Découvrir le pourtour du Mont du Temple à Jérusalem
(page 2)

Scénario, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
http://www.modia.org
© Copyright Dufour

Continuons, nous baissons les yeux depuis l'arche de Robinson et depuis cette pierre que nous avons lue.
Dessous, les boutiques qui ont été écrasées par la chute des pierres de l'arche et du sommet du Temple.
Nous voyons ici les murs perpendiculaires à la muraille, de 3 boutiques. Dans la première une énorme pierre typique du style hérodian comme on en voit sur le mur et elle a écrasé le toit de cette boutique.
Nous voyons aussi la rue défoncée par ces chutes de pierres, maintenant enlevées.


Changeons d'angle.

  Nous voyons encore plus la force du poids qui a tout détruit. Et, sur la muraille, la trace du gris de la poussiere ou des cendres qui sont restés.
Ici, nous voyos encore la grosse pierre dans le centre mais nous distinguons bien les pierres supérieures qui commençaient la voute de ces petites boutiques orientales. Vous voyez aussi une ligne sombre au-dessus, sur la muraille. Nous allons découvrir que c'était une petite rue qui passait au dessus, le long de la muraille.


J'aime vous faire découvrir des détails qui passeraient inaperçus et qui nous font rencontrer la réalité.
A l'intérieur de ces boutiques, il y a chaque fois des pierres creusées. Je ne connais pas leur usage, ou un lavabo, ou une caisse de sécurité?


Juste en face, de l'autre côté de la petite rue, à 5 mètres, quatre boutiques plus luxueuses ou qui n'ont pas reçues la mêmùe violence des pierres tombant de cinquante mètres de haut.

Elles sont construites en pierres hérodiennes. et surmontées de cet arc.
Voici l'intérieur. On imagine bien le vendeur avec sa marchandise interpellant les passants.


Revenons en face, près de l'angle de la muraille, nous découvrons les marches qui donnaient accès la ruelle qui se trouvait au-dessus des boutiques.

La pierre d'angle du sonneur était tombée ici, juste à droite.Les destructeurs pensaient en avoir fini avec les rites juives, comme beaucoup aujourd'hui. Hier, j'ai encore entendu un "éminent intellectuel israélien" déclarer fièrement: "moi, cela ne me dérangerait pas de marcher partout sur le Mont du Temple, car je sais très bien qu'il ne m'arrivera rien" (ô quelle intelligence des choses pour quelqu'un qui fait profession de réfléchir. Comme si les rites étaient si stupides.).

Retournons au-delà de l'angle et nous arrivons sur la place du Palais Oumayade (regardez votre plan).

Vous distinguez bien l'uniformité de la base de l'architecture; elle occupe toute cette immense étendue. On ne devait pas rire beaucoup sous ce régime, tout est rangé et divisé. L'entrée d'où nous venons est ) droite et la muraille Sud du Mont du Temple est derrière nous.
Le paysage: entre les deux collines, il y en a une petite que l'on ne voit pas, c'est là que se trouvait la Cité du roi David avant qu'il n'achète le Mont qui deviendra le Temple construit par son fils Salomon.
Regardez bien la muraille à gauche. Le sommet est comme toute la muraille de Soliman le Magnifique (qu'il soit béni), cet empereur ottoman du 16-17 siècle qui l'a bâtie suite à un rêve où il voyait des lions dévorer une ville. Et il reçut aussi l'interprétation; le Ciel lui dit: "ainsi, tu laisses Ma ville ne pas être protégée" et il construisit toute cette muraille et sur l'une des portes il y a ces fameux lions sculptés. Quels peuples feraient cela aujourd'hui pour écouter la paraole de D.ieu sur Jérusalem. N'oublions pas non plus que c'est le persan Darius qui permit de reconstruire le 1e Temple.
Donc, cette muraille de gauche a une base large sur la photo. Nous verrons qu'elle est de l'époque de Salomon (-900 ou 800) puis des 'Hasmonéens de 'Hanouca (jusque l'an -150 environ).

Depuis cette zone, retrournons-nous vers le quartier juif qui surplombe le Kotel

Nous voyons la rampe par laquelle nous sommes entrés, la zone du palais Ouméyade où nous sommes,
avec le pavement initial encore visible et recouvert pour le protéger. A droite, le long de la muraille,
une rue hérodienne non encore déblayée et séparée de la zone centrale par un muret que voici:


Nous voyons ici combien les types de constructions ont été différents suivant les époques.
Nous devinons, par la découpe des pierres sur la muraille (à partir de la touffe d'herge à droite)
une ligne verticale et non alternée qui montre qu'il y avait aussi une porte d'entrée au Temple par
cet endroit, la porte unique.
Nous voyons aussi des traces de pierre sortant de la muraille. En fait c'était une partie proéminente
que l'on laissait sur la pierre pour y accrocher les cordages afin de les porter par les grues et,
une fois sur place, on supprimait ces proéminences. Quelques une ont été oubliées.
Ne pas les confondre avec des sortes de colonnes qui sortent près des créneaux et auxquelles
on accrochait les bouclier des guerriers honorés comme cela est décrit dans le Cantique des Cantiques.
On en verra sur la face Est.
Voici, plus nettement, la Porte unique.


Depuis l'allée, nous voyons sur la gauche le long de la muraille cette immense bâtisse construite par les Croisés vers 1050. Sur la base d'une citadelle de Salomon, le Ofel.

Nous franchissons cette muraille par une porte creusée depuis peu au milieu, au bout de l'allée.


Et nous débouchons sur une zone capitale, celle de la population qui se presse vers le Temple depuis 3000 ans.
Voici comment on la découvre depuis la puraille près de la citadelle des Croisés.
En bas, près de la route, c'est une zone d'habitation de l'époque des Hasmonéens (jusque -150)
et nous verrons qu'il y avait une porte allant vers la Cité de David qui est en bas sur la droite.



Continuons de déplacer le regard vers la gauche, au loin c'est la zone des habitations bizantines
(entre 400-638) avant l'Islam avec des auberges, monastères, pressoirs à vin.
Le village de Silouane et à gauche le cimetière du Mont des Oliviers, Har hazéitim.


Continuons encore vers la gauche:

Nous arrivons à la partie la plus méraguéchéte, émouvante. L'approche du Temple par les escaliers.
Tout en bas de l'escalier que vous apercevez, il y a batiment carré, c'est l'endroit du Beit Dine, le Palais de Justice rabbinique qui se trouvait près des portes des villes, où les gens venaient régler leurs problèmes auprès des Sages.
La justice près du peuple, et la remise en ordre avant de s'aépprocher du Créateur.
Vous devinez aussi des colonnes. Au loin, toute l'étendu du cimetière séculaire des Sages
et, à gauche, la muraille dont nous allons découvrir tout-de-suite l'importance sur la page suivante.


ENSUITE ICI