Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire

© Conditions du copyright

Les sites ne peuvent pas copier les pages
Dufour
 

La terre et le Temple dans le judaïsme

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
Voyez mes photos du Mont du Temple




 

Ici, belles photos de la lumière du Kotel actuellement
 

Ici, page 2, les premières photos du Kotel, splendides, au 19e et 20e siècles
Ici, ci-dessous, les photos historiques de la libération du Kotel
Ici, tous les sites sur Jérusalem
Pendant que vous regardez ces images du Kotel, écoutez ce document extraordinaire enregistré pendant la libération du Kotel et du Mont du Temple.

 
Ici, poèmes du Kotel

 PATIENTEZ UN INSTANT PENDANT LE CHARGEMENT DE CES PHOTOS EXCEPTIONNELLES

http://www.modia.org
Voir aussi : Voir Israël, c'est vivre, Liens et photos, Etude brève
Les tableaux historiques


 
 
 
Le judaïsme exprime une conception de la terre, de l'espace qui sont reliés à l'espace spirituel, ou monde d'en-haut.

 Il s'ensuit aussi qu'un lieu est particulièrement relié à cet espace d'en-haut, c'est la terre d'Israël, 
comme Avraham l'a découvert et c'est ce vers quoi il se dirige pour le sacrifice avec son fils Yits'haq, 
vers le Mont Moria qui deviendra Jérusalem. C'est la base de tout le judaïsme. 

Chaque juif qui prie s'oriente mentalement 
vers la terre d'Israël
puis vers Jérusalem
puis vers le mont du Temple,
puis vers le Temple,
puis vers le Saint des Saints
et, de là, montent ses prières. Ce lieu se nomme chaâr hachamayim, la porte du Ciel. 
C'est le nom que le Chla a donné à son siddour, son livre de prières qu'il a écrit à Jérusalem. 

Cette terre et ce lieu ont une fonction de bénédiction pour l'ensemble de la création et de ses habitants, 
dans la mesure où les juifs y vivent et y vivent selon la Torah. 
Le commentaire de toutes les parachiyotes l'explicite, spécialement le livre de Vayiqra.
 

D'où l'importance de la terre et de Jérusalem sur le site Modia. Ce n'est pas une question politique mais ontologique. 
(Pour mieux comprendre l'importance du "lieu" et de la terre dans le judaïsme, 
se reporter à la paracha Lekh lékha et à la paracha Dévarim).

Pour l'instant, dans l'état du monde et du peuple juif, ce lieu est en état d'incomplétude et d'occupation
Etat à vivre dans la fidélité, l'espérance et la paix. La fidélité suppose l'étude et la diffusion de la connaissance, 
et la vie ensemble selon les enseignements de la Torah.

le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour



Documentation scientifique

De nombreuses recherches tendent de mieux comprendre :
- la structure géologique et 
- l'évolution historique de ce lieu depuis son stade de Mont Moriah
- depuis le temps de David jusqu'à la destruction du Temple (1006-586), 
- la cité de David,
- les systèmes d'eau et le tunnel qui l'apportait dans la ville supérieure.

Elles cherchent à localiser exactement où était situé le Temple ; 
trois théories se justifient scientifiquement et selon la tradition : 
au nord du plateau, au centre où est actuellement le dôme 
et entre le dôme et la mosquée, juste en face du Mur, le Kotel. 
Il semblerait que cette dernière hypothèse soit la plus vraisemblable.

L'intrication de la Jérusalem actuelle et de la Jérusalem historique est totale.
Des vues aériennes permettent de voir exactement cette intrication tout au long des portes des murailles.

Des reconstitutions virtuelles permettent de visualiser ce qu'était le Temple ou de visualiser la ville ancienne..
Un "Institut du Temple" offre une exposition des travaux tels qu'ils se déroulaient dans le Temple selon l'état des recherches, avec des maquettes de chaque objet ou scène. Adresse: 24 rue Misgav Ladach, Vieille ville de Jérusalem, près du Kotel. Jérusalem. Tel/Fax: 972.2.5635240. Directeur (francophone) pour l'Europe: Jean Marc (Haïm) Rosenfeld.


Maquette du Temple et de la ville à l'époque
A Jérusalem, une maquette immense est réalisée dans les jardins de l'Hotel Holyland 
selon les dernières découvertes archéologiques
et montre la ville et le second Temple. La technique du Zoom permet d'explorer cette maquette.
 



Ici est tout notre amour, 
pierres qui ont enregistré tous les dialogues entre les Juifs et le Ciel,
ici est le lien au coeur de chaque Juif
et c'est à Jérusalem.
Toutes les prières de tous les Juifs du monde passent par ici.
Ceux qui veulent nous l'enlever devraient l'ôter de notre coeur et de nos yeux et de nos mains.
Je vous l'offre :
http://www.modia.org/infos/israel/mur.jpeg

 
 
 

Le Kotel, c'est une longue histoire

D'abord, c'est le côté occidental de la muraille vers lequel se replia la Chékhina, présence divine lors de la destruction du Temple 
et elle y séjourne depuis.
C'est vers l'Ouest également que nous nous tournons pour chanter le cantique Lékha dodi pour appeler la fiancée Chabbate.

Ce sont nos fautes, nos désunions, notre vie hors de la morale et de la justice sociale de la Torah qui ont détruit le Temple. 
Cette terre ne supporte pas une vie sociale et politique juive qui ne respecte pas la présence de Hachém 
et qui ne s'y fonde pas sur la sainteté. Alors le pouvoir des ennemis a prise et nous expulse. 
Nous avions été averti par la Torah, nous avons été avertis par l'histoire et nous sommes encore fiers 
de l'oublier en ne venant pas au rendez-vous du fiancé, en n'organisant pas la vie sociale selon la Torah 
et en profanant l'amour divin et l'amour fraternels, et finalement en collaborant avec l'ennemi pour lui remettre le sanctuaire.
 

Les Romains ont emporté les beautés du Temple et affiché l'acte dans la capitale de la civilisation romaine

De tous les pays, les Juifs on toujours monté vers le lieu du sanctuaire, 
malgré la famine, le manque de travail, les pires dangers.
Citons Maïmonine le Rambam, Na'hmanide le Rambane, le Chla haqqadoche, le Ram'hal, etc.

Voici également une photo du Rav Yéhouda Alkalaï (1798-1878) qui montèrent d'Autriche
pour développer l'étude de la Torah et l'agriculture et diffusèrent leurs idées en ladino, allemand, hébreu, 
bien avant les sionistes non religieux.

Voici une photo de 1906, ces Juifs sont arrivés à pied du Yémen et ils étudient. 
On reconnait leur particularité bien connue : devant leur manque de livres, 
ils étudient à plusieurs assis de tous côtés et ils sont capables de lire ainsi.

Les Etats musulmans, entre 1948 et 1967, ont saccagé tout ce qu'ils ont pu de ce qui était sacré 
pour le peuple de D.ieu.
Voici l'état de la vieille ville de Jérusalem où ils l'avaient réduite.

Voici les troupes jordaniennes en train de faire sauter la Grande synagogue multicentenaire 
de la Hurva dont il ne reste plus qu'un arc de pierre de nos jours.

Pour comprendre, voici comment était la synagogue Hurva 
(photo de 1942, lors du passage de soldats juifs de la légion britannique)
 avant ce sacrilège 

Voici les Palestiniens dans les territoires sous le contrôle d'Arafat 
détruisant publiquement une maquette du Temple en 2001

et voici comment ils attaquent maintenant le Kotel pendant que les Juifs y prient.
 
 
 

Image triste, bien éloignée de la détermination de l'armée israélienne et de ses citoyens il y a 50 ans.

L'armée la plus forte  du Proche-Orient, selon  les radios arabes,
a fuit du Liban et fuit et fuiera de même de l'ensemble de la terre de la Palestine.
Ce 20 mai 2001, Arafat, a déclaré solennellement : "la bataille décisive pour la Palestine a commencé",
après que les Etats arabes aient déclaré conjointement de continuer l'Intifada 
jusqu'à la victoire quel qu'en soit le prix.
Las voix de nos Grands rabbins ne sont pas entendues pour éclairer le peuple sur ce qui se passe,
pour leur montrer comment comprendre et comment réagir,
pour inviter le peuple à être présents sur place, à y construire Israël selon la Torah.
On ressent la solidarité de loin dans les affres devant la TV. 
Il y a quelques jours, un attentat dans le Supermarché de Netanya a fait 5 morts et des dizaines de blessés.
Au silence et à la remise en question s'est substituée le remplacement rapide 
des vitres du Centre commercial pour que les clients puissent... aller le soir au cinéma... 
Les journalistes disent : la vie reprend sa routine, revenons à la musique et à la publicité.
Les radios arabes décrivent cet écart, avec leur mobilisation morale et collective massive.
Le Kotel pleure de toutes ses blessures et attend ses enfants et ses amants.
Voici ce que faisaient les Juifs et Israéliens en 1967,
que leur courage, leur foi, leur exemple, et de toutes les victimes, ne soient pas vains.


(même si cette photo, la plus célèbre, est mise dans le domaine public 
par la générosité du photographe David Rubinger,

il faut lui rendre hommage, en se reportant aux CE-Rom de ses oeuvres)
Tous les soldats entrent auprès du Kotel, moment attendu depuis des siècles

Et le public suit

De siècles en siècles, les Arabes avaient construit devant le Kotel pour décourager les Juifs
mais les promesses sont irréversibles.

A chaque heure, grâce au Ciel, vous pouvez venir, 
à chaque heure, vous compterez sur Tsahal pour vous assurer le droit d'y prier sans danger.
A chaque heure, vous viendrez nous rassembler, nous ressembler.
Et ceux qui seront dans l'impossibilité pourront regarder sur Modia par le lien avec Aish haTorah.
Ils n'ont pas été vains les mérites de tous ceux qui sont montés vers la terre d'Israël au long des siècles, 
dans des conditions toujours terribles. 
Que nous soyions un peu sensibles à leur exemple, Amen.

Ce matin, 21 mai 2001, 28 Iyar, Jour de Jérusalem, Yom Yérouchalayim,
j'ai pleuré au Kotel devant un spectacle imprévu.
Je suis arrivé au lever du jour et toute l'esplanade du Kotel
et toute la grand place étaient déjà pleines de milliers ou de dizaines de milliers de jeunes
qui priaient Cha'harite, la prière du matin, chantaient puis dansaient.
Leur enthousiasme, leur foi, leur beauté étaient impressionnants.
Leur chant devait être entendu sur tout le parvis du Temple.
Des milliers de jeunes filles étaient là dans la partie des femmes et sur la partie de la place réservée,
elles aussi impressionnantes par la dignité, la beauté d'un habillement modeste et noble.
On voyait soudainement une masse réunie spontanément, volontairement, 
décidés à bâtir, à reprendre le flambeau des générations fidèles.
Ils chantaient fort : "Que le mérite de nos Pères nous protège".
Il était impossible de ne pas pleurer devant cette renaissance
loin des médias, des modes des supermarchés et des modèles américains.
Il est vivant le Gardien d'Israël, il est vivant le peuple d'Israël
grâce à ces jeunes, ici.
Ils nous redonnent la confiance et nos leaders devront tenir compte de cette jeunesse.
 
 
 
 

Ces jeunes sont aujourd'hui soumis aux mêmes promesses des partenaires du processus d'Oslo :
meurtres, attentats, mitraillages. 
Il n'en est pas un en Israël qui ignore l'un de ces cas dans ses connaissances.
Voici ce que les Arabes ont fait entre 1948 et  1967 de la vieille ville de Jérusalem 
quand Tsahal n'était pas là pour protéger :

Et voici deux documents probants, dans le quartier Juif des askénazes,
la vie quotidienne avant la fuite de survie

et voici ce que les voisins arabes ont fait de ces mêmes lieux



Regardons maintenant quelques images de Jérusalem en ces temps pénibles et d'aujourd'hui, grâce à D.ieu.
Nous sommes en 1948, Les Britanniques contrôlent encore la rue qui deviendra Chlomtsiyone ha malka:

et voici la rue aujourd'hui, vivante dans l'Etat juif en 2004 (photos de l'auteur).


Voici la rue Ben Yéhouda dans la douceur en 1935


et la voici en février 1948 après les attentats terroristes arabes.

Et voici la même rue en juillet 2004, vous retrouvez les bâtiments de 1935 à droite:

Quand les Juifs de France revoient l'antisémitisme renaître en Europe, ils devraient ressentir ce que l'on a réussi à bâtir ici et qu'ils ont place ici chez eux. Voici la vie de la rue en ce mois de juillet où à Paris les autorités juives leur demandent de camoufler leur kippa dans les rues. Deux mondes.

Voici les rues barrées par les occupants Jordaniens en 1948 qui saccagent derrière tout ce qui est juif dans le vieux quartier.
et voici la vie de ces rues aujourd'hui en 2004:


Un incident qui dépeint les positions classiques envers les droits des Juifs à Jérusalem, 
aux yeux des nations

Pour l'objectivité, nous reproduisons simplement une dépêche de Yahoo

Yahoo! Actualités 
International 
 

jeudi 11 mars 1999, 12h23

Israël prend la mouche face à la position de l'UE sur Jérusalem

JERUSALEM, 11 mars (AFP) - Israël est monté jeudi au créneau face au refus réitéré 
par l'Union Européenne de reconnaître sa
souveraineté sur une partie quelconque de Jérusalem.

L'Union Européenne (UE) a remis en question le statut de Jérusalem comme capitale d'Israël 
en réaction à l'opposition israélienne aux visites de diplomates à la Maison d'Orient, 
la représentation officieuse de l'OLP.

"Jérusalem unifiée est notre capitale depuis 3.000 ans et continuera 
à être une partie inséparable de notre pays. 
Toute tentative de changer
cet état de fait sera repoussée sur-le-champ", a déclaré à la radio 
le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les ambassadeurs de l'UE en Israël ont réaffirmé il y a quelques jours, 
dans un message adressé au ministère israélien des Affaires étrangères, 
le refus de leurs pays de reconnaître Jérusalem, 
y compris la partie ouest (israélienne) de la ville, comme capitale d'Israël. 

L'UE a voulu minimiser la porté de ce message en ne faisant qu'une "note verbale", 
un terme diplomatique pour désigner des
communications de moindre importance. 

Les diplomates ont souligné qu'"en accord avec le droit international, 
Jérusalem avait un statut de corpus séparatum", 
en référence à la résolution de l'ONU de novembre 1947 sur le partage 
de la Palestine, et à l'internationalisation de la ville.
Israël devait décréter en décembre 1949 Jérusalem ouest comme capitale, 
à l'encontre des résolutions de l'ONU. 

"En conséquence, l'UE n'a pas l'intention de changer ses règles de conduite 
concernant des rencontres à Jérusalem", poursuit la lettre.
La missive, parvenue à l'AFP, a été adressée le 1er mars au nom de l'UE, 
par l'ambassadeur d'Allemagne à Tel-Aviv, Theodore Wallau,
dont le pays assure la présidence de l'Union.
"Nous ne ferons aucune concession sur Jérusalem. 
Bien entendu il n'est pas question de revenir (à 1947) et nous considérons la
formulation de cette note particulièrement malencontreuse", 
a déclaré à la radio le chef de la diplomatie israélienne M. Sharon.
Le ministère s'était opposé à la tenue il y a trois semaines d'une réunion d'ambassadeurs 
à la Maison d'Orient, qui en fin de compte n'a pas
eu lieu, selon des sources concordantes israéliennes et diplomatiques.
Israël interdit à l'Autorité palestinienne toute activité à l'est de la ville, 
dans le secteur arabe de la ville, occupé depuis 1967.
Jusqu'à ce jour, la communauté internationale ne reconnait pas la souveraineté israélienne
sur Jérusalem, y compris le côté ouest. Mais
cette position de principe est rarement rappelée.
Les Palestiniens, pour leur part, espèrent faire de Jérusalem-est 
la capitale de l'Etat qu'ils veulent construire.
Le statut définitif de la ville doit être tranché lors des négociations sur le statut final 
des territoires occupés, censées finir le 4 mai, alors
qu'elles n'ont jamais réellement commencé.

Le précédent gouvernement travailliste s'est également opposé à maintes reprises 
à des visites de ministres étrangers à la Maison d'Orient.

Il tolérait toutefois des visites d'officiels de moindre rang et de diplomates, 
ce qui lui a valu d'être accusé par la droite --particulièrement en
période électorale-- de céder sur Jérusalem.

"L'Europe a réagi aux pressions israéliennes en menaçant d'ouvrir une boîte à Pandore", 
estimait le chercheur Meron Benvinisti, dans une
interview au quotidien israélien Haaretz qui a révélé cette affaire.

"Elle dit en l'occurrence à Israël: si vous continuez à nous provoquer sur Jérusalem-est, 
nous nous rappellerons que nous n'avons jamais
formellement reconnu votre souveraineté sur Jérusalem-ouest", note ce chercheur.

Retour à la 1e page sur JERUSALEM