Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Fable: le chien à vendre
 
(Dans la paracha Mattote)

Un homme avait le plus beau chien du monde,
c'était son droit de le penser.
Sûr de son fait, en toute moralité, 
pour s'enrichir et s'acheter un palais, 
il décida de le vendre et de s'en séparer.  
                                                                                                        

Il écrivit :
CHIEN A VENDRE  
 UN MILLION DE $, 
et vous l'emportez. 

Il attendit, confiant, et commençait à rêver.
Le premier chaland déjà entrait ;
c'était, évidemment, un riche touriste américain qui lui demande :  
 "je ne dis pas non, mais ne pourrait-on pas baisser
quand même un peu le prix,  
 je veux bien que votre chien soit racé,
mais vous abusez un peu quand même".  
 Le bonhomme se fâche et dit : "d'ici sortez, c'est le prix que j'ai décidé,  
 il n'y a pas à discuter, qui veut mon chien n'a qu'à payer".  

 Un an plus tard, le touriste est à nouveau de passage.
Ne voyant plus la belle pancarte, intrigué, il s'avance :  
- Bonjour, Monsieur, vous vous souvenez, c'est moi l'acheteur de l'an passé,  
êtes-vous toujours disposé ?  
- Mais je ne l'ai plus, Monsieur ! Je l'ai vendu. 
 - Comment ! pour ce prix-là, vous avez pu trouver ?  
 - Bien entendu. J'ai même fait une très bonne affaire et j'y ai gagné.
Au lieu d'un chien, on m'a donné deux beaux chats,  
qui valent 500.000 $ chacun...  
Pour les affaires, il faut être doué.

Mot, que de maux
n'a t-on pas commis en ton nom.
Rien n'est jamais trop beau
pour la magie et l'illusion.

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour