Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 

Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem

Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
http://www.modia.org
© Copyright Dufour

Nous complétons ici deux visites que vous avons déjà faites ensemble:
1. Les visites au Kotel (voir les pages de photos ici)
2. La zone des pierres témoins de la destruction du Temple, à droite du Kotel (voir les pages de photos ici).
Voici, en rouge, le plan de la visite que nous allons effectuer ensemble:

Vous pouvez imprimer cette image pour la garder devant vous pendant toute la visite. Je la présente.

Le sommet du Mont du Temple
En jaune, les murailles intactes. Le grand rectangle est la muraille du Mont du Temple construite par Hérode il y a environ 2000 ans. Le Temple initial se trouvait sur la zone du sommet du rocher et il avait été détruit.
Hérode a élargi considérablement la zone plate par des remblais qui forment toute la surface actuelle du sommet du Mont.
Sur ces remblais, il y a eu des constructions diverses qui ont souvent été détruites par des temblements de terre.
La Mosquée Al Aqsa est sur les remblais et non pas sur l'emplacement du Temple.
La Mosquée de Omar avec son dome doré est sur le point culminant du rocher. Selon les théories actuelles de localisation du Temple, ce ne serait pas non plus le lieu du Temple en raison de certaines incohérences des salles souterraines qui sont à sa proximité à droite. Mais le lieu du Temple serait entre ces deux bâtiments, environ face au Kotel jusque un peu vers la gauche.
Donc, tous les autres endroits seraient autorisés pour s'y promener ou prier, mais pas cette zone. Mais il est absolument interdit d'entrer dans cette zone car nous n'avons pas les procédures actuelles de purification le permettant. De plus, comme on n'est pas exactement sûr de l'emplacement, il est préférable de s'en abstenir. Il est certain que les zones externes des remblais ne peuvent pas être la zone du Temple lui-même. Il est permis ou non d'y aller en fonction de plusieurs critères: la situation politique et les ordres des autorités civiles. De plus, les autorités rabbiniques peuvent l'organiser ou l'interdire dans la mesure où elles estiment que le peuple est assez ou n'est pas assez au courant de la halakha pour éviter des transgressions.

Le mur occidental
Enfin, le plus important: lors de la destruction du Temple, la présence de la Chékhina s'est repliée vers le mur occidental, ouest, ce que nous appelons le Kotel. C'est pour cela que nous prions de ce côté et non pas en des endroits différents.
La dimension de largeur du Kotel ne dépend que des habitations qui le limitent: les Arabes ont bâti l) ces constructions pour interdire aux Juifs de venir prier. Voyez les photos historiques (lien ici) montrant combien la place persmise était restreinte. Depuis la libération, on a dégagé l'esplanade et on a dégagé le couloir souterrain qui se prolonge à gauche du Kotel sur des centaines de mètres le long de la muraille.
Vous avez ici toutes mes pages de photos sur le Kotel (lien ici), ses pierres, les inscriptions sur ces pierres, etc.
Sur le plan, sous le bâtiment à gauche du Kotel, il y a une immense salle voutée avec des aperçus très profonds sur la profondeur du mur jusqu'au rocher. Les hommes y prient et il y a un accès pour les femmes dans une partie réservée.

L'arrivée au Kotel
Sur le plan, vous voyez qu'elle se fait par 3 voies, deux escaliers en face arrivent sur l'esplanade, depuis la vieille ville, le quartier juif, harovâ hayéhoudi. Et le troisième accès se fait à partir de la route:
- soit la route qui descend du rovâ,
- soit la route externe, on entre alors à pied (car il y a un sens unique) depuis la Porte dite de ordures. On avance alors vers le Kotel. Sur le plan, vous voyez aussi qu'il y a une rampe qui monte vers la droite vers le sommet du Mont. Cette rampe sépare le Kotel de la partie du parc archéologique que nous allons visiter.

L'entrée dans le parc archéologique

Nous y entrons près de la porte et, de là nous avons la vue sur l'angle de la muraille du Mont du Temple, à gauche le mur occidental, à droite le mur du côté Sud. Devant nous, la grande zone est ce qui reste de la base du palais qui a été construit par les Oumayades, les conquérants et occupants arabes qui y ont amené l'islam, de 638 à l'arrivée d'autres conquérants puis des Croisés en 969 de l'ère commune.

Cest toute cette zone plate et uniforme. Le haut bâtiment en face contre la muraille avec ses 2 immenses portes est construit par les Croisés vers 1050. Et la muraille qui part de là vers la droite est une modification de la muraille construite par le roi Salomon depuis la Cité de David qui se trouve sur la droite, jusqu'à ce qui deviendra son Temple sur le Mont. En face, le cimetière du Mont des Oliviers (Har hazéitim), depuis cette époque.
Si nous prenions le trottoir qui est en bas de l'image, en allant vers la gauche on arrive tout-de-suite au Kotel.
Nous allons entrer par la droite où vous voyez le passage et descendre vers la gauche jusqu'à l'angle de la muraille.


Vous le voyez, nous sommes avant l'angle de la muraille.
La zone que nous avons traversée était le lieu de campement de la 10e Légion romaine qui veillait à l'ordre romain sur la région. Il y a, derrière cette synagogue où nous sommes un mur qui est celui de la boulangerie de ces soldats romains, avec des signes de cette légion sur le sol.
Nous sommes entrés dans la synagogue de cette époque. Les textes parlent de 5 ou 6 synagogues à Jérusalem après la destruction et pendant les siècles suivants, sans compter les centaines qui sont dans les autres régions, surtout la Galilée. C'est dont un mythe mensonger de la chrétienté de faire croire que les Juifs ont tous été dispersés et qu'il n'y a plus eu de présence juive depuis la destruction annoncée par leurs textes (rédigés a postériori). Lors de la guerre contre Bizance, il y avait encore une armée juive qui s'est alliée contre cette puissance depuis la Palestine, ainsi nommée alors, plusieurs plus tard. Toujours cette obsession chrétienne de la destruction du judaisme pour tenter de le supplanter.
Imaginez ces Juifs, priant ici à l'époque de Temple. Hélas, l'argent manque et on voit déjà les plantes et les arbres reprendre possession des lieux en quelques années et ils feront des dégâts. Entrons.

Vous apercevez mieux le mur de la boulangerie et, au dessus à droite, les pierres tombées sur la rue lors de la destruction du sommet du Temple. Nous allons entrer à gauche. Voici une porte bien conservée et la salle derrière. Précisons qu'à l'époque, l'armoire des rouleaux de la Torah n'était pas dans la salle de prière mais dans une pièce à côté. Dans beaucoup de cas, le fait de la mettre face aux fidèles en rangées n'a été qu'une copie de la structure des églises, car la structure depuis le camp dans le désert est un face à face en carré, comme chez les Sépharades, et on ne se tourne pas vers l'armoire mais vers Jérusalem pour prier.

Regardez l'emplacement de la mézouza sur le montant de cette salle, posez votre main, vous pouvez presque rencontrer la main de ce Juif de 2000 ans. Ils ont posé leur main ici et l'ont embrassée après avoir touché cette mézouza, du temps du Temple.


Nous sortons et avançons vers l'angle de la muraille. Nous voyons la pierre qui est tombée du sommet, à l'angle. C'est sur cette pierre que l'on montait pour sonner une longue trompette qui indiquait l'arrivée du Chabbate ou du Roche 'Hodéche. Et, alors, l'annonce du début du mois partait vite de collines en collines par des signaux jusqu'en Babylonie, l'Iraq d'aujourd'hui et dans d'autres pays. En quelques instant. L'internet de l'époque.

Il est écrit: Lévéite ha tékiâ, endroit de la sonnerie. D'ici exactement, tout en haut, montait le sonneur. Vous êtes avec lui.


Voici la pierre sur laquelle il montait et que les Romains, ces occidentaux haineux envers le judaïsme comme ils le sont restés en descendants d'Esaü qu'ils sont, on jeté juste au pied de l'angle de la muraille où on l'a trouvée. Vous voyez son apparence externe et il se tenait donc ainsi face à vous sur le plat face auquel il y a l'inscription ci-dessus. Ceux qui le regardaient depuis le bas voyaient de loin cette pierre que vous regardez et touchez.


Derrière cette synagogue et cette boulangerie, il y avait beaucoup de miqvé comme celui-ci, où les deux marches permettaient à beaucoup de passer sans se bousculer, car il y avait foule pour se purifier avant d'aller au Temple.

L'eau est derrière vous. Attention!
Voici la même image mais en focalisant sur le fond, vous voyez ainsi que nous sommes près de la muraille.
Vous apercevez l'arche dite de Robinson, l'archéologue qui en a trouvé la fonction et a commencé à dégager cette zone.
A ce propos, je rends hommage par ces pages à ces archéologues amoureux de Jérusalem, spécialement au Professeur Binyamine Mazar, zal, et à sa petite fille le Docteur Eilate Mazar qui, depuis 1968 dirigent les fouilles sur ces secteurs.

Voici cette arche, c'était le dessous du pont sur lequel on accédait par des escaliers commençant d'où nous sommes entrés et on arrivait ainsi au niveau du parvis du Temple. Même les Romains n'ont pas réussi à tout détruire. Imaginez de tels travaux à cette époque, l'élévation de cette colline, la montée de ces pierres par des grues géantes en bois activées par des myriades d'hommes. Ils connaissaient toutes les règles. Nous sommes des nains en construction à notre époque.


J'ai lu quelque part qu'il y a une inscription sur ces pierres sous l'arche et comme vous l'avez vu pour les pierres du Kotel, j'ai trouvé, en cherchant à partir de photos du 19e et du début du 20e siècle, j'ai trouvé des inscriptions datant de ces époques du Temple, par le regard qui aime puis connait chaque pierre, à l'image de chaque Juif ou de chaque créature pour le Créateur. Et, ensuite, les longues focales des appareils photos permettent de se rapprocher. Je vous fais partager l'instant de ma découverte. Je fouille, et soudain il me semble distinguer tout là-haut, au dessus de la petite touffe d'herbe quelques caractères hébraïques. Photo, zoom.


Emotion! Exact. Je déchiffre en clignant les yeux: vav, reich, aleph, youd, tav samekh (ouréitem, et vous verrez)
vav chine chine (vésas, et se réjouira)
lamed,beit,kaf,mem sofite (libékhém, vos coeurs).
Je passe à la ligne suivante: vav,ayine,tsadé,mem,vav,tav,kqf,memsofit (véâtsémotékhem, et vos os)
kaf,dalet, chine, aleph (kadéché, comme de l'herbe).
C'est le verset d'Isaïe 66,14 : "Vous le verez et votre coeur se réjouira, et vos os comme l'herbe, seront rajeunis, la main de D.ieu se manifestera pour ses serviteurs et il fera peser Sa colère sur Ses ennemis". Evidemment, le Juif qui a écrit cela n'a pas mis ces derniers mots mais il a eu le courage de leur lancer cette imprécation et ce bon message dans la pierre. C'est pris du passage "Réjouissez-vous avec Jérusalem et soyez dans l'allégresse, vous tous qui l'aimez". MAGNIFIQUE!
Quelle émotion.
Vous venez de lire avec moi ce message écrit pour vous dans la pierre il y a deux millénaires.


ENSUITE ICI

 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour