Jérusalem, que je t'aime dès le matin!
Méditation au lever du soleil depuis ma fenêtre.

Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
http://www.modia.org
© Copyright Dufour

 
Quelques instants de patience pour l'ouverture des images de haute qualité, la naissance en vaut l'attente.


N'allez pas vite, prenez le temps de regarder les nuances, les couleurs. Ecoute Israël. C'est un apprentissage pour la sensibilité de la vue, du coeur. Peu à peu le contact sera différent. Vous percevrez le déplacement du soleil d'image en image, comme dans la réalité, les changements subtils mais réels de tons sur les nuages, les rayons imperceptibles qui traversent l'espace. Et le foyer si puissant qui veille à ne pas écraser les autres. Si les humains se levaient comme les merles et les autres oiseaux qui commencent alors à chanter, et s'ils regardaient alors ce cadeau en direct du ciel, ils planteraient la délicatesse dans leur coeur pour toute la journée. Le Zohar II 1356a le dit clairement: "ilmalé divré âlma étimine libba (si les gens de ce monde ne fermaient pas leur coeur) ou sétimine âyénine (et ne fermaient pas leurs yeux), lo yokhline le méyaqem miqal méîméta (ils ne pourraient pas supporter la voix des chants) dé galgéla déchimcha kad natél (lors de la réapparition du soleil).
Laissons donc nos coeurs être en contact: libbi ouvéssari yérannénou el Qel 'haï (mon coeur et ma chair se réjouiront vers le D.ieu vivant) Psaume 84.
Entrons en relation.
Tout à coup, la nuit noire reçoit une flamme. La lumière existait donc encore quand j'étais dans l'obscurité. Modé, je reconnais.
C'est le désordre du noir et de la flamme.



De la fenêtre je regarde, c'est la lumière qui gagne et tout s'adoucit comme sous l'effet d'une douce caresse de lumière.
"Montre Ta grandeur qui dépasse les cieux et que Ta gloire brille sur toute la terre" (psaume 57,6).


Le sombre et la lumière alternent comme un battement de coeur, comme un balbutiement en douceur


"Halélouya, cieux des cieux et vous les eaux qui êtes au-dessus des cieux" (psaume 148, 4).
Les étages différents se révèlent et s'étendent immensément. C'est le royaume des couleurs qui chantent.

L'astre immense n'a pas d'arrogance, il entre en timide décence. Leçon pour tous ceux qui se pensent puissants.

Les couleurs et les nuages s'inclinent à l'unisson du même chant.
"Les cieux racontent Sa justice, tous les peuples sont témoins de Sa gloire" (psaume 97,6).


"Devant Lui une flamme s'avance qui embrase à l'entour" (psaume 97,3).


"Tu es le souverain de toute la terre, infiniment élévé au-dessus de tous les dieux" (psaume 97,9).

"La lumière se répand sur les justes, et la joie sur les coeurs droits" (psaume 97,11).
Il est une unité qui dépasse toutes les diversités.

"Les cieux s'ouvriront et je verrai" (Ezékiel 1,1). Par ta lumière, si mon coeur reste modeste.

Pour que l'amour soit libre et valeur, Tu me laisseras douter du bonheur et attendre longuement la totale lumière.
"Les cieux des cieux sont à Hachém" (psaume 115,16). Nous sommes trop impatients.

Parfois même, j'ai l'impression que la lumière baisse, c'est alors que je Te dis: "je T'aime".

C'est le coeur que Tu as créé qui me fait percevoir les rayons imperceptibles de ton rayonnement.
Seule la délicatesse a raison dans le monde des violences.
"Le jour en fait le récit au jour, la nuit en donne connaissance à la nuit.
Pas de discours, pas de paroles, sur toute la terre s'étend l'harmonie et leurs accents vont jusqu'aux confins du monde,
là où D.ieu a assigné une demeure au soleil." (psaume 19).


"Celui-ci, pareil au jeune époux sortant de sa chambre nuptiale, se fait une joie, tel un héros, de parcourir sa carrière".(psaume 19,6).
Le premier oiseau comme un ami du fiancé qui s'avance vers l'aimée, s'élance dans l'espace.


De marches imperceptibles en marches imperceptibles, l'amour avance et gagne quand la confiance est certaine.
"Yismé'hou ha chamayim vétaghel ha arets" les cieux se réjouiront et la terre jubilera (psaume 96,11)
et pour qui sait lire dans la Création dont l'hébreu est l'expression, les initiales de ces mots forment ton nom Hachém
et les lettres finales disent "tsalmo" à Ton image nous sommes. Une même lumière unit tout et nous le prouve.
L'espace n'est que Ton amour.

Finie la lenteur de l'espérance, cette fois Ta lumière se répand, Ton soleil prend place sur l'espace.
"D.ieu des cieux, Il nous réussira" (Néhémie 2,20).
"Cherche tes délices en Hachém et Il t'accordera les demandes de ton coeur.
Remet ta destinée à Hachém et confie-toi à Lui, et Il fera ce qui t'est nécessaire.
Il fera éclater ta justice comme la lumière et ton droit bon comme le grand jour.
Repose toi en silence sur Hachém et espère en Lui, ne jalouse pas celui qui voit réussir ses entreprises
l'homme qui accomplit de mauvais plans. Laisse tout dépît, renonce à la colère, ne t'emporte pas, ce serait mal agir.
Car les malfaiteurs seront exterminés, mais ceux qui espèrent en Hachem posséderont eux, le pays". (psaume 37).

Merci, ce matin encore, Ton lever du soleil nous a rappelé l'ordre des choses.
"Du haut du ciel, Il m'envoie Son secours, celui qui m'opprime aura beau m'insulter,
D.ieu envoie du Ciel tout ce qui m'est nécessaire et comble mes aspirations.
Ta grandeur dépasse les cieux, et Ta gloire brille sur toute la terre.
On avait creusé une fosse pour m'y faire tomber, ils y sont tombés eux-mêmes.
Mon coeur reste ferme, ô Dieu, je peux chanter, célébrer Tes louanges.
Réveille-toi mon âme, je veux réveiller l'aurore.
Montre, Eloqim, Ta grandeur qui dépasse les cieux, que Ta gloire brille sur toute la terre. (psaume 57).


Autre lever du soleil, ici:

cette fois, sur le Mont du Temple depuis le Mont des Oliviers (Har ha zeitim), une symphonie.



Et ici :
MERVEILLEUSES PHOTOS DU 19E ET DU 20E SIÈCLE AU KOTEL

L'AMOUR DU KOTEL, de génération en génération


ENSUITE ICI ( le KOTEL, la Libération)