Les juifs emprisonnés en Iran
Suite du dossier au quotidien. Faits et presse



(pour l'analyse approfondie du contexte : voyez le dossier)
(pour les archives quotidiennes précédentes : voyez ici)


Hommes de paix, nous demandons la bonté à un peuple de qualité
au nom de ses propres valeurs

 sur http://tehran.stanford.edu/Information/gallery.html CLIQUER ICI pour développer l'image


6. Rappel :
Pour connaître la situation globale des droits de l'homme en Iran,
4 mars 2000
Enfin des bonnes nouvelles ! Baroukh Hachem !

L'Agence de presse iranienne Irna vient de diffuser la nouvelle suivante
que je vous traduis et transmets immédiatement :
"Espoir pour l'acquittement des 13 Juifs inculpés d'espionnage.
Le député Majlis (à l'Assemblée nationale iranienne) pour la minorité juive, Manouchehr Elyasi,
nous a déclaré ce mardi que "J'espère que le procès des 13 Juifs suspectés d'espionnage pour Israel
se terminera par leur acquittement parce que ce dossier portera des fruits
aussi bien sur le destin de la comunauté juive que pour le peuple iranien".
Répondant aux journalistes, il a dit : "Mon opinion est que les suspects n'ont rien à voir avec l'espionnage".
En réponse à la question de savoir s'ils avaient oui ou non des activités politiques, il dit que la plupart des suspects
sont des enseignants et l'un d'eux est un instructeur de l'Université Chiraz tandis qu'un autre est un
employé du gouvernement travaillant dans l'industrie électronique.
Tous les suspects sont des enseignants religieux donnant des cours de religion juive,
a t'il précisé.
Il serait très étrange pour moi qu'ils puissent être engagés dans des activités politiques,dit-il.
Louant la sincère coopération dans cette affaire avec les officiels de haut rang, il déclara :
"pendant l'an dernier, nous avons eu diverses rencontes avec le Président Khatami, le Ministre de l'Intérieur et le Ministre de l'Information qui ont été très efficaces et maintenant nous saisissons l'opportunité qui nous est accordée
pour solliciter à nouveau leur assistance afin de mener cette affaire à bonne fin."
Selon les officiers judiciaires, les audiences pour le jugement auront lieu le 13 avril."


janvier 2000
Voici le texte que vous pouvez lire aujourd'hui sur
http://www.tehrantimes.com/today/pol.htm#pol001
Le gouvernement iranien y définit avec clarté sa politique et montre que le procès est lié aux questions de politique générale du pays.
TEHRAN Any verdict that an Iranian Revolutionary Court may hand down on 13 Iranian Jews
                                                       for spying for Israel will be carried out, including hanging, Information Minister Ali Younessi
                                                       said.
                                                       Speaking to the Entekhab daily, Younessi also said he would not be against an open trial by the
                                                       Revolutionary Court in the southern city of Shiraz, with the press present, according to an AFP
                                                       dispatch.
 

                                                       "We will accept the decision of the court, whatever it may be," he said. "If they condemned to
                                                       hang, they will be hanged, if they are acquitted, they will be freed." Younessi said the 13 had all
                                                       the rights of other prisoners.
                                                       "They can meet their families and practise their faith.

                                                       " He said the cases against the accused were now complete.
                                                       The 13 Jews and eight Muslims being held for allegedly spying for Israel are expected to be tried
                                                       shortly by the Revolutionary Court in Shiraz.
                                                       They face the death sentence if convicted under a 1996 law which imposes capital punishment
                                                       on those found guilty of spying for the United States or Iran's arch-enemy Israel.
 

                                                       Younessi commenting on the screening of the candidates for the Majlis elections said the people,
                                                       not the secret service, should assess candidates and determine the fate of the nation.
                                                       Younessi told Entekhab newspaper his agency had exercised unprecedented restraint in vetting
                                                       candidates for the February 18 poll.
 

                                                       "We must allow the people to be completely involved to determine their future, and we must
                                                       not be afraid of the possibility of one or two people getting into Parliament by mistake," he
                                                       said.
 

                                                       Under Iran's election laws, the Information Ministry, the police and other agencies must
                                                       approve candidates to elected office essentially giving them veto power. The Guardian Council
                                                       then makes the final ruling.
                                                       Younessi said his ministry used its right to disqualify three to four percent of the record 6,800
                                                       hopefuls, a fraction of the 12 percent it banned from the last parliamentary elections four years
                                                       ago.
 

                                                       The final candidate list will not be available until the Guardian Council rules on all outstanding
                                                       appeals sometime around the end of the month.
                                                       "The ill effect of decreased public participation is much greater than the effect of the presence of
                                                       certain people in parliament.
 

                                                       Not paying attention to the people is very dangerous," said Younessi.
                                                       He also pledged to continue efforts to reform the ministry, seen by many Iranians as a power
                                                       unto itself with little or no oversight by the president or Parliament.
 

                                                       "The Information Ministry is determined to restructure itself to conform to the new situation.
                                                       In reality the ministry is more than happy to change and reform." Younessi was appointed last
                                                       February after his predecessor was forced out over the "mystery murders" scandal, in which
                                                       elements of the secret service were identified as having carried out the killings of intellectuals
                                                       and dissident politicians.
 

                                                       The murders shocked the nation and produced fierce calls for wholesale reform of the secret
                                                       service, but promised trials for those implicated have yet to be held, AFP dispatch said.


2 janvier 2000. Le ton monte
Les agences de presse iraniennes font état de la participation de Juifs de la communauté juive de Shiraz (la ville originaire des 13 Juis emprisonnés) aux manifestations nationales de protestation contre les Etats-Unis et Israël.
Les manifestants ont crié les slogans hostiles aux USA et à Israël. Il a été rappelé que si les inculpés sont reconnus coupables ils recevront LA PEINE CAPITALE.
Parallèlement, il est indiqué que aucune action ne parviendra à légitimer le régime sioniste et que l'avancée vers le gouvernement palestinien est une étape vers l'éradication de l'Etat sioniste, et que l'annihilation d'Israël est la seule solution à la crise du Moyen-Orient.
Quelques remarques :
- ces dernières remarques ne diffèrent pas de ce qui est dit dans les milieux palestiniens et dans leur presse, par Arafat lui-même quand il harangue les jeunes paslestiniens parallèlement au langage tenu devant les américains et les micros internationaux.
- il n'est pas parlé de toute la communauté mais "de Juifs", et est-ce le prix payé par cette communauté pour faire bénéficier les inculpés de mesure d'indulgence.
- ou bien ce serait une exigence inutile qui accentuerait encore la détresse de cette communauté juive.
- il faut aussi mettre cette rumeur dans le cadre des manifestations "morales" iraniennes contre la civilisation occidentale du second millénaire caractérisée par l'injustice et les horreurs diverses. Personnellement, je partage cette analyse objective qui dévoile et dénonce ce qu'il y a derrière la supercherie des idéologies et les politiques qui ne sont souvent qu'une nouvelle forme de mafia.
Mais Et que deviennent les victimes qui sont l'objet de tous ces jeux ?


14 décembre. Une lueur d'espoir ?
1. Selon le quotidien Azad, Manuchehr Eliasi, le "représentant aux Majlis (Assemblée nationale) de la communauté juive de la République Islamique d'Iran a déploré le manque d'information sur le cas des 13 Juifs emprisonnés après leur arrestation avec 8 musulmans de Shiraz en Mars-Avril : il a déclaré que la Parquet n'a transmis aucune information ni sur leur détention, ni sur l'état de leur dossier ni sur l'étape dans la quelle est arrivée leur procédure judiciaire.
Il a simplement été fait savoir en septembre par le Président du Tribunal Révolutionaire de Téhéran, Gholamhossein Rahbarpur que les charges d'espionnages pesant contre eux aurait ét soutenues par des preuves et que la Cour est en possession de "documents solides et suffisants" pour agir contre eux.

Analyse :
2. Aucune mention n'était faite depuis des mois sur le sort des prisonniers juifs dans la presse iranienne.
Situation identique, mêmes rumeurs, même silence, même campagne internationale de l'Iran pour les droits de l'homme et pour le dialogue avec toutes les civilisations. Cela voulait dire : aucune aggravation.

3. La campagne électorale seule décidera du sort des prisonniers selon la proportions des forces qui apparaîtront dans les résultats.
Le président Khatami a demandé aux étudiants de respecter le calme nécesaire dans l'Etat mais de se mobiliser pour jouer "un rôle actif" lors des prochaines élections législatives de février.

4. L'ouverture de la campagne semble avoir pour la première fois, autorisé ces deux expressions totalement nouvelles (points 1 et 3) sans faire surgir la réplique officielle de condamnation de la part du Guide Suprême de la Révolution et de ses courroies de transmission.

5. Concernant Israël et la politique étrangère, les attaques semblent s'orienter davantage contre "l'arrogance, l'intervention et l'espionnage" des Etats-Unis que contre Israël. Certes, est réaffirmé le soutien de l'Iran à la proposition d'Arafat pour un sommet arabe contre la politique israélienne dans les territoires et la préoccupation des Palestiniens en cas d'accord avec la Syrie et le Liban. Mais la reprise officielle des conversations de paix israélo-syriennes est relatée avec l'expression de satisfaction de la Syrie envers l'issue prochaine des négociations selon ses objectifs. Cette satisfaction arabo-musulmane sur les résultats présagés à travers la phase préparatoire est peut-être le motif pour lequel l'Iran ménage aussi quelque peu en ce moment Israël et permet cette expression des juifs iraniens. Les déclarations du Premier ministre d'Israël sur l'espoir d'une issue positive des négociations sont relatées sans aucun commentaire négatif.

6. Rappel :
Pour connaître la situation globale des droits de l'homme en Iran,

Ainsi, selon l'agence Tehran Times : "Iran is a very important country in the Middle East and I want to see it return to the international family of nations as a respected partner of the world for peace, economic progress, social justice and human rights," said the British Minister of State, Foreign and Commonwealth Office, Peter Hain"...
De même, l'Egypte se dit prête à renouer un dialogue de coopération normale avec l'Iran.


3 novembre
La presse iranienne n'a accordé pratiquement aucune importance à ce qui s'est passé pendant la visite en France de son chef de gouvernement. En particulier, aucune mention sur ce qui aurait été transmis par les autorités françaises pour la libération des Juifs emprisonnés en Iran, ni sur la manifestation de protestation organisée à Paris par le CRIF.

25 octobre
Depuis plus d'un mois, pas de développement significatif sur le plan interne. Les explosions utilisées entre les parties en conflits comme bouc émissaire (y compris le sort de ces juifs) semblent ne pas parvenir à déclancher des dynamiques favorables à tel ou tel courant. Les données des analyses précédentes restent posées. Mais la tactique semble actuellement se déplacer vers le plan international en  donnant à l'Iran une force nouvelle par la construction d'une image de nation dialoguant avec les autres pays, occidentaux ou arabes. Quel sera la répercution sur le sort de nos frères ? Une note est particulièrement importante à suivre : la volonté de rapprochement avec les différents pays arabes rivaux et du front anti-israélien : Iraq, Syie, Arabie Saoudite, Jordanie, et maintenant l'Egypte. Derrière la façade, que se prépare-t'il ? L'Iran réussit dans cette stratégie politique remarquablement. A suivre...


28 septembre
La commission de la Culture et de l'Education de l'Assemblée (Majlis) a pris une position radicale concernant les nouvelles tentatives de liberté d'expression des jeunes sur les campus en les qualifiant "d'insultes à saintetés de l'Islam" sous couvert de liberté politique et de liberté d'expression. Analyse : la lutte est féroce entre les tendances pour contrôler le pouvoir.
En Israël, le mouvement islamique d'obédience iranienne affirme contrôler la majorité des zones, revendiquer comme uniquement réalité islamique le Mont du Temple sans concession possible sur ce point, et que cette expression ne sort pas du droit d'expression dans l'Etat démocratique. Les leaders du courant majoritaire dans le gouvernement penche pour une acceptation de cette position dans le souci d'éviter la confrontation radicale.
En Jordanie, des leaders de ce mouvement sont arrêtés et extradés. Parallèlement, trois journalistes jordaniens qui avaient visité Israël sont face à des mesures duisciplinaires du Conseil Jordanien de la Presse qui  indique qu'ils seront exclus des organismes professionnels car la politique du journalisme jordanien est de n'avoir aucun contact avec Israël. Cette nouvelle attitude du pays arabe le plus proche d'Israël s'aligne sur celle de l'Egypte qui est radicale en ce domaine.
Cet ensemble traduit une certaine dégradation et ne laisse pas prévoir d'évolution positive dans l'immédiat.

21 septembre
La justice intervient
- Une instruction judiciaire vient de donner des conclusions qui pourraient nous éclairer sur la politique suivie. Dans l'affaire de la protestation des étudiants du 9 juillet qui s'est terminée par des émeutes, puis des arrestations et des accusations de complot, la version officielle de la justice vient d'être publiée : il n'y a eu aucune intention politique ni de complot chez les étudiants ni chez leurs leaders. Par contre les groupes accusés de complot se seraient joints ensuite à l'émeute : The intelligence findings indicated that individuals in connection with illegal groups including  Mellat (nation) Party, Children of Marz-e-Por-Gohar Party, United Front of Students some under other titles have entered the scene in the morning of Friday and provoked the students to attack the police, drive the protest rally out of the dormitory to the nearby streets and chant slogans to incite the crowd, it said.  (IRNA)
Analyse : un verdict subtil qui peut contenter tout le monde sans que personne ne perde la face. En tous cas, une diminution de l'escalade. Mais cela nous montre aussi l'instabilité de la vie politique iranienne. Il est difficile d'interpréter cela comme une indépendance de la justice ou comme une évolution de la justice en fonction de la lutte des tendances.
- des rumeurs feraient état, dans le même sens, de conclusions de culpabilité différentes suivant les 13 juifs emprisonnés et la mise en inculpation également de juifs iraniens habitant hors d'Iran.

- En Israël
Il faut prendre la mesure globale en signalant un autre fait irano-israélien.
Pour la 1e fois, le Mouvement islamique d'obédience iranienne, et composé d'arabes israéliens et non pas d'arabes sous les territoires de l'autorité palestienne, est passé à l'action verbale violence de façon publique. Cela après le meurtre d'israéliens par des arabes israéliens affiliés à ce mouvement. Ce sont deux faits extrêmement graves et nouveaux dans la vie israélienne qui auront sans aucun doute une importance considérable. Voici les faits : Vendredi 17 septembre, à Oum el Fahm, 35000 Arabes israéliens (chiffre considérable) ont manifesté aux cris de "nous libérerons la mosquée El Aksa (sur le Mont du Temple qui est d'ailleurs en leurs mains) dans le feu et le sang". Le leader du mouvement le Sheikh Kamal Hatib déclarait : "ils font une grave erreur ceux qui s'imaginent que les mises en garde des autorités israéliennes à la suite des derniers attentats contre des israéliens nous impressionneront et nous feront peur".



16 septembre
Mouvements browniens concernant les juifs et la coexistence
- Ehoud Olmert, maire de Jérusalem,  considéré en Israël comme un leader pragmatique en particulier envers le processus de paix où il est parfois proche du leader de gauche, est traité dans la presse iranienne de maire sioniste de Al-Qods occupée (Jerusalem), et de Juif racisme et extrémiste, parce qu'il a parlé du taux différent de naissances dans le secteur arabe et juif.
- Le Leader de la Révolution l' Ayatollah Seyed Ali Khamenei  vient de déclarer devant les jeunesses révolutionnaires que la cause palestinienne est le principal objectif et souci du monde musulman, devant les essais des usurpateurs sionistes et de leurs collaborateurs d'entrainer vers l'oubli la cause de la Palestine pour un plan de territoire limité.
- Aux Nations Unies, l'Ambassadeur d'Iran, a pris la parole dans un colloque organisé par une organisation pacifiste, Jubillenium, en présence de Shimon Peres , et il a vanté les vertus du dialogue international, de la tolérance universelle, d'un avenir proche où tous les pays travailleront ensemble pour la paix dans un dialogue constructif.

3 septembre
Différentes mesures de tentatives de radicalisation du discours dans le sens de complots pilotés de l'étranger
1- LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES, Kamal Kharrazi élève une vive protestation contre le titre d'une exposition de la Compagnie Walt Disney dans l'Etat de Floride intitulée "Jérusalem, capitale éternelle d'Israël" qui ne peut que susciter les réactions les plus vives des pays mulsulmans. Il rappelle que El Qods est la source d'inspiration de l'Islam et la capitale permanente de la Palestine et qu'une telle mesure est dans la ligne de la politique expansioniste de l'Etat sioniste pour judaïser les différentes parties de la Palestine et est en contradiction flagrante avec les différentes résolutions concernant les lieux saints.
Il souligne la coïncidence entre cette exposition et et les récents accords de Sharm el sheikh qui dénient les droits des palestiniens et les valeurs de l'Islam ainsi que des autres religions révélées.
2 - Des députés des Majlis, l'Assemblée Natioanle recueillent des signatures pour contraindre le President plus libéral Mohammad Khatami a réagir contre le Ministre de la Culture et de l'Orientation Islamique pour que son programme aille davantage dans la ligne de celle du Leader de la Révolution.
3 - Plus important : le PRESIDENT DE LA COUR ISLAMIQUE ET REVOLUTIONNAIRE DE JUSTICE DE TEHERAN  Hojjatoleslam Gholamhossein Rahbarpour , déclare qu'il n'y a aucun doute sur les charges pour espionnage contre les 13 juifs arrêtés et que la Cour possède des documents suffisants et forts en ce sens sur leur réseau.
Dans une interview au journal en perse Jomhuri Eslami, de Samedi il dit que le procès aura lieu dans la province de Fars là où ils ont été arrêtés.
Sa conférence lie ce problème de reprise en main par l'ordre et la justice avec celui des émeutes des étudiants protestant contre la fermeture du quotidien libéral Salam; et de la répression en cours.1500 personnes ont été arrêtées, 500 libérées et 1000 traduites en justice devant la Cour Révolutionnaire.
Le procès n'a pas encore lieu en raison de la découverte des liens des émeutiers avec d'autres groupes ou réseaux : 'Mellat (nation) Party', the Association of Students and Graduates (Manouchehr Mohammadi's branch), 'Marz-e Porgohar', Pan-Iranist Party and Tabarzadi group et le Freedom Movement of Iran (FMI) et avec des groupes de l'étranger.
Citons la fin de la conférence de presse : In reply to a question on the performance of Revolutionary Courts, Rahbarpour said based on their duties stipulated in the law, these courts decisively accomplishment their undertakings in confronting those warring against God, bandits, smugglers and spies.


29 août 1999
LE DOSSIER DES JUIFS ARRETES VIENT D'ETRE TRANSMIS POUR L'OUVERTURE DU PROCES
Il maintient les accusations d'espionnage, justifie le retard apporté au traitement du cas par le fait le reseau aurait agi selon des procédures sophistiquées difficiles à préciser. Les autorités rappellent que l'IRan ne cédera à aucune pression mais jugera selon ses propres valeurs et principes.
Il faut relier cette mesure à la propagande lancée par le Leader de la Révolution , l'Ayatollah Seyed Ali Khamenei dans le Birjand :
- l'Islam est leader dans le domaine des Droits de l'homme,
- il faut faire face à des ennemis sataniques : les USA ne sont pas les seuls ennemis de l'Iran islamique, il sy a d'autres ennemis non nommés cette fois mais les quelificatifs sont classiques (arrogants, corrompus, met leur malefisme s'étend sur le monde)
- mais comme, par la volonté du Tout-Puissant, ils ont échoué ils continueront à échouer.
Voici le détail des nouvelles de presse.

                                                       Iran Jews' Case Handed Over to Court for Trial
 TEHRAN Iran's intelligence service has handed over the case of 13 Iranian Jews charged with spying for Israel to the judiciary for trial, a newspaper said on Saturday. "The accused have already been handed over to the judiciary.

  These are 13 Jews and a few Muslems," said the English-language daily TEHRAN TIMES, quoting an official from Shiraz, a city in southern Iran where the suspects are to be tried. The official said he did not know if the trial would be in public, but said the suspects would be entitled  to a lawyer and "other rights".
 The Jews, who were arrested by the intelligence service in Iran early this year, have been accused of passing on secret military information to Israel, a charge which can carry a death sentence  Iranian authorities have not identified the suspects or the nature of the evidence against them.
 Iran says the arrests had nothing to do with their religion and has promised a fair trial. But it has said it would not accept foreign "meddling" in the case. "Iran does not act under pressure, but in conformity with its own values and principles.
 The judiciary must be given time to do its job," newspapers on Saturday quoted Foreign Minister  Kamal Kharrazi as saying. "The espionage network was very complicated. This is why the investigations took so long. In fact, there was some pressure from certain political circles  demanding early trial," the official from Shiraz was quoted as saying.

 He said investigation would continue about possible involvement of others. "There are some considered the brains of the network. They must be arrested too," the official said. "The suspect used advanced communication devices to send information to the Zionist regime (Israel) from Shiraz," he said.
  "They dispatched members of their network abroad for training and assisted some Iranians to illegally leave the country," the official said. (Reuter)


17 août 1999. Importants réglages politiques analysés par Modia. ET
DERNIERES SIGNATURES ICI.
1. Des rumeurs circulent hors d'Iran et font état de la préparation d'un procès. Notre étude précise des agences de presse officielles et des principaux médias n'a rien révélé de tel. C'est déjà un point important d'être dans la réalité et de ne pas agir sur la base de manipulations.
Si cela est exact, c'est une amélioration (même si nous aurions préféré une libération immédiate) car le Chef du Gouvernement Seyed Mohammad Khatami semble avoir opté pour la voie juridique afin de maintenant l'ordre dans le pays et les milieux extrémistes religieux sont mise en cause par l'enquête juridique concernant les attaques contre les dortoirs d'étudiants. Cela indiquerait que la justice reprendrait le pas et aurait le pouvoir d'agir selon le droit. Nous préférons vous transmettre les faits face aux rumeurs, et bien en distinguer les faits et notre modeste analyse.
2. Signe. Un nouveau ministre de la justice entre en fonction aujourd'hui,  l'Ayatollah Mahmud Hashemi , avec l'intention de reprendre en main la politique judiciaire. A suivre de près.
3. Analyse précise de la conférence de presse du Gardien de la Révolution Ayatollah Seyed Ali  Khamenei (qui a autorité sur le Chef du Gouvernement et représente la ligne dure). Il lance une campagne de tolérance, compréhension envers tous les Etats européens et les voisins (retour à des normes) ; désormais la détente et la compréhension entre les civilisations seront la ligne de l'Etat ; mais il dit aussi qu'il ne peut pas avoir de détente avec le régime sioniste ni avec les USA... Il dit que l'Iran utilisera des voies sages pour éviter les conflits et :  the country is in need of stability, security, public contribution to decide their fate, political development, rule of law and formation of society within framework of law.                               . Voilà qui peut être bon signe.
Enfin, la ligne que nous avons adopté à Modia dans notre campagne d'information et de signatures s'avère avoir été sage et pouvoir être efficace dans le dialogue, sans agressivité, basée sur la reconnaissances des valeurs positives de ceux à qui on parle. En effet, le leader termine en disant ceci : the nation today, he continued, is proud of having a very deep and great civilization called islamic civilization; in addition, this  civilization is deeply rooted in its history and possesses excellent legal, philosophical and strong cultural heritage. It is for this reason that the islamic republic of iran deserves to be the representative of this civilization and enter into dialogue with other civilizations and their cultural figures and not  with the governments and intelligence agents of other countries.
4. Nos lecteurs sont maintenant accoutumés à la subtilité des discours divergents de la politique iranienne dont il faut tenter de comprendre la ligne centrale. Cette politique double semble confirmée en allant jusqu'à attaquer dans la presse... la mémoire du Roi défunt Hassan II du Maroc dans un article du Tehran Times de ce jour  intitulé de façon terriblement agressive et même injurieuse de ce point de vue :

                                                            King Hassan -- Moroccan or Israeli?

                                                            TEHRAN TIMES POLITICAL DESK
                                                            The following is an article published in the daily As-Safeer on July 24, 1999 on Moroccan King
                                                            Hassan II. The article was also published in the Persian daily Sobh-e Emrouz last week. The
                                                            name of Moroccan King Hassan II, who ruled since 1961, has been associated with many
                                                            internal and regional issues.

                                                            The most important issue was his stance on the Middle East peace process. In 1970, King Hassan
                                                            II was the first Arab leader to openly receive a Zionist official and, in the 1965 Arab summit, he
                                                            officially called for recognition of Israel and acceptance of its membership in the Arab League.

                                                            King Hassan II, who was a descendant of one of the most ancient dynasties in the world and who
                                                            was given the title `Amir-al-Mo'menin', left behind many of the challenges which threatened him
                                                            and his reign, including two coup d'etats in 1971 and 1972, and the 1973 national uprising led by
                                                            the leftist opposition.

                                                            When he gained the control of the country, many believed that he will not remain on the throne
                                                           for more than six months, but in spite of all threats and challenges, he could preserve the stability
                                                            and security of his country in the years after independence in 1956, with a heavy cost which was
                                                            thousands of victims and prisoners during his 38-year reign.

                                                            Mehdi bin Birka who was kidnapped in 1968 and killed afterwards was one of the victims. King
                                                            Hassan managed to settle a national reconciliation in his country during the past two years by
                                                            removing his bad record in the field of human rights and releasing political prisoners.

                                                            He even approved the appointment of Abdurrahman al-Yousefi, an opposition leader, as
                                                            Moroccan prime minister. However, he created a difficult economic crisis in his country.
                                                            Decrease in growth rate and increase in number of the unemployed and those living below the
                                                            poverty line (out of a population of 29 million, 5 million live below the poverty line).

                                                            He had a great role in preparing the ground for the visit of the then Egyptian president Anwar
                                                            Sadat to the occupied Palestine. He openly tried to make the Arabs recognize Israel and make
                                                            peace with it. In 1970, for the first time he met with the head of the Jewish International Agency,
                                                            Nahum Goldman, in Rome.

                                                            King Hassan, who still enjoys high popularity among the Israelis of Moroccan origin (the largest
                                                           Jewish tribe in Israel), paved the way for immigration of 25,000 Moroccan Jews to occupied
                                                            Palestine in the late 1960s.

                                                            He allowed the Israeli general Chaim Herzog, who later became the president of Israel, to pay a
                                                            visit to Morocco in 1969. In 1976, he received Yitzhak Rabin, the then prime minister of Israel,
                                                            who traveled to Morocco in disguise with Arabic-style clothing and held talks on peace talks with
                                                            Egypt.

                                                            In 1977, he held another meeting with Moshe Dayan, the then defense minister of Israel, and
                                                            discussed with him Sadat's visit to Al-Qods. During the years 1978 and 1979, Shimon Peres
                                                            travelled to Morocco two times. His second trip was made in the presence of King Hassan and
                                                            the then Jordanian crown prince.

                                                            He took another trip there in 1981. In 1982, and after the end of the second session of FAS, King
                                                            Hassan sent a message to Israelis calling for a reply to measures taken by Arabs -- in the
                                                            framework of the decisions made in the same session on a copy of King Fahd's plan.

                                                           In 1984, he also allowed the Moroccan Jews' conference to be held in Rabat, in which over 35
                                                            Israeli personalities attended the official invitation of the Moroccan regime. From early in 1985,
                                                            King Hassan started secret contacts with Shimon Peres.

                                                            Following the Dar-al-Baida meeting, he said to the reporters that he would welcome any proposal
                                                            to be forwarded by Israeli leaders. Finally, after many contacts the first meeting between King
                                                            Hassan and the then Israeli premier Shimon Peres was held in 1986.

                                                            He had repeatedly said that to develop the Middle East, Jewish talent should be associated with
                                                            the Arab wealth! Biography of King Hassan II: * Hassan was born in Rabat in 1929, the eldest
                                                            son of King Mohammad V and the 17th king of a dynasty, which ruled over Morocco for three
                                                            centuries.

                                                            He was married in 1961, had five children, including Mohammad (born 1963), who became
                                                            crown prince and his successor. He graduated from France in 1951 in law. In 1953, the French
                                                            colonialists sent Hassan and his father to Corsica and Madagascar in exile.

                                                            They returned to their homeland in 1955; in the same year, the young prince became army chief of
                                                            staff. In 1956, he was appointed army commander. While Hassan led military talks between
                                                            France and Morocco, the talks resulted in independence for his country and he became crown
                                                            prince in July 1957.

                                                            Maintaining the post of defense minister, he became prime minister in 1960. He became king of
                                                            Morocco on February 26 and held the ministerial post, too. In 1963, Moroccan officials
                                                            uncovered a plot for killing the king and charged Algeria with backing the plotters, naming Bin
                                                            Birka the main element behind the plot.

                                                            After the people's uprising in Dar-al-Baida in 1965, the Parliament and Constitution were
                                                            dissolved and King Hassan, pronouncing exceptional conditions, took over power. These
                                                            circumstances continued until 1970. In this year a new Constitution was set by the king which
                                                            met opposition.

                                                            During the ceremonies held on the occasion of the king's birthday in 1971, some army troops
                                                            attacked the palace in Sakhirat, and other army units revolted, calling for the establishment of a
                                                            republic. This move lasted a few hours and the King was miraculously saved.

                                                            Following the coup d'etat, 10 people were executed without trial and 2,500 military and
                                                            non-military people were imprisoned. In October 1973, a group of Moroccan forces were sent to
                                                            the Golan war front in Syria and some to Egypt's war fronts.

                                                            In 1975, he called for rallies named "Green Demonstrations," in which 350,000 Moroccans
                                                            attended, moving towards the Western Desert. As the aftermath of the rally, Spanish forces
                                                            withdrew from the desert in 1976. Hassan became the head of the Qods Committee in 1979.

                                                            King Hassan made his last trip on July 14, 1999 to Paris. During his visit a new chapter opened
                                                            in France-Morocco relations. Yemeni President Ali Abdullah Salih was the last president to meet
                                                            with the king in Rabat.

                                                            Among books written by King Hassan are Challenge (1979), and the king's memoirs (1994).


14 août 1999
Plus aucune nouvelle des prisonniers ne transparait dans la presse iranienne. Cela est le signe que les problèmes très graves qui ont agité la vie iranienne et la lutte légitime pour le pouvoir ont pris le pas sur la recherche fallacieuse de boucs émissaires et plus personne n'est dupe. Mais il ne s'agit pas de les oublier ; redoublez de prière quand on risque de les oublier ; elle est efficace. Voyez le dossier des psaumes, 20, etc.
La presse a donné le compte-rendu de la manifestation des étudiants parisiens qui ont bloqué le départ d'un avion de la compagnie Iran Airline.
Le gouvernement annonce sa détermination à trouver quelques coupables de l'attaque contre le dortoir des étudiants et à les traduire en justice, et de même annonce une arrestation dans l'affaire de la transmission à la presse d'un document secret, deux tentatives vagues de montrer que l'Etat contrôle les dossiers tous azimuths dans l'intérêt de toutes les tendances.

1 Août 1999
Les autorités iraniennes agissent pour faire revenir la situation au statu quo ante :
- discours sur l'importante suprême de l'ordre dans la nation,
- action psychologique sur l'importance du dévouement à la cause de l'Etat, avec l'exemple des 11 diplomates iraniens martyrs qui furent tués par les Taleban en Afghanistan.
- diffusion d'un dossier sur l'espionnage israélien en Iran. - le dossier des prisonniers juifs n'est plus évoqué directement (cela est positif, en un sens, car leur soi-disant culpabilité ne peut donc être invoquée) mais on tient à reconstruire le cadre global qui peut, éventuellement rendre plausibles les griefs antérieurs contre eux.