Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud

La Torah
L'étude
des 54 sections

Les poèmes

L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire

 © Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright

Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.

 

Cours de Modia

Comment étudier le Talmud
6e Cours
 

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour 
Site Modia http://www.modia.org 

"Un véritable cours d'initiation progressive au Talmud sur le Web".
Les références les plus précises concernent les étudiants avancés.
Les débutants et autres ne doivent pas s'en inquiéter !



 
  • Retour au plan de tous les cours et chapitres sur le Talmud
  • Ici, tous les conseils et toutes les documentations pour l'étude du Talmud


    Thème : les middotes

    Nous allons franchir ici une des étapes les plus importantes de notre parcours et découvrir les règles traditionnelles qui permettent d’analyser le texte de la Torah. Ces règles sont également utilisées dans le Talmud.
    Il y aura volontairement beaucoup de définitions de concepts techniques dans cette page, pour que nos étudiants puissent ensuite être au niveau de ceux qui enseignent dans les cours de qualité ou en lisant des livres de commentaires. Nous sommes à même d'atteindre ce niveau dans tous nos secteurs de connaissance ; donc, pour la Torah également. Cela est aussi 

    Nous avons remarqué que notre michna examine différents cas (chor, bor, mavêh, hévêr),
    1. elle examine d'abord les différences qu'ils présentent entre eux, leur spécificité propre ou prate (lo haréi zé, pas semblable) ; 
    2. puis elle recherche ce qu'ils ont en commun ou le klal(hattsad hacchavé ché bahém, le côté qui est identique chez eux) ,
    3. et, de là, elle parvient enfin à une conclusion prescriptive, un dine.
    Cette démarche n'est pas là au hasard d'une page, c'est une "procédure classique d'interprétation" (une midda, au singulier, ou des middotes, au pluriel) qui est l'outil majeur pour construire le raisonnement de la michna et de la guémara ; cette midda que nous rencontrons ici est nommée biniane av.

    Méthode : apprendre par coeur ces termes techniques et leur définition.


    La midda

    Il existe, dans la tradition, plus de 13 middotes ou règles d'interprétation basées

    -  soit directement sur l'évidence et la nécessité de l'écrit (mittsad hakkatouv) : on parlera alors de la force de l'écrit  (ghézérate hakkatouv) ; sur les évidences valables ou fausses, voir Zéva'him 14b.

    -  soit sur le raisonnement logique (mittsad hassévara), quand l'allusion du texte ne semble pas évidente et doit s'éclairer par l'étude des liens ou des proximités d'expression, ou par l'étude approfondie des mots et des lettres. C'est ce manque d'évidence et d'assurance qui entraîne la confrontation et le débat talmudique "pour nous sortir du doute" (léssaléq âtsménou mine hassaféq) ; sur ce point, voir Pessa'him 18b ; ce manque d'assurance pour pondérer l'importance relative des arguments vient aussi de ce que la michna a abrégé des listes d'informations, elle a omis, ce qui se dit en hébreu chayar.

    -  soit sur un stade intermédiaire qui concerne les analogies présentes dans l'écrit ; c'est le héiqéche qui associe la certitude de l'apparence de l'écrit et la nécessité du raisonnement.

    Nous devons étudier ces middotes pour acquérir les clefs du raisonnement de la tradition juive et comprendre avec aisance les règles que les commentateurs utilisent sur la Torah et les règles que les Maîtres du talmud utilisent constamment dans leurs débats. Nous pourrons alors suivre leurs analyses et connaître le pouvoir probant qui est spécifique à chaque midda. Après la phase analytique de cette étude, celui qui voudrait se perfectionner dans l'utilisation aisée des middotes à l'intérieur de la dynamique du débat talmudique doit se reporter au chapitre 3 du Rav Qanepanetone et lire toute la première partie de Torah ché béâl pé du Chla.

    Exercice
    Rappel :
    1.  apprendre le vocabulaire et les expressions hébraïques rencontrées ;
    2. réaliser les exercices proposés dans ce chapitre.


    Généralités sur les middotes et leur usage par nos Sages

    Nous devons bien comprendre ce que sont les middotes avant d'utiliser la première que nous rencontrons.
    L'interprétation se dit parchanoute ; celui qui interprète est le parchane ; la science des règles de l'interprétation, c'est la  Torate happarchanoute.

    On parle aussi des darchanim (darchane au singulier). La dracha, qui en est l'exercice, signifie l'enquête ou l'investigation menées sur le verset pour le comprendre avec exigence selon la méthode traditionnelle des 13 règles d'interprétation, dit le Maharal. Il souligne qu'il ne faut pas la confondre avec la notion devenue courante, dracha : une homélie prononcée qui utilise très librement des versets pour soutenir l'idée de l'orateur. Le Rav David Ibn Kalifa consacre une longue étude très documentée (Darkhéï David, p. 226-228) à la différence entre les dorchéï réchoumote, qui sont les plus anciens commentateurs, et les dorchéï 'hamourote, dont le titre indique l'excellence de l'interprétation donnée, comme l'indique Rachi sur Qiddouchine 22. Pour approfondir ces notions, lire le 3e Puits dans Béer haggola, Le puits de l'Exil, du Maharal de Prague, ou l'introduction du Âyine Aya du Rav Kook.
     

    Recherchons l'origine de ces règles d'interprétation ou middotes

    Dans Pessa'him 66 a, il est rapporté que Hillel l'ancien a éclairé un problème difficile, celui de savoir si l'on pouvait offrir le sacrifice de Pessa'h lorsque la fête tombe un Chabbate. Il apporte son éclairage et le démontre en utilisant des règles d'interprétation : il lit les versets de Nombres 9, 2 et 28, 2 grâce à la règle d'interprétation de comparaison dite guézéra chava, puis il rapporte qu'il a reçu cet enseignement de la tradition par ses Maîtres Chemâya et Avtalione selon lesquels cela est possible. Nous apprenons par là plusieurs choses importantes :
    -  Hillel est cité comme l'un des premiers utilisant ces règles ;
    - il n'emporte l'adhésion que lorsqu'il indique que sa démonstration logique ne vient pas de lui mais d'une tradition authentifiée, ce qui nous donne un principe essentiel : ce n'est pas la compétence intellectuelle de l'interprète qui fonde seule la valeur de son apport ; celle-ci est indispensable mais elle n'est qu'un véhicule de la tradition ;
    -  ces règles étaient connues et Hillel n'a fait que les organiser.

    En ce sens, Rachi indique explicitement sur Yébaùote 90b que ces 13 middotes viennent du Sinaï, et Na'hmanide (le Rambane) situe ces règles dans la ligne directe de la Torah orale ou Torah ché bé âl pé, qui est indivisible de la Torah écrite ou Torah chébikhtav. C'est pour cela que ces enseignements sont dits midéorayita ou mine hatTorah. Maïmonide (le Rambam) demande un examen critique de tout ce qui pourrait s'attribuer cette filiation ou participation au seul vu de l'usage des middotes. Sur cela, voir dans Michné Torah, Séfer hammitsvote, début du Choréche chéni..

    Hillel a établi 7 middotes qui seront reprises, sauf une, par Ribbi Yichmâel (qui en ajoute une autre) dans la liste de ses 13 règles admises par tous et récitées dans la prière de chaque matin. Ces middotes sont les
     middote ché hatTorah nidréchéte bahén
    littéralement : les middotes que la Torah est commentée par elles. 

    Ribbi Éliêzér a également dressé une liste de 27 règles, qui sera commentée et réorganisée par le Chla dans son chapitre Torah ché bé âl pé. Cette liste de Ribbi Éliêzér reprend les règles précédentes qui concernaient le middrache halakha, c'est-à-dire la détermination des mitsvotes. 

    Les règles supplémentaires de Ribbi Éliêzér concernent une autre approche que nous n'examinons pas maintenant : c'est le middrache haggada, qui explore avec une grande créativité les sens multiples de ces mitsvotes. Avant de parvenir à l'étude du middrache haggada, il faut avoir acquis la base du middrache halakha, qui est l'essentiel de l'étude du talmud. Et c'est seulement sur ces fondations solides que l'on peut aborder ensuite l'étude des niveaux cachés (nistar) de la qabbala, sinon on est assuré de se tromper dans la compréhension, et en cette matière sainte le préjudice serait grand et souvent dangereux pour l'équilibre personnel et collectif. 

    Pour faciliter la compréhension, on peut, en simplifiant, distinguer un texte explicitement centré sur la recherche et la définition des mitsvotes : ce sera la halakha ; puis un récit qui cherche à donner d'autres dimensions de la compréhension des mitsvotes : ce sera le middrache halakha ; ensuite, on trouve le middrache haggada et, plus largement encore, la haggada.

    Ces règles montrent les constantes structurelles de fonctionnement du texte de la Torah ; elles en véhiculent donc le sens. Pour recevoir le message de la tradition, il ne suffit donc pas de lire l'ensemble du texte, de réfléchir et penser (sévara, comme en BQ 46 b) ni même de comprendre ce que l'on lit : on ne peut exercer cette pensée que selon les règles de fonctionnement interne de ce texte particulier. Quand on applique dessus des règles structurales autres que les siennes ou des règles interprétatives étrangères à sa spécificité, même si on veut les qualifier ensuite de règles scientifiques, ce n'est qu'une projection abusive qui s'ignore.

    Maïmonide (Hilkhote Talmoud Torah 8, 4) indique la hiérarchie de valeur qu'il faut accorder aux différents modes quand ils sont en concurrence : "un exemple de vie quotidienne rapporté (maâssé) l'emporte sur une absence d'exemple, la halakha sur le middrache, le middrache sur la haggada, le qal va 'homér sur la haggada...".
    Etudions maintenant dans les textes l'une de ces middotes : le biniane av.
     
     
     

    Retour à la table de tous les cours Cours suivant