Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Amour toujours
 
Sur la paracha Michpatim

Impossible de fuir:aimer

Demain, j’aimerai encore

Comme hier tes cheveux verts

Et tes bagues de fleur et d’herbes

Et les baisers que tu donnais aux nuages

En me tenant la main.

Ils ne comprenaient rien à notre amour

Et s’enfuyaient de rage.

Tu riais avec les oiseaux qui chantaient

Et tournoyaient autour de nos danses hésitantes.

Peut-être ai-je rêvé, peut-être as-tu rêvé.

Mais, pour sûr, nous vivions le même rêve.

Et nous lui serons fidèles.

Cela vaut bien la vie monotone

De ceux qui boivent chaque matin

Leur même café de cauchemar

Sans même se regarder

Car ils ont oublié la clef

De leurs coeurs en cadenassés.

Tu es devenue l’un de ces oiseaux si beaux

Mais volages qui me narguent et prennent le large,

Il faudra bien que tu te calmes.

Tout cela parce que tu es trop sûre de notre amour.

Peu nous importent les chansonnettes,

Nous savons depuis toujours que nous sommes un seul être.

C’est ça l’amour toujours, l’amour peut-être.

Tu joues à la coquette et tu sais que je t’aime.

J’adore tes petites colères sous les battements de tes paupières.

Il n’est pas amour plus sérieux

Que celui de tes yeux amoureux

Qui s’évadent et disparaissent.

Tes doigts n’ont pas quitté les miens

Depuis notre premier regard.

Je sens bien que tu caresses ma main

Depuis des siècles.

Tu aimes quand je parle de la prière

Et que tu rêves aux fleurs et aux rivières.

Tes lèvres embrassent une perle.

Notre enfant est beau comme un soleil.

La vie avec toi est un rêve.

Je te fais mes confidences et tu sommeilles.

Demain, hier, tu me regardes si loin

Et tu m’aimes.

 

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour