4 - Le Kotel que j'aime
Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

Il est interdit aux sites de copier cette page et de la reproduire même partiellement. Ils peuvent seulement faire un lien.
Quand vous le découvrez, n'allez plus sur des sites, avertis, qui volent ainsi délibérément le travail d'autrui.

© Copyright Dufour

Ici, page 1 belles photos de la lumière du Kotel actuellement
Ici, page 2, les premières photos du Kotel, splendides, au 19e et 20e siècles
Ici, page 3, les photos historiques de la libération du Kotel
Ici, tous les sites sur Jérusalem
Pendant que vous regardez ces images du Kotel, écoutez ce document extraordinaire enregistré pendant la libération du Kotel et du Mont du Temple.
Ici, poèmes du Kotel



 PATIENTEZ UN INSTANT PENDANT LE CHARGEMENT DE CES PHOTOS EXCEPTIONNELLES



Nous passons devant l'entrée des femmes et elles se lavent les mains puis se dirigent vers le Kotel,
le Mur vers lequel s'est replié la Chékhina, la Présence divine, depuis la destruction du Temple par
la haine réciproque qui a suscité comme toujours la haine des nations et lui a donné libre cours.
Plus que partout ailleurs, c'est le lieu de la sainteté au féminin.
Israël comme la Torah, comme la femme est féminin.
Mais seules les femmes saintes le savent. Nous les hommes, sommes aussi dans ce féminin d'Israël.
A l'entrée, quelques femmes volontaires proposent à celles qui l'auraient oublié, ce qu'il faut pour recouvrir
un léger manque de dignité, car il faut respecter et se respecter en ce lieu de sainteté.
Les femmes entrent seules dans la zone de leur rencontre et de leur dialogue avec la présence.
 





Le mur (kotel) est massif, impressionant. Sur la droite, un escalier vers une pièce à l'ombre.



Nous avonçons vers la gauche pour arriver à l'entrée des hommes.
Nous embrassons du regard tout l'ensemble du mur. Arrêt, silence, reconnaissance,
d'avoir pu être ici, malgré et avec tous les soucis de chacun et de tout notre peuple.
Et tant de souffrances par ces guerres affreuses.




Nous approchons, ou plutôt le mur s'approche à notre rencontre.
Sommes-nous dans cette bonne relation comme nous le rappellent ces deux pigeons?




Nous entrons, nous croissons celui-ci qui regarde encore le Ciel pour ne pas l'oublier
afin de bien repartir vers sa vie de terre.


Qquittons l'apparence et rencontrons l'essence, la chaleur essentielle, silence...





Nous voudrions graver nos noms et les souhaits de notre coeur,
pour que les pierres les portent sans cesse devant le Trône des bénédictions.



Nous voudrions écrire les noms de ceux qu'on aime et de nos amis en détresse.



Toutes ces pierres marquées par les années sont bien à notre image, burinées mais belles
dans la lumières, tant de rides blessées, mais chaque marque est un chant de beauté.




Et aucune à l'autre n'est pareille. Et les fleurs sont présentes pour qui sait les remarquer.
Je n'oublierai pas tes baisers, tes caresses, tes mots de promesses. Jamais je ne t'oublierai.
Jamais je ne te lâcherai. Notre rencontre est éternelle. Et notre certitude de même.
Tu es silence, souffrances et lumières. Mais tellement solide et ferme.

L'important, parmi toutes les pierres de l'existence, c'est de savoir lire les lettres que tu envoies,
même dans le silence. Combien viennent ici et n'ont pas vu tes appels. Voici là-bas des mots de lumière.




Ainsi, en lumière, a été probablement écrite la Torah dans le désert. Tes mots d'amour
doivent rester éternels et aucun des coups, des pluies, des vents, des tempêtes, ne peuvent
éteindre cette lumière. Tu as signé que tu m'aimes. Yédid néphéche.




La vie n'est pas que pierre. Même là pousse la vie, le vert, le jaune de soleil.
Même les pierres sont caresses. Tout est doux, simplicité dans le mystère.




Les pigeons nous rappellent que tout cela est habitation d'amour.




Il est doux d'habiter dans ta maison. Qu'ai-je fait de perdre des années dans les tentes de Kédar!
Alors que nous pouvions être ensemble si près.


Chacun de tes enfants trouve sa place, tu as fait une maison à son image.



Il est des heures, c'est sûr, ou c'est l'abime pour beaucoup entre le bonheur des couples
et la solitude. A voir, c'est dur. Mais la âqéda à ses heures, et ta lumière de coeur est toujours.




Et si les dangers sont monstreux et vérité, je sais qu'ici je peux me cacher et me reposer.
Tu as promis de toujours m'envelopper. Nous sommes en ton être pour l'éternité.




J'espère le retour prochain de mes amis fidèles. En voici qui reviennent et vont trouver
comme nous, de même, une place en ton nid. A chacun sa maison en Israël.




Les voici, autour de nous, celui de peau blanche et d'habit noir,



et celui d'habit blanc et de peau noire.




Chacun semble unique, et seul avec toi, distant.
Mais toujours un autre, une autre est avec soi ici en son absence.
Une chaise marque sa présence.




Et le noir et le blan sont si proches en ta présence. Aucune différence.
Qu'il en soit ainsi en tout couple, tu es l'union entre tout ce qui sans toi serait étrange.




Même ceux qui de loin se ressemblent ici se révèlent chacun un univers de dissemblances.
Et, pourtant, plus rien n'empêche de pourvoir vivre ensemble.




L'un est assis depuis des siècles dans tes téhilim, et l'autre est jeune et veut te prouver
par tous ses attraits qu'il est revenu et t'a trouvé. Mais, l'un de l'autre, ils sont tout près.


Même les âges différents, kippa ou pas, on est là, également, ensemble.



Ils ne savent pas, ceux qui ne veulent pas nous comprendre, combien nous sommes l'un pour l'autre
des univers éloignés et étranges. S'ils nous regardaient bien, ils le verraient à l'évidence.
Mais ici, aucun ne peut de l'autre marquer sa différence. Chaque unique est uni à l'autre présence.





Aller à la page de tous ces scénarios éducatifs

SUITE ICI, page 5 ( nous vivons au KOTEL)