Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
Psaume 129

1. Cantique des degrés. Abondamment ils m'ont persécuté dès ma jeunesse, peut bien dire Israël..
2. Abondamment ils m'ont persécuté dès ma jeunesse, mais sûrement ils n'ont pas pu venir à bout de moi.
3. Sur mon dos, ils ont labouré les laboureurs, ils ont allongé de longs sillons.
4. Hachém est tsaddiq (juste), il brise les contraintes des méchants.
5. Ils seront confondus de honte dans leur échec, et battront en retraite à l'arrière, tous ceux qui haïssent Sion.
6. Ils seront comme la paille posée sur les toits, avant même qu'on ne l'enlève elle est déjà desséchée.
7. (tant elle s'effrite) le moissonneur ne peut en remplir sa paume, ni le faiseur de gerbes sa brassée.
8. Et ils ne diront pas à leur sujet ceux qui passent par là : "que la bénédiction de Hachém vienne vers vous, nous vous bénissons au nom de Hachém".

Présentons le commentaire du 'Hida auquel nous joignons diverses précisions linguistiques.

- Le psaume commence par "Cantique des degrés" comme les 15 psaumes de 120 à 135 avec une particularité pour le 121. Cela montre l'importance et l'assurance de la bénédiction car 
1) Avraham, Yits'haq et Yaâqov vécurent ensemble 15 ans dans l'étude de la Torah.
2) il y a 15 mots dans le verset 28, 11 de Béréchite où Yaâqov a reçu des éclairages sur sa vie. Et de la pierre citée dans le verset sera fait le fondement du Temple.
3) il y a 15 mots dans le verset de la bénédiction des Cohanim.
4) il y a 15 mots dans le verset de Vayiqra 26, 42 où D.ieu se souvent Ses promesses et de Son alliance. 
5) Les Lévites chantaient ces psaumes en étant disposés sur les 15 marches devant le Temple entre la zone des hommes et celle des femmes (Traité Soucca 5,4 et Traité Middote 2, 5) ; Rachi reprend cela dans son commentaire. Le Traité Soucca 53 a et 53 b dit que le Roi David a composé ces 15 psaumes à l'heure du danger car, lorqu'il creusa les fondations du Temple, les eaux des profondeurs du monde montèrent et faillirent tout engloutir. David composa ces psaumes et elles reculèrent juste ce qu'il faut après qu'il eut aussi utilisé le Nom divin.
Il y a donc toujours un sens de progression lente vers le salut dans cette expression ; c'est pour cela qu'on commençait à chanter ces 15 psaumes à voix basse puis on montait le ton progressivement (commentaire du Méiri). C'est pour cela aussi que les pélerins qui montaient vers Jérusalem les chantaient car leur joie augmentait de plus en plus à l'approche du but. Tout cela correspond bien au sens du contenu du psaume.
Se reporter à toutes ces références.

- "Abondamment ils m'ont persécuté dès ma jeunesse" ; le terme "rabbate" veut dire de nombreuses fois et intensément. C'est une expression rare ; voyez dans les psaumes 65, 10 et 120, 6 ; Jérémie 51, 13 et Ezéchiel 22, 5 et 24, 12 ; II Chroniques 30, 17-18.

- La racine "tsérar" "tsérarouni" (ils m'ont persécuté) signifie l'angoisse, l'oppression, la guerre, l'extermination.

- Quel est le sens de cette persécution ? Le mot "tsérarouni" (ils m'ont persécuté) donne la réponse à cette question car il a la guématria du mot "tiqqoune" (réparation). Ainsi, ces persécutions que nous éprouvons par notre situation de dispersion (galoute) ont pour rôle de réparer ce qui a été abimé. Voyez ici le sens exact de ce terme important dans le judaïsme : tiqqoune. C'est une aventure qui commence dès la constitution de notre rôle et de notre peuple ; Moché lui-même a connu ces attaques de l'extérieur et de l'intérieur ; nous sommes exactement dans la même lignée en notre génération ; acceptons ce rôle.

- L'expression "yomar-na Yisrael", "peut bien dire Israël" veut dire littéralement : "dira, je vous en prie, Israël" ; c'est un ordre pour indiquer qu'il y a ici un enseignement très important.

- Mais ne craignons pas car le peuple d'Israël est invincible et inaltérable. En effet, dans le premier verset, Israël est nommé pour nous enseigner cela, puisque ce peuple possède en lui le nom de D.ieu, EL. 

- Et ce nom nous sauve et nous sauvera. Un autre enseignement nous le montre  : quand la Torah donne le nom de toutes les tribus d'Israël. En effet, les initiales de tous ces noms ont la guématria des initiales de toutes les séfirotes. Ce sont les dix étapes des processus de descente de la bénédiction divine. Ceux qui s'attaquent à Israël sous une forme ou sous une autre, s'attaquent à D.ieu-même et ils ne peuvent que perdre la partie, en toute inconscience de leurs actes, même s'ils les déguisent perfidement en nobles idéologies ou religions. C'est pour cela qu'il est dit au second verset : ils n'ont pas pu venir à bout de moi. Il n'y aura pas d'extermination finale d'Israël, toujours Esther vaincra.

- Il est écrit deux fois : "Abondamment ils m'ont persécuté" car les peuples attaquent Israël par la pensée et par les actes. Nous le voyons continuellement. Et, par les liaisons de sens entre les mots hébraïques, le 3e verset nous indique qu'ils agissent également par la parole contre Israël ; c'est le sens de l'expression : "Sur mon dos, ils ont labouré les laboureurs, ils ont allongé de longs sillons". La parole fait un mal douloureux qui porte très loin, comme les sillons.

- L'expression "gam", "mais sûrement" indique une insistance énorme et assurée.

- Le 4e verset reprend un triplet qui concerne ces trois formes d'attaques et les annule.

- Cela nous fait souvenir de la dureté de l'esclavage d'Egypte et, pour cela, ils furent libérés longtemps avant la durée projetée; ainsi en sera-t'il pour nous. La douleur ne durera pas tant que nous le craignons.

- Ainsi, nous ne verrons pas Israël, par la douleur, dégringoler jusqu'au 50e degré de l'impureté. (C'est important de s'en souvenir dans une période comme la nôtre où les ennemis de l'intérieur collaborent avec les ennemis de l'extérieur contre la Torah et contre notre terre et contre notre peuple pour nous détruire réellement physiquement avec persévérance, pensée, parole et actes. On dit aujourd'hui qu'il est mauvais qu'un peuple en domine un autre et l'occupe ; ainsi en est-il de ces ennemis intérieurs : un autre peuple les domine en eux-mêmes et les occupe, ils sont collaborateurs et capos cruels. Voir ici le poème "La colombe de la paix". Ce sens s'appuie sur le commentaire du psaume par le Radak sur II Chroniques 30, 17).

- au 7e verset, il est dit : "le moissonneur ne peut en remplir sa paume, ni le faiseur de gerbes sa brassée." Cela fait allusion aux femmes maagnifiques d'Israël qui ont toujours sauvé notre peuple ; ainsi, pendant l'esclavage d'Egypte, les accoucheuses faisaient leur belle besogne dans les champs, ce que veut dire ce verset. Et tout se termina bien, dans la paix.

- Le dernier verset de la bénédiction s'explique ainsi. Toute bénédiction même faire à tort fait son chemin. C'est pour ne pas bénéficier de la bénédiction  de Lavane que Rivqa fut stérile, afin que la bénédiction ne soit pas tordue ni qu'elle trouve sa source en un méchant. Ainsi de nos malheurs, comme de cette stérilité ; nous ne savons pas en quoi ils préparent le bonheur mais ils le préparent, comme pour Rivqa. Nous ne serons pas sauvé par les pseudo prophètes ou faux lecteurs de l'avenir qui prétendent connaître les jours et heures de la fin des temps. Non, nous ne dépendons pas de ces menteurs mais uniquement de la promesse de Hachém qui est vérité et ne nous quitte pas jusqu'à Son salut. Ne craignons pas ceux qui, temporairement, semblent mener le monde et faire bonne récolte de tout. Leur victoire n'est que du vent et ne durera qu'un instant.

On dit ce psaume, en particulier, avant la fin de Chabbate, car on ne doit pas oublier la grandeur de Celui qui nous emplit de Sa bénédiction lorsque nous revenons dans la dureté des travaux de la semaine. 
Ne craignons pas, nous serons "chalem", complet, comme Yaâqov ainsi que le montre sur ce psaume le Middrache Béréchite Rabba 79, 3 ou La lettre du Rambane. Le Middrache Tan'houma, sur la paracha Eqev ch 3, nous donne ce même enseignement pour les heures d'angoisse. Le Middrache Tehillim a un merveilleux
middrache sur ce psaume que je laisse découvrir aux étudiants avancés.


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour