Modia
Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud

Moteur de recherche sur le site
 

La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles
Prière

Chabbate

S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire

© Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright . 
Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.
Dufour

Etudier les psaumes et leurs commentaires (page 3)

Les psaumes des heures de danger absolu et de persécution,
dans le désespoir. (Page écrite pour le mois de Av)

(Cette page comporte des noms saints,
ne pas la jeter mais la déposer dans une guéniza).

Traduction et commentaires
par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
basés sur les livres de nos Sages


(ici, retour à la page 1 des psaumes, avec le plan général)

Retour à la page générale des prières
Retour à la page des téâmim des psaumes
Retour à la page de la prière pour la terre d'Israël en danger

Il faut se souvenir que tous les psaumes (même s'ils concernaient la vie du Roi David, sur le plan personnel et du peuple qu'il gouvernait) sont écrits pour servir aux besoins de chaque Juif et de la collectivité juive dans tous les siècles.Donc, la prière de chacun peut s'élever aussi à partir de ces textes. De plus, ces psaumes sont aussi un enseignement direct sur la Torah, voilà le motif pour lequel ils sont insérés dans le Tanakh (la Bible).

Ces psaumes ont une intensité considérable. Ils nous montrent que les tsaddiqim ne sont pas épargnés par les épreuves (depuis Avraham et le sacrifice), et que nous ne devons pas être surpris par une telle course d'obstacles qui sont à la limite du supportable. C'est là-dedans que se joue la mission du Juif qui se bat avec les forces négatives qui l'empoignent justement parce qu'il tente de vivre selon le plan divin. Mais, toujours, le Juif tente de redresser la situation, c'est son rôle de faire des tiqqounim, des réparations, mais sans aucune compromission avec l'ennemi.

Et cette situation est vécu dans un dialogue constant avec Hachém.
 


Les psaumes des heures de danger absolu et de persécution

Psaume 83

Le poète juif crie au C.iel les manoeuvres des ennemis, leurs perfidies, leurs coalitions mensongères, leurs 11 noms sont laissés à la postérité. Puis, à partir du verset 10, il ose demander leur chute et leur perdition. Et le but (dernier verset) est que l'ordre bon du Créateur soit respecté.

Ce psaume, comme il est indiqué, est chanté par les Lévi au Temple pour supplier le Ciel devant les menaces continues et constantes du peuple juif, et des Juifs. On y retrouve les ennemis venant des mêmes zones géographiques qu'aujourd'hui, sans exception et ces noms anciens nous montrent que le problème est constant. La forme du psaume est pleine de jeux de répétitions à peine différentes, comme les persécutions. Peut-être, dis-je avec prudence, est-ce pour cela que 11 peuples sont nommés comme il y a 11 composantes des parfums du Temple qui sauvent le peuple des ravages mortels, comme lorsque Moché demanda à Aharone de les promener dans le camp lors de fléaux. Peut-etre pour cela, y-a-t'il 11 psaumes de Assaf qui sont groupés avec celui-ci. On dit ce psaume dans les périodes de guerre, à Pourim où le danger était grand, lors des jeûnes de Guédalia et du 10 Tévet et des communautés achkénazes qui ont subies beaucoup de persécutions le disent chaque matin. Il est donc aussi à la disposition de ceux qui vivent des moments très pénibles au milieu des autres.

Le judaïsme ose demander la vengeance du C.iel envers ceux qui veulent le détruire. Cela n'est pas incompatible avec l'appel à la bonté et au changement positif.

Traductions de Zadoc Khan (19e siècle) modifiées légèrement.
1. Cantique. Psaume d'Assaf.
2. Eloqim, n'arrête plus ton action, ne garde pas le silence, ne reste pas en repos, D.ieu de bonté.
3. Car voilà Tes ennemis qui s'agitent en tumulte, et Tes adversaires qui lèvent la tête.
4. Contre Ton peuple, ils ourdissent des complots, ils se concertent contre ceux que Tu protèges.
5. Ils disent: "allons, rayons-les du nombre des nations, que le nom d'Israël ne soit plus mentionné!"
6. Car, d'un commun accord, ils prennent des résolutions, contre Toi ils font un pacte,
7. les tentes d'Edom et les Ismaélites, les Moabites et les Hagrites,
8. Ghabal, Ammon et Amalec, les Philistins ainsi que les habitants de Tyr,
9. Achour aussi se joint à eux, ils prêtent main-forte aux fils de Loth. Sélah!
10. Traite-les comme Tu as traité Madiane, Sisra et Yavine, près du torrent de Kichone,
11. qui furent anéantis à Eïne Dor, couchés sur le sol comme du fumier.
12. Rends leurs nobles pareils à Ôrév et Zéev, et tous leurs princes pareils à Zéva'h et Tsalmounâ
13. car ils ont dit: emparons-nous des demeures de Eloqim.
14. Mon D.ieu, fais d'eux comme un toubillon de poussière, comme du chaume emporté par le vent.
15. De même que le feu dévore les forêts, que la flamme embrase les montagnes,
16. ainsi pourchasse-les par ta tempête, jette-les dans une fuite éperdue par ton ouragan.
17. Couvre leur visage d'opprobre, pour qu'ils recherchent Ton Nom, Hachém.
18. Qu'ils soient confondus, terrifiés à jamais, saisis de honte et perdus.
19. Qu'ils reconnaissent ainsi que Toi seul as Nom Hachém, que Tu es le maître suprême de toute la terre.


Psaume 130
(L'axe de vérité retrouvé au milieu du péril).

C'est un psaume qui surgit "du fond de la dépression" (mimaâmaqim). Alors que le psaume précédent passait beaucoup de temps à dépeindre les tourments, ici celui qui prie utilise les mots pour parler directement à Hachém. Et, à partir du verset 5, c'est une autre attitude, l'auteur dit à soi-même sa tension vers Hachém plus que de rester obsédé par les problèmes, et il dit ou retrouve sa confiance en Lui. Nos Sages nous enseignent à partir de là que, dans le temps des périls, il est bon de rappeler au C.iel ce que l'on a fait de bien, mais avec légèreté.


1. Chir hammaâlotes. Mimmaâmaqim, qératikha Hachém.
Cantique des degrés. Des profondeurs de l'abîme, je T'ai invoqué, Hachém.
2. Adonoute, chimeâ béqoli, Mon maître, écoute ma voix, que Tes oreilles soient écoutantes, envers la voix de mes supplications.
3. Si les fautes Tu en gardes le compte, D.ieu mon maître, qui peut subsister ?
4. Mais, avec Toi, c'est le pardon, pour que l'on Te craigne.
5. J'ai espéré en Hachém, tout mon être a espéré et Sa parole est mon espoir.
6. Mon être est tendu vers mon maître, bien davantage que les gardiens n'espèrent en la délivrance de l'aurore, que les gardiens n'espèrent en la délivrance de l'aurore.
7. Israël met toute son attente envers Hachém, car avec Hachém se trouve la bonté et avec Lui abonde le salut.
8. Et c'est Lui qui affranchit Israël de toutes ses fautes.
 



Psaume 142

Ci-dessous, une longue étude sur ce psaume.

1. Maskil lé David biyoto vaméâra. Téfila.
Psaume "maskil", de David, quand il était dans la caverne. Prière.

2. Qoli el Hachém ézâq ; qoli el-Hachém ét'hanén.
'Ma voix', vers Hachém je la crierai ; ma voix vers Hachém je supplierai.

3. Echpokh léfanav qi'hi ; tsarati léfanav aguid.
Je répandrai devant Lui ma conversation ; ma détresse devant Lui je dirai.

4. Bé hitâtéf âlaï rou'hi, vé ata yadâta nétivati ;
Quand je sens s'évanouir sur moi mon esprit, et Toi tu connais mon chemin ;

Bé ora'h-zou ahalékh, taménou pa'h li
Sur cette route où je vais, ils ont placé des  obstacles pour moi.

5. Habét yamine ouréé, vé éïn li makir ;
Regarde à droite et vois, et il n'y a pour moi aucun qui me connaisse ;

avad manos mimménni, éine doréche lénafchi.
m'a lâché tout refuge envers moi, il n'est personne qui se préoccupe de moi.

6. Zaâqti élékha Hachém, amarti : ata ma'hsi ;
J'ai crié vers Toi, Hachém, j'ai dit : Toi tu es mon abri ;

7. Haqchiva él-rinati, ki-daléoti méod ;
Ecoute bien ma supplication, car je suis réduit à l'état de pauvre à l'extrême ; 

hatsiléni mé rodéfaï, ki amétsou mimménni.
sauve-moi de mes persécuteurs, car ils sont plus puissants que moi.

8. Hotsiah mi masguér nafchi, léhodote éte chimkha
Fais sortir de ma prison mon âme,  pour louer Ton nom.

Bi yakhtirou tsaddiqim, ki tikhmol âlaï.
En moi et autour de moi comme une couronne les justes, car tu me combleras sur moi.



Commentaire sur l'intelligence de David dans l'épreuve (Psaumes maskil)
Qu'est ce qu'un psaume nommé maskil ? Comme les psaumes  32, 42, 44, 45, 52, 54, 55, 74, 78, 88, 89, et le nôtre 142.
La racine du mot est sékhél, l'intelligence. Maskil est une forme du verbe hifil qui veut dire "faire intelligent, rendre intelligent". C'est la caractéristique de David (lire I Samuel 18, 14-15) et cela est surtout dit de lui au début des psaumes.
Rachi sur 142, 1 rappelle ce que disent nos Sages : c'est toujours un psaume qui a été dit par le métourguemane, traducteur. C'est l'origine du nom de famille Tordjman. Ce n'est pas simplement le traducteur, mais celui qui, dans les grandes yeshivotes du temps du talmud reprenait avec une voix de stentor (il n'y avait pas de micro) l'enseignement du maître le transmettait à toute l'assistance ; mais il ne s'agit pas seulement d'une amplification de la voix, il fallait aussi le rendre compréhensible pour que l'intelligence augmente. D'où le rôle du métourguemane qui est maskil, "faisant l'intelligence".
Rachi se basait sur le Middrache Téhilim pour dire cela. C'est ainsi que ces psaumes maskil nous enseignent des modèles de compréhension et de conduite très importants.
Ce même middrache nous enseigne où est l'intelligence de David :
- le sage sait que lorsque les épreuves commencent pour lui, cela ne vient pas de lui mais de la volonté de Haqqaddoche Baroukh hou ; rien ne vient de l'homme ou des hommes ou n'est maintenu par eux, ni son intelligence, ni sa force, ni son argent mais de D.ieu seul ; 
- il sait aussi bénir Hachém en tous temps (34, 2),
- sa force est dans le nom de Hachém (Proverbes 18, 1) et en rien d'autre, aussi comment réagit David dans la caverne ? Il prie.
- pour tous ces motifs, David dit dans le premier verset : l'intelligence dans l'angoisse est de faire une seule chose, téfila, la prière. Et il va continuer à faire une prière qui est pour nous un enseignement en ces circonstances. Il sait qu'il y a des conditions pour être exaucé.

Commentaire sur celui du  'Hida (za"l)
Verset 1 - Psaume "maskil" (intelligence), de David ; Le Zohar II; 110 a dit que cela signifie que son intelligence en ce psaume avait sa source dans le fleuve qui sort du Jardin d'Eden. (Pour comprendre cela, il faut lire les chapitres 20 à 24 du I Samuel. David, menacé de perdre la vie par la jalousie morbide du Roi Chaoul, se cache dans une caverne, celle de ce psaume comme le souligne Rachi ; Chaoul vient s'y reposer alors qu'il est à la recherche de David pour le tuer ; pendant qu'il dort, David lui enlève un morceau de son manteau et vient le lui présenter ensuite pour lui prouver qu'il est droit et que D.ieu le lui avait livré et qu'il ne lui a rien fait de mal. Voilà l'intelligence de David, qui puisse son art dans l'intelligence divine).

Verset 2 - Le 'Hida, Ribbi David Azoulaï, écrit que ce psaume est dit par David dans la même veine qu'Adam ha richone, le premier homme (on sait que les lettres de Adam sont les initiales de toute la trajectoire de l'homme : Adam, David, Machia'h, le Messie).
C'est pour cela que David emploie le terme noble de qoli ma voix, car c'est l'union de sa voix à celle de la Torah dans laquelle il est occupé par son étude, jusque dans sa situation de détresse.
(Ce n'est pas seulement sa voix personnelle, imprégnée de souci ; David sait l'intégrer dans la qualité de la voix de la Torah. En ce sens, que, pour aider nos prisonniers, nous fassions un effort pour augmenter notre étude de la Torah et que nous puissions veiller à ce que notre parole garde la pureté de cette parole de la Torah.  Ainsi, notre parole unie à celle de ces prisonniers, les mènera à la libération qu'est la Torah. Celui qui est dans l'angoisse assume toute la trajectoire humaine pour la porter à sa victoire. C'est cet ajustement que David parvient à réaliser. Dans l'angoisse, il travaille ainsi sur lui-même, pour être fidèle au plan de Hachém).

Verset 3 - Le mot léfanav y est répété deux fois. Selon le 'Hida, cela montre que David insiste qu'il est tourné uniquement vers Hachém et n'attend de l'aide d'aucune autre puissance sur la terre ou dans les cieux. Cela indique également qu'il redresse intérieurement ses fautes pour bien s'orienter en pureté vers Hachém. (La prière de demande ne peut pas être exaucée autrement ; ce n'est pas un passage à la banque pour arranger nos intérêts ; c'est remettre la vie dans l'ordre bon de Hachém et cela suppose que nous réparerions d'abord en nous-mêmes. Prier pour ces prisonniers, cela exige que nous prions comme si nous étions en cette situation de vie ou de mort, et prêts alors à tout redresser de notre vie. Alors notre prière sera entendue, même pour eux).

Verset 5 - Le 'Hida indique que "habét yamine, regarde à droite" fait allusion à la Torah que David a apprise ; et  "réé, vois" fait allusion à la Torah que David se propose d'étudier encore, car la bonté c'est de croire dans les promesses de biens que fait l'autre. Ibn Ezra met ces verbes à l'infinitif qui serait ici une forme d'impératif dans la prière.
Le mot "manos" (refuge) a la guématria 156 de qinea, la jalousie qui pousse Chaoul et les siens.

Verset 6-7 - Le 'Hida montre que David s'adresse maintenant à la miséricorde (ra'hamim) de Hachém. Donc, dit David, je crois que "ma part est dans la vie". 

Verset 7 - Il peut dire alors à nouveau "écoute ma plainte", car il a confiance. Les textes disent souvent que la prière du pauvre (âni) est plus grande que toutes les autres et est écoutée en premier. David reconnaît aussi que son état de pauvreté consiste en ses fautes ; ce sont elles qui donnent de la puissance à ses persécuteurs; Il fait ainsi un aveu de ses fautes (vidouï) et promet par là de les abandonner et de ne pas y retomber. (A nouveau, cette condition est indispensable pour que notre prière pour le bien de ces prisonniers soit écoutée).

Verset 8 - Le 'Hida continue : David dit qu'il y a beaucoup de procureurs (méqatréguim) contre lui en Haut, mais D.ieu dans Sa bonté se base sur le bien que David fera à l'avenir et, à l'avance, David loue Hachém pour le bien qu'il Lui accorde dès maintenant pour cela. David associe également au bien qu'il fera, le bien que font les justes (tsaddiqim).
Les derniers mots du dernier verset (ki tighmol âlaï)  indiquent que D.ieu comble David à la mesure des tourments qu'il a eus, mesure pour mesure (midda kénéguéd midda) : comme il a été menacé de mort, il sera en contrepartie, oint (Messie) et sauvé pour sauver les autres.

En tout cela, David montre sa qualité de modeste (ânav), motif pour lequel la halakha sera fixée selon Hillél car il était modeste (Traité Erouvine 13b). La "plainte" (rinati) de David est toute imprégnée de cette qualité ; c'est pour cela que les textes appelent aussi rinati la Torah (Traité de Jérusalem Roche Hachana 20b).
 

Qui est le 'Hida, le Rav Azoulaï ?
Ribbi Yossef David Azoulaï (le 'Hida), (1724-1806), sépharade, naquit à Jérusalem. 
'Hida, ce sont les initiales de 'Hayim Yosséf David Azoulaï (1724-1806). 
Il est l'arrière  petit-fils de Ribbi Avraham Azoulaï de Féz (1570-1643) qui vint à 'Hévrone. Il étudia auprès de Ribbi 'Hayim ben Âttar (s'y reporter dans le lexique des maîtres). 
Sa personnalité fut très particulière et brillante en de nombreux domaines. Il fut au même titre le grand talmid 'hakham de sa génération, estimé et vénéré par tous, commentateur de nos sources, responsable communautaire et impliqué dans des disputes locales, caballiste, décideur dans la halakha, bibliophile, quêteur dans le monde pour les communautés de la terre d'Israël et la Yéchiva de 'Hévrone (Hébron), grand voyageur, enquêteur sur les communautés de la dispersion et sur le monde non juif, anthropologue sur les coutumes juives dans les diverses communautés autour du bassin méditerranéen, et écrivain sur ses voyages. 
Son passage à la cour de Versailles où il impressionna par sa prestance est resté célèbre. Ses livres les plus connus sont Birkhé Yosséf (qui est un commentaire sur le Choulkhane Âroukh de Ribbi Yosséf Caro), ses enquêtes de voyages (Zikhrone maâssiyote vé nissim), son répertoire des noms de sages (Chém haguédolim), son commentaire des psaumes que nous utilisons ici (Téhilote Yosséf). 
Le 11 Adar, est sa hiloula (fête de son décès pour son entrée dans la plénitude de la qéddoucha). Il est enterré à Jérusalem.

Voir également sur le site Modia :
Comment prier
Ce qu'est la prière, et la rina comme l'une des 10 formes de prière.
La page des divers textes sur la prière avec les traductions des prières.
Comment prier pour les enfants : la prière de Chla .


Questions diverses sur les psaumes dans leTalmud

Péssa'him 117a : on nous enseigne que Ribbi Méïr a dit : tous les cantiques et tous les chants de louange qui sont dans les psaumes, David les a chantés car il est écrit Kolou téfilote David bén Ichaï ; ne lis pas : ici se terminent mais  kol toutes.

Roche Ha Chana 31a : Ribbi Yéhouda a dit au nom de Ribbi Âqiva : les Lévi chantaient le premier jour le psaume 24, le second jour le psaume 48, le troisième jour le psaume 82 parce qu'Il a préparé le monde pour Son peuple, le quatrième jour le psaume 94 des vengeances parce qu'l a créé les puissances physiques et qu'Il punira ceux qui les ont adorées ; le cinquième jour ils chantaient le psaume 81 de joie, force parce qu'Il a créé les oiseaux et les poissons pour louer Son nom ; le sixième jour, ils chantaient le psaume 93 parce qu'il a complété et achevé la Création et le septième jour, ils chantaient le psaume 92 du Chabbate. La suite du texte parle des périodes de grande destruction qui se produiront à certaines phases du monde; et des différents exils. 

Soucca 53b: Ribbi Yo'hanane disait que lorsque David à commencé à creuser les fondations pour bâtir le Temple, les eaux de l'abîme sont remontées à la surface et ont failli submerger le monde ; alors David composa les 15 psaumes (120-134) des montées et l'eau s'est retirée.

Chévouôte 15b : les chants d'action de grâce étaient accompagnés d'instruments de musique et cela se déroulait sur chaque promontoire et rocher de Jérusalem. On lisait le psaume 30 et aussi le psaume des désastres 91... qui indique que D.ieu sauve.

Baba Batra 14b-15a : David a écrit le livre des psaumes en s'inspirant des dix anciens qui sont : Adam, Melkisédéq, Avraham, Moché, Hémane, Iditoune, Achaf et les trois fils de Qora'h.

Âvoda Zara 19a : Le verset dit "heureux qui trouve son plaisir dans la Torah de Hachém". Rav disait que l'on doit particulièrement approfondir uniquement les passages de la Torah qui plaisent au coeur... Ribbi Chiméône préférait les psaumes.

 

Questions diverses sur les psaumes dans le Zohar

(I Zohar 23b)
Quand David eut l'inspiration concernant la guéoula (libération finale), il composa (tiqén) les dix sortes de chants qu'il y a dans les psaumess . Note : c'est sur cette base que R. Na'hmane de Braslav composa son tiqqoun klali composé des psaumes 16, 32, 41, 42, 59, 77, 90, 105, 137, 150, décrit comme ayant un pouvoir particulier pour le tiqqoun (amélioration du monde et de l'individu). Il s'agit là d'une forme classique de prière et seuls les ignorants crédules pensent qu'il s'agit d'une invention extraordinaire dont ce seul Rav était capable. Les Tiqouné Zohar (Zohar 'hadach 167a et 23b) disent que David composa ces 10 sortes de psaumes quand il a vu que  Israël faisait téchouva (retour à la Torah) avec joie.
 

(I Zohar 158b et 179a)
Les psaumes sont aussi des textes d'enseignement sur les niveaux les plus intérieurs de la Torah.

(II Zohar 173b)
Hallélouya est une forme de louange qui a surpassé toutes les autres.
(III Zohar 120a)
David a composé 5 psaumes commençant et se terminant par hallouya.

(III Zohar 249b)
Le psaume 42 de la biche qui soupire est dit particulièrement quand la communauté d'Israël est en exil, ou par la femme qui est enceinte et va accoucher.
 
 

Retour
à la page sur les prières