Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
Un jour, tu m'avais dit
 

Etapes
Sur la paracha Masseé

Un jour, tu m'avais dit:
"Je ne te lâcherai jamais,
Jamais je ne t'abandonnerai.
Nous aurons de nouveaux secrets
chaque jour et toute l'éternité.
Maintenant, je le sais,
Nous nous sommes retrouvés".


Les champs de coquelicots
à l'infini s'étendaient,
à chaque seconde tu riais
et tu avais besoin de revenir me regarder
et poser ta main sur la mienne
pour éprouver si elle t'aimait.

Tu riais, tu priais, tu remerciais, tu chantais.
Les champs de coquelicots
ont disparu, oubliés.
Chaque mot était rire et baiser,
promesse, enfants imaginés.
Tu as perdu le courage d'aimer.

Tu m'avais vu au Sinaï, tu me le disais;
on était dans le même train de déportés,
ou sur la place de Deauville à bronzer.
Mais c'est fatiguant et monotone la vérité,
mieux vaut souffrir et galérer,
on se paie un film grandiose de désespérer,
c'est plus facile, c'est assuré.

C'est beau, la nuit, de pleurer.
Tout le monde n'a pas la force d'être sincère et d'aimer
au delà de trois ou quatre demi-journées.
Je t'avais apporté un bouquet allongé
en forme de notre terre aimée,
tu l'as posé et tu es allée ouvrir la télé.

"T'as vu, j'ai changé notre télé?
J'irai à San Francisco cet été,
ou bien je resterai devant la télé.
Tu écris un poème?
Je te connais, grosse bête adorée,
commence à le lire par la fin, tu auras notre vérité.
Mais on ne peut pas être belle et enivrée
365 jours sur l'année.

Tu peux recommencer:
Je vais ouvrir la télé,
Viens près de moi,
je ne te lâcherai jamais.
Nous étions au Sinaï quand je t'ai renconté.
Nous aurons toujours des nouveaux secrets,
toute l'éternité.
Laisse-nous un peu nous reposer".

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour