Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

Comment sortir de cette Egypte

J'avais trois ans quand, de l'école, je fus expulsé
pour avoir publiquement refusé ce que le maître disait:
"Le bon dieu récompense les bons et punit les égarés".
Je n'ai pas accepté et j'ai répliqué avec une facilité
qui ne laissait au maître mal assuré que de m'éjecter.
"S'il est bon, lui disais-je, il le sera toute l'éternité
et s'il est bon à moitié, dire qu'il est bon c'est tricher".
Il m'a sommé de m'incliner, j'ai refusé et répliqué:
"C'est trop important; sur cela on ne peut pas tricher".

Il m'a fallu apprendre plus de cinquante années
pour trouver enfin quelqu'un qui approuvait:
j'ai bien fait d'apprendre le persan car, en Iran, avec Esther ils savaient.
Le poète Omar Khayam a dit comme Moshé:
"Si je fais le mal, pauvre de moi que Tu as créé,
et si Tu me punis pour ce que j'ai fait,
quelle est la différence entre moi et Toi, divinité?
Même Toi Tu viens à l'instant de Te briser".
Et D.ieu a dit alors, c'est écrit on ne peut le gommer:
"Tu m'as fait revivre par tes paroles, Moshé".

Chaque enfant est encore proche de la source de vie et de vérité.
Après, on nous apprend à devenir intelligents, faussaires et compliqués.
A l'école, on veut nous faire accepter un mensonge avéré:
que l'enfant ne sait rien, et il finit souvent par y capituler.

Nous étions tous au Sinaï, il n'y a pas de débiles handicapés.
La Torah dit: "l'enfant, c'est selon son chemin qu'il faut l'éduquer".


Références:
"Tu m'as fait revivre par tes paroles, Moshé"
Bérakhote 32 a

"l'enfant, c'est selon son chemin"
Proverbes 22,6

 

Le pouvoir de la fraternité est total, en bien ou en mal


"Rabbi dit: la paix (fraternelle) est si grande que même si le peuple d'Israël tombe dans l'idolatrie mais qu'il y a la paix entre eux, dit Dieu, je ne peux pas alors sévir contre eux puisqu'il y a la paix entre eux, comme il est dit en Osée 4,17: Ephraïm est collé aux idoles... à l'ivresse, à la débauche, qu'on le laisse (tranquille).
Mais quand ils se divisent, qu'est-il dit: leurs coeurs sont divisés, ils en portent la peine. Vous avez donc ainsi appris que la paix entre vous est puissante et les divisions redoutables".
Middrache Béréchit Rabbah 38,6

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour