Page nouvelle

Jérusalem que j'aime

Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
Retour à la page d'accueil http://www.modia.org

Retour ICI ( à la page des autres exercices d'expression sur les photos de la vie quotidienne)

Retour ICI ( à la page des autres photos de l'auteur du site)

Il est interdit aux sites de copier cette page et de la reproduire même partiellement. Ils peuvent seulement faire un lien.
Quand vous le découvrez, n'allez plus sur des sites, avertis, qui volent ainsi délibérément le travail d'autrui.

© Copyright Dufour


Ici, page 1 belles photos de la lumière du Kotel actuellement
Ici, page 2, les premières photos du Kotel, splendides, au 19e et 20e siècles
Ici, page 3, les photos historiques de la libération du Kotel
Ici, tous les sites sur Jérusalem
Pendant que vous regardez ces images du Kotel, écoutez ce document extraordinaire enregistré pendant la libération du Kotel et du Mont du Temple.
Ici, poèmes du Kotel


 PATIENTEZ UN INSTANT PENDANT LE CHARGEMENT DE CES PHOTOS EXCEPTIONNELLES



 
 

L'AMOUR DU KOTEL, de génération en génération

Poème de présentation
 

Tout Juif aimerait venir devant le Kotel
et y ressentir et y reconnaître
la Présence de la Chékhina invisible et muette
et y revivre en mémoire fidèle
les échos des chants du Sanctuaire
et les sacrifices des fêtes
et l'effondrement des pierres
et caresser l'écorce qui reste
marquée des pleurs de millénaires,
et y revoir toutes nos soeurs et tous nos frères
présents malgré les dangers et malgré la misère,
incessants amants qui embrassent sans cesse
les mêmes plaies, et les mêmes douceurs de ces pierres.

Tout Juif aimerait y venir en duo de rêve,
uni à l'aimée comme le ciel et terre
et cet amour, à ses enfants le transmettre
et que nul d'entre eux ne brise la chaîne.
Dans les couleurs qui se succèdent
nous savons que d'ici naissent les arcs-en-ciel.

Ici, les grands et les petits, tous y viennent,
aucun n'est plus grand que son frère.
La dimension de l'homme est le temps de ces pierres.
Nous passerons, chacun respiration légère et brève,
mais le rocher qui a créé le monde est caché sous ces pierres
et les empires dominants et les religions fières
n'ont jamais pu et ne pourront jamais
nous dominer, nous tromper et nous enlever
le baiser incessant que nous donne le Ciel.

Tout Juif voudrait dire merci
d'être un maillon de cette chaîne.


Avant de franchir la galerie de photos anciennes, allons plus loin encore.
Nous sommes ici tout en bas de la muraille actuelle qui prolonge le Kotel à gauche, là où la muraille rejoint le sol.


(photo de Serge Ben Ichaï)
Nous sommes entre les roches, sur le Mont Moria, comme Adam ha richone a pu le fouler, comme Avraham et Yits'haq pouvaient les fouler également en montant pour la âqéda, le sacrifice. Comme nous, où nous sommes on a apporté les premières gigantesques pierres qui supportent la muraille, aussi haute sous le niveau actuel qu'elle l'est au-dessus.


(photo de Serge Ben Ichaï)

A droite, sous le Mont, d'autres tunnels, des caves découvertes et d'autres qui ne le sont pas et où la tradition dit que sont les trésors du Temple dont le premier est l'arche d'alliance. D'autres disent que cela a été caché ailleurs.
  Ici, vous pouvez visiter ce tunnel (lien Aish).

Aujourd'hui, dans la salle d'entrée de ce tunnel impressionnant,
on a disposé une très grande maquette qui représente le Temple

(photo de Serge Ben Ichaï)

Sur mes photos personnelles suivantes, vous pouvez vous imaginer exactement le début de ce pont par lequel les Juifs entraient au Temple. Nous sommes en plein soleil de midi. La pierre de Jérusalem devient lumière intégrale.

L'esplanade du Kotel est 100 mètres à gauche et on passe devant ce mur et sous l'emplacement de ce pont quand on s'y rend.Voici de plus près le soutainement de ce pont, bien ancré dans le mur d'où la Chékhina (présence divine) n'est jamais partie, fortement ancré comme nous.

Quelle est cette pierre au premier plan ? Elargissons la vue.

Sous le soleil éclatant, nous découvrons les ruines des habitations et les rangées des portes de boutiques qui se trouvaient en dessous du pont : tout a été détruit.

Bien plus, les pierres jetées du haut du Temple aussi bien que du pont lui-même ont défoncé le pavement de pierre de la rue qui longeait la muraille sous le pont.

En regardant cette image, nous voyons les gens marcher et fuir, nous entendons les soldats romains et leurs machines de destruction qui cognent et le bruit des pierres qui tombent, et le sol qui craque sous la chute des pierres.

Et tout est là encore, comme ce jour-là de Av (ici lien avec le sens du mois de Av). Et ces pierres sont ce qui nous reste de dessus le parvis du Temple, en plus du Kotel qui est la muraille de soutènement. Quand nous voyons et touchons ces pierres, nous nous souvenons qu'elles étaient là-haut où se faisaient les chants, les sacrifices, les prières. Oï de nous quand aujourd'hui encore nous délaissons notre trésor. Que ces pierres crient la douleur que nous devrions ressentir de n'être pas ici à vivre selon la Torah de Jérusalem qui est le but de toute la Torah et la seule fonction du peuple.

Ces pierres ont hurlé en tombant, comme à Auschwitz :c'est nous divisés, haineux parfois, refusant la beauté de la Torah d'Israël. Mais, cependant, nous restons les uns près des autres et la lumière ne nous quitte pas et des fleurs surgissent même de cela (cherchez-les). Il y a donc espoir. Si nous étions allés au Kotel et que nous n'avions pas vu tout cela, c'est que nous fermons un peu nos yeux et notre coeur pour ne pas voir et entendre combien le Ciel et toutes les générations crient vers nous et veulent nous transmettre ces messages. La Torah dit sans cesse: "aujourd'hui, âta, ha yom, si vous écoutez ma voix, Ecoute Israël". Regardez ce qui reste encore de la beauté des pierres du Temple.

Et regardez la taille de la blessure à côté, sur la pierre en bas à gauche. C'est le choix que nous avons:
être le seul être dans lequel nous avons été créé et vivre le trésor, ou nous détruire.

Même des pierres différentes s'étaient unies en une seule pierre de beauté d'angle.
 

La poussière ne parvient pas à cacher la beauté qui attend de revivre.


Voici une pierre magnifique de la Porte 'Houlda, l'une des deux grandes par où entraient les pélerins. Elle se trouve aujourd'hui à la Tour de david.


En nous aussi, vivent encore belles colonnes fortes et douces et rondes, et pièces sanctuaires.

Ils ont brisé ici un mikvé des Cohanim ou des pélerins qui venaient se purifier avant de monter sur le parvis pour les sacrifices et les prières; mais nous continuons à prier et à aller au mikvé. Voici les marches du mikvé, ici ils ont marché.
 
 
Nos ennemis n'ont pas gagné. Les ennemis actuels qui nous lancent des pierres ou se font exploser pour nous détruire, ou les Européens antisémites, ou les religions qui disent que nous n'avons pas accepté leurs innovations, ou les médias qui nous salomnient, tous ils perdent leur temps comme ces Romains et tous les persécuteurs de tous les temps. Le psaume 84,4 qui ouvre l'office de Min'ha dit : "même l'oiseau a trouvé la maison, gam tsipor matsea vaite". Il est ici l'oiseau parmi ces pierres et nous dit de sa bouche ouverte ce verset du psaume. La maison (beit ha miqdache) est ici si nous le voulons. Et de ces pierres qui restent belles, nous reconstruirons.
 

Déjà le Ciel a préservé cette pierre merveille sur laquelle est écrit que c'est la pierre d'angle de la muraille d'où l'on sonnait du chofar (lé véit ha téquiâh la Chem). Ainsi, Elie, Eliahou, viendra d'ici même, ni de New York ni de Russie ni de Paris ni d'Argentine ou de Chine, sonner le retour des exilés et la venue du Machia'h, de nulle part ailleurs. Ces temps seront durs, peut-être ce sont les nôtres, ne soyons donc pas trop loin pour ne pas augmenter nos douleurs
afin d'arriver sains et saufs au lieu du bonheur.
 

C'est ici (en haut de cet angle qui est à droite du pont que nous avons vu au début de cette suite de photos) que nous replacerons la pierre et que reprendra le service du Temple et l'union de tout le peuple à Jérusalem, ville de la paix et de l'unité. Elle est tombée de ce point-là et jamais les puissants de l'époque, les Romains n'ont pu imaginer que nous serons ici pour la remettre. Et tous les plans de la civilisation romaine, et des églises romaines, et des pompes romaines des nouveaux puissants apparents, s'en iront au vent car rien ne peut détruire ni falsifier les promesses faites à notre peuple éternel dans la parole de l'Eternel.Il nous suffit d'^étudier, de pratiquer et d'être fidèles. ICI.

Que chacun, aujourd'hui vienne à Jérusalem apporter sa pierre, l'une est belle et l'autre est modeste.

J'en connais tant qui perdent leur temps loin de ce qui leur manque.

Mais nous avons besoin de chacune en toutes ses différences pour construire tous ensemble, cette fois,
un Kotel qui chante le final en l'harmonie de nombreuses voix différentes. Chacune indispensable et qui nous manque.

Nous ne serons pas semblables. Comme hommes et femmes, seule est fructueuse la différence.

Avec fleurs et parfums, et toujours cet oiseau qui nous accompagne depuis la peine d'Eliahou ha navi (cherchez-le sur l'image).

Le mois de "Av" s'écrit par les deux premières lettres de l'alphabet.

A nous de continuer à écrire la suite de ce chant d'amour commencé, nous le savons bien.

Ne faisons pas semblant de l'oublier.


 Guide du regard pour bien aimer le Kotel où vous êtes venus d'âge en âges.

Regardez bien l'image suivante, analysez les caractéristiques de ces pierres ; ainsi, vous les reconnaîtrez d'une photo à l'autre, et passerez auprès de nos frères qui y sont venus aux différents siècles. Et quand vous viendrez au Kotel, vous reconnaîtrez ce lieu de leur présence près de vous, sous vos yeux.
 
La photo a 3 étages :
- en haut, à gauche, il manque un angle carré à la pierre, c'est facile à repérer.
- au milieu, la pierre est ravinée comme si un fleuve l'avait rongée, vous retrouverez cette longue pierre facilement.
- en bas, la pierre est lisse, presque intacte.

Beaucoup de photos anciennes étaient prises sous le même angle, depuis la droite, donc vous retrouverez ces 3 plans superposées.

Actuellement, le sol de ceux qui prient est plus bas de deux pierres.
Donc, quand vous serez au Kotel, si vous photocopiez cette page, 
vous repérerez le niveau de la photo :
il sera, en montant, la 3e, 4e et 5e pierre.
Respectueusement.
Yéhoshua Rahamim


 

AU 19E SIECLE
 Photo de 1865

Photo de 1873




Photo de 1877

1880

Gravure de Sir Charles Wilson. Picturesque Palestine. 1880.

Photo de J.B. Biever. 1880.


Photo de 1895


Photo de 1900


Photo de 1906


Photo de 1910





1917

EN NOVEMBRE 1917, arrive devant le Kotel une délégation de la légion étrangère qui rassemble des Juifs de différents pays.
Des personnages devenus célèbres, commeWladimir Jabotinski aussi bien que David Ben Gourion, s'y étaient enrolés.

Photo de 1920

Photo de 1929

Militants du Bétar montent la garde au Kotel  le jour de Tichâ bé Av 

Photo de 1933


On remarque bien sur cette photo, la tactique des musulmans qui avaient construit
le plus près du Kotel et contre lui sur presque toute sa longueur, afin d'empêcher les Juifs
d'aller y prier.
Selon les théories scientifiques actuelles, le Temple n'aurait pas été localisé à l'emplacement du dôme, 
mais entre le dôme et la mosquée qui est à droite sur les remblais d'Hérode ; le Temple serait
donc exactement face au Kotél.

Voici comment apparaissait cette construction près du Kotel jusqu'en 1947.


SUITE ICI ( le KOTEL, la Libération)