Modia
Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire

© Conditions du copyright
1976-2002
 

Les grands Sages de la Tunisie
par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour 
 http://modia.org
Cette page est dédiée à chacun de  mes nombreux et chers amis tunes.
Que le mérite de ces Sages leur soit bénédiction.
© Copyright

Plan
Sources
Tableau généalogique expliqué des Sages de Tunisie
Hiloula de quelques Sages de Tunisie
La yeshiva du judaïsme tunisien et son site en français ici
Autres sites consacrés au séfaradisme
 
 

et La langue parlée des Tunes
Pourquoi est-il nécessaire de connaitre cela ?
et la synagogue tunisienne
et les maîtres du judaïsme marocain
Les grandes dates du judaïsme tunisien
Les noms de famille des Juifs de Tunisie


Sources

Sources principales : les livres du 'Hida (Chém hagguédolim) après son voyage de 1774-5 à Tunis, 
les travaux inégalables actuels du Dr Mikhal Saraf, de Ribbi Méïr Mazouz.

Qui est le 'Hida ?
'Hida. Ce sont les initiales de Ribbi 'Hayim Yosséf David Azoulaï (1724-1806), sépharade, naquit à Jérusalem. Il est l'arrière petit-fils de Ribbi Avraham Azoulaï de Féz (1570-1643) qui vint à 'Hévrone. 
Il étudia auprès de Ribbi 'Hayim ben Âttar. Par l'influence de son passage, il fait partie du paysage du judaïsme tunisien.
Ribbi 'Hayim ben Moché Ibn Attar (1696-1743) est l'auteur du livre Or ha'hayim, commentaire de la Torah.  Né à Salé au Maroc, il partit en 1739 pour la terre d'Israël, préchant la téchouva sur son parcours et suscitant  de nombreux retours au judaïsme fervent. Il manifesta un grand amour pour l'ensemble du peuple juif, ses  étudiants priant constamment pour ceux de la diaspora, jour et nuit. Comme d'autres nombreux Sages célèbres, il mourut peu d'années après son arrivée en Israël. Le livre Or ha 'hayim fut très apprécié dans toute l'Europe. On dit que  Rabbi Israël Baâl Chem Tov voulut monter en Israël pour étudier auprès de Ribbi 'Hayim ben Moché Ibn Attar. Il est enterré à Jérusalem au Mont des Oliviers. Hiloula très populaire, de tous les courants du judaïsme,  le 15 Tamouz.

La personnalité du 'Hida est très particulière et brillante en de nombreux domaines. Il fut au même titre le grand talmid 'hakham de sa génération, estimé et vénéré par tous,  commentateur de nos sources, responsable communautaire et impliqué dans des disputes locales, caballiste, décideur dans la halakha, bibliophile, quêteur dans le monde pour les communautés de la terre d'Israël et la  Yéchiva de 'Hévrone (Hébron), grand voyageur, enquêteur sur les communautés de la dispersion et sur le  monde non juif, anthropologue sur les coutumes juives dans les diverses communautés autour du bassin méditerranéen, et écrivain sur ses voyages. Son passage en Tunisie et à la cour de Louis XIV sont restés célèbres. Il le recensa dans son livre Maâgal Tov. Ses livres les plus connus sont Birkhé Yosséf (qui est un commentaire sur le Choulkhane Âroukh de Ribi Yosséf Caro), ses  enquêtes de voyages (Zikhrone maâssiyote vé nissim), son répertoire des noms de sages (Chém haguédolim), son  commentaire des psaumes (Téhilote Yosséf)  que l'on trouve sur le site à propos des psaumes du Ômér et pour les juifs d'Iran. Il est enterré à Jérusalem. Ce sont ses différentes oeuvres qui nous ont fourni les renseignements suivants. Ribbi 'Hayim ben Moché Ibn Attar, le 'Hida et Ribbi Tséma'h Tsarfati sont enterrés à Jérusalem, preuve que ces leaders étaient orientés vers elle et prêts à tout  quitter pour cela.
 
 


La généalogie des Sages de Tunise

1e GENERATION récente.

Après plusieurs siècles sur lesquels il n'y a pas grand chose de remarquable à dire, à cause des persécutions, le niveau est remonté et, au 18e siècle,
apparaissent  les 3 gloires du judaïsme tunisien

Ribbi Tséma'h Tsarfati, le plus grand rabbin tunisien du 18e siècle.
Ses contemporains :
- Ribbi Yosséf Cohen-Tanugi,
auteur du Béné Yosséf, 1793.
- Ribbi Yéhouda Cohen-Tanugi, auteur de Eréts Yéhouda, 1797.
Ribbi Tséma'h Tsarfati , également nommé le ZZ, est décédé en 1717 le jour du petit Pourim à Jérusalem lui aussi. Aucune oeuvre n'a subsisté hormis des notes annexes. Nombreuses légendes merveilleuses. Il était, selon le 'Hida,  spécialiste du iyoune sans "pilpoul" inutile, méthode d'étude précise du talmud, des Tossafotes, du Maharchal (R. Chlomo Louria) et du Maharcha (R. Chmouel Edels).
Les élèves du R. Tséma'h Tsarfati - Baba Rebbi (Ribbi Avraham HaCohen), décédé en 1715
- Baba Sidi (Ribbi Avraham Taïeb), disciple des deux précédents, auteur de 'hiddouchim, décédé en 1741.
On n'a pas d'écrits de ces deux rabbins.
2e GENERATION. 
Le formateur, un livournais devenu rabbin de tous, malgré les divisions entre livournais et tunisiens d'origine.
Ribbi Yits'haq Lumbroso, élève de Ribbi Tséma'h Tsarfati et de Baba Rebbi (Ribbi Avraham HaCohen). Décédé en 1752. Auteur du Zérâ Yitrs'haq, 'hiddouchim sur le talmud, premier livre imprimé à Tunis, en 1768 ! Les impressions se faisaient à Livourne. Il fallut attendre 1891 pour que l'imprimerie Uzan ouvre l'édition.
3e GENERATION.  - Ribbi Morde'haï Baroukh Carvalho, dayane des livournais, auteur de Toâfote Réém sur Rachi et sur le Réém (1761) et de Mira dakhia. Il est décédé en 1785.
- Ribbi Messaoud Elfassi, originaire de Féz, publia Mich'ha DéRavouta (1805) avec ses deux fils Chlomo et 'Hayim, titre composé de leurs initiales. Décédé le 1 Tévét 1774 ou 1776. Ses fils écrivirent ensemble Kérouv Mimchach.
- Ribbi Né'horaï Jarmon, né à Tripoli où sont père Yits'haqfut martyr. Elevé par R. Yits'haq Lumbroso, ami de son père R. Yit'haq Jarmon ou Djermon. Commentateur de nombreux traités du talmud et posséq ou décisionnaire (Yétér habbaz, 1787) et poète, il décéda à Pessa'h 1783 à 85 ans. La majorité de ses oeuvres furent détruites par une invasion d'Algérois musulmans et Juifs, en 1752. Il a laissé 11 poèmes célèbres Il est le père de R. Pin'has Jarmon, auteur de Tsédaqa la'Hayim.
- Ribbi Natane Borgel, auteur de 'Hoq Natane (1776) sur le traité Qiddouchine, décédé à Jérusalem en 1792.
- Ribbi Yosséf Zarka, disciple de Ribbi Yits'haq Lumbroso, président du tribunal rabbinique,  forma de nombreux élèves (plus de 100) selon la méthode du iyoune, d'après le 'Hida (R. Yéocha, R. Avraham Qatane happarnas, R. Yaâqov Maarek, R. Yits'haq Taïeb...). Il écrivit Od Yosséf 'Haï sur la michna, Parpaotes la 'hokhma sur le raisonnement par a fortiori (kal va 'homér) et des réponses hilkhatiques Yosséf 'haï. Décédé à la fin du 18e siècle. Ses livres furent publiés par E. Moché 'Hayim Zéitoun.
- Ribbi Yossef Cohen-Tanugi, élève de Baba Sidi.
- Ribbi Avraham Taïeb, auteur de Béné Yosséf, sur le talmud, 1793)
Ribbi Messaoud Elfassi est l'objet de nombreuses histoires miraculeuses dont la plus célèbre est son arrivée à Tunis sur un lion.
Comme deux autres rabbins (Ribbi Aarone Péréts à Djerba  et Ribbi Chimeône Lavi à Tripoli), il resta en Tunisie pour éduquer le peuple alors très ignorant en Torah. 

4e GENERATION Ribbi Ouziél Elhaïq décrivit la vie communautaire dans Michqénote roîm, livre de Réponses hilkhatiques. Décédé en 1810.
Ribbi Yits'haq Taïeb a écrit un commentaire du Choulkhane Âroukh intitulé Arakh hachoulhane et d'autres livres. Décédé en 1830.
Ribbi Yits'haq 'Haï Taïeb lo mét (19 Kislev 1743 ou 1760-16 Iyar ou 19 Kislev 1837). Sa hiloula est célébrée en Israël le 19 Kislev. On y chante le poème R. 'Haï Taïeb lo mét n'est pas mort, il est dans le monde de vérité éméte. Il eut le malheur de voir toute son oeuvre sur la Torah brûlée par inadvertance par sa mère et ne s'en remis pas. Son surnom exprime son mérite.
Ribbi Eliahou 'Haï Borgel  (Midganote Natane, 1885).
R. 'Haï Taïeb lo mét  a laissé une oeuvre sur la michna, recueillie par R. David Uzan (auteur de Maguéne David, 1913) et R. Moché Chitroug ou Sitruc  (Dayane vers 1920, décédé en 1928) et intitulée 'Hélév 'Hitim (fleur du blé) selon les initiales de son nom. Une nouvelle édition date de 1982 par R. Moché Mimoun avec une préface de R. Méïr Mazouz.
De très nombreuses histoires merveilleuses et édifiantes sont rapportées sur la vie de R. 'Haï Taïeb lo mét.
5e GENERATION Ribbi Yéchouâ Bessis (1773-9 Tévét 1860). R. Messaoud Elfassi vint assister à sa naissance (sa mère se nommait Masséouda) car il y voyait un futur Sage. Il était dénommé Chouâ. Il était versé dans la qabala pratique et pratiquait le Tiqqoune 'hatsote, prière de minuit; et le recommandait. Il forma de nombreux élèves. Il fut dayane de Tunis à partir de 1826 et succéda à R. Yits'haq 'Hayim David HaCohen-Tanudji. R. Natane Borgel II à qui revenait la charge y renonça en sa faveur. Il fut un grand posséq, décisionnaire. Il signa des autorisations d'imprimer pour de nombreux livres. L'ensemble de ses contemporains le louèrent.
Il publia Avné tsédéq sur le Choulkhane Aroukh, Guénizé chalom, Maâssé béit dine, Mitsvote Kéhouna,...
Ribbi Chaoul ben Moussa HaCohen, de Djerba (1772-1848) reçut la demande de R.Y. Bessis d'assurer la formation des futurs rabbins das le cadre préservé de Djerba devant les débuts de l'assimilation à Tunis et sous l'influence de l'Alliance Israélite Universelle. Son fils est R. Moché Cohen (1790-1863) qui sera le grand-père de  R. Moché Khalfon HaCohen et écrivit Bérite Kéhouna sur les coutumes de Djerba.
Ribbi Yits'haq Nataf, auteur de Ouchévouâto lé  Yits'haq (1825).
Les rabbins de la communauté portugaise de Tunis : David Bonan, Daniel Cartoso, Yosséf Lumbroso (vers 1830).
(Signature de R. Y. Bessis)

Son maître fut R. Moché Chalom, auteur de Yisma'h Moché dont les autres élèves furent R. Eliahou Bélaïche, R. Moché Barda, R.Chalom Chimôni de Gafsa (1783-1864), R. Mordéha¨Elguez de Sousse, R. Chlomo Scémama décédé en 1806. 
Les rabbins qui siégeaient avec lui au tribunal rabbinique étaient :
Yists'haq 'Hayiml Achkénazi, Moché Barda, Natane Borgel, Mordehaï Guez, Yéhouda HaCohen-Tanudji, Avraham Hagége, Yéhouda Halévi, Yéhouda Nadjar, Mordékhaï Nadjar, Chmouel Sfez, Yéchouâ Sfez, Avraham HaCohen Yits'haqi.
De très nombreuses histoires merveilleuses et édifiantes sont rapportées sur la vie de R. Yéchouâ Bessis. Son éloge funéraire fut prononcé par R. Yits'haq Avrahami (décédé en 1861) et par R. Raphaël Méïr Panigel, chalia'h de Erets Israël, qui deviendra Grand Rabbin de Jérusalem et décéda le 14 Tévét 1892.

6e GENERATION R. Avraham HaCohen Yits'haqi, éminent disciple de R. Y. Bessis et auteur de Michkénote Kéhouna. Décédé en 1864.
Ribbi Moché Chemla, de Tunis, installé à Sfax fut aussi élève brillant de R. Y. Bessis et se distingua par ses connaissances en toutes matières ainsi que par longue vieillesse.
Ribbi Yéhouda Jarmon (1812-1912), centenaire, arrière petit-fils de Néhoraï et porte le nom Yehouda du grand-père de celui-là. Il publia Chouva Israel sur la téchouva (1886) et Na'halote Avote (poèmes, 1877).
Ribbi Ouziel Al-Haïk a publié un ouvrage qui est la source de notre connaissance des rabbins et communautés du 18e siècle en Tunisie (Michkénote la Roê, publié en 1860). Son autre livre est aussi original et fait l'éloge funèbre de 31 rabbins.
R. Yaâqov Aboccara (1843-1941).

(Ribbi Yéhouda Jarmon)
7e GENERATION R. Moché Khalfon HaCohen, de Djerba (12 Chévate 1874-18 Tévét 1950). Il écrivit Qol Moché sur l'histoire de Djerba et Torah vé 'Haayim en réponses. Il signa le 'hérém contre l'Alliance Israélite Universelle à Djerba, en compagnie de R. Sassi HaCohen, R. Ra'hamim Haddad, R. Yaâqov HaCohen, R. Yosséf Berribi, R. Tsione HaCohen.
R. Israel Zeitoun, dayane de Tunis (dcd en 1921), fut favorable à l'Alliance Israélite Universelle. Les rabbins qui ont signé les takkanote, décisions, pour les études à l'Alliance  sont Avraham Aboccara, Eliahou Borgel, Mordehaï Chmadja, Yits'haq Farjon, Avraham Finzi, Avraham Lumbroso et Saadia Nataf.
R. Yits'haq 'Haï Boukobza, dayane de Moknine (1853-1930).
8e GENERATION (vers 1920-40)

R. David Ktorza, Président du tribunal rabbinique de Tunis.
R. Yaâqov ben Yits'haq Ktorza, Grand Rabbin de Monastir.(ci-dessous):


R. David Nahoum, dayane, Tunis.
R. Yaâqov Aboccara, Grand rabbin des livournais.
R. Makhlouf Idane, Grand rabbin de la synagogue Hara Zghira de Djerba.
R. Yaâqov Cohen, Grand rabbin de Gafsa.
R. Yosséf Guez, Grand rabbin de Tunis et Sousse (1928-1934).

9e GENERATION R. 'Hayim Bélaïche, Grand rabbin de Tunis (1940-1947).
R. David Ben Baron, Grand rabbin de Tunis (1947-1955).
LES 3 DERNIERS GRANDS RABBINS DE TUNISIE:
R. Meiss Cohen 1957 1974
R. Fradji Uzan 1974- 1984
R. Haim Madar 1984-2005
10e GENERATION : les Mazouz Ribbi Moché Zaqén Mazouz.

et son élève R. 'Hayim Houri de Djerba puis  Gabes, enterré à Beer Chévâ, maître de R. Saîd 'Haddad.
R. Ra'hamim 'Haï 'Hawita HaCohen, disciple et successeur du dayane  R. Moché 'Halfon HaCohen. Il partit en Israël à Béré'hia et est décédé en 1950. 
Ribbi Matslia'h Mazouz

fut directeur de Yeshiva à Tunis et dayane, et créa la Yechiva Kissé Ra'hamim au nom de R. Ra'hamim 'Haï 'Hawita HaCohen. Il fut assassiné par un arabe lors des émeutes à Tunis  le 21 Tévéte 5731, 1970. 
son livre de Réponses halakhiques (choute) "Iche Matslia'h" lui a donné ce nom.
Ses fils, Ribbi Tséma'h et  Ribbi Méïr Mazouz

ont transféré la yeshiva à Bné Braq en Israël. Le style intérieur est typiquement djerbien. C'est le centre actuel de la tradition d'étude tunisienne et de ses publications.
Un siddour quotidien , livre de prière, au nom de Iche Matslia'h, siddour précis et lisible, insistant sur les règles d'écriture et de prononciation, est devenu un classique de référence, même pour l'étude chez ceux qui ont d'autres coutumes.
Ici, l'appel lancé par le Rav Méïr Mazouz, leader du judaïsme tunisien, à tous les Juifs de monter en Israël.

Le nom Mazouz, Cohanim de Djerba, l'île aux Cohen, remonterait au temps d'Ezra et désignerait les "derniers " qui se sont joints pour l'aliah vers Jérusalem (-500 avant l'ère commune).

Deux grands autres projets des juifs tunisiens sont en voie de construction : à Jérusalem, une synagogue, reproduction de celle de Djerba dans le quartier de Talpiote ; à Nathania, un Centre mondial des tunisiens avec reproduction de la grande synagogue de 1935 de Tunis. 


Hiloula de quelques Sages de Tunisie
(merci de compléter).





- TICHRI 
- 1. 5673- 1913, R. Chlomo Dana.

- KISLEV
- 13. an 5688-1927, R. Moché Chetroug, Sitruc.
- 19. an 5596-1836, R. Faï Taïev le mét.

- TÉVÉT
- 9. an 5620-1860, R. Yéchiouâ Bessis.
- 21. an 5730-1970, R. Matslia'h Mazouz.

- CHEVATE 
- 10. an 5719-1964, R. Ra'hamim 'Haï 'Hawita HaCohen.
- 23. an 5639-1939, R. Yits'haq 'Haï Bokobza.

- NISSANE
- 27. R. Chouchane Boukhrits.

- IYAR
- 2. an 5675-1915, R. Moché Zakén Mazouz.
- 6. an 5608-1848, R. Chaoul HaCohen.
- 25. an 5710-1955, R. 'Hayim Nouri.

- SIVANE
- 20. an 5707-1947, Rabbi 'Hayim Bellaïche.


La yeshiva actuelle qui enseigne selon la tradition et les méthodes d'étude du judaïsme tunisien :
Yeshiva Kissé Ra'hamim
Adresse :
Rehov HaRav Ouziel 26
POB 2750 Bné Braq. Israel
Tel depuis Israël  03-6767163 ou 4
Tel depuis l'étranger : 972 3 6767163 ou 4

Son site en français ici
 
 



Quelques photos du R. 'Hayim Houri de Gabes

    

et une photo folklorique mémorable des notables de Gabès où bombent le torse de prestance le tout petit représentant de la France et le représentant tunisien (à droite du français, R. 'Hayim Houri).

La plupart des Gabessiens ont tranféré les tombes de leurs défunts dans la terre d'Israël. C'est tout à leur honneur.


Vous pouvez continuer votre exploration du monde des communautés, dans une autre optique, dans la liste des excellents sites amis que je recommande dans mon annuaire, aux rubriques Communautés et Séfaradisme.