Page nouvelle

Jérusalem que j'aime, au mois de mars

Scénario de visite et rencontre,
par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

Retour à la page d'accueil http://www.modia.org

© Copyright Dufour Photos de l'auteur.

Suite:


 PATIENTEZ UN INSTANT PENDANT LE CHARGEMENT DE CES PHOTOS
Ceci est de l'enseignement de Torah, et non pas du tout "de la photographie".
Car la Torah concerne toute l'existence et tout ce qui existe est le mode de relation entre l'homme et D.ieu. Les psaumes (lien ici), par exemple, sont pleins de ce dialogue à travers la création, exactement comme nous sommes en contact et dialogue à travers les lettres de la Torah. Et ce sont elles qui ont créé le réel que nous connaissons.
Ces photos, par cette sensibilité, par ce regard constant, essaient de nous enseigner tout cela que nous enseigne la Torah. Il faut donc étudier avec le coeur (lien ici) et non pas de façon intellectuelle abstraite seulement. C'est ce que ces pages, et les autres pages de photos (lien ici) nous entrainent à pratiquer. Essayer de prendre le temps de regarder la photo, et alors de ressentir, de saisir votre propre regard de relation et de dialogue avec le Créateur. Cela vous aidera à garder la même constance dans l'étude, la prière, la relation aux autres ou au monde. Comme il est dit: "chiviti Hachém lé neghdi tamid, Je me suis représenté Hachém devant moi toujours" (psaume 16,8).


J'entends Tes appels, mais autour de moi il y a trop de haine envers ton peuple Israël, je suis trop solitaire.
"Hachém est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je peur? Qu'une armée prenne position contre moi, mon coeur n'éprouve aucune crainte" (psaume 27,1-3).

Souvent, je suis prudent, trop prudent, et je me blottis en restant immobile au milieu des autres, au lieu de venir comme Tu me le dis.

Je m'entoure frileusement, je veux réussir dans l'argent et porter fourrures et diamants
pour ressembler à ceux qui appellent cela réussir, au lieu de T'aimer et jouir là où Tu as dit qu'est ma vie. Je fais semblant.

Tu es beau, tu gardes d'antiques pots et valises, mais ce n'est pas ton pays, ton rêve est vraiment brisé même si tu t'astiques.

Marche, mon enfant, lekh lékha, va vers toi-même, et recommence ta vie à chaque instant,
consigne unique que j'ai donnée à Avraham, sois confiant.

Apprends à rire des ennemis, des modes obligatoires et imbéciles, choisis le coeur et la poésie, tu n'as qu'une seule vie à réussir. Ne cherche pas à être riche, et vide comme les magazines. Opte pour ta fantaisie. Ne te déguises pas en Juif.

Ta valeur ne se mesure pas si on t'admire par les titres et les vêtements admis dans lesquels on brille.

Hachém les aide, les délivre, Il les sauve, car ils se sont abrités en Lui (psaume 37,40).
Oh, si je n'avais pas la certitude de voir la bonté de Hachém sur la terre des vivants.
Espère en D.ieu, sois fort! que ton coeur soit ferme, oui, espère en Hachém (psaume 27,13-14).

Chant des marches progressives. Quand Hachém ramena nos prisonniers de Sion, nous étions dans le bonheur comme des gens en rêve (psaume 126,1).

C'est en pleurant que s'en va celui qui porte le lourd sac de grain pour les semer, mais il revient transporté de joie et pliant sous le poids de ses gerbes (psaume 126,6).

Ramène nos captifs prisonniers des charmes de l'exil; et que leurs larmes se changent en récoltes de joie (psaume 126,5).
Qu'ils leur soit ainsi donné de dire: Moi, je suis maintenant un arbre florissant, dans la maison de Eloqim, et je mets ma confiance dans la bonté de D.ieu (psaume 52,10).

Il fit donc sortir Son peuple dans l'allégresse, ceux qu'il a choisis avec des chants joyeux (psaume 105,43).

Alors, on s'écria parmi les peuples: Oui, Hachém a fait de grandes choses pour ces gens.
Oui, Hachém a fait de grandes choses à notre égard, profonde est notre joie (psaume 126,3).

Tu rentres sous les feux de joie du printemps


Le soleil se couche vers l'Occident encore éclaboussant du sang ruisselant par 20 siècles de persécutions chrétiennes.

Et pourtant, tu regardes encore cette direction avec une délectation que je ne peux comprendre
après tout ce sang et tous mes appels et le don que je te fais de notre rencontre Israël.
2000 de sang mais 3500 ans que Je t'appelle.


Il était temps que tu reviennes. Nous t'attendions pour rebâtir ensemble le pays sanctuaire.
Mon pays, et le tien de même, n'est pas un club pour vacances de quelques semaines.
C'est pour y vivre le bonheur éternel, à construire ensemble entre frères.
Je t'ai tendu la main, pose-toi, ma colombe fidèle.

Retour à la première des trois pages de photos.

Retour à la page de toutes les photos, en ce sens, qui montrent la beauté et l'amour de la terre d'Israël, de la Torah d'Israël, du peuple d'Israël.




Aller à la page de tous ces scénarios éducatifs
SUITE ICI ( nous arrivons au KOTEL)