Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Jérusalem n'existe pas
 

(Le combat de Yaâqov. Béréchite 32, 23-33)

Yaâqov crie :
— "Ma'hanayim !
Toujours ces deux camps dans ma vie !"
Les oiseaux et le vent chantent vers lui :
— "mais, Yérouchalayim ,
c'est toujours deux aussi !".

— "Moi, le puits de Ra'hel me suffit,
mais Toi, Tu veux toujours doubler la vie :
L'unité ne T'a pas suffit,
Tu as besoin de créer aussi.
Le Ciel ne T'avait pas suffi,
Tu crées la terre et le ciel unis.
La lumière ne Te suffisait pas,
Tu inventes celle du jour et celle de la nuit.
Adam ne T'avait pas suffi,
Tu l'as fait éclater en deux morceaux inachevés.
Moi, Ra'hel me suffit.
Dans l'amour ahavah, pourquoi ces deux ?
Jérusalem n'est-elle pas unique ?"

Les oiseaux, qui savent voyager très haut, lui disent :
— "Jérusalem n'existe pas ;
mais d'où te vient ce rêve insipide ?
Elle est toujours deux femmes en une : Yérouchalayim.
L'une du Ciel, et l'autre de la terre ;
tu n'es pas Yaâqov, tu es Yaâqov-Yisraël."

— "Ne profitez pas que je n'ai pas d'ailes.
Qui peut discuter avec ceux qui voient depuis le Ciel ?
Qui connaît toute la Torah hormis ceux qui la lisent de là-bas ?
Que dire ? Toi seul est grand, je ne dirige pas le soleil.
Moi, je suis si petit et n'ai que le silence.

...

Mais, dites-moi, alors, vous qui parlez des doubles infinis,
vous qui m'enseignez les deux visages de Yérouchalayim :
il faut que moi aussi je vous explique,
car vous ne marchez pas sur la terre du Gan Eden, ici ;
et je connais mieux que vous la souffrance du sanctuaire détruit.
Voici : où est cette Yérouchalayim d'en-bas promise ?
Pourquoi, Léa, Tu la prends dans Ta gloire pour Toi seulement ?
Et nous, en bas, sans Ra'hel, et le sanctuaire absent ?
Pourquoi le bonheur au Ciel si Ta chékhina souffre, ici, incomplète ?"

— Laisse-moi loin de tes questions partir.

— Non, je te tiens, tu ne partiras pas.
Je ne te laisserai pas que tu n'aies rétabli
Yérouchalayim, et Léa-Ra'hel également, ici.

— Toi, tu es vraiment Yaâqov-Yisraël,
car tu luttes dans le Ciel et sur la terre en même temps.
Tu l'emportes et tu complètes. Tu restes fort, Yisraël.

— Parle si tu veux, il y a trop de mots dans les bons livres.
Mais je ne te lâcherai pas que tu n'aies rétabli
ce que Tu as créé dans Tes rêves infinis :
Yérouchalayim en nous ici, et Léa-Ra'hel aussi.
La souffrance de Ta chékhina doit se terminer ici.
— Voici l'aurore, Je te bénis.

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour