Retour sur modia.org - Recueils de Poèmes par Rav Yehoshua Rahamim Dufour
Amour d'Esther et du Roi
Après Pourim
Confidences nocturnes
Dans chaque respir
Dans ton amour
Déclaration d’amour du Roi à Esther
Devant la hanoukia
Écoute
Équilibre du Roi
Espoir des rivières
Israël, tu dois être lune
Jetu m'aimes
La beauté nous est révélée
La méditation
La moitié du royaume
Le bonheur, c'est de voir...
Les humains ne comprennent pas
Lumière en guerre
Merci.
Mon amour pour toi
Réassurance dans le couple
Respiration au Sinaï
Restons dans le palais
Réveil d'Adam
Secrets du Roi et de la Reine
Solitude du Roi attendant Esther
Terre d'Israël

Ta création en deux moitiés

Ton silence
Ton vase
Tu n'es pas assez heureux
Tu n'es plus jamais seul
"l'Ami des Aurores"
Recueil  "Auschwitz"
"Combat"

Pyramides

Un jour

"Déchirement"
"Double Eden"
Recueil  "Enfance"
"Etude"
C'est raison de T'aimer
L'imprévu d'aimer
L'éveil au matin
Précaution
"Exil"

Me contacter
Ecrire dans le Livre d'Or

Retour sur le site

 
J'aime et j'aimerai
 


(Photo authentique de l'auteur, en écoute)

Jetu m'aimes

- Je t'aime, dit l'oiseau à la fleur.
Tu m'aimes, que c'est bon à entendre!
mais comment peux-tu m'aimer sans me connaître?

- Je te connais;
tu es l'une des belles du jardin.
Tu m'aimes parce que je ressemble à d'autres,
comme à des images belles.
Et dès que tu verras une autre belle
tu me quitteras.
Tu vas ainsi de belle en belle.

- J'aime ta beauté.
Je ne suis pas cette beauté,
je suis moi-même.
Et tu ne sais pas si mon moi-même
est aussi belle que les images que tu aimes.

Es-tu beau en toi-même?
- Prête-moi tes prunelles
et je me regarderai dans ton eau claire.

* Es-tu sûr qu'elle est assez pure?
- Regarde-la au fond de mes prunelles.

Comment saurais-je si c'est toi
ou moi ou le reflet du ciel?

- Sache le bien,
le monde est nuit totalement obscure,
même de jour,
et si je suis ta lumière,
et si tu es ma lumière,
nous allumerons la pleine lune et ferons briller tout l'univers.

Ou tu sais parler à merveille,
ou tu es le secret de tout mon être.
- Tu doutes de moi, si belle,
mais bien moins que moi, sois certaine.
Quand je te vois, je doute
que je suis muni d'ailes.
Je préfère tes pétales de respiration aérienne.

- Une chose est certaine,
toi et moi nous sommes le même.



Relié à la symphonie de ce poème,
dans cette calligraphie originale représentant deux oiseaux volant en couple,
j'ai utilisé uniquement une fois chacune des lettres composant le mot "bonheur",
"kokhbakhti" en persan. Comme le bonheur d'Esther ayant sauvé son peuple!
Voici alors ce poème en persan, phonétiquement:

Poème français et translitteration farsi

Jetu m'aimes
Manto doust dâram

- Je t'aime, dit l'oiseau à la fleur.
Man to râ doust dâram, parandé bégol goft

Tu m'aimes, que c'est bon à entendre!
Doustam dâri, tché khoubast ké béchavnav

mais comment peux-tu m'aimer sans me connaître?
bali, tché gouné mi tâvani doustam bédâri bedouné inké mara bechenassi?

- Je te connais;
Man to râ mi chénassam ;

tu es l'une des belles du jardin.
to yeki az zibayané bag hasti.


Tu m'aimes parce que je ressemble à d'autres,
Doustam dâri tchoun mane chabihé digarâne hastam,

comme à des images belles.
meslé tâssaviré zibâ.

Et dès que tu verras une autre belle
vaghtike yek zibâyé bébini .
-
tu me quitteras.
digar miravi

Tu vas ainsi de belle en belle.
az yek ziba be zibayé digar miravi

- J'aime ta beauté.
Zibâyé to râ doust dâram.

Je ne suis pas cette beauté,
Mane bé in zibâï nistam,
je suis moi-même.
khodam hastam.

Et tu ne sais pas si mon moi-même
to némi douni agar khodémane

est aussi belle que les images que tu aimes.
hamane ghadr zibâ ast ké tasaviri ké to doustéchane dâri.

Es-tu beau en toi-même?
Ayâ to khodate zibâ hasti ?

- Prête-moi tes prunelles
Mardomaqé tchechmate râ bé mane gharz bédé

et je me regarderai dans ton eau claire.
vé khodam râ dar âbé rowchane negah mikonam.

Es-tu sûr qu'elle est assez pure?
Motmaén hasti ké âbe kalés hast ?

- Regarde-la au fond de mes prunelles.
an râ dar omghé mardomaké tchéchmane negah kon.

Comment saurais-je si c'est toi
Tché gouné khaham dânest ké to hasti

ou moi ou le reflet du ciel?
ya mane hatam, ya enékassé assémane.

- Sache le bien,
Khoub bédane

le monde est nuit totalement obscure,
donya yék chabé kamélane târik hast,

même de jour,
hâta dar rouz,

et si je suis ta lumière,
vé mane nouré to hastam ,

et si tu es ma lumière,
vagar to nouré mane hasti,

nous allumerons la pleine lune et ferons briller tout l'univers.
badre mah ra miafrouzim va guiti ra nourafshan mikonim

Ou tu sais parler à merveille,
Ya to mi dâni khoub harf bé zani,

ou tu es le secret de tout mon être.
Ya to râzé vodjoudé man hasti.

- Tu doutes de moi, si belle,
Bé mane chaq dâri, to ké in hamé zibâ asti,

mais bien moins que moi, sois certaine.
vali qamtar az man, motmanén bâch.

Quand je te vois, je doute
Ké to râ mi binam, chak mikonam

que je suis muni d'ailes.
ke bal daram.

Je préfère tes pétales de respiration aérienne.
Golbarghhayate râ tardjih mi déham ké dar hâvâ nafas mi kéchand.

- Une chose est certaine,
Yék tchiz hatmi hast,

toi et moi nous sommes le même.
to va mane yéki hastim.

Poem in english

Et voici le poème en la langue universelle d'aujourd'hui:

Poem: I-you love me


- I love you, says the bird to the flower.

You love me, how good it is to hear!
But how can you love me without knowing me?

- I know you:
You are one of the beauties in the garden.

You love me because I look like others,
like pretty pictures.
But as soon as you will see another beauty,
you will leave me.
You will jump from beauty to beauty.

- I love your beauty.

But I am not that beauty,
I am myself.
And you do not know whether my real me
is as beautiful as the images you admire.
Are you beautiful in your inner self?

- Lend me your pupils
and I shall look at myself in your clear water.

Are you sure that it is pure enough?

- Look at it deep within my pupils.

How will I know if it is you
or me or the reflection of the sky?

- Know it well,
the world is night, complete darkness,
even in the day,
but if I am your light,
and if you are my light,
we shall light up the full moon and make the universe shine.

Or you know how to speak beautifully,
or you are the secret of my whole being.

- You doubt me, my beauty,
But I doubt myself even more, be sure of that.
When I see you, I begin to doubt
that I am armed with wings.
I prefer your aerial-like petals.

- One thing is certain,
you and I are the same.

 "Guetteur"
"Jérusalem"
Recueil "Lettre"
"Libération"
"Présence"
Nous sommes fleurs de Jérusalem
"Rencontre"
L'ami
Écoute
Libellule
Si je viens
Miroir d'eau
"Trésor"
Séparation
"Yémima"
webmaster Dufour