Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Solitude nocturne du Roi attendant Esther
 

- Un jour, de trop d’attente à vivre,
tu éclateras d’un orgasme mirifique
et la terre se fendra à Har hazzéitim
et tu déchireras le ciel de tes dents avides.

De cette longue grossesse stupide
tu accoucheras enfin
d’un jardin de parfums
au nom Edén à Yérouchalayim.

Je te chanterai :
ma maison est une maison de prière
ma maison est une maison de chansons
ma maison est une maison de tendresse.

- Et moi, mon amant joli, je te chanterai :
Ma maison est une maison d’unissons.

- Oh, c’est terrible, d’aimer une femme à l’humour acide,
une femme intrépide plus forte que Judith,
dynamite de Sunamite,
une femme brillante, riante et criante dans toute sa vie
et qui quitte la scène aussi glorieuse et victorieuse,
toujours enfant, reine, belle et capricieuse,
alors que moi je peine, lent laboureur.

- Non, mon amant, tu oublies, il y a une chose que je ne savais pas faire :
c’est attaquer des Juifs et je n’ai pas su me défendre ici
contre le lachone ha ra, contre le mauvais œil
et contre les méchants politiques et médisants,
et je n’ai pas su t’éviter la souffrance de mes souffrances.

- Et moi, ma céleste, je m’en veux tant de la peine que je te fais par ma peine.

- Et moi, malade, j’étais devenue tellement lourde pour tes bras
mais j’ai fait ce que je t’avais promis, j’ai dit en arrivant devant le Bon Dieu :
il faut l’aider, il a été si gentil pour moi, il faut l’aider absolument.
Mon ami, mon amant, j’aimais tant la Michna, je la vois maintenant.
Et je vois notre néchama en épanouissement.
Elle est plus grande que moi et toi, il nous fallait atteindre
cet âge d’inconnaissance, ce voyage de confiance,
pour unir la distance de Béréchite qui commence

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour