Vivez comme en Israël
Modia offre ici aux lecteurs une INFORMATION historique, biblique et actuelle
sur les débats israéliens en cours,
sans proposer de position sur l'immédiat. (page en évolution)



 
Les faits sur la destruction du Mont du Temple
Le débat sur ces dévastations 
La position du Grand Rabbinat d'Israël
et celle de personnalités de gauche


La pétition


Le Mont du Temple, camp d'entrainement des enfants contre Israël
La carte proposée par  le gouvernement Baraq à Arafat

Rappel : la terre d'Israël selon la Torah

L'alliance Vatican-Arafat contre la Jérusalem juive 
Le plan d'Arafat dit par lui-même et le djihad
La position de Sharanski face au Premier ministre
Les Sages de la Torah face au Rav Ovadia YossefLes données et positions sur le Golane
Tous les sites des tendances opposées dans le débat politique israélienLes sources d'eau d'Israel

Le débat sur les dévastations du Mont du Temple
Vivez au quotidien -comme les Israéliens- ce point sensible au coeur de tout juif qui prie ou qui aime Israel ou Jerusalem.
Ici, voyez la pétition qui demande au Premier Ministre de faire arrêter la dévastation du Mont du Temple

 - 3 juillet. 2100 enfants arabes sont réunis pour un camp d'été sur le Mont du Temple autour du thème : la lutte contre les implantations israéliennes. Il sert ainsi de formation à la prochaine intifada. Un second camp identique se déroule à  Kalkilye.

- 3 juillet
- Le Grand Rabbinat d'Israel a délibéré et tenu une conférence de presse dans laquelle il a apporté un démenti formel aux informations concernant sa position selon lesquelles il serait d'accord pour une administration palestinienne du Mont du Temple . Il a déclaré que 
- le Mont du Temple est le lieu le plus saint sur la surface de la terre,
- le Grand Rabbinat d'Israel n'a jamais accepté l'administration palestinienne sur le Mont du Temple,
- il voit avec gravité les travaux réalisés dernièrement qui représentent une grave violation du statu quo en vigueur depuis 1967,
- il condamne tous les travaux qui se font actuellement sur le Mont,
- il en appelle au gouvernement pour qu'il agisse avec toute sa force pour empêcher tous travaux sur le site saint.
- il renouvelle sa position constante sur l'interdiction pour les Juifs de monter sur le Mont du Temple, position reconnue par tous les Conseils rabbiniques."
Sur ce dernier point, Le Grand Rabbinat n'a donc pas accédé à la demande citée ci-dessous de réexaminer les décisions halakhique en vigueur.

- 2 juillet.  Le Grand Rabbinat d'Israel va délibérer sur la demande du Député de la Knesset, le Rav Binyamin (Béni) Elon de réviser la décision halakhique de 1994 interdisant aux Juifs de monter sur le Mont du Temple. 
Sa thèse est la suivante : aucun Juif ne conteste actuellement qu'il est interdit aux Juifs d'entrer dans les zones saintes du Temple puisque les Juifs n'ont plus les moyens de se rendre purs avant d'y pénétrer, mais le Mont du Temple comporte de nombreuses zones externes sur le plateau qui sont simplement des extensions de la période d'Hérode et qui ne représentent aucun caractère saint. La décision de ne pas y pénétrer est simplement une mesure de prudence pour que des ignorants ne franchissent pas les limites permises. 
C'est dans ces zones qu'il est aujourd'hui demandé de pouvoir pénétrer pour y prier en se rapprochant ainsi du point central de la prière, dans la mesure où cela serait organisé sérieusement.
Cette demande est motivée par l'abandon de facto par le gouvernement et par les mesures de destructions des arabes qui veulent éliminer tout signe de présence juive sur le plateau du Temple.

- 30 juin. Les autorités jordaniennes du Comité de supervision du Mont du Temple indiquent dans une position officielle que tout essai par Israel de changer le status quo sur le Mont sera considéré comme une déclaration de guerre religieuse et ne sera pas toléré, pas plus que les critiques sur les nouvelles constructions.

- 30 juin. Le Grand Rabbin sépharade d'Israel, le Rav Eliyahu Bakshi-Doron, ayant déclaré (dans le sens du gouvernement) qu'il est pour le respect du statu quo. L'Agence de presse IMRA lui a demandé si sa déclaration inclut qu'il est favorable au statu quo dans la destruction archéologique par les arabes et dans les sermons du Vendredi à Al Aksa qui appellent à la destruction d'Israel et au Jihad. Sheika Rosenfeld, porte-parole du Grand Rabbin, a répondu par fax disan "que nous exprimons notre déception pour les constructions et destructions qui se sont produites sur le Mont du Temple récemment".
L'IMRA est revenue en posant à nouveau sa question : "vous n'avez pas répondu concernant les incitations dans les sermons du Vendredi".
La porte-parole  a répondu : "Le Grand Rabbin n'est pas un personnage politique mais un homme de consensus, il n'est pas responsable de ce qui se dit dans Jérusalem ou haors de Jérusalem".
IMRA a repris : "cela veut-il dire que, en ce qui concerne le Grand Rabbin, le statu quo peut inclure que chaque Vendredi un appel au Jihad soit émis à partir du Mont du Temple?
Rosenfeld : Non.
IMRA : Mais il ne considère pas cela comme son problème ?
Rosenfeld : Je ne dis pas que ce n'est pas son problème mais que ce n'est pas sous son autorité.
IMRA : Mais le Grand Rabbin a t-il quelque chose à dire à ce sujet ?
Rosenfeld : Ce n'est pas un sujet qui est à l'ordre du jour publiquement, mais je n'ai aucun doute qu'il prendrait position contre cela.
IMRA : Mais il ne parlera pas publiquement à ce sujet ?
Rosenfeld : S'il en parle, c'est avec les autorités concernées et non avec les journalistes.


29 juin. Le Maire de Jérusalem, Ehud Olmert, interpelle le gouvernement pour qu'il fasse stopper immédiatement la dévastation illégale du Mont du Temple par le Conseil islamique du Wakf, piloté par Arafat, qui transforme le lieu en site Islamique de facto. Il précise que la police a tous moyens pour faire arrêter ces travaux.

En réponse, le Conseiller de Sécurité du Premier ministre Barak, Danny Yatom, déclare en son  nom qu'il se réjouit de la position du Grand Rabbin sépharade Eliyahu Bakshi-Doron, qui en appelle à l'observance du maintient du statu quo pour éviter des soulevements arabes.
Yatom ajoute explicitement que le Premier ministre autorise les travaux et constructions faits par le Wakf en coordination avec la Police et les Autorités archéologiques.

Des manifestants qui protestent contre ces travaux sont attaqués par les arabes, la police arrête cinq arabes.

Un comité composé des archéologues  (Israel Antiquities Authority, IAA) et de députés et de personnalités politiques de tout l'échiquier proteste contre la position du gouvernement qui est qualifiée de scandaleuse face à la destruction du caractère juif du Mont du Temple et du saccage irréparable des restes archéologiques du Mont du Temple. Ainsi, Barak a réussi à faire en Israel l'union de tous (comme il l'annonçait dans son programe), et cette fois pour Jérusalem et pour le Mont du Temple, religieux et non-religieux ensemble : un miracle ! Il reste que le gouvernement couvre les faits.


29 juin.
(Le Premier miinstre rencontre les représentants des professionnels qui lui exposent la situatuation archéologique désastreuse sur le Mont du Temple. Il approuve les recommandations de la Police (disant que tout va bien) et affirmant l'importance du statu quo. IMRA fait remarquer que cela contribue à laisser faire. La réponse est que les mesures prises sont secrètes.
Une pétition est lancee pour demander au Premier Ministre de faire arrêter la dévastation du Mont du Temple



28 Juin
Le Mufti de Jérusalem  Sheik Arama Tsabari déclare que le Wakf n'a jamais demandé et ne demandera jamais de permis pour les travaux qu'il exécute.

---------
28 juin
Le Grand Rabbin sépharade, le Rav Eliahu Bakshi-Doron déclare qu'il est pour un compromis sur le Mont du Temple qui est la continuation du statu quo qui place le contrôle du Mont dans les mains du Wakf. Il propose la création d'un comité tripartite interreligieux pour traiter des activités qui se déroulent sur le Mont. Il dit qu'Israël n'a aucunement l'intention de détruire Al Aksa ni de rebâtir le Temple contrairement à ce que disent les musulmans dans leurs incitations.
L'Association  El Har Hashem , qui défend les droits des Juifs sur le Mont du Temple, déclare qu'elle est déçue et stupéfaite des déclarations du Grand Rabbin.



20 juin
Des personnalités de la gauche israélienne parmi lesquels Mayor Teddy Kollek,  A.B. Yehoshua, Yehuda Amichai , etc, demandent l'interdiction des travaux et d'intruments de démolition et de construction sur le Mont du Temple.



La carte proposée par  le gouvernement Baraq à Arafat,
selon le journal israélien Yédiyote A'haronote du 19 mai 2000.
Légende :
en vert foncé : souveraineté israélienne temporaire
en brun : souveraineté palestinienne
en blanc : souverainemeté israélienne
Près de Hertsliya et Natania, la largeur d'Israel ne dépassera pas de 15 à 18 kilomètres.
92 pour cent de la Judée et de la Samarie sera remise à Arafat.
Retour aux frontières de 1967.
Nombreux villages habités par des Juifs passent sous contrôle palestinien ainsi que près de 100000 habitants juifs.
Abandon des sources et eaux nécessaires à Israël
(Source : le site www.moetzetyesha.co.il de la Collectivité locale des implantations de Judée et Samarie).

Le 3 juillet, les experts hydrauliques de l'Etat informent le Premier ministre que son plan  sur le remise des terres aux Palestiniens porte atteinte aux sources d'eau d'Israel et aux sources d'eau du Lac de Tibériade.


Modia transmet cette information.
De même, Modia vous transmet les autres points de vue , ceux du gouvernement israélien.
A chacun de juger, ce n'est pas notre fonction.



Début juin 2000
UNIS DANS L'ASPIRATION A LA PAIX... Mais...
Donner un peu, donner beaucoup de la terre d'Israël, ou pas  du tout, ou presque tout, pour avoir la paix : nous sommes divisés sur la tactique à adopter. Nous votons entre nous contre nous dans un sens ou dans l'autre. Cela est notre problème interne, nous luttons entre nous pour nous prouver entre nous qui a raison. C'est une illusion de penser que cette paix est à faire uniquement entre nous. C'est avec l'adversaire qu'il faut la faire. 
Cette main tendue que veut-il en faire ? Ce n'est pas à nous de le dire à sa place comme c'est trop souvent le cas, mais nous DEVONS écouter ce que lui nous dit. Nous avons reçu cette semaine deux messages clairs, non pas d'un parti israélien de droite ou de gauche, mais de l'autre main que nous voudrions serrer :
- Arafat a dit : "que les choses soient claires et qu'on ne se fasse aucune illusion, il n'y aura ni paix ni calme dans la région tant que Jérusalem ne sera pas la capitale de la Palestine".
- Son "ambassade" en Iran qui parle en son nom a déclaré encore plus explicitement ceci, rapporté intégralement par l'agence iranienne de presse :
Voici la traduction 
"L'envoyé palestinien dit que les Combattants Libanais sont un modèle
pour la libération, Téhéran, Premier Juin, IRNA -L'ambassadeur de
Palestine en Iran, Salah Az-zawawi, a dit à Téhéran jeudi que la
victoire des combattants libanais qui ont expulsé les forces
d'occupation sioniste du Sud Liban démontre que le raccourci pour la
libération des terres occupées est le Jihad.

Parlant à IRNA dans le cadre de la Conférence Internationale sur
l'impact des vues de feu l'Imam Khomeini quant aux Mouvements
anti-Sionistes, l'ambassadeur a déclaré que le régime sioniste n'a
jamais tenu ses promesses envers les pays arabes au sujet du retrait des
territoires occupés.

Az-zawawi a dit que compte tenu du comportement de l'état sioniste, la
seule voie à prendre pour libérer Qods, La Sainte, des terres occupés
est "le Jihad". Il a apprécié les vues de feu L'Imam Khomeini contre le
régime sioniste et a dit que feu l'imam avait une opinion très juste du
régime sioniste.

Az-zawawi a également admiré les directives du Chef Suprême à la Nation
musulmane de Palestine et a dit que ces directives servent non seulement
les intérêts de la Palestine mais aussi ceux de toutes les nations
opprimées.

Il a dit que l'Ayatollah Khameini a adopté la même position idéologique
que celle de l'Imam Khomeini au sujet des forces occupantes de
Palestine." (traduction Mayissa Dufour).

et voici ce même texte intégral diffusé en anglais par l'Iran :
"Palestinian Envoy says Lebanese Fighters set model for liberation 
Tehran, June 1, IRNA -- Palestine's Ambassador to Iran Salah Az-zawaw 
said in Tehran on Thursday that the victory of the Lebanese fighters 
in expulsion of Zionist occupation force from Southern Lebanon 
indicated that the shortcut to the liberation of the occupied lands is
struggle (Jihad). 
    Speaking to IRNA on the sidelines of the International Conference 
on Impacts of late Imam Khomeini's Views on anti-Zionist Movements, 
the ambassador said the Zionist regime has never abided by its accords
with the Arab States on withdrawal from the occupied territories. 
    Az-zawawi said as the result of the behavior of the Zionist 
regime the only course that can now be taken for liberating the holy 
Qods and the occupied lands is 'struggle'. He appreciated the views of
the late Imam khomeini against the Zionist regime and said the late
Imam had a forthright position toward the zionist regime. 
    Az-zawawi also appreciated the Supreme Leader's guidelines to the 
Muslim Nation of Palestine and said the guidelines serve not only the 
interests of Palestine but also that of all the oppressed nations. 
    He said Ayatollah Khamenei has adopted the same ideological 
position as that of Imam khomeini in connection with the occupying 
forces of Palestine." 


Une lettre importante du ministre Natan Sharansky, à son Premier ministre.
La qualité de moralité et droiture reconnue par tous à Natan Sharansky
fait de cette lettre un cap essentiel dans les débats.
Suivant la réponse à recevoir, dit-il, il restera ou non dans le gouvernement.

TRADUCTION LIBRE (par Modia)
DE LA LETTRE DU MINISTRE NATAN SHARANSKY 
AU PREMIER MINISTRE D'ISRAEL, EHUD BARAK
(fin mai 2000)

Monsieur le Premier Ministre,

Ces derniers jours,  j'ai reçu des nouvelles inquiétantes  concernant
les accords que vous avez pris ou qui ont été pris en votre nom dans le
cadre des négociations avec les représentants de l'autorité
Palestinienne, dans la ronde actuelle des négociations.

Je suis peiné que vous n'ayez pas tendance à partager l'évolution des
négociations avec les partis qui sont vos partenaires dans la coalition.
Je suis donc obligé d'apprendre l'état de ces négociations par des amis
personnels.

Mes sources m'informent de ce qui suit :

A. JERUSALEM
1. Israël est d'accord pour que des quartiers arabes de l'Est de
Jérusalem soient sous la juridiction municipale de l'autorité
palestinienne.
2. Israël abandonne l'idée de la séparation physique entre Jérusalem et
les territoires sous contrôle palestinien et ainsi permet l'entrée libre
et sans surveillance dans Jérusalem.
3. Israël abandonne l'idée du statut final de Jérusalem dans le cadre de
cet accord.

B. JUDÉE ET SAMARIE
1. Israël  ne garde que 5 à 8% de  Judée et de Samarie  et ce dans des
implantation à forte densité de population.
2. L'autorité palestinienne exige en retour pour ces zones, une
compensation en territoire israélien, à l'intérieur de la frontière (de
la Ligne Verte).
3. Israël abandonne la vallée du Jourdain et le Nord de la Mer Morte.
4. Israël démantèlera  les implantations, qui selon l'accord resteront
sur le territoire de l'autorité palestinienne.
5. Israël  relocalisera entre 40.000 et 50.000 pionners qui seront 
déracinés de ces implantations.

C. FRONTIERE ET PASSAGE DE FRONTIERE
1. Israël abandonne la frontière avec la Jordanie qui va du nord de la
Vallée du Jourdain jusqu'au nord de la Mer morte, y compris le contrôle
du passage du nord.
2. Israël  permettra une frontière entre l'autorité palestinienne et
l'Égypte dans la partie sud-ouest de l'état.
 

D. RÉFUGIÉS
1. Selon cet accord, l'autorité palestinienne pourra faire entrer  dans
son territoire et accorder la citoyenneté à quiconque le désire.
2. Cet accord ne stipule pas qu'il n'y a aucun droit au retour en
territoire israélien à l'intérieur des frontières de "la ligne verte".
3. Le "droit au retour " sera accordé  aux réfugiés à l'intérieur des
frontières  de "la ligne verte"  dans le cadre de la "réunification des
familles".

Dans l'accord en cours de développement, une réalité dangereuse  se crée
selon laquelle Israël  abandonne, à l'avance, tous ces atouts, sans
insister sur l'établissement du statut final de Jérusalem, des réfugiés
et des frontières.

Honorable Premier Ministre, de même que la lutte pour l'indépendance
d'Israël a atteint son sommet au cours de la Guerre des Six Jours, a
renforcé le peuple d'Israël et approfondi ses sentiments
d'identification avec l'Etat, au contraire et à mon profond regret, 
l'accord en cours, au lieu d'accroître ces sentiments,  mettra en
danger  la réputation  de l'Etat d'Israël  et  le transformera en un
Etat qui dépend de la bienveillance des nations du monde. Il n'y a aucun
doute que cela affectera la position du peuple juif en Israël et dans la
Diaspora, affaiblira le peuple et réduira ses sentiments
d'identification l'Etat.

Ceci est un processus dangereux et je crois que la quasi totalité du
peuple juif vivant à Sion et dans le monde ne pourra pas l'accepter.

A  la lumière de tout ceci, je demande une réunion urgente du cabinet 
de sécurité pour traiter de ce sujet. De même que j'ai l'intention de
soulever la question à la prochaine réunion du cabinet.

Respectueusement,
Natan Sharansky



Une lettre importante de Menachem Porush, Président mondial de l'Agoudate Yisrael au  Rav Ovadiah Yosef 

 Honorable Gaon of Israel
 The Great Rishon LeTzion Rabbi Ovadiah Yosef, Shlita [may he live a long and good life] HaKablan St. 45, Jerusalem 

 Shalom and Blessings, 

 "I was a young man and I have now grown old." I was born at a time when the Turks controlled this country. I lived through the period of the British Mandate, and followed the events since the establishment of the State of Israel. The difficulties we endured are engraved in my memory, as I was personally involved in the developments. 

  I am writing this letter with a feeling that I don't recall ever experiencing before -- a feeling of fear and great worry resulting from the persistent and firm rumors that the government is planning to change the status of the neighborhoods on the outskirts  of Jerusalem, Abu Dis and Azariya, by handing them over to complete Palestinian civil and military control. 

 "That which we feared has come." Beyond doubt, the consequences of transferring Abu Dis and Azariya to Palestinian military control are a security danger to Jerusalem. 

 Intense and thorough analysis has led to the conclusion that the consequences will be the suffocation of Jerusalem with a Palestinian chain. Surely what we are dealing with is "pikuach nefesh" on a massive scale, and even when one person's life may be in danger we are required to take extraordinary measures. 

 Military personnel who are familiar with the situation view this decision very gravely. It may result in endangering the borders of Jerusalem. Shivers shoot up my spine when I realize that the situation may deteriorate and become similar to that of 1929 and 1936-38, periods when the Arabs were not controlled by a governing force. They rioted and endangered lives. 

 There is no doubt that Shas can prevent this by objecting clearly and loudly. 

 During the last few days, my phone has not stopped ringing. I have received numerous phone calls from people representing all circles of the population, expressing their apprehension and worry. Aware of my acquaintance with and admiration for your Honor, they encouraged me to write this letter. 

 I repeatedly ask myself the inevitable question: How can we imagine Shas sitting tranquilly as the government, with the aid of Shas, will Heaven forbid return the neighborhoods surrounding Jerusalem? 

 Since the government will be discussing this issue this coming Sunday, it is imperative that the Shas ministers state their position clearly, that they object to any changes in the status of Jerusalem at this stage. 

 Please, please, we request from his Honor shlita, please do not let anyone endanger Jerusalem. Do not let anyone endanger the hundreds of thousands of residents of Jerusalem. 

                                              Sincerely yours,
                                              Menachem Porush 
(traduction Arutz7)



(IsraelWire-5/4) Leading Kabalist Rabbi Yitzhak Kaduri has come out in opposition of a planned handover of Abu Dis to the PLO Authority (PA). It is likely that all the ultra-Orthodox parties will oppose the withdrawal. The United Torah Judaism Party stated it would wage a battle to stop the planned handover.

1. Les débats
LA SYRIE ET LE GOLANE. C'EST LE DÉBAT NUMÉRO 1 EN ISRAËL (Le problème libanais n'en est que la conséquence).
D'abord, il faut connaître les faits : la géographie, l'histoire, le problème des ressources en eaux, les cartes, les lois qui interviennent, etc.
Ici, tout l'historique du conflit Syro-israélien : dates, cartes, accord, etc
Le Golan, revendication de la Syrie. Information?
Débat sur l'enseignement de la Torah ou non à tous les israéliens dans les programmes scolaires et sur l'aide de l'Etat à ces écoles.
Quels livres d'histoire donner aux écoliers israéliens : les nouveaux livres obligatoires post-sionistes.Débat sur le caractère juif de l'Etat d'Israël par les alyotes comprenant de nombreux non juifs
Débat sur l'enrôlement ou non des étudiants de yeshivotes dans l'armée israélienneDébat sur le retour ou non des palestiniens en Israël pour maintenir le caractère juif de l'Etat d'Israël
DÉFENDRE L'INTÉGRITÉ DE JÉRUSALEM OU NON. C'EST AUSSI LE DÉBAT NUMÉRO 1 EN ISRAËL
Débat rabbinique sur la cession ou la non-cession de territoires d'Eréts Yisraël

2. Information sur l'histoire récente du dossier du territoire
50 ans d'opérations militaires israéliennes
La guerre des 6 jours
Faits et dates de l'histoire d'Israël 

Des cartes pour comprendre le conflit de la Syrie envers Israël
http://www.jajz-ed.org.il/100/maps/north.html
http://www.jajz-ed.org.il/100/maps/syria.html
http://www.jajz-ed.org.il/100/maps/golan.html
http://www.jajz-ed.org.il/100/maps/index.html

3. Informations actuelles sur les villes des territoires juifs revendiqués par les palestiniens de tendances diverses
La ville d'Ariel, capitale juive de la SamarieLe site de la municipalité de Kédoumim
La ville juive de 'Hévrone (Hébron)Le site du Conseil régional des collines de 'Hévrone
Le site du Conseil de la région d'EfrateLe site de la ville de Maâlé Adoumim

 
 

2. Pourquoi cette information sur les différentes positions exposées dans la société israélienne, dans un site sur la Torah ? 
Modia ne prend pas position dans le débat politique strict car 
- ce n'est pas sa fonction ni sa mission, 
- les lecteurs sont à même de réfléchir.
Mais ces grands débats, ne sont jamais vécus en Israël comme de la seule politique car ils mettent en cause le judaïsme et la tradition, c'est comme une participation à ces réflexions du peuple que Modia vous parle de quelques sujet ou ce débat apparait le plus clairement, mais aucunement les solutions.
De toutes manières, au delà des débats, le plus grand est posé : comment parvenir à vivre ensemble en venant de régions, cultures et orientations si différentes. La Torah est sur terre. Le judaïsme n'est pas une religion pour communautées larguées dans l'espace-temps et reliées à la terre d'ISraël de façon mythique et idéaliste comme le sont beaucoup de religions.

Modia vous remet une information objective sur les différents courants qui animent notre peuple.
S'ils aiment se classer en deux tendances, ce que je retransmets, et ce qui aboutit aux choix électoraux, le citoyen israélien n'est pas aussi simpliste et, intérieurement, il est toujours perplexe : un vrai juif. Extérieurement, on entend les leaders et journalistes et, eux, hélas, sont souvent affligeants de simplisme dans l'analyse et dans les argumentations. Ne parlons pas des opinions changeantes suivant les propositions de places sur les listes. Mais le peuple n'est pas dupe. Et il n'oublie pas le passé ni la réalité géographique, ni le passé des leaders politiques.
Le problème, en Israël,  est que tout se joue sur quelques pourcentages de voix et que, dans ce pourcentage qui décide du destin juif, le pourcentage des votes arabes est bien plus élevé que ce pourcentage d'incertitude et des hésitants. Et l'accès au pouvoir se joue là uniquement. 
Ce caractère aigü du problème et le type de mode électoral créent une simplification stupide en deux options divergentes pour des questions si graves et si complexes.
Que le Ciel nous aide.



Comment régler votre ordinateur pour lire l'hébreu afin de lire les sites israéliens
(ils ont souvent des pages en anglais).

Le chef de notre gouvernement, Mar Ehoud Barak

Et, pour l'aider (!), voici les animateurs politiques
des deux pôles opposés qui agitent son peuple
reparti pour un tour de débats !
Pour une paix avec concessions sur la terre d'Israël
Betselem, israéliens engagés, avant tout, "pour" les droits de l'homme palestinien dans les "territoires occupés"
Merets, démocratie d'extrême gauche.
Meimad, groupe religieux travaillant pour l'appoint électoral à la gauche
Batshalom, femmes de gauche
JCW, femmes pour le dialogue israelo-palestinien
Dor chalom, la branche jeunes ligne Méréts
Odaction, pour le retrait d'Israel comme en 1967
 
Bluesforpeace, pop corn and music pour paix
Ariga, peace / business
Adam Institute, ya pas de problème, un dilemne

Il y a aussi des groupes fluctuants ou composites
et voyez les groupes politiques classiques dans notre annuaire

Pour une paix sans concessions sur la terre d'Israël
Gamla ne tombera pas une 2e fois
Union des rabbins pour la terre d'Israël
Site de position halakhique sur la terre d'Israël
Professeurs pour un Israël fort
Les femmes en vert
La "radio libre ou pirate", Arouts Chéva
Zo artsénou, c'est notre terre
Groupe de vigilance sur l'objectivité des médias
Analystes politiques et hommes d'affaires Les Maccabéens
Dossiers et cartes Iris sur la sécurité d'Israël
Centre d'information Cmep
Site sur les violations palestiniennes des accords