Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire

 © Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright
Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.
 

Cours de Modia

Comment étudier le Talmud
2e Cours
 

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour 
Site Modia http://www.modia.org 

"Un véritable cours d'initiation progressive au Talmud sur le Web"
Ici, vous ne suivez pas un cours de guémara où l'enseignant vous la traduit
mais il vous transmet aussi tout ce que les commentateurs avaient  en tête quand ils ont écrit leur commentaire, afin de comprendre la guémara comme eux, avec eux.

Ici, la recommandation rabbinique sur la qualité de cet enseignement du talmud.



Après ce premier cours difficile et surprenant, prenons une pause dans l'analyse en essayant de comprendre davantage comment on est passé de la Torah de Moché au texte de la Michna rédigé par Rabbi. L'ayant compris, cela aiguisera notre appêtit de mieux comprendre la Torah que nous ne pouvons vraiment connaître qu'en passant par le canal de la Michna.
 

                                                   (veiller à mémoriser les dates et phrases hébraïques) 

 Importance de la michna

 Dans l'étude du Talmud, beaucoup d'étudiants s'impatientent quand l'enseignant prend du temps pour analyser la michna car ils y voient seulement une énumération préalable ou une table des matières, ils pensent l'avoir immédiatement comprise et veulent courir vers la guémara qui, seule, donnerait le sens et serait, seule, digne de nombreuses recherches et réflexions. 
L'erreur de cette démarche apparaîtra facilement en prenant en considération les dix points suivants : 

  1. La michna veut dire "l'enseignement" en hébreu ; elle est donc matière à enseignement. 

  2. Le Chla, à la suite de Nahmanide, le Rambane, dit que la michna est le cœur de la volonté ou du désir du Roi (rétsone hammélékh).

  3. La michna est proche du Roi, comme son serviteur principal (michné).

  4. Cette proximité et cette intériorité sont exprimées également par le fait que le mot michna est  composé des mêmes quatre lettres que le mot néchama, l'âme. 

  5. La michna est aussi nommée chalom, paix, qui est un des noms de D-ieu. 

  6. Des textes disent que la michna aurait même été créée avant la Torah écrite : michna qodém la  miqra. 

  7. Des textes disent que D-ieu est occupé à l'étude de la Torah pendant le jour, et à l'étude de la  michna pendant la nuit. 

  8. Le Chla montre comment la michna est la couronne de la Torah (kétér Torah), qui donne au  peuple d'Israël les voies détaillées pour réussir la guéoula, libération et transformation radicale qui sauve. 

  9. La michna est l'une des trois composantes inséparables de l'étude, Torah, michna, guémara,  auxquelles il faut accorder à chacune le 1/3 de l'étude. Cependant, selon son être personnel, chacun  est plus proche de l'une ou de l'autre.

  10. La michna est l'armature interne la plus solide que puisse espérer l'homme : 
  âmoud barzél michna 
 "la michna est une colonne de fer" (Vayiqra Rabba 21, 4). 

 Ainsi, le sentiment d'évidence et l’assurance de savoir constituent les obstacles les plus redoutables dans l'étude car ils rendent aveugles sur les manques, enlèvent la  curiosité et l'appétit, font sortir du processus de dévoilement progressif de la Torah, qui exige le temps. 
Pour tous ces motifs, on n'ajoute rien à la michna et on n'en retranche rien : 
 éïn léossif âléhém o ligroâ méhém. 

 En conclusion, l'étudiant devra donc appliquer à la michna toutes les règles d'analyse exposées dans le Lév Gompers (pensée personnelle préalable, recherche des structures, analyse de la langue, recherche des questions personnelles sur le texte), avant d'aller étudier les commentaires. 
 

Les précurseurs de la rédaction de la michna 

 La michna avait été donnée au Sinaï à Moché Rabbénou avec la Torah lors du matane Torah, don de la Torah en l'an 2448, dit de la création du monde (environ 1300 ans avant l'ère actuelle). 
Voir la chronologie abrégée et traditionnelle de la transmission de la Torah. 

 Depuis Moshé Rabbénou (2448) jusqu'à Hillel Hazzaqén (3768 ou an 8), on enseignait la michna. 
 Beaucoup de grands Sages avaient tenté de composer des recueils des différentes traditions "avant Ribbi Yéhouda Hannassi" (qodém Rabbi), nommé aussi Hamé'habér, le rédacteur, ou Rabbi, ou  Rabbénou Haqqadoche parce qu'il vécut dans la plus grande pureté jusque dans ses gestes les plus  intimes. 
Ribbi Yéhouda Hannassi a organisé ces traditions d'abord de manière à faciliter la  mémorisation, sans que cet ordre ne corresponde à notre conception actuelle des encyclopédies thématiques. 

 Ribbi Âqiva avait entrepris le recueil et la classification de toutes les traditions, et il était le Maître des plus grands au nom desquels diverses traditions seront rapportées ensuite : 
  koulehou aliba déribbi Âqiva 
  toutes sont de Ribbi Âqiva.235 

Jusqu'à la destruction du Temple ('horbane béit hammiqdache), il y avait certes des traditions multiples mais 
 lo hayéta ma'hloqéte béïnéhém 
 il n'y avait pas de dissensions dans les discussions entre eux. 

Les phénomènes d'oubli 
 Puis, le Temple fut détruit et le Sanhédrine partit pour Yavné avec les yéchivotes et il erra en dix pérégrinations, de ville en ville. Non seulement l'arrêt de la pratique des mitsvotes liées au Temple créa une perte (héfséd) considérable des traditions, mais c'est surtout le traumatisme de cette destruction qui entraîna la perte de nombre de traditions, la perte du rapport entre l'essentiel et l'accessoire, la perte du point commun qui unissait des traditions différentes. 

 A cause de l'écart entre l'origine divine de la Torah et la nature humaine, et aussi en raison des  grandes catastrophes, la tradition avait toujours été confrontée à ces phénomènes d'oubli ; ainsi, Moshé Rabbénou lui-même affronta ce phénomène de l'incertitude237, de la perte des connaissances sous l'effet de la colère (voir Rachi sur Bamidbar 31, 21) ; Yehoshua (Josué), son disciple, et les  autres Sages, sous l'effet de la douleur éprouvée à la mort du Maître, oublièrent 300 règles ou 700 règles ou 3000 règles qu'ils avaient reçues (Témoura 15-16). 

 Un autre processus mettait en péril la connaissance
Les plus grands Maîtres reconnaissaient humblement que les capacités de connaissance baissaient de génération en génération (contrairement à ce qu'en dit le concept moderne de "progrès" dans la connaissance). 
 Rachi (sur Erouvine 21 b) dit que la compréhension se rétrécissait et qu'ils oubliaient : nitmeâte hallév véchakhé'hou. 
 Maïmonide n'accepte pas cette présentation de l'Histoire et déclare sans ambages qu'il n'y a jamais eu  de discussions et dissensions causées par un soi-disant oubli quand il s'agit de questions essentielles, hormis peut-être la question des sonneries du Chofar. 
 Quoi qu'il en soit, il reste que les grandes Écoles ou yéchivotes s'établirent sans parvenir à unifier leur enseignement et évoluèrent parfois vers de regrettables dissensions. Le manque réciproque de respect envers les divergences ou envers le degré apparent de pratique déclencha d'immenses  épidémies mortelles qui décimèrent les rangs des Sages entre Pessa'h et le 33e jour de l'Ômer
 Le doute s'installa sur la validité du nombre d'enseignements ou sur leur justesse. Les grands Maîtres  examinèrent alors toutes les traditions pour préciser quelle était la formulation juste (hannossa'h  hannakhone) et on essaya d'aboutir à la formulation la plus succincte et la plus dense de cette formulation, à l'établissement de règles, par exemple celle qui consiste à citer de qui vient l'enseignement, à préciser le nom du Rav ou le nom de sa méthode : zé chitate mi, c'est la  méthode de qui ?

Voici la table historique de cette transmission, avant de revenir à l'analyse de notre michna de Baba Qama.

Les chiffres en italique correspondent au compte grégorien (compte courant), et tous les autres chiffres au compte hébraïque (nous y sommes en l'an 5759). 
 (veiller à mémoriser les dates et phrases hébraïques)

I. Plan général selon la tradition :
Création du monde 
0001-2000 : 2000 ans de non diffusion de la Torah
2000-4000 : 2000 ans de diffusion de la Torah
4000-6000... ? : Période pré-messianique

II. La seconde phase
- Avraham 1948-2123
- Séjour des Hébreux en Égypte (210 ans) : 2238-2448 (-1800)

- Moché Rabbénou, sortie d'Égypte et don de la Torah au Sinaï :  6 Sivan 2448 (- 1300)

- durée avant le premier Temple (480 ans : 2448-2928

-  Inauguration du Michkane :  25 kislév 2449

- Premier Temple (410 ans) :  2928-3338

 Juges, prophètes et rois
                                        
- David :  2884-2924 (- 1000)

- Salomon : 2924-2964

- Exil de Babylone (70 ans) :  3338-3408

- Pourim

- Second Temple (420 ans) : 3408-3828

Derniers prophètes

- Êzra : 3413

- Anechéï knésséte hagguédola, qui ont rédigé la structure des prières : ...3448

- Fin des 1000 ans de prophétie : 3442 ou 48

- Les tannaïm (460 ans) :  3500-3960

- Les zougotes (268 ans) : 3500-3768

- Hérode : 3725-3764 (-35 à 4)
- Hillel Hazzaqén préside : 3720-3768 (-32 à 8)
 

1500 ans après le don de la Torah, début de la rédaction de la michna  : 3748

- Destruction du second Temple : 3828 (68 ou 70)

- Transfert à Yavné

- Les derniers tannaïm : 3768-3960 (...200)
 

Fin de la période de la Michna et début de la période du Talmud
- Les amoraïm (275 ans) :  3960-4235 (200-475)
- Les savoraïm (115 ans) : 4235-4350 (475-590)
- Les guéonim (448 ans) : 4350-4798 (590-1038)

Maintenant que nous avons bien compris ce qu'est la Michna (conception, rédaction, histoire), nous pouvons plonger à nouveau dans l'étude de ce texte précis de la michna de Baba Qama
 

Cours précédent Cours suivant