Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire
 

Apprendre avec les Sages...

Les Rabbins du Maroc
La famille Messas

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
http://www.modia.org 



La famille Messas
Sources 
- Séfer Maâyane Mayim 'Hayim, du Rav Joseph Messas.
- Tiféréte Banim Avotam,  du Rav Joseph Messas (Fès, 1913). 
- Les noms des Juifs du Maroc, par Abraham I. Laredo (Instituto B. Arias Montano. Madrid 1978).

Origines éventuelles du nom
- la synagogue Al-Machacha du Caire existante depuis le début de l"ère actuelle (The Jewish Encyclopaedia 1907, 5, 71),
- la ville de Mazas dans la région de Madrid en Espagne (selon le livre Séfer Maâyane Mayim 'Hayim, du Rav Joseph Messas),
- la ville de Messas dans plusieurs régions du Portugal,
- le mot Messas (tables) en espagnol,
- la profession de barbier, massas en arabe.

Généalogie rabbinique
 
Avant 1492, Selon le Rav Joseph Messas, des pierres tombales en Espagne portent ce nom avant l'expulsion.
Au moment de l'expulsion des Juifs d'Espagne, des actes portent le nom orthographié Almaxes (Fritz Baer, Kastilien inkisisioneakten, Berlin, 1936 (pp. 410, 420).
Au 16e siècle,
- notes de Moché ben Mechacha sur la Grammaire de R. Kalonymous (vers 1520),
- vers 1590, askama de R. Yehouda ben Yits'haq ben Mechach, de Tunis, au Séfér Chéch Kénafayim, de Avraham HaCohen.
- vers 1590, Mordékhaï ben Messas est cité dans le Séfér Chéch Kénafayim, de Avraham HaCohen.
Au 17e siècle,
- en 1609, Yossef ben Mordékhaï Messas est Grand Rabbin de Debdou. Il s'installe à Meknès.
- son fils Eliêzér, rabbin à Meknès, meurt en 1643.
- son fils Zikhri est rabbin à Meknès en 1690.
Au 18e siècle,
- son fils Messod est rabbin à Meknès. On connait ses fils Zikhri, Yits'haq et Yaâqov.
- son fils Zikhri (1741-1782), rabbin à Meknès,  eut pour fils Aharone, Yeshaya, David et Mordékhaï.
Au 19e siècle,
- son fils Mordékhaï, rabbin à Meknès, est père de Chalom, Hayim et David (suite sur ce lien-ci).


Rappel
Quelques grandes familles de Sages du Maroc :
Abou'hatséra, Ben Baroukh HaCohen, Messas, Pinto...
Par ville, sépulture des grands Sages du Maroc
Quelques femmes juives vénérées au Maroc :
Beni Mellal (Lalla Kherwia), Casablanca (Lalla Mima), Fez (Lalla Cohen et Lalla Sol ha tsaddiqa), Rabat (Lalla Luna bat Khalifa), Tabia (Lalla Saâda), etc...
Martyrs : 
- les 50 juifs de Oufran (1792)
- Lalla Solica ha tsaddiqa (1834)
- R. Yits'haq ben Yaâqov Abou'hatséra (1912)
- R. David Abou'hatséra (1920) 
- R. Baba Raphael Pinto et R. Baba Meïr Pinto (1980)
Les Sages de la famille Abou'hatséira Bibliographie sur les Sages du Maroc
Bibliographie Moshé Yossef ben Raphaël Zénou
Liens :
Appellation respectueuse pour les femmes de grande qualité selonla Torah : Ssaddiqa, Lalla (Madame). 
La langue parlée des Juifs du Maroc :
Dates de la hilloula de quelques Sages du Maroc
(merci de nous signaler les omissions et erreurs) :
Eloul 1 : R. Daniel HaChomer
Eloul 22 : R. Aharone ben Yaâqov Abou'hatséra
Eloul 26 : R. 'Hayim Pinto
Tichri 26 : R. Eliyahou ben Aharone Abou'hatséra
'Hechvane 18 : R. Raphaël Baroukh Toledano
'Hechvane 26 : R. Aba ben Yits'haq Abou'hatséra
Kislev 1 : R. David ou Moché
Kislev 14 : R. David ben Massoud Abou'hatséra
Kislev 22 : R. Avraham ben Yits'haq Abou'hatséra
Kislev 29 :R. Chalom Zaoui
Tévéte 1 : R. Makhlouf ben Yossef Abou'hatséra
Tévéte 2 ou 3 : R. David ben Baroukh
Tévéte 7 : R. Amram Aourbéâ
Tévéte 14 : R. Pin'has HaCohen
Tévéte 20 : R. Yaâqov Abou'hatséra
Tévéte 21 : R. Yits'haq ben Aba Abou'hatséra
Tévéte 23 : R. Vidal Sarfati
Tévéte 26 : R. Mordekhaï Benglo
Chévate 2 : R. Yossef Messas
Chévate 4 : R. Israël ben Massoud Abou'hatséra (Baba Salé)
Chévate 5 : R. Méïr Israel
Chévate 8 : R. Makhlouf ben Eliyahou Abou'hatséra
Chévate 14 : R. Yits'haq ben Yaâqov Abou'hatséra (assassiné, lé qiddouch Hachém)
Chévate 16 : R. Elicha Afrate
Adar 4 : R. Yossef ben Aharone Abou'hatséra
Adar 5 : R. Chalom ben Aharone Abou'hatséra
Adar 9 : R. Yits'haq ben Oualid
Adar 21 : R. Raphael David Berdugo
Adar 25 : R. Yits'haq ben Massoud Abou'hatséra
Adar II 9 : R.Yits'haq Bengoualid
Adar II 25 : R. Yits'haq Abou'hatséra
Adar II 29 : R. Yéhouda Hallone
Nissane 17 : R. Baba Meïr ben Yisrael Abou'hatséra
Iyar 12 : R. Avraham ben Yaâqov Abou'hatséra
Iar 18, Lag baÔmer : R. Avraham Aouriwer, R. David Alchqar; Moulay Ighi
Iyar 19 : R. Chémouel ben Aharone Abou'hatséra
Iyar 21 : R. I'hya ben Avraham Abou'hatséra
Sivane 7 : R. David Draa HaLévi
Sivane 18 : R. Yisrael ben Aharone Abou'hatséra
Sivane 19 : R. Yehouda Benattar
Tamouz 15 : R. 'Hayim Ben Attar
Av 4 : R. Raphael Enkaoua
Av 15 : R. Amram Ben Diwane

 Localisation des sépultures des Sages du Maroc
(merci de nous signaler les omissions et erreurs)
De nombreux lieux de pélerinages existent à Agadir, Amizmiz, Figuig, Erfoud, Safi, Skoura...

Azemour Ribbi Avraham Ben Natane
Ribbi Avraham Moul-Niss
Ribbi 'Hayim Assouline
Ribbi Yossi HaGualili
Casablanca Ribbi Avraham Amselem
Ribbi Avraham Ifra'h
Ribbi Chélomo Alloul
Ribbi David Danino
Ribbi David 'Hadida
Ribbi Eliyahou
Ribbi Messod Ohana
Ribbi Yits'haq Ben Chétrite
Ribbi Yits'haq 'Haziza
Ribbi Yits'haq Qoriat
Debdou Ribbi Chélomo Cohen Gadol
Ribbi Daoud Cohen
Ribbi Moché Mimoune
Ribbi Yits'haq El Qanesi
Ribbi Yossef Ben Bibi
Ribbi Yossef Tourdjmane
Draa Ribbi Avraham Tordjman
Ribbi David Draa HaLévi
Ribbi David Na'hmias
Ribbi David Perez
Ribbi Meïr Benlolo
Ribbi Yaïche Bitton
Fez Ribbi Aharone Monsonego
Ribbi Chaoul Serero
Ribbi Chélomo Ibn Danan
Ribbi David Haqadmone
Ribbi Matatiyahou Séréro
Ribbi Ménaché Ibn Dayan
Ribbi Raphaël Aharone Monsonego
Ribbi Raphaël Aven Tsour
Ribbi Vidal Sarfati
Ribbi Yaâqov Qaddoche
Ribbi Yéonatane Serero
Ribbi Yéhouda Ben Attar
Ribbi Yists'haq Elfassy
Figuid (berceau de la famille Zenou) Ribbi Avraham Ben Salem
Marrakech Ribbi Avraham Abikhzer
Ribbi Avraham Abitbol
Ribbi Avraham Azoulay
Ribbi Azar HaLévi
Ribbi Baroukh Arama
Ribbi Baroukh Bemmafda
Ribbi Chélomo Taméchoute
Ribbi David Ben Safét
Ribbi David Chélouche (13 Kislev)
Ribbi David Sabbah
Ribbi Eliyahou Yissane
Ribbi 'Hanania HaCohen
Ribbi 'Hayim Messas
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Bar Mimouna
Ribbi Massoud Ben-Moha
Ribbi Massoud Bitton
Ribbi Massoud Na'hmias
Ribbi Meïr Bat Chéchat
Ribbi Mordékhaï Ben Attar
Ribbi Moché ben Safét
Ribbi Moché 'Haliwa
Ribbi Nissim Ben Nissim
Ribbi Peta'hiya Berdugo
Ribbi Pin'has Ben Yaïr
Ribbi Pin'has HaCohen (14 Tévéte)
Ribbi Raphaël Ben Attar
Ribbi  ChalomKinizou
Ribbi Chaoul Na'hmias
Ribbi Chélomo Ban Attar
Ribbi Chélomo Cohen
Ribbi Chélomo Sémana
Ribbi Yaâqov Abikhzer
Ribbi Yaâqov Lévi
Ribbi Yaâqov 'Hazan
Ribbi Yéhouda Tsarfati
Ribbi Yits'haq Ban Safét
Ribbi Yitsd'haq Délouya
Ribbi Yisrael Abikhzer
Ribbi Yisrael Ben Mo'ha
Ribbi Yossef Pinto

Femme vénérée
Lalla Ribqa Dé Béné Moché

Meknes Ribbi Baroukh Tolédano
Ribbi David Boussidan
Ribbi 'Hayim Messas
Ribbi Ma'hlouf Chétrit
Ribbi Raphaël Elkouby
Ribbi Yaâqov Berdugo
Mogador Ribbi Avraham Ben Attar
Ribbi Avraham Bensoussan
Ribbi Avraham Knafo
Ribbi Avraham Qiria
Ribbi Avraham Sabbah
Ribbi Avraham Souissa
Ribbi David Attar
Ribbi David Elqayim
Ribbi David Yiflah
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Ben Tamechoute
Ribbi Réouven ben Réouven
Ribbi Yaâqov Ben Yita'h
Ribbi Yona Navone
Ribbi Yossef Knafo
Ribbi Yossef Malka
Rabat Ribbi Avraham Berdougo
Ribbi Chalom Zagoui
Ribbi Chélomo Ben Weiche
Ribbi Chémouel Abou'hatséra
Ribbi David Bensimon
Ribbi David OuMoché
Ribbi Eliêzer Davila
Ribbi Eliyahou Mercado Malka
Ribbi Moché Ben Oualid
Ribbi Raphaël Attiya
Ribbi Yécoutiel Berdougo
Ribbi Yossef Elmaleh
Rissani Ribbi Avraham Abou'hatséra
Ribbi David Abou'hatséra
Ribbi Massoud Abou'hatséra
Ribbi Moché Tourdjemane
Salé Ribbi Avraham Réva'h
Ribbi Amram Ben Safét
Ribbi Chalom Azoulay
Ribbi Ephraïm Maïmarane
Ribbi Moché Amsellem
Ribbi Moché Ma,ouna
Ribbi Mordekhaï Cohen
Ribbi Raphael Ankaoua
Ribbi Yi'hiya Rouimi
Tanger Ribbi Avraham Tolédano
Ribbi 'Habib Tolédano
Ribbi Mordékhaï Bengio
Ribbi Yéhouda Azancote
Ribbi Yéhouda Jabaly
Ribbi Yits'haq Nahon
Taroudant Ribbi Baroukh HaCohen
Ribbi Chalom Zafrani
Ribi David ben Baroukh
Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Pin'has HaCohen
Ribbi Yamine HaCohen
Tétouan Ribbi Amram Ben Diwan
Ribbi Avraham Bibas
Ribbi Vidal Tsarfati
Ribbi Yéhouda Halfon
Ribbi Yits'haq Bengualid
Ribbi Yits'haq Ben Walid
Ribbi Yits'haq Nahon

Ribbi Yaâqov Abou'hatséira
Sa connaissance m'a été ouverte par le coeur et l'histoire apportée par  Ribbi Moché Yosséf Zénou (ci-dessous). Il nourrit totalement mon étude car, comme le Chla et les très grands de notre tradition, il n'enseigne pas seulement sur un secteur de la pensée juive (soit la halakha, soit le pérouche de commentaire) mais sa Torah est complète et il nous emmène dans toutes ses dimensions en nous faisant  la sentir dans sa cohérence, sa chlémoute
Il faut le présenter dans sa tradition qui le précède et qui lui succède.
Son enseignement est présent dans de nombreuses parachiyotes du site.

1e génération. Le fondateur est Ribbi Chmouel Elbaz (16e s.) dit le Père de la natte (Abbou Atséra), suite à un miracle où il fut transporté par sa natte pour aller accomplir une mitsva. Il a vécut au Maroc et en Syrie. 
2e génération. Ribbi Makhlouf Ayouche ben Chmouel, à Dra, au Maroc.
3e génération. R. Yaâqov I ben Makhlouf, et son frère R. Yahya.
4e génération. R. Mass'oud ben Yaâqov, à Rissani près de Téfilalét.

5e génération. C'est la gloire de cette lignée :


Pour agrandir l'image, cliquer ici

Rabbénou Yaâqov ben Mass'oud (1807-1880), dit Ribbi Yaâqov Abou'hatséra, décédé le 20 Tévét en montant en terre d'Israël à Dammenhour en Egypte. Un de ses proches était Ribbi Avraham Zenou, caballiste, arrière grand-père de notre père et maître en Torah, Ribbi Moché Yosséf Zénou, zal, dont la famille est également originaire de Riasni puis de Figuid à la frontière du Sud du Maroc avec l'Algérie. C'est de lui que j'ai reçu cette transmission orale que, avec l'aide de D., j'ai pu compléter ensuite.

6e génération. Rabbénou Yaâqov eut quatre fils brillants :
6a- R. Mass'oud ben Yaâqov Abou'hatséra, né au Téfilalét (1835-12 Iyar 1908), 
6b- R. Aharone ben Yaâqov Abou'hatséra, qui succéda à son père et décédé le 22 Eloul 1900 (5660) ; il a dirigé la communauté du Téfilaléte après son père, a quitté le Maroc en 1887 pour Jérusalem pour y imprimer les livres de son père, comme il en avait reçu l'ordre en rêve sur la tombe de son père en 1880. Il est enterré à Telouate au Maroc.
6c- R. Yits'haq I ben Yaâqov Abou'hatséra, décédé le 14 Chévate 1912 (5672) à 37 ans comme le Ari dont il portait le nom; nous avons les souvenirs directs de lui par R. Moché Yosséf Zénou. Révéré, très élevé dans la connaissance du sod et pur, il était très rigoureux envers la qualité de la tsédaqa. Il est entouré à Toulal. Ses écrits de qabala sont publiés sous le titre de Tolédote Yits'haq
6d- R. Avraham ben Yaâqov Abou'hatséra, de Tibériade décédé le 11 Iyar 1913 (5673). Son fils Yi'hiya fut assassiné par un arabe le 21 Iyar 1935 (5695) et est enterré à Tibériade.
Sa fille Esther épousa Ribbi Dahan.

7e génération.
Les trois fils de R. Mass'oud (6a) sont :
-7a- R. David ben Mass'oud Abou'hatséra (Âtéréte Rochénou), assassiné le 14 Kislév 1920  (5680)par les arabes. Il avait eu le privilège d'étudier la Torah avec R. Yaâqov. Il a vécu dans la plus grande pureté du regard. Il est l'auteur de commentaires sur la Torah : Péta'h haohél et Séfer Récha véSéfa sur Béréchite et Chémote. Il est enterré au Tafilalet.
-7a- R. Israël ben Mass'oud Abou'hatséra (Baba Salé) né à Roch hachana 1890, décédé le 4 Chévate 1984 (5744) , il vint en Israël avec la coupe de qiddouche de R. Yaâqov, s'installa à Yavné, Achkélone puis définitivement à Nétivote en 1970 où il est enterré. Il est le père de R. Méïr (Baba Méïr) décédé le 17 Nissane 1983.


Pour agrandir l'image, cliquer ici







-7a- R. Yits'haq II ben Mass'oud Abou'hatséra (Baba 'Haqi), né en 1897, époux de la rabbanite Myriam, décédé le 25 Adar 1970 (5730) et enterré à Ramlé. Parmi ses enfants R. Avraham de Yavné, R. Avraham ben Yits'haq (Baba Haana) décédé le 22 Kislév 1974, R. Chimeône époux de Pir'hiya et père de Yits'haq, Yisraël, 'Hana, Avraham, Méïr, David et Esther ; il dirige les institutions toranniques et la Yéchiva Ner Yits'haq qui publient les oeuvres de Ribbi Yaâqov Abou'hatséra.

Les cinq fils de R. Aharone (6b) sont :
- R. Chalom ben Aharone Abou'hatséra, décédé à Marseille le 5 Adar 1975 (5734).
- R. Chmouel ben Aharone Abou'hatséra, de Colomb Béchar, décédé le 19 Iyar 1955 (5715).
- R. Eliahou ben Aharone Abou'hatséra, décédé le 26 Tichri 1925 (5685) et enterré à Erfoud. Il est le père de R. Makhlouf ben Eliahou (Achdod) décédé le 8 Chévate 1980.
- R. Israël ben Aharone Abou'hatséra, est nommé aussi Baba Salé ; il est décédé le 18 Sivane 1944 (5704) et est enterré à Colomb- Béchar.
- R. Yosséf ben Aharone Abou'hatséra, décédé à Paris le 4 Adar 1977 (5737), enterré à Jérusalem.

Le fils de R. Yits'haq (6c) est R. Abba décédé le 26 'Hechvane 1936 (5696) enterré à Boubnib au Maroc.. Son petit-fils est R. Yits'haq ben Abba ('Haïfa) décédé le 21 Tévéte 1991.

Le fils de R. Avraham (6d) est R. Yi'hya décédé le 21 Iyar 1935.


Notre père dans l'étude de la Torah : 
Ribbi Moshé Yossef ben Raphaël Zénou (Monsieur Moïse Zénou)
Connaissance-Tradition-Bénédictions-Humilité-Coeur

Ce texte pour associer les lecteurs à la reconnaissance, à la prière, et aussi au partage de la tradition vivante, continue et familiale du judaïsme. Même à travers l'internet, il faut rendre vivante cette transmission directe pour que chacun puisse se l'approprier comme il l'est dit de Moché qu'il a "pris" les tables d'une main forte. L'effort d'étude représenté par ce site répond à la question posée parfois par des lecteurs qui redoutent de se laisser duper par des non-juifs  ou par des juifs messianniques : je suis un Juif halakhiquement orthodoxe qui essaie de vivre selon les mitsvotes et la halakha.

Ribbi Moshé Yosséf ben Rafaël ben Éliahou ben Avraham Zénou, zatsal (le souvenir du juste est une bénédiction) est décédé ce 16 Tammouz (ce 10 juillet 1998, juste avant le chabbat) a été mon premier maître et père dans l’étude. Le 16 Tamouz est aussi le jour hébraïque de ma naissance !

Pour les lecteurs de Modia qui reçoivent au second degré son enseignement, je vais présenter brièvement, cette transmission qui vient jusqu'à eux. Qu'ils s'associent à sa famille et à ses proches pour demander avec nous l'élévation rapide de sa néchama (îlouï nichmato) dans la lumière de la Torah qu'il voit désormais clairement.


Connaissance

En 1977, devant la perfection de sa lecture publique de la Torah, portée par une intériorité et une humilité constantes, j’avais sollicité de lui de m’enseigner les téâmim de la Torah et du Tanakh, part essentielle pour saisir tous les niveaux du sens, jusqu’à la mélodie des secrets les plus grands que sont les saints téâméï hattéâmim ; il était clair qu’il les tenait d’une tradition sûre et exigeante. Il m’a dit plus tard avoir demandé, pour m'enseigner, l’autorisation de son épouse Lisette, Âziza bate Sultana, zatsal, après lui avoir exposé ma demande. Délicatesse des couples juifs qui vivent dans la qéddoucha.

Je me suis alors assis à ses côtés, comme il avait appris lui-même, et j’ai écouté et répété inlassablement, repris impitoyablement après chaque faute, et cela jusqu’au dernier mois. Ainsi, bien qu'ayant appris auprès de lui, mon hébreu s'est laminé progressivement sous l'effet de la prononciation courante dans le melting-pot israélien et, dès le troisième mot, il me reprenait pour la prononciation incorrecte d'un ayine ou d'un 'héte. Conscient de la grandeur et du privilège de cette transmission, je recueillais ainsi, enregistrais et notais chaque fois non seulement les connaissances, mais aussi la technique de l'étude et de la mémorisation selon la tradition, et les règles résumées dans des moyens mnémotechniques araméens ou dans des gestes de scansion de la lecture individuelle du texte. 

Ainsi, il communiquait la chaîne du chant de sa tradition séfarade originaire du Tafilalet (paracha, chant des offices du Chabbate et des fêtes, pioutim, modulation de la lecture d’étude de la michna, du talmud et du Zohar). Nombreux ont dû apprendre de lui, ou par son exemple.

Il m’a transmis aussi les téâmim séfarades de Jérusalem qu'il avait reçus de la bouche de Ribbi Avraham Haccohén, émissaire de la Terre sainte venu demander la tsédaqa et bloqué en Algérie en 1914 pendant la première guerre mondiale, quand... lui-même était enfant. Il était né, en effet, dans les premières années de notre siècle finissant.


Tradition vivante

Dans l'affection, il n’a eu de cesse que de me transmettre les enseignements gardés vivants dans sa mémoire et qui émergeaient par mes questions continues... jusqu’aux enseignements que son grand-père lui rapportait, reçus par lui des vieux sages qu'il avait lui-même connus. Cela nous faisait franchir les siècles. Emotions.

En effet, son grand-père, Ribbi Éliahou, était le fils de Ribbi Avraham Zénou, grand cabaliste et ami du tsaddiq et gaone Rabbénou Yaâqov Abou’hatséra, le grand-père de Ribbi Yisrael, dit Baba Salé. 

Ainsi, par lui, par pure bonté gratuite du Ciel, j’ai ainsi entendu par tradition orale directe la vie quotidienne de ces Sages, leurs paroles et actes dont le peuple était témoin. Il y a quelques mois encore, en 1998, quand je l'écoutais, j'étais avec lui alors qu'il était alors jeune enfant, et je voyais avec lui la scène où il était présent : Ribbi Yits’haq Abou’hatséra de beau visage, fils de Ribbi Yaâqov Abou’hatséra et oncle de Ribbi Yisrael, assis par terre sur son tapis, étudiant et très exigeant envers le niveau de la tsédaqa apportée par les visiteurs pour les pauvres (ce Ribbi Yits’haq qu'il a vu est décédé en 1912 !...).


Coeur

Une autre caractéristique, chez ces sages d'Afrique du Nord qui avaient gardé toute la tradition reçue (ce qui n'était pas le cas partout, dans les zones ou les familles touchées par l'assimilation progressive), c'était ce mélange de vie dans les bénédictions, l'humilité et la chaleur du coeur.

J’ai, souvent et très longuement, entendu les bénédictions au nom des Sages (Ribbi Chimêone bar Yo'haï, Ribbi Méïr baâl hannés, Ribbi Yaâqov Abou'hatséra, ou le récit de celles que les Sages disaient eux-mêmes, dans l’émotion d’entendre parfois me les rapporter jointes à l’invitation d’écouter : "mon fils...". C’est par cette voie qu'il m'a donné le bonheur de découvrir l’œuvre de Rabbénou Yaâqov Abou’hatséra, dont les douze livres couvrent le champ de la Torah aux différents niveaux, du talmud, de la halakha, de la morale et de la poésie avec le souci d’équilibre et de complétude que j'essaie de transmettre. Sa lecture et ses sources nous sont devenues quotidiennes. Je ne savais comment remercier ; c’est pour cela que j’avais dédicacé la première édition du Lév Gompers à Monsieur Moïse Zénou. Ces bénédictions qui étaient un flux continu parlaient toujours immédiatement des soucis que je portais sans même que j'ai eu à les lui exposer.

L'humilité m'apparaissait en ceci : j'avais appris en étudiant respectueux et, seulement depuis un an, sentant son âge avancer et la demande affective qui l'accompagne, j'osais lui apporter des perles qui lui plairaient et le soutiendraient, et je les avais trouvées souvent dans des livres difficiles de la tradition ; il continuait alors ma phrase et les citations en disant : "vous savez cela aussi maintenant !" alors que rien ne m'avait donné à penser qu'il les connaissait. Tout était intégré, pas dans les livres extérieurs mais dans la connaissance et la mémoire, puissante et vive après 90 ans. Beauté et jeunesse des Sages.

Il intégrait tout cela dans les récits et perles d’une tradition chaleureuse et familiale venue du Sud marocain puis du Sud algérien, émaillant de pittoresques proverbes en judéo-arabe ou en arabe. Il ajoutait : "il faudrait vraiment que je vous apprenne l'arabe pour que vous compreniez tout ce que j'ai à vous dire là". 

Ses enfants, qu'ils soient bénis, assistaient avec affection au bonheur de leur père passionné à cette transmission.

Que sa tradition reste vivante pour toujours. Ce sera la meilleure récompense.
 


Bibliographie sur les Juifs du Maroc
Documentaire, communautaire et scientifique
Ben Ami Issachar. Le judaïsme marocain. Etudes ethno-culturelles. Jérusalem 1975.
Ben Ami Issachar. Culte des saints et pélerinages judéo-musulmans au Maroc. Maisonneuve et Larose, Paris 1990.
Bénoliel Acher (Rabbin). Nos tsadikim du Maroc, leurs villes natales et hilloulot. Calendrier annuel. Centre Chouva Israel. Montréal. Tel 514-488-1632.
Goldenberg André (collectif) Les Juifs du Maroc. Images et textes. Paris, Editions du Scribe. 1992.
Zafrani Haïm. Mille ans de vie juive au Maroc. Paris 1983.

Enseignement juif
Pniné Abir Ya'aqov. Enseignements de Torah et sentences morales de Rabbenou Ya'aqov Abe'hssera. Jérusalem BP 43183. Ed. Ner Yits'haq.
Les 12 volumes des oeuvres de R. Yaâqov Abou'hatséira, en hébreu. Diffusion Lugassi 117 rue Yafo à Jérusalem.
Les livres de prières Ner Yits'haq.
Rabbenu Yisrael Abuchatzira. The story of his life and his wonders.par A. I. Arél. Ed Saba-FUJIE. NY. 1991.

Les 3 livres en 8 volumes de Questions et réponses halakhiques du Rav Chalom Messas (aujourd'hui Président des tribunaux rabbiniques de Jérusalem) : Tévouote Chémeche, Chéméche ou maghen, Mizra'h Chéméche. (Chez l'auteur).


La langue parlée des Juifs du Maroc :
  • - La part commune avec les Juifs tunisiens
  • -  Les expressions particulières :

  • - afrite : monstre dans les récits
    - agurram : saint, marabout.
    - aîne el harra : le mauvais oeil
    - ait : tribu
    - arad : celui qui porte les invitations pour les fêtes
    - baraka : bénédiction
    - belgha : la babouche
    - beldiyine : les juifs locaux
    - chéchia : calotte
    - derb : la rue, le quartier
    - difa : un repas festif
    - driba : la ruelle
    - el-khdar : la couleur verte bénéfique
    - fassi : les habitants de Fez
    - forastera : appellation des Juifs du Maroc par les  Juifs venant d'Espagne
    - ghassi, le groupe, le saint
    - haketiya : la langue parlée judéo-espagnole de la région de Tanger
    - 'horm : l'espace saint
    - lalla : femme sainte et vénérée, tsadéqéte
    - marouf : le repas collectif pris près de la sépulture sainte ou du lieu de pélerinage
    - méara : groutte ou cimetière
    - mimouna : fête de clôture de Pessa'h
    - mohajjir : juif converti à l'Islam
    - moul et moulin : maître
    - moulay : saint
    - moul el blad : le saint patron de la localité
    - moukhtar, le responsable d'un groupe ou d'une collectivité
    - mouqaddam : le gardien d'un lieu saint
    - naguid : le représentant de la communauté auprès des autorités
    - oulad : la famille
    - qassida : un chant
    - siyid : marabout, sépulture d'un saint
    - sla : salle d'étude ou synagogue
    - Ssaddiq : un saint homme
    - wali : saint
    - zgharite : youyous
    - ziyara : pélerinage


    Voir le poème "Père lumière" qui dit mieux que la prose
    Retour à la page de sa vie
    et à la page des hommages pendant les obséques.
    © Copyright
    Dufour