Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Rencontre-éveil
A Pourim 5760-2000
 A Pourim, j'ai entendu ceci.

 Deux amis se parlaient
  à l'heure de l'angoisse, à Min'ha,
 l'un était affaissé, sans repos-ménou'ha.

 "Aujourd'hui, disait-il, je suis sans joie.
 tout ce que nous avons construit s'en va,
  morceaux après morceaux,
 le doigt, la main, le bras.
 La terre promise par la Torah,
 inaccessible tant de siècles, de vies de foi,
 nous l'avions rebâtie, espérée, reçueet combattu pour ça.
 Nos ennemis avaient perdu jusqu'à l'espoir
 d'atteindre leur proie et de nous voir
 repartir dans la nuit, mourir dans le brouillard

Aujourd'hui, c'est par notre seul vouloir
que nous amenons ces ennemis et leurs armes
et leur donnons la terre à notre place.
Cette destruction nous l'appelons la paix akhchav.

La haute justice interdit tout projet juif trop large.
Un ministre veut supprimer la alya et sa sokhnout d'un autre âge.
L'autre ministre remplace les matières d'idéal
par les oeuvres d'un ennemi aux mots de rage.

Et, par dessus tout, il n'est pas de voix à nos Sages
qui s'élève, proteste, éclaire et soulèveun orage.
Au mieux, on quête quelques miettes, quelques dollards,
pour avoir le droit d'élever en Torah, les marges
les plus pauvres traitées de primitives. C'est le naufrage.

Qui combat ? Qui milite encore et veut amener des masses
vivre ici, construire, habiter, remplir l'espace ?
Seuls  nos ennemis le font si bien, avec la force et enthousiasme,
les arabes en frères, dedans dehors et les Syriens sur le Golane.
Qui a encore le droit de parler de Torah-Eréts-Am ?
Qu'avons-nous fait de Jéricho, de Bethléem,
de Yehouda et de Chrém ?

Les fils de ceux qui ont bâti n'ont plus qu'un rêve et qu'uneflamme :
signer, donner, en finir, en partir et recevoir un Prix Nobel sousles flashes.
2000 ans d'esclavage et de religion qui oppresse,
les bûchers, les expulsions, les procés et l'exterminationculturelle
et la Choa n'avaient pas réussi cette prouesse
que des Juifs, fils de ces pères, sont ici en train de faire.
Pour voir cet exploit, par milliers, les journalistes se pressent
et le Pape a signé avant de venir avec son frère
la déjudaïsation écrite en leur programme de Jérusalem."

L'autre ami se taisait et lui a dit : "C'est vrai, mon frère,
mais si tu es ici, toi, être de chair
et si tu vis, en toi, Torah qui soit lumière
et si tu la rayonnes en chacun de tes actes à faire,
en sachant ce qu'elle en dit et l'intention à y mettre,
et par ta joie et ta justice envers le pauvre et la misère
qui ne soit pas obligation de tsédaqa mais partage réel,
et si la source de cela est vraiment de Torah,
alors sois-en sûr, aucun Juif et aucun adversaire
ne pourront ni toucher ni détruire ce qu'il faut toujours garderet transmettre.

Le vent n'emplit que le vide
et la force de l'ennemi n'est que votre faiblesse.
La Torah de ta terre a la puissance du Ciel
mais elle a aussi besoin d'hommes fidèles
qui soient vivants de sa lumière,
qui soient eux-mêmes espace pour sa vie, eux-mêmes sanctuaire.

Si la Torah devient un héritage enfermé dans une caisse,
et que ta vie en tout était ailleurs et étrangère,
c'est comme en amour, tu as oublié celle que tu aimes
et tu es surpris un jour de te trouver solitaire.

Il est dit : aujourd'hui, si vous écoutez et vivez Ma vie,
Moi qui ai créé et fais subsister Ciel et terre,
Je vous redonnerai en un instant tout ce qui est écrit.
Venez seulement Me lire, M'étudier et Me vivre.

Tes lamentations ne font que distraire ton esprit
et t'éloigner de ce qui est Mon désir :
faire de vous les sanctuaires vivants que je veux sur Ma terre,
protégés par Ma force et diffusant Ma vie,
et ce serait bénédiction même sur l'adversaire.
Le désespoir est une erreur plus mortelle
que l'agitation vaine de ceux, ici, 
ou dehors, qui détruisent sans cesse.
Ils n'ont de force et de superbe
que ton absence de savoir, de joie et de lumière.

Tu avais oublié ceci : Ma Torah est une Torah de vie
et, alors, elle est immédiate, stable, et éternelle.
Sont-ils le Créateur, que tu les craignes,
sont-ils invincibles, sont-ils éternels ?
En un instant, je supprime leur assurance militaire, 
ils sont tous éphémères. Leur plans sont des chimères.
Ils ne sont destructeurs que pour votre réveil."

J'ai entendu ce Sage, et je l'ai regardé,
il était simple et je n'avais pas vu sa lumière.
Pourim m'a enlevé le masque qui fermait mon regard.
J'avais trop d'images de ces marionnettes, 
j'entendais trop leur fausses nouvelles.
Je croyais être éveillé, 
j'étais seulement distrait de l'essentiel,
il est temps que je me réveille.

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour