accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
Livre d'or

Rechercher ici les thèmes d'études sur le site par un catalogue de photos
Rechercher ici sur le site tout sujet ou tout mot avec Google :

Réactions à l'atroce meurtre antisémite après longues tortures de Ilan Halimi

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
Communiquez cette page à vos amis.

1 mars 2006
Hommage à Ilan HALIMI à Jerusalem (allocution du President de l'UNIFAN Me Leon ROZENBAUM)
sur http://www.sourceisrael.com/ le site des olim.
"Nous nous sommes Rassemblés ce soir à Yeroushalayim capitale éternelle de notre Peuple, pour dire notre révolte devant la souffrance abjecte imposée en plein Paris à un jeune fils d'Israël, par une bande de barbares qui n'ont pas hésité à lui ôter la vie.

Ilan s'apprêtait à réaliser son Alyah, à contribuer en personne au renforcement de l'Etat Juif souverain, cette structure sociale et juridique miraculée après 19 siècles d'éclipse et grâce à laquelle aucun Juif pourchassé de par le monde n'est plus abandonné, sans soutien, sans souvenir, sans que les persécuteurs et les meurtriers n'aient de raisons de craindre pour leur avenir.

Il n'est pas un homme libre de par le monde qui ne puisse se sentir touché par le martyre d'Ilan, il n'est pas un Juif sur Terre qui ne puisse mesurer l'ignominie de cet acte qui implique tout le Peuple d'Israël.

Nous sommes de ceux qui apprennent les leçons de l'Histoire. Et c'est pourquoi nous avons laissé derrière nous le temps de l'exil. Fasse le Ciel qu'un nombre croissant de Juifs comprenne que la voie de la sécurité pour les nôtres doit venir d'abord d'eux-mêmes, de leur rassemblement efficace dans leur patrie, de la conscience de leurs droits.

Nous promettons ici que les souffrances d'Ilan n'auront pas été vaines, que des milliers de jeunes juifs réaliseront ce que les assassins l'ont empêché de faire. Que son souvenir soit source de benediction."


Elégie (Kina) du jeudi 23 février 2006

Synagogue de la Victoire

A la mémoire d' Ilan Halimi zal
placé également sur le site du Consistoire à découvrir (lien ici).

Un coin de banlieue parisienne. Une gare grise. Un corps, nu, sanguinolent émet quelques mouvements comme des appels plaintifs.

Il se nomme Ilan, « Arbre » en hébreu. Ilan est une jeune plante qui a à peine offert quelques fruits.
Vingt-trois ans qu’il marchait sur cette terre. Il ressemblait aux jeunes de son âge, il faisait des rêves de lendemains radieux, il chantait la vie, mais d’autres en ont décidé autrement. Ces autres, ce gang de barbares ont arraché la plantation, ils ont déraciné l’arbre, ils ont semé la haine, l’horreur, l’épouvante.
Pendant trois semaines, Ilan a été l’objet de leurs perversions, de leurs vices, de leurs folies sanguinaires.
Les yeux d’Ilan sont nos yeux, son corps est notre corps, ses cris sont nos cris et ses peurs sont nos peurs. Et nous crions son cri, qui traverse l’univers, d’une extrémité à l’autre extrémité.

Tortures exécrables, abominables, haïssables, au delà des discours, au delà de l’imaginable.
Après cette barbarie, peut-on encore parler ? Doit-on parler ? Quels mots exprimer pour consoler, quelles paroles prononcer pour taire la douleur ?

La voix de Jérémie retentit ce soir, et le psalmiste lui répond :
« Existe-t-il une souffrance comme mes souffrances ? »
« Les larmes sont montées jusque mon âme »,
« Des torrents d’eaux se déversent de mes yeux »
« Mes ennemis m’assaillent, tels les taureaux de Bashan ».
« Moi je parle pour la paix, mais eux sont pour la guerre »
La Torah est pleine de ces versets, et pourtant chaque douleur est unique.
Ô chers parents, où trouver la consolation ? d’où a pu venir votre force de jeter la poignée de terre sur le corps de votre fils ? Comment vivre lorsque le monde tourne à l’envers, lorsque les larmes des pères couvrent la dalle funèbre des enfants ?

Le jour de Roch Hachana, le jour, où selon la tradition juive, l’homme, l’humain est jugé devant le D. suprême, nous lisons la douleur de Sarah : Abraham est parti avec Isaac, le Moria sera-t-il témoin de l’infanticide ? Non, l’épreuve consistait à porter une leçon d’espérance au monde : au nom de D. l’homme doit vivre, et non mourir.

Sarah ne connaît pas la fin du récit, son cœur de mère frappe au rythme de ses doutes : « mon fils bien aimé, le fruit de mes entrailles ! Pourquoi l’obscurité emplie-t-elle mon âme ? »
Isaac s’est levé plus vivant en descendant la colline abrupte, mais Ilan…
Ilan a été sacrifié sur l’autel de la barbarie, attaché par des liens d’une idéologie bestiale. La haine pour la haine.

La semaine, où dans toutes les synagogues du monde, nous lisions « tu n’assassineras pas, tu ne voleras pas, qui signifie selon nos sages : « tu ne commettras pas de rapt », Ilan était kidnappé, subissait les perversions les plus immondes, avant de mourir des suites de ses blessures.

Ô chers parents, la voix du sang d’Ilan crie depuis la terre, comme celle d’Abel à l’origine de l’Histoire. Et cette voix divine qui interpelle les consciences : « Où es ton frère ? »
Où est l’homme ?
Où en sommes-nous de notre fraternité, où en sommes-nous de notre humanité ?
Où en est l’espérance du monde ?

Rav David MESSAS



Le Monde: "une jeune fille de 17 ans, qui aurait joué le rôle d'"appât" dans l'enlèvement d'Ilan Halimi, a été mise en examen, mardi 28 février, à Paris, et incarcérée, alors que le chef présumé de la bande des ravisseurs, Youssouf Fofana, restait détenu à Abidjan.

La juge d'instruction Corinne Goetzmann a mis en examen cette jeune Française d'origine iranienne, ancienne petite amie de M. Fofana, pour "enlèvement, détention et séquestration sous conditions en bande organisée avec demande de rançon, actes de torture ou de barbarie, ou mort de la victime". Elle est également poursuivie pour "association de malfaiteurs" en vue de commettre ces crimes, ainsi que pour "meurtre avec préméditation en raison de l'appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion". Un juge des libertés et de la détention a décidé de son placement en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet.

Selon une source judiciaire, elle a reconnu avoir abordé Ilan Halimi dans le magasin de téléphonie où il était employé, boulevard Voltaire à Paris, le 17 janvier, avant de lui donner rendez-vous le 20 janvier au soir vers la porte d'Orléans, à Paris. La jeune fille a ensuite emmené Ilan à Sceaux (Hauts-de-Seine), où le jeune homme est tombé aux mains de ses ravisseurs, selon cette source". Lire la suite ici par lien.

Le tueur n'est toujours pas extradé et on déclare en Côte d'Ivoire que cela pourrait prendre des semaines. Sans commentaires.

Notre frère Ilan Halimi, zal, est ajouté à la liste des 7633 Juifs blessés en Israël et des 1084 Juifs tués pour antisémitisme en Israël. Et son assassinat a été dans le style de ceux réalisés par les mouvements terroristes islamiques du Proche-Orient.
Rien qu'en 2005, alors qu'ils annonçaient réaliser une trève, ces terroristes aux formes arabo-islamiques multiples ont commis 2990 attaques et 1133 tirs sur les agglomérations juives.
A l'éducation antijuive déployée dans les programmes scolaires palestiniens et de pays arabes du Proche-Orient même considérés comme modérés, s'ajoute même en France le matraquage antiisraélien des politiciens pendant de nombreuses années contre le représentant des Juifs qu'est Israël.
Cela a suscité un antisémitisme admis pendant ces années dans les milieux islamiques activistes en France et dans les sites internets en ce sens encore maintenant qui ont eu toute liberté (à connaître, lien ici) , ainsi que les sites négationnistes (à connaître, lien ici) et les spectacles de comiques antisémites, et les mythes tolérés de la soi-disant domination juive (lien ici) et la philosophie de conquête irréversible (voyez ce site).
Qui sème le vent récolte la tempête. Ne jouons pas aux innocents. Le temps n'est pas loin où il a été de bon ton que des officiels français traitent publiquement de "fascistes" les soldats israéliens chargés de leur protection contre les risques dans leur visite sur le terrain, et cela devant les caméras. Depuis peu le ton a changé, mais depuis peu. Et longtemps, la justice française ne poursuivait pas les auteurs d'attaques antisémites; on avait même vu les parents d'une lycéenne juive maltraitée en tant que telle être condamnés aux dépends pour abus de la justice après leur plainte. Tout cela est la stricte vérité.
Les images accusent qui circulent sur le Net en simplifiant ces deux séquences: "le penseur, puis le tueur". Il serait trop facile de mettre tout cela sur le dos d'un seul chanteur pour dédouaner les politiciens et les responsables d'Etat.
Après la période de semailles anti-juives, ne jouons pas les menteurs négationnistes qui veulent faire croire que cet "incident du massacre de Ilan serait une anomalie culturelle imprévue, attribuables à des amalgames regrettables chez des jeunes délinquants ".
Et soyons lucides, dans ce contexte: 48 heures après la grande manifestation parisienne, le sujet a disparu curieusement de la première page de la majorité des sites des journaux français et il faut aller chercher dans les pages internes "société" pour le trouver.

Sites sur ces victimes:
http://www.modia.org/infos/israel/victimes.html
http://www.modia.org/infos/israel/terror.html
Par contre, le bourreau Fofana toujours au calme en Côte d'Ivoire (curieux encore plus cette non -expulsion organisée ou qui tarde) fanfarronne avec sa compagne et jubile d'être interviewé sur les TV françaises où il n'exprime pas de remords.

Ici, l'historique du drame, heure par heure (lien).

---
L'essentiel est le malheur de la famille Ilan Halimi et non pas les attitudes médiatiques des politiciens face à ce drame. Première réaction juive, c'est la prière; je vous propose de dire le psaume 35 dont voici le texte sur ce lien.

NOUVELLES au 29 février 2006
Nous nous permettons de faire appel à vous ce jour afin de vous faire part
d'une situation douloureuse. La maman du jeune Ilan Halimi (Z''L) avait
besoin du salaire de son fils pour vivre avec lui et sa petite soeur. Cette
famille a aujourd'hui besoin de nous tous. Mobilisons-nous pour leur venir
en aide le plus rapidement possible.
CENTRE RAMBAM - OPERATION ILAN HALIMI
Vous pouvez établir un chèque au nom du "Centre Rambam" et l'envoyer
directement au Centre Rambam 19/21 rue GALVANY 75017 Paris en précisant
"Opération Ilan" sur l'enveloppe. Le Centre Rambam établir un reçu CERFA à
votre nom. Les sommes recueillies seront intégralement versées à la famille
Halimi. (Chèques en devises étrangères acceptées).

Un site a ouvert un livre d'or où les personnes peuvent mettre leur pensées qui seront remises à la famille Halami (lien ici).

Lire l'article de la Mena sur le drame d'Ilan Halimi et la France: http://www.menapress.com/


Emouvant interview de Ruth Halimi, la maman de Ilan zal, sur Infolive (lien ici). Elle y déclare que dès le début il était clair que c'était un crime antisémite et non crapuleux et qu'il était condamné d'avance; que la police a fait un travail énorme avec 200 policiers mais a commis des lacunes et l'erreur tragique de leur interdire de répondre au téléphone; que le problème dépasse le peuple juif et que la France est en danger; elle demande à tous d'être vigilants face aux messages ou aux inconnus, ne plus faire leur faire confiance. Elle affirme "Israël est notre pays", elle répond "amen" au voeu que cela ne se reproduise plus et termine par un magnifique "chalom al Israël". Très poignant.

Un Juif 'haridi abattu aux USA et un rabbin également en Ouzbékistan (lien), on craint qu'il s'agisse d'antisémitisme et non d'affaires criminelles ordinaires.
Une initiative étrange, suite à l'assassinat de Ilan Halimi: circule sur le Net une petition qui cherche à rassembler les 5000 signatures nécessaires pour demander au Congrès des USA de voter une loi assurant l'asile des Juifs français aux Etats-Unis. Elle a déjà réuni plus de 790 signatures. Jusque là, une simple information mais... le bandeau publicitaire qui domine la page de cette pétition demande de cliquer et vous arrivez à une publicité de livres pour le christianisme et son messie. Alors là, c'est un peu violent comme procédé. Et cela est accompagné actuellement d'une très grande offensive des mouvements chrétiens fondamentalistes aux USA pour y parvenir à ce qui est appelé une christocratie monopolistique sur le pays, cela est accompagné également d'un engagement très fort de ces mouvements pour le soutien à Israel comme sioniste regroupant les Juifs avant ce qu'ils pensent la phase de conversion de l'ensemble regroupé; et ils travaillent activement aussi à ces conversions en Israël. Leur optique est: sionisme oui, judaïsme non. Il n'y a pas de fin à toutes les formes d'attaques contre les Juifs. Et beaucoup tombent dans le panneau des beaux sourires. Bush est un adhérent convaincu de ces groupes et il avait suscité des craintes en révélant à un reporter que sa politique étrangère lui était dictée de "là-haut".

Quelques réactions au mail ci-dessous:
1e avis de lecteur.
Peut-etre la difference est la suivante: En Israel, meme s'il y a un cessez le feu officiel, nous nous savons dans un etat de guerre avec des voisins barbares.
Mais en France, qui est reellement en paix depuis l'Algerie, voire des comportements semblables a ceux vecus a Ramallah parait completement fou.
La France amie des pays arabes.... Comment des arabes gâtés comme en France (D' sait qu'ils sont gates les arabes en France) dans un pays riche, genereux, en paix depuis 40 ans, le pays le plus socialiste du monde aujourd'hui, et qui laisse globalement sa chance a tous. Il suffit de s'accrocher. Comment dans un tel pays, peux-t-on imaginer une telle barbarie, un tel rejet des valeurs officielles de la France??? Oui ca revolte....

Mais je reste d'accord que pour les 1100 victimes en Israel, il aurait fallu descendre dans la rue. Nous n'y avons meme pas pense...... C'est dire le niveau de solidarite entre nous aujourd'hui...
Peut-etre le Goush Gatif, avec sa manif de Tel Aviv a 400 000 personnes ou
celle de Jeru au Kotel à 600 000 personnes selon les organisateurs, ont concourru a ce changement dans nos tetes (de nous demander pourquoi nous ne sommes pas descendus
dans la rue avant)
La defaite dans le goush Gatif, n'a peut-etre pas complete......

2e avis de lecteur.
Ilan, pourquoi reagit-on maintenant?'Ce n'est ni un juif religieux ni un endroit communautaire qui a ete atteint, mais un juif 'sans signe distinctif'... Chaque juif francais est donc mis devant le fait accompli: il ne saurait etre de treve pour un juif, quelque soit sa volonte de s'integrer a la societe francaise...

Pourquoi les assassinats commis ces denieres annees par les palestiniens n'ont-ils pas suscites une telle indignation? Parce que les israeliens sont consideres comme des combattants, pas comme des 'victimes innocentes'...

Pourquoi la communaute francophone en Israel se mobilise-t-elle en memoire d'Ilan? 1/par solidarite avec la communaute juive de France et 2/parce que le meurtre d'Ilan signifie:'pas de retour en arriere possible, l'alya est un aller sans retour: ici, nous sommes au front face a la haine antijuive des palestiniens...mais la France n'est plus le havre de paix qu'elle etait et nous nous apercevons qu'il n'y a pas de possibilite d'echapper a notre destin, au cas ou inconsciemment la France restait un refuge possible...

3e avis de lecteur.
Chaque vie est unique et chaque fois que j'entends parler d'un Israélien
qui meurt, mon coeur se déchire.  Les Juifs français ont manifesté en faveur d'Israel.  Ils se sentent très proches d'eux mais il faut faire des différences non pas entre les victimes mais entre les contextes.
Pour Ilan Halimi plusieurs éléments sont à prendre en compte:
premièrement c'est un crime d'une atroce cruauté: 24 jours de tortures dont la police ne veut même pas parler tant on a atteint les limites de l'horreur.
deuxièmement: cela s'est passé en France , pays qui n'est pas en guerre et qui n'est pas un pays antisémite, en tout cas où il n'y a pas d'antisémitisme d'Etat.
Troisièmement,  vous me direz que beaucoup de victimes israéliennes sont des civils, je milite du reste au MPCT, contre le terrorisme et l' un de nos combats a été de faire figurer parmi les victimes d'attentats, les victimes israéliennes car ce n'était pas le cas par exemple pour SOS attentats, il ya deux ans.
"Aime ton prochain comme toi-même" cette formule n'a jamais été aussi appropriée que pour Ilan, tous les Juifs et parfois non Juifs à qui j'en parlais se mettaient à pleurer, pas seulement par identification comme le mail que vous avez envoyé semble le suggérer mais par horreur devant la jeunesse foudroyée et massacrée, par empathie pour cette famille qui ne connaîtra plus jamais la paix, par le désarroi qu'a dû ressentir un jeune aimé et choyé confronté à la barbarie et au sadisme. Cela en France  et aujourd'hui.  Ce n'est pas une victime de guerre mais une victime de l'antisémitisme.
J'espère que j'ai pu vous faire comprendre un peu l'émotion qui nous étreint en ce moment, l'humanité s'appelle aujourd'hui Ilan.

4e avis de lecteur.
Je crois que les Français, quelle que soit leur confession, ont été ébranlés, apeurés, effrayés, par tout ce que signifiait ce crime dans son horreur. Là est tout le problème. Il faut mourir de manière médiatique pour que les média fassent leur œuvre et transmettent donc la peur et le refus. Les Hommes politiques font de même. Ils n’étaient pas là quand les écoles brûlaient, quand des cocktails molotov étaient lancés… pas assez significatif,
Pas assez grave, pas assez…
Triste est d’admettre que l’opinion est de plus en plus dépendante du degré d’émotion et de sensation que les médiateur savent faire passer, veulent faire passer, décident ou non de le faire.

5e avis de lecteur.
Quelqu'un a écrit un jour : "Un mort... c'est un deuil ! Dix morts... c'est
un accident ! Cent morts... c'est une catastrophe ! Mille morts... c'est une
statistique !" Cette affirmation brutale et cynique est tristement vraie, hélas !

6e avis de lecteur.
De notre solidarité québecoise , nous saluons la Famille éprouvée ainsi que la Communauté de notre présence, de notre marche silencieuse concernant la fin violente de Ilan  Halimi (z'l).

7e avis de lecteur.
Peut-être que les juifs de France se sentent menacés vraiment chez eux - le pays de la Liberté, l'Égalité et la Fraternité (!!!), qu'ils sentent comme leur pays  de culture (bien que leur amour aille à Israël); ils n'ont pas encore le courage de faire Aliya, mais ils se sont réveillés avec cette malheureuse affaire et sont descendus dans la rue. Israël, tout en étant le pays de coeur de tous les juifs, posséde une autre culture qui a été imprimée par les fondateurs (surtout russes communistes) et à laquelle s'est ajoutée toute une série de sous-cultures (sans esprit de mépris) africaines, moyen-orientales, polonaises et du centre de l'Europe...... ce qui rend le pays très particulier; et c'est ce qui ajoute à la difficulté de l'intégration.
En Israël il n'y a pas tellement la coutume de descendre dans la rue pour manifester, comme c'est le cas en France; car je pense, en Israël on se bat...

8e avis de lecteur:

Cher Rav,

Chaque juif qui est tué de par le monde, est une partie de nous qui se meurt. Je ne pense pas que la présentation que vous faites de nos frères israéliens  victimes du terrorisme face à celle subie par un juif hors d'Israel soit de même nature. Je me trouve mal à l'aise quand vous nous demandez de descendre dans la rue quand mon frère israélien est victime de terrorisme. Hors d'Israel quand mon frère juif est assassiné, il l'est, parce qu'il est juif, alors qu'il vit dans une terre d'accueil où il est prétendument protégé comme tout citoyen. Alors nous descendons dans la rue pour dénoncer un crime raciste. Quand mon frère israélien, est victime d'un acte terroriste, il l'est, parce qu'il est chez lui, sur sa terre, que les voisins arabes en guerre contre lui, lui contestent. Il se défend et leur rend la pareille en toute justice. Chose que mon frère juif en diaspora ne peut faire, et est obligé de s'en remettre à l'autorité d'accueil qui mène l'enquête ou pas. Je pense qu'il faut déplorer les 2 situations, mais ne culpabiliser ni les uns ni les autres, car les 2 cas nous concernent tous, mais doivent être traités à des degrés differents. J.C.

Remarque de Modia:
Je ne demande à personne de descendre dans la rue et ne culpabilise pas. Moi-même il est extrêmement rare que je participe à une manifestation. Je remarque les différences de comportement. A chacun de les interpréter.




Je reçois un mail qui m'interpelle personnellement et qui concerne certainement beaucoup d'autres. Peut-être vous aussi?
Je vous le retransmets tel quel, il n'y avait que cela : "Lorsque vous manifesterez pour Ilan, en Israel ou en France n’oubliez jamais les 1100 morts qui sont morts parce que Juifs et qui n’ont pas eu droit à des manifestations de soutien dans la rue ni de la communauté francophone en Israël, ni de la communauté juive
de France
". Et il me communique ce lien qui est un choc: http://www.soberingup.net/victims/.

Remarques (ajoutez les vôtres):
- il est clair que ce mail ne met pas en cause la réaction positive suscitée par l'horrible assassinat. Au contraire, ce mail profite, à juste titre de ce mouvement positif, pour me dire: vous vous réveillez seulement maintenant après 1100 assassinats? Réfléchissez! Pourquoi? La question est capitale.
1100 Juifs assassinés un par un en Israël et ni la communauté francophone d'Israël en tant que telle, ni la communauté des Juifs en France ne sont descendus dans la rue en tant que tels; C'est vrai que c'est stupéfiant. J'ai posé la question à quelques personnes que j'apprécie et la réaction a été: "on n'y avait pas pensé et c'est vrai qu'il y a un problème sérieux, on ne comprend pas, et cela nous met autant en question en Israël qu'en France".
Peut-être ceci, mais les hypothèses n'ont leur ont pas semblé suffisantes sur eux-mêmes. A vous d'éclairer les uns les autres. Moi non plus, je ne comprends pas encore. Il va de soi que je transmets cela avec le maximum de délicatesse que ces sentiments comportent chez chacun. C'est une seule interrogation morale, qui pénètre notre psychologie personnelle. Rien de polémique, et rien de politique, et rien contre autrui, c'est une interrogation personnelle.

Quelques hypothèses exprimées (faites-moi part de vos réponses personnelles et j'en communiquerai qui pourront servir).
- Cette fois qui y -t'il en plus? Les Juifs français se sentent-ils directement concernés? Et non pas le frère lointain?
- Ce n'est pas l'horreur du crime seulement car cette horreur fut répétée par les Arabes palestiniens des centaines et centaines de fois, même contre des enfants et bébés et non pas seulement dans des explosions collectives mais même individuellement.
- Mais cela n'explique pas que cette fois les Juifs francophones d'Israël alors sont descendus dans la rue. Seraient-ils plus solidaires de leurs frères que les premiers? Ou bien sont-ils encore plus identifiés à la France qu'ils ne le sont à Israël, c'est peu probable.
- Autre hypothèse: cette fois-ci, le plus important, c'était que l'image de la France basculait et ça on ne peut pas l'accepter, ce serait la différence. Même pour les francophones israéliens. Serait-ce plus important que la mort de 1100 frères, l'image de la France? Et quand les manifestants sont Israéliens également?
- Autre hypothèse: On a entendu pleins de responsables juifs français, dire et redire: la France n'est pas antisémite, le gouvernement n'est pas antisémite, c'est cela qu'ils ont voulu dire autant que leur indignation au crime car ils ne l'ont pas dite avant dans la rue pour les crimes contre leurs frères israéliens.
- Peut-être est-ce parce que les Juifs français se sont sentis menacés personnellement et ne le ressentiraient pas quand c'est un frère ailleurs? Ce serait gros quand même.
- Peut-être est un réveil général, et il se produit seulement maintenant, et il n'y a aucun autre motif.
- OK, mais pourquoi maintenant. Et au prochain assassinat en Israël, les Juifs de France seront-ils dans la rue?
Finalement, mes "sondés" disent: "je ne comprends pas, je ne comprends pas mes différences de réaction".
Et vous?
Bref, nous sommes remis en question. Et très spécialement sur l'application de cet enseignement fondamental de la Torah: "vé ahavta lé réakha kamokha, tu aimeras ton proche comme toi-même".
Il y a des mises en questions très douloureuses. Surtout à l'occasion de cela, où nous nous dévoilons en réalité, et sans le savoir, et sans le comprendre. Nous sommes une seule famille, mais qui a encore tant à améliorer entre nous sur tous les plans (solidarité éducative, justice sociale, solidarité pour la sécurité, fraternité). Ilan Halami, zal, nous fait cet immense cadeau de nous forcer à devenir meilleurs, et nous ne savons pas bien comment.

Mais nous avons prouvé que nous avons des réactions.

 

Le rapport est publié sur les tortures subies par Ilan Halimi: "L'autopsie d'Ilan Halimi, réalisée le 14 février à l'hôpital d'Evry (Essonne), a révélé des «brûlures» sur 80 % du corps, de multiples «hématomes et contusions», «une plaie à la joue» faite au cutter et «deux plaies à l'arme blanche sous la gorge». Mais le médecin légiste conclut : «Aucun des coups n'est mortel.» C'est l'ensemble des violences et tortures, le froid et l'épuisement qui ont causé la mort. Selon le procès-verbal de l'officier de la Brigade criminelle présent à l'autopsie, le médecin légiste n'a détecté «aucune trace de violence sexuelle» ni «aucune mutilation». «Aucune mutilation» malgré des tortures sur tout le corps. (lien).
Il faut absolument lire l'article "Dans l'arrière-cour de l'antisémitisme à la française" Par Luc Rosenzweig sur Menapress, qui analyse non pas les incertitudes de l'enquête en ses débuts mais les mensonges en toute connaissance de cause chez les autorités, et la signification que cette attitude et la suite indiquent. On sera ou non d'accord, mais cela aidera certainement à réfléchir.

26 Février
Les manifestations ont eu lieu à Paris (200000), Marseille, Lyon, Bordeaux (plusieurs milliers chaque fois)...

A Jérusalem, les Israéliens francophones veulent exprimer leur solidarité, leur émotion  et leur soutien à la famille d'Ilan et à la Communauté Juive de France. Ils  se retrouveront, à l'unisson des Juifs de France, pour                                             un   rassemblement  silencieux
  
                   le Dimanche 26 Février 2006     27 Chevat 5766
                                                    à 18:00
                           à Jérusalem  face au Mashbir,  rue King George
                                  Ni slogans, ni pancartes.
 ADFI, AIFG, B'NAI  BRITH (Loge Robert Gamzon Jérusalem), UNIFAN

La population francophone de Natanya en Israël se rassemble
ce dimanche à 19 heures 30 sur la Grand'Place, au Kikar devant le café Kapoulsky, pour
honorer la mémoire de Ilan Halimi.

A Paris: Dimanche 26 février à 15 heures, manifestation à Paris Place de la République par les particuliers et nombreuses organisations diverses.

- 24 février 2006.

Lamentables premières réactions en France: Le Monde titre: "Embarrassée, la classe politique s'associe aux manifestations à la mémoire du jeune homme" Chirac ne se rendra pas, à la manifestation du 26 février, à laquelle l'avait convié la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). "
La Ligue des droits de l'homme (LDH) a hésité à le faire. Mais elle n'a pu résister à l'effet d'entraînement provoqué par les premiers appels à manifester. "La surinterprétation rapide est toujours dangereuse. Mais on est dans un contexte émotionnel tellement fort que notre absence aurait été interprétée de manière dramatique", explique le président de la LDH, Jean-Pierre Dubois. "Le mobile antisémite est faible comparé au mobile crapuleux", estime-t-il pourtant, en regrettant "l'emballement excessif" du Grand Rabbin de France.

Tout en se disant soucieux de "ne tirer aucune conclusion tant que l'enquête n'a pas été menée jusqu'au bout", Joseph Sitruk avait affirmé qu'"avec cet acte-là, la France a basculé dans une modalité de violence inédite". "Il ne faut pas transformer un fait isolé en un problème de société", réplique M. Dubois, qui se félicite que la manifestation soit prévue "sans banderole ni discours". (fin de citation). Et Le Monde décrit les tensions dans la communauté juive entre ceux qu'il présente comme des Juifs de cour prudentissimes et des extrêmistes militants, lisez l'article, ici.

La coalition lamentable de certains révèle sans fard qu'ils voudraient minimiser le caractère antisémite.
L'Humanité: "Barbarie. L’évocation d’un éventuel caractère antisémite au meurtre d’Ilan Halimi provoque consternation et colère. Cependant, aucun élément circonstancié ne peut le prouver."
Pauvres Juifs français qui, même quand l'horreur est arrivée, découvrent qu'on veut encore nier leur drame, tradition française typique qui se révèle perdurer depuis les années les plus sombres.
Le Figaro donne le récit des aveux du Chef de bande qui a égorgé la victime (lien).
L'Express révèle ce qui évoque de mauvais souvenirs des rafles et titre "Des gens savaient": "
Le gardien de l'immeuble de la cité de Bagneux (Hauts-de-Seine), dans lequel le jeune Ilan était enfermé, figure parmi les dernières personnes interpellées. Déjà entendu à deux reprises la semaine dernière, il n'avait pas été mis en cause dans l'affaire. Cependant, les policiers voudraient comprendre pourquoi il a mis à disposition de Youssouf Fofana, le chef présumé du "gang des barbares", un appartement vacant sans prévenir le bailleur et pourquoi, alors qu'il est chargé de veiller à ce que personne n'accède au local des surpresseurs d'eau chaude, où la victime était torturée, il n'a rien vu non plus. Ces interrogations surgissent car la police a découvert que certains voisins ou habitants de la cité savaient ce qui se passait dans cet appartement mais se sont tus. Une dizaine d'autres personnes, qui ne sont pas directement mêlées aux faits mais qui étaient au courant et qui n'ont rien empêché, devraient être également interpellées dans les prochains jours." (Lien).
Article direct dans Le Nouvel Obs où des personnalités dont Julien Dray affirment le caractère antisémite du meurtre, le présentent comme un effet des propos de Dieudonné, le comique antisémite, et annoncent et expliquent pourquoi la campagne va tenter de minimiser le caractère antisémite du drame, pour des motifs politiques et pour réduire la peine judiciaire du coupable.
La Croix se caractérise par son ton descriptif et concis dans le compte-rendu: "Treize personnes ont déjà été inculpées dans l'enquête sur ce crime qui a suscité un vif émoi, notamment au sein de la communauté juive. Onze d'entre elles ont été placées en détention provisoire. Cinq autres suspects sont en garde à vue. La justice a retenu comme circonstance aggravante l'antisémitisme. La juge peut annuler cette décision par la suite."
C'est le site juif migdal.org qui est le plus engagé en France pour s'indigner: voici ses titres: - Lettre ouverte à M. Chirac - Nous bombarderons Bagneux - Antisémitisme secondaire - Une poignée de terre  - Assassin   - Ilan , ni le premier ni le dernier  - Il est bientôt l’heure - En 2006 en France on tue du juif

Dans Libération, à lire le récit de la manifestation à la Grande Synagogue de la Victoire en présence de Chirac. La foule emplissait le lieu et les rues avoisinantes.

Le Nouvel Obs couvre l'événement heure par heure.


- 23 février 2006.
En France, deux témoignages de solidarité avec la famille de Ilan Halimi tué par les extrémistes islamistes: ce Jeudi 23 Février - de 18 h 30 à 19 h 30 placez une bougie sur le rebord de votre fenêtre !
et le Dimanche 26 février à 15 heures, manifestation à Paris Place de la République par les particuliers et les organisations diverses.



En France, à Paris, après le meurtre atroce de cruauté du jeune Juif Ilan Halimi, zal, une manifestation a rassemblé 4500 personnes de la Place de la République à la Place de la Nation pour demander justice et protection. La famille et une partie des milieux juifs sont furieux contre la police et le pouvoir, qui n'ont pas voulu prendre au sérieux la dimension antisémite de l'affaire, et aussi contre une autre partie de responsables juifs qui ont passé le temps à dire qu'il fallait atteindre la suite de l'enquête et les déclarations ministérielles dans le calme et le sang-froid, alors qu'on savait que les ravisseurs récitaient des versets du Coran tout en torturant la victime pendant les appels téléphoniques.
On continue à banaliser la dimension antisémite en parlant d'un "antisémitisme de surface assez proche de la délinquance mais non intellectuel", ou "d'un antisémitisme par amalgame" comme dit Sarkozy le ministre; alors que la mise en scène était tout à fait dans le style classique de ces types d'enlèvement et tortures, et alors que les stéréotypes antisémites classiques étaient proférés par les assassins. L'essentiel une fois de plus n'est pas le cas mais d'utiliser tous les jeux de mots pour que "la Froaonce" reste intacte dans l'image d'elle-même et qu'elle pense donner à l'étranger, quelque soit la réalité incamouflable. Typiquement français. Ces jeux de mots ont réussi pour camoufler le problème des violences de banlieues mais rien n'a été entrepris pour changer la situation sur le terrain, les députés protestent à ce sujet. Pourtant la réalité est là, et on relève aussi que les voisins, inévitablement au courant des cris de la victime, ne sont aucunement intervenus.
Tous les motifs cumulés ont conduit, selon la famille, a perdre du temps et à l'assassinat de leur fils.
Dimanche 26 verra diverses manifestations de réprobation où les tendances diverses des associations rivalisent pour occuper le terrain. Il y a eu une manifestation juive. Maintenant, les associations antiracistes veulent occuper le pavé, et le Crif aussi appelle tous les syndicats et partis à élargir les participants pour que ce soit "la France".
Soyons clairs, pendant des années, la France a eu une politique antiisraélienne nettement hostile, appuyée par un déséquilibre net envers les pays arabes engagés contre Israël; on se rappelle des démontration d'amitié de Chirac à Saddam Hussein, et ses attaques verbales virulentes lors de ses voyages en Israël. Pendant longtemps, en France, les services de sécurité juifs ont dû s'organiser devant les synagogues dans ce contexte. On en arrivait à reprocher à Israël et aux Juifs français "d'importer le problème du Proche Orient en France". Le poids électoral des Juifs ne pesait plus assez lourd face aux voix musulmanes. Depuis deux ans, suite à de très nombreux problèmes antisémites et à la réprobation mondiale montrant la France du doigt, le gouvernement français a commencé à prendre de réelles mesures de contrôle, et à reprendre le contact sympathique avec sa communauté juive. Maintenant, la responsable du dossier a déclaté nettement que le motif de base était l'antisémitisme, Dominique de Villepin a déclaré: "le juge d'instruction a retenu dans cette affaire la circonstance aggravante de crime commis en raison d'appartenance religieuse." le ministre Sarkozy l'a redit, et Chirac a exprimé sa peine à la famille et déclaré que toute la lumière sera faite.
Voici ce que dit Le Monde: "

Peu avant lui, Pascal Clément avait également confirmé ce changement d'appréciation dans l'affaire : "A la question de savoir si le juge d'instruction a retenu des circonstances aggravantes d'antisémitisme, la réponse est oui", a dit le garde des sceaux. L'un des individus "a fait savoir qu'il s'était attaqué à Ilan Halimi 'car il était juif et qu'un juif c'est riche'", a ajouté un peu plus tard M. Clément. "C'est une aggravation, la circonstance n'est plus tout à fait la même", a dit le ministre.

Ces déclarations tranchent avec les déclarations initiales des magistrats et des responsables de police qui affirmaient, depuis vendredi 17 février, que les motivations antisémites n'étaient pas avérées dans cette affaire, mettant en avant son aspect crapuleux. La veille, la Brigade criminelle avait frappé un grand coup en démantelant la quasi-totalité du "gang des barbares" à l'origine de l'enlèvement. Une quinzaine de personnes ont été interpellées dans une cité de Bagneux (Hauts-de-Seine) et sept d'entre elles présentées au juge, lundi 20 février, alors que le chef de la bande, Yossef Fofana, était toujours en fuite." (fin de citation et lien)
Le Monde titre justement dans tout ce contexte -lien)une phrase qui résume bien tout ce que je viens d'écrire sur cette sociologie française: "L'affaire d'Ilan Halimi: du meurtre à la polémique". Et pourtant: "La nature des supplices et humiliations infligés au jeune homme ressemble, d'après les enquêteurs, aux images qui parviennent des geôles irakiennes".
Quelle honte.
Sur Yahoo:
Le grand rabbin de France Joseph Sitruk a annoncé mardi soir à la presse que le Consistoire central appelait "tous les juifs", "et pas seulement les juifs", à participer jeudi soir à Paris, à la grande synagogue de la rue de la Victoire, à une cérémonie en mémoire d'Ilan Halimi. Il a jugé que ce drame "d'une gravité extrême" devait "provoquer notre indignation collective".
La mère du jeune homme Ruth Halimi considère que son fils "a été sacrifié au nom de tous les jeunes juifs". "S'il n'avait pas été juif, on ne l'aurait pas choisi", a-t-elle affirmé à l'AFP dans son appartement parisien".

Dix personnes de "la bande des barbares" sont poursuivies pour "enlèvement et détention", "association de malfaiteurs en vue d'enlèvement, détention et séquestration en bande organisée sous conditions avec actes de tortures ou de barbarie", et "association de malfaiteurs en vue de commettre un meurtre avec préméditation en raison de l'appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée".

Le judaïsme français, est pris dans la contradiction de ses composantes entre ce drame et le show typique et habituel, ainsi qu'en rend compte le CRIF sur son activité. Voici les termes mêmes dans la succession des phrases : "Le meurtre d’Ilan Halimi au cœur du dîner du CRIF. Le 21ème dîner du CRIF n’a pas failli à sa réputation. Le rendez-vous désormais incontournable du tout Paris politique et culturel a brillé de ses mille feux le lundi 20 février au Pavillon d’Armenonville. « Attaché à la République et à ses valeurs »..." Texte du site du Crif soi-même. Constrastes surréalistes; tout cela c'est notre famille, telle qu'elle est, en ses visages... divers du judaïsme. (Lien).

 

NOUVELLES au 17 février

A Paris, assassinat d'un jeune juif, avec cruauté. Communiqué: "Le B’naï B’rith France, organisation non gouvernementale Juive qui lutte contre toutes formes de racisme et d’antisémitisme, a pris connaissance avec tristesse du crime perpétré contre le jeune Ilan Halimi (zal). En dépit du caractère crapuleux de ce rapt, tout porterait à croire qu’il s’agit aussi d’un crime à caractère raciste et antisémite. En effet, sur quatre actes du même genre perpétrés par ce même groupe, trois l’ont été sur des victimes de religion juive. Aussi le B’naï B’rith France demande aux pouvoirs publics de faire toute la lumière sur cet acte odieux et de nous tenir informés du déroulement de l’enquête. Marc LUMBROSO Président du B’naï B’rith France". Bizarre: la presse camoufle qu'il était juif.