Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

C'est raison de T’aimer
Mécharim Ahévoukha
(Cantique des Cantiques 1, 4)

Mécharim ahévoukha : oui, il est droit de T’aimer,
c’est juste et c’est bon et c’est raison de T’aimer
Tora-Michna-Guémara,
triple sainteté, unité,
c’est raison de recevoir la tradition,
de la connaître en notre être
et de la vivifier dans la recherche,
l’étude, l’écoute, la prière,
la confrontation et l’action.
Il est juste d’étudier panim el panim
parmi Tes Sages, dans l’union des visages,
sinon nous errons en dérive.
Et puis d’éveiller, peut-être,
un renouvellement de la vie
car nul autre n’apportera notre lumière
parmi les hommes irrités dans leur détresse.

Mécharim, c’est le duel de Ta vie,
comme Yérouchalayim, double et unique,
deux lèvres en Haut et ici
qui Te disent notre prière, notre joie et nos soucis.
Il est juste de Te vivre panim el panim,
chiviti Hachem lénéghdi tamid,
il est juste d’aimer Celui qui aime
Adam en deux êtres et Adama de même
pour y bâtir le sanctuaire de l’amour fraternel
dans la lumière d’Israël.
Ou la révolution par le respect de ‘hévrouta,
dans la recherche des vérités modestes,
ou l’échec violent entre les hommes, assuré, la mita.

Cela vaut la peine d’apprendre lentement à aimer
puisque Tu nous aimes,
source, bonté, force et beauté, bérakha.
Il est bon de déchiffrer Ton Nom et de Te louer,
lumière d’Israël qui nous féconde de Ta rosée.
Notre génération ne trahit pas, elle est et restera fidèle
à Ta Tora, à Ta terre, à Ton peuple message,
à Ta création obstinée. Nous n’avons rien cédé.
Nous fleurirons comme Tes lettres.
Nous ne donnerons pas Ton arc-en-ciel.
Je maintiendrai, dit le juif obstiné,
et nous vivrons renouvelés
dans l’union du ciel et de la terre
en douce fraternité.
Mécharim ahévoukha

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour