Le Lév Gompers
Les conseils des maîtres pour l'étude

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour

Retour à la page générale de l'étude de la Torah et du Talmud


15 Conseils
pour l'étude de la Torah
Tirés du Chla dans Chnéï Lou'hote Habbrite,
au chapitre commentant la Massékhéte Chavouôte

1. Que l'étude se fasse avec de très grands maîtres ('hakham 'hachouv oumoufla) et des collègues ('havérim) de haute qualité pour que les discussions, questions et approfondissements abondent et concrétisent tout leur potentiel.
2. Qu'on ne se contente pas d'écouter des conférences mais que l'on étudie dans les livres rédigés par les plus grands Sages d'Israël, qui sont brièvement centrés sur l'essentiel (dérékh qétsara) et qu'on ne se disperse pas dans des livres médiocres qui peuvent se multiplier à l'infini.
3. Que l'étudiant s'interroge sur tout ce qu'il aura lu et en cherche les significations.
4. Qu'il organise ce qu'il apprend et qu'il organise ses efforts de mémorisation.
5. Qu'il ne coure pas d'un livre à l'autre mais approfondisse un livre avec continuité et travaille sur le même exemplaire.
6. Qu'il étudie dans de beaux livres, qu’il a achetés pour lui-même, ayant de beaux caractères, et dans un bel endroit.
7. Qu'il fasse son étude à haute et intelligible voix et non à voix basse, et qu'il entende et écoute ce qui sort de sa bouche. Qu'il bouge le corps et fasse des mouvements ; c'est la condition pour que ce qu'il apprenne subsiste, sinon il l'oubliera.
8. Qu'il chante ce qu'il lit dans la Tora ou dans la michna, et que pour cela il se procure un texte de la michna où les indications du chant sont précisées.
9. Que ses livres en hébreu soient imprimés en écriture carrée.
10. Que les lettres soient en caractères gras (faciles à lire).
11. Qu'il transmette à d'autres ce qu'il apprend.
12. Qu'il étudie la Torah de manière équilibrée, sans empressement agité ni fébrile.
13. Qu'il étudie la Torah lichma, de manière désintéressée, pour accomplir la volonté de D-ieu et pour se rapprocher de Lui.
14. Qu'il établisse des temps fixes et délimités pour l'étude de la Tora et qu'il s'y protège de toute préoccupation ou pensée autre.
15. Qu'il prie D-ieu de lui donner sagesse, compréhension et mémoire.

Le Chla indique qu'il a trouvé ces quinze voies dans l'œuvre d'un Sage. Nous avons vérifié qu'il s'agit du beau texte de Maâsséï Éphode (1408) du Rav Yits'haq Moché Hallévi, dit Profiate Dourane.


Réponses du Chla haqqaddoche sur l'étude de la Tora :
Nous en donnons un résumé :
Question : Qui doit étudier la Tora dans le peuple juif ?
Réponse : kol é'had méYisrael 'hayav bétalmoud tora,
tout membre du peuple d'Israël a l'obligation d'étudier la Tora, qu'il soit jeune, vieux, riche, pauvre, chargé de famille et d'obligations ou non.

Q. : Quel temps faut-il accorder à l'étude de la Torah ?
R. : De jour comme de nuit, sans cesse, et c'est là-dessus que se fera d'abord le jugement du Juif.

Q. : Comment diviser et répartir ses domaines d'étude ?
R. : 1/3 la Tora, 1/3 la michna et 1/3 la guémara.

Q. : Comment l'enfant (ou le débutant) doit-il procéder ?
R. : D'abord apprendre la Tora mais sans sauter d'une paracha à l'autre ; au contraire ne pas sauter un seul verset, afin de bien le comprendre ainsi que sa signification ; puis étudier ainsi l'ensemble de la Bible puis la michna en veillant toujours à mémoriser.

Q. : Comment étudier le talmud ?
R. : Etudier son texte puis Rachi qui semble simple mais est très profond et s'étudie à travers ses règles particulières et ne parle que sous l'influence d'En-Haut, puis toutes les précisions des tossafotes et enfin les sens les plus élevés.

Q. : Faut-il ou non s'adonner au pilpoul (discussion très approfondie) ?
R. : Cela est très important et il faut le faire avec ardeur, comme une lutte et comme une guerre ; Rachi dit que ces discussions sont l'essentiel de la méthode pour parvenir à comprendre la Torah. Mais il est aisé de distinguer entre le pilpoul orienté vers la vérité et le pilpoul mensonger qui s'en détourne. La garantie pour ne pas tomber dans le pilpoul mensonger est de toujours pratiquer intensivement l'étude de la michna qui est aussi la clé de la guéoula, la libération finale.

Q. : Comment répartir l'étude de jour et de nuit ?
R. : Il est préférable d'étudier la Torah de jour et le talmud la nuit, selon Récanati sur Exode 6, 3. L'essentiel, c'est de consacrer à l'étude les heures où l'esprit est le plus disponible. Pour David, c'était à partir de minuit, comme il est dit dans Berakhote 3 b.
On veillera aussi à faire des études adaptées aux différentes périodes de l'année.

Q. : Combien de fois réviser ?
R. : Au moins cent fois, de manière à être capable de donner la réponse immédiatement sans bredouiller à qui demanderait à brûle-pourpoint ; c'est à ce moment-là seulement que l'étude est intégrée.

Q. : Faut-il ou non étudier la qabbala ?
R. : Cela est indispensable et c'est une obligation pour le Juif d'étudier la qabbala (mé'houyav haadam lidâ chémo yitbarakh) et la science du Nom de D-ieu, mais seulement après qu'il ait étudié la Torah, la michna et la guémara. 
S'il ne le fait pas, il n'a pas vu la lumière, de toute sa vie, et a vécu dans les ténèbres. Chacun de ces points est une partie de la réponse globale. Il faut aussi avoir une profonde intelligence, la crainte de D-ieu et l'aimer pour y parvenir, puis être encore bien versé dans le Zohar. Enfin, s'exprimer sur ces sujets avec circonspection, seulement après avoir bien étudié et avoir confronté sa science avec celle d'autres.

Q. : Comment choisir ses maîtres ?
R. : Il est aisé de voir s'ils puisent leur science dans la Torah ou dans des considérations extérieures qui en détournent.

Q. : Peut-on vivre financièrement de la Tora ?
R. : C'est une question très débattue et qui a reçu différentes réponses. Pour faciliter l'étude de la Tora, il y a toujours eu des contrats d'association entre deux personnes, dont l'une assure la subsistance de celle qui peut ainsi étudier davantage, le bénéfice commun de l'opération étant partagé entre les deux comme entre Issakhar et Zévouloune. Cela est autorisé.
Il y a toujours eu aussi des Juifs qui se sont consacrés totalement à l'étude sans ces contrats et ont donc vécu dans des conditions de pauvreté extrême, mais ils restent minoritaires, ce sont les bnéï âliah
La règle est simple : si l'on reçoit un salaire pour faire avancer la Tora, il n'y a pas problème en cela mais si on étudie la Tora pour en recevoir un salaire, cela est interdit.

Q. : Que veut dire étudier la Torah lichma ?
R. : C'est étudier pour connaître la Tora, contribuer à l'union du Nom et de la chékhina, mettre la Torah en pratique (lidéï maâssé), en être imprégné dans notre comportement, en citant de qui viennent les enseignements que l'on indique. C'est étudier non pour notre bien-être ni pour nous hausser à nos yeux ni aux yeux des autres, ni pour gagner de l'argent par là.

Q. : Dans quelle position corporelle se mettre pour étudier la Torah ?
R. : Les Sages étudiaient debout ; on n'étudie pas dans une position relâchée, allongée, en lisant sur le côté ; on veille à avoir une position digne, selon les forces que l'on a. La règle est que celui qui respecte la Torah, son corps en est respecté (Avote 4, 6) et ses livres également, qui sont tenus en bon état.

Q. : Peut-on utiliser les versets de la Torah à d'autres fins ?
R. : Il est désastreux, au sens propre, d'utiliser les versets du Cantique des Cantiques pour en faire des chansons. A l'inverse, celui qui utilise à bon escient un verset de la Tora apporte le bien et le bonheur dans le monde :
kol haqoré passouq bizmano mévi tova laôlam.

Q. : Peut-on enseigner la Tora à ceux qui sont dans l'idolâtrie ?
R. : Cela est strictement interdit car ils la transformeraient en idolâtrie. La Torah toute entière est composée des Noms de D-ieu, il importe donc de ne pas la transmettre à ceux qui en feraient un usage falsifié.

Q. : Jusqu'où faut-il pousser notre mémoire concernant la Torah ?
R. : Un Sage se répétait tous les jours les 613 mitsvotes jusqu'à les savoir. C'est un bel exemple. Les Sages donnent aussi des précisions sur les régimes alimentaires qui facilitent l'étude et la mémoire (Horayote 13 b).


Vérification des connaissances

A - Citer les 15 conseils du Chla pour l'étude.

B - Répondre aux 17 questions :

  1. Qui doit étudier la Tora dans le peuple juif ?
  2. Quel temps faut-il accorder à l'étude de la Tora ?
  3. Comment diviser et répartir les domaines à étudier ?
  4. Comment l'enfant doit-il procéder ?
  5. Comment étudier le talmud ?
  6. Faut-il s'adonner au pilpoul ou non ?
  7. Comment répartir l'étude de jour et de nuit ?
  8. Combien de fois réviser ?
  9. Faut-il étudier la qabbala ou non ?
  10. Comment choisir ses maîtres ?
  11. Peut-on vivre financièrement de la Tora ?
  12. Quel est le texte exact de Rachi sur le contrat de Zévouloune et Issakhar ?
  13. Que veut dire étudier la Tora lichma ?
  14. Dans quelle position corporelle se mettre pour étudier la Tora ?
  15. Peut-on utiliser les versets de la Tora à d'autres fins ?
  16. Peut-on enseigner la Tora à ceux qui sont dans l'idolâtrie ?
  17. Jusqu'où faut-il pousser notre mémoire concernant la Tora ?

Lisez ce texte en hébreu et vérifiez votre compréhension avec la traduction qui est placée après ce texte.

Traduction
La Torah s'acquiert par
1.l'étude
2.l'écoute attentive
3. la bonne reformulation
4. par la compréhension venant du coeur
5. par la révérence
6. par la crainte
7. par l'humilité
8. par la joie et par la pureté
9. en fréquentant les Sages et en étant proche de ceux qui étudient
10. par la discussion très précise
11. en étant assis dans la yeshiva au lieu de l'étude
12. par l'étude de la Torah
13. de la michna
14. en ne se dispersant pas dans les affaires
15. en dormant peu.
16. en parlant peu
17. en pratiquant peu les plaisirs
18. en ne se dispersant pas dans les plaisanteries
19. par des relations modérées
20. par la patience
21. par un coeur bon
22. en aisant confiance dans les Sages
23. en acceptant les épreuves
24. en connaissant sa juste place
25. en se réjouissant de ce que l'on a
26. en ayant de la retenue dans ce que l'on dit
27. en ne se faisant pas valoir
28. en étant aimable
29. en aimant D.ieu
30. en aimant les humains
31. en aimant les qualités morales
32. en aimant ce qui est juste
33. en aimant les réprimandes reçues
34. en s'éloignant des honneurs
35. en ne tirant aucune vanité de son savoir
36. en portant le fardeau de ses amis
37. en guidant dans la bonne direction
38. en le maintenant dans la vérité
39. en l'exhortant vers la concorde
40. en ne se réjouissant pas d'atteindre la fonction d'enseigner
41. organise avec son coeur tout ce qu'il étudie
42. en sachant poser les question et répondre
43. en sachant écouter et ajouter
44. en étudiant de façon à pouvoir l'enseigner
45. en étudiant de façon à pouvoir appliquer
46. en donnant à son maître de pouvoir approfondir les questions
47. en organisant ses connaissances selon des principes
48. en disant les choses au nom de l'auteur.

 

Retour
à la table des matières
du cours de Talmud

 
© Copyright
Dufour