Jérusalem que j'aime

La beauté intime de Jérusalem en Chevate et à Tou bi Chevate

Ma yadidote michkénotéikha,(Psaume 84,2) Quelles sont aimables Tes demeures!

Cette page est dédiée à mes enfants et à leurs enfants, et à tous ceux que j'aime, et qui lisent cette page.

Scénario et photos d'amour, par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

Voir aussi:
La page des autres exercices d'expression sur les photos de la vie quotidienne)
La page des autres photos de l'auteur du site)
La page d'explication de la fête de Tou bi Chevate


A partir de ce jour, le nom de la ville est "Hachém est là".
(chém haîr miyom Hachém chammah. Ezékiél 48, 35)
C'est la vallée où on voit (Isaïe 22,1).

Attention! Ceci n'est pas du tourisme, ni une étude de l'architecture,
mais une étude de la Torah, pour "ressentir" ce qu'est Jérusalem;
Torah vivante et vécue sur la terre de LA présence divine.
Et on doit l'étudier avec le coeur.
Un bon exercice.


L'émotion devient tout autre. Quel mélange des couleurs! une coexistence du jaune, du vert, du rouge, du blanc, du noir.
Nous sommes différents mais semblables cependant, en points ajoutés. Comme l'homme et la femme, différents mais semblables. Quelle imagination dans Ta Création...


Je revois mes cactus, je pourrais si facilement les ressentir menaçants.
Et quelle pureté. Il est ainsi des gens absolus mais trop purs, sévères;
mais nous avons besoin aussi qu'ils nous rappellent la direction de l'Absolu.



Est-ce feuille et goutte d'eau ou bijou et diamants posés? Quel beau cadeau.
Autour de moi, partout, la nature garde les gouttes d'eau comme des perles de lumière
reçues de Toi depuis le Ciel.

En chaque feuille, il suffirait de ramasser ces pierres précieuses.
Ô bijouterie merveilleuse!

Ouvrons le regard, tout le monde est aussi riche. Tu nous as créés chacun magnifiques.
Il est donc possible de vivre selon Ta logique.

Les jonquilles et les narcisses sont banales en cette saison,
si le regard ne découvre pas combien chacune est spéciale.
Ainsi de tous les humains.
Et toujours, partout, pour qui sait poser le regard, il y a l'échange entre le beau stable et le mouvant noir.

A ce niveau de relation, celui qui s'approche et respecte et observe, découvre toute la différence entre chacune et l'autre.
Comme entre les humains quand il n'y a pas indifférence.



Il est des gens droits mais un peu ennuyeux, comme des phares qui éclairent mais restent solitaires.

Restons humains. Il est des écorces qui se renouvellent, qui sont douces comme des caresses.
Leur intérieur est comme des yeux qui vous scrutent et vous souhaitent d'être heureux.

 


LA SUITE ICI (page 3)

LIRE ICI LE POEME QUI EXPLICITE CETTE RELATION:
et cette méditation est exercice intérieur et délice.