Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Il lui dit
 
Juin 200
Poèmes pour celles qui désespèrent pendant la guerre
 
Il lui dit dans sa vieillesse :
"je t'ai aimée sans cesse
avec tellement tellement
de tendresse"...
...une lumière envahit la pièce
et leur redonna 30 ans de leur jeunesse.

Un mot fidèle,
une pensée tenue sans cesse
depuis le premier émoi
du toucher des doigts,
depuis le premier baiser des lèvres,
traverse les froids et les averses,
et quand revient la même voix,
le même regard de tendresse,
l'univers accouche enfin
de toutes les promesses.

Je n'ai pas été loin de toi
ni de jours ni de rêves.
Je suis né une fois en ta lumière,
elle était éternelle.
Il ne s'est pas arrêté
le baiser du Ciel et de la terre,
il suffisait que tu reviennes
me dire combien tu m'aimes
et tous les soucis et les haines
soudainement disparaissent.
Simplement parce que tu m'as dit :
"je t'aime".
J'attendais que tu reviennes
depuis des ans et des siècles.
Tu es le même.
Il suffisait pour ne plus rêver
de nous dire : je t'aime.
 


Faut-il encore désespérer ?

Faut-il encore désespérer
de trahisons en démissions
quand nous avons 
un si belle terre ;
notre peuple autrefois
était fort et fidèle.

Nous n'aimons pas nos frères,
nous les laissons dans la misère,
sans travail, sans Torah,
livrés aux jeux et au cola.
Ya la'hma aniya,
où sont nos prophètes ?
Nous errons sur notre terre.
Nous sommes une génération
de destruction et fiers
de renier la terre des promesses ;
elle attendait en vain nos frères,
pour la garder nous étions solitaires
et nos enfants se perdaient
sans éducation, livrés à eux-mêmes.

Un million d'Israéliens, dit-on,
ont demandé pardon
aujourd'hui en prières
pour leur obstination
à chercher le salut
dans les seules élections.
Nous nous réveillons
d'une longue hybernation
hors de notre vie,
hors de notre gloire,
hors de notre seule orientation.
Nous avions la Torah,
la terre et nos frères
et nous avons failli tout perdre
d'illusions et d'inanition.
Il est temps de poser nos pieds
sur notre terre, sous notre Ciel
et de tenir les mains de nos frères.
Erets Israel, si nous la jettons,
elle ne se laissera pas faire
et nous paierons bien plus
que tout ce que nous avons
déjà souffert.

C'est l'heure du réveil,
pas celle des élections

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour