Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 

La lecture du Livre des Lamentations (Eikha)


Commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
Beaucoup de nouveautés sur cette page depuis votre lecture!

Le jour du 9 Av, Ticheâ bé Av - Regard actuel sur Les lamentations de Jérémie (NOUVEAU)
Retour à la page des prières La page sur la fraternité nécessaire pour éviter ces catastrophes
 

Présentation du livre
Sur Modia, nous sommes au Beit ha middrache, la maison d'étude, et donc ce texte-ci n'est pas une simple introduction ou présentation, mais c'est une véritable étude pour rencontrer la Torah avec les maîtres qui nous l'ont transmise oralement et avec Celui qui nous la donne. Ecoutons.

Le Livre des Lamentations a été écrit par le prophète Jérémie. Etudiez ici ce qu'est un prophète et particulièrement qui est le prophète Jérémie sur ce lien, et absolument aussi sur cette seconde page.

Ce livre de Eikha est composé de 5 chapitres ou 5 lamentations (quinotes). Dans les siècles précédents, on l'appelait séfer quinotes ou méguilate quinote, ou quinote; seulement récemment, on le nomme par le premier mot du livre. Ces deux façons de nommer sont fréquentes dans tous les livres de la Bible.

Qu'est ce qu'une qina ?

C'est un cantique (pioute) ou chant (chir) à l'occasion d'une tragédie (tsara), d'une destruction ('horbane), d'un deuil (évél). Ce genre se trouve dans différents livres du Tanakh (Bible). Voyez ce mot en Jérémie 7.29 ou 9,9 ou 9,19; de nombreuses fois chez Ezéchiel: 19,1 ou 14,19 ou 26,17 ou 27,2 et 27,32 ou 28,12 ou 32,2 et 16, chez Amos 8,10, etc. Ceci pour que l'on ne limite pas à Jérémie cette pratique. Reportez-vous à ces références.

Continuons avec le Talmud. Ouvrons le Traité 'Haguiga, page 5b. C'est un Traité très court mais le coeur du Talmud par ses enseignements élevés, au point que certains ne sont pas enseignés en groupe. Le premier texte que nous y étudions en liaison avec Eikha nous place dans une relation conjugale entre le Créateur et nous, dans des niveaux intimes et secrets, jusqu'aux moments les plus tragiques de l'existence. Début du texte avec l'araméen et sa traduction:
Ribbi Ila hava saléq bé dargua montait les marches dé bé de la maison de Rabba ben Chila et chémâé lé yanouqa il entendit un enfant qa qéré qui lisait: "ki hinné yotsér harim car voici que Celui qui a formé les montagnes ouboré roua'h et crée le vent, et qui dit à l'homme quelle est sa conversation, ou maguid lé Adam ma si'ho..." (Amos 4,13)... ma hi. Quelle est cette conversation? Amar Rav Selon Rav, afilou si'ha yétéra même la moindre des conversations inutiles ché béïn adam lé ichto qu'il y a eu entre un homme et sa femme, maguidim lo lé adam D.ieu répète à l'homme, bi chéâte mita au moment où il meurt...

Un verset de Jérémie 13,17 dit: "Védamoâ didmâ Mes larmes couleront vétéréd êni dimâ et mes yeux fondront de larmes, ki nichba êder Hachém parce que le troupeau de Hachém sera emmené captif". Chaloche dimaôte hallalou lamma? Pourquoi le texte parle-t'il trois fois de larmes dans tout ce passage? Âl miqdache richone, âl miqdache chéni, les deux premières larmes sont pour les deux destructions du Temple, âl Yisrael ché ggalou et la troisième pour la dispersion d'Israël. Vé ikh dé amri Et certains disent que a'hate âl bitoul Tora une larme est pour l'oubli de la Torah. âl Yisrael ché ggalou et la troisième pour la dispersion d'Israël. Eïne bitoul Torah gadol mi zé car il n'y a pas de plus grande annulation de la Torah que cela (la dispersion d'Israël). (Commentaire: donc ne nous lamentons pas seulement pour la destruction du Temple, car ce Temple est constitué de ceux qui ne sont pas ici et le Ciel nous dit que cela est la plus grande annulation de la Torah qui puisse exister. Cela doit bien entrer dans la tête et dans le coeur, avec larmes et changement.)

Les Sages ont enseigné: Chélocha Haqqadoche baroukh Hou bokhé âléhén békhol yom, 3 choses font pleurer tous les jours le Saint béni soit-Il:

- âl ché éfchar laâssoq ba Torah vé éino ôsséq, celui qui a la possibilité d'étudier la Torah et ne le fait pas,
- âl ché i-efchar laâssoq ba Torah vé ôsséq, celui qui n'a pas la possibilité d'étudier la Torah et qui le fait quand même,
- vé âl parnas ha mitgahé et qu'un dirigeant de communauté s'enorgueillisse âl ha tsibour et se comporte envers le public comme un tyran.

Rabbi hava naqéte Rabbi prit un jour Séfer Qinote, le Livre des qinotes (les lamentations de Jérémie, et tout cela nous montre que c'était une introduction à notre thème) et le lut et quand il arriva lé hahi péssouqa au verset 2,1: "Hichlikh mi chamayim éréts, Il a jeté depuis les cieux par terre (la splendeur d'Israël)", son livre néfal mi yadé tomba de ses mains et amar il dit: méigara ram tomber de si haut, lévéra âmiqa dans un abîme si profond." Fin de ce texte du Talmud.

Commentaire. Le Talmud a eu besoin de nous dire tout cela avant de commencer à entrer dans un verset du Livre des Lamentations, maintenant l'axe est clair. Là vous voyez ce qu'est l'étude et le Talmud: un simple verset du Tanakh nous est démontré en quelques lignes avec tous les niveaux qu'il touche (références entre les textes, Ciel, notre existence, le couple, le dirigeant de communauté, les sentiments affectifs ou l'orgueil, l'exil, les retrouvailles, etc). On comprend maintenant qu'on ne peut pas se dispenser d'étudier la tradition car sans elle nous n'aurions rien vu de tout cela. Certains pensent qu'étudier nos textes, c'est lire et rabâcher hors de la vie. Ils sont simplement des ignorants; et ils auraient découvert une grande richesse s'ils se mettaient à expérimenter l'étude. Il fallait lire tout cela avant de se mettre devant les premières lignes du livre de Eikha. Commençons maintenant à lire Eikha, nous avons le bon axe. Toute personne qui n'aurait pas la Bible en français, au moins, doit se la procurer mais, attention, une Bible avec traduction juive car les autres éditions sont très "orientées" (voir mon analyse de ce sujet par ce lien).

Premier mot qui donne son nom au livre : Eikha

Strictement, le mot de ce livre Eikha veut dire "comment", eikh. On le trouve souvent dans le livre Dévarim (1,12 ou 7,17 ou 12,30 ou 18,21 ou 32,30). Il veut dire aussi "comment? où ça?" comme quand la fiancée cherche son bien-aimé dans le Cantique des Cantiques 1,7 Eikha tirê eikha tarbits... Et cela se synthétise dans l'expression de quelqu'un qui est désorienté et perdu, avec toutes les intonations qui changent le sens ("comment est-il possible, à ce point, c'est inimaginable?!"): voyez Jérémie 8,8 et 48,17 et dans notre Livre de Eikha il revient 4 fois (1,1 et 2,1 et 4,1 et 4,2). Cela dit bien notre état en perdition et désespoir. Voilà pourquoi j'ai placé cette semaine l'étude de trois psaumes de désespoir (83 et 130 et 142) à étudier sur ce lien.

Lire ici la lettre d'une petite fille aux prises avec les gendarmes français et les nazis qui, ensemble, lui retirent sa mère et la tuent.

Vous le voyez, avec l'aimée de D.ieu Israël, nous aimons chaque mot de la Torah pour ainsi comprendre bien tout ce dialogue, comme quelqu'un qui lit et relit jusqu'à connaître par coeur la lettre de quelqu'un qu'il aime (ami, parent, aimée, enfant lointain) afin d'en saisir toutes les nuances et sentiments. Et il peut dire en vérité: "je n'oublierai jamais aucun des mots que tu m'as dits, aucun. D'ailleurs, tu me l'as dit toi aussi. Et la distance et l'invisible ne changent rien, rien. Je connais tous tes mots et je me les redis sans cesse et ils parlent en moi sans cesse, chiviti Hachém lénéghdi tamid, vé dibarta bam". Que le Ciel entende ainsi notre lecture attentive de Eikha. Pour qu'Il accomplisse aussi chacun des mots de Sa promesse le plus vite possible, maintenant!

Premiers mots

"Eikha yachéva vadad. Comment elle est assise solitaire!"

- Toutes les voyelles de ces trois mots sont longues et étirent la plainte.
- Sous le mot yachéva, elle est assise, il y a le petit trait vertical du métég qui empêche de dire yochva mais sépare en ya-ché-va comme on se sait par les règles du méteg pour ceux qui veulent apprendre à bien lire la Torah sur le site, lien ici.
- de même, par ce lien, nous comprendrons la règle qui fait lire vadad au lieu de l'écriture normale du mot qui est badad, cela parce que le mot précédent se termine par l'une des lettres du Nom de Hachém qui adoucit tout jusqu'à la prononciation. Badad veut dire "être seul, lévad (D.ieu lui-même est cela en Dévarim 32,12), comme un enfant unique yé'hidi, isolé des autres (comme en Vayiqra 12,46) et on le retrouvera en Eikha 3,28. Quelqu'un en cet état est nommé bodéd ("comme un oiseau seul sur un toit", Psaume 102,8). La bédidoute est cet isolement. La hitbodédoute est une technique de retrait temporaire des affaires pendant quelque temps pour mieux se consacrer temporairement à la Torah en l'approfondissant dans le calme.

Sur ce mot, Rachi insiste sur le côté galmoud, isolement de celui qui est abandonné.

"Haîr rabbati âm, la ville si large et pleine de population".

Rabati, cette forme qui vient du mot rav, grand, ne se trouve que dans ce verset pour tout le Tanakh, et il y est deux fois. Mais on la trouve normalement dans toute la littérature des siècles et dans l'hébreu moderne. On dira Yerouchalayim rabati, le grand Jérusalem; ou bien quand une lettre est mise en gros caractère, comme la première de la Torah, on dit le beit rabati. Une mitsva importante se dite mitsva rabati. Ou, pour insister, on dira: lo bé aléf rabati (le mot "non, lo, avec un alef très grand"), ce qui veut dire "non absolu, et... n'insistez plus. C'est donc le sens de "immense".
Quand elle signifie simplement grande, l'accent est mis sur la dernière syllabe. Mais, quand comme ici elle est en liaison avec le mot suivant (sémikhoute) comme un trait d'union en français, l'accent se déplace vers l'avant-dernière syllabe, donc prononcer raBBAti: "pleine de population".

Hayéta kéalmana, elle était (devenue) comme une veuve.
Nous arrivons à la première grande partie du verset qui est marquée par le atna'h (la sorte de petite fourche sous le mot); et le taâm sous le mot précédent fait une brève coupure qui met cela encore plus en évidence.

Tous ceux qui veulent comprendre et bien lire ces signes, les teâmim indispensables pour comprendre,
se reporteront aux pages qui y sont consacrées (lien ici).

La veuve, ou le veuf, c'est l'état le plus démuni. Le Talmud dit que "tout homme qui perd sa première femme, c'est comme si la destruction du Temple se faisait présentement pour lui, kol adam ché méta ichto richona kéilou ' hérév beit ha miqdache bé yamav" (Sanhédrine 22a). Parce que le Talmud dit "ichto kégoufo démia, sa femme, c'est semblable à son corps" (Ména'hote 93b). Destruction, désarticulation, incomplétude, destruction des promesses et du bonheur, manque de défense sur tous les plans, le Talmud analyse cela. Généralement, le monde se détourne vite de ces personnages malheureux, on leur reproche presque d'être en voisinage avec la mort, on ne veut pas les aider, et le texte de Eikha dit plusieur fois: "éine ména'hem, il n'y a pas de miséricordieux pour ces gens". C'est aussi que les autres ne peuvent pas comprendre cette expérience: "aucun homme ne meurt si ce n'est pour son épouse, et une femme ne meurt que pour son mari, éine iche met élla lé ichto vé éine icha méta élla lé vaâla" (Sanhédrine 22a).

Le Tanakh parle souvent, plus de 50 fois, de cette situation dramatique sous la forme de la femme veuve.Et souvent cela est lié 20 fois à la détresse des orphelins (yatom vé almana) ou du guer (converti) qui est comme un enfant qui vient de naître et n'a pas de défense (psaume 94,6 et les chapitres 14, 16 et 24 de Dévarim). Les prophètes reviennent souvent sur ce thème, par exemple Jérémie 7,6 et 22,3.

Cette conception de totalité de l'atteinte est rendu encore dans Eikha par le fait que les versets de trois des 5 chapitres commencent par les lettres ordonnées de l'alphabet et un autre chapitre a également le nombre de versets correpondant aux nombre de lettres. Les Sages disent que cela doit nous faire prendre conscience que tout est ainsi détruit parce que nous portons atteinte à chacune des lettres de la Torah, à chacune de ses richesses et de ses dons qui nous ont été transmis.

Le texte de Eikha nous indique donc la présence de la mort, de la perte et de la désolation sous la forme la plus intime et la plus sensible et la plus intérieure de l'être. Il faut donc parvenir à ressentir cela pour Jérusalem et pour le Temple, et ressentir combien, à ce point nous lui manquons, sous cette forme quand nous n'y sommes pas. C'est cela que nous dit le texte. Et que la souffrance est autant, si l'on peut dire, dans les Cieux. Un état de alménoute dont parle Béréchite 38,14 et 19.

D.ieu, par la parole des prophètes essaie de nous dire souvent que son lien à nous ne peut mieux s'exprimer que par la relation conjugale. Et la perturbation, par ce qui affecte le plus terriblement cette relation: trahison, béguida, mort mita.

Sur cette image, j'ai placé les 4 premiers versets, en les mettant chacun en évidence, ainsi que les principales étapes du verset en allant à la ligne, et en mettant un point virgule pour la moitié du verset indiquée par l'atnah (sorte de fourche renversée, voyez la leçon sur les teâmim).

Vous pourrez ainsi lire lentement l'hébreu. Vous remarquez que chaque verset commence par une des lettres de l'alphabet, dans l'ordre.

Verset 1 : Eikha yachéva vadad. Comment elle est assise solitaire! Haîr rabbati âm, la ville si large et pleine de population. Hayéta kéalmana, elle était (devenue) comme une veuve. Rabbati vagoyim, immense parmi les nations. Sarati bamédinote, princesse parmi les provinces, Hayéta la mas, elle est devenue imposée de tribut.

Verset 2. Bakho tivké balaila, Pleurer elle pleure (continuellement dans la nuit). Védimâtah âl lé'héyah, et ses larmes sur ses joues. Eïne la ména'hém, Elle n'a pas de consolateur miséricordieux. Mi kol ohavéiya, parmi tous ceux qui l'aiment. Kol réêya baguédou va, Tous ses proches l'ont trahie. Hayou la léoyévim, et sont devenus pour elle des ennemis.

Verset 3. Galéta Yéhouda, Yéhouda a été exilé. Méôni oumérov âvoda, dans la misère et un puissant esclavage. Hi yachéva vagoyim, elle s'est installée parmi les nations. Lo matsea manoa'h, elle n'a pas trouvé de repos. Kol rodéféya, tous ses persécuteurs, hissigouah l'ont atteinte, béin hammétsarim entre les défilés.

Verset 4. Dakhé Tsione avélote, les chemins de Sion sont endeuillés. Libéli vaé moêd, sans que personne ne vienne aux fêtes. Kol chéâréya chomémim, toutes les portes de ses murailles sont dévastées et solitaires. Kohanéya nééna'him, tous ses Cohanim gémissent. Bétoulotéya noukhote, ses vierges souffrent. Véhi mar-lah, et elle est dans la détresse amère.

Texte de Eikha, les Lamentations

Ensemble du chapitre 1

(traduction Yehoshua Ra'hamim Dipour)
1
Hélas! Comme elle est assise solitaire,
la ville si peuplée autrefois,
et maintenant comme une veuve !
Immense parmi les nations,
princesse parmi les Etats,
elle est réduite à payer tribut !
2
Elle pleure sans cesse la nuit,
et ses larmes couvrent ses joues.
Elle n'a pas de consolateur
parmi tous ceux qui l'aimaient.
Tous ses amis l'ont trahie
et sont devenus ses ennemis.
3
Yéhouda est allée en exil,
victime de la pauvreté et d'une grande servitude ;
elle habite au milieu des nations,
et elle n'y trouve pas de repos ;
tous ses persécuteurs l'ont surpris
dans l'angoisse de défilés ressérés.
4
Les chemins de Sion sont dans le deuil,
car personne ne va plus aux fêtes ;
toutes ses portes sont en ruine et désertes,
ses cohanim (ses prêtres) gémissent,
ses vierges sont dans la douleur,
et elle est toute amertume.
5
Ses oppresseurs la dominent,
ses ennemis sont en paix ;
car Hachém l'a frappée
à cause de la multitude de ses péchés ;
Ses jeunes enfants ont marché
prisonniers devant l'oppresseur.
6
La fille de Sion a fait partir toute sa beauté ;
Ses princes, sont comme des cerfs
qui ne trouvent pas de paturage,
et ils vont sans force devant celui qui les pourchasse.
7
Elle s'est souvenue, Jérusalem,
aux jours de sa misère et de son accablement,
de toutes les délices qui étaient siennes
aux jours d'antan.
Quand son peuple est tombé dans la main de l'oppresseur,
et que personne n'est là pour l'aider,
ses oppresseurs l'ont vue et ils riaient de sa ruine.
8
Elle a péché lourdement Jérusalem,
c'est pour cela qu'elle est devenue rejetée.
Tous ceux qui lui accordaient de l'honneur
la bafouent car ils ont vu qu'elle est nue.
Elle-même soupire et recule.
9
Sa souillure sur les pans (de son vêtement),
elle ne se souciait pas de ce qui adviendrait.
Et elle est tombée de façon dramatique,
il n'est personne pour la consoler.
Vois, Hachém, sa misère,
car il est devenu puissant l'ennemi.
10
L'ennemi a fait main basse sur tous ses trésors ;
elle a vu des peuples entrer dans sn sanctuaire,
ceux-là même pour qui  Tu avais ordonné
qu'ils ne pénètrent pas dans Ta sainte assemblée.
11
Tout son peuple gémit, ils quémandent du pain.
Ils ont donné leurs biens les plus chers
pour quelque aliment qui redonne un peu de vie.
Vois, Hachém, et regarde comme je suis devenue insignifiante.
12
Que cela ne vous advienne pas
vous qui passez par là,
regardez et voyez s'il est une souffrance
comparable à ma souffrance,
celle dont Hachém m'a frappée au jour de Sa colère.
13
D'en haut, Il a envoyé un feu
dans mes os et il s'y enfonce.
Il a étendu un filet sous mes pas et m'a retiré vers l'arrière.
Il a fait de moi une ruine, tout le jour en souffrances.
14
Il a rassemblé mes péchés dans Sa main,
Il les a noués et attachés à mon cou,
Il a anéanti mes forces.
Il m'a livrée, le Seigneur, à des mains contre lesquelles je ne pourrai pas me rebeller.
15
Il a anéanti tous mes héros, le Seigneur, dans mon propre camp.
Il a proclamé contre moi une date pour briser mes jeunes gens.
Il a martelé le pas au pressoir sur la vierge, fille de Yéhouda.
16
Sur tout cela je pleure ;
mes yeux, mes yeux ruissellent d'eau
car s'est éloigné de moi tout consolateur qui me rendrait mon âme.
Mes enfants sont devenus des ruines car l'ennemis l'a emporté.


Ensemble des autres chapitres
(Traduction du Grand Rabbin Zadoc Kahn, révisée)

Chapitre 2

Le second chapitre de Eikha dépeint la colère du Ciel devant nos trahisons, et le désastre qui en découle, avec nos larmes et nos souffrances, et la joie perfide des autres.

Hélas! Comme le Seigneur (Adonaï), dans sa colère, assombrit la fille de Sion (Tsiyone)! Comme il a précipité du ciel jusqu'à terre la gloire d'Israël (Yisraël), sans songer à l'escabeau de ses pieds au jour de son courroux!
Le Seigneur a bouleversé sans pitié toutes les habitations de Jacob (Yaâqov); il a démoli, dans son indignation, les forteresses de la fille de Juda (Yéhouda), en les rasant jusqu'au sol; il a rejeté royauté et dignitaires.
Il a abattu, dans le feu de sa colère, toute grandeur en Israël; il a fait reculer sa droite devant l'ennemi et allumé dans Jacob un feu flamboyant, dévorant tout à la ronde.
Il a bandé son arc comme un ennemi, brandi sa droite comme un adversaire; il a fait périr tous ceux qui étaient un délice pour les yeux; dans la tente de la fille de Sion il a déversé comme un feu son courroux.
Le Seigneur s'est comporté comme un ennemi, il a bouleversé Israël, il a bouleversé tous ses palais, détruit ses forteresses; il a multiplié chez la fille de Juda plaintes et lamentations.
II a dévasté son pavillon comme on fait d'un jardin, ruiné son lieu de rendez-vous; Hachém a fait tomber dans l'oubli fêtes et Chabbate et rejeté, dans sa furieuse colère, roi et prêtre.
Le Seigneur a délaissé son autel, dégradé son sanctuaire; il a livré aux mains de l'ennemi les remparts de ses châteaux-forts. On a poussé des cris dans la maison de Hachém comme en un jour de fête.
Hachém avait résolu de détruire le mur de la fille de Sion: il a tendu le cordeau et n'a pas détourné sa main de l'œuvre de ruine; il a mis en deuil murs et remparts: ensemble ils sont dans la désolation.
Les portes de Sion se sont enfoncées dans le sol; il en a détruit; fracassé les verrous; son roi et ses princes vivent au milieu des nations, sevrés de la Loi; ses prophètes non plus n'obtiennent de visions de la part de Hachém.
Ils sont assis à terre, frappés de stupeur, les vieillards de la fille de Sion; ils ont répandu de la poussière sur leur tête, revêtu des cilices; les vierges de Jérusalem penchent leur front vers le sol.
Mes yeux se consument dans les larmes, mes entrailles sont brûlantes, mon cœur se fond en moi à cause du désastre de la fille de mon peuple, car enfants et nourrissons sont tombés en défaillance sur les places de la cité.
Ils disaient à leurs mères: "Où trouver du blé et du vin?" Et ils languissaient comme des blessés à mort dans les rues de la ville, exhalant leur dernier souffle sur le sein de leurs mères.
Qui te citerai-je comme exemple? Qui te comparerai-je, ô fille de Jérusalem? Qui mettrai-je en parallèle avec toi pour te consoler, vierge, fille de Sion? Car ton désastre est grand comme la mer: qui pourrait te guérir?
Tes prophètes t'ont communiqué des visions trompeuses et insipides, ils n'ont pas mis en lumière tes crimes, en vue de défourner ta ruine; ils ont inventé pour toi des oracles de mensonge et de déception. Tous les passants battent des mains à ton sujet; ils ricanent, hochent la tête sur la fille de Jérusalem: "Est-ce là disent-ils la ville qu'on appelait un centre de beauté, les délices de toute la terre?"
A ton aspect, ils ont la bouche béante, tous tes ennemis; ils sifflent, grincent des dents et disent: "Nous avons consommé la ruine! Ah! Ce jour que nous espérions, nous l'avons atteint, nous le tenons!"
Hachém a fait ce qu'il avait résolu; il a accompli son arrêt qu'il avait rendu dès les temps antiques; il a démoli sans ménagement; il a excité à ton sujet la joie de l'ennemi, grandi la puissance de tes adversaires.
Que leur cœur crie vers le Seigneur! O rempart de la fille de Sion, fais couler tes larmes comme un torrent jour et nuit! Ne t'accorde aucun répit! Que ta pupille ne s'arrête pas de pleurer!
Lève-toi, pousse des sanglots la nuit, au commencement des veilles. Répands ton cœur comme de l'eau à la face du Seigneur; élève tes bras vers lui en faveur de la vie de tes jeunes enfants, qui gisent défaillants de faim à l'entrée de toutes les rues.
Vois, Hachém, et regarde qui tu as traité de la sorte! Se peut-il que des femmes dévorent le fruit de leurs entrailles, leurs jeunes enfants, objet de leurs tendres soins? Que dans le sanctuaire du Seigneur soient massacrés prêtres et prophètes? Ils sont étendus sur le sol des rues, le jeune homme et le vieillard, mes vierges et mes adolescents sont tombés sous le glaive. Tu as fait tout périr au jour de ta colère, égorgé sans pitié.
Comme pour un jour de fête, tu as convoqué mes épouvantes tout à la ronde; au jour de la colère de Hachém, nul n'a échappé, nul n'est demeuré sain et sauf. Les enfants que j'avais soignés et élevés, l'ennemi les a anéantis!

Chapitre 3

Dans le troisième chapitre, l'auteur du livre parle de sa souffrance à la première personne car même lui qui est fidèle n'est pas épargné par le désastre général. C'est la règle dans les grandes catastrophes du peuple, on devrait mieux le comprendre à l'avance.

Je suis l'homme qui a connu la misère sous la verge de son courroux.
C'est moi qu'il a poussé et fait marcher dans des ténèbres que ne traverse aucune lueur.
Oui, contre moi il revient à la charge et tourne sa main tout le temps.
Il a consumé ma chair et ma peau, brisé mes os.
Il a bâti une clôture autour de moi et m'a enveloppé de venin et de tribulations.
Il m'a relégué dans des régions ténébreuses comme les morts, endormis pour toujours.
Il m'a entouré d'un mur que je ne puis franchir, chargé de lourdes chaînes.
En vain, je crie et appelle au secours, il ferme tout accès à ma prière.
Il barre mes routes avec des pierres de taille, il bouleverse mes sentiers.
Il est pour moi un ours aux aguets, un lion en embuscade.
Il a rendu impraticables mes voies et m'a déchiré; il a fait de moi une ruine.
Il a bandé son arc et m'a dressé comme une cible à ses traits.
Il fait pénétrer dans mes reins les enfants de son carquois.
Je suis devenu la risée de tous les peuples, un thème de leurs chansons incessantes.
Il m'a rassasié d'herbes amères, abreuvé d'absinthe.
Il a broyé mes dents avec du gravier, il m'a roulé dans la cendre.
Mon âme a dit adieu à la paix, j'ai perdu jusqu'au souvenir du bonheur,
et j'ai dit: "C'en est fait de mon avenir et de ce que je pouvais espérer de Hachém."
Rappelle-toi ma misère et mon abandon: je ne connais que poison et absinthe.
En évoquant ces souvenirs, mon âme s'affaisse en moi.
Mais voici la pensée qui s'éveille en moi, et c'est pourquoi j'espère.
C'est que les bontés de Hachém ne sont pas taries et que sa miséricorde n'est pas épuisée.
Elles se renouvellent chaque matin, infinie est ta bienveillance.
" Hachém est mon lot, dit mon âme, aussi espéré-je en lui."
Hachém est bon pour ceux qui mettent leur confiance en lui, pour l'âme qui le recherche.
C'est une bonne chose d'attendre en silence le secours de Hachém;
une bonne chose aussi pour l'homme de porter le joug dès sa jeunesse;
de s'asseoir solitaire en se résignant silencieusement, lorsqu'Il le lui impose.
Qu'il incline sa bouche vers la poussière: peut-être est-il quelque espoir.
Qu'il présente la joue à celui qui le frappe et se rassasie d'humiliation
car le Seigneur ne délaisse pas à tout jamais;
mais quand il a frappé, il exerce sa pitié selon l'étendue de sa bonté.
Car ce n'est pas de bon cœur qu'il moleste et afflige les fils de l'homme.
Lorsqu'on foule aux pieds tous les captifs du pays,
lorsqu'on fait fléchir le droit d'un homme à la face du Très-Haut (Eliyone),
lorsqu'on fait tort à un homme dans sa juste cause, le Seigneur ne peut l'approuver.
A qui donc suffit-il d'ordonner pour qu'une chose soit, si le Seigneur n'en a décidé ainsi?
N'est-ce pas de la bouche de Hachém qu'émanent les maux et les biens?
Pourquoi donc se plaindrait l'homme sa vie durant, l'homme chargé de péchés?
Examinons nos voies, scrutons-les et retournons à Hachém!
Elevons nos cœurs avec nos mains vers Dieu (El) qui est au ciel!
Nous, nous avons failli et désobéi: toi, tu n'as point pardonné.
Tu t'es enveloppé de colère et tu nous as persécutés; tu as tué sans ménagement.
Tu t'es entouré de nuages, pour empêcher les prières de passer.
Tu as fait de nous une balayure, un objet de dégoût au milieu des nations.
Tous nos ennemis ont ouvert la bouche contre nous.
Notre partage, ce furent la terreur et le piège, la ruine et le désastre.
Mes yeux se répandent en torrents de larmes à cause de la catastrophe de mon peuple.
Mes yeux se fondent en eau sans s'arrêter, car il n'est point de répit au mal,
jusqu'à ce que Hachém regarde et voie du haut du ciel.
Le spectacle qui s'offre à mes regards accable mon âme à cause de toutes les filles de ma ville.
Ils m'ont pourchassé comme un passereau, ceux qui me haïssent sans motif.
Ils ont confiné ma vie dans la fosse et jeté des pierres sur moi.
Les eaux ont monté par-dessus ma tête, et j'ai dit: "Je suis perdu!"
Mais j'ai invoqué ton nom des profondeurs de la fosse.
Tu as entendu mon appel: "Ne ferme pas ton oreille alors que je supplie pour ma délivrance."
Tu es venu près de moi le jour où je t'ai invoqué, tu as dit: "Sois sans crainte!"
Tu as pris en mains les causes qui me touchent, tu sauves ma vie.
Tu as vu, Hachém, le tort qu'on m'a fait: défends mon droit!
Tu as été témoin de leurs représailles, de tous leurs complots contre moi.
Tu as entendu, Hachém, leurs outrages, toutes leurs machinations contre moi.
Les lèvres de mes adversaires et leurs pensées sont dirigées contre ma personne.
Regarde leurs faits et gestes: je suis l'objet de leurs chants moqueurs.
Puisses-tu leur rendre la pareille, ô Hachém, les traiter selon l'oeuvre de leurs mains!
Inflige-leur l'angoisse du cœur: ta malédiction vienne sur eux!
Poursuis-les de ton courroux et anéantis-les de dessous la voûte de tes cieux.

Chapitre 4

Le quatrième chapitre reprend le thème des malheurs du peuple, la comparaison de son état glorieux précédent avec le désastre actuel, mais il ajoute autre chose: à ceux qui se réjouissent de la chute d'Israël, il les prévient qu'ils boiront la coupe amère à leur tour.

Hélas. Comme l'or est terni, et altéré le métal précieux! Comme les pierres sacrées se trouvent éparpillées à tous les coins de rue!
Les fils de Sion, si prisés, qui valaient leur pesant d'or fin, hélas! Les voilà estimés à l'égal de vases de terre, œuvre des mains du potier!
Même les chacals présentent leurs mamelles et allaitent leurs petits: la fille de mon peuple est devenue, elle, cruelle comme l'autruche au désert.
La langue du nourrisson, altéré de soif, s'attache à son palais; les petits enfants demandent du pain: personne ne leur en offre.
Ceux qui se nourrissaient de mets exquis se meurent dans les rues; ceux qu'on couvrait d'étoffes de pourpre se nichent dans des tas de fumier.
Le châtiment de la fille de mon peuple a été plus grand que la punition de Sodome (Sdom), frappée d'une destruction instantanée, à laquelle des mains humaines n'ont pas coopéré.
Ses princes étaient plus brillants que la neige, plus blancs que le lait; leur corps avait la teinte vermeille du corail, leurs contours d'éclat du saphir.
Et leur figure est devenue plus noire que la suie: on ne les reconnaît pas dans les rues. Leur peau est collée à leurs os, desséchée comme du bois.
Plus heureuses les victimes du glaive que les victimes de la faim, qui s'étiolèrent, débilitées par le manque de tout produit des champs!
De leurs propres mains, de tendres femmes ont fait cuire leurs enfants, pour s'en nourrir: dans le désastre de la fille de mon peuple.
Hachém a lâché tout son courroux, id a répandu le feu de sa colère; il a allumé un incendie dans Sion, qui en a dévoré jusqu'aux fondements.
Ils ne pouvaient croire, les rois de la terre, les habitants du globe, qu'un ennemi victorieux franchirait jamais les portes de Jérusalem!
A cause des péchés de ses prophètes, des crimes de ses prêtres, qui versèrent dans son enceinte le sang des innocents,
ils titubaient comme des aveugles dans les rues, tellement souillés de sang qu'on ne pouvait toucher à leurs vêtements:
" Hors d'ici, impurs que vous êtes! leur criait-on; hors d'ici, hors d'ici! Ne touchez rien!" C'est ainsi qu'ils se sont dispersés, errant çà et là, tandis que l'on disait parmi les peuples: "Il ne faut pas qu'ils restent plus longtemps!"
La colère de Hachém les a disséminés, il ne veut plus leur accorder un regard: on n'a pas respecté les prêtres, ni montré des égards aux vieillards.
Nos yeux n'avaient cessé de se consumer dans le vain espoir d'un secours; dans notre folle confiance, nous mettions notre attente en un peuple impuissant à secourir.
On s'est jeté sur nos talons, nous fermant l'accès de nos propres rues: notre fin s'approchait, nos jours étaient consommés. Ah! Elle est venue, notre fin! 19 Plus légers que les aigles dans les airs étaient nos persécuteurs; ils nous ont pourchassés sur les montagnes, guettés dans le désert.
Celui qui était pour nous un principe de vie, l'oint de Hachém, a été pris dans leurs chausse-trapes, lui dont nous disions: "A son ombre, nous vivrons au milieu des peuples!"
Sois donc gaie et joyeuse, fille d'Edom, habitante du pays d'Ouç! A toi aussi sera présenté le calice: tu tomberas en ivresse et tu te mettras à nu!
Fille de Sion, tes fautes sont expiées: Il ne t'enverra plus en exil! Fille d'Edom, il va châtier tes fautes, faire éclater au grand jour tes crimes!

Chapitre 5

Le cinquième et dernier chapitre s'adresse directement à D.ieu, le bien-aimé d'Israël, et reprend toute l'histoire du peuple dans l'axe des chapitres précédents. Puis il va jusqu'à interroger et faire des reproches au Créateur sur son obstination à ne pas revenir de sa réaction de colère et d'éloignement. Les derniers versets sont donc un éloge de ce retour, la téchouva, cette spécialité juive de "revenir" qui va être le leitmotif de notre travail intérieur jusqu'au jour de Kippour, donc pendant plus d'un mois. Et cet appel s'adresse autant à D.ieu qu'aux hommes. Et, même, la téchouva de Dieu est la condition qui rendra possible celle de l'homme. Audacieuse conclusion et d'une assurance obstinée et un peu joyeuse.

Et Rachi ne supportait pas la peine de l'image de la almana, la veuve car il dit: "pas exactement une veuve mais plutôt une femme dont le mari a dû partir pour un long voyage et qui va revenir". Côté toujours tellement humain et sensible de Rachi sur lequel j'ai souvent parlé. Voir ce lien.

A vous maintenant de continuer à lire le texte de Eikha pour ressentir, dire et méditer ces cinq petits chapitres. Et à les enseigner à autrui car il est interdit d'étudier pour son seul profit.

Souviens-toi, Hachém, de ce qui nous est advenu; regarde et vois notre opprobre!
Notre héritage a passé à des étrangers, nos maisons à des gentils.
Nous sommes devenus des orphelins, privés de père; nos mères sont pareilles à des veuves.
Notre eau, nous ne pouvons 'la boire qu'à prix d'argent; notre bois, nous n'en disposons qu'en l'achetant.
On nous poursuit l'épée dans les reins; nous sommes à bout de forces: point de répit pour nous!
En Egypte (Mitsrayim) nous avons tendu la main, et à Achour, pour avoir du pain en suffisance.
Nos pères avaient péché: ils ne sont plus, et nous portons le poids de leurs fautes.
Des esclaves ont pris le dessus sur nous: personne ne nous soustrait à leur pouvoir.
Au péril de notre vie nous nous procurons nos vivres, le glaive sévissant au désert.
Notre peau est brûlante comme un four, par suite de la fièvre desséchante de la faim.
On a violenté des femmes dans Sion, des vierges dans les villes de Juda.
Des princes ont été pendus par leurs mains; on n'a témoigné nul égard pour la personne des vieillards.
Les adolescents ont dû porter la meule, les jeunes gens ont trébuché, sous le faix des bûches.
Les vieillards ont cessé de paraître à La Porte, les jeunes gens d'entonner leurs chansons.
Toute joie est bannie de notre cœur; nos danses joyeuses sont changées en deuil.
Elle est tombée, la couronne de notre tête; malheur à nous, parce que nous avons péché!
Ce qui nous déchire le cœur, ce qui obscurcit nos yeux,
c'est de voir le mont Sion en ruines, foulé par les renards.
Toi, Hachém, qui sièges immuable, dont le trône subsiste d'âge en âge,
pourquoi nous oublies-tu si obstinément, nous délaisses-tu de si longs jours?
Ramène-nous vers toi, Hachém, nous voulons te revenir; renouvelle pour nous les jours d'autrefois.
Se peut-il que tu nous aies complètement rejetés et que tu nourrisses contre nous une colère inexorable? Ramène-nous vers toi, Hachém, nous voulons te revenir; renouvelle pour nous les jours d'autrefois.



Que toutes les personnes dont la vie passe par ces tragédies, sentent qu'elles sont entourées et assumées par cette catastrophe qui atteint également tout Israël et le Créateur Tout-puissant Lui-même.

Et qu'elles aient la certitude, pour ces raisons, que l'aurore est pour très bientôt, si nous ne voulons pas rester à vivre dans le malheur. Bientôt, Tou bé Av!

Prochainement, dans quelques heures, si D.ieu veut, un commentaire sur tous les enseignements du mot "Eikha" (Hélas... qui ouvre ce texte) dans tout le Tanakh (la Bible)

Pour reprendre courage, après cette étude réalisée en se reportant aux références et en lisant les 5 chapitres, il faut absolument aller lire maintenant ce que nous dit le prophète Isaïe qui reprend ces thèmes dans son chapitre 52,1: "Revêts tes habits de fête, Jérusalem". Et au chapitre 54: "Ne crains pas, le deshonneur de ton veuvage, tu ne t'en souviendras plus, la compagne de la jeunesse peut-elle être un objet de dédain. Il faut lire ici tout ces chapitres 52-54 d'Isaïe pour oser revenir méditer et ressentir le livre de Eikha en en tirant les leçons.


Le Temple, le bien du monde et l'étude de la Torah


Rabbi 'Hayim de Volozhyne écrit que serait un non-sens d'être dans une étude abstraite et coupée de son action sur le monde et qui ne serait pas accompagnée de sa pratique. 

En effet, il n'y a aucune différence entre la sainteté tournée vers l'homme et la sainteté tournée vers Dieu à ces niveaux. C'est ainsi qu'il est écrit :
guédola Torah ché hi noténéte 'hayim léôsséya elle est grande la Torah qui donne la vie à ceux qui la réalisent (ch. VI des Pirqé avote, Principes des Pères), 

et il n'est pas écrit, dit-il, "à ceux qui l'étudient". 

Et il va plus loin encore en citant deux passages qui marquent avec force égale l'importance de l'étude et de la pratique : 

- un passage du traité Avoda Zara 17 b :
kol haôsséq ba Torah bilvad domé kémi ché éïn lo éloha
tout celui qui s'occupe uniquement de Torah est semblable à celui qui n'a pas de Dieu ; 

- un passage du Middrache Tan'houma sur Bé'houqotaï :
af im hou tsadik vé eino ôsséq ba Torah éïn béyado kloum
même s'il est un juste, s'il ne fait pas de la Torah sa tâche, il n'a absolument rien en main. 

Nous voyons toujours, dans les rubriques Torah et Prière du site (lien ici), comment cet ensemble structurel des forces qui agissent dans le monde est constamment recréé et vivifié par la Torah dans la prière et l'étude.

L'accès aux richesses de la Torah par la connaissance des méthodes de l'étude permet de développer cette dynamique d'ensemble. L'étudiant de la Torah construit le monde

Dans ce contexte de l'enseignement de nos maîtres, nous comprenons mieux toutes ces phrases des Sages du talmud : 

afilou kol haôlam koulo éino chavé afilou lédavar é'had mine hatTorah
même l'ensemble de tout l'univers n'égale pas un seul mot de la Torah. Péa Yérouchalmi 1

afilou kol mitsvotéya chél Torah éinane chavote lédavar é'had mine hatTorah
même l'ensemble de toutes les mitsvotes n'égale pas un seul mot de la Torah. Péa Yérouchalmi 1 

ilmalé Torah lo nitqayémou chamayim va arets
sans la Torah ne pourraient subsister les cieux et la terre. Pessa'him 69 

gadol talmoud Torah yotér méatsalate néfachote
l'étude est plus grande que de sauver des humains. Méguila 16 

kol hahôsséq batTorah lichma... méssaméa'h éte hammaqom méssaméa'h éte habbériote
chacun de ceux qui étudient la Torah réjouit Celui qui est le lieu du monde et réjouit les créatures. Pirqéï Avote VI, 1 

kévane ché loméd éte hatTorah haréi mévi tova laôlam
c'est dans la mesure où il étudie la Torah qu'il apporte le bien au monde.
Tana devéi Éliyahou Raba 18 

Cette volonté de construction du monde en s'adonnant pleinement à l'étude de la Torah est parfaitement rendue par cette illustration représentant le Temple de Jérusalem ; c'est une belle gravure placée en fin de l'édition justinienne de Venise, an 1551, des cinq livres de la Torah en hébreu avec traduction en latin. Il est d'autant plus remarquable que des non-juifs aient ainsi été sensibles à ces dimensions exprimées par les versets qu'ils ont placé dans les oriflammes qui entourent le Temple : 

à l'image de ce que nous venons de dire, le Temple y est l'image du plan du monde à venir et sa centrale fondatrice, par son harmonie, par la présence divine, par les mitsvotes et par l'unité du peuple et des nations ; c'est l'étude de la Torah qui en révèle l'essence et en assurera l'avènement et le fonctionnement dans la création rénovée. 

Voici la traduction des versets inscrits autour du bâtiment du Temple : 

• à droite : "la vérité germera de la terre et la justice brillera depuis les cieux", Psaume 85, 12 ; 

• en haut : "la Torah de ta bouche est meilleure pour moi que des monceaux d'or et d'argent", Psaume 119, 72 ; 

• à gauche : "c'est pourquoi j'ai aimé tes mitsvotes plus que l'or et le métal fin", Psaume 119, 127. 

La représentation du bâtiment actuel placé sur l'esplanade du Temple sous cette guirlande et les mots écrits sur ce bâtiment ("Béit hammiqdache") nous en disent long sur la volonté de ces étudiants de la Torah en l'an 1551 ! 

Dans la guirlande, l'affirmation est encore plus explicite : "plus grande sera la splendeur de ce Temple à venir que celle du premier, dit Hachém tsévaote, et en ce lieu je donnerai la paix...", Haggaï 2, 9.


Voir tout le Kotel maintenant
et, ici, en superzoom

Ici, votre face à face au Kotel
Le point sur le Temple
Localisation du Temple
Saccage du Mont du Temple
Sous le Mont du Temple
Mon Kotel éternel



Le vocabulaire et les dynamiques du texte des Lamentations (Eikha) pour mieux le méditer et mieux le prier

Lisez ce passage en vous reportant au texte selon les références précises.

I. Une première partie dresse le décor

Actions négatives d'elle, Israël

- Pleurer: bakho. Pleure (impératif): tivké. Elle pleure: bokha. Le fait de pleurer: békhi, békhia.Une larme: dimeâ. Sa larme: dimeâtah.
- Elle a péché ('hateah). Elle est descendue (vatéréd).

Actions négatives contre elle
- Tombe sur elle (binepol).

Privation
Eïne lah: elle n'a pas, de consolateur(ména'hem), de lieu de repos (manoa'h), sa beauté (hadarah).

Lieux tristes
Lieux déserts (chomémim), avélote (comme en deuils). Prison: chévi.

Les relations positives où cela se joue
- Ména'hém: consolateur. Né'hama: la consolation.
- Ohavéiah: ceux qui l'aiment, ses amants. Réêyah: ses amis (réâ, un ami).

Les relations négatives où cela se joue
- Ils l'ont trahie: baguédou vah. Poursuivant, persécuteur: rodef. Ils en rient (sa'haqou).

Situations pénibles
- Ses ennuis, persécutions (tsar, tsara, tsarotes). Sa pauvreté (âniyah). Son errance (méroudéya).Sa nudité (êrvatah). Son impureté (toumatah).

Situations agréables passées
- Ses états agréables (mah'amoudéya).



II. Une seconde partie analyse tout le problème et l'enjeu

Interpellation envers Hachém
- (1, 9-11) Vois ma pauvreté (réé éte ânéyi) car mes ennemis ont grandi (higdil oyév).
- Vois ma détressse (1,20-23 description...) et envoie Ton jour.
- Regarde les malheurs de Ton peuple, description (2,20-22).
- Rappelle-Toi ma misère (3,19).
- Anéantis nos ennemis (3,64-66).
- Souviens-Toi de nous (5,1-13).

Phase de méditation en espérance envers Hachém car on comprend que ces tourments sont pour revenir vers Hachém dans le bien (3,21-41).
Phase d'assurance que l'on sera aidé par Hachém (3,55-58).

Interpellation envers autrui

- envers ceux qui passent (1,12 et suivants. 1,20).
- envers tous les peuples (1,18 et suivants)
- envers les habitants de Jérusalem à pleurer et supplier (2,18-19.
- envers les ennemis pour leur annoncer qu'ils recevront pis que ce qu'ils ont fait à Israël (4,21-22).

Description des fléaux venant de D.ieu contre Israël (2,1-17) et (3,1-18) et (3,42-54) et (4,1-20).
Description de la situation catastrophique d'Israël (2,11-16).


II. Une troisième partie


Le dernier chapitre décale l'ensemble
car il resitue
tout cela en rappelant que cet échec lamentable d'Israël est celui du projet divin lui-même:
- les Sages ne peuvent plus siéger pour gouverner et enseigner (5,14).
- ceux qui faisaient les louanges ne peuvent plus offivcier (5,14-15).
- c'est Ta couronne qui est tombée et Ton Mont Sion qui est ruiné (5,16-18), lui qui est à l'image de Ton trône.
Il conclut donc, logiquement, par le rappel qu'Il est immuable, ne pas délaisser, va nous ramener vers Lui, renouveler.
La dernière interpellation est forte car elle met D.ieu en question (5,22).
On reprend le verset de notre téchouva, car c'est là qu'est la solution


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour