Extrait du recueil de Poèmes
Présence

J'offre ce poème à mes enfants et petits-enfants
et à tous ceux que j'aime
Il complète la page des images, par ce lien .

 

Chant des plantes et renaissance


Nous sommes la preuve
de la présence du Créateur.
Ne sois pas aveugle
quand tu avances parmi mes fleurs.

Nous ne sommes pas évidence
que tu es plus intelligent.
Nous sommes présence intense
de La beauté en luminescence
à chaque instant dans toute l'existence.

Nous sommes antennes de La présence
et quand tu marches et que tu avances,
nous sommes miroir de Ta consistance
en myriade de courants de l'immense rayonnance
de Toi, Seul existant.
Le Jardin d'Eden est ici et maintenant.

Ne sois pas aveugle, ne sois pas sourd.
Dis pour une fois en évidence
"Modé, je reconnais,
j'avoue que j'étais distrait.
Cette fois j'ai rencontré
la beauté, la force, la bonté
et la capacité de résister
par des piquants bien placés.

Je suis seulement, et chaque humain aussi,
la convergence de toutes ces présences,
centre de Tes qualités soudainement dévoilées.
Et Tu as même ajouté en infinie bonté
une beauté que nul artiste ne pourra égaler.

Hommes et femmes sont immensité
de Ta présence avec éclat révélée,
et les fleurs en sont le rayonnement et le reflet.
Elles n'ont rien caché.
Pourquoi serais-je aveugle
et sourd et négligé.



Chacun, chacune est Ta présence rayonnée
qui avance avec magnificence à respecter.
Chacun est roi et reine
de Ta beauté, de Ta bonté
à entendre et aimer.

L'âme que Tu m'as donnée
est pure et vivante ici à chaque instant,
en tout homme et femme, en tout enfant.
Ne jamais l'oublier, ne jamais la profaner.
Modé ani, moda ani.

La Torah n'est pas seulement un livre,
tout notre corps, toute notre pensée
doivent avoir de ces fleurs la qualité
infinie de Ta beauté.

Ils trompent, ils mentent
ceux qui affirment que l'argent
et la politique et l'arrogance
sont les vrais puissances.
Ils s'écroulent à chaque instant
et se détruisent infiniment.

Ce sont des pantins inconscients.
Dans le monde, il y a les fleurs vivantes
et les innombrables ruines de ces délirants,
agités, aussi vides que le vent.

Tout est simple et vrai.
Rien ne pourra égarer la sensibilité.
Voici, en fleurs, la seule vérité démontrée.
Tu as dévoilé le plus immense cadeau jamais donné,

et c'est moi, Eve et Adam
qui en suis le privilégié.
Merci les fleurs, merci les plantes
et les oiseaux qui m'enseignez,
jamais je ne pourrai assez vous en remercier.
Un sourire de bonheur, peut-être, sera assez.



Toutes les langues sont les fleurs de Ta présence.
Toutes, elles disent l'amour en miroirs rayonnants
Il n'y a pas de limites à Tes reflets:
amor, liebe, préma, luv, amoré, rakkous, milosc,elskov,
kasih, sevg, sevi, oupendo, cesti, otsi, koigokoro, love,
elskede, ir, sevi, ioubire, liefde, szeretet, kasih, promise,
ne seront pas assez pour dire les pétales de amour-ahava,
il faut les couleurs de peau, les langues de peuples,
les religions qui te louangent,
aucune seulement ne pourra épuiser la symphonie inachevée.

Au centre des reflets, Yérouchalayim que Tu as choisie,
le centre de l'amour des infinis, Avraham avait découvert que c'est ici,
la montée des prières et la descente des bénédictions comme une pluie.
Nous y sommes uniquement pour ce service
Nous n'occupons pas, nous sommes occupés à sentir,
à ouvrir pour tous le courant de la vie.
Je l'ai dit un jour à des rabbins et amis à Paris:
je connais un pays qui est un couple infini.
Je Te dis merci et je reconnais Ta présence de vie.

Dans le regard, la beauté des êtres et des paysages est un fleuve
qui entre, qui apaise et qui fait éclore la beauté de l'être.



Photos de l'auteur. Dans l'oeil, si vous observez bien, vous découvrirez la rue piétonniere Riviline au coeur de Jérusalem avec les gens attablés au café. Et même votre serviteur qui prend la photo pour vous.
Chacun en sa "pupille" (petit enfant, ichone en hébreu ou petit homme, et ainsi en toute langue) est le reflet de toute l'humanité.

Retour à la page 1 de ces images

Enseignement des oiseaux de Jérusalem
dans d'autres poèmes et photos:

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 -
10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17

Retour au recueil de poèmes: L'amour au-delà de l'amour
Retour au recueil de poèmes : L'ami des aurores
Retour au recueil de poèmes : Trésor du sanctuaire
Retour au recueil de poèmes : Présence

Retour à la page d'accueil