvres dont la proportion augmente et qui ont faim autour de chez moi, de chez nous tous.
Tout cet exposé nous pose aussi une dernière question, celle de la torah de "vie". Combien de fois j'ai entendu des rumeurs mauvaises envers ceux qui donnent: "cela est suspect, c'est certainement intéressé, il doit y avoir un avantage dans des histoires de femmes derrière cela, ils se font valoir ainsi, ils mettent les autres en dépendance, etc." Non, il peut y avoir dans le peuple juif ceux qui ont, ceux qui savent et qui ne partagent pas, ceux qui n'ont pas eu cette véritable formation au don, à l'image du don gratuit et perpétuel du Créateur, c'est tout. Dans l'ouvrage de questions et réponses (Chéméche ou maghéne, vol III, page 330), qu'a publié le Grand Rabbin de Jérusalem, Ribbi Chalom Messas, zal, il lance un de ces appels aux rabbins pour leur rappeler cette responsabilité du don véritable à réaliser, et il les interpelle vigoureusement: "descendez dans la rue pour partagez ce que vous savez quand les autres meurent de faim dans l'ignorance de la vraie Torah de vie".
C'est cet appel que je répercute sur le site de Torah quand je parle de ces questions qui sont de "coexistence" et "d'existence vitale", mais non pas "de la politique".
Avec parfois de l'agacement, quand les politiciens parviennent à nous fausser le jeu, comme en ce moment où les questions sont vitales en Israël et pour Israël et qu'ils se préoccupent "d'une seule" chose depuis des jours et des jours: comment contourner les lois fondamentales de l'Etat pour donner à Péres la place d'honneur qu'il désire, comme étant "la" question. Pendant ce temps-là, les obus, la faim, la pauvreté, le chomage, etc.

Le judaïsme interdit parfois de compter ou de recenser les humains pour ne pas les ramener à des chiffres. La Torah donc nous enseigne de ne pas voir le record en quantité dans la catastrophe, ni la mondialisation mais de prendre comme si chaque personne est ressentie et comprise dans sa réalité. C'est un drame personnel et familial chaque fois, et seulement cela. Traduisons-le par cette image où la mère, le père et l'enfant sont là dans leur être vrai. Et par cette rencontre avec ces épouses de pêcheurs dont tous leurs maris ne sont plus revenus. Et ne nous laissons pas prendre par le sensationnel, ni le record. Ni surtout par les chiffres économiques


C'est la sensibilité qui doit nous donner le regard et la réaction: "Vé ahavta lé raâkha kamokha, Tu aimeras les autres comme toi-même".
Nous devons réagir en sensibilité et détermination et réalisation comme l'a fait Myriam envers les siens en Egypte comme il nous l'est expliqué pour nous l'enseigner dans la paracha Chémote (relire son commentaire ici). Les ancêtres hébreux sont allés en Egypte parce que le monde était déjà un "petit village" et redresser le centre culturel sur ses bases aurait sauvé l'humanité entière. C'est pour cela que le rôle des femmes et des sages-femmes fut si important: il fallait rebâtir la société sur la tendresse familiale et non pas sur la politique. La tendresse sauve tout, dit la chanson. C'est la caractéristique de la société humaine que propose le judaïsme. C'est pour cela que les grands comme le Ari, zal, disent que le nom des femmes hébreux, les îvriyotes, a la même guématria que l'ensemble des noms de D.ieu. Pour nous indiquer que leurs qualités de tendresse humaine où l'autre est ressenti comme un enfant à aimer et sauver, c'est cela le plan divin. Aujourd'hui, comme alors, c'est uniquement dans les drames que les humains, hélas, sortent un peu de leur carapace pour ressentir un peu et se renouveler. Y parviendra-t'on, ou déjà calcule-t'on les profits commerciaux, les économies, les marchés, les influences, que l'on peut s'assurer?



Les habitants Juifs de Gouch Katif, menacés de transfert, lancent un appel: "venez planter vos racines en plantant (lien ici) dans la région de Gouch Katif pour la fête prochaine de Tou Bi Chvat"
et ils reçoivent un soutien inimaginable du... Président de la Knesset sur papier à en tête officiel et il provoque ainsi directement Sharon qui veut liquider rapidement ces localités juives. Voici le document. Il faut être exactement informé, Modia vous transmet les informations "significatives" et susceptibles de réflexion de tous côtés, pas toutes les nouvelles.

30 décembre, Des nouvelles pour essayer de réfléchir selon les valeurs juives à partir de là, chacun individuellement, moi aussi.
Avez-vous exploré les nombreuses rubriques du commentaire de la paracha de cette semaine? Chémote:
les bases pour réussir à ce que notre peuple renaisse en vivant ensemble la beauté du destin du judaïsme dans la Torah.

Lire cet encart qui comporte une adjonction, et après l'encart des nouvelles d'aujourd'hui.

S.O.S pour la société israélienne et examen de conscience
Le problème évoqué le 28 dans ce tableau jaune est encore mis en évidence par les médias, le 29. Les envoyés des Affaires étrangères qui recherchent par tous les moyens les jeunes Israéliens dans les hôtels, par l'utilisation bancaire éventuelle de leur carte de crédit parviennent progressivement à réduire de quelques centaines le nombre des cas que l'on pensait disparus et à rassurer les familles. Ils relatent qu'ils se heurtent à l'incompréhension de jeunes adultes qui ne pensent pas encore à utiliser leur téléphone et à qui ils doivent prêter le leur pour faire état de leur existence pour atténuer l'inquiétude et la douleur. Les phrases rapportées ou entendues en direct sont "ana'hnou bésséder, ma ha paniqa (nous allons bien, qu'est-ce que c'est que cette panique!" (dirent-ils bé adichoute, avec indifférence, rapportent les envoyés), yachavti ba séviva vé néénéti mé ha 'havaya (je n'étais pas loin et j'ai bien joui de l'impression intense de ce qui s'est passé), tafsiqou la'hats (arrêtez cette pression), al taaressou lanou éte ha tioul (ne nous démolissez pas notre voyage)"? Vous voyez que les lignes suivantes étaient objectives. Relisons-les pour nous poser les vraies questions que cela pose.

Ceci ne concerne pas que les Israéliens mais tous les Juifs car la direction de ce que le peuple construit est une tâche commune, et inévitablement basée sur la Torah commune.
Je vous décrivais ci-dessous l'écart considérable entre l'angoisse de nombreux parents en Israël et le non souci de les contacter de la part de leurs nombreux enfants qui visitent la lointaine Asie. Maintenant ce phénomène commence à être décrit sur les grands sites comme un fait (voyez ici Yédiyote a'haronote).

Mais nous devons essayer d'analyser et de comprendre ce phénomène, et de pas le prendre comme un simple fait sociologique. Pourquoi? Parce qu'il a une ampleur, chez de très nombreux jeunes, éloignés les uns des autres, qui n'ont eu aucune conscience de l'angoisse que la situation suscitait dans leur propre famille, ni de l'ampleur du désastre autour d'eux, et qui ont continué tout simplement à prendre leur kéf (plaisir personnel) sans se soucier ni des autres autour d'eux, ni de leur famille. Et très fiers de le dire comme tel. Cette évasion de la réalité humaine et affective pose une grande question sur l'éducation familiale et globale dans la société israélienne. Et tous se plaignent de cette rapide évolution.
Il va de pair avec la montée de l'agressivité dans les relations sociales que l'on rencontre depuis l'école et contre les enseignants, ou entre groupes d'enfants différents. Il va de pair avec la vulgarité de leaders en politique envers les pauvres et les minorités autres qu'eux.

Il est clair que ce phénomène des réactions de jeunes s'est révélé cette fois comme surréaliste et schizophrène, ne prenant pas l'autre comme être humain et ne prenant pas la réalité comme règle de base, mais privilégiant le seul intérêt personnel à un tel degré.
Quand cela est ainsi révélé à l'occasion d'un drame "humain" d'une telle dimension, cela devrait entraîner une REFLEXION généralisée et commune, séparément chez les jeunes et chez les parents, mais aussi ensemble dans des groupes de réflexion.
En ce moment, en Israël, le ministère de l'Education se rend compte qu'il y a une crise mais il essaie d'y répondre par des modifications de programmes sur 5 jours au lieu de 6, par exemple (rions) ou par l'augmentation du niveau en mathématiques. Ou en voulant supprimer la spécificité religieuse des écoles du secteur sioniste en ne permettant plus le 6e jour consacré souvent à la préparation du Chabbat, ni les heures de prières à l'arrivée et hors programme dans ces écoles volontaires et qui seraient mieux utilisées sur les matières profanes, dit-on. On sait parallèlement la persécution véritable d'un certain parti contre le judaïsme religieux. L'exemple de la vulgarité vient souvent d'en haut et les jouxtes des députés sont souvent en ce sens et lamentables et sans aucun fard, comme une gloire d'être vulgaire dans l'agressivité publique contre l'autre.

Souhaitons que le fait que l'explosion se soit faite si intensément à l'intérieur de nombreuses familles n'ayant aucun point commun entre elles, et non seulement dans des dimensions sociales limitées (comme les rixes se terminant mal à la sortie de boites de nuit fréquentées par les jeunes et ayant bu), réveillera les responsables sur l'importance de l'attention à autrui et de la responsabilité dans l'éducation, comme une base personnelle et collective essentielle. Et de ne plus pourchasser l'héritage juif qui met justement ces qualités comme base de la morale et de la religion.
Il est bon que la paracha de la semaine soit Chémote qui nous éclaire sur le redressement de la société juive qui est nécessaire, mais que cela commence dans la relation entre parents et enfants. Lien ici.
Stop au détournement vers les seuls problèmes politiques, pour mieux aller vers l'égoïsme qui choque tant dans une nouvelle société que nombreux nouveaux cadres politiques dans différents partis veulent imposer: argent, dollar, société de profit personnel, utilisation de l'Etat et de la politique pour la manipulation des intérêts de petits groupes coalisés.
Il faut revenir aux valeurs simples et d'émoi réciproque et d'aide fraternelle, Myriam nous l'enseigne dans la paracha Chémote (lien ici)., le psaume 34 (lien ici) nous l'enseigne comme la base de toute la religion à l'exemple du don du Créateur.

Sur Modia, nous avons lancé le SOS sur la fraternité (lien ici) et sur l'écoute sincère avec la campagne du psaume 81 (lien ici). Lire et relire cette étude.

Comment faire passer cela dans l'éducation? (lien ici).

Ouvrons partout le débat, il est urgent, car on ne peut pas continuer à bâtir l'idéal de l'enfant juif comme petit roi, jewish princess (sous prétexte que la vie a été difficile dans les générations précédentes ou le sera peut-être pour lui ou pour elle) et s'étonner ensuite des dégâts que la presse rapporte, même dans les "bons milieux" ou dans les "bonnes écoles" ou la violence ensuite dans les couples. Arrêtons de détourner ce problème de base de la vie en le camouflant derrière la politique, vue de plus comme un sport où la haine est enfin autorisée et valorisée contre les semblables.
Face au séisme, on se précipite maintenant en panique avant que les milliers de corps ne soient enterrés et qu'un corps de jeune juif serait ainsi enterré. Cela est bien, mais il faudrait la même panique pour la nécessité éducative des jeunes.

Restent encore 32 israéliens non localisés ou disparus dans le séisme, les autres sur environ 800 qui ne se signalaient pas et ont été progressivement localisés par les efforts intenses des envoyés des affaires étrangères qu'on doit louer infiniment. Deux israéliens viennent encore et seulement de se signaler. Les autres, parmi des milliers se sont signalés rapidement. Il y aurait une dizaine de victimes.
Nous ne pouvons pas, sur Modia, participer directement à l'aide, sinon par la réflexion, la prière, et en incitant chacun à participer financièrement à l'aide aux 5 millions (dit-on maintenant) de réfugiés privés de tout. Nous sommes un seul Adam sur toute la planète. Nous devons partager. Il n'y a pas de loin ou proche en ces heures.

Quelques organismes mandatés pour recueillir les dons pour aider les victimes:
http://www.ajws.org/index.cfm?section_id=15
http://www.beliefnet.com/story/158/story_15859_1.html
http://www.command-post.org/nk/2_archives/018256.html

Nouvelles politiques:
Les Palestiniens continuent à tirer sur les localités juives. Sharon se fache et dit qu'il a donné le feu vert à l'armée pour réagir, première déclaration aussi claire. Depuis plus de 5000 tirs de mortiers et missiles. On verra... Pour l'instant rien de changé dans le rythme quotidien des tirs. Rien. Hélas.

Sharon a réuni tous les ambassadeurs d'Israël et les a dopés: n'ayez peur de personne, ni de leur dire comme je le fais à tout officiel de tout pays que Israël a le droit d'être sur la terre qui est celle de sa constitution dans l'histoire, c'est essentiel de le rappeler à l'heure où cela nosu est contesté dans le monde. Il y en a un qui, ensuite, à dû leur faire part de sa colère de ces paroles, c'est le Chef du gouvernement Sharon quand il leur a expliqué comment rendre compte de la politique d'Israël de se retirer de la Bande de Gaza, et comment répondre à l'étranger sur les questions concernant les habitants juifs de Gouch Katif qui refusent d'être expulsés et transférés alors qu'ils sont sur la terre de (voir le discours de l'autre Sharon ;-)) Messieurs les Ambassadeurs, c'est votre métier d'être diplomates et de savoir dire la chose et son contraire. Bonne santé!

Embarras de Sharon face à une situation imprévue. Il déclare sur les ondes que, maintenant, tout va aller très vite et que le vote fonal se fera dans un mois sur son plan de itnatéqoute (coupure de la Bande de Gaza et transfert des Juifs). Il n'avait pas du tout imaginé que l'opposition allait venir si efficacement de l'intérieur. La commission sur la légalité des propositions de loi (véadate ha 'houqa) examinait la loi sur les dédommagements ('hoq ha pitsouyim) après la 1e lecture (qéria richona) et avant les 2e et 3e votes qui devaient être une formalité et tout le processus serait passé. Elle a été bloquée par 8 voix pour et 8 contre, et ne pourra revenir à l'examen qu'après l'acceptation du budget (taqsiv) dans un mois s'il passe. Comment? Les représentants du Likoud, parti de Sharon ont voté (hitsbiou) contre (néguéd) la clôture de la région (séguirate ha chéta'h) par l'armée et aux peines (onéchim) qui seraient infligées aux opposants au transfert (pinouï).
Les opposants Likoud dans le vote (atsbaâ) furent le président (yochev roch) de la coalition (!) Guideone Sar, ainsi que Noemi Blumenthal Guilad Ardane et Yuli Edelstein (dans l'ordre des photos).


De plus, alors que Sharon essaie de faire entre les 'haridim achkénazes de Yahadoute haTorah, leur représentant, Avraham Ravits a reçu la prescription de s'opposer de la part de la référence suprême de ce monde, le Rav Yossef Chalom Eliachiv, le posseq (décisionnaire) incontesté du monde achkénaze.
Et il a ajouté: "tant qu'ils ne sont pas dans la coalition, ils ne doivent rien" (kol ôd ha 'haridim éinam ba koalitsia, eine hem 'hayavim la davar).

Sharon va réagir en essayant d'éliminer de la commission ces opposants du Likoud. Il a qualifié d'extrèmement grave ('hamour méod) ce qui s'est passé, surtout que le président de sa coalition s'oppose à son plan dans les votes. Le comique, c'est que la gauche est en colère (zaamou) de se qui se passe dans ... le Likoud et exige de Sharon qu'il mettre de l'ordre dans son parti pour qu'il puisse appliquer leur politique comme il le veut, et qu'il vire le président de la coalition. Tout est possible parmi les politiciens israéliens. Et au vu et au su de tous les électeurs, sans aucune boucha, honte. Chalom Akhchav attaque dans une direction imprévue: contre Sharon qu'ils accusent de ne pas être sérieux (rétsini) déterminé à faire la politique de gauche qu'il prétend faire!!!
Sar, le président de la coalition n'est pas ému (lo itraguéch) de tout ce bruit. Et il répond: "je n'ai de comptes à rendre qu'aux électeurs qui m'ont envoyé (ché che'hou oti) à la Knesset". La droite demande à Sharon de laisser les députés voter selon leur conscience (léfi matspounam). Les opposants au plan Sharon dans le Likoud ont demandé au parti Yahadoute ha Torah... de ne pas entrer dans le gouvernement avec le Likoud car cela seul pourra empêcher la réalisation du plan Sharon de transfert des Juifs.

Sur le terrain, pour la seconde fois, la commission nommée par Sharon pour organiser le transfert n'a pas pu aller tenter de rencontrer les habitants qui se sont opposés à la progression de son bus pendant des heures, et qui ont du rebrousser chemin. Plus dur encore, un groupe propose des mesures extrêmistes (il n'y a pas plus) de suicide collectif si Sharon passe a l'action contre les habitants pour les transférer. La menace est prise au sérieux car on sait que, en cas extrêmes ou jugés comme tels par eux, des collectivités juives se sont suicidées à diverses époques dans l'histoire, non seulement face aux Romains mais également en Europe, en Angleterre. Jusqu'où fait-on déraper notre peuple vers l'auto-destruction?


Ici, archives des bulletins précédents