Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud

La Torah
L'étude
des 54 sections

Les poèmes

L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire

 © Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright

Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.

 

Cours de Modia

Comment étudier le Talmud
12e Cours

Le passage de la michna à la guémara 
(étude du début du Traité Baba Qama)

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour 
Site Modia http://www.modia.org 

"Un véritable cours d'initiation progressive au Talmud sur le Web".



 
  • Retour au plan de tous les cours et chapitres sur le Talmud
  • Ici, tous les conseils et toutes les documentations pour l'étude du Talmud


    Nous avons vu la michna qui ouvre la page et qui va être commentée par la uémara.
    Rappelons la michna.



    1. "Arbaâ avote néziqim
     quatre principes de fauteurs de dommages ; 

    ha chor, ha bor, ha mavêh vé ha hévêr
    le chor ou taureau, le bor ou puits, le  mav'éh à définir plus tard comme dent ou autre concept, le hévêr
     à définir plus tard comme incendiaire ou autre concept ; 
    lo haré ha chor kaharé ha  mav'éh 
    pas semblable aux caractéristiques du chor ce qui est semblable aux caractéristiques du mav'éh (concepts 1 * 3) 
     2. 
    vé lo haré mav'éh kaharé ha chor 
    et pas semblable aux caractéristiques du mav'éh ce qui est semblable aux caractéristiques du chor (concepts 3 * 1) 
     3. 
    vélo zé vazé, ché yéche bahén roua'h 'hayim, kaharé haéche chééïne ba roua'h 'hayim ;
    et pas l'un et l'autre qui ont en eux le souffle de vie (et) ce qui est semblable au feu qui n'a pas en soi le souffle de vie  (concepts 1-3 * 4) 
     4. 
    vélo zé vazé,  chédarkane lélékh ouléhaziq, 
    et pas ceux-là dont la voie est d'aller et de causer des dommages 
    kaharé ha bor chééïne darko lélékh ouléhaziq
    (et) ce qui est semblable aux caractéristiques du bor dont la voie n'est pas d'aller et de nuire (concepts 1-3-4 * 2) 
     5. 
    Hatsad hachavé chébahén ché darko léhaziq
    le côté semblable qui est en eux est que leur voie est de créer des dommages (concepts 1=2=3=4) 
     6. 
    ouchémiratane âlékha,
    et s'en garder est un devoir (concepts 1-2-3-4) 
     7. 
    oukhéchéhiziq 'hav hamaziq léchalém tachloumé nézéq
    et quand il y a dommage a l'obligation celui qui nuit de payer les prix du dommage (concepts 1-2-3-4) 
     8. 
    bémétav haaréts
    du meilleur de la terre. 


    La guémara va reprendre, fragment par fragment, le texte de la michna pour l'analyser. Cela commence à la 9e ligne de la première page par l'abréviation du mot guémara, écrite en caractères gras.
    Voici le texte de notre guémara:

    Examinons la première ligne de notre guémara, dont voici le texte. Il est écrit :
    mi dé qatané avote mikélal dé ika toladote.
    Traduisons littéralement toute la phrase :
    "de ce qu’il est enseigné, avote, il ressort qu'il y a des dérivées". 
    Traduisons-la maintenant mot à mot :
    mi dé qatané, de ce qu’il est enseigné
    avote,  avote (principe)
    mikélal,  il ressort
    dé ika,  qu'il y a
    toladote,  des dérivées.

    Cette première phrase situe exactement toute la guémara :
    1. un enseignement reçu: mi dé qatané, de ce qu’il est enseigné (cela nous rappelle que nous étudions la Torah à travers ce que nous en a transmis la chaîne de la transmission).

    2. un essai de compréhension: mikélal,  il ressort (pour passer des principes de la Torah à leur application dans la vie précise dans les circonstances diverses et changeantes).

    3. une réflexion qui agit par des processus logiques qui tirent les déductions de cet enseignement de la Torah et des Sages:
    avote,  avote (principe)... dé ika toladote, de cela on déduit qu'il y a des dérivées (principes ou applications).

    Ajoutons que ces 3 étapes ne sont pas des éléments particuliers à ce texte-ci, car l'expression double qatané .../... mikélal  (de ce que nous avons appris de l'enseignement… il ressort) forme un tout qui se retrouve souvent dans le talmud. La guémara procède fréquemment de cette manière par des formules qui comprennent plusieurs termes espacés dans la phrase ou dans un texte et qui sont des étapes du raisonnement, du type :
    si dans le cas A... on peut dire que X.... alors...
    dans le cas B...on peut dire aussi que Y...


    Nous allons faire un grand pas (un peu difficile) dans notre compétence en talmud.
    En effet, le verbe tena, enseigner, est l'un des mots les plus fréquents dans le talmud sous des formes multiples. Les connaître est indispensable, comme posséder le trousseau de clefs de tout un immeuble.
    Suivant les formes ou les contextes, il signifie aussi bien "apprendre, répéter,établir la valeur d'un enseignement, enseigner".
    Il est donc indispensable d'organiser un minimum si l'on ne veut pas faire de confusions entre ces sens différents, et entre le verbe et les noms qui en découlent. Ssans cela nous ne pourrons pas comprendre du tout un texte de guémara, nous ne pourrions qu'écouter quelqu'un faire son cours devant nous mais nous retrouver totalement démunis une fois seuls, ou même en équipe de révision, la 'hévrouta.
    C'est, évidemment, entrer dans la grammaire mais ne soyons pas impressionnés car toute langue parlée possède une grammaire implicite que nous avons intégrée. Il faut franchir ce stade. Beaucoup n'ont pas eu cette base et piétinent pour cela, font des contresens constants. Létude de cette base est si importante que Rabbi Yossef ben Méïr (1727-1792), auteur de Péri Mégadim dit dans les conseils qu'il donne aux enseignants: " la connaissance de la grammaire est la pierre d'angle de la torah et, quand on étudie la guémara, il faut également avoir ses livres de grammaire devant soi" (Ce livre est un commentaire sur la partie Ora'h Hayim du Choulkhane Aroukh, intro. 16). Rach, Maïmonide ou le Chla insiste dans les mêmes termes, cela suffit pour nous donner l'assurance que c'est la bone méthode et celle qui est indispensable.

    Plongeons donc dans cette piscine agréable et nécessaire en comprenant le mot "midéqétané" avote

    Décomposons-le midéqétané: mi (de) déqé (ce que) tané (a été enseigné).

    Cela étant bien posé, entrons dans toutes les formes courantes de ce mot tané que le talmud utilise
    et nous aurons acquis une large base. Ne nous effrayons pas, lisons et cela entrera peu à peu.


    Au lieu de ténou rabanane comme il est écrit, on peut dire aussi tanou rabanane.
    Si vous apprenerz bien ces formules, vous serez stupéfaits des repères clairs que vous avez acquis tout-à-coup lorsque vous entendrez un cours. Il faut absolument mémoriser ces termes.

    Nous allons attendre de faire cette acquisition avant de continuer.

    Retour à la table de tous les cours Cours suivant