Etude menée en commun par beaucoup de communautés en Israël,
sur la forme de vie à mener selon la Torah,

à travers les hommages rendus au Grand Rabbin Chalom Messas, zal

nichmato ner lanou
"sa néchama est lumière pour nous"

photos et scénario par le Rav Yehoshua Rahamim Dufour (Dipour, en hébreu)
http://www.modia.org

Le Copyright selon le dine Torah et selon le droit international ne permet pas de capter les images du site ni de les reproduire
sous aucune forme autre que pour l'usage personnel de lecteur.


Retour au plan de tous les pages consacrées à l'oeuvre du Rav

1e Hommage: par la communauté des Juifs orientaux d'Israël, dans la Yeshiva Porat Yossef à Jérusalem, dirigée par le Rav Moché Tsédaqa
Roch ha Yéchiva, 26 rue du Rav Ouziel (tel. 03-6767163).



La soirée d'étude a commencé par des chants sépharades en situation de deuil pour demander l'élévation de l'âme du défunt (îlouï nichmate ha manoa'h).


Le Rav Moché Tsédaqa s'appuie sur l'exemple du Rav Chalom Messas.
- Nous pouvons tirer des enseignements majeurs des comportements privilégiés du Rav Messas, car c'est pour leur importance qu'il les a choisis comme voie principale.
- Ainsi, celle qui consister à parler avec des mots simples quand on s'exprime au sujet de la Torah, non pas seulement pour communiquer avec l'interlocuteur, mais parce que la Torah est pure, vraie, et doit pouvoir toucher directement. Il disait qu'il a eu des contacts avec les plus grands dirigeants mais que le vrai contact, celui d'humilité (anava) c'est avec les livres simples et anciens qui touchent la vérité.
- Il est dit que, dans le monde d'En-Haut, Avraham notre Père (avinou), ne séjourne pas dans un lieu de calme et de repos mais aux portes des lieux difficiles de purification nommés guéhinom, ainsi du Rav qui avait le souci des membres du peuple qui étaient en difficulté. Souvent quand on lui parlait de jouir sa retraite ou de
partir en vacances, il objectait que des gens en difficultés lui enverraient des lettres décrivant leurs épreuves et demandant une décision pour les éclairer.
-
En ce sens, je vois aussi le lieu qu'il a choisi pour sa sépulture. Elle est juste à l'entrée à droite près du parking du cimetière populaire de Guivate Chaoul, non pas dans un lieu d'isolement élitiste. A un mètre de sa tombe viennent stationner toutes les familles qui sont en deuil ou qui se retrouvent pour un anniversaire de deuil. Les souffrances sont présentes, et le besoin de se réconcilier. Il est là, proche. Il veille. Il est encore dans la vie de tous et dans la vie quotidienne.

Certes, en ce lieu, il avait choisi une place, comme nous le voyons ici, près de la tombe d'un tsaddiq, le Rav Mansour Ben Chimeone. Tout est important et saint chez les Sages.

Et était toujours là, Yossi (à gauche), qui conduisait le Rav dans ses déplacements, fidélement, et dans un grand respect affectif réciproque.

Voici la tombe de Ribbi Mansour.

et celle du Rav Meyer Amar de Meknes, le lieu natal, est aussi à quelques mètres.

Voici déjà les pierres des visiteurs affectueux sur sa tombe.

dès les premiers jours


Revenons à son contact avec le peuple. Les gens et surtout les jeunes n'aiment pas la parole trompeuse ou qui s'éloigne de la vérité directe quand ils viennent étudier la Torah. Mais si quelqu'un parle dans la vérité (torate éméte bé fihou) comme c'était le cas pour le Rav, alors tous viennent étudier avec lui et dans ses livres.

Les rabbins se succèdent dont le Rav Chlouch de la ville de Netanya et parlent de lui dans le même sens.

- Pourquoi dit-on d'un Sage âgé qu'il vient dans les jours (zaqén ba ba yamim), c'est parce que le Rav a montré comment chaque jour on doit compléter (léahlim) la qualité de ce que l'on vit dans la Torah et dans les mitsvotes.
Il avait cette préoccupation et disait: Tu me les as donnés, les jours, je Te les rendrai remplis et complétés du premier au dernier. Rien ne le distrayait de ce travail et quand on lui proposait de partir en vacances, il répondait: "mais pourquoi, quand j'ai besoin de vacances, je ferme les yeux dans mon bureau et je vais là-bas en vacances. Eine li zémane, nous n'avons pas de temps à perdre".
Et même quand il n'avait pas de bon éclairage comme c'était le cas il y a des dizaines d'années, il continuait dans l'obscurité et écrivait sur ses genoux.

- Le jour, il étudiait et la nuit il écrivait les réponses halakhiques pour lesquelles il avait été consulté. Et le plus souvent, les rabbins et dayanim des cours rabbiniques lui faisait parvenir une question et le lendemain matin, par souci de la souffrance des gens en difficulté, il avait déjà réglé le problème mais il avait travaillé jusqu'aux premières heures de l'aurore.
- C'est pour cela qu'il est dit de consacrer des temps à la Torah (îtim la Torah) car il s'agit du temps deu jour et du temps de la nuit.
- Il travaillait pour que toute la vie concrète soit vécue dans la Torah, avec concentration, aussi bien en parlant, qu'en mangeant.
- Il soignait aussi bien le chant et revoyais tous les cantiques de Pessa'h sans exception.
- Et quand il parler à un groupe ou à une foule, il veiller à s'adresser à une personne, en se représentant que par attention et respect, il devait se considérer comme relié ainsi à chacun.
- Pour transmettre la Torah, il insistait sur la chaleur ('hamimoute) qui doit accompagner les paroles. Car la Torah est chaleur et soleil (chéméche) et il faut la transmettre comme tel. C'est pour cela qu'il plaçait ce mot dans ses titres de livre, en plus de l'analogie avec son nom (méchache).
- L'expérience de tous ceux qui s'approchaient de lui, c'est que l'intensité de sa présence et de son rayonnement faisaient qu'on n'avait pas besoin ou envie de parler pour parler.
- Son souci était grand concernant la vérité quand on parle de Torah, elle est vérité de la vérité (émét lé amito) et il faut atteindre cela, surtout pas lui substituer ma propre vérité.

Et quand le Rav David Messas vient donner son témoignage sur son père, alors il ne s'agit plus de constats externes mais el coeur est totalement présent, la connaissance est intense et il se réalise justement ce que les rabbins ont décrits précédemment: la rencontre de la vérité exprimée. Les regards et les corps sont tendues chez tous: chacun est saisi en soi.

Ici, à gauche, le Rav Chlouch, puis le Rav Chélomo Moché Amar, le Grand Rabbin d'Israël et le Roch yéchiva de Porat Yossef, le Rav Tsédaqa. Et le Rav Aharone Monsenego.
Dès qu'il a terminé dans un hébreu parfait animé par le coeur, tous les jeunes étudiants de la yeshiva (les barouké yéchiva) se précipitent vers lui pour lui parler, lui poser une question, demander une bénédiction.


Les grands rabbins d'Israël sont ravis d'entendre et de voir la même Torah que celle du père, non seulement rappeler et louanger mais être en démonstration. Ils expriment physiquement leur bonheur envers le Rav David Messas.

Ici, le Grand Rabbin d'Israël, Amar.
et maintenant l'ex Grand Rabbin d'Israël Shapira arrive,
il a tenu spécialement malgré son grand âge à honorer:


et le Grand Rabbin Ôvadia Yossef vient témoigner de l'immense grandeur du Rav Messas,
il était aussi son recours unique pour toutes les questions difficiles, et on savait qu'avec lui, rien que la vérité serait prise en considération. Tous citent des exemples où il a réalisé, à la suite d'une étude encore plus poussée, qu'il avait fait une légère erreur d'appréciation, et il s'mepressait d'envoyer le correctif aux intéressés en le justifiant et le diffusait aussi dans les reveues spécialisées, sans aucune pudeur mal placée. Le Rav Ôvadia a perdu aussi son égal en halakha et son adversaire affecteux dès qu'il n'avait pas pris en considération les spécificités des Juifs du Maghreb ou du Maroc.

Il a terminé et rejoint le Rav David Messas au milieu de la foule et se montre particulièrement affectueux envers lui (une photo très difficile à prendre car la pression est puissante de tous côtés et me déplace).


Regardons ces deux photos, on comprend par là que le Rav Ôvadia
transpose sur le fils l'affection qui l'unissait au père.


Le Rav Bakchi-Dorone manifeste lui aussi au Rav David l'assurance de son affection respectueuse.
C'est un moment de force étonnante (regardez les mains):


Avec lui, c'est toute la famille qui reçoit ces marques,
tous citent particulièrement la rabbanite Jamila Messas
et formulent pour elle des bénédictions dans sa souffrances et pour sa santé.
On ne voit pas en photos les femmes de la famille car elles sont dans la partie des dames.
Les frères de Ribbi David, sont très émus, aux places d'honneur.



Ce que je ressens, c'est l'expérience incroyable d'une fusion totale entre cette communauté rabbinique d'Israël et celle du Maroc et de France représentée par Ribbi David, une fusion ici autour d'un Sage, d'une famille, d'un successeur. C'est une unité, et cela vient de l'union qu'il y avait entre chacune de ces personnes et la vérité en Torah du Rav Chalom Messas, mais aussi parce que cela est donné en présence vivante ici par le Rav David Messas. Je n'ai jamais vu ainsi cette proximité et union et cette reconnaissance de ces grands maîtres d'Israël envers un rabbin venant ainsi de la diaspora.
Je comprends alors ce que représente cette lignée pour eux, et pourquoi les deux Grands Rabbins d'Israël: le Rav Ôvadia et le Rav askénaze Goren avaient demandé au Rav Chalom de devenir le Grand Rabbin de la 1e ville d'Israël et le Premier Président des tribunaux rabbiniques de la capitale du peuple juif, et de la résidence de la Chékhina. C'est historique, une énorme avancée vers l'unité qui, seule, peut ne pas retarder la venue de l'unité messiannique, amen.
Je voudrais en ce moment que tous les Juifs de France, éducateurs et rabbins, sentent cette expérience d'unité-fusion, et cette place donnée à Jérusalem à la tradition du judaïsme marocain à travers Ribbi David et son enseignement. Que cette page puisse un peu rendre cette ambiance. Pour vous y faire participer à cette vie d'une immense famille, et au rôle unique et très particulier, que la Providence à donné à la famille Messas pour cela, je me rendrai encore dans les autres communautés qui vont aussi demander à la famille Messas, autour du Rav David et de la Rabbanite, de venir apporter cet enseignement.



Voici un autre hommage: par la communauté juive d'Israël, originaire de Tunisie,
en la Yeshiva Kissé Ra'hamim de Bné Braq, dirigée par le Rav Mazouz
Roch ha Yéchiva, 26 rue du Rav Ouziel (tel. 03-6767163).

Nous arrivons quand les exposés des rabbins ont commencé. Les jeunes étudiants de la yéchiva sont présents pour découvrir ce qu'est un Sage dans la Torah dans une si longue vie.

Quand la famille et le Rav David entrent, toute l'assemblée se lève et les place aux sièges d'honneur. Dans la chaleur précise des Juifs tunisiens, le Rav Mazouz demande à Ribbi David d'allumer un lumière de l'huile d'olive en honneur de la néchama de son père. Le Rav David est ému:


Symbole magnifique; toute l'huile de la tâche que le Rav a accomplie pour Sa Torah,
et la lumière tellement pure qui lui ressemble, comme les fleurs du haut de cette page.
Et le rayonnement transparent qui le caractérisait.


Le Rav Mazouz affirme la grandeur et la beauté du judaïsme d'Afrique du Nord,
l'attention incomparable avec laquelle le Rav Chalom répondait immédiatement à toutes ses demandes.

Le Rav Amar, nommé récemment à son poste de Grand Rabbin d'Israël, arrive car il veut être présent avec toutes les communautés et leur parler aussi de l'importance de la Torah vécue par le Rav Chalom Messas. Il parle avec une telle chaleur et émotion qu'il doit s'arrêter sous les larmes qui montent à ses yeux en se remémorant l'immense affection du Rav Chalom envers les étudiants de la Torah. Il décrit avec précision qui sont les grands Rabbins connus de tout le monde juif et qui exerçaient dans les communautés d'Afrique du Nord, quelle ferveur il y avait, quel niveau d'étude dans le moindre village, avant que la colonisation fraçaise ne vienne briser cette vie de très haut niveau dans la Torah.
Je précise, qu'aujourd'hui encore, le Maroc est le seul pays au monde (hormis Israël) où les Juifs y vivent dans le cadre complet de la législation juive pour tout ce qui concerne le statut personnel. Nous découvrons la science, la chaleur, l'humour et surtout la Torah sainte et concrète du Rav Amar qui s'est nourrie de la fréquentation du Rav Messas depuis toujours.

(à gauche, le Rav Mazouz. Voir ici la page consacrée aux communautés tunisiennes).

La parole est donnée ensuite au Rav David qui témoigne de l'intérieur de sa vie,
de la haute sainteté vécue dans la Torah par son père,
de façon concrète. Cette approche emplit de joie les auditeurs et le Rav Mazouz:


Quand la rencontre se termine, encore une fois il est impressionnant de constater la proximité chaleureuse qui existe entre les grands de la Torah, contrairement à ce qu'essaient de brosser les médias qui ne connaissent en rien de l'intérieur cette vie. Regardez avec précision ces trois visages. Des géants de la Torah et de l'intelligence du coeur et de l'esprit sur la Torah et sur son application dans la vie concrète, entraîne cette unité d'abord entre les hommes, la bonté, la proximité car ils sont tous dans la même réalité de bonté qui les dépasse. Et ils sont également passionnés par leur responsabilité éducative.
Ils sont vraiment ignorants ceux qui classent cela en "religion" qu'ils opposent à leur vie d'intellectuels ou de psychologues, philosophes, etc!




Voici un autre hommage: par la communauté locale de la ville de 'Holone et celle d'Achdod en Israël

Nous sommes dans une ville très typique avec de très nombreuses synagogues emplies de jeunes et d'adultes qui étudient chaque jour, en plus de leur activité professionnelle. Encore une image peu connue d'Israël quand les médias divisent de façon fausse Israël en religieux de yeschivotes et laïcs opposés. Une image partie du peuple continue l'étude traditionnelle comme dans toutes les générations. L'ambiance est détendue, populaire.
Ici le Rav David parle aux côtés du Rav Yéhiel Abouhatséra de Ramlé.

A la fin de la rencontre, dans la très gentille décontraction, les jeunes demandent des bénédictions et embrassent la main du Rav et de tout ce qu'il représente. Des gestes séculaires qui doivent aussi replonger le Rav dans ce qu'il a connu dans son enfance. C'est aussi cela Israël. Ils ont tellement l'art de mettre du bonheur au coeur même en ces moments. Baroukh Hachém.


Des natifs du Maroc qui ont bien connu les Messas alors viennent rencontrer la Rabbanite Jamila Messas.


Elle est très entourée par des jeunes filles, enthousiasmées par la vie de cette femme,
et sensibles à sa souffrance après une vie de couple de plus de 70 ans, qui l'embrassent
et elles lui demandent des bénédictions pour leurs projets de vie et pour les malades,
ce qu'elle donne gentiment. Emotion.
C'est cela aussi la vie en Israël, la proximité immédiate, une grande famille, sincère.
Elle reçoit et ressent ces baisers d'enfants.


Le sourire revient après les larmes sous cette tendresse.



Des retrouvailles étonnantes après tant d'années. On se parle en judéo-marocain évidemment.
Ici avec le Rav Cohen. Regardez bien le public qui a sa particularité.


La communauté très gentille a offert aux 7 filles de la famille Messas un tableau du Papa.
Cette ambiance familiale au niveau d'un très grande salle produit un effet de bonheur sur les endeuillés.

Une telle famille, 7 frères et 7 soeurs, unis dans la Torah et l'affection envers les parents,
c'est une famille biblique.

Cela rappelle aussi, à tous ces originaires d'Afrique du Nord, la vie qu'ils connaissaient là-bas.
Le sourire, dans cette ambiance, revient un peu sur le visage de la mère de toute cette assemblée très émue.
Plus que tout autre, elle est vue comme représentant le Rav aimé de tous ces Juifs.



Cette fois, le sourire revient quand le Rav Amar lui parle en judéo-marocain comme dans son enfance
où il venait voir la maman Messas. Des moments très émouvants et une prise en charge
de la peine de l'endeuillée par tout un peuple-famille qu'elle a servi toute sa vie.
Et, en Israël, cela se vit pleinement. Regardez les visages si attentifs envers elle,
si impressionnés, heureux.


Cette communauté a réussi à donner, par son affection dans la Torah,
ce sourire. Sans prix. Toute cette mobilisation suffirait rien que pour ce sourire!


Que le Ciel lui accorde santé et cette affection
de la part de notre grande famille qui aime tant Celui qui est devenue toute lumière.
Et restera toujours la moitié d'elle.
Je ne peux l'exprimer que par ces fleurs qui lui ressemblent.





Voilà, avec Modia, vous avez passé encore un vrai moment en Israël,
pas un séjour dans un club comme dans n'importe quel pays,
mais dans la vraie vie du peuple de la Torah.
C'est la majorité du peuple en Israël.

Pour terminer: un être humain comme nous, ne peut pas parvenir à cette lumière
s'il n'applique pas avec sincérité cet enseignement du Traité Méguila 6a:






Et, également à notre place de lecteurs membres du peuple à qui ce père, le Rav Chalom Messas, zal,
transmettait pour tous sa connaissance de la Torah, nous assumerons aussi ce qui vient d'être dit.
Si D.ieu veut, je placerai sur le site des études de halakha, des questions de halakha
et les réponses telles qu'elles sont dans ses livres.
J'en avais parlé avec le Rav et je lui avais montré les exemples qui sont prêts, avec mes notes déjà rédigées.


Voir le poème "Père lumière" qui dit mieux que la prose
Retour à la page de sa vie
et à la page des hommages pendant les obséques.